Élections USA : le grand couac du mondialisme

Ouvert par Miloux11, 04 novembre 2020

Jeu 18 Fév 2021 23:13 #641
c'est des news de 18/03/2020
c'est un loi de Trump
tant aimé par des complotistes
des pouvoirs supplémentaires pour les militaires
les militaires dernier espoir des complotistes
pour faire face au covid
qui n'existe pas pour les complotistes

:?
Ven 19 Fév 2021 09:39 #642
entre2o a écrit:
On en est où maintenant ?
Un petit mise à jour sur la Birmanie ?

Birmanie : la manifestante blessée par balles lors d'un rassemblement est morte, annonce l'hôpital
https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/birmanie-la-manifestante-blessee-par-balles-lors-d-une-manifestation-est-morte-annonce-l-hopital_4302997.html
Des violences avaient éclaté lorsque les forces de sécurité avaient commencé à tirer des balles en caoutchouc sur les manifestants. Les médecins de l'hôpital de la ville avaient par la suite déclaré qu'au moins deux personnes avaient été grièvement blessées par des balles réelles, dont la jeune femme.
... Le personnel de l'hôpital a subi des pressions, depuis l'admission de Mya Thwate Thwate Khaing, ce qui a causé plusieurs départ. Le porte-parole militaire devenu ministre adjoint de l'information, Zaw Min Tun, a confirmé cette semaine que la jeune femme avait été victime de tirs et a assuré que les autorités continueraient d'enquêter sur l'affaire.


Les forces de sécurité tirent á balles en caoutchouc, la Ashli Babbit birmane reçoit une balle réelle dans la téte ... :eusa_eh
...transmutation instantanée du caoutchouc en plomb :eusa_eh y a pas que les élections Dominion démocratiquement démocrates qui sont magiques en Birmanie, :eusa_think


Lors des manifestations au Capitole le 6 janvier, parmi les cinq personnes tuées se trouvait Ashli Babbit, une vétéran de l’armée de l’air. Le comportement de plusieurs individus autour de la violence, cependant, suggère qu’il y avait une action coordonnée entre les agitateurs. Pour en savoir plus à ce sujet, nous avons invité à parler avec nous journaliste indépendant japonais Masako Ganaha. Chaîne YouTube de Masako: https://www.youtube.com/channel/UCCYN... Twitter de Masako:https://twitter.com/ganaha_masako
Sam 20 Fév 2021 12:23 #643
entre2o a écrit:
c'est des news de 18/03/2020
c'est un loi de Trump
tant aimé par des complotistes
des pouvoirs supplémentaires pour les militaires
les militaires dernier espoir des complotistes
pour faire face au covid
qui n'existe pas pour les complotistes

:?

Heureusement il reste des anti-complotistes á l'esprit clairvoyant comme toi qui sont bien informés par des médias fiables qui t'ont expliqué comment on fait un coup d'état aux états unis avec des troupes d'élites super entrainées

''attention ce que vous allez voir contient des images choquantes ! '' :dingue explique la prévenante présentatrice de CNN :mdr

Mais nous les complotistes faibles d'esprits pas si cons on sait bien qu'un vrai coup d'état ça ressemble plutot á ça :gene
Sam 27 Fév 2021 10:36 #645
https://www.washingtonexaminer.com/news/john-durham-resigns-as-us-attorney-but-remains-special-counsel
John Durham démissionne á la demande de l'administration Biden de son poste de Procureur au Département de la Justice mais protégé par son immunité de Procureur Spécial conserve son mandat hors cadre d'investigation sur les irrégularités des élections depuis 2016.

« Ma carrière a été aussi épanouissante que je n’aurais jamais pu l’imaginer lorsque j’ai obtenu mon diplôme de droit en 1975. Une grande partie de cet accomplissement est venue de toutes les personnes avec qui j’ai eu la chance de partager ce milieu de travail, et dans nos organismes d’application de la loi partenaires ... Mon amour et mon respect pour ce Bureau et le travail d’une importance vitale accompli ici n’ont jamais diminué. Ce qui a été un immense honneur d’être procureur des États-Unis et procureur de carrière avant cela, et cela me manquera énormément.»

Le procureur général William Barr avait discrètement nommé Durham comme procureur spécial en octobre 2020 après l’avoir d’abord assigné à la tâche en mai 2019, lui offrant des protections supplémentaires contre une nouvelle administration qui chercherait à couper court á ses investigations.
Le procureur américain David Weiss fait également exception en tant que procureur spécial, avec une immunité identiques pour prolonger son enquête sur le dossier Hunter Biden, le fils du président.

A ce jour l'’enquête criminelle que Durham qualifie lui méme de ''travail d'une importance vitale'' n’a enregistré qu’un seul plaidoyer de culpabilité dans cette procédure, l’ancien avocat du FBI Kevin Clinesmith, second couteau de la fausse enquéte montée par la CIA et qui a admit avoir falsifié un courriel de la CIA en 2017 pour affirmer que carter Page, conseiller de campagne de Trump en 2016, n’était « pas une source » pour la CIA lorsqu’il avait déclaré au bureau à plusieurs reprises que Page avait été un « contact opérationnel » pour l’agence. Clinesmith a été condamné á l'automne 2020 à une probation.

Mais Durham a des antécédents et est largement considéré comme un procureur juste et obstiné, menant célèbre la poursuite des mafieux, y compris une série de condamnations très médiatisées de la mafia de la Nouvelle-Angleterre. Son enquête sur la corruption de l’ancien gouverneur du Connecticut John Rowland a abouti à ce que le républicain se retrouve derrière les barreaux à la suite d’un plaidoyer de culpabilité. Il a également été nommé par la procureure générale de l’époque, Janet Reno, en 1999, pour enquêter sur les liens corrompus entre les forces de l’ordre à Boston avec James « Whitey » Bulger et d’autres associés du gang winter hill de la mafia irlandaise.

Le procureur a également mené une enquête sensible sur les mesures prises par des membres du gouvernement américain lorsque le procureur général de l’époque, Michael Mukasey, l’a nommé procureur spécial en 2008 pour examiner la destruction par la CIA d’enregistrements d’interrogatoires de détenus. Il a ensuite été choisi par le procureur général Eric Holder pour mener une enquête plus large sur les techniques d’interrogatoire dites ''améliorées'' de la CIA.

Image
''Gardez toujours á l'esprit que le paysage qui défile, ce n'est pas votre destination finale ...
Le meilleur reste á venir''
Jeu 4 Mar 2021 15:07 #646

Kill Chain sera présenté en première le 26 mars à 21h sur HBO. #HBO​ #HBODocs​ #KillChainDoc Avant l’élection présidentielle de 2020, KILL CHAIN: THE CYBER WAR ON AMERICA’S ELECTIONS plonge profondément dans les faiblesses de la technologie électorale d’aujourd’hui, enquêtant sur les vulnérabilités surprenantes des systèmes de vote américains et les risques alarmants qu’ils représentent pour notre démocratie. Des cinéastes Simon Ardizzone, Russell Michaels et Sarah Teale, l’équipe derrière hbo 2006 Emmy® nominé au documentaire « Hacking Democracy », et le producteur Michael Hirschorn, KILL CHAIN suit hacker finlandais et expert en cybersécurité Harri Hursti comme il voyage à travers le monde et à travers les États-Unis pour montrer comment nos systèmes électoraux restent dangereusement non protégés. Abonnez-vous à HBO sur YouTube:https://goo.gl/wtFYd7 Regardez maintenant HBO MAINTENANT:https://play.hbonow.com HBO GO:https://play.hbogo.com Obtenez plus hbo site officiel:https://www.hbo.com/documentaries Twitter:https://twitter.com/HBODocs Instagram:https://www.instagram.com/hbo Facebook:https://www.facebook.com/hbodocs Kill Chain: The Cyber War on America’s Elections (2020) | Bande-annonce officielle | HBO ( HBO )
Ven 5 Mar 2021 09:21 #647
Le deuxième COUP D'ËTAT terrifiant annoncé par les Médias pour le 4 mars , nouvelle attaque sur le capitole :dingue
Image
https://th.bing.com/th/id/OIP.rPmoG20crxD16PeadFgGzgHaEK?w=312&h=180&c=7&o=5&pid=1.7
États-Unis: la police alerte sur le "projet d'une milice" de "forcer l'entrée" du Capitole le 4 mars
Des membres du mouvement conspirationniste Qanon pensent que le 4 mars verra Donald Trump investi président des États-Unis pour un second mandat.
La police chargée de la sécurité du Capitole a annoncé mercredi être prête à répondre à "toutes menaces" en alertant sur le "possible projet d'une milice" d'attaquer jeudi le siège du Congrès américain, cible d'un assaut meurtrier par des manifestants pro-Trump le 6 janvier.


:gene
Les émeutes font rage au capitole, envahi pour la deuxièmes fois par des « extrémistes violents membres de milices ...des extrémistes violents motivés par le racisme et qui soutiennent le suprémacisme blanc ». ( sic / C.Rey Dir FBI ) surarmés et assoiffés de sang
Image
https://www.thegatewaypundit.com/2021/03/fake-news-abc-desperately-tries-drum-controversy-4-trump-supporters-show-capitol/
Fake News ABC tente désespérément de tambour jusqu’à la controverse après 4 partisans de Trump se présentent à « l’insurrection prévue Mars 4th » au Capitole des États-Unis
Lun 22 Mar 2021 21:03 #648
L’histoire intérieure de la façon dont Spygate a été découvert— L’enquêteur principal Kash Patel raconte tout
https://www.ntd.com/the-inside-story-of-how-spygate-was-uncovered-lead-investigator-kash-patel-tells-all_584225.html
Kash Patel, un ancien procureur du MJ de l’ère Obama, qui a été essentiel pour découvrir le scandale du dossier fabriqué du Russia-spygate . Personnellement recruté par le membre du Congrès Devin Nunes, il a dirigé l’enquête sur la gestion par le FBI de l’enquête sur les prétendues collusions Trump/Russie dans les élections 2016.
...
Je m’attendais à voir ce que je voyais normalement : un document bien planifié de 150 á 200 pages, qui étaye chaque allégation avec une base factuelle et des preuves solides, des témoins crédibles, de bonne sources, des choses comme ça. C’est essentiellement dans tous lesdossierss que j’ai jamais travaillé ou vu.

Mais dans celui-ci, l’essentiel du sujet de la FISA était le dossier Steele lui-même. J’ai trouvé ça incroyable. Incroyablement remarquable en ce sens que, est-ce que c’est ça le cas? Où est le reste ? Alors que je me plongeait dans le reste de la demande, il n’y avait pas de « reste » rien. Alors j’ai dit: « Devin, on a un problème ici. Soit ils ne nous montrent pas tout, soit c’est un problème grave et nous devons aller plus loin.

Alors j’ai dit: « Devin, la façon dont je recommanderais la gestion de cette enquête est, vous devez acquérir autant de documents que vous le pouvez, qu’ils vous permettront de faire. » J’étais habitué au pouvoir d’assignation du grand jury du ministère de la Justice. Si nous voulions quelque chose, nous avions de très bonnes chances de l’obtenir parce que nous pouvions aller au tribunal, et nous avions tellement de poids et de poids derrière le Ministère, comme il est nécessaire.

Q?: Vous avez interrogé lus de 60 témoins, plus précisément sur la question de la collusion. C’est quelque chose que je pensais très intéressant, la lecture du livre de Lee à l’époque. Vous aviez cette question très, très précise et formulée légalement que vous avez posée à tout le monde.

... j'ai interrogé là des procureurs généraux, d’anciens procureurs généraux, d’anciens membres du Ministère de la Justice de haut niveau, à d’anciens gars du FBI, à d’anciens gars du FBI de haut niveau, à des directeurs adjoints du FBI, à des chefs de la IC [Communauté du renseignement], à tous ces gens qui étaient en place à l’époque sous l’administration Obama, pas un seul d’entre eux n'a pu me dire sous serment qu’ils avaient des preuves d'aucune forme de collusion. , coordination ou conspiration. J’ai trouvé cela choquant puisque depuis un an à ce moment-là, les médias avaient parlé de ce grand projet du président Trump et de ses alliés d’utiliser Poutine pour truquer l’élection.
...
Q?: L’ancien procureur des États-Unis Durham joue toujours ce rôle de procureur spécial, en examinant les origines de l’enquête. Cela n’est pas terminé.

M. Patel: Je n’ai aucune idée de l’état actuel de cette enquête. Personnellement, si j’étais encore au MJ, il y a de nombreuses personnes que je recommanderais d’être inculpées pour leur comportement pendant toute l’enquête russiagate, des individus qui sont à la fois au gouvernement et aussi dans le secteur privé. Mais c’est à eux de décider. J’espère qu’il le fait parce que c’est la seule chose qui nous sépare vraiment de presque le reste du monde, notre capacité de tenir même nos propres fonctionnaires au plus haut niveau responsables lorsqu’ils enfreignent la loi. J’espère qu’on y sera.

Mar 23 Mar 2021 22:07 #650
Miloux11 a écrit:
DOMINION GATE : les rats sont dans la boite , Machine á voter truquées dans les états pivots qui ont fait basculer l'élection.
Les Avocats affirment avoir maintenant les preuves en main , et les témoignages.
logiciel truqué pour frauder automatiquement , accès á distance pour coordonner les machines en fonction de l'évolution des résultats, marché publics d'achat du matériel falsifiés par les réseaux de corruptions démocrates et la Directrice de la CIA complice, services électoraux sous-traités á une entreprise vénézuélienne etc ...
Ca sent le sapin pour Biden et beaucoup d'autres

Mer 24 Mar 2021 15:51 #651
entre2o a écrit:
y'a-t-il des nouvelles de Mme Sidney Powell par rapport au fraude électoral

https://www.businessinsider.fr/us/sidney-powell-dominion-defamation-lawsuit-take-seriously-2021-3
sidney-powell-dominion-defamation-lawsuit-take-seriously

" Her lawyers say no reasonable person would take her claims about Dominion seriously. "

Sidney Powell demande le rejet de la poursuite de 1,3 milliard de dollars de Dominion
https://www.theepochtimes.com/sidney-powell-seeks-to-dismiss-dominions-1-3-billion-lawsuit_3744810.html

l'Avocate Sidney Powell, qui a intenté des poursuites contre des tiers pour aider l’ancien président Donald Trump dans sa lutte juridique postélectoraux, cherche à rejeter une poursuite de 1,3 milliard de dollars que Dominion Voting Systems a intentée contre elle.
Powell a déclaré par l’intermédiaire de ses avocats que la poursuite devrait être rejetée car elle a été déposée dans la mauvaise juridiction, tout en ajoutant que ses revendications au sujet de Dominion étaient protégées en vertu du premier amendement de la Constitution. Son équipe a également demandé que le procès soit déplacé au Texas à partir du district de Columbia s’il n’est pas jeté.
« Les gens raisonnables n’accepteraient pas de telles déclarations comme des faits, mais les considéreraient seulement comme des réclamations qui attendent d’être vérifiées par les tribunaux dans le cadre du processus contradictoire », ont déclaré ses avocats dans une requête (pdf) déposée le 22 mars. « Sidney Powell a révélé les faits sur lesquels ses conclusions étaient fondées. »
Dominion, dans une déclaration à Bloomberg News en réponse à sa requête, a déclaré que le procès de Powell contredit ses déclarations précédentes.
« La tentative de Powell de rejeter l’affaire contredit sa prétention qu’elle veut présenter son témoignage devant les tribunaux », a déclaré l’avocat du Dominion, Tom Clare. « Dominion Voting Systems est impatient que l’affaire avançon et a l’intention de demander des comptes à Powell. »
Mais les avocats de Powell ont soutenu le 22 mars que « toutes les déclarations prétendument diffamatoires attribuées aux défendeurs ont été faites dans le cadre du processus normal de litige de questions d’une importance capitale et d’un immense intérêt public », ajoutant que « les déclarations étaient étroitement axées sur les théories juridiques qu’ils avançaient dans les litiges et les éléments de preuve qu’ils avaient présentés, ou allaient présenter , aux tribunaux à l’appui de leurs allégations de fraude électorale.
Ses avocats ont ajouté que les allégations de Powell au sujet du Dominion et de la fraude électorale après novembre. 3, 2020, étaient des « annonces publiques », disant qu’elles ont servi à divulguer « l’état des affaires » qui ont été déposées devant les tribunaux.
« De telles annonces sont courantes par les avocats engagés dans des litiges d’intérêt public, y compris le département de la Justice des États-Unis », ont déclaré les avocats de Powell.

Dominion a également intenté des poursuites pour 1,3 milliard de dollars chacune contre le pdg de MyPillow, Mike Lindell, et l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani.
Dans sa poursuite contre Powell déposée en janvier, Dominion a déclaré qu’elle avait « causé un préjudice sans précédent » à l’entreprise.
« À la suite des mensonges diffamatoires colportés par Powell , de concert avec des alliés et des médias aux idées similaires qui étaient déterminés à promouvoir un faux récit préconçu — le fondateur du Dominion, les employés du Dominion, le gouverneur de Géorgie et le secrétaire d’État géorgien ont été harcelés et ont reçu des menaces de mort, et Dominion a subi d’énormes préjudices », ont déclaré les avocats de Dominion en janvier.
Les avocats de Dominion ont déclaré qu’ils avaient envoyé une lettre à Powell l’avertissant formellement de cesser de faire des déclarations au sujet de la compagnie ou qu’elle ferait face à des poursuites judiciaires. La poursuite énumérait également « Defending the Republic, Inc. », une société que Powell a utilisée à des fins de collecte de fonds à titre de défendeur.
Par ailleurs, le 1er mars, la Cour suprême a rejeté les poursuites intentées par Powell contestant les résultats en Arizona et au Wisconsin, n’offrant aucun commentaire.
L’une des requêtes mandamus de Powell indiquait : « Il est inhabituel de présenter un mémoire extraordinaire à notre Cour pour obtenir un bref extraordinaire de mandamus, mais il a ses fondements. Bien qu’une telle réparation soit rare, notre Cour l’accordera « lorsqu’il s’agit d’une question d’importance publique, ou lorsque la question est de telle nature qu’il est particulièrement approprié que cette action de notre Cour soit prise ».
Powell est apparu aux côtés des avocats de M. Trump, dont Giuliani et Jenna Ellis, en décembre, alors qu’ils annonçaient une série de contestations judiciaires après l’élection. Environ une semaine plus tard, Giuliani a confirmé que Powell ne faisait pas partie de l’équipe de Trump.
Sam 27 Mar 2021 11:03 #652
Image
« Où est Durham? Est-il un être humain vivant qui respire encore? Publié le 26/03/2021

https://trendingpolitics.com/watch-john-solomon-gives-stunning-update-in-durhams-russiagate-investigation/
John Solomon fait une mise à jour étonnante dans l’enquête « Russiagate » de Durham
Sans aucun doute, la grande majorité des Américains qui soutiennent l’ancien président Donald Trump ont été en colère et frustrés tout au long de 2020 avec juste une mention de l'administrationdes États-Unis á l’époque. L’enquête criminelle du procureur John Durham sur l’opération frauduleuse de lutte contre le terrorisme « Russiagate » du FBI visant sa campagne de 2016.

Dans les semaines qui ont suivi l’élection de novembre, on a annoncé que le procureur général de l’époque, William Barr, n’allait pas annoncer d’actes d’accusation ni même de rapport sur l’enquête de Durham parce qu’il ne voulait pas influencer le résultat.

« C’est une affaire criminelle très active, beaucoup de témoins, beaucoup de négociations avec des avocats », a commencé Solomon.
« Les grandes nouvelles sont qu’un ancien membre de Comey-[tiré directeur adjoint du FBI Andrew] McCabe cercle intérieur, l’un des cadres supérieurs du FBI - je ne sais pas lequel encore - l’un d’eux a commencé à coopérer et qui a ouvert une énorme quantité de connaissances internes » concernant les « nuances » et d’autres détails autour des origines de Russigate, Solomon a dit.

« Une très grande percée pour John Durham », a-t-il ajouté.

Bartiromo a répondu en notant que, plus tôt dans son programme, l’ancien directeur du renseignement national John Ratcliffe a déclaré qu’il avait rencontré Barr et Durham il y a plus d’un an et que tous les trois avaient décidé qu’il n’y avait pas de « prédicat » — aucune raison — de lancer une enquête sur la « collusion russe » dans la campagne Trump, ce qui signifie que le régime Obama a permis d’aller de l’avant pour des raisons purement politiques.

« C’est absolument vrai », a déclaré Solomon. « En fait, j’ai eu beaucoup d’experts que j’ai eus à regarder, ils sont venus à cette conclusion après avoir lu tous les documents.

« Donc, si vous ouvrez une fausse enquête et vous la soutenez avec de fausses preuves, est-ce que cela équivaut à un crime? C’est la question à qui John Durham tente de répondre », a poursuivi le journaliste chevronné.

Bartiromo a demandé s’il allait y avoir des actes d’accusation, notant que le scandale a été autorisé à s’envenimer pendant cinq longues années avec peu de punitions infligées.

« Certains des témoins à qui j’ai parlé et leurs avocats de la défense ont l’impression que John Durham se prépare à appuyer sur la gâchette pour certaines accusations criminelles », a déclaré Solomon. « Encore une fois, il devra obtenir la permission du ministère de la Justice Biden. Nous allons devoir voir si cela se produit.
« Mais tous les signes sont qu’ils se dirigent vers des accusations criminelles » dans les six à huit prochaines semaines, as t-il ajouté.

Le temps nous dira si le « ministère de la Justice » de Biden sera aussi politique que l’était évidemment Obama. Nous connaissons peut-être déjà la réponse.

Lun 29 Mar 2021 09:05 #653
Image
Un conseiller du Parti.Communiste.Chinois a présenté dés 2016 un plan détaillé pour vaincre les États-Unis, y compris la manipulation des élections.
https://fr.theepochtimes.com/conseiller-pcc-a-presente-plan-detaille-vaincre-etats-unis-y-compris-manipulation-elections-1702915.html

Un éminent professeur chinois – qui est également conseiller du Parti communiste chinois (PCC) – a présenté un plan complet pour que le régime communiste renverse les États-Unis en tant que superpuissance mondiale.
La stratégie à plusieurs volets du professeur implique une série d’actions malignes visant à subvertir les États-Unis tout en renforçant le régime chinois. Il s’agit notamment d’interférer dans les élections américaines, de contrôler le marché américain, de cultiver des ennemis mondiaux pour défier les États-Unis, de voler la technologie américaine, d’étendre le territoire chinois et d’influencer les organisations internationales.
Ce plan a été expliqué en détail par Jin Canrong, professeur et doyen associé de l’École d’études internationales de l’Université Renmin de Chine à Pékin, dans un discours de juillet 2016 sur la « philosophie stratégique sino-américaine » prononcé pendant deux jours entiers au Southern Club Hotel Business Class dans la ville de Guangzhou, dans le sud de la Chine.
« Nous voulons être le leader mondial », a déclaré Jin Canrong, expliquant la volonté du dirigeant chinois Xi Jinping de procéder à une « réactualisation nationale » du pays.
Surnommé « professeur de l’État » par les internautes chinois, M. Jin est un éminent universitaire connu pour sa rhétorique anti-américaine enflammée. Il est conseiller auprès de deux organes puissants du PCC, le Département de l’organisation et le Département du travail du Front uni, bien que l’on ne sache pas exactement à quel point il est proche de Xi.
Affaiblir les États-Unis
La stratégie visant à renverser les États-Unis comporte deux grands volets : l’affaiblissement des États-Unis par des moyens internes et externes, et le renforcement du pouvoir économique, militaire et diplomatique du régime chinois.
Utilisant la métaphore d’une entreprise pour illustrer la dynamique entre les États-Unis et la Chine, M. Jin a comparé les États-Unis à un président d’entreprise et la Chine à un vice-président qui veut le poste principal.
« On peut comparer les États-Unis à qui un homme d’âge moyen, qui est beau, a de fortes capacités et le soutien de la plupart des employés », a déclaré M. Jin.
« [Pour le remplacer], nous devons d’abord créer les conditions pour qu’il soit plus facile pour les États-Unis de faire des erreurs. Deuxièmement, nous devons les rendre aussi occupés que possible [à traiter les problèmes], au point qu’ils se sentiront déprimés et voudront abandonner. Troisièmement, nous devrions nous associer aux États-Unis, afin qu’ils ne puissent pas nous attaquer. »
M. Jin a déclaré que le PCC réfléchissait à de nombreux moyens d’affaiblir les États-Unis, ce qu’il a décrit comme une tâche « très difficile ». Le professeur a proposé quatre tactiques pratiques.

1. Manipulation des élections
M. Jin a suggéré que le PCC s’immisce dans les élections américaines pour porter au pouvoir des candidats pro-Beijing. Il a désigné les élections pour les sièges de la Chambre des représentants comme une cible facile.
« Le gouvernement chinois veut organiser des investissements chinois dans chaque district du Congrès pour contrôler des milliers d’électeurs dans chaque district », a déclaré M. Jin.
Il a noté qu’avec une population (à l’époque) d’environ 312 millions d’habitants et 435 districts du Congrès, environ 750 000 résidents vivent dans chaque district.
« Le taux de vote aux États-Unis est d’environ 30 %, ce qui signifie qu’environ 200 000 résidents de chaque district du Congrès votent pour le représentant de ce district », a déclaré M. Jin. « Normalement, la différence de voix entre deux candidats est de 10 000 ou moins. Si la Chine a des milliers de voix en main, elle sera le patron des candidats. »
Selon M. Jin, l’ambition de la Chine est de contrôler au moins la Chambre des représentants.
« Le meilleur scénario est que la Chine puisse acheter les États-Unis, et changer la Chambre des représentants américaine en deuxième comité permanent du Congrès national du peuple », a-t-il dit, en faisant référence au comité qui supervise le corps législatif du PCC.

2. Contrôler le marché américain
Accroître les investissements chinois en Amérique est un autre moyen d’exercer une influence sur le système politique du pays, a déclaré Jin, notant que cette tactique a l’avantage supplémentaire d’enrichir les hommes d’affaires chinois et le PCC.
« Les possibilités d’investissement aux États-Unis sont relativement bonnes », a-t-il dit. « Le marché américain est ouvert – plus ouvert que les marchés japonais et européens », a-t-il poursuivi, ajoutant que ses avantages incluent sa taille, sa transparence et sa stabilité.
Selon lui, le régime chinois souhaite que les hommes d’affaires chinois contrôlent le marché américain et qu’ils développent leurs activités dans le pays.
Pour atteindre cet objectif, le régime chinois a tenté de négocier avec Washington le traité bilatéral d’investissement (TBI) entre les États-Unis et la Chine. Cet accord a été activement négocié pendant la décennie précédant 2017, mais il a été écarté pendant l’administration du président Donald Trump.
Certaines entreprises américaines souhaitant pénétrer le marché chinois et le Conseil des affaires américano-chinoises ont plaidé pour la signature d’un TBI.

3. Stimuler les ennemis des États-Unis
Jin a déclaré que la « tâche stratégique » du PCC était de s’assurer que les États-Unis n’aient pas moins de 4 ennemis.
Quatre ennemis sont nécessaires pour étirer les ressources des États-Unis tout en embourbant le gouvernement dans des débats nationaux sur la menace à privilégier, a déclaré Jin.
Par exemple, avant la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis avaient deux adversaires, l’Allemagne nazie et l’Union soviétique. « Les Américains débattaient sans cesse pour savoir qui était la véritable menace », a-t-il expliqué.
« Si les États-Unis ont 4 ennemis, ils perdront totalement leur orientation. »
En analysant la situation en 2016, M. Jin a conclu que les États-Unis n’ont que 3 adversaires : « Le terrorisme est définitivement un ennemi des États-Unis. La Russie semble en être un autre […] Définitivement, les États-Unis nous traitent comme un concurrent […] Ce n’est pas suffisant. »
Le professeur a déclaré qu’au cours des dernières années, le PCC avait essayé de faire du Brésil un adversaire des États-Unis, mais qu’il n’y était pas parvenu parce que le Brésil « ne voulait pas se développer ».
Il a déclaré que le PCC avait injecté beaucoup d’investissements au Brésil dans le but d’obtenir son soutien sur les questions mondiales, notamment en prenant position contre les États-Unis. Xi s’était rendu au Brésil en 2014 et avait accepté d’investir dans des infrastructures dans la région occidentale du pays, ainsi que dans un chemin de fer pour relier les ports du Brésil et du Pérou.
Selon M. Jin, le régime chinois a renoncé à cette approche et tente de trouver un candidat pour se transformer en adversaire des États-Unis.

4. Causer des problèmes internationaux aux États-Unis
Selon M. Jin, le régime chinois bénéficie d’un avantage stratégique en raison du rôle des États-Unis en tant que gendarme du monde : chaque fois qu’il y a une crise dans le monde, les États-Unis doivent intervenir pour maintenir la stabilité mondiale, ce qui draine les ressources américaines et détourne leur attention de la Chine.
À titre d’exemple, il a cité les guerres d’Afghanistan et d’Irak, qu’il a décrites comme des entreprises « sans aucune valeur stratégique », qui ont coûté aux États-Unis « 6 000 milliards de dollars et la vie de 10 000 soldats ».
Le résultat est que les États-Unis « ont perdu 10 ans [sans être conscients du développement de la Chine], et ont laissé la Chine devenir puissante », a déclaré M. Jin.
Une autre tactique possible consiste à vendre les obligations du Trésor américain détenues par le PCC afin de précipiter une crise de la dette, a-t-il ajouté. Selon le Trésor américain, la Chine détient actuellement près de 1 100 milliards de dollars en titres du Trésor américain.
Enfin, s’engager dans des négociations interminables avec les États-Unis est également une stratégie efficace pour embourber les États-Unis, tout en donnant au régime le temps de se concentrer sur son propre développement, selon Jin. Au cours de ces négociations, les États-Unis ne prendraient pas de mesures punitives à l’encontre du PCC, telles que des sanctions, et concentreraient plutôt leur énergie sur la préparation et la réalisation des pourparlers. Pendant ce temps, le régime chinois, qui n’a aucune intention de négocier de bonne foi, utiliserait le répit qui lui est donné au cours des négociations pour consolider son pouvoir à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine.
En février, l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale Matthew Pottinger a mis en garde contre les « pièges de négociation » du PCC. M. Pottinger a déclaré que des années de dialogues formels successifs entre les deux parties, tels que le « dialogue économique stratégique », ont permis au régime de « faire traîner les choses » et de poursuivre ses assauts économiques contre les États-Unis en toute impunité.

Renforcer le régime chinois
M. Jin a déclaré que le régime chinois s’est largement appuyé sur le commerce et les investissements américains pour stimuler son développement économique au cours des quatre dernières décennies. Il a souligné 4 approches visant à étendre le pouvoir économique et politique du PCC dans le pays et à l’étranger.

1. Voler la technologie américaine
Le professeur a admis que le PCC a compté sur le vol de technologies américaines pour alimenter sa croissance.
« L’industrie chinoise a une grande production, mais manque de certaines technologies », a expliqué M. Jin. « Au cours des 30 dernières années, nous avons acheté des technologies, dont 46 % provenaient d’Allemagne. Cependant les États-Unis ont la meilleure technologie, mais ils ne nous la vendent pas. »
Il a ajouté : « Les Américains pensent que les pirates chinois leur volent beaucoup de choses. Cela peut très bien être vrai. » M. Jin a ajouté que les technologies clés de l’avion de chasse chinois J-20 et du missile balistique intercontinental DF-41 ont été volées aux États-Unis.
Le régime est également désireux de mettre la main sur la technologie spatiale américaine.
En juin 2016, la fusée chinoise Longue Marche 7 a envoyé dans l’espace un satellite de nettoyage de débris orbitaux, Aolong-1. Pékin a affirmé qu’Aolong-1 ne faisait que ramener des débris spatiaux sur terre, mais M. Jin a suggéré que le satellite avait une autre mission.
« Les États-Unis ont dit qu'[Aolong-1] collectait les satellites américains [de l’espace], et les ramenait en Chine », a déclaré M. Jin. « Nous sommes en mesure de démonter les satellites [américains] et de les réassembler en satellites chinois. »

2. L’expansion du territoire du régime
M. Jin pense que le régime chinois occupera l’ensemble de la mer de Chine méridionale et Taïwan dans un avenir proche.
Le PCC revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, en dépit d’un jugement rendu en 2016 par un tribunal international qui a estimé que ses revendications territoriales étaient illégales. Les Philippines, le Viêt Nam, la Malaisie, Brunei et Taïwan ont également des revendications concurrentes sur ces eaux. Abritant de riches zones de pêche et des ressources naturelles potentiellement précieuses, la mer de Chine méridionale est également l’une des principales routes maritimes du monde.
La Chine est en train de construire des îles artificielles en Mer de Chine méridionale. (Sina.com)
Pékin a cherché à conforter ses revendications sur ces voies navigables stratégiques en construisant des îles artificielles dans la région et en y installant des avant-postes militaires.
« En un an et demi [en 2013 et 2014 sous l’administration de Xi], la Chine a créé plus de 1 290 hectares de territoire. Les quatre autres États demandeurs n’ont créé que 40 hectares en 45 ans », a déclaré M. Jin.
M. Jin a prédit que le PCC continuerait à créer davantage de dispositifs en mer de Chine méridionale.
Il s’est également vanté de la réussite du régime à arracher le contrôle du haut-fond de Scarborough aux Philippines en 2012 avec l’aide de bateaux de pêche et de navires des garde-côtes chinois.
« Même si les Philippines veulent que les États-Unis prennent le contrôle des récifs [en mer de Chine méridionale], les États-Unis ne peuvent pas les garder », a déclaré M. Jin. « Si les États-Unis y stationnent un porte-avions, la Chine peut simplement envoyer 2 000 bateaux de pêche et entourer le porte-avions. Le porte-avions n’ose alors pas tirer sur les bateaux de pêche. »
En ce qui concerne Taïwan, le PCC dispose de plusieurs moyens d’amener l’île démocratique sous son contrôle, a déclaré M. Jin. Le régime considère l’île autonome comme une partie de son territoire et a juré d’amener Taïwan dans son giron par la force si nécessaire. Par exemple, le régime pourrait soudoyer les politiciens taïwanais, interdire le commerce et le tourisme en provenance de Chine, convaincre les quelques pays qui reconnaissent encore Taïwan sur le plan diplomatique de passer à la Chine, bloquer la participation de Taïwan aux organisations et réunions internationales et assassiner certains Taïwanais pour instiller la peur dans la population.

3. Construire une influence mondiale en menant des projets
Selon M. Jin, la stratégie globale de Xi pour renforcer la puissance mondiale du régime repose sur deux piliers. L’un est l’initiative de la nouvelle route de la soie (Belt and Road – BRI), l’autre est la zone de libre-échange de l’Asie-Pacifique (FTAAP).
La BRI, précédemment connue sous le nom de Une Ceinture, Une Route, est une stratégie d’investissement mondial géant lancée par le PCC en 2013 visant à renforcer son influence économique et politique à travers l’Asie, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique du Sud. Le projet implique des investissements dans des projets d’infrastructures et de ressources naturelles dans les pays. Il a été critiqué par les États-Unis et d’autres pays comme un exemple de diplomatie du « piège de la dette« , qui accable les pays en développement de dettes insoutenables tout en permettant au régime d’exporter sa technologie et sa gouvernance à l’étranger.
« Le but ultime de la BRI est de faire équipe avec la puissance industrielle qu’est l’Allemagne. Les États-Unis n’auront alors aucune position sur le terrain de jeu industriel mondial », a expliqué M. Jin.
De même, M. Jin a déclaré que le FTAAP, un projet d’accord de libre-échange entre 21 pays d’Asie-Pacifique, ouvrirait également un canal d’influence pour le PCC dans la région.
Le professeur pense également que les banques de développement soutenues par la Chine, la Nouvelle Banque de développement et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, joueront en faveur de Pékin, car les pays qui recevront des prêts de ces banques seront alors redevables au régime, a déclaré M. Jin.
« Nous sommes en train de construire le cercle de nos amis dans le monde. Nous serons plus puissants que les États-Unis avec plus d’amis », a-t-il avancé. « Nous pourrons alors dire aux États-Unis que nous sommes le seul représentant du monde. »

4. Influencer les organisations internationales
M. Jin a également expliqué le projet du PCC d’exercer une plus grande influence sur les organismes mondiaux tels que les Nations unies, l’Organisation mondiale du commerce, l’Organisation mondiale de la santé, Interpol, le Fonds monétaire international, le Comité international olympique et l’Organisation de coopération et de développement économiques.
L’objectif du régime chinois est que « toutes ces organisations internationales soient contrôlées par la Chine. Nous pouvons nommer à leur tête quelqu’un qui parle chinois [qui représente la Chine] », a précisé M. Jin.
Lors de son discours, M. Jin a souligné que Xi ne ressemblait pas à ses prédécesseurs par ses ambitions. Les précédents dirigeants du PCC, tels que Deng Xiaoping, Jiang Zemin et Hu Jintao ont travaillé dur pour développer le pouvoir du régime mais n’ont pas osé l’utiliser, a-t-il dit.
« Peu importe la quantité de pouvoir que vous avez, ce n’est rien si vous n’osez pas l’utiliser », a rappelé M. Jin. « Le président Xi ose l’utiliser. [Les instances de Xi] ont le pouvoir, osent utiliser ce pouvoir, et toutes ses attaques font saigner l’autre partie. »

Les ambitions de Xi, cependant, ne peuvent pas être révélées au monde extérieur, a déclaré le professeur.
Lorsque Xi a pris le pouvoir en 2012, il a exhorté le pays à réaliser le « rêve chinois ». Cela signifiait devenir un pays « modérément aisé » d’ici 2021, puis un « pays socialiste fort, démocratique, civilisé, harmonieux et moderne » d’ici 2049.
M. Jin explique que l’objectif de Xi est en fait de remplacer les États-Unis en tant que seule superpuissance mondiale d’ici 2049.
« Le ministère [chinois] des Affaires étrangères ne cesse de répéter [lors des points de presse] que la Chine aime la paix. Mais aucun journaliste présent aux points de presse ne le croit », a déclaré M. Jin.


Lun 29 Mar 2021 09:14 #654
Mike Lindell persiste et signe en annonçant un nouveau reportage-déballage sur les fraudes .
La lutte continue pour Mike Lindell et les patriotes ! Ils passent la vitesse supérieure avec un nouveau documentaire qui va arriver bientôt et qui sera encore plus accablant que ne l'a été "Absolute Proof". De plus Mike Lindell nous annonce le retour de Donald Trump en tant que président des USA pour Août prochain. Tout ce à quoi nous assistons n'est qu'un symptôme de panique de l'état profond...
https://infovf.com/video/mike-lindell-trump-retour-tant-que-notre-president--8523.html
Mer 31 Mar 2021 20:11 #655
EDITION SPÉCIALE AUTRUCHES : LA FRAUDE MAIN DANS LE SAC
Pas le commencement du début d'une preuve de la fraude massive et générale de l'élection bidon de Biden ?

En avant première V.O Le reportage ''Scientific Proof'' présente une interview d’une heure avec le physicien Douglas G. Frank, qui révèle qu'un algorithme précisément identifiable a été utilisé à l’échelle nationale pour contrôler l’élection.
Après avoir analysé les données officielles du vote , débusquées les anomalies flagrantes statistiques qui montrent l'impossibilité totale á 100% du résultat pourtant validé, les enquêteurs de terrain ont fait les vérification chez les votants supposés qui se sont révélés inexistants comme attendu et dans tous les cas.
Le même algorithme á été utilisé dans la totalité des États avec précisément le même paramétrage pour basculer statistiquement le résultat de l'élection réelle de Trump vers l'élection bidon de Biden.

« Il n’y a qu’une seule vérité ici », a dit Lindell. « Ce n’est rien d'autre et la vérité est là ici et maintenant. »
https://lindelltv.com/
Image
Mike Lindell présente la preuve scientifique: un physicien de renommée internationale prouve absolument que l'élection de 2020 a été la plus grande fraude cybercriminelle de tous les temps.
https://www.worldviewweekend.com/tv/video/wvw-tv-and-mike-lindell-presents-scientific-proof-internationally-renowned-physicist

Le meilleur reste á venir ! et ça ne va plus tarder ...
Mer 31 Mar 2021 20:46 #656
Depuis le temps que tu nous le dit......
Mer 7 Avr 2021 23:17 #658
3FR a écrit:
Depuis le temps que tu nous le dit......

Tiens... le New York Times qui depuis ce temps te raconte '' il n'y a pas le début du commencement de preuve de la fraude électorale'' se fait condamner en diffamation pour avoir tenter de décrédibiliser les reportages de Projet Véritas á grands coup de grosses infox.
Un jugement historique de la cour suprême de NY.
https://twitter.com/JamesOKeefeIII/status/1379101542918283264?s=20
Image
sous titré en Français lá:
https://youtu.be/k0oL3GGqvmU
Lun 12 Avr 2021 09:01 #659
Black-Lives-Matter ( B.L.M) Une affaire juteuse qui marche et qui ne manque pas d'air.
Image
https://lesdeqodeurs.fr/le-chef-de-black-lives-matter-de-new-york-demande-une-enquete-sur-la-cofondatrice-de-lorganisation-apres-avoir-appris-quelle-avait-depense-3-millions-de-dollars-dans-quatre-maisons-de-luxe/

La cofondatrice de BLM (Black Lives Matter), Executive directrice du réseau Global BLM , Patrisse Cullors, 37 ans, autoproclamée « marxiste de formation », a récemment acheté pour la bagatelle de 1,4M$ une propriété cossue à Topanga Canyon un quartier huppé de Los Angeles , avec une maison d’amis séparée et un vaste jardin.
À Topanga Canyon, 88 % des résidents sont blancs et seulement 1,8 % sont noirs, selon le recensement.a récemment acheté une propriété cossue à Topanga Canyon, dans, pour 1,4 million de dollars.

Elle a également acheté trois autres maisons au cours des cinq dernières années, selon le NY Post.

Le responsable du groupe BLM de la ville New York demande maintenant une enquête sur les finances de l’organisation, en demandant combien Cullors a contribué à la cause.

En 2020 BLM a reçu 90 millions de dollars de dons l’année dernière, a-t-il été révélé en mars.

Aujourd’hui, je réponds à une question qu’on me pose tout le temps... Suis-je marxiste ? Je brise aussi le communisme et le capitalisme ainsi que mes pensées sur ce qui sera le plus bénéfique pour tout le monde.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut