Agriculture: la bulle des egos et l'asphyxie des volontés

Ouvert par gwendal raoul, 29 décembre 2018

Page 1 sur 1
Sam 29 Déc 2018 14:28 #1
Avant d'être éleveur laitier, j'ai travaillé une poignée d'année dans les entrailles du système financier mondial, une main minuscule dans les rouages du marché des produits dérivés.

Les problèmes à résoudre était souvent très intéressants, les esprits les plus brillants y élaborant les martingales les plus géniales pour contrer, surpasser leurs précédents et géniaux modèles de valeur en risque.

Mais le constat que ces instruments dérivés, de plus en plus complexes, tenaient de moins en moins compte de la réalité sous-jacente qu'ils utilisaient, que le concret devenait accessoire dans la recherche de gains insensés, m'a détourné de cette activité, et a, à bien des égards, fléché mon aspiration à exercer un métier utile, nécessaire, simplement noble.

Dix-huit mois plus tard, la crise des subprimes et la faillite de ce système financier éclataient, tout comme la bulle qui, en se gonflant, avait asphyxié le monde réel (la construction de logement répondant, elle, à une nécessité certaine) sur lequel elle prospérait, sûre de sa puissance jusqu'au "plop" final.

En cette fin 2018, j'ai un goût amer, celui de voir le même processus, têtu et déjà très avancé, s'emparer du monde agricole: la dérive d'un système qui, s'emballant, s'éloigne, ignore, puis tient pour quantité négligeable la production sous-jacente qui la fait vivre, nos productions agricoles.

L'outil de transformation et commercial prend le pas sur la finalité, essentielle: se nourrir.

Le gain financier se bâfre des marges extirpées du geste de récolte.

La mondialisation, qui devrait permettre d'obtenir ce dont nous avons besoin et que nous n'avons pas, faute de règles élémentaires fait qu'au final nous avons trop de ce qui est superflu et que nous manquons (ou manquerons) de ce qui nous est vital: travail et production couvrant les besoin élémentaires.

Le port narcissique de distinctions, de postes, de sinécures dans les instances agricoles remplace trop souvent la satisfaction simple et saine de la défense de l'agriculteur, de la cohérence entre les contraintes naturelles, les exigences sociétales et les obligations administratives.

Les usines à gaz administratives, économiques, financières créées pour tenter de gommer les incohérences, les contradictions, les culpabilités, les inconsciences d'aujourd'hui ne sont que les impasses de demain.

La loi du marché, prétendument implacable et inévitable, s'impose toujours plus dans les consciences de nos décideurs. Mais c'est oublier que le marché agricole n'est que la somme de nos volontés collectives, une fois la nature ayant donné, et que si la volonté des agriculteurs se dérobe, nous sommes forcément les perdants. Que si nous voulons résolument une régulation indispensable, indiscutable, on nous la devra!

Le prix de nos productions, si nous ne sommes pas convaincus de leur valeur, sera seulement celui que l'on daigne nous octroyer.

Accepter les incantations d'adaptation à la concurrence, à l'ordre des choses, c'est faire fi du fait que l'agriculture française est reconnue comme la plus durable au monde, alors même que ses produits sont les plus variés, ses terroirs les plus riches.

C'est accepter aussi des modèles ignorant souvent nos contraintes environnementales, si gourmands en capital financier que la production agricole devient un vulgaire coproduit, la spéculation sur le sous-jacent devenant la règle, le remboursement des emprunts n'étant même plus envisageables.

Et c'est se soumettre à l'idée que nos rangs s'éclaircissent inexorablement, que la bulle nous asphyxie et éteigne définitivement nos convictions trempées dans le bon sens.

Je ne le veux pas, mais seule notre volonté collective et affirmée, ancrée dans cet acte primordial, celui de nourrir, peut empêcher cette dérive inconsciente.

https://filierelait.blogspot.com/2018/12/agriculture-la-bulle-des-egos-et.html
Vini, Vidi, Pactoli
Sam 29 Déc 2018 18:10 #2
:pouce
Sam 29 Déc 2018 20:39 #3
Image
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Sam 29 Déc 2018 21:09 #4
pour que la société reconnaisse notre utilité ,il faut pénurie . La société française si ce n'est, européenne s'enfonce dans le chaos . Il faudra y survivre , peut-être qu'ensuite ....
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Sam 29 Déc 2018 22:49 #5
mono, j'ai entendu dernièrement un commentaire intéressant: Macron a été élu sur un programme libéral à contre temps, alors même que partout ailleurs des politiques protectionnistes pointent leur nez.

Mais en matière agricole, on n'a pas le droit au chaos, et la France dans ce domaine encore plus que dans d'autres est un exemple, non pas à "adapter", mais à promouvoir et à défendre.

Je vois bien le brouillard en suspens dans bien des esprits, les convictions ébranlées par tant de coups de boutoir d'une logique ultra-libéral absurde, les groupies désormais éplorées de la loi toute-puissante du marché.

Mais les fondations sont encore solides bien qu'effritées,j et le monde agricole est encore l'ultime ligne de défense face aux incohérences criantes d'une mondialisation dévoyée. Pas de repli sur soi, mais réaffirmer, imposer ce que l'on est encore, et puissamment.

Le faire, ce n'est pas avoir peur de l'autre, trouver des boucs-émissaires, mais bien préserver nos démocraties, à leur corps défendant.
Vini, Vidi, Pactoli
Dim 30 Déc 2018 19:26 #6
Gwendal, t’es bien gentil, ton discours est "attrayant", voire même "thaumaturge" (miraculeux).
Perso, sans illusion sur la nature humaine depuis fort longtemps, la dérision permet d'encaisser toutes les "conneries".
J'attends plus des "réalisations" fussent t'elles discrètes et modestes, que des grands discours "pompeux".
Ceci dit, je trouve que ce soit gâcher tes talents a http://www.agriculteurs22.com/
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Dim 30 Déc 2018 20:02 #7
et ne pas oublier que les Chambres d'Agricultures sont des organismes semi-publics .....des organismes semi-publics ;)
......des petits pas, au mieux et co-acceptés..... :flower
Dim 30 Déc 2018 22:35 #8
gwendal raoul a écrit:
mono, j'ai entendu dernièrement un commentaire intéressant: Macron a été élu sur un programme libéral à contre temps, alors même que partout ailleurs des politiques protectionnistes pointent leur nez.

Mais en matière agricole, on n'a pas le droit au chaos, et la France dans ce domaine encore plus que dans d'autres est un exemple, non pas à "adapter", mais à promouvoir et à défendre.

Je vois bien le brouillard en suspens dans bien des esprits, les convictions ébranlées par tant de coups de boutoir d'une logique ultra-libéral absurde, les groupies désormais éplorées de la loi toute-puissante du marché.

Mais les fondations sont encore solides bien qu'effritées,j et le monde agricole est encore l'ultime ligne de défense face aux incohérences criantes d'une mondialisation dévoyée. Pas de repli sur soi, mais réaffirmer, imposer ce que l'on est encore, et puissamment.

Le faire, ce n'est pas avoir peur de l'autre, trouver des boucs-émissaires, mais bien préserver nos démocraties, à leur corps défendant.


le chaos n'épargnera personne .L'agriculture a déjà un pied dedans
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Dim 30 Déc 2018 22:56 #9
@lm a écrit:
Gwendal, t’es bien gentil, ton discours est "attrayant", voire même "thaumaturge" (miraculeux).
Perso, sans illusion sur la nature humaine depuis fort longtemps, la dérision permet d'encaisser toutes les "conneries".
J'attends plus des "réalisations" fussent t'elles discrètes et modestes, que des grands discours "pompeux".
Ceci dit, je trouve que ce soit gâcher tes talents a http://www.agriculteurs22.com/


C'est bien de lui dire où ne PAS aller mais
Ce serait mieux de lui dire OU aller
et COMMENT y rentrer :eusa_whistle :read
Dim 30 Déc 2018 23:00 #10
Dans le texte ci-dessus, sans doute trop (maladroitement) lyrique et alambiqué, je donne ma vision d'une certaine évolution du monde agricole. Car je pense qu'on manque singulièrement de vision, qu'on ne fait que réagir, souvent mollement, aux coups.

@lm et Xavier, vous faites le lien avec les élections chambre, libres à vous. Il est évident que les enjeux de ces élections n'ont pas grand chose à voir, du moins directement, avec ce que j'évoque.

Maintenant que le point est soulevé, malgré moi :) ;) :

1. Ce sont des élections pour les chambres, ou une simple cooptation? Y'a le droit d'avoir le choix, voire de l'offrir, sans se voir taxer de séditieux opportuniste idéaliste kéké cherchant le buzz?

2. Si ce sont des élections, la moindre des choses est d'avoir d'une p'tite campagne qui reste sympa, sans s'insulter tout en se disant des choses, sans avoir de hauts le cœur à la moindre contestation, sans y voir de viles volontés populistes si on veut juste remettre un peu l'ordre (très très) établi un peu en cause.

3. Si ces élections ne servent à rien, alors un changement de personnel n'a pas d'importance et n'aura pas d'impact négatif.

4. Si elles servent à quelque chose, ce sera en tout cas à apprendre, à apporter de l'enthousiasme et un peu la fraîcheur sincère de l'inexpérience qu'on reproche tant à ceux qui n'étant pas sur la bonne liste avec la bonne étiquette en sont exclus depuis toujours.

Donc ce n'est pas dans les chambres agri qu'on changera le monde, mais il doit bien y avoir quelques intérêts à y être majoritaires vu la ténacité de ceux en place à vouloir discréditer (un peu quand même) toute velléité extérieure d'y participer aussi.

La liste CR22 menée par Anne Renouard est justement très ouverte, très sincère, et si on est tous convaincus qu'on ne révolutionnera pas le monde, au moins avons-nous la volonté affirmée de mettre notre grain de sel en travaillant avec tous ceux qui partagent cet objectif, de tout bord. C'est donc très très clair, ça dépasse de très,très loin ma petite personne, dont seul mon entourage immédiat perçoit et percevra l'éventuel et modeste intérêt :) .
Vini, Vidi, Pactoli
Dim 30 Déc 2018 23:05 #11
xavier courboin a écrit:
et ne pas oublier que les Chambres d'Agricultures sont des organismes semi-publics .....des organismes semi-publics ;)
......des petits pas, au mieux et co-acceptés..... :flower


Vidées de leur substance, semi privatisées :eusa_whistle
les organismes qui y sont présents se regroupent(régionalisation), quitte le navire, sont rachetés par des groupes privés coopératifs (rachat des C.L par les O.S), ou perdent leur indépendance vis a vis de la Chambre (ODASEA)
Le tout, toujours largement soutenu alors que les départements qui ne sont plus indépendants financièrement des régions et dont le nombre d'exploitants diminue
Et que les grands ordre arrivent tout frais pondu de Paris (comme le fait de ne pas semer les intercultures cette année)
Un peu comme les cuisines d'entreprise, du "pret à consommer"

Mais ne changeons rien, d'ici peu, on fera les A.G au cimetière
Dim 30 Déc 2018 23:40 #12
gwendal raoul a écrit:
Avant d'être éleveur laitier, j'ai travaillé une poignée d'année dans les entrailles du système financier mondial, une main minuscule dans les rouages du marché des produits dérivés.


Comme je n'y connais rien,
j'ai trouvé ça
https://www.youtube.com/channel/UC7sXGI8p8PvKosLWagkK9wQ

Ca me semble pas mal :eusa_think
Lun 31 Déc 2018 00:42 #13
gwendal raoul a écrit:
Dans le texte ci-dessus, sans doute trop (maladroitement) lyrique et alambiqué, je donne ma vision d'une certaine évolution du monde agricole. Car je pense qu'on manque singulièrement de vision, qu'on ne fait que réagir, souvent mollement, aux coups.

@lm et Xavier, vous faites le lien avec les élections chambre, libres à vous. Il est évident que les enjeux de ces élections n'ont pas grand chose à voir, du moins directement, avec ce que j'évoque.

Te suis reconnaissant de m'associer a Xavier : avons le même cursus ; avons eu des engagements professionnels foncièrement "opposés" ; mais un "coming out" professionnel très proche et vraisemblablement des regrets de n'avoir pas réalisé nos "utopies". Pour autant, nous n'y avons pas totalement renoncé. “Si tu te fais de nouveaux amis, n'oublie pas les anciens.” (Érasme).

Maintenant que le point est soulevé, malgré moi :) ;) :

1. Ce sont des élections pour les chambres, ou une simple cooptation? Y'a le droit d'avoir le choix, voire de l'offrir, sans se voir taxer de séditieux opportuniste idéaliste kéké cherchant le buzz?

2. Si ce sont des élections, la moindre des choses est d'avoir d'une p'tite campagne qui reste sympa, sans s'insulter tout en se disant des choses, sans avoir de hauts le cœur à la moindre contestation, sans y voir de viles volontés populistes si on veut juste remettre un peu l'ordre (très très) établi un peu en cause.

3. Si ces élections ne servent à rien, alors un changement de personnel n'a pas d'importance et n'aura pas d'impact négatif.

4. Si elles servent à quelque chose, ce sera en tout cas à apprendre, à apporter de l'enthousiasme et un peu la fraîcheur sincère de l'inexpérience qu'on reproche tant à ceux qui n'étant pas sur la bonne liste avec la bonne étiquette en sont exclus depuis toujours.

Donc ce n'est pas dans les chambres agri qu'on changera le monde, mais il doit bien y avoir quelques intérêts à y être majoritaires vu la ténacité de ceux en place à vouloir discréditer (un peu quand même) toute velléité extérieure d'y participer aussi.

La liste CR22 menée par Anne Renouard est justement très ouverte, très sincère, et si on est tous convaincus qu'on ne révolutionnera pas le monde, au moins avons-nous la volonté affirmée de mettre notre grain de sel en travaillant avec tous ceux qui partagent cet objectif, de tout bord. C'est donc très très clair, ça dépasse de très,très loin ma petite personne, dont seul mon entourage immédiat perçoit et percevra l'éventuel et modeste intérêt :) .
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Lun 31 Déc 2018 11:15 #14
Le passé c’est le passé darling, ça parasite le présent !

Les indestructibles, Edna Mode.


Mar 1 Jan 2019 11:59 #15
@lm a écrit:
gwendal raoul a écrit:
Dans le texte ci-dessus, sans doute trop (maladroitement) lyrique et alambiqué, je donne ma vision d'une certaine évolution du monde agricole. Car je pense qu'on manque singulièrement de vision, qu'on ne fait que réagir, souvent mollement, aux coups.

@lm et Xavier, vous faites le lien avec les élections chambre, libres à vous. Il est évident que les enjeux de ces élections n'ont pas grand chose à voir, du moins directement, avec ce que j'évoque.

[color=#0000BF]Te suis reconnaissant de m'associer a Xavier : avons le même cursus ; avons eu des engagements professionnels foncièrement "opposés" ; mais un "coming out" professionnel très proche et vraisemblablement des regrets de n'avoir pas réalisé nos "utopies". Pour autant, nous n'y avons pas totalement renoncé. “Si tu te fais de nouveaux amis, n'oublie pas les anciens.” (Érasme).

Maintenant que le point est soulevé, malgré moi :) ;) :

1. Ce sont des élections pour les chambres, ou une simple cooptation? Y'a le droit d'avoir le choix, voire de l'offrir, sans se voir taxer de séditieux opportuniste idéaliste kéké cherchant le buzz?

2. Si ce sont des élections, la moindre des choses est d'avoir d'une p'tite campagne qui reste sympa, sans s'insulter tout en se disant des choses, sans avoir de hauts le cœur à la moindre contestation, sans y voir de viles volontés populistes si on veut juste remettre un peu l'ordre (très très) établi un peu en cause.

3. Si ces élections ne servent à rien, alors un changement de personnel n'a pas d'importance et n'aura pas d'impact négatif.

4. Si elles servent à quelque chose, ce sera en tout cas à apprendre, à apporter de l'enthousiasme et un peu la fraîcheur sincère de l'inexpérience qu'on reproche tant à ceux qui n'étant pas sur la bonne liste avec la bonne étiquette en sont exclus depuis toujours.

Donc ce n'est pas dans les chambres agri qu'on changera le monde, mais il doit bien y avoir quelques intérêts à y être majoritaires vu la ténacité de ceux en place à vouloir discréditer (un peu quand même) toute velléité extérieure d'y participer [i][b]aussi
.

La liste CR22 menée par Anne Renouard est justement très ouverte, très sincère, et si on est tous convaincus qu'on ne révolutionnera pas le monde, au moins avons-nous la volonté affirmée de mettre notre grain de sel en travaillant avec tous ceux qui partagent cet objectif, de tout bord. C'est donc très très clair, ça dépasse de très,très loin ma petite personne, dont seul mon entourage immédiat perçoit et percevra l'éventuel et modeste intérêt :) .

EH , oui @lm je confirme avec plaisir !
Mer 2 Jan 2019 11:32 #16
:exit

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut