the number one louxor

Ouvert par rebelle, 27 décembre 2017

Sam 30 Déc 2017 23:48 #2
oui les index génomiques... même pas une vache EX dans son pedigree.
Dim 31 Déc 2017 02:39 #3
les doses sont à réserver , et se vendent comme des petits pains
c est pas compris dans le forfait évolution qui donne axé à tous les taureaux , plus le suivi repro
faut rajouter 29 euros la dose :eusa_snooty
Dim 31 Déc 2017 11:25 #4
Assez dubitatif de voir le profil de ce taureau au vue de son pedigree (iznogood* dt benito* mom ) :malade ... d'ailleurs si certains schéma de sélection du nord de l’Europe en font un père à taureau, ce n'est pas le cas des nord-américains (comme toujours avec les taureaux français d'ailleurs) .... Seul ses index génomiques et celui de ses filles parle pour lui.

Pour ma part je suis un peu échaudé de la génomie quand je vois les filles vêlées dernièrement, et pourtant je privilégie les taureaux à pedigree reconnu :gene ... Du coup retour aux taureaux confirmés, je viens de faire rentrer du Kingboy, de l'ABS silver, de l'Epic et Punch.
Dim 31 Déc 2017 17:33 #5
du créol toy j en ai , petite vache mais rien à redire sur le reste
chez évolution il y a en confirmé golesnil , :pouce
Mer 28 Fév 2018 16:40 #6
Ca me fais bien rire de lire que c'est le number one. Selectionner que sur l'ISU n'est autre que s'amuser avec des chiffres sur papier. Quand on souhaite travailler de la génétique dans son troupeau il y a beaucoup de critères à prendre en compte pour pouvoir faire avancer son troupeau. Quand je vois aujourd'hui que dans le TOP 100 ISU des taureaux confirmés il n'y a que 2 taureaux français, cela montre bien que c'est vendre du rêve de sélectionner que sur des chiffres. En sélection pour bien travailler il faut avoir une sélection plus pargamatique et axée sur les données terrains. Cette sélection est depuis le début privilégier en Amérique du Nord et cela n'est pas étonnant de voir l'avance qu'ils ont en terme de qualité et de fiabilité génétique. En France ils adorent travailler qu'avec des chiffres sur papier, d'éssayer de faire des maths avec les Index, que de l'approximatif et rien de concret.

Un éleveur qui souhaite travailler pour lui sur son troupeau doit travailler avec une génétique plus fiable pour avoir des résultats, travailler avec des taureaux confirmés et quelques génomiques nord américains. Moi je ne comprends pas comment on peut vouloir faire évoluer un troupeau en choisissant une multitudes de taureaux qui ont une grosse marge d'erreur. Comment on peut avancer alors qu'on n'est même pas sûr du résultat ? Quand vos génisses vêlent et qu'elles ne font pas plus de 2 lactations, car elle ne correspondent pas aux index du taureaux choisi 3 ans auparavant, vous ne pouvez vous en vouloir qu'à vous même car elle n'aura même pas payer ce qu'elle vous a coûté....Grosse perte d'argent de travailler comme cela. Pouvoir faire vieillir ses vaches et qu'elles soient performantesnc'est gagner de l'argent mais pour cela il faut bien choisir la génétique avec laquelle on souhaite travailler. Soit on travaille qu'avec des chiffres sur papier soit on travaille avec une génétique fiable qui répond aux demandes des éleveurs.
Mer 28 Fév 2018 20:07 #7
[quote
28 Fév 2018 16:40 #6
Ca me fais bien rire de lire que c'est le number one. Selectionner que sur l'ISU n'est autre que s'amuser avec des chiffres sur papier. Quand on souhaite travailler de la génétique dans son troupeau il y a beaucoup de critères à prendre en compte pour pouvoir faire avancer son troupeau. Quand je vois aujourd'hui que dans le TOP 100 ISU des taureaux confirmés il n'y a que 2 taureaux français, cela montre bien que c'est vendre du rêve de sélectionner que sur des chiffres. En sélection pour bien travailler il faut avoir une sélection plus pargamatique et axée sur les données terrains. Cette sélection est depuis le début privilégier en Amérique du Nord et cela n'est pas étonnant de voir l'avance qu'ils ont en terme de qualité et de fiabilité génétique. En France ils adorent travailler qu'avec des chiffres sur papier, d'éssayer de faire des maths avec les Index, que de l'approximatif et rien de concret.

Un éleveur qui souhaite travailler pour lui sur son troupeau doit travailler avec une génétique plus fiable pour avoir des résultats, travailler avec des taureaux confirmés et quelques génomiques nord américains. Moi je ne comprends pas comment on peut vouloir faire évoluer un troupeau en choisissant une multitudes de taureaux qui ont une grosse marge d'erreur. Comment on peut avancer alors qu'on n'est même pas sûr du résultat ? Quand vos génisses vêlent et qu'elles ne font pas plus de 2 lactations, car elle ne correspondent pas aux index du taureaux choisi 3 ans auparavant, vous ne pouvez vous en vouloir qu'à vous même car elle n'aura même pas payer ce qu'elle vous a coûté....Grosse perte d'argent de travailler comme cela. Pouvoir faire vieillir ses vaches et qu'elles soient performantesnc'est gagner de l'argent mais pour cela il faut bien choisir la génétique avec laquelle on souhaite travailler. Soit on travaille qu'avec des chiffres sur papier soit on travaille avec une génétique fiable qui répond aux demandes des éleveurs.
][/quote]
Quel baratin !
Les 98 restants ont été choisis par les éleveurs sur des évaluations génomiques , des chiffres édités sur papier ... avant de devenir les confirmés que vous voudriez mettre en avant .
Quelle est la moyenne du nombre de lactations en PRIM'HOLSTEIN
Si vous alliez " piocher " dans les index , vous pourriez constater une évolution positive très probante des fonctionnels ...
à des niveaux qu'on aurait eu peine à imaginer il y a quelques années !
Alors utiliser des "vieux machins " sur le simple QUAND-DIRA-T-ON ou la vision de quelques descendants sur un concours me semble une attitude incohérente et surtout peu scientifique ...
Il est vrai que certains croyants pensent que la terre est plate !
Jeu 1 Mar 2018 01:34 #8
Je ne remets pas en questions la genomie mais la manière de selection francaise par rapport à la selection nord américaine qui elle, est plus pragmatique et plus fiable car il ne travaille pas que sur du papier! Si pour vous il n'y a que le chiffre des index fonctionnels pour ameliorer la longevite réelle d'une vache, il ne faudrait pas oublier la morphologie fonctionnelle qui est la qualité des mamelles membres et largeur en capacité corporelle. En selectionant des mères à taureaux et taureaux juste parce que leur niveau ISU est élevé alors que la morphologie fonctionnelle est nulle je ne vois pas comment on peut créer une descendance qui durera plusieurs lactations. Une vache commence à payer qu'en fin de 2e voir debut de 3e lactations ce qu'elle a coûté auparavant. Sachant que pour cela il faut qu'elle ait vêlée à 2 ans.
Jeu 1 Mar 2018 01:55 #9
Aujourd'hui la moyenne de lactation de 2,3 (il faudrait les ecart type car une moyenne ne veut rien dire sans) en holstein francaise est due en partie aux choix genetiques des centres français qui ne mettent pas suffisament l'accent sur les postes de morphologie fonctionnelle en plus des fontionnels et cela passe par une reflexion dans les choix des mères à taureaux et des taureaux à accoupler. Comment voir dans les catalogues des taureaux encore à des +0,5 dans les postes membres amors qu'aux etats unis ils selectionnent depuis plusieurs décennies ces postes pour faire vieillir leurs vaches et avoir des vaches performantes et cela se retrouve dans les index de leurs taureaux avec des +2 voir +3 sur certains postes membres et sur le terrain surtout on voit la difference avec des vaches qu'ont du talon et une locomotion très aisée. La fiabilité nord américaine.
Jeu 1 Mar 2018 14:01 #10
ok pour la morpho fonctionnelle comme tu le dis mais les fonctionnels tout court aussi qd tu vois la sélection nord américaine et un taureau comme mogul à la limite en cellulezs et qu'il a été diffusé a tout va faut aussi avoir l'esprit critique pour tous
l'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs !
Jeu 1 Mar 2018 14:40 #11
ils vont bientot RE modifier la formule de calcul . les formules changent les animaux restent a chacun d apprecier la supercherie
Jeu 1 Mar 2018 16:39 #12
Debutant a écrit:
ils vont bientot RE modifier la formule de calcul . les formules changent les animaux restent a chacun d apprecier la supercherie

Mais personne n'est obliger de suivre debutant.

chacun est maitre sur son exploitation. une seule certitude quand aux choix genetique ne pas changer d'orientation tout le quatre matins.

pour ce qui est du changement de l'isu, il est temps de pondérer les postes cell et stma.
Jeu 1 Mar 2018 22:33 #13
surtout un réajustement TB TP (prix du beurre)
Sam 3 Mar 2018 14:06 #14
il en decoule les choix des futurs taureaux et donc de la genetique qui sera mise a disposition afin de fabriquer la vache rentable LUCHO
Sam 3 Mar 2018 14:07 #15
trop de pedigre laisse de cote au profit du lait toujours du lait on ne vie pas de la flotte !
Dim 4 Mar 2018 19:18 #16
ah 2,3 lactations ,je crois pas que j y suis
pour réduire les coûts vétérinaire et bien des emmerdes ne pas faire vieillir les vls de trop
Lun 5 Mar 2018 14:19 #17
la raison de cet echec de la longevite ? demande a ton inseminateur qui lui meme posera la question a son technicien selection .avec un semblant de realisme il en decoulera les choix de selections anterieurs foireux . diffcile de mettre toujours l extreme maturite des genisses en production en avant et d en esperer une grande carriere
Lun 5 Mar 2018 21:41 #18
quel raisonnement simpliste sur la longévité !!!

avant d'aller pleurer que les vaches ne font assez de lactations, il faudrait mieux partir sur des critères facile à comparer genre lait par jour de vie production de matière utile sur la carrière age age au vêlage ...

et pis si ça convient toujours pas faut changer soit de métier soit de race
Mar 6 Mar 2018 11:07 #19
ta derniere phrase est un peu simpliste .si tu as FB va donc y faire un petit tour tu en ressortiras grandit tu tapes triple hill sire et tu verras que comme chez nous des gents en ont ras le bol des conneries d index de formule a deux balles .tu y decouvriras des eleveurs fabricant leur propre selection des vaches a plus de 150000kg et on en passe .
de multiples systeme de production existent de part le monde on a coller la selection au model intensif donc c est bien pour cela que tu causes de prod par jour de vie d age au velage etc .d autres ont une approche differents base sur des systemes non amerloquises donc la selection qui est produite ne leur convient pas ! et c est bien pour cela qu aujourd hui on nous balance du jersey sur des super vaches tpi pour fabriquer du rustique ! il me semble que les souches rustique en holstein existent mais elle sont moins precauce .pas exploitees car on a toujours mise sur la prod extreme au premier veau .la holstein est en phase terminale ce qui se pratique aujourd hui dans les shema nous le prouve malheureusement
Mar 6 Mar 2018 13:21 #20
Vouloir prouver aux croyants qu'ils se trompent les renforcent dans leurs positions ... La raison leur est inaccessible ...
Ils en sont à se gargariser via Triple Hill Sires , simples commerçants vendeurs de rêves qui savent abuser de leur
crédulité !
L'ISU a fortement freiné l'augmentation de la quantité de lait au bénéfice de la matière utile et des fonctionnels ,
le TPI et surtout le NET MERIT sont de plus en plus orientés vers la longévité et l'éfficacité économique contrairement
aux géniteurs proposés par certains vendeurs capables de proposer des images à l'instar de l'eau de LOURDES
pour les malades .
Analyser les index HOLSTEIN rend très optimiste quant à l'orientation donnée aujourd'hui à la race et les capacités exceptionnelles de celle-ci de s'adapter aux diverses conditions économiques géographiques ainsi qu'aux choix
individuels des éleveurs .

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut