LACTALIS

Ouvert par jojo56, 11 janvier 2018

Mar 18 Fév 2020 10:16 #41
@lm a écrit:

C'est une des principales plaies de la "filière". La sainte COOP bénéficie outrageusement du syndrome de Stockholm, a l'insu de son plein gré bien entendu. :eusa_pray :mdr :mdr :mdr

:pouce se dire que les Directeurs formés ARISTE/ESSEC et nos chers Administrateurs formés á SENEQUE/ESSEC font de l'écrasement de prix par pure tradition culturelle c'est de l'économie fiction pour se mettre la téte dans le sable.
La mécanique diabolique des prix de transferts qui á été conçue pour exfiltrer les profits de Besnier hors de portée du FISC (IS) , est précisément la méme que l’ingénierie financière des coopératchiks pour exfiltrer la valeur hors de porté de la rémunération des producteurs.
https://www.paradisfiscaux20.com/optimisation-fiscale-prix-de-transfert.htm
Le prix de transfert est une technique d’optimisation utilisée depuis longtemps par les Grands Groupes, leur permettant ainsi de délocaliser leurs bénéfices de façon importante.
Le prix de transfert est le prix qui est facturé entre des sociétés du même Groupe, implantées dans différents pays. Lors d’une vente de marchandises, le prix peut être sous-évalué pour minorer dans un pays les bénéfices de l’entreprise, et y limiter l’impôt sur les bénéfices. Par exemple : une société basée en France qui vend à sa filiale à Hong Kong 15.000 € un service généralement facturé 10.000 € sur le marché français diminue son bénéfice de 5.000 € en France, où elle est imposée à 33,3 %, et l’augmente de la même somme en Suisse où elle n’est pas imposé (0% d’impôts sur les revenus réalisés à l’extérieur de Hong Kong). Grâce à cette opération le Groupe réalise une économie de 1650 €, ce qui peut devenir un bénéfice très important si cette opération est réalisée plusieurs fois.

Le prix de transfert fonctionne aussi très bien dans l’autre sens : l’exemple le plus connu étant celui des bananes de Jersey : aucune banane en pousse à Jersey et pourtant cette juridiction est le premier exportateur de bananes au monde.

C'est exactement sur le méme modéle que la Hollande avec INVIVO-Wine ( Baarsma) devient le premier exportateur de vin du Languedoc, alors que INVIVO annonce la fermeture de son site á Narbonne ( Les vignerons de la Méditerranée).
Pendant de temps Dominique Chargé clame que la Coopération Agricole défend la non-délocalisation et la production de valeur dans les territoires pour la rémunération des producteurs :eusa_liar

Les sois-disantes performances mirifiques ( 30% du chiffre d'affaire des principaux Groupes) á l'exportation et une mascarade scandaleuse puisque une grosse partie de ce chiffre est gonflée par des exportations de matières premières agricoles á bas prix d'une coop vers sa propre filiale/holding á l'étranger pour revenir transformé en France aprés prélèvement de la plus value par une holding financière offshore . :malade

Pauvre France :gnight
Mar 18 Fév 2020 15:02 #42
ton prisme de lecture n'est pas nécessairement éclairé , et pas up-to-date compatible ! :interr
Mar 18 Fév 2020 15:39 #43
???? :interr mais encore , en français ca donne quoi????

Pour ma part mon ''prisme'' trempe dans le vin, pour ce qui est du lait, ce serait plutôt aux adhérents de SODIAAL de développer sur l'ingénierie financière d'exfiltration. Certains investigateurs se sont quand méme penchés sur le sujet comme Cash-Investigation mais pas que .
https://reporterre.net/Crise-du-lait-La-responsabilite-des-industriels-est-enorme
https://twitter.com/nicolascori/status/953580476618498048

Faut pas oublier que dans les traficotage des prix de transfert il y a les échanges de services et surtout les marques hébergées au Benelux de préférence, qui servent á dématérialiser le transfert de la valeur-ajoutée la ou il est opportun.
Chez les cooperatchiks du lait c'est apparemment par lá que le cash disparaît des compteurs puisque les marques qui servent á ponctionner étaient la propriété des coopératives donc des adhérents des coops avant les fusions/acquisitions et se retrouvent avec leurs redevances par un tour de passe passe dans des holdings hors de portée.
https://www.societe-holding.com/redevances.html
Mar 18 Fév 2020 20:25 #44
Image


Voilà , ce n'est pas qu'ils ne peuvent pas payer mais c'est qu'ils ne le veulent pas , toujours au moins disant .
Mar 18 Fév 2020 23:19 #45
Prix moyens 2019, département 70

coop Aboncourt: 322.10€
coop Ermitage: 341.50€
coop Sodiaal (90/10): 328.80€
Milleret (95/5): 330.70€
Lactalis: 331.00€
Savencia: 346.10€

Début de prix T1 2020, département 70

coop Aboncourt: janvier: 310.00€
février: 310.00€
coop Ermitage : 340.00€ (prix uniquement de janvier)
coop Sodiaal: janvier A :330.50€/B: 326.90€
février A: 333.40€/B: 332.00€
Milleret: janvier A: 330.00€/B: 315.00€
février A: 330.00€/B: 315.00€
Lactalis :janvier: 339.27€
février: 339.27€
Savencia: janvier: 344.57€
février: 344.57€

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut