VITICULTEURS et PLAN DE FILIÈRE VIN

Ouvert par Miloux11, 18 mai 2019

Sam 18 Mai 2019 10:38 #1
LE PLAN DE FILIERE VIN https://www.vinseo.com/plan-de-filiere-vin/

Pour appréhender un peu mieux ou les filiérologues nous emmènent, comprendre quels sont les ressorts et les décideurs de notre destin économique de viticulteur en Occitanie :
Un ''Document consensuel '' élaboré sous la responsabilité de Jérôme Despey, Président du Conseil Spécialisé Vins de FranceAgriMer & de Jean-Marie Barillère, Président du Cniv

Pour rappel , J.Despey :
- secrétaire Général de la FNSEA
- Président de la CA de l'Hérault
- Président du Conseil spécialisé Vin France Agrimer
- Président du Conseil Spécialisé filière viticole de Viniflhor
- Vice Président de la Coop Les Coteaux de Montpellier
- Ordonnateur Sup et invité permanent á la Chambre Régionale d'Occitanie

La filière vins s’est fortement mobilisée pour élaborer son plan qui est issu d’une réflexion approfondie autour de quatre grands thèmes :
- la responsabilité sociétale et environnementale,
- la création et le partage de la valeur,
- la résilience des entreprises et de la filière
- l’export.
Ce document présente la synthèse de ces travaux après avoir rappelé le contexte des forces et des faiblesses de la filière. Il établit un cadre et des orientations dont
la mise en oeuvre concrète se fera au niveau régional (ou national pour l’Anivin) par des décisions prises entre les producteurs et négociants dans le cadre de leur interprofession


http://www.vinseo.com/wp-content/uploads/2018/02/171212-plan-filiere-vin_synthese.pdf
...La viticulture durable constituera le socle renouvelé de notre développement et irriguera toute
notre démarche. En effet, tout en répondant aux attentes sociétales, légitimes que nous partageons, elle devra
également être génératrice de valeur afin d’assurer non seulement le coût de la transition écologique, mais aussi le
développement économique de notre filière. Il s’agira en particulier d’assurer le maintien du revenu des viticulteurs
ainsi que le juste partage de la valeur ajoutée tout en préservant la compétitivité commerciale et en facilitant le renouvellement des générations.


Question : qui représente dans ces instances de décisions notamment sur le partage de la valeur, les vrais viticulteurs adhérents et vignerons dont le revenu moyen dans la filière en L.R se ''maintient'' autour de 750 euros/ mois, revenu résiduel après que la filière ai prélevé sur leur labeur de quoi financer ses rêves d'oligopole mondialisée ?

Voir aussi lá:
https://www.hcca.coop/Documents%20partages/Section%20%C3%A9conomique%20-%20Rapport%20fili%C3%A8re%20viticole%202017%20(141217)%20V8.pdf
La Filière Vitivinicole Française 2017 par le Haut Conseil de la Coopération Agricole
Sam 18 Mai 2019 14:01 #2
Tout ce que je déteste dans la viticulture actuelle :malade …. des greffes qui brassent de l'air , à la parole vide de sens … des types sans charisme , qui n'ont rien prouvé dans leurs vignes et qui n'appliquent jamais les injonctions qu'ils font aux autres :blase
La crème de l'incompétence … :eusa_doh

Crois moi Miloux que toi et moi , avons l'un et l'autre , rien à voir avec sa façon de gérer son exploitation ,

Encore , dans l'Aude vous avez un vrai viticulteur , vous ….
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Dim 19 Mai 2019 10:15 #3
http://www.closdesfees.com/blogs/2006/10/06/le-nouveau-president-de-viniflhor-mecrit/
ÉTATS D'ÂMES ET OPINIONS
LE NOUVEAU PRÉSIDENT DE VINIFLHOR M’ÉCRIT 06/10/2006
...si j’avais mauvais esprit, je me dirais que toute la filière est dirigée, pilotée et verrouillée par les coopératives et que celles ci ont intérêt à mettre le plus possible de bâtons dans les roues des négociants vinificateurs qui voudraient se lancer, quitte à faire couler le bateau sur lequel elles naviguent, celui du vin Français en général.
Dim 19 Mai 2019 10:49 #4
Excellent article Miloux11 :pouce …… t'as trouvé une perle là !

Entre parenthèse , le "clos des fées" produit le meilleur grenache blanc que j'ai pu déguster :pouce

Il est agréable , là aussi , de retrouver , de lire , ce que l'on pense soi même !
Une bureaucratie soviétique … des cumulards qui tout en prônant "la simplification" se sèguent de ces tortures administratives :blase

"Voilà donc la destination ultime de toute cette farce : de plus en plus de contrôles, par de plus de en plus de fonctionnaires, toujours plus mécontents (car ils ont un cerveau) d’appliquer des règlements stupides, pondus par une nébuleuse informe, où personne ne prend de responsabilités afin de rester « élu » de quelque chose, gratter quelques sous et un peu de pouvoir, le tout pour produire non pas du bon ou du grand vin, mais du carburant pour les voitures.
Et pendant ce temps, dès que ces élus prennent la parole, ils annoncent « qu’il faut » ou » qu’ils vont » simplifier, certains, en bons politiques, « que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Et pendant ce temps, des vignerons arrêtent, arrachent, se désespèrent. Et continuent pourtant à élire le même profil de dirigeant…" ….. brillant de réalisme :pouce

Le jour ou cette greffe aura les compétences d'Hervé Bizeul , les poules auront des dents !!!!

Ici on se demande comment ce cancre a réussi à se greffer à tous ces postes :dingue :eusa_think ………… ou alors , c'est que ceux qui aiment vraiment la viticulture , laissent ces postes aux plus mauvais d'entre nous , incapables de travailler leurs vignes eux mêmes :malade

Rassure toi Miloux11 … personne ne va oser critiquer ce type ici … ils lui doivent tous quelque chose ! Un petit service à la con qui les lient à vie !
Quand il a pris la tête de sa coopé , tout le monde disait ;" Qui sait ce qu'il va nous rapporter !!!!! :dollar "

Et ils l'ont dégagé ... tellement il était mauvais ! :blase
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Mar 21 Mai 2019 21:29 #5
https://www.vitisphere.com/actualite-86888-Lambitieux-plan-de-la-filiere-vin-remis-au-gouvernement.htm
"Contrats interprofessionnels" :read
Les États Généraux de l’Alimentation se penchant sur la juste répartition de la valeur au sein de l’agriculture française, le plan de la filière vin s’engage à une hausse du chiffre d’affaires de tous ses opérateurs en développant l’export :eusa_think . Souhaitant renforcer les interprofessions, le plan appelle de ses vœux la généralisation des contrats pluriannuels, « plus attractifs en définissant notamment des formules de prix et leurs modalités de révision ». Les élus demandent notamment que les interprofessions puissent parler de cours : « le débat sur le prix ne doit plus être un tabou ». La création d’un lieu de concertation avec les acteurs de la distribution est également évoquée, notamment pour mettre fin au cagnottage et aux promotions jugées excessives.


Bon... si le débat sur les prix ne doit plus être un tabou ( apparemment c'en était un pour certains, et on a vu comment le Président de Coop2France s'étrangle quand on parle de prix abusifs) débattons donc des cours, du cagnottage et des mécanismes ''tabous'' qui les déterminent dans l'interprofession et de leur conséquences sur nos acomptes et des €/Hl en chute libre, que les conseils d'administration de certaines coops ont tendance á enfumer pendant que la marge est ''exportée'' dans les holdings au Benelux .
Il serait peut être temps d'aller lui causer á Madame la filière qui ''s'engage''. :amis
Comme c'est du lourd...heureusement notre syndicat des vignerons Ultra Majoritaire qui est partout va surement s'occuper de ça, mais á vrai dire ils sont très occupés á récupérer des clopinettes sur la taxe TIPP, obtenir des différés sur la taxe foncière, lancer des actions en justice sur les droits externes non-primables et accompagner vers la sortie les producteurs ''fragmentés , non réadaptables''(sic) alors faudra les excuser, on peu pas être de tous les combats syndicaux.
Ven 24 Mai 2019 12:08 #6
Pendant ce temps au PC ... du SYNDICAT DES VITIS
https://www.facebook.com/VITIAUDE/photos/pcb.2373157676287900/2373157342954600/?type=3&theater
Mailing du jour envoyé aux syndiqués de l'ultra syndicat FDSEA/JA, omniprésent á tous les échelons de la filière et de l’inter-profession : ( extraits)
Elections européennes : le Syndicat des Vignerons de l'Aude à la rencontre des candidats
...
Entre propositions de réunions à Bruxelles pour présenter la réalité du terrain viticole, d'engagements forts ou de propos plus nuancés, le Syndicat des Vignerons doit maintenant faire le tri et réfléchir à une stratégie avant de lancer la deuxième phase du syndicalisme viticole européen.

Nos propositions :
- Instaurer le droit à l'erreur en droit européen
- Rétablir le dialogue sur le sujet des pesticides
- Créer un SMIC européen et réduire les charges
- Interdire le saccharose et développer la production de moûts concentrés
- En finir une bonne fois pour toutes avec l'étiquetage !
- Mettre en place des outils de régulation du marché


sur la régulation du marché: le message du Président empreint de clairvoyance et de fermeté

Fredéric Rouanet : ''« Nous avions pleins d'outils de régulation : la distillation, la caisse de bonne fin, etc... Aujourd'hui nous n'avons plus rien en dehors des autorisations de plantation, qui elles aussi sont sans cesse remises en question. Et le seul moyen de régulation du marché qu'il va nous rester, ce sont les aléas climatiques. J'ai bien peur que sans aléas climatiques, et avec deux ou trois bonnes récoltes, nous ne nous retrouvions dans une crise viticole bien pire que la précédente »

Maintenant qu'il a tout compris au film de la régulation des marchés le Présidents Syndicaliste des Vitis, il ne lui manque plus qu'á peaufiner son conditionnement avec le programme Sénéque de l'ESSEC et il sera mur pour présider á la destinée d'une belle Coopérative.
Ven 31 Mai 2019 13:51 #7
Les vignoble pilotes pour faire du vin Bio industriel intensif dans les plaines de grandes cultures sont lancés dans le Lauragais , 30 hectares à Ouveillan (Grand Chais de France) et 30 hectares á Bram ( Vinadeis)

''Pour fiabiliser l'approvisionnement, abaisser les coûts et augmenter les volumes, il s'agit cette fois de créer des vignobles dédiés à la filière Vin de France.
Deux géants français du secteur, le groupe coopératif Evoc-Vinadéis, et Grands Chais de France ( Alsace) vont créer deux vignobles « pilotes » de 30 hectares dans l'Aude. Premières vendanges attendues á partir de 2021.''


Sur le modèle espagnol de la Manche dans ces vignobles, on pratiquera des méthodes industrielles : « fertirrigation » (eau d'irrigation chargée de fertilisants pour la vigne), longues parcelles de 200 voire 400 mètres, taille mécanisée de la vigne, sans désherbage et avec aussi peu de pesticides que possible.

La coopérative Evoc Routier /Arzens ( Groupe Vinadeis) a répondu à un appel à projet de l’Anivin. Elle a été retenue, en partenariat avec Vinadeis et Arterris, pour un l’implantation de vignoble innovant écoresponsable, dans un mode de conduite intensif. Les rendements attendus sont de 150 hecto /ha avec un viticulteur JA exploitant pour 30ha á 50 ha installé en ‘’portage foncier’’ par les coops, en lui faisant investir á crédit ( gigantesque) pour gagner un smic dans le meilleur des cas.

Un bloc de 30 ha sera planté en 2019 sur le site expérimental d’Arterris dans le Lauragais, pour démontrer la rentabilité du modèle des cépages en vins de France.
Le sujet transversal de la conversion en bio du vignoble est également considéré dans la stratégie d’Evoc, “l’objectif est établi à 15 % du vignoble converti d’ici 2025, mais cela reste un minimum”, estime Dominique Farail.
Nous mettons en place un accompagnement technique indispensable à cette évolution des pratiques. , sur l’aire de captage de Maquens 800 ha ont été engagés en mesure agroenvironnementale HVE.


Revu de presse :gene
https://www.lsa-conso.fr/le-vin-de-france-a-besoin-de-vignobles-dedies,285641
https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/deux-projets-de-vigne-industrielle-dans-le-midi-5753262
https://www.paysandumidi.fr/articles/aude-une-fusion-qui-evoc-un-plan-strategique-109.htm

Et effectivement quand ils vont passer á la phase ''industrielle'' après les projets pilotes, le prix du Bio sera écrasé au taquet comme le conventionnel actuel pour ceux qui auront suivi écouté le chant des sirènes des coops qui te pousse pour avoir leur contingent de convertis et les hl pour la GD.

:malade
Grands Chais de France https://www.groupegcf.fr/nos-marques.html
Vinadeis https://www.vinadeis.com/les-marques/
Ven 31 Mai 2019 15:33 #8
Un beau projet de merrrde :malade ….. val pas resss !!!! :eusa_snooty

Bram … j'y ai fait mon service national …. c'est le sud-ouest à maïs …. la vigne ??? :interr ………. n'importe quoi ! :eusa_snooty
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Ven 31 Mai 2019 19:11 #9
Aberrant!....pauvre JA,il y a du crédit dans l'air.
Bio mais fertirrigation...un non sens.
Ven 31 Mai 2019 19:54 #10
light83 a écrit:
Aberrant!....pauvre JA,il y a du crédit dans l'air.
Bio mais fertirrigation...un non sens.

Pourquoi si le cahier des charge est respecté ? :eusa_think
Il faut bien dire qu'a force de cracher sur le conventionnel pour prendre des part de marché le bio est sortie du marché de niche, et ça ne reviendra plus en arrière.
Actuellement il y a une pétition contre les serres chauffés en bio,https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/petition-contre-les-serres-chauffees-en-bio-cette-technique-permet-de-repondre-a-une-demande-forte-replique-la-fnsea_3466043.html mais c'était à prévoir et il ne fallait pas ètre grand devin pour deviner ce qui allait arriver.
Bienvenu dans les vrais marchés et dans la réalité de l'économie ! :blase
Sam 1 Juin 2019 07:50 #11
WESTVAR a écrit:
Pourquoi si le cahier des charge est respecté ? :eusa_think

Oui mais globalement le problème est pris à l'envers,on veut faire du bio espagnol en France sans avoir leur main d'oeuvre...ça va être la course a l'investissement en matos pour l'agri...
En fait faute de parvenir à mettre la main sur le foncier des petits agris assez vite,"on" essaie de les dépasser par la bande en oubliant tout ce qui fait l'histoire et l'image de notre viticulture pour les étrangers,c'est oublier que c'est une de nos force principale.
A mon sens il y a de la place pour 2 viticultures:le bio et/ou les circuits courts et le conventionnel pour la GD mais rajouter le bio industriel ça ne peut que tirer les prix vers le bas.
Sam 1 Juin 2019 10:36 #12
C'est un aberration, et un félonie :itsnot un détournement de la marque ''France'' pour faire une bibine standardisée que n'importe qui peut produire sur n'importe quel continent.
Pendant que les pays qu'on prétend copier nous refilaient leur vrac bas de gamme pour appauvrir nos crus , ils ont eux monté en gamme avec des vrais vins de qualité sous leur marque nationale et nous taillent des croupières á l'export.
C'est piétiner le travail de générations de vignerons qui ont porté le vin de France et les terroirs á bout de bras pour en faire une référence mondiale.
Toutes les AOP et les IGP sont des vins de France et vu comme tels par les amateurs du monde entier et ils vont être discréditées et tirées vers le bas par cette merde mercantile labellisée VIN DE FRANCE .
Il faut pas laisser passer ça, l'alibi de l'écoresponsable , le marché, l'export et les installations de JA sont de l'enfumage pour finir d'asservir la source d’approvisionnement, de faire un remembrement forcé pour un système purement financier qui nous suce déjà la moelle.

Putain! si on se réveille pas lá .... la viticulture va dans le même mur que l'élevage laitier. :gnight

Et pendant ce temps le '' Syndicat FDSEA'' des vignerons cire les pompes de la filière pour chauffer ses places d'administrateurs en se faisant balader avec des voyages d'étude dans la Mancha ( authentique) , et revient nous expliquer :eusa_liar que c'est lá l'avenir du métier, qu'il faut accompagner les inadaptés vers la sortie pour faire la place au marché mondialisé roi :malade
Sam 1 Juin 2019 14:12 #13
Brillant Miloux11 :pouce j'adhère à 100% à ta vision des choses !!!

Puis si c'est validé par fnsea , c'est certifié " Val pas res" !!!

Au fait , ce matin j'écoutais Franceinfo …. ce que tu disais sur le système coopératif , commence enfin à faire du bruit … ça sort enfin de l'omerta ! Certains agriculteurs commencent enfin à se réveiller ……… Et des investissements au Brésil , fiscalement au Luxembourg …. et l'agriculteur dans tout ça ? Une caution ! Un baisé !
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Sam 1 Juin 2019 19:44 #14
Je ne suis pas pour ce système aussi. On en avait parlé sur le forum et certains craignaient que les négoces investissent dans de tels projets, j'avais émis un doute vu le cout de la main d'oeuvre. Mais c'est sans compter sur le paysan qui ne compte pas ses heures pourvu qu'il lui reste 4 miettes à la fin et le système big-coop qui sait qu'il peut compter sur eux et les payer en passion et en promesses. J'aime bien le provisionnel aussi, ça me fait doucement rigoler : du rève purement et simplement.
Sam 6 Juil 2019 10:58 #15
Pendant que l'ANIVIN /France Agrimer /FNSEA veulent coller la marque VIN DE FRANCE sur de la bibine que n'importe qui peut produire n'importe ou á prix cassé, les pays producteurs concurrents montent en gamme et le consommateur aussi puisque il boit moins mais mieux, le segments de l'entrée de gamme chute et les vins de qualité ne cessent de monter.
Bonne chance aux JA pigeons qui vont se faire pomper jusqu’à la dernière goutte de sang pour produire les 150Hl/ha qui seront de toutes façon toujours trop chers pour les spécialistes de la ''création de valeur'' par la destruction des coûts de production.
Sam 6 Juil 2019 15:31 #16
Vin industriel de l'ANIVIN, ou comment appliquer au vignoble d'Occitanie le modèle éprouvé sur la filière de l'élevage laitier avec le succès qu'on connait pour les éleveurs . :dingue
http://www.vindefrance-cepages.org/fr/actualites
Investissement de l'exploitation du JA :contentg , 1Million € pour 50 hectares de plantation fertiriguée, + matériel de culture ultra pointu ( interceps, pulvé á panneaux recup etc... ) + 100.000 € x 3ans de trésorerie pour se payer dans le meilleurs des cas un smic de 18 250€/an brut :byet avec au bas mot 1,5 Millions d'€ de ticket d'entrée á crédit sur 20 ans.

Objectifs:
15Tá 22T/ha á 0,23 €kg pour 110 á 150 hl/ha de vin (fini) á 42€ hl, sur 50 hectares. ( prix évidement non garanti qui va s’effondrer pour suivre un hypothétique marché mondialisé d'un vin technologique totalement banalisé en chute libre et qui n'aura de levier que la marque VIN DE FRANCE )

Pour les candidats au suicide ...le modèle V.I.E (Vignoble Innovant Eco-responsable)
...objectif d’accompagner les viticulteurs dans leur démarche de mise en place d’un Vignoble Innovant Eco-responsable pour la production de VIN DE FRANCE. Il permet sur le long terme d’évaluer la performance économique de la production de raisins sur ce segment de marché, de la plantation à la vendange. Le logiciel de calcul repose sur l’expertise des ingénieurs de l’IFV, l’outil Viticout® et différentes sources propres à la filière viti-vinicole. Plus de 40 indicateurs économiques sont utilisés portant sur les investissements, les durées d’amortissement et de production, les coûts d’entretien et les charges de structure. Le simulateur vous permet de bénéficier des références V.I.E./IFV et de les comparer à vos propres données pour estimer les charges à l’hectare en sortie de parcelle et le coût global de production vinifiée à l’hectare.
http://www.vignevin-occitanie.com/outils-en-ligne/simulation-economique-dune-production-vie/
Mar 9 Juil 2019 11:54 #17
V.I.E ..... Le positionnement prix de ces marques se situe sur les segments premium et super premium, de 7 dollars à 13,99 dollars, sur le marché américain .
Des vins de FRANCE ''Premium et Super Premium '' á 150hl/hectares :malade (soit 22t/ha) :dingue
On notera que les 9000 €/hectare de supposés revenus de la plaquette publicitaire á l'attention des candidats au suicide V.I.E représente 60 €/hl dont 18 €/hl de vinif ce qui met l'hectolitre 42€ de rémunération pour le viti.
Ramené á la bouteille la rémunération du viti 0,31€/75cl sur un segment á 10€/bouteille ... vive l''export ! et faut bien payer le marketing quand méme.

Le manuel de la lactification du VIN DE FRANCE est lá : :gene
http://www.vindefrance-cepages.org/fr/data/media/actu/VIE/dp_anivin_2018_h.pdf
Mar 9 Juil 2019 12:56 #18
allez les gars ne vous inquietez pas , les 20t /ha ne dureront pas longtemps , sur le papier ça marche toujours ( façon elevage des lapins du bossu de manon des sources ) mais sur le terrain ,on est loin des reves de tous ces mecs planqués qui veulent faire la pluie et le beau temps sur nos destinées parce que intellectuellement au dessus de la melée
c'est a nous les vitis de ne pas nous laisser embarquer dans cette galere qui risque de ne rapporter qu'a ceux qui depuis toujours nous tondent la laine sur le dos sans aucun scrupule avec la benediction de tous nos syndicats
Mar 9 Juil 2019 20:04 #19
syrano a écrit:
allez les gars ne vous inquietez pas , les 20t /ha ne dureront pas longtemps , sur le papier ça marche toujours ( façon elevage des lapins du bossu de manon des sources ) mais sur le terrain ,on est loin des reves de tous ces mecs planqués qui veulent faire la pluie et le beau temps sur nos destinées parce que intellectuellement au dessus de la melée
c'est a nous les vitis de ne pas nous laisser embarquer dans cette galere qui risque de ne rapporter qu'a ceux qui depuis toujours nous tondent la laine sur le dos sans aucun scrupule avec la benediction de tous nos syndicats

Je pense qu'ils vont bien trouver un volontaire pour la galère. Il n'y a que dans le monde paysan ou les types acceptent de travailler sans compter les heures pour une misère. Je pense que c'est le gros défaut de notre profession.
Après je pense que leur modèle est carrément impossible à réaliser : partir de rien, planter 50ha... Il faudrait prendre ces mecs planqués qui ont sortis ces chiffres et leur faire monter seulement 1 ha de plantier chacun, juste pour voir à la fin ce qu'ils en pensent ! :mdr
Sam 5 Oct 2019 15:25 #20
LE PLAN DE FILIÈRE VIN OCCITANIE
http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/plan_filiere_occitanie_cbv_lr_20181109_cle85636e.pdf
Préambule
 Les interpro viticoles (IP) françaises ont été mandatées pour encadrer une déclinaison régionale du plan filière
réalisé dans le cadre des états généraux de l’alimentation
 Ce document constitue le plan filière vin des vignobles d’Occitanie ( Languedoc-Roussillon et Sud-Ouest)
 A ce titre, les IP de la région Occitanie ont souhaité associer les organisations professionnelles
régionales représentatives et compétentes.
 Il s’appuie sur le plan filière vin national élaboré dans le cadre des états généraux de l’alimentation.
 Il reprend les grands axes et dispositions du plan national et le complète par des dispositions et mesures spécifiques aux vignoblesd’Occitanie.
 Il vise à être le plan régional permettant une réelle intelligence territoriale.
Il prend en compte trois niveaux :
o Niveau régional : actions et mesures transversales concernant toute la filière viticole régionale ;
o Niveau bassin : actions et mesures spécifiques à chaque bassin viticole ;
o Niveau interprofessionnel : actions et mesures mises en œuvre par chaque interprofession.



http://draaf.occitanie.agriculture.gouv ... cole-du-28
Conseil de bassin viticole du 28 juin 2019
Le Conseil de bassin viticole du « Languedoc-Roussillon », instance de concertation entre les partenaires de la filière, s’est réuni sous la présidence d’Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie et préfet coordonnateur du bassin, le 28 juin 2019, à Montpellier.
Cette séance a été l’occasion de confirmer l’engagement de l’État dans l’accompagnement de la filière vitivinicole qui est un des piliers de l’économie régionale.

Une conjoncture viticole globalement satisfaisante, malgré des inquiétudes sur les ventes de vin rouge
La récolte française de la campagne 2018 de vin est en hausse à 46,6 millions d’hl, ce qui est supérieur à la moyenne quinquennale, tout comme celle du bassin qui se situe à 12,6 millions d’hl. Les professionnels constatent une baisse du volume des transactions sur les vins rouges, mais une hausse sur les vins rosés et blancs. Les cotations de tous les segments sont globalement bien orientées.

Plan stratégique de filière vin : le bassin « Languedoc-Roussillon » avance résolument
Dans le cadre des orientations du plan de filière viticole national, les professionnels ont entamé, depuis plus d’un an, un travail de déclinaison en Occitanie, en concertation étroite entre les deux bassins « Sud-Ouest » et « Languedoc-Roussillon ». La séance du jour a été l’occasion pour les interprofessions, Coop de France et les vignerons indépendants de faire un point d’étape sur les actions en cours et celles à mettre en place, dans un objectif de création de valeur, avec déjà des avancées notoires sur les labels environnementaux (en particulier la HVE et la viticulture bio), l’œnotourisme, l’innovation et l’export.
A l’issue de ces présentations, Étienne Guyot salue le travail mené par les professionnels et il les invite à communiquer de façon large auprès des viticulteurs et du grand public.

Le renouvellement des membres du conseil de bassin « Languedoc-Roussillon » s’inscrit dans le cadre de la nouvelle gouvernance nationale de FranceAgriMer
Les membres du conseil de bassin ont élu, pour les représenter au conseil spécialisé vin de FranceAgriMer, Madame Miren De Lorgeril et Monsieur Jacques Gravegeal. Monsieur Jean-Benoît Cavalier a été également élu au conseil d’administration de l’IFV. La désignation des nouveaux membres du conseil de bassin « Languedoc-Roussillon » est programmée pendant l’été pour une installation début octobre 2019.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut