INVIVO: sandwich hollandais sauce VINADEIS CORDIER

Ouvert par Miloux11, 19 février 2020

Mer 19 Fév 2020 15:06 #1

2015 INVIVO s'empare de Baarsma Wine https://www.usinenouvelle.com/article/la-cooperative-invivo-s-empare-de-son-premier-distributeur-etranger-de-vins.N544198
Financé á credit LBO par le Credit Agricole /SODICA http://www.fusions-acquisitions.fr/article/profil-44/sodica-corporate-finance-2929
2017 : In Vivo Wine poursuit la construction de son réseau mondial de distribution. Après le rachat en mai 2017 du néerlandais Baarsma Wine, importateur-distributeur de vin aux Pays-Bas, en Belgique, Suisse et Grande Bretagne, le pôle vin du groupe coopératif In Vivo prend une participation majoritaire dans les filiales de distribution créées par la société narbonnaise Vinadeis sur le marché asiatique et sur la côte est des États-Unis.
2020: Vinadeis va fermer son site d’embouteillage de Narbonne.
Invivo investit par ailleurs dans le site d’embouteillage de Baarsma d'une capacité de 70 millions de cols.
https://www.usinenouvelle.com/article/vinadeis-va-fermer-son-site-d-embouteillage-de-narbonne.N881700
Le groupe viticole Vinadeis lance la procédure de fermeture en 2020 du site de conditionnement de Vignerons de la Méditerranée à Narbonne (Aude), où travaillent 76 salariés. Première réunion sur le plan de sauvegarde de l'emploi le 10 septembre. Vinadeis proposera à tous des reclassements sur ses sites de conditionnement de Carcassonne (Aude) et Maureilhan (Hérault).
Miloux11 a écrit:
http://forum.terre-net.fr/topic-267423-80
Petit retour dans les d'archives 2015 pour les heureux coopérateurs adhérents de Vinadeis possesseurs ( virtuels) d'un joyau mondialisé.

http://www.rayon-boissons.com/Portraits/Bertrand-Girard-directeur-general-de-Vinadeis-et-d-Invivo-Wine-39318
Bertrand Girard a contribué à propulser le groupe Vinadeis dans une autre dimension. « Il restera celui qui a réalisé la fusion entre Val d’Orbieu et Uccoar. Ce projet, un vieux serpent de mer du vignoble languedocien, était parsemé d’embûches. » ... Bertrand Girard restructure l’outil industriel en fermant par exemple les sites en France de la SA Les 2Mers à Barsac (33), et une unité de conditionnement de Clermont-l’Hérault (34) ou encore en cédant les propriétés d’Uccoar situées dans le vignoble du Sud-Ouest :eusa_think . Dans le même temps, il ouvre une filiale spécialisée dans l’innovation (Inno’Vo) et crée une structure dédiée au marché du vrac (Sud Vin). « Maîtriser le sourcing est un élément essentiel pour la filière, souligne Bertrand Girard. Faire des vins adaptés aux différents marchés nécessite un vrai savoir-faire. C’est une activité très intéressante dans laquelle nous voulons devenir un acteur majeur. »

Pour ce faire, Vinadeis entreprend d’ailleurs un investissement de six millions d’euros dans une nouvelle unité de vrac à Béziers (34). Laquelle sera mise en service début 2016. Ce à quoi s’ajoute la société Vignobles du Soleil International rachetée par Invivo. Ces structures pèseront à elles deux 800 000 hl sur le marché du vrac. Plus en aval, un autre défi attend également Bertrand Girard : la création et le développement de marques fortes avec, comme fer de lance, la signature bordelaise Cordier. « Nous regarderons aussi toutes les opportunités de croissance externe, en Hollande notamment pour accélérer notre développement, y compris sur le terrain des marques délocalisées », souligne Bertrand Girard, qui compte bien atteindre son objectif du milliard d’euros de CA en 2025 ... plus de 80% á travers BAARSMA Wine ( Hollande) .


Voyons voir deux ans plus tard le millésime 2017 de cette ''activité trés intéressante'' qui ''maitrise le sourcing'' de la filière ...
https://www.societe.com/societe/vignobles-du-soleil-international-492380647.html
Les Vignobles du Soleil International (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers)
Chiffre d'affaire : 22 762 700 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -1 112 500 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 568 463 € .... pour moins de 6 salariés
https://www.verif.com/bilans-gratuits/VIGNOBLES-DU-SOLEIL-INTERNATIONAL-492380647/

https://www.societe.com/societe/sudvin-534183843.html#chiffrecle
Sudvin (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers) ... méme adresse pour économiser le loyer
Chiffre d'affaires 11 997 300 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -686 800 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 322 059 € .... pour 2 salariés
https://www.verif.com/bilans-gratuits/SUDVIN-534183843/

1,8M€ envolés en fumées sur 35M€ de vrac , pour un salaire moyen par tête de 111 315 €, c'est effectivement une ''activité interessante'' ... mais pour QUI? Certainement pas pour les joyeux coopérateurs adhérents dont ''le sourcing est maitrisés'' par cette belle mécanique financière et qui se prennent le passif dans la gueule.

Une belle danseuse mondialisée bien maquillée qui ne se donne pas á n'importe qui, et surtout pas aux adhérents.

:read https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/14872_invivo_ra-2016_bd.pdf
Baarsma Wine (VINADEIS Hollande ) 220 M€ de CA / 80% du chiffre de InVivo Wine.

Avec un approche simpliste de l'analyse financière ... 220 000 000 - 35 000 000 = 185 M€ ... 625% de marge brute.
Si on compte largement .... 800 000 Hl ca nous fait 100 millions de flacons majoritairement mis en bouteilles dans le site Baarsma ( capacité 70M de cols) á disons ... 1,0€/col + 20% de marge pour payer largement la structure ça nous laisse 185M - 120M = 65 M € de résultat net ... :pouce en Hollande les contrôleurs de gestion savent mieux compter qu'á Bézier ... ca doit bien rigoler á Zoetermeer quand ils regardent leur feuille de salaire comparée au petit smic que touche dans le meilleur des cas les 1500 entrepreneurs viticulteurs adhérents dans le Languedoc.
65 000 000 € / 1500 = 43 333 € /an/coopérateur qu'on a juste oublié de leur redistribuer pour rémunérer leur labeur.
https://www.vinadeis.com/nous-rejoindre/

Avec un rendement financier de 25% on comprend que la martingale '' moules frites au rosé'' soit un axe de développement prioritaire ( In Vivo-wine á peine 5 % du Chiffre global du groupe mais une grosse part du bénef ) Invivo a trouvé une vache á lait aux œufs d'or á la hauteur de son crédo ambitieux : InVivo a pour mission de redonner
à l’agriculture et à la coopération agricole toute leur place dans la chaîne de valeur alimentaire mondiale,
( sic ) ça ne s'invente pas .

Mais dans le rapport annuel d'INVIVO on ne vous donnera pas le Résultat net (Bénéfice ou Perte) de Baarsma , trop compliqué d'expliquer ça aux actionnaires coopérateurs et puis faut rester décent quand même, dans la coopération un pour tous tous pour un et on est pas la pour faire du profit.
https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/invivo_rapport_annuel_2018_web_bd_0.pdf
Jeu 20 Fév 2020 10:34 #2
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandwich_hollandais

Bon puisque personne ne se la pose LA QUESTION SUBSIDIAIRE : :interr

Je la fais moi méme:
Faire de l'optimisation au sandwich hollandais ce n'est pas une attitude très citoyenne pour une organisation coopérative, mais après tout me direz-vous si la coopérative est une multinationale comme les autres pourquoi reprocher aux coopérateurs de l'agriculture mondialisée d'utiliser la boite á outils '' légale'' pour optimiser leurs maigres revenus? Si les actionnaires de Google , Apple , Starbuck McDo et compagnie en profitent pour gratter quelques milliards de poche, pourquoi pas pour améliorer le modeste pécule des agriculteurs ? :eusa_eh

:eusa_think

Etant donné que les coopératives ont un régime dérogatoire á l’impôt sur les Stés ( dérogatoire pour la Sté coopérative en vertu du fait que les adhérents payent eux l’impôt sur leurs revenus qu'ils reçoivent de la Coop) , elles n'ont pas á optimiser fiscalement sur un impôt auquel elles ne sont pas soumises ... d'un point de vue fiscal ca n'a donc aucun objet, la réalité est ailleurs.
Il ne s'agit plus d'échapper á l’impôt, mais bien d'échapper á la rémunération des producteurs en optimisant financièrement le coût de la matière première sur le dos des adhérents actionnaires, qui payent par le différentiel prix payé/valeur réelle pompé dans les capitaux exfiltrés, la croissance externe (á crédit LBO )et sans retour sur leur investissement. Tout ceci pour conquérir le marché mondialisé qu'on agite comme ultime alibi .
Inspiré de l'optimisation fiscale qui tire avantage des failles des lois fiscales , ce système de spoliation ne fait qu'utiliser opportunément les failles du statut coopératif pour alimenter par milliards les fortunes des fonds spéculatifs et des investisseurs initiés cooptés dans les réseaux complices des coopératchiks de Coop2France , FNSEA á tous les étages des interpro /and Co
CQFD
Pauvres paysans de France
Sam 22 Fév 2020 12:18 #3
Miloux11 a écrit:

Voyons voir deux ans plus tard le millésime 2017 de cette ''activité trés intéressante'' qui ''maitrise le sourcing'' de la filière ...
https://www.societe.com/societe/vignobles-du-soleil-international-492380647.html
Les Vignobles du Soleil International (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers)
Chiffre d'affaire : 22 762 700 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -1 112 500 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 568 463 € .... pour moins de 6 salariés
https://www.verif.com/bilans-gratuits/VIGNOBLES-DU-SOLEIL-INTERNATIONAL-492380647/

Petite mise á jour avec les chiffres 2018 ... :gene
Les Vignobles du Soleil International (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers)
Directeur général M GORNES Nicolas
Chiffre d'affaire : 20 116 518 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) - 983 733 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 224 326 € .... pour 1 salarié :cache

224 326 € / an sans les charges ca nous fait dans les 164 000 € brut , tiens on retombe sur 14 000€/mois sur la grille de salaire des super cadres super performant du syndicat . Le hazard fait bien les choses
Sam 22 Fév 2020 12:37 #4
Miloux11 a écrit:
millésime 2017
https://www.societe.com/societe/sudvin-534183843.html#chiffrecle
Sudvin (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers) ... méme adresse pour économiser le loyer
Chiffre d'affaires 11 997 300 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -686 800 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 322 059 € .... pour 2 salariés
https://www.verif.com/bilans-gratuits/SUDVIN-534183843/

Mise á jour 2018
Sudvin (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers) ... méme adresse pour économiser le loyer
Chiffre d'affaires 14 170 300 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -640 300 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 581 481 € .... pour 14 salariés
'' l'activité trés intéressante du vrac'' ca ne remplit pas les caisses du trésor public, mais les poches de certains....
2 super cadre á 225 000€ et 12 CDI au smic ca fait le compte
Sam 22 Fév 2020 12:58 #5
Miloux11 a écrit:
BAARSMA
Une belle danseuse mondialisée bien maquillée qui ne se donne pas á n'importe qui, et surtout pas aux adhérents.

:read https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/14872_invivo_ra-2016_bd.pdf
Baarsma Wine (VINADEIS Hollande ) 220 M€ de CA / 80% du chiffre de InVivo Wine.
Image
Baarsma Wine , la danseuse Hollandaise n#1 des vins du Languedoc, 100 Millions de cols 80% du C.A disparaît des compteurs pour mieux se fondre discrètement en dessous des radars dans les ''Poles du Groupe''
https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/ra_invivo_2018-2019_basse_def.pdf (page 50)
Quel est le bilan de l’exercice 2018-2019 ?
F. N. : Le chiffre d’affaires consolidé d’InVivo Wine s’établit à
224,7 millions d’euros, en léger retrait par rapport à l’exercice
précédent. L’exercice 2018-2019 a été difficile dans un contexte
de stagnation de la consommation mondiale. ...
Le pôle Services ( négoce vrac) a mis l’accent sur la maîtrise
du sourcing et la définition de cahiers des charges précis.
L’objectif étant de s’assurer d’une adéquation parfaite entre
les profils des vins souhaités par les consommateurs et ceux
élaborés par nos associés coopérateurs ou partenaires.
Notre offre se structure autour de marques globales créatrices
de valeur,


C.A 2018 224,7 M€ quand on a '' maîtrise de sourcing'' on ne connait pas la crise
Services 36 M€
Marques 34 M€ ( c'est la qu'on remplis la tirelire avec les redevances dématérialisées, royalties prélevées sur chaque bouteille)
Distribution 155 M€
Sam 22 Fév 2020 17:04 #6
Chez INVIVO Wine on ne recrute que les meilleurs au prix fort , comme á la FNSEA question de performance et pour transvaser du vrac des coopératives Vinadeis d'Oc a Vinadeis Baarsma NL il faut surement des talents rares.

Les Vignobles du Soleil International (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers)
Actionnaire : VINADEIS
Directeur général M GORNES Nicolas salaire : 224 326 €/an
pertes cumulées de la Sté depuis 2015 la reprise par Vinadeis ( 3ans) : -3 352 304€

Mais les talent de Mr Gornes ne s'arrétent pas la :https://www.chateaujonquieres.fr/
Nicolas GORNES est aussi gérant de la société LAMARGUE. Le siège social de cette entreprise est actuellement situé Domaine de Jonquieres - 11100 Narbonne contact: chateaujonquieres@vinadeis.com
LAMARGUE, SARL au capital de 750 000€
Gérant Dirigeant : N.Gornes
Chiffre d'affaire : 2 145 434€ /2018 ............ 3 509 510€ /2017 ............... 4 627 084€ / 2016
Bénéfice ou Perte - 506 588 € /2018
pertes cumulées de la SARL 3 ans depuis 2015 : - 1 371 377 €


Total 4 723 681 € évaporés en 3 ans c'est la vie de chateau chez Vinadeis , un magicien cet homme lá qui doit ressortir des lapins en or de son chapeau dés qu'il a passé la frontière.
Dim 23 Fév 2020 21:29 #7
Miloux11, le problème c'est qu'ici tu es sur un forum agricole, va t'adresser directement là et tu expliques tes petits soucis : https://twitter.com/SebastienGraff
Dim 23 Fév 2020 22:59 #8
WESTVAR a écrit:
Miloux11, le problème c'est qu'ici tu es sur un forum agricole, va t'adresser directement là et tu expliques tes petits soucis : https://twitter.com/SebastienGraff
Sébastien Graff @SebastienGraff DRH d' @InVivoGroup

Et qu'est ce que le Directeur des ressources humaines , c.a.d des salariés de la Holding INVIVO vient faire lá dedans?
Aurais tu acté dans ton inconscient que l'adhérent n'est plus''qu'un ouvrier agricole qui produit pour la coopérative'' plutôt que sociétaire propriétaire en commun de la boutique ? :interr
Notes, que tu es ''INVIVO ready''c'est exactement la vision des supers managers de la nouvelle agriculture :gene
Miloux11 a écrit:
http://forum.terre-net.fr/topic-271173 Tiens pour ceux qui n'étaient pas au courant , l'agriculteur est l'ouvriers des coopératives maintenant á moins qu'ils ne devienne le manager de son destin grace á l'appli-digitale maison ( écouter á 2:30 en dessous) . Donc vous fatiguez pas á réfléchir les filles et les gars , pour l'agriculture de 2030 Thierry s'est déjà occupé de tout, avec Google et la finance sauvage sur les matières premières.
L'agriculture de 2030 c'est la haut que ca c'est déjà décidé, toi dans ton champs tu t'occupes de redevenir l'ouvrier con-pétitif au tarif Bengladesh'.
Démonstration par le boss de la premiére forme la plus aboutie d’organisation de producteur* 3.0.
Au début tu es l'OS de la coop qui pas assez compétitif, après quand il faut justifier l'instrumentalisation du statut coopératif tu redeviens le patron de la coop... si tu comprends rien c'est normal puisque tu as pas fait HEC ou l'ESSEC pour avoir des neurones et pas étre con.
* ( pour utiliser les paraphrases du hautement estimé Dominique Chargé de Coop2Fr)


Tu sais quoi West, j'ai comme une idée que ton super deal pour vendre le Rosé de qualité en Vrac de ta coop avec un super partenaire c'est surtout une super escroquerie dans laquelle tu t'es fait entarter par le négoce de Vinadeis et mon petit doigt me dit méme que c'est Les Vignobles du Soleil International
Libre á toi de te mettre la téte dans le sable pour ne pas le voir.
Lun 24 Fév 2020 00:10 #9
Quoique .. en y réfléchissant un peut tu as peut être raison, voyons voir ton Sébastien

https://dirigeant.societe.com/dirigeant/Sebastien.GRAFF.22226770.html
Sebastien GRAFF dirige 4 entreprises (4 mandats), son mandat principal est Directeur général au sein de l'entreprise INVIVO EVENTS (8 personnes, CA: 3 360 500 €). Sebastien GRAFF évolue dans le secteur d'activité des Services.
Thierry BLANDINIERES fait partie du réseau de Sebastien GRAFF il est Président du conseil d'administration dans l'entreprise CORDIER MESTREZAT GRANDS CRUS.


https://www.societe.com/societe/invivo-events-318082906.html#chiffrecle
INVIVO EVENT : Directeur général Depuis le 16-09-2017 M Sebastien GRAFF
Chiffre d'affaires : 3 360 500 € -27,02 %
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -185 800 € :eusa_think on a décidément pas de chance chez INVIVO

https://www.societe.com/societe/cordier-mestrezat-grands-crus-469201818.html
CORDIER MESTREZAT GRANDS CRUS
Chiffres clés Date de publication de l'exercice 2019 2018 Variation
Total du Bilan (Actif / Passif) non publié Comptes non disponibles Comptes non disponibles :eusa_doh
Chiffre d'affaires non publié Comptes non disponibles Comptes non disponibles
Résultat net (Bénéfice ou Perte)non publié Comptes non disponibles Comptes non disponibles

La on a oublié de déposer les comptes au gref, va savoir pourquoi ... il faut savoir parfois diviser pour mieux régner alors voyons CORDIER .... puis MESTREZAT

https://societeinfo.com/app/recherche/etablissement/80339992200027
CORDIER - Bordeaux
Chiffre d'affaire : 11 552 368 € 2019
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -2 290 635 € merde encore 2,3 M € d'envolé les collègues Vitis de Bordeaux n'ont pas de chance non plus , vont devoir se serrer la ceinture aussi.

https://www.societe.com/societe/mestrezat-grands-crus-434115838.html#chiffrecle
MESTREZAT GRANDS CRUS Chiffres clés
Date de publication de l'exercice 30-06-2019
Chiffre d'affaires : ........................ 21 332 800 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -750 900 €

Encore 3,0 M€ évaporés en 2019 , ce doit être la part des anges sans doutes, ils sont gourmands les business angels de la '' forme la plus aboutie d'organisation de producteurs'' .

Il te faut un dessin West ?
Lun 24 Fév 2020 19:45 #10
Miloux11 a écrit:
Notes, que tu es ''INVIVO ready''c'est exactement la vision des supers managers de la nouvelle agriculture :gene
Miloux11 a écrit:
http://forum.terre-net.fr/posting.php?mode=quote&f=19&p=925651Tiens pour ceux qui n'étaient pas au courant , l'agriculteur est l'ouvriers des coopératives maintenant á moins qu'ils ne devienne le manager de son destin grace á l'appli-digitale maison ( écouter á 2:30 en dessous) . Donc vous fatiguez pas á réfléchir les filles et les gars , pour l'agriculture de 2030 Thierry s'est déjà occupé de tout, avec Google et la finance sauvage sur les matières premières.
....
Tu sais quoi West, j'ai comme une idée que ton super deal pour vendre le Rosé de qualité en Vrac de ta coop avec un super partenaire c'est surtout une super escroquerie dans laquelle tu t'es fait entarter par le négoce de Vinadeis et mon petit doigt me dit méme que c'est Les Vignobles du Soleil International
Libre á toi de te mettre la téte dans le sable pour ne pas le voir.

Hé non, Miloux, quand In Vivo a tenté d'amadouer la Provence les dirigeants de nos syndicats et fédérations ont été assez lucides pour agiter le drapeau rouge.
Et si ils veulent acheter du rosé chez nous ils font face à la concurrence comme tout le monde et sans contrats d'exclusivité, et c'est pas trop leur tasse de thé vu qu'ils ont l'habitude que ça tombe tout cuit.
Ce qui me pourfend dans cette histoire c'est que tout le monde criait haro au système courtier/négoce, et notre profession a pondu bien pire. Et en plus en gommant la part de concurrence de marché qui faisait fluctuer les prix en fonction des volumes.
Et en plus les négoces privés ont beau jeu, les prix sont déjà fixés au raz des pâquerettes, pourquoi payer plus cher un produit que les agriculteurs eux même dévaluent ?
Ven 28 Fév 2020 12:52 #11
On est bien d'accord alors, comme tu dis : ''Ce qui me pourfend dans cette histoire c'est que tout le monde criait haro au système courtier/négoce, et notre profession a pondu bien pire''. ... mais qui est la poule aux œufs d'or qui á pondu ca sinon le génie coopératchik mondialisé, le Capitaine du vaisseau INVIVO Thierry Blandinières ?

Joli travail avec l'emprise de INVIVO sur un des négoce majeur de la place de Bordeaux,
https://www.lefigaro.fr/societes/2015/06/05/20005-20150605ARTFIG00012-bordeaux-le-negociant-cordier-repris-par-in-vivo.php

Si vous avez eu la clairvoyance dans le Var de ne pas céder aux sirènes, ce n'est pas le cas de tous.
On voit d'ailleurs clairement qu'elles régions tirent leur épingle du jeux quand Bordeaux et le Languedoc-Roussillon sombrent dans l'enfer de la paupérisation viticole.
Jeu 1 Oct 2020 22:38 #12
La martingale Blandinière du sandwich hollandais prend l'eau de toute parts, coule la marque Bordeaux et Vinadeis prend le bouillon dans un désastre annoncé . :eusa_clap un chef d'oeuvre de la technocratie coopératchiks, qui continue sa fuite en avant dans une cavalerie financière du crapaud qui veut se faire plus gros que le boeuf.
https://www.usinenouvelle.com/article/invivo-futur-poids-lourd-du-vin.N982601
Le 1er juillet, Invivo a annoncé être entrée en discussion avec Vinadeis, la plus grande coopérative de vin français, pour en devenir actionnaire majoritaire. ... la montée au capital s’inscrit dans la stratégie du groupe de promouvoir les vins français à l’international. "Nous y parviendrons notamment avec des marques fortes", confirme Thierry Blandinières, :eusa_think

https://www.vitisphere.com/actualite-91738-Frederic-Noyere-quitte-la-direction-dInVivo-Wine-pour-divergences-strategiques.htm
Noyère quitte la direction d’InVivo Wine pour "divergences stratégiques"
Je vous confirme avoir quitté la direction d’InVivo Wine ce lundi soir » pose Frédéric Noyère, qui dirigeait la filiale vins du groupe coopérative InVivo depuis septembre 2018, suite au départ déjà soudain de Bertrand Girard, l’ancien président du groupe languedocien Vinadeis

A Bordeaux, le coronavirus achève la viticulture
http://confederationpaysanne.fr/actu.php?id=10577&PHPSESSID=2qqb3cul7g49trun509raci515
Comme le disait un observateur : « C'est un exploit de voir une marque avec une telle image détruite en moins de deux décennies ! ». Aux cours actuels, les vigneronnes et vignerons payent, juste en CVO* interprofessionnelle (1), 6 % de leur chiffre d'affaires pour alimenter une machine à perdre.

Le système coopératif (un tiers du vignoble bordelais) est en crise ouverte. La mévente est bien présente. Les investissements massifs en bâtiments, matériels de vinification « modernes » ont été dimensionnés large. Le départ massif des coopérateurs papy-boomers réduit la viabilité de ces investissements. Les banques ont dû mettre en route des respirateurs bancaires artificiels pour éviter l'accident industriel cataclysmique. Mais l'après vendanges sera meurtrier et le Crédit Agricole va devoir s'asseoir sur un paquet de créances désormais irrécouvrables.
Sam 3 Oct 2020 20:09 #13
Bien que venant rarement sur le forum, je constate que tu continues inlassablement ta litanie imbuvable sur une appellation que tu ne connais pas, tout comme ses viticulteurs dont tu as l air de savoir mieux qu eux l état de leurs relevés bancaires.
C est vrai qu il est toujours plus facile de parler des autres, que de soi....
J espère que tu seras au aussi prolifique pour parler de la baisse de 20% des cours du vin bio des vins du Languedoc !
si nous avons perdu cette force qui autrefois remuait ciel et terre, ce que nous sommes, nous le sommes: des cœurs héroïques et d'une même trempe, affaiblis par le temps et le destin, mais forts par la volonté de chercher, lutter, trouver et ne rien céder
Sam 3 Oct 2020 22:04 #14
Salut Mathieu , méme de mauvaise humeur un viti avec son franc parler est toujours bienvenu sur le forum ou les collègues se font rares qu'ils soient d'Oc ou d'ouest d'ailleurs.
Tu as parfaitement raison sur ma connaissance de la situation á Bordeaux, mais les commentaires que tu peux lire sur le lien qui est la haut dessus ne sont pas de moi mais de Dominique Techer vigneron en Gironde porte-parole de la Conf qui lui sait de quoi il parle.
Pour ce qui est de VINADEIS et de son modèle économique ( pour être poli si tu es sensible ) lá je crois en savoir un bout pour avoir enquêté sur ce conglomérat de coops et dont j'ai documenté abondement ici les pratique imbuvables et les conséquences qui en découlent sur les rémunérations des vitis de l'Occitanie et maintenant si mon analyse est bonne sur ceux de la Gironde écartelés entre les prix au taquet ( á 700 euros le tonneau du méme niveau que du pays d'Oc) et des couts du foncier sans rapport .
Je suis pas sur que ce soit une situation confortable pour les vitis au niveau bancaire et que notre priorité á nous tous soit de faire un concours de celui qui se prend la baisse la plus sévére entre producteurs, le problème est ailleurs et c'est bien le sujet de ce topic á savoir qui prend les pertes et qui prend les profits.

Pour les cours du vin Bio du Languedoc tes infos seraient bienvenue si tu en as, ce qu'on voit actuellement sur les transactions enregistrée obligatoires á la DRAAF :
''Le marché des vins bio IGP vendus en vrac est particulièrement dynamique. Il poursuit sa croissance depuis 5 ans, en volumes de transactions (213 000 hl, soit + 30 %) et en prix moyen (182,3 €/hl,soit + 5,5 %)''
http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Bilan-de-campagne-2019-2020-des

C'est 2x le prix du conventionnel, en partie grace á la demande soutenue mais surtout parce que la maffia du ''contrôle du sourcing'' Vinadeis/Coop2Fr n'a pas encore pu mettre le grapin sur la production Bio qui reste très morcelées chez des vignerons en caves particulières qui font encore leurs bouteilles. Tu as raison lá aussi si ca te rassurerait de voir le nivellement par le bas de tout le monde avec du Bio au taquet , dis toi bien qu'ils y travaillent d'arrache pied pour prendre aussi le ''contrôle du sourcing Bio'' et nous faire rentrer dans le rang au tarif bengladesh pas á -20% mais á conv+20% pendant que Baarsma engrange la marge en Hollande.

Entre nous je ne crois pas que l'écroulement annoncé du Bio fasse du bien en quelques façons á ton compte bancaire, á moins que tu ais un droit de tirage sur le compte d'une holding au Benelux ... la je comprendrais mieux ton courroux.

Lo bi douno l'esprit e maî lou dosta, injuros de vi, s'aoublidoun

Cordialement .
M
Dim 4 Oct 2020 11:18 #15
Je ne suis pas de mauvaise humeur mais ta manière de tirer à boulé rouge sur les coop m agace. Il n y a pas que vinadeis en France....
Dire sur un forum que l ensemble les vitis bordelais vendent leurs vins 700€ le tonneau c est allé un peu vite en besogne.
Ce n est pas parque tu as eu des problèmes avec ta coop que les autres sont pareils !
Je suis coopérateurs par choix et non par défaut et ma cave j en suis fière !
Pour le cours du vin bio dans le Languedoc, c est un article que j ai lu hier, il faut que je le retrouve pour te mettre le lien.
si nous avons perdu cette force qui autrefois remuait ciel et terre, ce que nous sommes, nous le sommes: des cœurs héroïques et d'une même trempe, affaiblis par le temps et le destin, mais forts par la volonté de chercher, lutter, trouver et ne rien céder
Lun 5 Avr 2021 10:33 #16
POUPÉS RUSSES ET CHAISES MUSICALES.
LA PART DES ANGES DU TONNEAU INVIVO WINE : 100 MILLIONS D'EUROS DE PERTES ÉVAPORES POUR LES FINANCES DES VITICULTEURS FRANCAIS PENDANT QUE LES COMPTES GONFLENT DANS LES HOLDINGS OFFSHORE

Cordier by InVivo met la main sur Vinadeis/Val-d’Orbieu et vise le top 3 mondial du vin :eusa_think
https://www.entreprendre.fr/cordier-by-invivo-met-la-main-sur-val-dorbieu-et-vise-le-top-3-mondial-du-vin/
Image
https://www.mon-viti.com/filinfo/vie-de-filiere/en-fusionnant-avec-vinadeis-cordier-invivo-atteint-les-500-meu-de-ca
prise de participation majoritaire de Cordier by InVivo dans Vinadeis (280 M€, 3 000 viticulteurs), 1er groupe coopératif viticole français, permet à InVivo de rejoindre le top 3 des opérateurs de vins français, s'est félicité ce matin Thierry Blandinières, directeur général du groupe InVivo, lors de la conférence de presse sur la fusion absorption de Vinadeis dans Cordier By InVivo..

Depuis l'absorption de VINADEIS dans le groupe INVIVO en 2015 la note salée de la part des anges avec le sandwich Hollandais en mode coopération.
Voyons donc les performances de nos champions internationaux de l'ingénierie financière viticole sous couverture COOP
Thierry Blandiniéres , Président de INVIVO-Wine et 18 autres mandats sociaux : -68 M€ ÉVAPORÉS AUX BILANS
Arrivé en 2015 à la tête du premier groupe coopératif agricole français InVivo (Gamm Vert, Soufflet, Bioline, 5,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 11200 collaborateurs) Thierry Blandinières ne fait décidément rien comme les autres. :eusa_hand
https://www.verif.com/recherche/Thierry%20Blandinieres/1/ca/d/?ville=null&dr=1
https://www.verif.com/bilans-gratuits/INVIVO-WINE-803344563/
Jacky Maria , Président de VINADEIS et autre filiales cooperative , négoce , vinif ... 20 mandats sociaux - 26,5M€ ÉVAPORÉS
(Vinadeis, Sudvin, Vignobles du Soleil Int'l, Vignerons de la Med etc ...)
https://dirigeants.bfmtv.com/Jacky-MARIA-3677230/
Philippe Leveau Président de CORDIER et 13 mandats sociaux ... -4,5M€ ÉVAPORÉS AUX BILANS
(Cordier-Mestrezat, Cordier Excel , Mestrzat Gd Crus .... etc..)
https://dirigeants.bfmtv.com/Philippe-LEVEAU-2242728/

Le viticulteur associé du Languedoc ou du Bordelais á qui ''le prix marché mondialisé'' laisse péniblement 750 euros mensuels, jaloux et envieux pourra faire un détour par les nombreuses micro filiales AD HOC prestataires de service interne au groupe Invivo qui rémunèrent copieusement ( voir la ligne salaires et nb de salariés ) les super-managers champions du bilan négatif.
Exemple : ''Les Vignobles du Soleil International '' 1Million de perte en 2018 pour 1 employé á 224 000 euros :gene
https://www.verif.com/bilans-gratuits/VIGNOBLES-DU-SOLEIL-INTERNATIONAL-492380647/
Économie d'échelle ? avec INVIVO on ne change pas une équipe qui perd gros , très gros
:eusa_clap
Mar 6 Avr 2021 10:58 #17
Flash Back 25 mai 2018/ La folie des grandeurs : InVivo Wine ou la petite histoire de 2 squales dans le même marigot !
http://www.berthomeau.com/2018/05/la-folie-des-grandeurs-invivo-wine-ou-la-petite-histoire-de-2-squales-dans-le-meme-marigot.html
J’attends sans impatience la suite du feuilleton InVivo Wine, comme l’aurait écrit Gabriel Garcia Márquez, « chronique d’une mort annoncée ». Je ne sais de quel encre sera fait le communiqué…
Mer 7 Avr 2021 13:55 #18
Comment le crapaud boiteux InVivo veut devenir un géant financier du Bull-market mondial du vin.
La plus grosse union de coopératives céréalières en France a absorbé Vinadeis, le premier groupe coopératif viticole.La nouvelle entité, baptisée « Cordier by InVivo », vise le peloton de tête mondial du vin d'ici à 2030
https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/comment-invivo-veut-devenir-un-geant-mondial-du-vin-1303823
InVivo n'en finit pas de se transformer. Après être s'être implanté dans la jardinerie avec Gamm Vert, Jardiland et Delbard, avoir mis la main sur un gros morceau du négoce céréalier en achetant le groupe Soufflet , cette union de 202 coopératives céréalières a l'ambition de figurer dans le top cinq mondial du vin d'ici à 2030. Aux côtés des Américains Gallo, Constellation Brands, du Français Castel (Nicolas) et de l'Australien Treasury Wines (Penfolds)…

La stratégie s'est enclenchée en 2015, quand InVivo entre dans le secteur du vin en s'offrant le négociant bordelais Cordier. Un premier pas suivi de multiples opérations de croissance externe - parmi lesquelles Café de Paris, vendu par Pernod Ricard et Vinadeis, ex-Val d'Orbieu , qui réunit les dix plus grosses coopératives du Languedoc-Roussillon. A ce jour, la branche vin d'InVivo, une SAS rebaptisée « Cordier by InVivo », totalise un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros dans le vin et dit viser le milliard à horizon 2030.
Jeu 22 Avr 2021 09:52 #19
Les perspectives de la technocratie financière par la '' PREMIÉRE WINERY FRANÇAISE'' pour la filière vin fleuron national de notre économie agricole. :dingue
https://www.lindependant.fr/2021/04/18/lancien-site-de-val-dorbieu-vendu-a-gerard-bertrand-9495549.php
Joël Castany, aujourd'hui à la tête du conseil d'administration de Cordier by In Vivo revient sur les dernières heures du groupe Vinadeis, et trace des perspectives d'avenir.

Q-Que devient le site narbonnais du Val d'Orbieu ?
R-Le site de Narbonne est vendu. Les bâtiments de l'ex-entreprise Vignerons de la Méditerranée ont été vendus il y a quelques jours à Gérard Bertrand.
QPourquoi à lui ?
R-Nous avions plusieurs propositions. Parce que c'est une entreprise narbonnaise, que Gérard Bertrand est un acteur leader du coin et qu'il collait à notre cahier des charges économiques. Il récupère un outil en bonne forme, tant au niveau de la cuverie que de l'embouteillage et du stockage.
QJe voudrais revenir sur votre départ de Narbonne l'an dernier.
R-Nous étions face à l'obligation de restructurer notre industrie qui portait sur les trois sites : Maureilhan, Narbonne et Carcassonne ; c'est celle de Narbonne qui a été malheureusement choisie. À partir de là, le personnel a fait l'objet de procédures assez longues avec l'appui des pouvoirs publics. Une proposition a été faite aux salariés avec le choix pour Narbonne Jonquières, Béziers ou Carcassonne car une partie du personnel, l'administratif, a été réaffectée dans des bureaux à Jonquières. On a été très attentifs la gestion en amont a été correctement réalisée.
QLe siège de Jonquières est-il à vendre ?
R-C'est compliqué. Jonquières ne nous appartient pas. Les gens parlent de choses qu'ils ne connaissent pas. La propriété de Jonquières appartient au Crédit Agricole. Le foncier, 400 ha de landes et le vignoble, est détenu par une SCI dont le Crédit Agricole est l'actionnaire majoritaire. Nous, aujourd'hui devenus Cordier by In Vivo, avons une petite participation, dont "le château".Le vignoble fait l'objet d'un bail emphytéotique en faveur d'une société civile d'exploitation agricole que nous pilotons et ce bail prend fin en octobre 2021. Nous ne sommes pas enclins à la renouveler en tant qu'exploitant. N'oublions pas que la LGV est redevenue d'actualité et qu'elle passe en plein milieu.
Q Pouvez-vous revenir sur les raisons de la fusion de Vinadéis avec In Vivo Wines pour devenir Cordier by In Vivo ?
R-Une entreprise régionale, fruit de la fusion avec l’Uccoar n'est pas rentable, elle a de très faibles moyens de développement en matière de marketing, de commerce, de recherche et d’innovation, à tel point qu’à un moment on décide même de fermer l’usine, et que malgré cette fermeture, elle n’est toujours pas la championne de la rentabilité. Elle est très liée aux producteurs dont elle a pour mission d’écouler la production et d’essayer de la valoriser. Elle s'adosse par l'effet d’un partenariat, puis d'une fusion à un leader de l'agroalimentaire français qui a une bonne rentabilité et qui, dans sa vie récente a vendu Néovia, une société pour laquelle il a reçu un prix très élevé. Ce cousin germain dont on est associés en termes d’union de coopératives, dans des réflexions de réutilisation des moyens récupérés dans la cession de Neovia, décide des priorités.
QQuelles sont-elles ?
R-Le retail, (d’où l’achat de Jardiland), une plus forte présence dans le secteur agro alimentaire, (c’est le rachat de groupe Soufflet en cours), l’amélioration de ses performances en matière de trading, être un grand acteur du bio contrôle et devenir effectif dans le vin. Pour ça, il met des moyens au service de la filière vin.
QD'où la fusion ?
R-Ces moyens s'expriment par de la croissance externe, c'est le cas de Vinadéis avec la fusion, et par des moyens amenés dans le marketing, la recherche, etc.
QMais pourquoi acheter des sociétés déficitaires ?
R-Si elles étaient hyper rentables peut-être n'auraient-elles pas été à vendre ? C'est un mythe qu'on gagne beaucoup d'argent ; la rentabilité globale du groupe Vinadéis est faible à négative suivant certains arrêtés comptables. Car de quoi était constitué Vinadeis ? Trois sociétés plus importantes : Uccoar, Trilles, et Vignerons de la Méditerranée. Puis de Sud Vin et VSI à Béziers, et de la marque Inno'vo.
Trilles, historiquement, fait preuve d'une rentabilité récurrente, en revanche ne le sont ni Uccoar ni VIM, ni Sud Vin. Aucune société n'est largement bénéficiaire.
QPourquoi ?
R-C'est le drame de l'activité. Les producteurs qui ont une partie importante à charge sont payés au prix du marché, et n'ont pas de rentabilité.
QEt la société hollandaise Baasma Wines, c'est elle qui achète tout le vin des coop du groupe en Languedoc ?
R-Pas du tout, son activité est ridicule, In Vivo l'a acheté, pensant à un ancrage en Europe du Nord, mais ils ont déchanté. ça ne représente rien pour nous, à peine 7/8000 hl.
QVous n'allez pas vendre l'Uccoar ?
R-C'est totalement l'inverse. Les sites de Carcassonne, Maureilhan et Béziers vont être renforcés au profit de ce développement.
QDonc aujourd’hui, les sociétés composant Vinadéis sont déficitaires, mais, au profit de cette fusion, quelles sont les perspectives d'avenir ?
R-Cela ne peut pas rester déficitaire. L'effet escompté de la fusion, c’est de maintenir cette mission auprès de ses actionnaires, ses sociétaires, pour arriver à un niveau de rentabilité acceptable pour maintenir l'investissement, une chose, qu'on a connue à une époque. Et qui pour des raisons de marché est difficile aujourd'hui.
Q"La question fondamentale, c'est la gouvernance"
R- "La question fondamentale, c'est la gouvernance. Celle d'In Vivo est assurée à 100 % par des agriculteurs, je n'ai jamais vu un CA aussi bien structuré et qui fonctionnait aussi bien. La gouvernance de la nouvelle société, dont le siège est à Paris, est une organisation pyramidale des producteurs."
QRémunération des producteurs ?
R-"Je fais un constat, prenons la carte de l'arrachage de ces dernières années, on voit une corrélation entre la survie et le développement des caves qui étaient membres de Val d'Orbieu et celles qui ont disparu ou été absorbées. La question n'est pas de savoir si on paie le vin deux fois le prix, mais que, dans des périodes aussi compliquées que celle qui nous connaissions avant le gel, chaque mois, le producteur reçoive des acomptes. En soi ça paraît ridicule, mais c'est le fondement. A l'intérieur de ça, c'est jamais bien payé, sauf qu'on se rend compte que sur la durée il y a eu une réponse, même si je la considère insatisfaisante souvent, mais qui est la réalité. Ceux qui étaient associés à X ou Y ne sont pas mieux lotis. On mélange souvent le prix payé par un négociant à un autre prix, celui payé par les coopératives, qui ne concerne pas l'unité centrale. Les coopératives distribuent à leurs adhérents en fonction de leur propre gestion. Certains confondent le prix payé de la coopérative avec le prix du marché".
:interr

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut