Revenus agricoles et rentabilité

Ouvert par Miloux11, 17 décembre 2017

Page 1 sur 1
Dim 17 Déc 2017 12:43 #1
2017 en hausse sur 2016 ( désastreuse) , mais la viticulture continue de plonger
https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/revenus-agricoles-2017-en-hausse-202-133225.html
sur deux ans le revenu viticole est á - 20%
2016: 9.30% de baisse
2017: 10,70 % de baisse pour la production des vins d'appellation.

Gel de printemps, grêle durant l’été, et dans la plupart des bassins de production, les vendanges sont peu abondantes.
Dans le domaine des vins d’appellation, on approche le niveau de récolte le plus bas jamais observé depuis
plus de vingt ans. Du côté des prix, il est difficile de dire quoique ce soit alors que la campagne vitivinicole
commence à peine. On dira que la conjoncture de moyen terme est plutôt encourageante avec des exportations
qui reprennent.

https://www.terre-net.fr/ulf/TNM_Biblio/fiche_133225/Comptes_Chambres_agriculture.pdf

Etude comparative de INSEE sur les revenus et la rentabilité en BIO ( base 2013)
http://www.epochtimes.fr/lagriculture-bio-est-plus-rentable-que-la-conventionnelle-confirme-une-etude-de-linsee-142297.html
« les viticulteurs en agriculture biologique génèrent en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare, soit 46 % de plus qu’en conventionnel, notamment grâce à des prix de vente supérieurs (de 10 % à 40 % selon les produits) », indique le rapport de l’Insee
Dim 17 Déc 2017 12:55 #2
Miloux11 a écrit:
2017 en hausse sur 2016 ( désastreuse) , mais pas pour la viticulture
https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/revenus-agricoles-2017-en-hausse-202-133225.html
sur deux ans le revenu viticole est á - 20%
2016: 9.30% de baisse
2017: 10,70 % de baisse pour la production des vins d'appellation.

La météo n'a pas été clémente pour les vins en 2017 : le gel au printemps et la grêle cet été ont engendré des vendanges peu abondantes. Dans le domaine des vins d’appellation, on approche le niveau de récolte le plus bas jamais observé depuis plus de 20 ans.

https://www.terre-net.fr/ulf/TNM_Biblio/fiche_133225/Comptes_Chambres_agriculture.pdf

Etude comparative de INSEE sur les revenus et la rentabilité en BIO ( base 2013)
http://www.epochtimes.fr/lagriculture-bio-est-plus-rentable-que-la-conventionnelle-confirme-une-etude-de-linsee-142297.html
« les viticulteurs en agriculture biologique génèrent en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare, soit 46 % de plus qu’en conventionnel, notamment grâce à des prix de vente supérieurs (de 10 % à 40 % selon les produits) », indique le rapport de l’Insee

Moi si j etais en bio aujourd hui... je me ferais tout petit et je prendrais ce qu il y a a prendre...parce que le jour ou on va tous y venir( puisque c est a priori ecrit... et qu on ns tane les oreilles a coup d argumentations toujours plus merveilleuses )... bin le marché du bio passera au prix du conventionnel... les rendements en moins !
Je respecte profondemment les vitis qui font du bio... apres ma foi... chacun fait la viticulture qu il a envie de faire.
Dim 17 Déc 2017 13:29 #3
Miloux11 a écrit:
« les viticulteurs en agriculture biologique génèrent en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare, soit 46 % de plus qu’en conventionnel, notamment grâce à des prix de vente supérieurs (de 10 % à 40 % selon les produits) », indique le rapport de l’Insee

Je me demande comment ils arrivent à sortir de tels chiffres, je pense que certains grands cru en AB doivent peser lourd dans la balance vu le petit pourcentage de viticulteur bio. :eusa_think
Et en plus le chiffre d'affaire reste le chiffre d'affaire : 17000€ c'est 1700 cols à 10€ pour un vigneron indépendant . Hé ! Il reste quoi à la fin ?? :dingue :dingue
Et en viticulture pure, en coop, avec les rendements du bio inférieur à ceux du conventionnel, mettons 50hl/ha, ça fait du 340€/hl brut : qu'on me dise ou c'est j'ai 4 sous à investir ! :dingue :dingue
Dim 17 Déc 2017 13:45 #4
WESTVAR a écrit:
Miloux11 a écrit:
« les viticulteurs en agriculture biologique génèrent en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare, soit 46 % de plus qu’en conventionnel, notamment grâce à des prix de vente supérieurs (de 10 % à 40 % selon les produits) », indique le rapport de l’Insee

Je me demande comment ils arrivent à sortir de tels chiffres, je pense que certains grands cru en AB doivent peser lourd dans la balance vu le petit pourcentage de viticulteur bio. :eusa_think
Et en plus le chiffre d'affaire reste le chiffre d'affaire : 17000€ c'est 1700 cols à 10€ pour un vigneron indépendant . Hé ! Il reste quoi à la fin ?? :dingue :dingue
Et en viticulture pure, en coop, avec les rendements du bio inférieur à ceux du conventionnel, mettons 50hl/ha, ça fait du 340€/hl brut : qu'on me dise ou c'est j'ai 4 sous à investir ! :dingue :dingue

C.est une moyenne west... et comme toute les moyennes...!!!!
Pour les 40 a 50% de prix/hl en plus... je confirme !! Je vends par exemple mes chardonnay a 100€ alors que mon pote en bio a 500m les vends a 150..et tout le reste suit.. rouge rosé... apres faut voir les rendements... mais 17k€ .... c est pas vers chez moi !! C est sur.!! Donc oui c est une moyenne qui inclut du gros calibre..enfin je pense !
Dim 17 Déc 2017 13:53 #5
WESTVAR a écrit:
Miloux11 a écrit:
« les viticulteurs en agriculture biologique génèrent en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare, soit 46 % de plus qu’en conventionnel, notamment grâce à des prix de vente supérieurs (de 10 % à 40 % selon les produits) », indique le rapport de l’Insee

Je me demande comment ils arrivent à sortir de tels chiffres, je pense que certains grands cru en AB doivent peser lourd dans la balance vu le petit pourcentage de viticulteur bio. :eusa_think
Et en plus le chiffre d'affaire reste le chiffre d'affaire : 17000€ c'est 1700 cols à 10€ pour un vigneron indépendant . Hé ! Il reste quoi à la fin ?? :dingue :dingue
Et en viticulture pure, en coop, avec les rendements du bio inférieur à ceux du conventionnel, mettons 50hl/ha, ça fait du 340€/hl brut : qu'on me dise ou c'est j'ai 4 sous à investir ! :dingue :dingue


Ca va bien pour toi je vois....tu as encore 4 sous a investir quand meme !!!! Je plaisante bien sur !! :byec
Dim 17 Déc 2017 14:43 #6
Cevenol a écrit:
...
Moi si j etais en bio aujourd hui... je me ferais tout petit et je prendrais ce qu il y a a prendre...parce que le jour ou on va tous y venir( puisque c est a priori ecrit... et qu on ns tane les oreilles a coup d argumentations toujours plus merveilleuses )... bin le marché du bio passera au prix du conventionnel... les rendements en moins !

WESTVAR a écrit:
...Et en viticulture pure, en coop, avec les rendements du bio inférieur à ceux du conventionnel, mettons 50hl/ha, ça fait du 340€/hl brut : qu'on me dise ou c'est j'ai 4 sous à investir ! :dingue :dingue

C'est exactement ça, dés que les coopératives auront trouvées suffisamment de pigeons adhérents pour péter les prix du Bio en grande distribution ils iront faire la queue chez Mr Gédé avec le tube de vaseline pour nous la mettre profond. On va t'expliquer alors qu'on te paye les apports au prix du Bio ... calculé par Mr Gédé qui fait le calcul á l'envers : Prix = cout de prod du conv + petit pourcentage Bio.

Pour le moment ils ont encore quelques soucis, il n'y a qu’á parcourir le rayon vins dans les Hyper pour constater que les bouteilles Bio ont quasiment disparues après une tentative d'introduction.
Chez nous l'histoire c'est passée comme ca:
1/ Mr Gédé veut bien nous faire la faveur de prendre notre vrac conv au prix coutant , mais il lui faudrait quand
même monter sa marque Bio distributeur alors il impose une part vracBio á moyen terme.
2/ Pas de pb , la coop fait un programme d'aide á la conversion en payant un petit premium pendant les 2ans
et fait miroiter un business en bouteilles.
On oublie de consulter les vitis concernés et on sort une bouteille rouge et une blanc, avec des assemblages
improbables et des étiquettes indifférenciés ( juste un petit label AB sur la vieille étiquette/marque pays d'Oc
d'entrés de gamme )
3/ Comme les bouteilles ne se sont pas vendues, on te raconte qu'on á été obligé de tout solder en vrac et on
abandonne la bouteille pour fournir Mr Gédé pour sa marque distri ... aux prix marché raz des pâquerettes.
4/ Ceux qui sont pas trop cons pour gober cette salade se barrent, puisque n'importe quel négociant te donne 20 á
30% de plus que la cave qui se paye ta gueule.

Moralité : C'est encore la preuve que le système Coop/GD est un machine infernale de destruction massive de la valeur.
Le créneaux du Bio n'est pas encore tombé dans ce trou noir, parce que encore majoritairement fourni par des vignerons indépendants, en circuits courts.
Si vous vous convertissez, d'abord la demande en négoce de vendange est suffisante pour ne pas baisser la culotte les premières années, et on peut très bien s'organiser en CUMA de vinification pour partager des équipements dans une cave commune á plusieurs indépendants.
Pour ma part je pense que plutôt que de venir saper jalousement le petit business des vignerons Bio indépendants, vous feriez mieux de faire le ménage dans vos coops.
Dim 17 Déc 2017 14:44 #7
on fait dire ce que l'on veut aux chiffres...
d'ailleurs sa me fait toujours rire quand on parle de chiffre d'affaire, sa ne veux rien dire. ce qui compte c'est le bénéfice qu'il y a au bout, s'il y en a.
à propos du bio, je discutais avec un viti bio de mon secteur qui a des vignes faites comme un jardin... depuis qu'il est passé en bio son coût de production a augmenté de 40%...
Dim 17 Déc 2017 15:31 #8
Miloux11 a écrit:
Cevenol a écrit:
...
Moi si j etais en bio aujourd hui... je me ferais tout petit et je prendrais ce qu il y a a prendre...parce que le jour ou on va tous y venir( puisque c est a priori ecrit... et qu on ns tane les oreilles a coup d argumentations toujours plus merveilleuses )... bin le marché du bio passera au prix du conventionnel... les rendements en moins !

WESTVAR a écrit:
...Et en viticulture pure, en coop, avec les rendements du bio inférieur à ceux du conventionnel, mettons 50hl/ha, ça fait du 340€/hl brut : qu'on me dise ou c'est j'ai 4 sous à investir ! :dingue :dingue

C'est exactement ça, dés que les coopératives auront trouvées suffisamment de pigeons adhérents pour péter les prix du Bio en grande distribution ils iront faire la queue chez Mr Gédé avec le tube de vaseline pour nous la mettre profond. On va t'expliquer alors qu'on te paye les apports au prix du Bio ... calculé par Mr Gédé qui fait le calcul á l'envers : Prix = cout de prod du conv + petit pourcentage Bio.

Pour le moment ils ont encore quelques soucis, il n'y a qu’á parcourir le rayon vins dans les Hyper pour constater que les bouteilles Bio ont quasiment disparues après une tentative d'introduction.
Chez nous l'histoire c'est passée comme ca:
1/ Mr Gédé veut bien nous faire la faveur de prendre notre vrac conv au prix coutant , mais il lui faudrait quand
même monter sa marque Bio distributeur alors il impose une part vracBio á moyen terme.
2/ Pas de pb , la coop fait un programme d'aide á la conversion en payant un petit premium pendant les 2ans
et fait miroiter un business en bouteilles.
On oublie de consulter les vitis concernés et on sort une bouteille rouge et une blanc, avec des assemblages
improbables et des étiquettes indifférenciés ( juste un petit label AB sur la vieille étiquette/marque pays d'Oc
d'entrés de gamme )
3/ Comme les bouteilles ne se sont pas vendues, on te raconte qu'on á été obligé de tout solder en vrac et on
abandonne la bouteille pour fournir Mr Gédé pour sa marque distri ... aux prix marché raz des pâquerettes.
4/ Ceux qui sont pas trop cons pour gober cette salade se barrent, puisque n'importe quel négociant te donne 20 á
30% de plus que la cave qui se paye ta gueule.

Moralité : C'est encore la preuve que le système Coop/GD est un machine infernale de destruction massive de la valeur.
Le créneaux du Bio n'est pas encore tomber dans ce trou noir, parce que encore majoritairement fourni par des vignerons indépendants, en circuits courts.
Si vous vous convertissez, d'abord la demande en négoce de vendange est suffisante pour ne pas baisser la culotte les premières années, et on peut très bien s'organiser en CUMA de vinification pour partager des équipements dans une cave commune á plusieurs indépendants.
Pour ma part je pense que plutôt que de venir saper jalousement le petit business des vignerons Bio indépendants, vous feriez mieux de faire le ménage dans vos coops.

Mais qui te jalouse mon pauvre !???
Y a pas moyen de dialoguer sans se faire rentrer dedans ?!!
Mes propos justements vont en ta faveur !!
Je te dis juste que chacun fait sa vie ... avec ses moyens...point !!
Et pour la sappe... ma fois en balancant tes liens sur la plue value bio... c est quand meme toi qui ns fous le baumi !!!
Moi je vais balayer peutetre devant ma coop
... mais toi arrete de penser qu on vous envies et qu on vous jalouse... j ai des copains en bio qui ont jeté l eponge pour revenir au conventionnel et d autre qui s entete et sont plus bas que le fond du goufre... et d autre au contraire pour qui ca va bien voire tres bien( tu vois on tombe betement ds la gueguere bio/pas bio...).. Bon dimanche :byet
Dim 17 Déc 2017 15:34 #9
Vous m'excuserez , mais ici , nous sommes si loin de tout ça ... de tous ces chiffres :eusa_think ... ce qui me pousse à ne plus intervenir ..... j'ai l'impression de ne pas faire le même métier ...

Des moyennes , de chiffres d'affaire qui ne veulent rien dire .... :fatigue

Vous m'excuserez d'être "terre à terre" et de parler du réel d'un village Languedocien parmi tant d'autres .

Hier , en taillant ( j'étais bien le seul au village ) un collègue , dont une parcelle est à coté , s'est arrêté .
On a parlé de notre avenir .
Il m'a espanté !
Voilà du concret , du réel ....
Son ha de grenache , en vin de pays d'Oc , a produit 50hl ... et avec le GAG !
Ooooh c'est pas compliqué ! 50 X 70 euros = 3500 euros l'ha
Son plus grand dégout .... les 1000 euros de frais de bas-Rhône , pour la parcelle .
Enlevez si et mi .... il reste nibe !!!

Vous comprendrez aisément que ces 17000 euros/ha pour nous , dans le tiers monde viticole français , c'est inimaginable !

Le bio , c'est formidable !!

N'oublions pas que ça l'est tellement , qu'un gars sérieux comme David , a dû arrêté ! :icon_frown

Ce style d'articles , c'est du n'importe quoi ! :eusa_snooty
Mais qu'ils se rassurent , on a pas encore crevé , mais on s'en approche ! :blase
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Dim 17 Déc 2017 16:10 #10
Cevenol a écrit:
Mais qui te jalouse mon pauvre !???
Y a pas moyen de dialoguer sans se faire rentrer dedans ?!!
Mes propos justements vont en ta faveur !!
Je te dis juste que chacun fait sa vie ... avec ses moyens...point !!
Et pour la sappe... ma fois en balancant tes liens sur la plue value bio... c est quand meme toi qui ns fous le baumi !!!
Moi je vais balayer peutetre devant ma coop
... mais toi arrete de penser qu on vous envies et qu on vous jalouse... j ai des copains en bio qui ont jeté l eponge pour revenir au conventionnel et d autre qui s entete et sont plus bas que le fond du goufre... et d autre au contraire pour qui ca va bien voire tres bien( tu vois on tombe betement ds la gueguere bio/pas bio...).. Bon dimanche :byet


Avec tout mon respect Cevenol, désolé si le ''jalousement'' t'a heurté ce n'est pas contre toi ni les collègues que je m'exprime. J'ai d'ailleurs moi aussi un trééés bon ami qui est conventionnel. :bisoums . A faire du ''rentre dedans'' c'est plutôt le rouleau compresseur qui me préoccupe, et je n'aime pas l'idée qu'on doivent inexorablement se laisser niveler par le bas en se résignant comme tu le laisse entendre. Ca n'a rien a voir avec une gueguerre Bio/Conv, faut regarder la réalité en face si on veut aller aux racines du problème qui dévalorise notre travail.
Maintenant tu es libre de la ramener ou de te taire en assemblée générale si tu ne t'es pas endormi pendant le rapport lénifiant des commissaires aux comptes.
Dim 17 Déc 2017 17:07 #11
Tiens à propos du bio , j'était à une réunion ces derniers jours . Le négoce a une réelle demande du bio , mais les volumes ne sont pas présents . Des prix rémunérateurs de ci de là .... mais bon une surcharge de travail , des aides qui t'arrivent avec un retard monstre . En plus si tu es ric rac au micro B a , tu finis par arriver au seuil du réel . Les aides sont comptabilisées dans le chiffre d'affaire alors attention .
Ce qui m'inquiète le plus du bio , la flavescence aucun produit réellement efficace , on va arriver à terme au même problème insoluble des arbo avec la sharka .
C'est sûr , les prix sont rémunérateurs mais bon , j'ai le cas chez moi un gars en reconversion puis en bio les vignes ont perdu de la vigueur malgré que ce soit bien travaillé .
N'oublions pas une chose que les conseilleurs ne sont pas les payeurs , eux ils ne vivent pas de leur travail .
Le bio c'est bien pour la santé , dans la durée j'en suis plus que sceptique .
On plante pas des carottes !!!!
Dim 17 Déc 2017 17:19 #12
Cevenol a écrit:
WESTVAR a écrit:
Je me demande comment ils arrivent à sortir de tels chiffres, je pense que certains grands cru en AB doivent peser lourd dans la balance vu le petit pourcentage de viticulteur bio. :eusa_think
Et en plus le chiffre d'affaire reste le chiffre d'affaire : 17000€ c'est 1700 cols à 10€ pour un vigneron indépendant . Hé ! Il reste quoi à la fin ?? :dingue :dingue
Et en viticulture pure, en coop, avec les rendements du bio inférieur à ceux du conventionnel, mettons 50hl/ha, ça fait du 340€/hl brut : qu'on me dise ou c'est j'ai 4 sous à investir ! :dingue :dingue

C.est une moyenne west... et comme toute les moyennes...!!!!
Pour les 40 a 50% de prix/hl en plus... je confirme !! Je vends par exemple mes chardonnay a 100€ alors que mon pote en bio a 500m les vends a 150..et tout le reste suit.. rouge rosé... apres faut voir les rendements... mais 17k€ .... c est pas vers chez moi !! C est sur.!! Donc oui c est une moyenne qui inclut du gros calibre..enfin je pense !

Quand tu fais 46% de chiffre d'affaire de plus qu'en conventionnel en vendant 10% à 40% de plus, explique moi d'ou viennent les 6 à 36% de différence sur la moyenne ? :eusa_think :dubitatif
Dim 17 Déc 2017 18:11 #13
Miloux11 , tu n'en as jamais parlé ... mais pendant ces dernières vendanges , en moyenne , tu as atteint quels rendements ?
Tu n'es pas obligé de répondre .

Parce que ces prix hecto en bio sont sympas certes ... par contre , les rendements bios du secteur ne risquent pas d'exploser les chiffres d'affaire :eusa_think
ça compense à peine

L'antagonisme bio/conventionnel n'existe plus ici .... les deux cherchent à survivre
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Dim 17 Déc 2017 18:57 #14
Cette année si j'en ai jamais parlé c'est que j'ai pas vendangé, gelé 4x et une grêle pour fignoler. J'ai juste une parcelle de Merlot abritée qui y a échappé, 60Hl sur 2ha; sur ce qui m'eet resté en blancs les maturités étaient tellement dispersées avec des reprises tardives qu'a la machine aucune espoir de sortir une qualité correcte et avec une vendange manuelle aucune chance d'amortir la récolte. Dernière année de conversion ... blanche.
Dim 17 Déc 2017 20:33 #15
Tu me diras , gel et grêle n'épargne personne .

Dur !!! Très dur !!! :eusa_doh :icon_frown
Faut avoir le moral là ! Sans assurance , c'est terrible ! ... j'espère que la banque te soutient ? parce que là , l'année n'est pas blanche ... elle est noire ! Travailler pour perdre de l'argent ! :icon_frown

Ce que tu dis sur les chiffres du bio , pose les bonnes questions
Pourquoi tous les vitis ne se mettent pas en Bio , si les prix à l'hecto sont 50% plus élevés systématiquement ? :eusa_think
Je ne pense pas que ce soit par paresse physique et intellectuelle
C'est que ça se calcule :eusa_think

Moi , qu'est ce qui me retient ?

Contre le BR et la FD , y a rien ... et pour les vers de la grappe c'est moyennas .
Je veux bien assumé des ( ou mes ) erreurs de traitements ... mais pas jouer à la roulette russe .
Fatalement ce qui n'ont aucun des 3 pourraient y réfléchir tranquilement .

Passer "ma vie" à traiter à petites doses de cuivre et de soufre , et travailler la terre en intégralité .... sincèrement je ne vois pas le bénéfice écologique .... quand je vois , moi , ce bénéfice écologique dans chaque litre de gasoil que je ne brûle pas .

L'engrais organique , certains trouvent ça formidable ... et moi quand j'en mets c'est une chute de production ... ne parlons pas du collègue bio en oléiculture , qui avoue sans problème , que l'efficacité des tonnes d'organique qu'il épand , est proche du néant .

Mon point de vue est trés simple ... le bio , en l'état actuel , est trop aléatoire , hasardeux ...
Les années en conventionnel ne sont pas toutes roses ... mais on tient pour le moment .

Je vois trop de collègues "bio" faire faillite et tout perdre .....
Les médias , les chambres d'agriculture promettent l'El Dorado .... et trop souvent , la finalité est dramatique .
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Dim 17 Déc 2017 21:13 #16
WESTVAR a écrit:
Cevenol a écrit:
C.est une moyenne west... et comme toute les moyennes...!!!!
Pour les 40 a 50% de prix/hl en plus... je confirme !! Je vends par exemple mes chardonnay a 100€ alors que mon pote en bio a 500m les vends a 150..et tout le reste suit.. rouge rosé... apres faut voir les rendements... mais 17k€ .... c est pas vers chez moi !! C est sur.!! Donc oui c est une moyenne qui inclut du gros calibre..enfin je pense !

Quand tu fais 46% de chiffre d'affaire de plus qu'en conventionnel en vendant 10% à 40% de plus, explique moi d'ou viennent les 6 à 36% de différence sur la moyenne ? :eusa_think :dubitatif

C est tout a fait realisable... certains vins bio sont 2x plus chers ! Par contre le benef lui.. !!!
Dim 17 Déc 2017 22:24 #17
Miloux11 a écrit:
Cevenol a écrit:
Mais qui te jalouse mon pauvre !???
Y a pas moyen de dialoguer sans se faire rentrer dedans ?!!
Mes propos justements vont en ta faveur !!
Je te dis juste que chacun fait sa vie ... avec ses moyens...point !!
Et pour la sappe... ma fois en balancant tes liens sur la plue value bio... c est quand meme toi qui ns fous le baumi !!!
Moi je vais balayer peutetre devant ma coop
... mais toi arrete de penser qu on vous envies et qu on vous jalouse... j ai des copains en bio qui ont jeté l eponge pour revenir au conventionnel et d autre qui s entete et sont plus bas que le fond du goufre... et d autre au contraire pour qui ca va bien voire tres bien( tu vois on tombe betement ds la gueguere bio/pas bio...).. Bon dimanche :byet


Avec tout mon respect Cevenol, désolé si le ''jalousement'' t'a heurté ce n'est pas contre toi ni les collègues que je m'exprime. J'ai d'ailleurs moi aussi un trééés bon ami qui est conventionnel. :bisoums . A faire du ''rentre dedans'' c'est plutôt le rouleau compresseur qui me préoccupe, et je n'aime pas l'idée qu'on doivent inexorablement se laisser niveler par le bas en se résignant comme tu le laisse entendre. Ca n'a rien a voir avec une gueguerre Bio/Conv, faut regarder la réalité en face si on veut aller aux racines du problème qui dévalorise notre travail.
Maintenant tu es libre de la ramener ou de te taire en assemblée générale si tu ne t'es pas endormi pendant le rapport lénifiant des commissaires aux comptes.

C est plus compliqué que ca miloux.
Apres c est sur...en independant... y a plus d opportunités pour valoriser le bio avec des rendements inferieurs qu en cave coop.
En coop.. meme si les prix sont attractifs... ces memes rendements au final ramenent le CA au niveau du conventionnel dans le meilleur des cas ( avec les contraintes en plus)... et sans me resigner je pense pas que le bio soit l avenir en coopé contrairement aux independants ou la je pense qu effectivement y a un gros coup a jouer sur le bio.
Voila pourquoi en coop ca ne fait rever personne.
Lun 18 Déc 2017 12:05 #18
C'est sur que ceux qui se mettent au bio par appât du gain déchantent assez vite, j'ai même lu récemment que la surface en bio dans le Gard diminuait après la vague de conversion d'il y'a 5 ans.

Peu importe la conviction, mis a part l’appât du gain, mais il en faut une pour rester en bio c'est certain. Se sentir démuni face à la grêle ou au gel c'est dur, mais rajouter à ça certaines maladies qu'on arrive a gérer relativement facilement en conventionnel et ça devient dessuite beaucoup plus dur, sans parler des rendements.

Pour les 17k€ / ha de CA c'est sur que c'est pas chez moi qu'on les fait, ça reste une moyenne mais nous on a plutôt tendance a la faire bien baisser.
Lun 18 Déc 2017 15:07 #19
wawa30 a écrit:
C'est sur que ceux qui se mettent au bio par appât du gain déchantent assez vite, ....

Au niveau de rentabilité ou on est rendu en viticulture, tu pourrais mieux dire ''instinct de survie'' tu crois pas?

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut