3200 incendies de granges par an

Ouvert par andré, 21 juin 2018

Page 1 sur 1

seriez vous intéressé par un tel systeme d'evaluation du risque d'inflammabilité ?

oui
1
50%
non
0
Aucun vote
peut etre ça dependra du prix
1
50%
oui si c'est pris en charge par mon assureur
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 2

Jeu 21 Juin 2018 09:20 #1
chiffres du ministere de l'interieur ( compilation des données des sdis ) : 3200 incendies de locaux agricoles par an ( ça varie tres peu au fil des ans )
Visiblement ça ne gene personne puisqu'il n'y a pas mort d'homme ( 1 seul en 5 ans ) , seulement du betail ou de la volaille .
Pourtant on pourrait nettement reduire ce chiffre , qui coute cher aux agriculteurs via les primes d'assurances , et qui traumatise des familles .
Les assureurs ne sont pas tres motivés puisqu'il leur suffit d'augmenter les primes d'assurances pour etre à l'equilibre.

1) les incendies d'origine electriques pourraient etre réduits en installant des disjoncteurs detecteurs d'arc , c'est obligatoire aux USA et canada , ça coute environ 150 euros

2) il suffirait de mesurer la temperature des balles de fourrage juste apres pressage et quelques heures apres ( lors du ramassage par exemple ) avec une sonde de temperature montée sur la griffe pour connaitre le risque d'inflammation de chaque balle et mettre de coté celles à risque : donc test à 100 % , le cout du systeme serait inferieur à 500 euros .
L'explication est simple : la fermentation du fourrage commence juste apres le pressage et est d'autant plus rapide que le taux d'humidité est élevé .
Beaucoup plus efficace que de mettre quelques sondes réparties au hasard dans la grange et paniquer parce que les balles enfuies chauffent trop : il faut alors sortir toutes les balles en urgence et c'est souvent là que le feu se déclare .
Beaucoup plus efficace que la mesure imparfaite du taux d'humidité du fourrage par les machines de pressage .

Optomesures a breveté ce systeme et propose une solution simple .

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut