LA MONDIALISATION SUR LA SELLETTE

Ouvert par zephyr66, 31 mai 2017

Page 1 sur 1
Mer 31 Mai 2017 22:28 #1
POUTINE/ TRUMP/ MACRON … Désescalade :
L’invitation en France de Vladimir Poutine, sous le signe de la désescalade est un signe très positif, après la montée en pression pratiquée sur les dernières années par l’occident tout entier aux ordres de Washington, qui a encerclé la Russie par des dizaines de bases US, sans que notre presse nous en ait dit un mot.
Emmanuel MACRON, opportuniste et bénéficiant des faveurs de la presse, va forcément s’évertuer à faire croire qu’il en est l’instigateur, ce qui va probablement le favoriser dans les résultats des législatives. Mais dans la pratique, même si notre presse communique en nous persuadant qu’il s’agit d’un geste d’une grande générosité dont Vladimir Poutine est le demandeur exclusif, l’exigence du dialogue qu’ E. Macron avait promis aux français, s’est avérée tout à fait relative, tel que :
- Sur la Syrie, tandis que la France avec la coalition mettait jusqu’alors la démission de Bachar El Assad, en préalable incontournable à toute idée de résolution du conflit. Le Président français, face à Vladimir Poutine à Versailles, a annoncé qu'il souhaitait « organiser une transition démocratique mais en préservant un État syrien, en coopération avec Vladimir Poutine ». (sous entendu l’option Bachar El . Assad n’étant donc pas exclue), ce à quoi V. Poutine a rétorqué « pas avec UN ETAT, mais avec L’ETAT SYRIEN »…
- Sur l’Ukraine, l’application des accords de Minsk. Là, la balle est dans le camp occidental, qui ne les fait pas respecté par l’Ukraine…
- Que les journaux Russes, grosso modo « respectent la France »…
- Droits de l’homme : « Que la Russie respecte les droits des homosexuels en Tchétchénie sic …» https://fr.sputniknews.com/internationa ... chetchenes
Cela ressemble fortement à « de l'exigence de principe » en vue d’un vrai réchauffement dont Emmanuel Macron a, en fait été chargé d’initier par les instances européennes, en sa qualité de nouveau venu, qui n’aurait pas à faire de pirouette par rapport à ses positions antérieures.
…………………………………

En fait l’origine de cette tendance à la désescalade est ailleurs.

Il y avait inquiétude à Bruxelles depuis l’élection de TRUMP. Mais depuis son passage récent, il y a carrément le feu… Explications :
En contre pieds de l’avis général de l’occident, le travail de concert avec la Russie, dans l’éradication du terrorisme et le règlement de la guerre en Syrie, était l’un des points forts de la campagne de Donald TRUMP.
Il avait aussi dénoncé la mondialisation et son outil l’OMC qui tend à imposer le libre échange planétaire, provoquant de gigantesques distorsions des balances commerciales, avec les concurrences déloyales, le chômage de masse, les délocalisations industrielles et la destruction de l’agriculture à dimension humaine. Vis-à-vis de cela, il avait promis de reconsidérer tous les accords commerciaux de libre échange en cours avec les Etats-Unis.
A cet égard, il avait cité le rôle néfaste de l’Allemagne en tant que seul pays à tirer profit de l’Union Européenne au détriment de tous les autres. Il avait applaudi au Brexit, suggéré aux autres d’en faire autant et de se prendre en main.
Symboliquement, il refusait de traiter avec un seul chef d’état au nom de l’Europe et lorsqu’Angela Merkel vint le rencontrer à Washington mandaté par la commission européenne il refusa de lui serrer la main devant les caméras…
Il avait aussi qualifié l’OTAN d’obsolète, sous entendu « plus justifié », puisque selon ses textes d’origine, celui-ci avait été créé, pour préserver l’Europe de l’URSS et devait être démantelé dans l’hypothèse où elle disparaîtrait du paysage géopolitique (or, celui-ci n’a fait depuis au contraire, que se développer pour devenir un outil de conquêtes).
………………………………
Dans la pratique, depuis son élection, Donald TRUMP, est amené à jouer double jeu, harcelé qu’il est par son opposition mondialiste, incluant le lobby militaro-industriel privé, véritable état dans l’état, ( habitué à de gigantesques profits), ainsi que par l’ensemble de la presse occidentale qui met tout en œuvre pour le discréditer, visant sa destitution, tant son programme bouscule l’ordre établi et assimilant ses relations avec la Russie contre le terrorisme, à une trahison, vu qu’elle accuse la Russie d’encourager le terrorisme...

Dans l’ambiance de tir à boulets rouges Trump ne cédant rien, a reçu à Washington le ministre Russe des affaires étrangères qu’il a assuré de sa volonté de collaboration, dans une véritable éradication du terrorisme et la résolution du conflit syrien. Il l’a aussi chargé d’organiser une rencontre avec Poutine (prévue dans les prochains jours).
Ci-dessous, (à lire jusqu’au bout) un lien de Thiery Meyssan président fondateur du réseau voltaire, très clairvoyant sur la géopolitique et notamment sur le personnage TRUMP, dont il nous dit de ne pas nous laisser emporter par les propagandes qui visent à l’éliminer. On y comprend qu’il a en effet, opté pour le choix de jouer double jeu pour donner partiellement satisfaction au lobby militaro-industriel, tandis que parallèlement il a le contact avec la Russie en s’attirant les foudres du lobby.
http://reseauinternational.net/trump-avance-ses-pions/
Puis le lien ci-dessous : « tandis que les armées russes et états-uniennes se déploient au Moyen-Orient élargi, trois canaux de communication ont été ouverts » (pour un travail de concert)
http://www.voltairenet.org/article196469.html
Pour rappel l’équipe d’Obama considérait la Russie pestiférée et toute idée de collaboration relevait de l’inimaginable… Sur les fronts des guerres du Moyen Orient, notre presse se garde de nous faire remarquer, que progressivement depuis le début de l'année, le terrorisme est en train d’être vaincu. Pour rappel : (Laurent fabius) « ces gars d’Al Nossra font du bon boulot !») et en février des nids « d’experts conseillers » de l’Otan ont été faits prisonniers par l’armée syrienne, tandis qu’ils étaient mélangés aux terroristes de Daesh, (nos médias occidentaux n’en n’ont pas dit un mot).
Si l’oligarchie européenne souhaite vivement voir aboutir cette procédure de destitution, (Obama était à Berlin la veille de l’arrivée de Trump) pour le moment elle est a fait choix de s’adapter à cette nouvelle tendance et le passage récent de Donald TRUMP en Europe, toujours sous les vives critiques de l’ensemble de notre presse liguée, a confirmé pour autant qu’on s’efforce d’analyser ses interventions et comportements, qu’il reste animé de la volonté d’appliquer ses promesses de campagne. D’ailleurs nos dirigeants européens ne s’y sont pas trompés, « la douche froide a été confirmée. »
Angela Merkel y est allé d’une déclaration sensationnelle au terme des deux rencontres OTAN et G7 « Nos relations avec les Etats-Unis ne sont plus ce qu’elles étaient, l'Europe devrait prendre son propre destin en main (façon de reconnaître que jusque là c’est l’Oncle SAM qui pilote ...»
La presse Russe quand à elle titre : « Trump entamme le démantèlement de l’OTAN ».

Il faut en effet analyser :
Au Sommet de l’OTAN à Bruxelles, il a été le seul président américain, depuis 70 ans, à ne pas mentionner l’art 5 qui stipule la mobilisation automatique de tous les membres en cas d’agression sur l’un d’entre eux. Les partenaires ont bien compris par là, qu’il désengage les Etats-Unis de leur obligation d’intervention.

Symboliquement il bouscule devant les caméras, le ministre du Monténégro (issu du démantèlement de la Yougoslavie) et nouvellement entré dans l’OTAN…

Au G7, il déclare qu’il se donne jusqu’à Octobre pour remettre à plat tous les accords commerciaux des Etats-Unis. Le carcan du libre échange est menacé, il y a panique.
Il ne met pas ses écouteurs, sa façon apparemment d’afficher sa désapprobation vis-à-vis de cette institution mondialiste où de plus, la Russie la Chine et d’autres ne sont pas intégrées.
Sur le climat il refuse de ratifier la COP 21, car il considère être une vaste hypocrisie, le fait de débattre de réductions de gaz à effet de serre, tandis qu’on refuse de dénoncer le libre échange en tant que principales sources d’émission, avec les millions de tonnes de marchandises qui s’entrecroisent sur les mers et dans les airs.
Du coup les « roquets européens » désemparés n’ont plus envie de chercher la noise à l’Ours voisin et les relations cordiales deviennent « une urgence »…
Il faut dire qu’en plus du parapluie US dont ils ne sont plus surs, un autre argument se profile, à savoir que depuis le choix de l’occident de tourner le dos à la Russie, celle-ci a pris de multiples partenariats en passe de déboucher sur de gigantesques projets eurasiatiques dont les firmes européennes bavent d’en être exclues…
Opinion : Il est prématuré de se prononcer sur l’intégrité de D.Trump sous sa casquette de président, mais rien que le niveau de déchainement contre lui, est un bon prétexte pour s’y intéresser.
Il est milliardaire, mais dans l’ambiance Américaine, est-ce que financer sa propre campagne n’était pas le seul moyen de conserver son indépendance ? Quoiqu’il en soit, il a au moins raison quand il dit « que l’Amérique s’en va au diable » et l’on constate qu’elle s’y enfonce de plus en plus, d’une présidence à l’autre, entraînant le monde avec elle:
- Sa financiarisation assassine
- L’OMC et son funeste libre échange, qui appauvrit les populations, endette les états.
- Le FMI, la banque Mondiale, qui leur proposent des bouées de sauvetage, moyennant qu’ils se sabordent en acceptant l’austérité et le bradage de leurs services publics, le destruction de leur agriculture.
- La CIA, le pentagone, le terrorisme, avec le lobby militaro-industriel, qui mettent la planète à feu et à sang, sous le prétexte humanitaire. A la clé, s’il n’y a pas bousculade de tout cela, il y aura la 3ème guerre mondiale …
Conclusion : Quoiqu’en dise le déchaînement de la presse et contrairement aux apparences, Donald TRUMP est peut-être l’espoir d’une remise à plat de l’actuel système libéral, honni de tous.
A suivre …
Si tu ne t'occupes pas de la politique, la politique s'occupes de toi.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut