Changement d'activité, besoin de conseils

Ouvert par max-k-29, 06 mars 2021

Page 1 sur 1
Sam 6 Mar 2021 16:02 #1
Bonjour

Je viens vous demander conseil ...

Je suis actuellement aide familiale avec mes parents (mon père 60 ans, en retraite dans 2 ans / ma mère 59 ans, qui devrait prendre sa retraite en juin 2022).

Moi j'ai 29 ans, BEP et Bac Pro agricole (option élevage bovin)

L'exploitation actuel:

-> 75 ha de terre cultivable, assolement Blé 10 ha, Maïs ensilage 20 ha, et 45 ha de prairie temporaire et permanente, 14 ha de prairie humide.

-> 40 vaches laitière (Prime-Holstein) + la suite (génisses pour le renouvèlement et des bœufs) au total entre 100 et 110 bêtes à l'année. Reference laitière de 300 000 litres (traite au transfert, vaches a la chaine)

-> Parc matériel vieillissant mes en bonne état (on est asse caler niveau mécanique, on répare tout nous-même), gros avantage de la ferme (niveau matériel) nous somme équiper pour tout faire, hors récolte (ensilage et moisson) qui est fait par ETA.

Je me bats depuis plus de 2 ans, pour faire passer mon projet d'installation auprès des banques et de la chambre d'agriculture.

Mon projet en lui-même:

-> Location de 28 ha de terre cultivable a 150 €/ha ainsi que 17 ha de prairie naturel (humide de septembre à mai) pour 110 €/ha

-> Augmentation du troupeau laitier de 20 vaches, pour une référence laitière qui passerait à 450 000 litres / ans.

-> Aménagement d'un bâtiment existant pour y installer une salle de traite 2X5

-> Aucun investissement immédiat sur le parc matériel (dans les 5 ans à venir)

Cout total investissement 110 000 € sur 120 mois

Mon problème est que:

D'un coter la chambre d’agriculture, juge mon projet non viable, car trop petit (suite au deux rendez-vous pour la réalisation de 3P) La chambre voudrait, pour m'aider et m'accompagner dans mon projet, que je produise au minimum 750 000 litre de lait avec 100 vaches. Chose que j'ai refusé catégoriquement (je veux vivre de ma passion, mais ne pas en être esclave)

De l'autre coter, les banque: qui elle juge mon projet raisonnable (un bon point) mais qui pense que je n'ai pas assez d'expérience (je n'ai pas vue asse de chose, pour reprendre les terme exacte du conseiller bancaire) pour leur apporter des garantie de réussite rapide. Alors quand Septembre 2016 (premier Rdv avec la banque, pour voir un peut leur condition) c’est ce même conseiller qui m'avais dit, qu'il était préférable que je reste à temps plein sur la ferme familiale car (je cite) "Cela pourrait soulager un peu tes parents, et à nous, cela nous donnerait la garantie que tu connais bien l'exploitation que tu veux reprendre"

(((point info: Je travail sur l'exploitation familiale depuis 8 ans (à temps plein depuis 4 ans) [la MSA a même dû me trouver un autre statue que aide familiale] j'ai réussi à me libéré entre 2012 et 2016 pour faire quelque mois en saison (moisson et ensilage principalement) et j'ai travail 6 mois au seins d'une coopérative agricole en tant que magasinier) En plus de cela, j'ai eu la chance durant mes étude en alternance, de réaliser des stage dans beaucoup de structure différente.)))

A cela j'ajoute la Laiterie: Qui eux, ne voyant que le litrage de lait produit, et sont prêt à m'aider financièrement si je prends les 300 000 litres qu'ils me propose, et si je m'engage a les produire dès la campagne suivante (en gros, il me faut constituer un troupeau de 80 Vl minimum avant Avril 2022) Et donc si c'est condition sont réuni, il s'engage à m'aide, donc à hauteur de 10% dans l'investissement d'une salle de traite (QUE LA SALLE DE TRAITE & SI ELLE EST NEUVE) soit une aide de 5 920.00 € sur la salle de traite qui me couterait 59 200.00 €

Je me retrouve donc coincer:

-> Entre mes idée, d'une ferme aux dimensions raisonnable, qui produirait du lait, avec un maximum d'herbe en plus de produire quelque ha de culture de vente (colza, etc.) et qui rentabiliserait des prairies humide en y faisant pâture des bœufs en période estivale.

-> Et la vision des autres ...

Et je vous avoue qu'au bout de 2 année pleine et entière, a expliquer, répéter, prouver et reprouver a pierre / Paul / Jacques, Que mon projet est viable mais à la limite, car pour produire plus de 450 000 litres de lait à l'année, il me faudrait faire des investissement énorme (bâtiment pour loger les animaux) et qu'il m’est impossible de trouver des terre soit à vendre ou à louer (à part les 45 ha mentionner plus haut qui serait en location et déjà à 20 minute aller/retour du siège d'exploitation) il n'y a aucune terre disponible actuellement, et aucune disponible dans les 7 - 8 ans à venir. De plus je n'ai pas les capacités de financer 15% des investissements comme me le demande les banque. Et surtout je n'en ai pas envie, car ce n'est pas ma vision des choses. Comme dit plus haut, l'agricole, les vaches ces vraiment ma passion, mais je voudrais que cela reste une passion, et que d'aller traire les vaches matins et soir ne devienne pas une corvée dans 3 - 4 ou 5 ans. Vous allez me dire que l'on peut embaucher, oui mais dans ces cas-là, il y a aussi un salaire à donner.

En gros, j'en ai marre, mais vraiment ras le bol, cela m'amené à réfléchir a d'autre chose, d'autre possibilité . . .

Penser vous:

Qu'en Bretagne (Finistère) il est possible de vivre avec 103 ha de culture, sur un assolement type (Blé, Maïs, colza)

Aujourd'hui les rendements sur la ferme sont aux alentours des 70 - 80 qtx / ha en blé (sur nos parcelle, nous n'avons jamais fait de maïs grain ou de colza) mais les voisin, sorte entre 35 - 40 qtx en colza et entre 85 - 90 qtx en maïs grain.
Si il y a un déboucher, de la culture spécifique (Pomme de terre, Carotte, Choux fleurs, etc. serait envisager, je dois avoir le technicien de ma coopérative pour plus d'information, mais pour l'instant il est en vacance)

Désoler pour le roman, j'ai essayé d'expliquer ma situation le plus clairement possible pour avoir des retours, peut-être d'expérience déjà vécu par certain.

Ce dont je suis sûr, c'est qu'aujourd'hui je ne vraiment pas sur de continuer les bovin, ou alors juste une partie Bœuf, pour rentabiliser et entretenir les 14 ha et 17 ha de prairie humide et les sous-bois attenant.

En vous remerciant de vos réponse, pour que j'y vois plus claire.

Cordialement
Max
Sam 6 Mar 2021 16:29 #2
Je sais pas quel genre de conseiller peut parler de 100 vaches pour un type seul ! :dubitatif
Avec les 45 vaches actuelle il y a déjà bien assez de boulot pour un homme en forme.
Sam 6 Mar 2021 22:39 #3
titian a écrit:
Je sais pas quel genre de conseiller peut parler de 100 vaches pour un type seul ! :dubitatif
Avec les 45 vaches actuelle il y a déjà bien assez de boulot pour un homme en forme.

sans doute un conseiller qui fait ses 35h semaine et se repose le reste du temps.
100 ha en cultures simples, céréales colza mais,ça va etre chaud. ici en centre breiz quand il y a que culture,on trouve souvent des pdt ,des légumes d'industrie ,souvent avec une irrigation.bon courage et cogite bien.
Sam 6 Mar 2021 23:08 #4
titian a écrit:
Je sais pas quel genre de conseiller peut parler de 100 vaches pour un type seul ! :dubitatif
Avec les 45 vaches actuelle il y a déjà bien assez de boulot pour un homme en forme.


Comme le dit Jojo56, les deux personne que j'ai vue a la chambre, ne connaisse le monde agricole qu'a travers des chiffre, elles sont payer pour faire leur 35 heures/semaine et basta.

J'ai oublier que dans le projet, j'arrêtait l'atelier Bœuf, et je compte garder que 10 génisses pour le renouvèlement annuel.
Sam 6 Mar 2021 23:27 #5
Slt, bon je vais te donner mon ressenti de jeune installé, alors pour commencer essaye d'emprunter le moins possible, la situation actuelle fais la durer, dis toi bien que les laiteries te donnent un droit à produire pour eux gagner toi peut être, si tu veux t'aggrandir vas y a 110balles l'ha rien que la pac te fera gagner de l'argent, ton projet bâtiment tu le fera plus tard si tu le sent, la chambre envois les se faire an Q l'haie ils ne servent à rien pour des reprises d'exploitations moyennes, bref tu vas voir ta banque tu demande un montant pour la reprise pour tes parents et une trèso de départ (ne pas avoir peur de prendre plus qu'il n'en faut l'argent est pas cher mais ce n' est pas une raison pour flamber la trèso OK mais de l'investissement pas au depart) si la banque te bloque change en surtout si CA il se peut qu'un administrateur bloque le dossier, si tu veux forcer le cer est bon pour les dossiers limite limite ....
Sam 6 Mar 2021 23:47 #6
jojo56 a écrit:
100 ha en cultures simples, céréales colza mais,ça va etre chaud. ici en centre breiz quand il y a que culture,on trouve souvent des pdt ,des légumes d'industrie ,souvent avec une irrigation.bon courage et cogite bien.


Merci pour la franchise ^^

Faire du légume en plus ne me déplairait pas, j'ai eu la chance de pouvoir en faire un peut lors de mes stage.

malheureusement chez mes parents, pas de système d'irrigation, donc compliquer pour faire du haricot / petit pois / épinard, pourtant j'ai une usine a seulement 5 Km de la ferme.

Apres je ne voir pas trop la charge de travail que peut représenter 100 Ha de culture seul, aujourd'hui les activité sont mélanger, nous passons donc de l'atelier lait aux culture facilement, et le travail devant être fait, je ne suis jamais reste regarder ma montre pour noter combien de temps j'ai passer a faire tel et tel chose. Au pire, l'activité culture coupler a un 1/4 ou 1/2 temps dans une coop ou un organisme de remplacement serait "peut-être" envisageable, ou pourquoi pas de la prestation de service, si il devais y avoir un investissement matériel a amortir.

Comme dit dans mon premier message, faire des légume maraichage (salade, courge, pdt) ne me déplairait pas (je doit d'ailleurs voir un technicien pour parler de sa) Mais le manque d'irrigation pourrai aussi être un frein,

Le passage au bio n'est pas non plus écarter.

Enfin bref, pour le moment, je me renseigne, je note, je calcule ... Je me casse la tête peut être pour rien, mais j'aurait été au bout de mon idée
Dim 7 Mar 2021 08:24 #7
pas facile de faire des choix qui engagent pour une carriere ,toi mais aussi ta famille .Surtout que tu peux etre confronté a la machine a broyer l agriculture :gene Parce que si on prend du recul ,il faut bien avouer que le choix du liberalisme pour l agriculture ,beneficie a beaucoup de monde ....sauf a l agriculteur .Les conseilleurs ne sont pas les payeurs .Te faire embarquer dans des investissements enormes et une charge de travail sur humaine ,afin de satisfaire la filiere ,ca merite reflexion .Pour moi il n y a pas 1 agriculture ,il y a ton agriculture qui te va bien ,qui te rend heureux dans ta vie ,et qui te permet d en vivre correctement .Pour mon histoire personnelle c est 28 ans a crever sous le travail pour produire du lait .C etait une veritable passion mais j y ai laissé une part de ma vie personnelle ,de ma santé .Si j y ai bien gagné ma vie jusqu en 2008, apres je travaillais pour les parasites qui s etaient accrochés a moi .Aujourd hui je suis double actif car avec 100 ha de cereales tu ne peux pas vivre .Mon choix a été zero elevage pour etre totalement disponible pour mon travail exterieur ( meme si je reflechis a faire une vingtaine de boeufs en extensif par an .Ca demande peu de temps et de contrainte )Je dois avouer qu a certaines périodes c est chaud en terme d organisation du travail mais je m en sort avec une bonne organisation .Et donc j ai aussi un travail salarié que j ai choisi avec aucune connexion agricole pour ne pas cumuler les pointes de travail .Je gagne correctement ma vie ,j aime ce que je fais ,je rencontre plein de gens interessants .....ou pas :cache mais j ai trouvé mon equilibre comme ca :pouce
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Mar 9 Mar 2021 13:31 #8
ceres a écrit:
pas facile de faire des choix qui engagent pour une carriere ,toi mais aussi ta famille .Surtout que tu peux etre confronté a la machine a broyer l agriculture :gene Parce que si on prend du recul ,il faut bien avouer que le choix du liberalisme pour l agriculture ,beneficie a beaucoup de monde ....sauf a l agriculteur .Les conseilleurs ne sont pas les payeurs .Te faire embarquer dans des investissements enormes et une charge de travail sur humaine ,afin de satisfaire la filiere ,ca merite reflexion .Pour moi il n y a pas 1 agriculture ,il y a ton agriculture qui te va bien ,qui te rend heureux dans ta vie ,et qui te permet d en vivre correctement .Pour mon histoire personnelle c est 28 ans a crever sous le travail pour produire du lait .C etait une veritable passion mais j y ai laissé une part de ma vie personnelle ,de ma santé .Si j y ai bien gagné ma vie jusqu en 2008, apres je travaillais pour les parasites qui s etaient accrochés a moi .Aujourd hui je suis double actif car avec 100 ha de cereales tu ne peux pas vivre .Mon choix a été zero elevage pour etre totalement disponible pour mon travail exterieur ( meme si je reflechis a faire une vingtaine de boeufs en extensif par an .Ca demande peu de temps et de contrainte )Je dois avouer qu a certaines périodes c est chaud en terme d organisation du travail mais je m en sort avec une bonne organisation .Et donc j ai aussi un travail salarié que j ai choisi avec aucune connexion agricole pour ne pas cumuler les pointes de travail .Je gagne correctement ma vie ,j aime ce que je fais ,je rencontre plein de gens interessants .....ou pas :cache mais j ai trouvé mon equilibre comme ca :pouce


Bonjour

c'est vrais qu'il est difficile de faire un choix, surtout quand il est synonyme d'investissements lourd.

Je l'avoue sans honte, qu'aujourd'hui j'ai été dégouter par la laiterie et par la chambre, par leur façon de broyer les conviction des jeune et moins jeune. Pour eux, il faut rentrer dans le moule, et produire peut importe le cout financier, et surtout le cout HUMAIN.

Quand je voir arriver dans la boite aux lettre, une facture GDS de presque 1 000 € pour éditer les 35 carte verte des bovins née sur la ferme + 4 analyse de lait par ans, idem pour l'EDE.
Sans parler de la chambre qui refuse de m'aider dans mon dossier d'installation, car pour EUX 450 000 litres de lait, n'est pas suffisant pour faire vivre 1 personne et que de ce fait m'aider, les rendrais coupable de ma future catastrophique situation.

Quand j'entend une personne (de la chambre d'agriculture) qui est donc sensé aider les agri en difficulté ... Dire a mes parents, qu'une dette fournisseur de 18 000 € est insurmontable, et qu'a 57 et 58 ans il ferrait mieux de vendre la ferme et d'aller travailler a la chaine en attendant la retraite. sa me met hors de moi.

Et quand la banque, refuse de les aider car il n'on plus de dette bancaire, et que de ce fait ce n'est pas le probleme de la banque.

Enfin bref ...

Aujourd'hui je fait mes petit calcule, avec les chiffre que j'ai en ma possession.

Entre charge lier au culture et charge de structure (incluant MSA) je suis a 1 451.99 € / Ha cultivable
Pour un produit (incluant Prime PAC) de 2 274.22 €

Soit un résultat net (PREVISIONNEL) de 822.23 € / Ha cultivable J'insiste bien sur, sur le PREVISIONNEL

Rien qu'avec 1/3 mes parents vivrait bien mieux qu'aujourd'hui, sans ce ruiner la sante. Et cela nous permettrait a moi et a mon frère de nous constituer une petite cagnotte par la suite (une fois les parents en retraite)
Mar 9 Mar 2021 22:25 #9
Je vais me faire l'avocat du diable...

Tu sais, si la chambre te dit que ton installation avec 450 000 litres de lait ne passe pas, il y a peut être une raison.

Il vaut peut-être mieux "broyer des convictions" que d'envoyer au casse-pipe ou donner de faux espoirs.
Mar 9 Mar 2021 23:50 #10
la seule solution , le papier et le crayon en partant avec des prix bas sur les productions .Avec une vision de crise , une vision de prix bas ,si les calculs passent pourquoi pas ?
Perso à chaque fois qu'on a fait quelque chose , bien souvent , hors conventionnel , c'était toujours nos calculs pas ceux d'une étude .
Ce qui est important c'est de faire l'agriculture qui te vas , celle ou tu te sens à l'aise ,pas celle du voisin
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 10 Mar 2021 10:18 #11
Hazta a écrit:
Je vais me faire l'avocat du diable...

Tu sais, si la chambre te dit que ton installation avec 450 000 litres de lait ne passe pas, il y a peut être une raison.

Il vaut peut-être mieux "broyer des convictions" que d'envoyer au casse-pipe ou donner de faux espoirs.


si dans mon coin il fallait 450.000 litres de lait pour vivre il n'y aurait plus guere de producteurs de lait. Les technichiens..voient que leurs intérets, plus important est la situation de famille On est jeune, plein d'allant, on bosse comme des malades stressé par les résultats comptables le temps passe, les parents disparaissent et on se retrouve seul , sans famille propre, à gérer une usine avec les morpions qui viennent réclamer leur du....

je sais c'est pas sympa ce que je dis mais perso je préfere être pauvre mais tranquille comme baptiste justement "au nom de la terre"
Mer 10 Mar 2021 15:26 #12
Ossau, il y a une petite différence entre être heureux avec moins de 450 000 litres, et s'installer avec moins de 450 000 litres.

Parce que quand tu vas voir la banque, l'argument du "je veux être tranquille quitte à être pauvre", je suis pas sûr qu'il fasse mouche.

Et ça reste le rôle du conseiller en installation de s'assurer que l'impétrant puisse gagner sa vie.
Mer 10 Mar 2021 18:33 #13
Hazta a écrit:
Ossau, il y a une petite différence entre être heureux avec moins de 450 000 litres, et s'installer avec moins de 450 000 litres.

Parce que quand tu vas voir la banque, l'argument du "je veux être tranquille quitte à être pauvre", je suis pas sûr qu'il fasse mouche.

Et ça reste le rôle du conseiller en installation de s'assurer que l'impétrant puisse gagner sa vie.


je comprends mais je me suis installé sans aucune aide à l'installation et donc rarement eu à convaincre un banquier philanthrope ou un commercial technicien "plein de bon conseils". Les conseilleurs n'étant jamais les payeurs.De plus ayant été syndicaliste à la CR j'ai très vite compris qu'on était les dindons de la farce ou la cinquieme roue du carrosse.Notre chambre d'agriculture étant tenue par des administrateurs et affidés de la coop locale.

Je rejoins Mono: papier et crayon en prévoyant le pire.
Sam 13 Mar 2021 17:59 #14
Hazta a écrit:
Je vais me faire l'avocat du diable...

Tu sais, si la chambre te dit que ton installation avec 450 000 litres de lait ne passe pas, il y a peut être une raison.

Il vaut peut-être mieux "broyer des convictions" que d'envoyer au casse-pipe ou donner de faux espoirs.


Bonjour

Dans ces cas la, je demande avec un grand ? qui croire ?

Les chiffre de mon bilan prévisionnel, travailler d'après 1 exploitation bien précise (celle de mes parents et donc celle que je veux reprendre) Qui a un potentiel non négligeable, mais qui aujourd'hui tourne au ralenti, car diriger par (mon père et ma mère) des éleveurs, user par 39 année de bon et loyaux servis POUR LES AUTRES et non pour eux au final.

Ou la chambre, qui en se basant sur de simple moyenne comptable sont capable de me dire (et cela sans honte) que pour gagner ma vie demain, je devais voir grand, ne pas avoir peur d'investir pour produire au moins 1 000 000 litres de lait
Mais produire 1 000 000 de lait, sur 80 ha, dans une étable prévue pour 45 vaches grand maximum, c'est compliquer.

Je précise, comme je les déjà dit plus haut, qu'il n'y a pas de terre a vendre autour de chez moi, ou alors a des prix exceptionnellement élever pour faire du lait, sans parler d'une belle entreprise belge producteur de sapin de noël (cul et chemise avec la safer et les banque) prêt a mettre jusqu'à 8 000 ou 10 000 euro / ha
Même en produisant 1 million, payer a 500 euro / mille, c'est impossible d'acheter.

sans même parler des investissement bâti qu'il faut réaliser.

Raser la totalité des batiment existant, puis miner pour remettre tout a niveau et enfin reconstruire 6 ou 7 000 m² a neuf (pour ce qui en doute: année 2000, mise au norme = fosse de 900 m³ a réaliser, 20m par 3 de haut, une pelle de 40 T durant 18 jour de 7h à 20h au BHR, pour au final devoir décaler la fosse de 6 mètres par rapport au plan. Je n'avais que 8 ans a l'époque, et j'entend encore le BHR dans ma tête, mes parent eux, se souvienne mieux de la facture et des plainte des voisin a 3km a la ronde)

Pour en conclure avec la chambre, il y a bien une raison pour la quelle ils veulent me faire produire plus de 450 000 litres, leur intérêt et ces des coop et laiterie
Mer 17 Mar 2021 12:35 #15
A te lire, j'ai plutôt l'impression que tu cherches à être conforté dans ta position, plutôt que recueillir des avis.

Je vais quand même faire un bilan de ce que tu nous as livré:
- tu bosses à temps plein avec tes parents sur une ferme de 90 ha avec 40 holsteins à 300 000 litres,
- matériel vieillissant en bon état, mais dette fournisseurs de 18 000 €,
- tes parents vont partir à la retraite dans quelques années.

Il manque bien sûr le montants des revenus / prélèvements persos, mais à première vue, on peut dire que la ferme ne semble pas très bien tourner... (C'est un constat, pas un jugement de valeur).

Tu nous présentes ton projet d'installation avec 45 ha supplémentaires, 60 holsteins et 450 000 litres. Pour faire simple, tu agrandis la structure de moitié.
Tu estimes les investissements à 110 000 €.

Pour moi, cela soulève quand même beaucoup de questions...
Déjà, que prends-tu en compte dans tes 110 000 € d'investissements? Parce que ça me semble assez peu.
Ensuite, si la ferme est aujourd'hui déficitaire, qu'est-ce qui inversera la tendance en augmentant proportionnellement la taille et le troupeau? (parce que, quand on perd de l'argent, en faire plus, ça peut aussi vouloir dire perdre plus d'argent. Il faut faire différemment...)
Comment tu feras dans 5 ans, quand tu devras investir dans le matériel?
Entre charge lier au culture et charge de structure (incluant MSA) je suis a 1 451.99 € / Ha cultivable
Pour un produit (incluant Prime PAC) de 2 274.22 €

Soit un résultat net (PREVISIONNEL) de 822.23 € / Ha cultivable J'insiste bien sur, sur le PREVISIONNEL


Qu'est-ce que tu prends en compte dans ton calcul? Parce qu'en blé, par exemple, en Bretagne, la marge brute (produits - charges opérationnelles) est autour de 850 € / ha en moyenne sur les dernières années. Ton résultat me semble surestimé, je vois mal les aides PAC compenser les charges de structure.

En dehors de l'aspect économique, comment vas-tu gérer seul plus de travail que vous ne le faisiez à trois?

Après, comme dit plus haut, un papier et crayon, oui. Mais aussi de l'honnêteté intellectuelle: partir du réel et ne pas penser que tu feras mieux que tes parents sans raisons valables. Si tes parents sortent 75 qx/ha de blé, tu dois rester sur cette valeur là toi aussi. Si tu modifies les achats d'aliments, alors tu dois aussi modifier l'autoconsommation et/ou le niveau de production. (Parce que c'est vite-fait de minimiser les charges et de surévaluer les produits parce qu'on se pense meilleur, et c'est comme ça qu'on se casse la gueule).

J'imagine que tu as accès à la compta de tes parents. Tu dois pouvoir faire un prévisionnel assez facilement.

Je continue à penser que la chambre n'a pas forcément tort (peu importe ses motivations). A toi de prouver le contraire de façon chiffrée et fiable.
Jeu 25 Mar 2021 16:44 #16
Bonjour Hazta

Ne mélange pas tout:
mon projet d'installation (en lait à temps plein avec 60 Vl pour produire 450 000 litres de lait sur une surface de plus ou moins 100 ha [si j'arrive à avoir les terres voisine] )
Qui est depuis plus d’un an, chiffrer au centime près, avec de multiple devis et des appuis techniques extérieurs à la ferme (impartialité de la chose) prouvant que l’outil de travail est rentable en ci remettant sérieusement (Chose que mon père n’a pas forcément envie de faire a 60 ans)

Pour donner quelque chiffre du prévisionnel : Un EBE qui passe de 27 000 € en 2022 à 65 000 en 2026 (deux premier année asse raide du a la remonter de production et a l’effectif laitier qui n’est pas encore là, car on passe de 40 vl en 2022 à 60 vl qu’en 2024 et une augmentation de production/vl qui passe de 5 500L en 2022 à 7 500 et plus je l’espère que en 2024/25, en prenant en compte qu’entre 2022 et 2024 il y aurait 2 salaire a retiré soit 18 000 euro/ N1 et 24 000 euro / N2)

Avec une variation du fond de roulement qui passe d’un - 3 000 € en 2022 à un + 37 500 en 2026

Et malgré cela, mon projet n’est pas bon !
La chambre juge mon projet « peut ambitieux » du fait qu’a 29 ans je ne veux produire que 450 000 litre de lait, il le juge d’autant plus sévèrement qu’entre 2022 et 2024 je serais associer à mon père et que de ce fait, il faut multiplier la production par deux.

Pas de problème, calcule vite fait, production moyenne = 7 500 L/vl, 450 000 X 2 = 900 000 / 7 500 = 120.
Il me faut donc 120 Vl.

Pour cela, il me faut une autorisation = Problème (la ferme est dimensionner pour 40 Vl et 18 000 poule pondeuse [activité avicole arrêter en 2006] une foi les calcule fait, en convertissant les 18 000 poules en UGB, les capacités de stockage (lisier et fumier) ont arrivé à 115 UGB, il manque 300 m³ de fosse et 116 m² de fumière
Il faut donc construire une nouvelle fosse à lisier (estimation 115 € / m³ X 300 = 34 500 €) et une fumière couverte (estimation 230 € / m² X 116 = 26 680 €)
Le bâtiment est lui trop petit (bin oui, tu ne mets pas 120 vaches sur la place de 40) il manque donc minimum 80 place (en aire pailler + aire d’exercice racler dans la fosse) Prix de la place estimer au plus bas 2 500 € / vaches X 80 = 200 000 euro
((Je dois agrandir mon aire pailler, j’ai donc des devis, et je peux compares. Entre le bâtiment en lui-même + la pose + le terrassement + la maçonnerie + les équipements intérieur + divers choses, je suis à 44 000 € ht soit 2 200 euro par vaches, mon calcule plus haut est bon))

A cela s’ajoute une salle de traite (estimation = 100 000 euro)

Je devrais donc, pour faire plaisir à la chambre d’agriculture, investir 361 180.00 € juste parce que je vais être associé à mon père durant 2 année
Ne me dite pas que cela est normal !
Et là-dessus je ne parle même pas de la charge de travail après 2024, et donc le potentiel besoin de mains d’œuvre (400 000 litre de lait a l’année pour 1 salarie d’après les chiffre de cogedis)

Bizarrement le conseiller qui me fait mon bilan prévisionnelle, lui a trouvé une autre méthode pour que cela soit rentable, tout en nous assurant un salaire minimum, la qu’elle, et bien très simple, durant deux ans, nous allons prélever 18000 euro en N1 et 24 000 euro en N2 soit 1 000 euro chacun. Et lors du départ de mon père, je pourrais au choix rester a 24 000 euro si l’exploitation le permet ou descendre à 12 000 euro si je le souhaite.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut