quelle agriculture pour 2030

Ouvert par ceres, 31 janvier 2020

Sam 8 Fév 2020 18:17 #41
bonjour ,je veux juste revenir sur la vente directe ; elle peut avoir plusieurs formes et etre plus ou moins sécurisé ,on peut avoir des contrats directement avec des GMS; vendre via une AMAP; livré a un mandataire sur un MIN,avoir un réseau de commerce de proximité, restaurant,traiteur,petit commerce,professionnel des marchés, comité d entreprise, bien entendu vendre chez soi. Aprés que cela soit la méthode pour s en sortir,je n en sais strictement rien,mais si on le fait avec passion et envie,et que le produit qui est vendu correspond a l attente des consommateurs on a toutes les chances d y arriver.
Sam 8 Fév 2020 20:11 #42
La vente directe ce n'est pas d'aller faire le guignol avec un béret dans un supermarché entre le rayon boucherie et poisson. En qui va te saigner sur les conditions de ventes et les marges arrières.
C'est vendre á un consommateur qui te paye sans intermédiaire un produit que tu lui livres en confiance les yeux dans les yeux.
Mer 12 Fév 2020 15:17 #43
Hazta a écrit:


..

steph72 a écrit:
+ 1 rebelle
Pas de possibilité de se diversifier dans les cultures vu la qualité des sols,il n'y a que l'elevage qui s'en tire le mieux.


L'herbe est toujours plus verte ailleurs... Avant de parler des soit-disants atouts des autres, faut regarder ce que l'on a. Se dire: "C'est facile pour les autres, mais moi, je ne peux pas", c'est un prétexte pour éviter de se remettre en question...
Si j'avais 1 ha attenant à la maison, je sais ce que j'en ferais.
Si j'avais 30 ha de SAU, je sais ce que j'en ferais.
Mais je n'ai que quelques hectares, et je les utilises au mieux, sans me trouver d'excuses.

si mon exploitation est loin de me faciliter le travail , je n ai qu à planter des choux et des poireaux .... :eusa_wall
bin oui j'suis pas con ,l éleveur que je suis ,et surement aussi un maraicher compétent ... les chambres d agriculture ont encore un bel avenir avec leurs réunions " vous êtes des cons faut diversifier"....
faudrait que j arréte de consulter un proctologue pour mes problèmes de vue , j avais cru qu il était aussi compétent dans se domaine, il avait fait médecine .....
Mer 12 Fév 2020 16:15 #44
rebelle a écrit:
... vous êtes des cons faut diversifier"....
faudrait que j arréte de consulter un proctologue pour mes problèmes de vue , j avais cru qu il était aussi compétent dans se domaine, il avait fait médecine .....

:hihi :pouce
quoique ... quand on a de la merde dans les yeux, c'est pas si con de consulter . :eusa_sick
Mer 12 Fév 2020 16:16 #45
Pauvre Rebelle. Tu as bien des malheurs:
- tu n'es pas capable de lire un message (et je ne parle pas de tes problèmes de vue!),
- tu as une exploitation de crotte,
- tu n'es bon qu'à élever des animaux,
- tu fais une fixation paranoïaque sur les chambres d'agriculture...

Allez, la bise à ton proctologue.
Mer 12 Fév 2020 19:29 #46
Miloux11 a écrit:
rebelle a écrit:
... vous êtes des cons faut diversifier"....
faudrait que j arréte de consulter un proctologue pour mes problèmes de vue , j avais cru qu il était aussi compétent dans se domaine, il avait fait médecine .....

:hihi :pouce
quoique ... quand on a de la merde dans les yeux, c'est pas si con de consulter . :eusa_sick

:lol: :lol:
Mer 12 Fév 2020 19:35 #47
Hazta a écrit:
Pauvre Rebelle. Tu as bien des malheurs:
- tu n'es pas capable de lire un message (et je ne parle pas de tes problèmes de vue!),
- tu as une exploitation de crotte,
- tu n'es bon qu'à élever des animaux,
-

Allez, la bise à ton proctologue.
c est à ça que se limite ton argumentation ????tu as oublié de parler du chiffre d affaire que tu peux faire sans le déclarer ...surement un des points les plus intéressant de la vente direct ....tu devrais même te faire embaucher à la chambre ,tu as du potentiel ,à moins que ce ne soit déjà pas ton travail .... :dingue
Mer 12 Fév 2020 21:43 #48
Toujours cette obsession vis à vis de la chambre... C'est vraiment maladif!

Quand à mon argumentation, si tu prends le temps de lire mes messages, tout y est.

Et la fraude, au micro-BA, c'est prendre beaucoup de risques pour pas grand chose. Entre l'abattement de 87%, et la TVA à 5,5%... Prendre le risque d'un redressement pour gagner 500€ ou 1000€ par an, non merci!

Le monde dans lequel tu évolues semble bien étroit, rebelle. Je te plains sincèrement.
Mer 12 Fév 2020 23:59 #49
Hazta a écrit:
Oh, et pour les revenus extérieurs, environ 1300 € net mensuel avec de grosses irrégularités (Pas de CDI). Non, ce n'est pas moi qui fait tourner le foyer avec un gros salaire. C'était pareil lorsqu'elle était en GAEC.


Euh, je ne te demandais pas ta feuille d'impôts, juste le rapport entre ton travail et celui de madame.
En agricole on a trop souvent tendance à oublier l'autre moitié ;)

Pour les retraites, on pourrait voir arriver une retraite par capitalisation privée, ne pas avoir peur d'investir dans l'achat de foncier comme ce fut trop souvent le cas (pour reprendre la main sur l'outil et réduire l'influence des proprios non agri)
L’intérêt étant de multiplier les sources pour limiter les risques et de faire baisser le montant des cessations/reprises
Les sortants étant peu enclin à réduire le montant de la vente d'une vie de labeur surtout aux vues du montant de la pension de la MSA
le mix "prix bas des produits agricoles/montant de reprise élevé" rève la capacité d'investissement des J.A

Du moins la question mériterait d'être débattue

Refonte de la formation agricole
renforcement des notions d'économie international, fonctionnement des syndicats, des grands groupes, coops,...
redéfinition du niveau de fin d'étude (BTS??)

Prise en compte de ce que signifie "vivre à la campagne" quand celle ci se désertifie
Jeu 13 Fév 2020 11:48 #50
C'est bon, les revenus ne sont pas tabous pour moi... ;)

Je ne crois pas que relever le niveau au BTS plutôt qu'au BPREA changerait quoi que ce soit.

En l'état actuel des choses, le BPREA comme condition à la DJA ne sert qu'à remplir les poches des chambres et lycées agricoles qui forment à tour de bras quitte à envoyer les impétrants au casse-pipe.
De ce que je vois:
- les installations hors cadre familial, souvent avec soit un apport conséquent et/ou un projet modeste en terme d'investissement peuvent très bien se passer de DJA (et le font de plus en plus) et n'hésite pas à prendre en main eux-même leur formation.
- les fil(le)s d'agri ont de toutes façons la possibilité de s’installer auprès de leur parent, le niveau BPREA n'étant qu'une formalité.

Si tu passes au niveau BTS, tu vas juste sortir du dispositif d'installation aidée plus de personnes. Il n'y aura pas beaucoup moins d'installés (peut-être chez les HCF sans apport...), mais les installations seront plus couteuses.
Enfin, c'est mon avis.

Après, la transmission familiale a pour moi deux inconvénients:
- il y a souvent de la main d’œuvre cachée, et ce n'est pas une solution pérenne,
- c'est une source d'inertie très forte.

C'est souvent difficile pour un père (où une mère) de partir à la retraite en laissant son exploitation à un enfant sans porter de jugement sur ses pratiques. Et les enfants d'exploitant ont souvent tendance à poursuivre le système des parents sans le remettre en question.

Je crois qu'il faut ouvrir d'avantage l'agriculture aux HCF.

Pour le problème du capital, il est pour moi insoluble. Le montant d'une reprise d'exploitation doit être déterminé en fonction de la capacité à générer un revenu. Utiliser une approche patrimoniale pour une reprise, c'est un non-sens Et c'est aussi au cédant d'anticiper ça : Est-ce que je transmets une exploitation sur la base de sa valeur économique? (Et là, ça fait mal pour la retraite) Est-ce que je vends tout morceaux par morceaux à la valeur patrimoniale? (Et là, faudra pas compter sur un renouvellement agricole...)
Jeu 13 Fév 2020 14:28 #51
Je suis globalement d'accord avec ton analyse ;)
Sauf que je doute que le remplacement des générations puissent réellement s'appuyer sur les "hcf" car il serait difficile de vendre une vie de labeur à 100 km du premier hôpital, enferrer au fond d'une campagne qui se vide de plus en plus (très vrai en région Bfc)
Et le problème du niveau bts est que si tu choisis de quitter ton métier ou que tu souhaites évoluer dans ton poste (pour les para agri) alors tu es vite bloqué face à la noria d'ingénieurs dispo

En tout cas, l'ensemble mériterait d'être débattu plus surement que celui de "l'agribashing"
Jeu 13 Fév 2020 15:46 #52
Hazta a écrit:
Toujours cette obsession vis à vis de la chambre... C'est vraiment maladif!

Quand à mon argumentation, si tu prends le temps de lire mes messages, tout y est.

Et la fraude, au micro-BA, c'est prendre beaucoup de risques pour pas grand chose. Entre l'abattement de 87%, et la TVA à 5,5%... Prendre le risque d'un redressement pour gagner 500€ ou 1000€ par an, non merci!

Le monde dans lequel tu évolues semble bien étroit, rebelle. Je te plains sincèrement.
pour ce qui est des chambres ,à moins que tu ne sois qu un novice ,ceux sont elles qui ont façonné l agriculture d aujourd hui , à grands coups d idées révolutionnaires...., vous allez diversifier et ça sera tout bon ...,avant la prochaine campagne dans deux trois ans ou ils diront que se spécialiser ,c est l avenir ...
ce qui me déplait chez les gens comme toi, les non agriculteurs , c est de vous voir "chier" (désolé je ne trouve pas d autre terme , et c est dans la suite de mes propos précédents) sur les difficultés des éleveurs actuels ,parce que des yaka ...j en entends régulièrement et en général, par des gus qui n ont jamais pris aucun risque ,à part de traverser en dehors des passages pour piéton ....
alors que tu fasses du maraichage ,grand bien te fasse ...mais évites de balancer des propos du style
L'herbe est toujours plus verte ailleurs... Avant de parler des soit-disants atouts des autres, faut regarder ce que l'on a. Se dire: "C'est facile pour les autres, mais moi, je ne peux pas", c'est un prétexte pour éviter de se remettre en question...
Si j'avais 1 ha attenant à la maison, je sais ce que j'en ferais.
Si j'avais 30 ha de SAU, je sais ce que j'en ferais.
Mais je n'ai que quelques hectares, et je les utilises au mieux, sans me trouver d'excuses.

propos qui résume ton incompétence en élevage ..
mon monde .... :mdr surement pas plus mauvais que le tien ,en évitant d y rencontrer des hazta présomptueux :byec
Jeu 13 Fév 2020 19:02 #53
tacyst a écrit:
Je suis globalement d'accord avec ton analyse ;)
Sauf que je doute que le remplacement des générations puissent réellement s'appuyer sur les "hcf" car il serait difficile de vendre une vie de labeur à 100 km du premier hôpital, enferrer au fond d'une campagne qui se vide de plus en plus (très vrai en région Bfc)
Et le problème du niveau bts est que si tu choisis de quitter ton métier ou que tu souhaites évoluer dans ton poste (pour les para agri) alors tu es vite bloqué face à la noria d'ingénieurs dispo


Je n'ai pas dit que le renouvellement devait s'appuyer sur les HCF, mais que le secteur agricole gagnerait à intégrer plus d'HCF. J'ai quand même l'impression que les HCF et les installés du cru (je ne sais pas comment les appeler...) évoluent dans deux mondes parallèles qui n'ont pas grand chose à voir, exception faite des difficultés d'accès au foncier. Et c'est bien dommage.

Après, la ruralité, il y a deux façons de voir les choses. Considérer comme toi que le désengagement de l'état va repousser les néo-ruraux. Ou que l'arrivée de néoruraux va redynamiser le monde rural. Je n'en sais rien...

Je ne comprends pas ce que tu veux dire pour le niveau BTS?
Ven 14 Fév 2020 14:19 #55
Hazta a écrit:

Je ne comprends pas ce que tu veux dire pour le niveau BTS?


Une réflexion parmi d'autres sur l'enseignement agricole, son étagement (bep/bac pro ou bac techno/générale puis bts et école d'ingénieur)
On trouve des ingénieurs qui s'embauchent au smic donc quid de l'étage bts?
On pourrait former des agris avec un "super bac" et squeezer le bts pour ne garder que les écoles d'ingénieurs et former en direct les futurs inséminateurs/tech co/tech d'élevage et autres par formation spéciale post bac ou en interne des embaucheurs
voilà, une réflexion comme ça, en passant ;)
Ven 14 Fév 2020 16:18 #56
OK. Ton constat est bon. Est-ce que c'est vraiment lié au domaine agricole?
Ou alors arrêter d'avoir des écoles d'ingé où on se la coule douce une fois qu'on y est entré? Réussir un concours à bac+2 pour s'assurer un diplôme bac+5, ça ne m'a jamais paru être une bonne solution.
Ven 21 Fév 2020 10:06 #57
Tiens pour ceux qui n'étaient pas au courant , l'agriculteur est l'ouvriers des coopératives maintenant á moins qu'ils ne devienne le manager de son destin grace á l'appli-digitale maison ( écouter á 2:30 en dessous) . Donc vous fatiguez pas á réfléchir les filles et les gars , pour l'agriculture de 2030 Thierry s'est déjà occupé de tout, avec Google et la finance sauvage sur les matières premières.
L'agriculture de 2030 c'est la haut que ca c'est déjà décidé, toi dans ton champs tu t'occupes de redevenir l'ouvrier con-pétitif au tarif Bengladesh'.
Démonstration par le boss de la premiére forme la plus aboutie d’organisation de producteur* 3.0.
Au début tu es l'OS de la coop qui pas assez compétitif, après quand il faut justifier l'instrumentalisation du statut coopératif tu redeviens le patron de la coop... si tu comprends rien c'est normal puisque tu as pas fait HEC ou l'ESSEC pour avoir des neurones et pas étre con.
* ( pour utiliser les paraphrases du hautement estimé Dominique Chargé de Coop2Fr)

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut