dangerosité des phyto?

Ouvert par mimi49, 10 juin 2017

Page 1 sur 1
Sam 10 Juin 2017 07:52 #1
J'ouvre ce sujet pour que l'on puisse echanger sur cette delicate questions......
On a tous conscience des effets potentiels de l'usage des produits phyto, en revanche on oublie bien souvant de rappeler les impacts positifs sur le plan sanitaire......
eradication ou controle de pathogène, de plantes allergisantes , .......

comment aborder vous ce sujet?
Sam 10 Juin 2017 07:58 #2
en passant en bio.
Sam 10 Juin 2017 11:01 #3
Vois tu c'est sous un angle un peu différent que j'envisageais le sujet....
Le bio est peu être bien pour ne pas utiliser de phyto, mais c'est peut être oublier que l'usage de ce genre de produit à permis de gérer un certains nombre de problématique sanitaire de première ordre.......
Sam 10 Juin 2017 14:23 #4
Bien sur les phytos ont des impacts positifs contre les maladies mais n'a t on pas un probleme de résistance aux maladies de beaucoup de variétés privilégiant le potentiel de rendement sur la rusticité.
Sam 10 Juin 2017 18:16 #5
Je te l'accorde on a tout misé sur la phyto pendant plusieurs decenies au detriment d'autres leviers agronomiques. Ce n'est pas une raison pour jeter le bébé avec l'eau du bain. .....
Sam 10 Juin 2017 19:26 #6
Le titre de ton sujet n'est pas le bon... La question, ce n'est pas la dangerosité des phytos (qui est globalement avérée et acceptée), c'est la balance bénéfices risques de leur utilisation. À l'échelle de l'exploitant, de l'exploitation et de la société.

Après, chacun place le curseur comme bon lui semble.
Sam 10 Juin 2017 21:07 #7
Si risques il y a ...? ils sont sous évalués ;malgré le fait qu'ils soient toujours à charge:
pour l'utilisateurs qui l"emploi (il met en jeu bien souvent sa santé malgré l'utilisation de masques qui ne sont jamais efficaces à 100%) ...
.pour le consommateur qui subit l'effet cocktails : de molécules dans son assiette et son verre entre les résidus dans les normes LMR ou normes dépassées ..;.....additionné d'un peu d'eau du robinet contenant plus que les pesticides (ayant transités par les eaux de drainage ) : >>>>produits médicamenteux et hormones contraceptives etc ...)
Pour l'environnement qui souvent subit de plein fouet des déséquilibres( dans les écosystèmes) se manifestant par l'apparition de parasitisme impromptus difficilement contrôlable sans l'intervention de l'arsenal chimique qui provoque d'autres désagréments sans fin ...
alors quels intérêts directs pour l'agriculteur ? se mettre la corde autour du cou ...?tant qu'on est dans un système mondialisé où toute sorte de produits passent la frontière sans aucune compensation et aucune analyse de prix de revient (ex : MO à moins de deux euros de l'heure ...)
à cela ajoutez différentes règle du jeu quant à l'application des autorisations de pesticides sur le marché ..
.les politiques prennent les producteurs et le consommateurs pour des .....
.plus d'Europe avec les mêmes règles
ou pas d'Europe ..
.tel est le dilemme qui se pose de plus en plus à tous ?
Sam 10 Juin 2017 21:32 #8
Histoire de me faire l'avocat du diable, quelques bénéfices des phytos :
- assurer la sécurité alimentaire sur le plan quantitatif,
- simplicité du travail pour l'exploitant,
- sécurisation de la production, et éventuellement du résultat éco.

Ce n'est pas parce que toi, tu ne vois pas de bénéfices que tout le monde à la même perception...
Sam 10 Juin 2017 21:39 #9
Hazta a écrit:
Histoire de me faire l'avocat du diable, quelques bénéfices des phytos :
- assurer la sécurité alimentaire sur le plan quantitatif,
- simplicité du travail pour l'exploitant,
- sécurisation de la production, et éventuellement du résultat éco.

Ce n'est pas parce que toi, tu ne vois pas de bénéfices que tout le monde à la même perception...

Assurer les quantité avec toutes les importations de protéines venant d'Argentine et d'ailleurs ...tu rigoles ? Les produits bio qui sont importés parce qu'en France la politique de la FNSEA était de les ignorer ? etc etc
Simplification du tavail je te l'accorde mais augmentation du nombre d'heures parce que rentabilité oblige il faut de la surface ....!
Reésultat économique avec l'achat de toutes ces semences et intrants ...va dans les CER ce n'est pas souvent le cas ...!sinon l'agriculture se porterait mieux et il y aurait moins de suicide et plus de jeunes qui s'installeraient ..;
Sam 10 Juin 2017 21:52 #10
mimi49 a écrit:
Je te l'accorde on a tout misé sur la phyto pendant plusieurs decenies au detriment d'autres leviers agronomiques. Ce n'est pas une raison pour jeter le bébé avec l'eau du bain. .....

C'est comme les antibio ou les vermifuges en préventif il ne faut pas en abuser.
Et d'après des agronomes l'emploi régulier de fongicides perturbe la faune du sol qui joue son role pour la dégradation de la mo en humus, de l'amélioration de la structure du sol.
Dim 11 Juin 2017 08:54 #11
Une mise en perspective intéressante d'un suédois sur la perception ambiante versus la réalité.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/contrairement-a-ce-qu-on-croit-le-monde-ne-s-est-jamais-aussi-bien-porte-1176325.html

BFM :Pourquoi les "prophètes du malheur" se trompent souvent?

Johan Norberg.: Parce qu'ils utilisent des modèles simplistes. .... La plupart de ces "prophètes" oublient toujours un paramètre fondamental dans leur prédiction: la capacité de l'homme à s'adapter, à changer, à innover... Pourquoi il n'y a pas eu les famines terribles ( annoncées dans les années 70 )? Parce qu'il y a eu la révolution verte (intensification de la production agricole) et que des gens comme Norman Borlaug (prix Nobel de la paix 1970) ont exporté les nouvelles techniques agricoles dans le tiers monde. On estime que plus d'un milliard d'êtres humains ont ainsi pu être sauvés durant cette période grâce à l'agriculture intensive.
Lun 12 Juin 2017 00:19 #12
Ce n'est pas en ayant une vision simpliste de systeme complexe que l'on resoud les problèmes, mais en en decorticant touts les rouages......
Lun 12 Juin 2017 08:18 #13
mimi49 a écrit:
Ce n'est pas en ayant une vision simpliste de système complexe que l'on résoud les problèmes, mais en en décortiquant tous les rouages......

Effectivement il faut remonter au système (mode de scrutin)qui génère les orientations qui sont prises au niveau national ...cad dès le départ la représentativité de l'élection des représentants agricoles(celui qui a la majorité remporte les 50% plus les sièges à la proportionnelle ...) ...qui donne un pouvoir surdimensionné à ceux qui vont à l'assemblée permanente des chambres d'agriculture(APCA) pour représenter un seul syndicat donc un seul type de vision (la plupart du temps à court terme)donc des conséquences terribles sur la disparition des paysans la destruction de la ruralité paysanne dans tous les sens du terme ..;
pour ce qui concerne la disparition de la famine ce n'est pas du nécessairement au résultat de la chimie ...mais surtout aussi à l'impact de la mécanisation ..;
Lun 12 Juin 2017 10:03 #14
mimi49 a écrit:
Ce n'est pas en ayant une vision simpliste de systeme complexe que l'on resoud les problèmes, mais en en decorticant touts les rouages......

Faut chercher à comprendre comment fonctionne son sol pour moins utiliser de phytos.
Un sol qui fonctionne mal et la plante a plus de chance d'etre malade.
Et ces fongicides ont un imapct direct sur la faune du sol responsable de la bonne santé du sol et améliorateur de structure.
Je sais les chambres sont plus préoccupées par le technique que l'agronomique,il commence à y venir un petit peu.
Lun 12 Juin 2017 15:11 #15
Une arme c'est par définition dangereux, et son utilisation n'est jamais sans conséquences.
Quand les mots d'ordres sont: lutter , éradiquer, liquider les bio-agresseurs, on nous fait jouer les warriors applicateurs en scaphandres, armés au chimique de destruction massive, ça peut faire gagner une bataille et flatter l'ego pour un temps de quelques hygiénistes bien planqués á l'état major.
Mais l'escalade dans une guerre sans fin contre nature et éléments ça n'a pas de sens, sauf pour les marchands d'armes, on commence á voir ou ça nous mène.
Cultiver, ça vient du latin CULTURA : (habiter , honorer) et il serait temps de s'en rappeler dans nos relations á la terre, en retrouvant le langage de l'agronomie plutôt que le vocabulaire guerrier de l'agrochimie.
Lun 12 Juin 2017 18:59 #16

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut