nuisances electromagnétiques sur les elevages

Ouvert par steph72, 14 novembre 2018

Mer 20 Mar 2019 00:43 #61
La prise de terre c'est la premiere chose à quoi on pense
la changer c'est facile et peu couteux

Putaing fait qq chose
je le faisais encore ce soir ou cette nuit , si c'était chez moi

au lieu de jouer la victime
Mer 20 Mar 2019 18:41 #62
Les nuisances ,elles viennent plus du champ magnétique de la veine d'eau qui traversent le batiment.
Hier ,la traite s'est beaucoup mieux passée ,les vaches entrent mieux et ne retiennent plus leur lait comme avant;
La prise de terre n'est plus bonne depuis qu'ils ont fait des changements pour enterrer la ligne.
Ven 22 Mar 2019 15:20 #64
https://www.letelegramme.fr/bretagne/co ... 238759.php

Deux agriculteurs vivant à 30 km d’écart, entre Loudéac et Saint-Brieuc, sont victimes d’un même phénomène : depuis plusieurs années, leurs vaches périssent massivement et de façon inexpliquée, tandis qu’un taux anormalement élevé d’électricité court dans leurs pâturages. Le préfet des Côtes-d’Armor a été alerté et une enquête ouverte.
Longtemps, Patrick Le Néchet n’a pas trop voulu s’exprimer sur ce mal qui lui ronge les sangs. « Tout le monde nous a pris pour des fous », soupire l’éleveur de Querrien, à La Prénessaye (22), tandis qu’il nourrit ses charolaises. Pourtant, l’homme a toute sa tête. Et les chiffres sont là, vertigineux. Depuis cinq ans, plus de 120 vaches, veaux ou génisses de son exploitation sont morts. « Le matin, je me levais pour aller les voir, j’en trouvais plusieurs allongées, elles ne se relevaient pas ». Le camion de l’équarrisseur est encore passé avant-hier matin en embarquer une. Quant à ses laitières, des Prim’Holstein, d’un jour à l’autre elles ont donné beaucoup moins de lait.

image: https://www.letelegramme.fr/images/2019 ... 0x269p.jpg

Depuis cinq ans, Patrick Le Néchet, de La Prénessaye, a perdu 120 vaches, veaux ou génisses. (Photo Claude Prigent)

Taux d’électricité anormalement élevé dans le sol
Patrick Le Néchet, qui a hérité d’une exploitation familiale jusqu’alors en bonne forme, nichée en contrebas du sanctuaire Notre-Dame de Toute Aide, a décidé d’alerter les pouvoirs publics. Il y a quinze jours, le maire de sa commune, Daniel Thomas, a lui-même fini par interpeller le préfet des Côtes-d’Armor sur le cas de son administré. « Je ne suis pas technicien, explique le maire, mais justement, je demande à l’État de faire toute la lumière sur cette affaire, notamment en faisant intervenir des experts indépendants ». Car voilà, Patrick Le Néchet a fait constater un taux d’électricité anormalement élevé dans son sol, mais aussi dans l’eau qui abreuve ses bêtes. Des mesures ont été faites dans le sol : « Parfois, on trouve jusqu’à 1 volt, soit trois fois plus que le seuil acceptable pour les bêtes ». « Le phénomène prend naissance à proximité d’une installation photovoltaïque (…)», écrit l’élu au représentant de l’État. Et les ennuis de Patrick Le Néchet ont commencé exactement au moment où ces panneaux ont été posés… et visiblement assez mal puisqu’une bonne partie de l’énergie qu’ils produisent part directement en terre.

Plainte contre X déposée à Saint-Brieuc
Trente kilomètres plus loin, à Allineuc (22), Stéphane Le Béchec, 50 ans, est, lui, certain d’une chose : s’il a perdu 170 laitières en à peine trois ans, c’est aussi à cause du courant électrique : « J’ai fait faire deux autopsies à mes frais : les services vétérinaires ont conclu à des morts inexpliquées. J’ai ensuite demandé à Enedis de venir contrôler ses installations, puisque j’avais constaté que le voltmètre réagissait fortement lorsque je le piquais dans la terre et dans l’eau au niveau de l’exploitation ». Pour expliquer ces « perturbations », il croit avoir décelé sept zones productrices de nuisances, dont quatre antennes et panneaux photovoltaïques à proximité de sa ferme. Il y a un peu moins d’un an, il a porté plainte contre X auprès du procureur de Saint-Brieuc. « Aujourd’hui, j’ai tout perdu, soupire-t-il devant quelques veaux faméliques. La plupart de mes bêtes, les 500 000 euros d’investissement… Avec ma femme, on est au bout du rouleau ». Il vient de mettre son exploitation en vente.
À Querrien, Patrick Le Néchet a décidé de trouver des parades. « J’ai posé 600 mètres de cuivre autour de l’exploitation, pour dévier le courant. J’ai aménagé l’arrivée d’eau pour privilégier celle qui vient de notre source, parce que les bêtes la boivent davantage. Depuis, cela va un peu mieux. Mais ce n’est pas réglé. Et nous, qui habitons ici, on est mal. Les nuits sans sommeil, ça use », lâche-t-il pudiquement.
Suite à la plainte de Stéphane Le Béchec, la compagnie de gendarmerie de Saint-Brieuc a ouvert une enquête. À ce stade, le parquet a classé le dossier pour absence d’infraction pénale. « Pour la justice, cela relève davantage d’un contentieux au civil, ou même d’un problème qui relève de l’administration », détaille une source proche de l’enquête. Ce dont les deux agriculteurs sont certains, c’est aussi qu’ils ne sont pas les seuls. Au moins deux autres de leurs confrères connaissent des situations identiques à quelques kilomètres de là. Ce qui fait redouter au maire de La Prénessaye un vrai scandale sanitaire.






Retrouvez plus d'articles

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/bretagne/co ... ziQgXeC.99
Sam 30 Mar 2019 22:11 #66
Situation atypique de ce parc eolien
Alors pourquoi en Mayenne un elevage qui avait monté un batiment neuf a été obligé de remettre
les vaches dans l'ancien batiment ,un autre eleveur avec un robot a arrété le lait parcequ'il avait trop de problemes .

Un autre eleveur dans la somme a vendu les vaches gardé les terres et travaille à l'extérieur,

Ses vaches ne buvaient pas assez ,la production a diminué de moitié.

Il y a tellement d'argent en jeu qu'on cache les problemes et qu'on fait mine de chercher d'ou vient la source de pollution.

Comme pour un transformateur si la terre est sur une veine d'eau qui suit jusqu'aux batiments c'est des emmerdes sur le troupeau.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut