Glyphosate ou Diesel quid du risque cancérogène... ?

Ouvert par Chasselas, 30 décembre 2017

Sam 30 Déc 2017 23:06 #1
En réflexion depuis deux ans sur ce produit depuis le classement par le Circ comme cancérogène probable, j'en suis arrivé à la conclusion étonnante que le risque de cancer était augmenté par son abandon ...

- étant donné que le diesel contient plusieurs substances cancérogènes (avérées et non "probables"). Le glyphosate est évidemment remplacé par du travail mécanique au tracteur et donc du diesel.... Tout les paysans le savent, mais il y a comme un voile sur nos journalistes...
- étant donné que la mortalité cancérogène chiffrée du diesel 4/100'000 n'a pas de comparaison avec le glyphosate vu que les études par cohortes sur des milliers d'agriculteurs ne montrent pas d'augmentation de mortalité ou cancer pour le glyphosate (AHS, EPA, EFSA, etc...).
- que le benzène des débrousailleuses en moteur deux temps est une catastrophe sanitaire en polluant et émettant 160x plus de substances cancérogène qu'une voiture... Risque que l'on peut diminuer de 20x par de l'essence alkylée dont personne ne parle... Mais qui reste quand même 8x plus grand qu'une voiture ... Et vu qu'on doit en faire 50x plus si l'on nous supprime les herbicides.... Se prendre du benzène hautement cancèrogene vs du glypho, je préfère du glypho....
- qu'on manque de respect à notre intelligence en considérant que la pollution de l'air est secondaire par rapport à celle de l'eau !
- qu'on manque de respect aux européens sur le bilan carbone après ces changements climatiques énormes (sécheresse, ouragans etc). Si le glypho est à 3 euros le litre, la part de diesel pour le produire ne peut pas excéder 3 euro dans l'absolu !!!! Et évidemment qu'elle est largement inférieur car il faut payer la main d'oeuvre, les bâtiments, les actionnaires etc ! Le bilan carbone est largement en faveur du glyphosate !


Le problème du glyphosate est son utilisation abusive et il faut le réglementer. En viticulture il doit être limité à une utilisation sous le rang et en saison. Pour le reste il semble évident de ne pas traiter autre chose que des mauvaises herbes !
Dim 31 Déc 2017 02:58 #2
Merci Chasselas :pouce ... merci !! ... et un "ouf" de soulagement !
ça fait un bon moment que je le dis ... et ta réflexion sur le sujet est pour moi une évidence !

Des semaines que je vois ces agriculteurs dirent "bêtement" à la télé , qu'ils peuvent se passer du glypho. ... sans aucun problème .... en faisant l'impasse intellectuelle sur la pollution bien plus conséquente , du seul moyen qu'on va nous laisser : " le diesel" !

Quand je les vois dans ces reportages "à charge" , je ne peux m'empêcher de penser : " Imbécile heureux , va ! Inconscient ! " :pascon

Chasselas , dis moi pourquoi , pour nos collègues , ce n'est pas une évidence ? .... Bon Dieu , ça tombe tellement sous le sens !! :dubitatif

Et quelle malhonnêteté intellectuelle de nos médias !!!! :blase
Quelle propagande ridicule !!
Ils sont forts ces escrolos !!!

Dire que je passe mon temps à expliquer à des veaux de français qu'on ne traite pas nos fruits avec du glypho. :dingue ............. ça en devient irrationnel !! :dingue
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Dim 31 Déc 2017 07:59 #3
On souffre d'une désinformation massive de la part d'un public non averti ; qui ne connaît rien à l'agriculture . En plus les médias les confortent sur la façon de voir l'agriculture , là est le désastre .
Plus de glypho , une météo dramatique , des champs d'armas partout ..... que leur faut-il pour alarmer la conscience de cette partie de la population :eusa_think le feu à la porte des villes !!
Il ferait mieux de réfléchir à la question de l'eau , qui va de venir un problème majeur sous peu .
En détruisant le monde paysan , nous allons droit à la perte totale , mais celà il ne l'ont pas compris :sad:
Dim 31 Déc 2017 08:20 #4
ne pas oubliez l'aspect érosion des sols, la destruction de la MO par les labours et travaux aratoires successifs, le compactage des sols, et l'appauvrissement de la diversité biologique des sols.
venez me rejoindre sur twitter @dajotheo
y a de la lumière, il fait chaud, on s'amuse, on discute, on se bagarre
tout ça en 140 caractères
Dim 31 Déc 2017 09:50 #5
Oui je suis d'accord pour l'érosion ! La qualité de nos sols s'est améliorée depuis qu'on a passé en non-culture avec herbicide sous le rang. J'ai des vignes qui ont jusqu'à 66 % de pente. J'ai remarqué qu'une utilisation ciblée à l'intercep n'avait pas d'incidence sur la vie de mes sols qui sont pleins de vers de terre. La matière organique ne fait que de monter à chaque analyse ! Elle a même doublé sur les anciens sols érodés de la période treuil, charrue et huile de coude ! J'imagine que cela vient des adventices qui incorporent leurs racines et meurent vu que la plupart sont annuelles. Les racines mortes + le mulch de la tonte doit créer de la MO. A nos chercheurs d'expliquer le pourquoi, mais n'en conviennent à nos journalistes catastrophistes mes sols sont en excellente santé ! Et il n'y a rien à voir avec les sols érodés (et pourtant sans herbicides) où la vigne ne dépassait pas l'echallas en croissance ! Demandez à un vers de terre s'il préfère un chouilla de glypho sous l'intercep en saison ou un sol reconstitué à base de terre ravinée... donc sans grumeaux, sans MO, tassant etc... ? Le cas des vignes en pente est simple... En obligeant les vignerons à y faire de la débrouissailleuse pendant des mois pour ne pas avoir d'érosion, on les expose à un risque de cancer largement supérieur.

Il y a un tiers d'imbrûlés avec ces petits moteurs 2 temps ! Bouffer et respirer de l'essence en gouttelettes, même alkylée dont personne ne parle... polluer l'air... C'est un gag si on y réflechit deux minutes... Le benzène à 50 cm de notre nez est plus cancérogène que le glypho. Car l'exposition est majeur ! On parle de 1-2 mois de débrouissailleuse si on arrête l'herbicide ! Mais les journalistes ne comprennent pas la différence entre risque et dangerosité....

Chez le dentiste on fait une radio de nos dents tous les deux ans avec un rayonnement cancérogène et le risque est si faible que le bénéfice est plus grand de faire cette radio que de ne pas la faire. Il est prouvé qu'une utilisation comme herbicide ne donne pas de résidus. Ce sont les traitements de mûrissement et OGM qui en ont. Quel est le risque d'employer du glyphosate de manière ciblée avec zéro résidus ?

Est-ce qu'en Europe il est possible de limiter un usage ou faut-il interdire "par précaution" ? On pourrait interdire la voiture... elle tue et tue également avec le cancer... 4/100'000 personnes pour le diesel....

En viticulture on a besoin du glypho sous le rang (intercep) et en saison mais on peut nous mettre un DAR de 4 semaines et l'interdire en automne et hiver. Ça nous coûte moins cher en glypho et ça fait monter la matière organique dans les sols.


La voie de la sagesse est de s'approcher du bio quand on peut et limiter quand on ne peut pas. Une réduction peut même nous faire gagner de l'argent dans certains cas. Il y a 20 ans on donnait un "coup de glypho" en automne pour que ce soit "propre". On ne le fait plus et avec le gel l'herbe baisse toute seule.
Dim 31 Déc 2017 10:25 #6
 par Roumegue

Merci Chasselas  ... merci !! ... et un "ouf" de soulagement ! 
ça fait un bon moment que je le dis ... et ta réflexion sur le sujet est pour moi une évidence ! 

Des semaines que je vois ces agriculteurs dirent "bêtement" à la télé , qu'ils peuvent se passer du glypho. ... sans aucun problème .... en faisant l'impasse intellectuelle sur la pollution bien plus conséquente , du seul moyen qu'on va nous laisser : " le diesel" ! 


Quand je les vois dans ces reportages "à charge" , je ne peux m'empêcher de penser : " Imbécile heureux , va ! Inconscient ! "  

Chasselas , dis moi pourquoi , pour nos collègues , ce n'est pas une évidence ? .... Bon Dieu , ça tombe tellement sous le sens !!  [/quote]

Non ! Certains en bio font des mois de débrouissailleuses en étant persuadé de faire bien ! S'ils attrapent le cancer lié au benzène et autres polluants de l'essence 2T de leur machine, ils diront que ce sont des vapeurs de glypho du champ voisin... :dingue

Même qu'on l'emploie 2-3 après-midi par an, j'ai acheté de l'essence alkylée pour diviser le risque par 20x... Mais si je devais envoyer mon employé en faire 1-2 mois j'aurais mauvaise conscience. On aurait pas le temps de le faire soi-même, tout en pleurant sur la mortalité de nos ceps blessés et du travail... de ... pas bonne qualité pour être poli...
Dim 31 Déc 2017 11:53 #7
La consommation de GNR la pollution qui va avec est certainement un réel enjeux, mais faut pas non plus caricaturer en comparant un parcours conventionnel raisonné et raisonnable avec un parcours Bio débile. Je suis d'accord qu'avec la médiatisation au ''sensationnel'' on entend plus que du n''importe quoi, alors ne tombons pas dans la même ornière.
Le sujet est en pleine polémique mais si tu veux rester objectif tu ne peux pas faire au viti Bio le même procès d’intention que celui que tu réfutes á juste titre pour le conventionnel.
On ne brûle pas en Bio plus du gas-oil sans compter que tu n'inondes tes vignes de glypho pour le plaisir d'empoisonner le cytadin. Le matériel et la recherche sur les parcours sans herbicide sont en retard mais on en est plus au labour intégral systématique.
L'important c'est de changer la logique de lutte binaire qui ne tolère rien, pour une approche agronomique de synergie et reconstituer nos sols dans un écosystème qui soit viable économiquement et satisfaisant sanitairement.

Malheureusement dans ce débat de sourds on subit le retour de bâton des manipulations grossières et de la com débile de l'industrie chimique qui s'accroche sans concessions á un business modèle obsolète qui lui a été bien profitable, en te racontant qu'on peut balancer du glypho par centaines de milliers de tonnes sans plus de conséquences que si c'était de l'eau salée.
Dim 31 Déc 2017 12:23 #8
Miloux11 a écrit:
La consommation de GNR la pollution qui va avec est certainement un réel enjeux, mais faut pas non plus caricaturer en comparant un parcours conventionnel raisonné et raisonnable avec un parcours Bio débile. Je suis d'accord qu'avec la médiatisation au ''sensationnel'' on entend plus que du n''importe quoi, alors ne tombons pas dans la même ornière.
Le sujet est en pleine polémique mais si tu veux rester objectif tu ne peux pas faire au viti Bio le même procès d’intention que celui que tu réfutes á juste titre pour le conventionnel.
On ne brûle pas en Bio plus du gas-oil sans compter que tu n'inondes tes vignes de glypho pour le plaisir d'empoisonner le cytadin. Le matériel et la recherche sur les parcours sans herbicide sont en retard mais on en est plus au labour intégral systématique.
L'important c'est de changer la logique de lutte binaire qui ne tolère rien, pour une approche agronomique de synergie et reconstituer nos sols dans un écosystème qui soit viable économiquement et satisfaisant sanitairement.

Malheureusement dans ce débat de sourds on subit le retour de bâton des manipulations grossières et de la com débile de l'industrie chimique qui s'accroche sans concessions á un business modèle obsolète qui lui a été bien profitable, en te racontant qu'on peut balancer du glypho par centaines de milliers de tonnes sans plus de conséquences que si c'était de l'eau salée.


Je ne fais pas le procès du bio. Je suis en production intégrée en Suisse entre la culture raisonnée et bio. J'ai juste lu attentivement les études sur le sujet. Il n'y a aucun mort et différence pour le cancer avec l'utilisation que j'en ai.

Par contre les décès sont chiffrés pour le diesel. Pour la France ça doit être dans les 2400 personnes par an. En admettant une augmentation d'un pourcent pour l'augmentation de carburant et travaux avec petits moteurs hyper polluant on arrive bien à compter des nouveaux morts...
Dim 31 Déc 2017 13:04 #9
En fait la question du post est le remplacement d'un produit cancérogène probable (glyphosate) par une augmentation de carburant (diesel, essence et essence 2T) qui sont cancérogène avéré (classe 1 du Circ, le même qui veut interdire le glypho). Est-ce que ça engendrerait une augmentation ou une diminution des cancers dans le monde agricole et pour le consommateur ?

Il semble que l'on peut compter les morts de camcer en augmentant le diesel et l'utilisation de petites machines pour se passer d'herbicide et qu'on a pas de morts avec une utilisation raisonnée du glypho. Donc si on rajoute 20-30 morts de cancer en France par an dû à l'augmentation de la pollution de l'air, sans compter l'augmentation du CO2...

Quel gain d'interdire ? Ne faut-il pas admettre qu'une interdiction est stupide et qu'une limitation est meilleure ?

C'est tellement facile en pratique de voir si on a desherbé l'intercep ou l'ensemble... C'est hautement contrôlable comme les distances par rapport aux cours d'eau et route. En plus ça ne coûte rien à l'Etat qui a aussi besoin de ses sous... On peut diminuer considérablement le glypho en indiquant ce qu'on peut desherber ou non...
Dim 31 Déc 2017 13:29 #10
Chasselas a écrit:
En fait la question du post est le remplacement d'un produit cancérogène probable (glyphosate) par une augmentation de carburant (diesel, essence et essence 2T)et donc de gaz à effet de serre qui sont cancérogène avéré (classe 1 du Circ, le même qui veut interdire le glypho). Est-ce que ça engendrerait une augmentation ou une diminution des cancers dans le monde agricole et pour le consommateur ?

Il semble que l'on peut compter les morts de camcer en augmentant le diesel et l'utilisation de petites machines pour se passer d'herbicide et qu'on a pas de morts avec une utilisation raisonnée du glypho. Donc si on rajoute 20-30 morts de cancer en France par an dû à l'augmentation de la pollution de l'air, sans compter l'augmentation du CO2...

Quel gain d'interdire ? Ne faut-il pas admettre qu'une interdiction est stupide et qu'une limitation est meilleure ?

C'est tellement facile en pratique de voir si on a desherbé l'intercep ou l'ensemble... C'est hautement contrôlable comme les distances par rapport aux cours d'eau et route. En plus ça ne coûte rien à l'Etat qui a aussi besoin de ses sous... On peut diminuer considérablement le glypho en indiquant ce qu'on peut desherber ou non...
Dim 31 Déc 2017 13:47 #11
Il y a plus simple comme argument que l'augmentation de consommation en énergie fossile avec l'arrêt du glypho.
Sans glypho, c'est comme les vases communicants, la consommation d'herbicides va aussi augmenter, avec des produits au profils toxicologiques plus nocifs.
Parfois naturel comme apparemment le fameux osmobio qui contiendrait des huiles essentielles toxiques.
Enfin collègue viti, pour ceux qui auraient zappé l'information, pour éviter de passer vraiment et définitivement pour des ânes, nos décideurs on récemment retiré le basta en catimini.

https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80 ... un-produit
Dim 31 Déc 2017 14:11 #12
Je suis tout á fait d'accord sur le raisonnement, toutes choses égales par ailleurs l'interdiction est une absurdité démagogique très française. On met la charrue avant les bœufs et dans la même veine on édicte des interdictions pour contraindre la circulation á Paris en créant plus d'embouteillages polluants, on prétend réduire le trou de la sécu en organisant la pénurie de médecins ou encore réduire les inégalités en supprimant la richesse.

C'est l'éternelle confusion entre la contrainte de moyens supposés et la poursuite de résultats effectifs.
Dim 31 Déc 2017 15:11 #13
titian a écrit:
Il y a plus simple comme argument que l'augmentation de consommation en énergie fossile avec l'arrêt du glypho.
Sans glypho, c'est comme les vases communicants, la consommation d'herbicides va aussi augmenter, avec des produits au profils toxicologiques plus nocifs.
Parfois naturel comme apparemment le fameux osmobio qui contiendrait des huiles essentielles toxiques.
Enfin collègue viti, pour ceux qui auraient zappé l'information, pour éviter de passer vraiment et définitivement pour des ânes, nos décideurs on récemment retiré le basta en catimini.

https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80 ... un-produit


Dans la profession on sait bien que les autres herbicides ne sont pas meilleurs... Et on a un herbicide, le glyphosate, qui n'est pas cancérogène vu que les études par cohortes (AHS), peu toxique dans l'ensemble, bon marché, dont le bilan carbone est prouvé vu son faible prix, que l'on risque de retirer pour des raisons stupides (politique, craintes infondées basée sur une sorte de complot mondial de Monsanto...). Dans un moment nos politiques vont dire qu'on est pas allé sur la Lune et que c'est la CIA qui a fait le coup le 11 sept...
Dim 31 Déc 2017 16:37 #14
Bon j'exagère un peu pour la théorie du complot et pense bien ou espère que nos décideurs soient au-dessus de ça. Et j'espère qu'étant donné un bilan final pas si mauvais pour le glyphosate, voire meilleur que les solutions de remplacement, nos politiques aient l'humilité de le reconnaître.

On nous montre des handicapés du glypho à la tv et nous on l'emploie depuis 40 ans avec des enfants parfaitement sains et des grands-parents qui meurent à plus de 90 piges ! Je suis désolé pour les handicapés et ça me touche, mais c'est certainement un autre produit qui est dans le coup.
Dim 31 Déc 2017 17:24 #15
https://www.google.fr/patents/EP0366821B1?cl=fr
La fabrication du Glyphosate nécessite le recours aux énergies fossiles et produit du CO2 ce qui concours à la production de Ges, il faut y rajouter son conditionnement en bidon plastique et son acheminement jusque chez vous ainsi que son épandage
Donc écrire que le glypho protège du réchauffement climatique me semble légèrement abusif :gene
L'emploi de la charrue, souvent décrié n'a pas vu l'application sur les socs de charrues d'un autocollant "Labourer nuit à la santé de la planète" ni l’apposition de photos de lombrics explosés sur la poutre de la charrue :dingue
Pour ceux qui savent ce qu'est la culture du maïs,ben la disparition de l'atrazine a entrainé son concert de " c'était pas cher, on va tous crever, pis avant j'allai aux rosés dans les champs de maïs après récolte pis ch'uis pas mort" et c'est dingue mais on a survécu :dingue
C'est vrai la richesse c'est cool et pis y a l'effet d'irriguation cher à Manu Macron mais là on la voit moins
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-brief-eco/le-brief-eco-les-inegalites-se-creusent-dans-le-monde-et-plus-aux-etats-unis-qu-en-europe_2491555.html

Sur ce "Bon 2018" quand même
Dim 31 Déc 2017 18:52 #16
Tacyst ton scepticisme est salvateur, mais ne compare pas tout de même un racinaire appliqué sur sol travaillé et un systémique sur couvert avec dégradation par grosse activité en surface.
Il me semble bien qu'à l'époque on a plutôt accepté la suppression de l'atrazine, il y avait une certaine logique avec la pollution des eaux.

Pour le reste même si bien sûr il est c** de dire que tout travail du sol est à proscrire.

Le NL semble améliorer le taux de MO des sols, donc de carbone. C'est discutable je te l'accorde.

Mais moins avec son pendant semis direct avec de gros couverts végétaux.
Dim 31 Déc 2017 18:53 #17
Les énergies fossiles pour produire le glypho, le bidon, le transport sont inclus dans le prix du produit final, et vu son prix ça doit pas représenter grand chose. Je pratique le travail intégral depuis presque 10 ans, et je suis aussi un farouche défenseur du glypho. C'est pour moi mon dernier recourt, je l'utilise au cas par cas, mais je vois pas trop comment m'en passer.
Tout ceux qui vont passer aux interceps en croyant que c'est la panacée vont faire la même découverte que moi, les 2 ou 3 premières années c'est nickel, et après ça se complique. Et je me vois mal reprendre 30ha à la binette. :dingue
Dim 31 Déc 2017 19:29 #18
Pour moi , tu as raison westvar ...
Fabriquer des charrues , ça n'a pas de bilan carbone , sûrement :lol: ... l'acier , y a qu'à se baisser pour le ramasser :dingue ... puis ça use pas et ça fait pas forcer nos tracteurs , c'est ça qui est bien :lol: ... et puis , y a pas de pièces d'usure qu'il faut acheminer :sill

Je désherbe l'intercep à la lance ... à l'ancienne ... 1 fois par an , avec mon fidèle 80's qui consomme rien . Mon appareil Caruelle a bien 40 ans ... jamais changé une pièce .

Moi , aussi je peux en tenir des raisonnements .

Dans des sols labourés , y a pas de vie , pas de MO , pas d'échange autre que la fumure que tu y mets ( qui a son bilan carbone aussi )

Bon , de toute manière on va nous supprimer le glyho. ... remplacé par rien .... moi , je suis un peu con des fois .... vite donnez moi la solution pour supprimer le sorgho d'alep , hein ... pour pas foutre des rhizomes de partout en travaillant la terre .... une solution aussi pour les chênes qui envahissent nos terres ( coupe le c'est pire ) , etc , etc ...

Je sais :eusa_hand le mieux , c'est de ne pas en avoir !!! :lol: .... hé oui , si ma tante en avait , ça serait mon oncle :lol:

Tout ça , c'est de la couillonnade .... comme si l'état en avait quelque chose à foutre de notre santé :mdr ... il doit bien y avoir une raison financière à cette interdiction du glypho. .... té le gasoil augmente demain , j'espère que ça sera répercuté sur le GNR :coolg

Moi qui suis fumeur , l'état compassion , c'est du pipo :eusa_boohoo 70.000 morts par an soit disant , mais ça , ça on ne l'interdit pas :lol: Carnaval va !

L'interdiction du glypho. c'est du carnaval !!!
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Lun 1 Jan 2018 09:41 #19
 par tacyst#15

https://www.google.fr/patents/EP0366821B1?cl=fr
La fabrication du Glyphosate nécessite le recours aux énergies fossiles et produit du CO2 ce qui concours à la production de Ges, il faut y rajouter son conditionnement en bidon plastique et son acheminement jusque chez vous ainsi que son épandage 
Donc écrire que le glypho protège du réchauffement climatique me semble légèrement abusif 



Non ! 3 euros par litre au max, soit le prix du glypho ! Mais dans les faits il y a les ouvriers de l'usine à payer, le marketing, les actionnaires, le chauffeur du camion qui te le livre etc. La part totale d'énergie (grise y compris) ne peut excéder 1 l de Diesel par litre de glypho sinon les firmes perdraient de l'argent à nous le vendre.

Son prix de 3 euros est une preuve du gain énergétique indiscutable. Parce qu'avec 1 l de glypho on en épargne de l'énergie et du Diesel !

Mais le sujet de mon post était de parler du cancer car il semble que ce soit le vrai problème. C'est ce qui fait peur aux européens et ils ne sont pas informés que bien qu'il soit classé 2A, on ne voit pas d'augmentation de cancer dans les faits car les doses sont trop faibles. Mais pour le Diesel il est admis 4 morts par 100'000 personnes donc plus de 2000 par an en France et 320 en Suisse.

On ne parle pas des petits moteurs 2T... qui vont être utilisés pour faucher sous l'intercep avec une exposition majeur du personnel (>30 jours par an). Ces moteurs vaporisent de l'essence imbrûlées contenant du benzène hautement cancérogène. Il y a un tiers d'imbrûlés...

Bref interdire le glyphosate va augmenter les cancers, augmenter le CO2, coûter à l'Etat Français, coûter aux agriculteurs et nous poser des problèmes.

Tout ça pour rien et des fautes de raisonnement. Il ne faut pas lâcher l'affaire.
Lun 1 Jan 2018 09:44 #20
WESTVAR a écrit:
Les énergies fossiles pour produire le glypho, le bidon, le transport sont inclus dans le prix du produit final, et vu son prix ça doit pas représenter grand chose. Je pratique le travail intégral depuis presque 10 ans, et je suis aussi un farouche défenseur du glypho. C'est pour moi mon dernier recourt, je l'utilise au cas par cas, mais je vois pas trop comment m'en passer.
Tout ceux qui vont passer aux interceps en croyant que c'est la panacée vont faire la même découverte que moi, les 2 ou 3 premières années c'est nickel, et après ça se complique. Et je me vois mal reprendre 30ha à la binette. :dingue


:pouce

Entièrement d'accord.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut