adieu boeuf et taurillons

Ouvert par dylan, 09 octobre 2018

Mar 9 Oct 2018 23:05 #1
la DFI sur bovins serait supprimée en 2019
si l objectif est d accélérer la disparition des élevages alors c est une bonne décision :eusa_wall :eusa_wall
Mer 10 Oct 2018 10:42 #2
l'état cherche toutes les niches qui peuvent lui apporter quelques euros. les dfi sur investissement il ya déja quelques années, voila maintenant sur la croissance des troupeaux; pour nos sportifs médaillés et dont nos élus se gargarisent devant les caméra et les micros ,les primes données par l'état ,ex :une médaille d'or au jo c'est 50000 e . avant c'était net maintenant c'est à déclarer aux impots. la jeune fille handicapée dont les parents sont producteurs de lait dans le beaufortin vont sans doute changer de tranche d'impot ; leur fille de 16 etant avec eux au niveau fiscal. cette sportive a gagné plusieurs médailles au jo handisport. vive la france .
Mer 10 Oct 2018 17:32 #3
jojo56 a écrit:
l'état cherche toutes les niches qui peuvent lui apporter quelques euros. les dfi sur investissement il ya déja quelques années, voila maintenant sur la croissance des troupeaux; pour nos sportifs médaillés et dont nos élus se gargarisent devant les caméra et les micros ,les primes données par l'état ,ex :une médaille d'or au jo c'est 50000 e . avant c'était net maintenant c'est à déclarer aux impots. la jeune fille handicapée dont les parents sont producteurs de lait dans le beaufortin vont sans doute changer de tranche d'impot ; leur fille de 16 etant avec eux au niveau fiscal. cette sportive a gagné plusieurs médailles au jo handisport. vive la france .
oui et alors????je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas imposable ......
Mer 10 Oct 2018 17:36 #4
vu la dégringolable du prix du veau 66 ,il y a un commerçant qui m a conseillé de faire des boeufs ,les abattoirs sont surtout à la recherche de cette viande qui tend à faire défaut
Mer 10 Oct 2018 17:49 #5
rebelle a écrit:
vu la dégringolable du prix du veau 66 ,il y a un commerçant qui m a conseillé de faire des boeufs ,les abattoirs sont surtout à la recherche de cette viande qui tend à faire défaut

Bof ..pour ne pas perdre 50 € aujourd'hui tu prends le risque d en perdre 100 dans 30 mois .autrement dit, ce qui est valable aujourd'hui ne l ai plus forcément une saison après.
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Mer 10 Oct 2018 20:30 #6
dylan a écrit:
la DFI sur bovins serait supprimée en 2019
si l objectif est d accélérer la disparition des élevages alors c est une bonne décision :eusa_wall :eusa_wall

source ?
Jeu 11 Oct 2018 14:58 #7
centre de gestion
Jeu 11 Oct 2018 18:55 #8
ce genre de recherche sera peut être bien pire pour faire disparaître l'élevage ..
https://www.letelegramme.fr/monde/clima ... 103704.php


Climat. Il va falloir réduire sa consommation de viande de 90 %
Publié le 11 octobre 2018 à 13h21 Modifié le 11 octobre 2018 à 13h40

(Claude Prigent)
La consommation de viande devra être réduite drastiquement si le monde veut agir contre le réchauffement climatique. C’est ce que montre une étude parue dans la revue « Nature ».
Les pays développés en particulier vont devoir réduire de 90 % leur consommation de viande pour préserver la planète et nourrir les 10 milliards d’humains attendus d’ici 2050.
La production agroalimentaire, consommatrice d’eau, source de déforestation, est un facteur majeur de réchauffement climatique. Et sans un recul net de la consommation de viande, son impact sur l’environnement devrait croître jusqu’à 90 % d’ici la moitié du siècle, préviennent des chercheurs dans la revue « Nature ». Chercheurs qui appellent aussi à réduire le gaspillage alimentaire et à avoir de meilleures pratiques agricoles.
« Aucune solution à elle seule ne suffira à nous garder dans « les limites planétaires »», souligne Marco Springmann, de l’université d’Oxford. « Mais si toutes les solutions étaient mises en œuvre ensemble, il pourrait être possible de nourrir de façon durable une population en pleine croissance ».


Des régimes alimentaires « toujours plus riches »
« Sans action concertée, les impacts environnementaux de notre alimentation pourraient croître de 50 % à 90 % d’ici 2050, du fait de la croissance de la population et de régimes toujours plus riches en graisses, sucre et viande », ajoute l’auteur principal de ces travaux, parus quelques jours après la publication par l’ONU d’un bilan scientifique alarmant sur l’accélération du réchauffement.

À lire sur le sujet 
Climat. Ce que change le rapport du Giec

Fort impact de l’élevage
L’élevage, en particulier, a un fort impact, les animaux générant de fortes émissions de méthane - gaz à effet de serre moins persistant que le CO2, mais beaucoup plus réchauffant. Produire de la viande est aussi synonyme de consommation d’eau : pour obtenir 500 g de bœuf, il faut près de 7.000 l d’eau.


image: https://www.letelegramme.fr/images/2018 ... 0x270p.jpg

(Claude Prigent)
Selon les auteurs, réduire de moitié le gaspillage alimentaire, dû à de simples problèmes de gestion, pourrait, en outre, réduire les répercussions environnementales de 16 %.
Les scientifiques soulignent le rôle de l’éducation, et la nécessité d’une réforme de l’industrie. « Il faut une approche globale pour permettre ces changements des modes d’alimentation, pour les rendre plus sains, plus axés sur les végétaux et les plus attrayants possibles pour le plus grand nombre », estime Marco Springmann.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/monde/clima ... eJ5uAGi.99
Jeu 11 Oct 2018 19:40 #9
démystifier certains propos et prendre un peu de haiteur de vue permet de garder la tête froide. .....
mettre la tête dans un seau aussi mais c'est moins pratique....
entretien du territoire, des zones herbagères... gastronomie , tourisme vert, .....
quelques pistes pour aller demander un ruissellement merité....
Jeu 11 Oct 2018 21:16 #11
cette façon qu'ils ont de se jeter sur l'élevage pour soit disant protéger le climat me fais croire qu'ils ont gros à protéger ailleurs
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Jeu 11 Oct 2018 21:17 #12
pour les dfi oui c'est la dernière année , vue avec la comptable cet après midi
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Jeu 11 Oct 2018 21:40 #13
beaucoup d étude sur l environnement et beaucoup contradictoire
ça me fait penser aux voitures on sait toujours pas si ce sont les essences ou les diesel qui polluent le plus mais bon ça permet d augmenter les taxes
Jeu 11 Oct 2018 23:19 #14
rebelle a écrit:
vu la dégringolable du prix du veau 66 ,il y a un commerçant qui m a conseillé de faire des boeufs ,les abattoirs sont surtout à la recherche de cette viande qui tend à faire défaut

les commerçants n ont pas de débouché pour ces veaux donc ils nous conseillent de les garder c est une bonne chose pour eux pas pour nous éleveurs
Ven 12 Oct 2018 01:36 #15
le problème du débouché viendrait en partie de la forte dévaluation de la livre turque depuis aout, ce pays étant un importateur de viande en provenance d europe de l ouest .....marché en berne pour l instant
Ven 12 Oct 2018 03:18 #16
sur le sujet du veau de lait il y a plusieurs elements a prendre en compte....
saisonnalité des naissances.
structuration de la filière veaux de boucherie
origine et politique des integrateurs......
organisation et gestion des entrées Abattoir ..
y a de mystère, quand le bordel est bien organisé, c'est les deux bouts de la filière qui trinque......
concernant les dfi pour ce que j'en ai compris c'est un bascculement vers la dotation pour aleas qui assure l'intérim....
élargissement de la base des postulants, moins d'effets distorsif entre production..... :byec
Ven 12 Oct 2018 11:36 #17
dylan a écrit:
rebelle a écrit:
vu la dégringolable du prix du veau 66 ,il y a un commerçant qui m a conseillé de faire des boeufs ,les abattoirs sont surtout à la recherche de cette viande qui tend à faire défaut

les commerçants n ont pas de débouché pour ces veaux donc ils nous conseillent de les garder c est une bonne chose pour eux pas pour nous éleveurs

chez nous ils viennent les chercher et s'ils ne sont pas beau les euthanasient et t'envoyent la facture :blase
Ven 12 Oct 2018 12:05 #18
Etant en race 46,je ne comprend pas pourquoi vous ne faite pas du croisement 38 et faire du sexé uniquement pour le renouvellement. Perso les croisés38*46 ce vendent largement 400 roros, les croisés 38*66 auraient bien une valeur !!
Ven 12 Oct 2018 13:57 #19
kami a écrit:
dylan a écrit:
les commerçants n ont pas de débouché pour ces veaux donc ils nous conseillent de les garder c est une bonne chose pour eux pas pour nous éleveurs

chez nous ils viennent les chercher et s'ils ne sont pas beau les euthanasient et t'envoyent la facture :blase
c est facturé combien une euthanasie ????
Ven 12 Oct 2018 14:00 #20
mimi49 a écrit:
sur le sujet du veau de lait il y a plusieurs elements a prendre en compte....
saisonnalité des naissances.
structuration de la filière veaux de boucherie
origine et politique des integrateurs......
organisation et gestion des entrées Abattoir ..
y a de mystère, quand le bordel est bien organisé, c'est les deux bouts de la filière qui trinque......
concernant les dfi pour ce que j'en ai compris c'est un bascculement vers la dotation pour aleas qui assure l'intérim....
élargissement de la base des postulants, moins d'effets distorsif entre production..... :byec


En fait le veau paie meme pas l'ia,est ce normal d'avoir des veaux à 50 -100 e quand on sait que les intégrateurs touchent des aides et au final augmente sa marge le prix du veau n'ayant pas diminué.

Il y a une situation de monopole encore plus marqué que dans les autres productions 2 ou 3 integrateurs contre des milliers de naisseurs,il font ce qu'ils veulent.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut