Et ca continue...

Ouvert par lebob, 08 mars 2018

Mar 13 Mar 2018 19:56 #21
j'peux pas ,il me reste un minimum honnêteté intellectuelle , qui m incite à ne pas tromper avec un logo " bio" le consommateur qui n a pas la même définition du bio que celle que vous avez
, mais bon comme j ai déjà dit tant que ça marche sur un mal entendu je ne vois pas pourquoi faudrait que ça change .....pour vous

le malentendu c'est quand tu es complice d'une situation ...quant à l’honnêteté intellectuelle il serait bon ton de dire certains bio savent mettre en jeu leurs compétences ...y arrivent très bien ...pour ma part on ne m'a pas appris ces techniques je ne serais pas faire ...au lieu de mettre en avant un ex qui ne sait pas faire et en tirer des conclusions générales .....

une petite histoire inverse qui est passée dans le journal des conventionnels qui se plaignaient de voir un grand champ de chardon chez un bio :lol: et au tribunal ce ne serait pas recevable les chardons c est bieau
encore un ex qui ne vaut pas généralité ...moi aussi je peux dire que dans le voisinage il y a presque tous les ans du tournesol qui est recouvert par de l'ambroisie chez un voisin chez un autre il m'envoie des graines de datura un autre un peu plus loin c'est le xantium qui prend le dessus ...un autre voisin qui fait maïs d'ensilage tous les ans au même endroit est bourré de pyrale qui m'envahissent les champs de melons ...heureusement que nous avons la parade avec les trichogrammes ...je ne l'écrit pas en rouge et si vous n'en n'aviez pas parlé je ne l'aurais même pas dit ...comme je l'ai précisé en conventionnel il y a des mauvais agriculteurs .......en bio aussi ...question de compétences et de savoir faire ...j'ajouterai d'expérience aussi...
mauvaise lecture , ou mauvaise description de ma part ,c est zéro ha de céréales à paille ,avec paillé intégral l hiver paturage l étéles dérogations sont toujours assorties de conditions il faut les faire valoir au contrôleur ....par ex année de sécheresse etc etc

si tu pouvais resituer cette phrase je ne vois pas ou j ai écrit ça ??????
si c'est pas toi c'est peut être Nicolas ....?
voilà la partie du post:
et l'importation de lisier de porc conventionnel! Lisier de porc (nourris au soja OGM et qques antibio peut être) épandus fin septembre sur RGH/trèfle. Herbe récoltée en novembre et consommée en affouragement en vert. Pour faire du lait bio à 500 e!
Quant à l'utilisation du lisier de porc je crois que c'est tout simplement interdit il faut que je me renseigne ..
Mar 13 Mar 2018 21:27 #22
rebelle tu racontes vraiment n'importe quoi .Si ses rounds c'était du fumier , c'est qu'il a pressé trop humide .Je te garantie que notre paille ne va jamais à la litière , mais à l'alimentation , les vaches en raffolent .Le paillage se fait avec des joncs de marais .
Que ça te plaise ou non les dérogations sont soumises à conditions avec en plus l'obligation de fournir une attestation sur l'honneur avec la facture de la part du vendeur , ou il atteste n'avoir mis ni fongicide , ni raccourcisseur . Après si tu crois que les controleurs ne sont pas capables de faire la différence à l'oeil tu te trompes lourdement .Une paille trop jaune , non brisée , ils savent très bien ce que ça veut dire et prennent un échantillon pour analyse .
En 20 ans le nombre de dérogation à fortement chuté .TU en avais sur l'alimentation concentrée , les semences de maïs (aujourd'hui la semence de maîs doit obligatoirement être bio ) ... Les dérogations qui restent aujourd'hui sont sur les semences de prairie , non traitées bien sur et sur la fameuse paille .
Non le consommateur n'est pas trompé et encore moins en france qu'ailleurs puisque jusqu'à peu , le cahier des charges français était plus stricte que celui européen .
Tu te déshonores à raconter des bobards

Pr ,oui ,les communes font des efforts sur le déherbage , tellement d'ailleurs que les bords de trottoirs et de rond point deviennent dégueulasses , plein de mauvaises herbes mais il n'empêche que la pollution , ce n'est pas que les produits phytos agricoles non plus , les produits ménagers , les lessives .... ont une large cause .
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mar 13 Mar 2018 22:02 #23
mono44 a écrit:
rebelle tu racontes vraiment n'importe quoi .Si ses rounds c'était du fumier , c'est qu'il a pressé trop humide .Je te garantie que notre paille ne va jamais à la litière , mais à l'alimentation , les vaches en raffolent .Le paillage se fait avec des joncs de marais .
Que ça te plaise ou non les dérogations sont soumises à conditions avec en plus l'obligation de fournir une attestation sur l'honneur avec la facture de la part du vendeur , ou il atteste n'avoir mis ni fongicide , ni raccourcisseur . Après si tu crois que les controleurs ne sont pas capables de faire la différence à l'oeil tu te trompes lourdement .Une paille trop jaune , non brisée , ils savent très bien ce que ça veut dire et prennent un échantillon pour analyse .
En 20 ans le nombre de dérogation à fortement chuté .TU en avais sur l'alimentation concentrée , les semences de maïs (aujourd'hui la semence de maîs doit obligatoirement être bio ) ... Les dérogations qui restent aujourd'hui sont sur les semences de prairie , non traitées bien sur et sur la fameuse paille .
Non le consommateur n'est pas trompé et encore moins en france qu'ailleurs puisque jusqu'à peu , le cahier des charges français était plus stricte que celui européen .
Tu te déshonores à raconter des bobards

Pr ,oui ,les communes font des efforts sur le déherbage , tellement d'ailleurs que les bords de trottoirs et de rond point deviennent dégueulasses , plein de mauvaises herbes mais il n'empêche que la pollution , ce n'est pas que les produits phytos agricoles non plus , les produits ménagers , les lessives .... ont une large cause .



+++++1 à mono pour ta cohérence dans tes propos (pour une fois ! .....je rigole..... :byec )
Mar 13 Mar 2018 22:38 #24
+1 avec Mono, comme souvent l'agriculture sert de diversion, par exemple l'un des plus gros problème de pollution des eaux vient des routes avec les dérivés d'hydrocarbures qui sont hautement cancérigène.
Mais là :eusa_silenced
Une seule autre remarque, le zéro chimie n'est pas aussi gage d'amélioration de l'environnement, n'en déplaise aux militants sectaires qui voudraient entraîner l'agriculture d'un excès à l'autre en un claquement de doigt.
Surtout que c'est bien de l'agriculture dont viendra le plus de solutions.

Mar 13 Mar 2018 22:52 #25
mono44 a écrit:
rebelle tu racontes vraiment n'importe quoi .Si ses rounds c'était du fumier , c'est qu'il a pressé trop humide .Je te garantie que notre paille ne va jamais à la litière , mais à l'alimentation , les vaches en raffolent .Le paillage se fait avec des joncs de marais .
Que ça te plaise ou non les dérogations sont soumises à conditions avec en plus l'obligation de fournir une attestation sur l'honneur avec la facture de la part du vendeur , ou il atteste n'avoir mis ni fongicide , ni raccourcisseur . Après si tu crois que les controleurs ne sont pas capables de faire la différence à l'oeil tu te trompes lourdement .Une paille trop jaune , non brisée , ils savent très bien ce que ça veut dire et prennent un échantillon pour analyse .
En 20 ans le nombre de dérogation à fortement chuté .TU en avais sur l'alimentation concentrée , les semences de maïs (aujourd'hui la semence de maîs doit obligatoirement être bio ) ... Les dérogations qui restent aujourd'hui sont sur les semences de prairie , non traitées bien sur et sur la fameuse paille .
Non le consommateur n'est pas trompé et encore moins en france qu'ailleurs puisque jusqu'à peu , le cahier des charges français était plus stricte que celui européen .
Tu te déshonores à raconter des bobards

Pr ,oui ,les communes font des efforts sur le déherbage , tellement d'ailleurs que les bords de trottoirs et de rond point deviennent dégueulasses , plein de mauvaises herbes mais il n'empêche que la pollution , ce n'est pas que les produits phytos agricoles non plus , les produits ménagers , les lessives .... ont une large cause .
ah le coup du deshonneur on ne me l avait pas encore fait ...... :mdr :mdr

> Production animale en bio

Produire bio en élevage, c’est en résumé au niveau réglementaire :

Respecter la période de conversion.
Alimenter les animaux en bio, en utilisant minimum 50 % d’aliments produits sur la ferme.
Nourrir les animaux avec au moins 60 % de la ration composée de fourrages grossiers frais, séchés ou ensilés.
Nourrir les veaux au lait maternel pendant minimum 3 mois.
Pouvoir utiliser de la paille conventionnelle pour la litière si pas de disponibilité en bio.
Utiliser les médecines alternatives (homéopathie, aromathérapie, phytothérapie) de préférence pour la santé des animaux.
Sur justification vétérinaire, vaccination et vermifuges.
Soigner les animaux, sur justification vétérinaire, dans des cas précis, avec des médicaments allopathiques (antibiotiques) : 3 traitements maximum par an et par animal de plus d’un an et 1 traitement maximum par an pour les animaux de moins d’1 an. Cela à pour conséquence un doublement de la période d’attente et au minimum 48 heures avant la valorisation du produit (lait, viande).


ça doit n exister qu en picardie
j en connais qui ne cherche pas à comprendre il ne ramasse pas leur paille bio et achète de la conventionnelle surement avec l attestation sur l honneur et tout ce qui va avec .....pour l abstinence en fongicide , ça ne doit être qu un voeux pieux
tu peux toujours me dire que je suis un con ,un abruti .......ce qui ne va pas me tourmenter , mais j essaie tant bien que mal de ne pas raconter de conneries :byec
Mar 13 Mar 2018 22:58 #26
je t'ais déjà dis que ton résumé ne vaut rien .Le cahier des charges , se sont des centaines de pages .
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mar 13 Mar 2018 23:59 #27
PR a écrit:
pour la petite histoire ...il serait intéressant de connaître le nombre d'agriculteur conventionnel qui achètent bio ...ils sont de plus en plus nombreux ...entre ceux qui ont une maladie sans nom , les allergiques et ceux par prise de conscience pour leur santé ...qui a le plus besoin de l'autre ?mais au moins qu'il ne fassent pas semblant de ne pas nous voir quand ils sont dans les biocoop .... :chant :gene

pour la petite histoire ... il serait intéressant de connaitre le nombre d'agriculteur 'nouveau bio'
ceux qui se sont convertis par nécessité économique
qui eux-mêmes consomment conventionnel


pour dire qu'ils n'y croient pas eux-mêmes
Mer 14 Mar 2018 08:13 #29
entr2o
Bien sur que cela m'arrive de consommer des produits conventionnels si convention il y a (je ne l'ai jamais vue....!) ------quand je ne trouve pas de restau en bio en déplacement ...
-quand ceux ci sont en rupture de stock(je le dis depuis longtemps les agri français sont incapables de fournir ce que demande certains français en alimentation ....!)
-quand je suis invité ...
globalement je ne suis pas loin des 100%
Quant aux convertis économiques s'ils changent de mentalité et adhérent aux principes pourquoi pas ils sont les bienvenus ...ils faut les aider ...mais ceux par opportunisme pour 5 ans juste pour redresser leur compta puis au revoir ...on devrait leur demander de rembourser les aides si abandon ... :itsnot
Mer 14 Mar 2018 08:32 #30
toi qui aime la lecture .......surtout n hésites pas à lire les commentaires sous l article
https://sciencepop.fr/2016/10/11/les-pesticides-de-l-agriculture-bio-une-verite-qui-derange/[/quote]
Parler de la bio fait vendre ..;quant aux arguments il sont vraiment du baratin mais en attendant cela a fait vendre et cela a donné des speudo arguments aux détracteurs qui n''y connaissent rien ...
par ex je relève :
L’auteur prend l’exemple bien connu de la roténone, qui est un insecticide extrait de plantes tropicales utilisé largement en agriculture bio en France jusqu’en 2011 après son interdiction par l’Union Européenne. Cette décision a été prise suite aux résultats d’études indiquant que la roténone augmenterait le risque de développer la maladie de Parkinson, chez les rats, et peut-être aussi chez l’être humain.
car c’est encore et toujours la dose qui fait le poison, tout comme pour les pesticides synthétiques.

premièrement cela date ...l'agriculture bio évolue ...il aurait même pu citer la nicotine qui était utilisée bien avant ... :dubitatif et qui a été supprimée aussi ...La dose qui fait le poison ...il est encore au siècle dernier ...il ne connait pas les perturbateur endocrinien ???????????????????????????l'impact lles mélanges de plusieurs molécules ...on ne connait plus leurs effets ?les synergies qui peuvent se produire et demultiplier les toxicités... ...?etc etc
L'agriculture bio est jeune son cahier des charges évolue tous les ans ... cela ne peut se faire en une année il faut du temps d'adaptation ...toujours est il que ces produits: nicotine roténone était facilement détruits de façon naturelle soit par la lumière soit au niveau lessivage et décomposition au niveau du sol je ne pense pas que depuis 2011 ils aient laissés des traces et impactés la santé du consommateur ..; contrairement au DDT Atrazine chlordécone (+ de 50 ans...) lindane'+ de 30 ans ...) etc etc et maintenant les néocotinoïdes ...les impacts sur les abeilles etc etc
pour ce qui est du fait d'utiliser la BB c'esbien l'AB qui elle seule en limite l'usage en attendant l'évolution de la sélection des plantes pour qu'elles soient résistantes ...ou les autorisations quand elles existent déjà je pense à la vigne qui nécessite des autorisations de plantations de cépages résistant qui existent ...? mais la c'est administratif et surtout politique .... :itsnot
Quant à l'écart qui existe entre ce que pense le consommateur j'informe sur tous mes marchés que j'utilise des pesticides qui ne sont pas des pesticides de synthèse ...:trichogrammes coccinelles ....purins décoctions minéraux argiles nématodes aucun désherbant chimiques de synthèse et surtout la prophylaxie un peu de BB et de soufre en quantité limitée ...
je relève aussi :Cela participe à la faiblesse relative des rendements du bio, qui sont en moyenne inférieurs d’environ 20% à ceux de l’agriculture conventionnelle
Aucune précisions en fonction des cultures ...donc que des approximations
j'ai des rendements pour certaines cultures qui sont équivalents et même supérieurs pour d'autres ...je mets des photos comme j'en avais déjà mises déjà dans le forum ...
Remarquons toutefois que la rotation des cultures, très utilisée en agriculture bio, permettant de limiter les besoins en herbicides, les remarques ci-dessus concernent surtout les insecticides et fongicides.
Non et non ce bonhomme n'y connait rien en agriculture ...si les rotations sont plus utilisées en AB cela n'a pas qu'un impact sur les mauvaises herbes ...mais aussi sur les insectes j'en fait les frais tous les ans avec les pyrales du mais de mon voisin de même pour les fongicides si on fait la même culture plusieurs années sur le même terrain il faut s'attendre à plus de champignons parasites
que du baratin pour du baratin mais il y en a qui écarquille les yeux ... :eusa_wall
Mer 14 Mar 2018 09:30 #31
PR = James 64 = "j'ai raison" = fin de discussion
Kenavo
Mer 14 Mar 2018 13:26 #32
Oui, un grand enfumage sauce PR qui prend son exemple particulier en référence absolue de l'agriculture bio et généralise le conventionnel sur de pitoyables exagérations et mensonges en sortant des chiffres de façon doctorale. On sent bien l'ancien enseignant :mdr .
Le modèle AB de PR avec ses décoctions de prèle et son purin d'ortie est en train de disparaitre, nous tenons là peut ètre le dernier dinosaure d'une époque révolue : maintenant le gros des conversions sont des belles exploitations qui ne voient que le chiffre au bout, et qui ont les moyens de leurs ambitions. Sincèrement, je me vois mal un "gentlement farmer" de chez moi descendre du Cayenne pour aller touiller ses bidons d'ortie :mdr . Il faut du rendement, une qualité, et un prix au bout et ils exploitent toutes les failles du cahier des charges pour y parvenir, comme ils exploitent toutes les failles juridiques pour leurs revenus. En effet, le cahier de charge bio va évoluer, mais surement pas dans le sens de PR :dingue
Mer 14 Mar 2018 14:20 #33
Pour Nicolas
Qui c'est ? Je ne connais pas ...! Tu peux m'expliquer :dingue
Mer 14 Mar 2018 15:17 #34
l'histoire des produits utilisés en AB est une grande hypocrisie .Il y a 20 ans , et là j'en suis témoin , des demandes ont été faites aux labos pour qu'ils travaillent sur des produits de défense naturels utilisables en AB .A l'époque tout était basé sur le chimique et les crédits donnés aux labos étaient pour la recherche chimique .C'est facile en ce cas de jeter la pierre aujourd'hui .Des groupes d'agriculteurs se sont formés pour bidouiller , chercher mais personne ne s'invente chercheur .La biodynamie a apporté un élément de réponse

Aujourd'hui la recherche est faite via des plantes , les huiles essentielles ... C'est quand même dommage d'avoir perdu 20 ans et surtout d'arrêter les produits phytos chimiques avant que cette recherche n'ait porté ses fruits .Bien sur ces produits concerneront toute l'agriculture , tant conventionnelle que AB et tout le monde sera gagnant .

Le cahier des charges bio évolue,oui, maintenant ce qui se passe aujourd'hui n'est rien d'autre que la destruction du bio compatible avec la destruction des petites exploitations .
Quand je vois ce qui se passe ici en maraichage bio avec les serres , encore 40 ha pas dans une commune voisine , d'une ancienne exploitation laitière qui n'a pas trouvé repreneur pour faire du maraichage bio à grande échelle , il est évident que les petits maraichers bios , l'eldorado tant annoncé va vivre le temps d'un craquement d'allumette

https://www.pressreader.com/france/lheb ... 0881141394

idem en élevage , avec les exploitations laitières intensives robotisées .ESt-ce du bio ? Oui ,sur la finalité du produit , non sur la philosophie du bio .

Tout ça j'en suis persuadé rentre dans un programme du grand vide .IL faut libéré l'espace agricole en détruisant les exploitations familiales , petites ou moyennes entreprises pour aller vers des investisseurs , exploitations de grandes tailles et gros rendements .Le fait d'enlever l'humain dans toutes les décisions agricoles fait partie du jeu . Sans agriculteurs , sans éleveurs point de petites ou moyennes exploitations , donc aucune reconnaissance pour l'homme . La petite comédie des assos et lobbys financés par l'état , comme toutes les assos rend bien service pour achever le travail d'ou la non assistance des pouvoirs politiques et de la justice .
Nos syndicats ont complètement merdé et merdent encore , le meilleurs moyen de se faire entendre est de boycotter les réunions ou ils ne sont contraints qu'à essayer de sauver les meubles (ils n'y arrivent même pas ) plutôt que décider l'avenir de l'agriculture et des exploitations dans un respect humain .

Alors , vous faites comme vous voulez , soit vous jouez leur jeu , soit main dans la main , on se retourne contre nos détracteurs et tous ces politicards de merde qui s'annoncent grands réformateurs et qui en fait ne sont là que pour détruire , vider de tous sens , appliquer une politique du néant
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 14 Mar 2018 18:43 #35
Pas mal comme argumentaire
Entre celui qui parle de don d'ubiquité et celui qui fait comme Dalila : parole ...parole
Que de critiques mais par le fait de n'avoir jamais essayé c'est parler pour parler.,....
Bonne analyse mono ...c.est pour cela que 'il faut faire pression pour que le bio soit aussi local...,
Mer 14 Mar 2018 20:04 #36
mono44 a écrit:
Le cahier des charges bio évolue,oui, maintenant ce qui se passe aujourd'hui n'est rien d'autre que la destruction du bio compatible avec la destruction des petites exploitations .
Quand je vois ce qui se passe ici en maraichage bio avec les serres , encore 40 ha pas dans une commune voisine , d'une ancienne exploitation laitière qui n'a pas trouvé repreneur pour faire du maraichage bio à grande échelle , il est évident que les petits maraichers bios , l'eldorado tant annoncé va vivre le temps d'un craquement d'allumette

https://www.pressreader.com/france/lheb ... 0881141394

idem en élevage , avec les exploitations laitières intensives robotisées .ESt-ce du bio ? Oui ,sur la finalité du produit , non sur la philosophie du bio .

Tout ça j'en suis persuadé rentre dans un programme du grand vide .IL faut libéré l'espace agricole en détruisant les exploitations familiales , petites ou moyennes entreprises pour aller vers des investisseurs , exploitations de grandes tailles et gros rendements .Le fait d'enlever l'humain dans toutes les décisions agricoles fait partie du jeu . Sans agriculteurs , sans éleveurs point de petites ou moyennes exploitations , donc aucune reconnaissance pour l'homme . La petite comédie des assos et lobbys financés par l'état , comme toutes les assos rend bien service pour achever le travail d'ou la non assistance des pouvoirs politiques et de la justice .
Nos syndicats ont complètement merdé et merdent encore , le meilleurs moyen de se faire entendre est de boycotter les réunions ou ils ne sont contraints qu'à essayer de sauver les meubles (ils n'y arrivent même pas ) plutôt que décider l'avenir de l'agriculture et des exploitations dans un respect humain .

Alors , vous faites comme vous voulez , soit vous jouez leur jeu , soit main dans la main , on se retourne contre nos détracteurs et tous ces politicards de merde qui s'annoncent grands réformateurs et qui en fait ne sont là que pour détruire , vider de tous sens , appliquer une politique du néant

Ce que je vois, c'est un peu d'investisseurs, mais surtout de grosses exploitations familiales. Ces exploitations ont bien commencées petites puis moyennes, et il y a encore des hommes, mème si ils sont en costard cravate ce sont des agriculteurs. Est ce qu'on peut reprocher à un exploitant d'aller vers un marché plus lucratif, surtout si en plus des aides financières et une volonté gouvernementale poussent dans ce sens, sur le seul critère de la grosseur du chéquier et de la philosophie ? :eusa_think
Perso, je suis pas contre le fait d'avoir un peu plus de pragmatisme dans le secteur de l'AB, mais il ne faut pas réver non plus, ces gents là ont beaucoup plus d'influence sur la profession que les petites et moyennes structures bio que l'on connaissait jusqu'à maintenant. J'ai dans l'idée que si modification du CdC il doit y avoir, ils vont peser lourd dans la balance.
J'avoue aussi que actuellement, en coop. , je n'ai pas les débouchés en face ; mais si un jour je m'y retrouve financièrement je n'hésiterais pas une seconde pour l'AB, surtout que l'on peut retourner en conventionnel du jour au lendemain en cas de problème. Et je n'aurais aucun état d'âme. :hihi
Mer 14 Mar 2018 20:16 #37
PR a écrit:
Pas mal comme argumentaire
Entre celui qui parle de don d'ubiquité et celui qui fait comme Dalila : parole ...parole
Que de critiques mais par le fait de n'avoir jamais essayé c'est parler pour parler.,....
Bonne analyse mono ...c.est pour cela que 'il faut faire pression pour que le bio soit aussi local...,

Tu peux faire la pression que tu veux http://www.agencebio.org/la-bio-en-france
en regardant et analysant les graphiques tu comprends que je ne dit pas que des conneries, et encore ils ne parlent que d'ha et d'exploitations, ce qui donne une idée faussée pour ma région : une conversion d'un domaine de 100ha de vigne c'est pas la mème histoire que 100ha de céréales, c'est des CA à 7 chiffres qui déboulent. :eusa_whistle
Mer 14 Mar 2018 21:07 #38
la grosseur n'est pas trop un problème tant que la structure reste familiale , si ça passe par des investisseurs en détruisant la structure familiale ça le devient .
Le problème n'est pas qu'en AB ,mais en agriculture , jusqu'ici l'AB y échappait mais avec la politique hollande reprise par macron , l'AB est tombé sous le même joug .
La philosophie ne doit pas être écartée , c'est le même problème qu'avec la philosophie de l'éleveur qui est détruite par ses détracteurs , de la philosophie du vigneron qui est mise à mal par les 0 alcool ..... C'est l'esprit même de celui qui travail qui est détruit .Le résultat revient toujours au même , la destruction pour le néant et c'est ça qui doit alarmer et faire peur .

On a été pendant 17 ans conventionnel , puis bio depuis 20 ans et nous retournons en conventionnel pour un système tout herbe avec achat de céréales et maïs grain à la récolte , introuvable en bio ou avec des frais de transport importants .Tout est possible , il n'y a pas de système parfait .
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 14 Mar 2018 21:24 #39
comme par hasard , voilà exactement ce qui nous attend


http://www.lafranceagricole.fr/actualit ... ce=&sd_id=
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 14 Mar 2018 21:40 #40
WESTVAR a écrit:
Tu peux faire la pression que tu veux http://www.agencebio.org/la-bio-en-france
en regardant et analysant les graphiques tu comprends que je ne dit pas que des conneries, et encore ils ne parlent que d'ha et d'exploitations, ce qui donne une idée faussée pour ma région : une conversion d'un domaine de 100ha de vigne c'est pas la mème histoire que 100ha de céréales, c'est des CA à 7 chiffres qui déboulent. :eusa_whistle

pour les vaches allaitantes :
59051 vaches en conversion sur 1964 exploitations , soit 30 en moyenne
111255 vaches en certifié sur 3172 exploitations , soit 35 en moyenne

pour les vaches laitières :
32334 vaches en conversion sur 1097 exploitations , soit 29 en moyenne
120139 vaches en certifié sur 2501 exploitations , soit 48 en moyenne

Les nouveaux sont plus petits .

Et toi Mono , vous avez combien de vaches ?

Et en zone inondable , c'est de l'eau bio , eau de pluie , qui inondent les prés ?
ou de l'eau de la Loire ?


Et il y a qq semaines t'as ouvert un topic 'Les règles du bio se durcissent dangereusement' .

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut