La pétition intox de Coop2France contre EGAlim

Ouvert par Miloux11, 30 janvier 2019

Page 1 sur 1
Mer 30 Jan 2019 11:54 #1
COOP DE FRANCE á lancé la semaine dernière une grande offensive contre l'Ordonnance Coopération qui pourrait donner des voies de recours aux coopérateurs dont les productions sont rémunérées á '' prix abusivement bas'' et lever l'opacité des opérations financières de délocalisation des profits dans des holdings .

La pétition que fait circuler Coop2France en hurlant au démantèlement des principes fondamentaux de la coopération est une imposture indigne qui n'a de but que de maintenir le statu-quo de la subordination des adhérents au système financiarisé qu'elle a instauré dans les filières agricoles, et qui ne sert que la course sauvage aux exportations á tout prix et la capitalisation délocalisée par l'asservissement des agriculteurs producteurs.

La doctrine de Coop2France á été clairement exposée par la voix de son Président, plutôt que de se consacrer á sa mission de valorisations des productions des coopérateurs, elle est inféodée á la logique financière mondialisée et découpe le coopérateurs adhérent en trois morceaux pour mieux les pressurer en trois postes comptables :

1 - L'associé porteur de parts du capital , non rémunéré selon le principe sacré de NON DISTRIBUTION DES PROFITS
2 - Le client adhérent captif , pour ponctionner de la marge sur ses achats
3 - Le producteur 'sic' '' confiant la commercialisation de sa production par délégation'' pour mieux compresser les coûts de matière premiere.

Dans ce système parfaitement orthodoxe d'un point de vu capitaliste, les adhérents n'ont aucun recours valable par le HCCA juge et partie interne de la nébuleuse Coop2Fr , qui reste évidemment inaccessible et n'a par ailleurs aucun pouvoir de sanction sur les dérives orchestrées par une gestion purement financière.

NE SIGNEZ PAS CETTE IMPOSTURE

pour plus de documentation sur le sujet voir ici: http://forum.terre-net.fr/topic-267423-60
Mer 30 Jan 2019 22:29 #2
Pas besoin d'une juridiction extérieure clame Coop2France, Le Haut Conseil de la Coopération Agricole serait donc le recours légitime des coopérateurs en cas de différent ?
Voyons donc comment ca se passe dans la réalité ... le cas d'école Tereos ,
http://www.agrodistribution.fr/actualites-cooperatives-negoces/gouvernance-coop-de-france-desavoue-tereos-118287.html#.XFIG-lxKjD4
http://www.agrodistribution.fr/actualites-cooperatives-negoces/gouvernance-echec-de-la-mediation-chez-tereos-118171.html#.XFIKWVxKjD4

et devant l'incapacité du HCCA, c'est le tribunal de grande instance qui a du trancher sur les décisions abusives en question
https://www.lebetteravier.fr/flash-infos/753-les-trois-exclus-de-tereos-vont-etre-reintegres.html :interr
Ven 1 Fév 2019 08:56 #3
6 milliards d'euros, rien que pour la région Occitanie , c'est bien de ca qu'on cause

Boris Calmette sort l'artillerie lourde des arguments sonnants et trébuchants pour défendre la rémunération abusivement basse, fondement d'une économie d'asservissement des agriculteurs.
L'INDEPENDANT Publié le 31/01/2019
La loi Egalim prévue pour permettre aux agriculteurs d'avoir un revenu digne risque de remettre en cause le statut coopératif. Coop de France monte au créneau.
https://www.lindependant.fr/2019/01/31/agriculture-une-ordonnance-de-la-loi-egalim-seme-la-panique-dans-les-cooperatives,7987112.php
15 000 personnes sont concernées en Occitanie, soit plus de 360 entreprises et l'équivalent de 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Depuis le début du XXe siècle, la coopération agricole maille le territoire. Une ordonnance de la loi Egalim risque de remettre en cause le statut coopératif et sème forcement le trouble parmi les professionnels. A l'image de Boris Calmette, président régional de Coop de France qui n'hésite pas à évoquer une future loi qui "reviendrait à enterrer 150 ans de l'histoire syndicale et mutualiste agricole. "

Remise en cause ... qui séme forcement le trouble dans le systéme Moules Frites au Rosé, ( cf http://forum.terre-net.fr/topic-267423-20 on rappellera qu'il s'agit de mesures visant limiter la pratique de ''prix abusivement bas'' et l'obligation de donner un minimum de transparence aux coopérateurs adhérents sur le partage des profits et flux financiers opaques des filiales .
Ven 1 Fév 2019 21:34 #4
Mobilisation générale , la com en eaux troubles de Coop de France pour faire peur, on vise le porte monnaie, la théorie du complot ... ta coop ne pourraient plus verser des acomptes parce qu'elle aurait trop peur d’être accusée de prix abusivement bas :dingue
'' d'ou la colère des coopérateurs'' (sic) Si ce n'est pas prendre les coopérateurs supposés pétitionner pour des c..., ca y ressemble fortement.

Les coopérateurs d'Occitanie se mobilisent pour "sauver" leur statut
En cause, une ordonnance de la loi Egalim dont l’examen, prévu cette semaine en conseil des ministres, a finalement été repoussé. Elle "remet en cause la relation entre coopérateur adhérent coopérative en assimilant le contrat qui les lie à un contrat commercial", souligne Carole Delga, présidente de Région. En clair, si elle finissait par passer, cette ordonnance ne permettrait notamment plus le paiement de l’acompte au coopérateur au moment où il livre sa production. Ce dernier pourrait être effectivement être considéré comme un prix "abusivement bas." Si le gouvernement compte, via cette ordonnance, "renforcer la lisibilité et la transparence des informations transmises aux coopérateurs", il semble surtout avoir semé le trouble chez ces derniers. D’autant plus que, selon nos informations, des discussions avaient été engagées avec les organisations pour travailler au statut des caves coopératives depuis septembre dernier. Elles n’avaient pas abouti à de telles conclusions. D’où la colère des coopérateurs.

https://www.lindependant.fr/2019/01/31/les-cooperateurs-doccitanie-se-mobilisent-pour-sauver-leur-statut,7987258.php
Sam 2 Fév 2019 11:32 #5
Mais les réseaux et le lobby financier est á la manœuvre pour défendre ses privilèges par l'exception coopérative , transformée en '' ZONE FRANCHE DE NON-DROIT pour LES AGRICULTEURS''.

https://www.facebook.com/notes/carole-delga/loi-egalim-pour-nos-agriculteurs-nos-territoires-le-gouvernement-doit-reconna%C3%AEtr/2114209208854203/

Madame Carole Delga Présidente de la Région Occitanie avant de publier un copier collé de la propagande de Coop de France pourrait se poser la question, '' en quoi les principes fondamentaux de cette coopération lá seraient-ils ébranlés par l'introduction d'un recours contre des pratiques abusives''. Prix abusivement bas et opacité des filiales dans la délocalisation des profits seraient si on en juge par cette logique les piliers fondateurs du modèle de coopération financiarisée défendu par Coop de France? Avec pour objectif l'export á tout prix et la croissance financières, les filières de l'agroalimentaire en France et de la filière vins en particulier pour l'Occitanie se sont installées dans cette zones franches de ''non-droits'' en profitant éhontément d'un status coopératif qui n'a jamais été pensé il y a 150 ans dans une optique financière; et qui aujourd'hui aboutit á un prospérité indécente de structures opportunistes par l'exploitation des agriculteurs et viticulteurs prolétarisés qui sont pourtant les forces vives de notre région.
Alors que des jeunes faute de perspectives de rentabilité ne peuvent plus accéder au foncier pour s'installer, les groupes coopératifs internationalisés et le négoce florissant rachètent les fleurons de la filières chateaux et domaines par centaines, planifiant déjà le captage financier du foncier agricole.
Quand ces groupes accumulent des capitaux délocalisés au Benelux, que les directeurs de coopératives sont confortablement installés par leur convention collective avec des salaires des retraites et des avantages sociaux sans commune mesure avec la rémunération des associés fondateurs de leurs coopératives qui eux assument tous les risques climatiques, sanitaires et de la mondialisation, vos propos téléguidés par Coop de France sont une insulte au bon sens. Les raisins de la colères pourraient se réveiller sur cette imposture de trop.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut