Prix des Vins infos /(intox) et conjoncture

Ouvert par Miloux11, 11 octobre 2019

Ven 11 Oct 2019 10:58 #1
Pour creuser le sujet de comment sont établis les ''COURS DU VIN'', comprendre la mécanique qui mouline les prix officiels en temps réel et reprendre la main sur notre destin de vignerons et viticulteurs.

Pour agir il faut commencer pas comprendre comment se prépare la sauce, ou sont les cuisiniers et dans quelles casseroles on nous mitonne les prix du vrac publiés par la DRAAF qui servent á nous payer ... 750 euros / mois de revenus moyen dans la première région viticole de France.
Ven 11 Oct 2019 15:10 #2
Et un petit rappel contextuel pour orienter ... les réflexions :gene

Miloux11 a écrit:
Petit retour dans les d'archives 2015 pour les heureux coopérateurs adhérents de Vinadeis possesseurs ( virtuels) d'un joyau mondialisé.

http://www.rayon-boissons.com/Portraits/Bertrand-Girard-directeur-general-de-Vinadeis-et-d-Invivo-Wine-39318
Bertrand Girard a contribué à propulser le groupe Vinadeis dans une autre dimension. « Il restera celui qui a réalisé la fusion entre Val d’Orbieu et Uccoar. Ce projet, un vieux serpent de mer du vignoble languedocien, était parsemé d’embûches. » ... Bertrand Girard restructure l’outil industriel en fermant par exemple les sites en France de la SA Les 2Mers à Barsac (33), et une unité de conditionnement de Clermont-l’Hérault (34) ou encore en cédant les propriétés d’Uccoar situées dans le vignoble du Sud-Ouest :eusa_think . Dans le même temps, il ouvre une filiale spécialisée dans l’innovation (Inno’Vo) et crée une structure dédiée au marché du vrac (Sud Vin). « Maîtriser le sourcing est un élément essentiel pour la filière, souligne Bertrand Girard. Faire des vins adaptés aux différents marchés nécessite un vrai savoir-faire. C’est une activité très intéressante dans laquelle nous voulons devenir un acteur majeur. »

Pour ce faire, Vinadeis entreprend d’ailleurs un investissement de six millions d’euros dans une nouvelle unité de vrac à Béziers (34). Laquelle sera mise en service début 2016. Ce à quoi s’ajoute la société Vignobles du Soleil International rachetée par Invivo. Ces structures pèseront à elles deux 800 000 hl sur le marché du vrac. Plus en aval, un autre défi attend également Bertrand Girard : la création et le développement de marques fortes avec, comme fer de lance, la signature bordelaise Cordier. « Nous regarderons aussi toutes les opportunités de croissance externe, en Hollande notamment pour accélérer notre développement, y compris sur le terrain des marques délocalisées », souligne Bertrand Girard, qui compte bien atteindre son objectif du milliard d’euros de CA en 2025 ... plus de 80% á travers BAARSMA Wine ( Hollande) .


Voyons voir deux ans plus tard le millésime 2017 de cette ''activité trés intéressante'' qui ''maitrise le sourcing'' de la filière ...
https://www.societe.com/societe/vignobles-du-soleil-international-492380647.html
Les Vignobles du Soleil International (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers)
Chiffre d'affaire : 22 762 700 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -1 112 500 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 568 463 € .... pour moins de 6 salariés
https://www.verif.com/bilans-gratuits/VIGNOBLES-DU-SOLEIL-INTERNATIONAL-492380647/

https://www.societe.com/societe/sudvin-534183843.html#chiffrecle
Sudvin (VINADEIS) (265 rue de murano 34500 beziers) ... méme adresse pour économiser le loyer
Chiffre d'affaires 11 997 300 €
Résultat net (Bénéfice ou Perte) -686 800 € (reporté en France au passif du groupe ... :eusa_ehh )
Salaires et Charges 322 059 € .... pour 2 salariés
https://www.verif.com/bilans-gratuits/SUDVIN-534183843/

1,8M€ envolés en fumées sur 35M€ de vrac , pour un salaire moyen par tête de 111 315 €, c'est effectivement une ''activité interessante'' ... mais pour QUI? Certainement pas pour les joyeux coopérateurs adhérents dont ''le sourcing est maitrisés'' par cette belle mécanique financière et qui se prennent le passif dans la gueule.

Une belle danseuse mondialisée bien maquillée qui ne se donne pas á n'importe qui, et surtout pas aux adhérents.

:read https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/14872_invivo_ra-2016_bd.pdf
Baarsma Wine (VINADEIS Hollande ) 220 M€ de CA / 80% du chiffre de InVivo Wine.

Avec un approche simpliste de l'analyse financière ... 220 000 000 - 35 000 000 = 185 M€ ... 625% de marge brute.
Si on compte largement .... 800 000 Hl ca nous fait 100 millions de flacons majoritairement mis en bouteilles dans le site Baarsma ( capacité 70M de cols) á disons ... 1,0€/col + 20% de marge pour payer largement la structure ça nous laisse 185M - 120M = 65 M € de résultat net ... :pouce en Hollande les contrôleurs de gestion savent mieux compter qu'á Bézier ... ca doit bien rigoler á Zoetermeer quand ils regardent leur feuille de salaire comparée au petit smic que touche dans le meilleur des cas les 1500 entrepreneurs viticulteurs adhérents dans le Languedoc.
65 000 000 € / 1500 = 43 333 € /an/coopérateur qu'on a juste oublié de leur redistribuer pour rémunérer leur labeur.
https://www.vinadeis.com/nous-rejoindre/

Avec un rendement financier de 25% on comprend que la martingale '' moules frites au rosé'' soit un axe de développement prioritaire ( In Vivo-wine á peine 5 % du Chiffre global du groupe mais une grosse part du bénef ) Invivo a trouvé une vache á lait aux œufs d'or á la hauteur de son crédo ambitieux :
InVivo a pour mission de redonner à l’agriculture et à la coopération agricole toute leur place dans la chaîne de valeur alimentaire mondiale, ( sic ) ça ne s'invente pas .

Mais dans le rapport annuel d'INVIVO on ne vous donnera pas le Résultat net (Bénéfice ou Perte) de Baarsma , trop compliqué d'expliquer ça aux actionnaires coopérateurs et puis faut rester décent quand même, dans la coopération un pour tous tous pour un et on est pas la pour faire du profit.
https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/invivo_rapport_annuel_2018_web_bd_0.pdf
Ven 11 Oct 2019 20:31 #4
Tu n'as rien compris á cette usine á gaz? ... T’inquiètes tes économie sont bien au chaud au Bénélux Thierry Blandiniéres s'en occupe et avec la super technologie ''BLOCKCHAIN'' ( https://blockchainfrance.net/decouvrir-la-blockchain/c-est-quoi-la-blockchain/ ) tout est fait dans la transparence chez INVIVO
:gene
https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/InVivo_Foundation_2018.pdf
Chap 6, page10
Expérimenter la blockchain au service d’une meilleure rémunération des agriculteurs
L’objectif d’InVivo Foundation est de tester la solution technologique de Connecting Food au service des pratiques responsables des filières agronomiques, d’une alimentation toujours plus saine pour les consommateurs et du renforcement de la confiance entre toutes les parties.

Mais le projet explore aussi un volet social : la blockchain permettra-t-elle une plus juste rémunération des agriculteurs ayant adopté des pratiques vertueuses ? Trop souvent la société oublie l’effort exigé du producteur pour changer ses pratiques et les rendre plus durables. La technologie blockchain permettrait d’identifier cet effort à chaque maillon de la chaîne afin de pouvoir le valoriser, et ainsi obtenir une plus
juste rémunération pour les agriculteurs.


Il suffit donc de remonter la chaine de ton boulet HVE de pratiques vertueuses :byet
C'est-y pas beau la finance mondialisée ? que tout le monde en profite ... ou presque.
Ven 11 Oct 2019 20:56 #5
On t'endette jusqu'au cou ( c'est toi sur ta parcelle qui paye le crédit avec la marge faite sur tes tes apports) mais comme tu n'en sais rien , ce n'est que du bonheur de se serrer la ceinture pour cette belle mécanique financiére :eusa_eh
https://www.invivo-group.com/sites/default/files/atoms/files/invivo_rapport_annuel_2018_web_bd_0.pdf
Quelle a été la performance d’InVivo en 2017-2018 ?
Maha Fournier : Nous avons terminé l’année avec des résultats forts et nous avons atteint nos objectifs financiers pour 2017-2018 avec notamment une croissance annuelle de l’Ebitda (en français : résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissement)à deux chiffres. L’Ebitda s’élève effectivement à 163,2 millions d’euros en progression de plus de 22 % par rapport à l’exercice précédent. Ces résultats sont réalisés
dans un contexte conjoncturel favorable qui confirme le caractère exceptionnel de la crise des moissons de l’été 2016. Ils confirment également la forte croissance organique de l’ensemble des métiers, qui contribue pour 16 millions d’euros à la réalisation de l’Ebitda groupe. D’autre part, les croissances externes (Phyteurop, Gamm vert Synergies, Baarsma, Epicore…) se sont également accélérées et l’ensemble des mouvements de périmètre contribuent à hauteur de 23 millions d’euros de l’Ebitda 2017-2018.
Comment cette croissance est-elle financée ?
M. F. : Cette année est marquée par le renforcement des fonds propres et ladiversification des sources de financement,comme en témoignent la levée de 50 millions d’euros sous forme d’augmentation de capital par Bioline Group et la nouvelle émission Euro PP de 87,5 millions d’euros par le groupe. Ces opérations
démontrent la confiance des investisseurs/prêteurs dans le déploiement du plan stratégique 2025 by InVivo. Elles assurent un socle de financement à long terme répondant aux objectifs de développement de l’ensemble des métiers.
Les fonds propres continuent à se renforcer pour atteindre 818,5 millions au 30 juin 2018.
La dette financière nette augmente, passant de 399 millions d’euros au 30 juin 2017 à 511,5 millions d’euros au 30 juin 2018. Son augmentation reste, cependant, conforme à nos objectifs de pilotage avec un ratio de levier de 3,1.


https://www.lsa-conso.fr/dossier-vins-bruno-kessler-veut-simplifier-les-codes-du-vin,329736
L’objectif d’InVivo Wine... : devenir l’un des premiers négociants français en s’imposant sur tous les marchés,... à partir de 25 000 hectares de vignes situées dans le Bordelais, le Sud-Ouest, le Languedoc, le Roussillon, la vallée du Rhône et le Beaujolais. Bruno Kessler doit « jongler » avec neuf coopératives, trois offices de négoce, douze sociétés de distribution ... interconnectés dans le groupe tentaculaire Vinadeis.
Jeu 24 Oct 2019 17:52 #6
La rémunération aux viticulteurs des apports dans les grandes Coops intégrées qui ont absorbé production, négoce , mise en marché et export dans des groupes multinationalisés est calquée sur les quotations du marché du vrac publié par la DRAAF, qu'on trouve ici :
http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Marche-vrac-des-vins-de-la-region
alors que les règles selon les principes historiques de la coopération seraient de rémunérer selon la valorisation de la bouteille au final on ne nous paye que le jus au prix du cours mondialisé.

Maintenant comment sont établies les quotations de la DRAAF, qui dictent ainsi le prix de nos hectolitres vendangés ?
Vous trouverez ci-dessous la présentation du processus de calcul des statistiques sur les vins en vrac d'Occitanie :
http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/annexe4-_suivi_marche_vin_cbv_lr_cle0d8529.pdf

C'est une usine á gaz, mais c'est avec ca qu'on nous paye dans les coops et incidemment par le négoce indépendant qui va suivre aussi dans le sillon, le gros des transactions qui sont principalement des transfers internes aux groupes comme Vinadeis. ( Avec des prix de fait calculés par les gestionnaires financiers et pas du tout établis par un rapport d'offre/demande sur un marché libre qui n'existe pas )

:eusa_think Page6 :''Suivi du marché des vins par FranceAgriMer''
[
i]Fonctionnement des commissions de cotations :
 Six places de cotations sur le bassin LR :
-Béziers, Carcassonne, Montpellier/Sète, Narbonne, Nîmes, et Perpignan.
(Membres désignés pour une période de 3 ans)
 4 familles professionnelles (coopératives, vignerons indépendants, metteurs en marché, courtiers) :
2 titulaires + 2 suppléants par famille
 Présidence conjointe DRAAF et Représentant professionnel
 Invité permanent : interprofessions
Administration : DRAAF, DIRECCTE, DDTM
[/i]

On voit la que : Coopératives 2 titulaires , Metteur en marché 2 titulaires , Courtiers 2 titulaires , Indep 2 titulaires
Syndicats 0 titulaire.
D’après vous vous qui s’inquiète la dedans de l'impact du cour du vrac sur la rémunération des viticulteurs?

Résultat : Dans une bouteille de rosé IGP Oc vendue á 5€ en GD l'adhérent coopérateur touche 0.35 €
Jeu 24 Oct 2019 20:10 #7
Tu es aussi le roi de l'intox : "Les chiffres communiqués reflètent les volumes et les prix moyens constatés sur les contrats d’achat de vin présentés au visa de FranceAgriMer et des organisations interprofessionnelles concernées. Ils portent sur les transactions « vrac » des vins produits en Occitanie pour les catégories de vins sans indication géographique (sans IG) et à indication géographique protégée (à IGP). Ils correspondent aux données communiquées aux commissions de cotation au cours de la semaine indiquée sur le document".
Les chiffres donnés sont la moyenne des contrats établis après négociation et non un quelconque cours imposé. Donc si c'est bas il faut s'en prendre à la solidarité historique de notre profession :blase Quand on voit des contrats passés à raz les paquerettes dès la fin des vendanges, on peut ce poser des questions...
Jeu 24 Oct 2019 20:30 #8
WESTVAR a écrit:
...
:blase Quand on voit des contrats passés à raz les paquerettes dès la fin des vendanges, on peut ce poser des questions...

Donc si je te comprends bien , on peut se poser des questions mais surtout pas comprendre pourquoi ces contrats sont curieusement passés si vite et au raz des pâquerettes :interr

Si mon hypothèse que je penses quand méme avoir abondamment documentée c'est de l'intox ... ma foi, si j'ai raté le principal alors peux tu être plus précis sur ce que tu appelles '' la solidarité historique de notre profession'' ?
Jeu 24 Oct 2019 21:06 #9
Tu en veux des exemples de '' contrats solidaires passés á raz des paquerettes dés la fin des vendanges'' ?

Producteur N#1 : EVOC ( VINADEIS ) 5000 ha d'IGP Oc , 400 vitis apporteurs á 750 euros/ mois
https://www.vinadeis.com/evoc/

Contrat export N#1 : Vignoble du Soleil Int'l (VINADEIS) 800 000 hl vrac /an n#1 du vrac en France (1M€/an déficit)
https://www.rayon-boissons.com/vins/la-strategie-d-invivo-wine-en-trois-points-37675

Destinataire en Hollande : Metteur en Marché N#1 : BAARSMA WINE (VINADEIS) 80 millions/cols 35M €/an d'Ebitda
https://capitalfinance.lesechos.fr/deals-m-a/mid-cap/invivo-absorbe-le-neerlandais-baarsma-wine-115518

Il te faut un dessin ?
Jeu 24 Oct 2019 22:08 #10
Autre ''contrat solidaire en consanguinité '' D'une cave coop á son metteur en marché au Benelux dont elle est actionnaire et gérante á 100% , via sa Sté de négoce aussi 100%.

Producteur N#2 : Cave Anne de Joyeuse ( ADJ ) 2800 ha , 370 vitis apporteurs á 750€/mois
https://www.annedejoyeuse.fr/histoire/

Contrat Export N#2 L'OUSTAL ( ADJ) 28M€ á 0,5% de résultat
https://www.societe.com/societe/l-oustal-anne-de-joyeuses-413439316.html#chiffrecle

Destinataire en Belgique : Metteur en marché N#2 SUMMUM S.A Luc Pirlet ( ADJ) ... 90 000 hl 5,5M€ de CA 620 000 € de marge brute
https://www.companyweb.be/societe/summum/sa/423750834 https://www.lucpirlet.com/

Devinez ou est encaissée la marge et capitalisée la valeur?
Ven 25 Oct 2019 17:41 #11
WESTVAR a écrit:
Quand on voit des contrats passés à raz les paquerettes dès la fin des vendanges, on peut ce poser des questions...


Et je m'en pose :eusa_think

Quand je pense qu'une partie du conseil a visité ta cave coop , qu'ils sont revenus plein d'ambitions ( très naïves à mon sens ) … qu'ils nous ont vendu un projet d'investissement de 4,5 millions d'euros ; un projet qualitatif … qu'on avait "les contacts " pour accéder aux marchés de gammes supérieures ……

Pour au final ? …………… brader nos vins "comme d'hab" , comme toujours , depuis toujours ! …. pas 1 euro de plus à l'hl …...………...…….

Ma foi ! Quand j'en parle aux collègues coopérateurs , y en a pas un que ça interpelle :eusa_think .......... je les plains plus ! Fini ! ................... ou ils en ont profondément rien à branler, ou ils savent pas compter , ou c'est de la stupidité ? :eusa_think

J'en reviens toujours au même point , "on a besoin de personne pour être con" :eusa_snooty
Une quarantaine d'euros pour des vdt , 70 pour les vpoc .....ils sont contents ? ..... apparemment oui :dingue

Manque plus que cette escroquerie franco-française de HVE , pour se mettre une tartine supplémentaire de règles , de normes ; payer un cono qui vient te contrôler ( pour avoir le droit de travailler ) ; pour "toujours le même prix" :dingue …….." j'suis cocu mais content" :eusa_whistle

Mon Dieu , si je n'avais la passion de mes terres , du métier , j'enverrais tout chier !
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Sam 26 Oct 2019 20:49 #12
Roumegue a écrit:
WESTVAR a écrit:
Quand on voit des contrats passés à raz les paquerettes dès la fin des vendanges, on peut ce poser des questions...


Et je m'en pose :eusa_think

Quand je pense qu'une partie du conseil a visité ta cave coop , qu'ils sont revenus plein d'ambitions ( très naïves à mon sens ) … qu'ils nous ont vendu un projet d'investissement de 4,5 millions d'euros ; un projet qualitatif … qu'on avait "les contacts " pour accéder aux marchés de gammes supérieures ……

Pour au final ? …………… brader nos vins "comme d'hab" , comme toujours , depuis toujours ! …. pas 1 euro de plus à l'hl …...………...…….



Mon Dieu , si je n'avais la passion de mes terres , du métier , j'enverrais tout chier !

Et il y aurait de quoi ! Pour info la hausse du CA de ma coop la première année était plus importante que le coût du projet, et je ne parle pas de la deuxième. En bref en 2 ans on aurait pu le rembourser plus de 2 fois.
Mais quand il y a des années à la baisse, chez nous on attend un peu, c'est pas dit que l'on vende plus cher au final mais au moins on aura tenté. Les grosses affaires de janvier ne sont pas rares ces années là.
Un petit peu d'histoire sur Anne de Joyeuse : porter le nom de "Joyeuse" était un immense privilège à cet époque, Joyeuse est le nom de l'épée de Charlemagne et des rois de France, elle est actuellement exposée au Louvre. Charlemagne a eu une autre épée, Durandal, mais comme il avait déjà Joyeuse il a donné Durandal à son meilleur amis Roland...
C'est juste pour dire à Miloux11 que je le chatouille en parlant de joyeux viticulteurs d'une joyeuse coop, je sais très bien que Joyeuse n'a rien à voir avec une quelconque joie. :dubitatif
Dim 27 Oct 2019 18:40 #13
Que tu as raison roumegue !!! Hve ect des contraintes et des contrôles pour récupérer du pognon et nous la mettre encore plus profond et certains croient encore et se segue car on nous fait miroiter peut être 3 euros de plus pfff . En plus c est que de la paperasse car nous travaillons déjà au normes hve :eusa_whistle
Lun 28 Oct 2019 20:04 #14
Voilà :pouce t'as tout compris ! 20 ans qu'on n'a cessé d'évolué , qu'on a digéré tant et tant d'interdictions , de normes , de réglementations …. pour notre bien , pardi :blase .... sans jamais voir la couleur du moindre euro supplémentaire , d'une soit disant revalorisation de nos productions ...............................

J'en ai assez de payer pour avoir "le droit de travailler" :eusa_snooty

1ère escroquerie intellectuelle ..... l'agriculture raisonnée ............... on est tous raisonnable ! :eusa_snooty Qui se régale de recevoir des factures délirantes de nos fournisseurs phyto ?? :dingue Qui se régale de flinguer cuve sur cuve de GNR ??? :dingue .... et enfin , qui ne souhaite pas être fier de son vin ?? :interr

Quand je lis sur un certain facebook , les gars se féliciter d'avoir leur "diplôme HVE" :eusa_dansce .... HVE dont la France entière se contre-fout ; HVE qui n'est qu'un moyen supplémentaire pour le négoce pour nous foutre la pression ....

Puis j'en ai assez de faire vivre des greffes :malade ……. quel métier !!! Contrôler le travail des autres ! Les emmerder et leur prendre du pognon ; le pognon de la sueur et des larmes :eusa_think

C'est la maladie de la France .... créer des emplois fictifs , pour pourrir la vie des derniers (cons ) qui travaillent vraiment , et produisent vraiment quelque chose ! :blase

On va continuer longtemps comme ça .... à cumuler à l'infini des frais illégitimes !
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Lun 28 Oct 2019 20:24 #15
WESTVAR a écrit:
Roumegue a écrit:
Et je m'en pose :eusa_think

Quand je pense qu'une partie du conseil a visité ta cave coop , qu'ils sont revenus plein d'ambitions ( très naïves à mon sens ) … qu'ils nous ont vendu un projet d'investissement de 4,5 millions d'euros ; un projet qualitatif … qu'on avait "les contacts " pour accéder aux marchés de gammes supérieures ……

Pour au final ? …………… brader nos vins "comme d'hab" , comme toujours , depuis toujours ! …. pas 1 euro de plus à l'hl …...………...…….
Mon Dieu , si je n'avais la passion de mes terres , du métier , j'enverrais tout chier !

Et il y aurait de quoi ! Pour info la hausse du CA de ma coop la première année était plus importante que le coût du projet, et je ne parle pas de la deuxième. En bref en 2 ans on aurait pu le rembourser plus de 2 fois.
Mais quand il y a des années à la baisse, chez nous on attend un peu, c'est pas dit que l'on vende plus cher au final mais au moins on aura tenté. Les grosses affaires de janvier ne sont pas rares ces années là.

:eusa_think '' un projet d'investissement de 4,5M ... qualitatif avec des contacts pour accéder aux marchés de gamme supérieures... '' , :eusa_eh '' on aurait pu rembourser 2x en 2 ans ... mais il y a des années á la baisse , chez nous on attend un peut ...'' :eusa_boohoo
:shock:
je voudrais pas vous casser le moral les gars mais ca pue la carambouille style Moules Frites au Rosé votre histoire '' d'investissement'' j'ai peur de deviner comment on vous a vendu très cher avec un crédit gratuit ''les contacts pour accéder aux gammes supérieures '' ...du vrac ?
Lun 28 Oct 2019 21:37 #16
Disons que je peux comprendre , bien entendu , la nécessité d'investir dans la cave , dans du matériel permettant d'améliorer la qualité de nos vins :eusa_think On manquait de pressoirs , de cuves ( en gros )

Westvar , de ce que je sais , a radicalement changé la politique de sa cave …. en matériel , en montée de gamme , avec l'accés à de nouveaux marchés ……….. ça a changé du tout au tout !

Là ou moi , je ne rêvais pas …. quoique nous faisons , il nous manque le "NOM" …. et nous ne sommes pas en Provence !
J'espérais ceci dit , un "chouia" mieux …… mais à croire que pour 4,5millions d'euros d'investissement , nous n'avons gagné que des poses plus rapides ….. vu que les prix de nos vins stagnent comme toujours :eusa_snooty

C'est en Languedoc , et pas ailleurs , que nous sommes faits pour nous faire baiser :blase
ça , ça marche pour les investissements .... et toutes les normes à la con dont on attend toujours le retour en revalorisation .

Mais que veux tu , si tout le Languedoc ment sur ses rendements ..... faire croire au négoce que tout va trrrrés bien :dingue ça fait jamais monter les prix !
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Mer 30 Oct 2019 19:23 #17
Si c'est dans du matos pour monter en qualité ca a du sens tu me rassures, c'est sur que c'est par lá qu'il faut commencer.
Le risque après c'est de rester dans le circuit installé du grand sud qui biaise honteusement le marché du vrac verrouillé par les filiéroculteurs de l’inter-profession.
Et attention le nouvel attrape-nigaud c'est la ''contractualisation'', le nouveau jouet de l'interpro qui consiste á demander aux petites /moyennes coops qui ne font que du vrac á part quelques bouteilles de cuvées spéciales pour le caveau, d'investir pour faire du qualitatif en partenariat avec un metteur en marché genre Jeanjean, Skalli, G.Bertrand, P.Mas pour le privé ou Vinadeis encore eux pour les Méga-groupes Coop qui vont te faire les bouteilles avec une marque haut de gamme dédiée et t'ouvrir les portes de la GD en x10 le prix de ton vrac qui restera au taquet une fois déduit tous les frais d'habillage et de marketing á ta charge évidemment.

Le ''négoce'' dont tu parles, et dont on pourrait attendre qu'il fonctionne selon les lois du marché , de l'offre / demande celui des maisons indépendantes tel qu'on la connu ca n'existe plus. Les acteurs sur ce business ont tous sans exception intégrés verticalement toute la chaine de la production du raisin jusqu’à la distribution et l'export, Invivo poussant le bouchon jusqu'á l'intégration des fournitures et des intrants.
Dans ces conditions la concurrence joue en bout de chaine sur le prix de la bouteilles mais le prix de hl de vrac n'est qu'une variable d'ajustement décidée opportunément et arbitrairement par les gestionnaires financiers qui déplacent la valeur lá ou ca les arrangent. L'enregistrement des contrats et transactions á l'interpro ne reflète majoritairement que ces prix de transfers.
Et comme le viticulteur n'est á aucun moment mis en position de défendre la valorisation de son produit, le syndicat complice est aux abonnés absents alors on décide á sa place en lui racontant tous ces bobards sur les tendances des cours du marché et la mondialisation. C'est le viti producteur qui se laisse endormir par les intox, le ''négoce'' intégré petit maillon de la chaine s'en bat l'oeil qu'on lui raconte que ca aille bien ou mal , ca fait longtemps qu'ils ont pris l'habitude de compléter le plein en Espagne.

Au final le seul choix qui te reste éventuellement, d'ouvrir ta gueule en AG mais comme tout le monde fait la sourde d'oreille faut changer de coopérative pour grappiller quelques centimes, et lá on sait tous comment les coops savent te faire passer á la caisse quand tu rends tes parts.
Sam 2 Nov 2019 19:49 #18
HVE c'est assez simple, c'est une enculette de plus !! C'est comme le controle pulvé, on nous prend du pognon pour créer de l'emploi en France ! On est dans un pays qui n'aime plus ces agriculteurs et on fait tout pour faire disparaitre l'agriculture paysanne !!
L'autre objectif du HVE c'est de détruire les petites exploitations, la cotisation est a l'exploitation et non pas a l'hectare !! 1000 Euros pour 3 ans sur 20 ha ça peut passer mais 1000 Euros sur 2 ha ça ne passe pas !!! Sauf a chateauneuf ! :dingue

Ils ont créé un système pour détruire les petits paysans, supprimer le forfait ça aurait trop brutal mais la vaseline HVE ça passe mieux....
Ce pays me dégoute !! Et les syndicats ne réagissent pas, eux aussi ça les gonflent les petites exploitations !!

Dans nos caves coopératives, beaucoup de parents gardent 1 ou 2 ha en subsistance de retraite misérables et on veut détruire ça mais ils faut regarder plus loin que ça... Ceux qui veulent a l'avenir c'est avec cette HVE fragiliser les caves coopératives qui le sont déjà avec les faibles récoltes récurrente !!
On est le seul pays où le système de caves coopératives arrivé a tenir jusqu’à maintenant mais dans 10 ans on en reparle, ça aurait fait du large !!
Avec le système en place, les exploitations vont continuer a s’agrandir a outrance. Les seules petites exploitations viticoles qui tiendront c'est celles qui ne commercialiseront pas avec le négoce que ce soit en cave coop ou en domaine particulier.

Regarder en Italie et en Espagne, il n'y a pas de caves coopératives entre paysans sans actionnaires extérieur !!!

C'est quand même pas compliqué de voir que tout est fait pour nous faire crever ! Mais au manif on voit toujours les mêmes personnes... Travailler bénévolement ça plait a beaucoup de monde et bé continuer !!! :dingue :dingue :dingue
Dim 3 Nov 2019 13:44 #19
C'est très bien dit ça :pouce

Je suis toujours surpris que nous soyons si peu à comprendre ces choses "évidentes" !!!! :eusa_think .... ou alors , bon nombre de nos collègues , ou ne se posent aucune question , ou se réjouissent du malheur des autres ....

Ou alors tout le monde s'en branle car les 4/5 de nos collègues ici en Languedoc , et sont proches de la retraite , et n'ont aucun repreneur :eusa_think .... alors , "aprés eux le déluge" :eusa_think

Mais tu as sorti , caladoc30 , d'excellents arguments :pouce
Les quelques parcelles " de subsistance " que gardent certains retraités .... à force de contraintes , ils ne pourront plus !

Dans les hautes sphères de "nos représentants " ( qui ne représentent qu'eux mêmes et leurs propres intérêts ) , ça rêve beaucoup ! ça fait longtemps qu'ils n'ont plus de terre sur leurs chaussures ! :eusa_snooty

Ici , le jour ou les collègues vont partir à la retraite , personne ne voudra de leurs vignes .... personne ne veut de fermage .... encore moins ( et de moins en moins ) de s'agrandir , pour travailler plus , faire travailler plus , et toujours gagner moins :eusa_snooty

ça commence à comprendre , à force de mauvaises récoltes , qu'au "réel" , ils se font méchamment démonter :eusa_think

Enfin !
HVE , "contrôle pulvé" ..... toutes ces conneries ne sont en réalité qu'une taxe de plus , un droit payant à travailler ! :blase ... des obligations inutiles pour créer des emplois fictifs , dans un con de pays , malade de normes et de fiscalité :dingue

Et toutes ces conneries là , y a toujours des "collabos" imbéciles pour trouver ça formidable :itsnot

"Ouais les gars , je collabore ! J'ai reçu mon certificat HVE :eusa_dansce ! C'est trop plus mieux bien ! lol ! cool ! :eusa_dansce … ça va changer ma vie !!! Pour 0 euro de + de revenus !!! Par contre je collabore avec les khmers verts , mes nouveaux amis :eusa_pray "
"Ouais les gars , superbe l'obligation de contrôle pulvé ! :eusa_dansce Je suis trop con pour entretenir moi même mon pulvé ! Heureusement que l'état prend soin du débile profond que je suis :eusa_dansce " ( ça aussi !! Quelle escroquerie !! )
"Ouais le GNR c'est merveilleux ! Qu'est ce que j'aime le progrés .... :dingue "

Moi aussi ce pays me dégoute ....... dans 10 ans , il ne restera pas grand monde ici ..... les rares jeunes ont compris qu'il valait mieux faire la greffe à la chambre d'agriculture , que de se faire démonter par le Mistral l'hiver de taille .

Caladoc30 , je crois qu'il faut qu'on comprenne , toi et moi , que le viticulteur languedocien de 2019 , est à l'image de la France d'aujourd'hui .... lâche et fataliste !

Que dire des manifs , ou il n'y a plus dégun ....... amendonné t'as envie de dire à toute la profession : " Ah vous en avez rien à branler de l'avenir du métier , soumis que vous êtes ! Vous avez qu'à , tous , un peu , aller vous faire enc.... ! Mentalité de loosers ,de collabos et de chieurs .... voilà ce qu'est devenu le métier " :malade

Putain ! Qu'est ce que j'aime mes vignes .... et qu'est ce que je déteste ce que la profession est devenue !!! :malade

On arrive pas à la cheville de nos pères ..... on a perdu nos couilles !!!!! :blase
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Dim 3 Nov 2019 14:12 #20
Le Languedoc c'est le tiers monde viticole français ….. allez ! On est combien à trouver le prix de nos vins scandaleusement bas :interr
Miloux11 a raison ......... on se fait bien baisé par nos coopératives ... la lacheté qu'elles ont vis à vis du négoce :eusa_snooty

Quand je discute avec des gens qui ne sont pas du métier , et que je leur parle des quelques dizaines de centimes que le viti d'ici perçoit sur une bouteille en GD , on fait pitié !!! :eusa_snooty
Les prix hl que l'on nous donne font "pitié" !!!!

Rajoutons à cela , la mauvaise foi légendaire du viti sur ses rendements réels :dingue .... fatalement quand tu dis n'importe quoi à la pose , du pipo à 14T/ha quand t'en fais 5 en réalité ; tu peux plus la ramener quand tu reçois l'estimation de tes futurs acomptes ! :eusa_snooty

Cette année , ça a été le summum de la mauvaise foi à la pose :shock:
Le problème c'est qu'à la cave , je connais tout le monde .... même si entre eux , peu se parlent ….
Des jours ou il y avait 450T de réservés … ou il s'en est porté 150 :dingue
Des jours ou tu croises le viti ….. qu'il te dit qu'il pète 16T/ha ... et que son tractoriste te dit qu'il prend une boite à 4T/ha :dingue
Rien qu'en te disant le degré , tu peux estimer sa récolte ……. m'enfin ! On est du métier !

C'est cette mauvaise foi , des égos surdimensionnés , qui tuent le métier !!!!

Et le négoce , c'est simple …… pour les vins de pays d'oc , si le viti reçoit 70 euros hl , c'est déjà bien trop payé ! S'il fait pas ses 110hl/ha , c'est son problème …………….. Ils en ont rien à foutre de nous payer le même prix qu'il y a 40 ans , alors que tous les frais ont explosé ……….. mais il y a toujours parmis nous , des soumis satisfaits :fatigue
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut