Accueil   Autres discussions   Le bistrot  

Résilience des exploitations

Ouvert par lgh, 29 mai 2017

Dim 4 Juin 2017 13:04
Si vousm'attendez sur lew outils financiers , ben faut reconnaitre que c'est un peu court, après a chacun d'apporter sa contribution. ....
Dim 4 Juin 2017 14:08
mimi49 a écrit:
Si vous m'attendez ...

:eusa_eh
Non merci, pas vraiment.
Dim 4 Juin 2017 14:09
titian a écrit:
mimi49 a écrit:
Si vous m'attendez ...

:eusa_eh
Non merci, pas vraiment.

la retraite viendra surement avant :mdr
Dim 4 Juin 2017 17:33
mon grand père disait , quand t'as une mauvaise ferme, sur des petites terres, il te faut une récolte en terre , une dans les greniers et une à la banque.....
aujourd'hui , cette assertion de stabilité n'est plus possible , les charges-prix ne le permettent plus , doublés par les "traficotages pénalisants" (par rapport à son époque en référence de bon sens ) par la msa, les impôts et les lois fiscales.
vouloir corriger ce changement par une méthode d' assurances empilées c'est rajouter dans le gâteau agricole (surtout que ce gâteau se lit de plus en plus comme alimentaire , l'agricole y étant banalisé ) un autre convive gourmand comme hautain et le même étant financier c'est toujours avec un fort appétit imposé...
qu'une partie en soit des fonds publics ne tranquillise pas pour autant , les exemples de volontés maintenant qu'une ligne de flottaison non pérenne sont légions à l'analyse.....en générant une dépendance bêtifiante et castratrice
  • J'aime
  • 1
Dim 4 Juin 2017 17:58
Donc tu valide le fait de ne pas aborder le volet financiers....
encore que la thematique epargne de precaution entrerait bien dans la logique de ton grand père. ...
et dans la mienne..
Dim 4 Juin 2017 18:26
:colere m'as-tu réellement lu ou survolé comme tu le fais régulièrement avec l'orthographe et la grammaire
( :gene pour compréhension tout de même je ne confonds pas assurance et épargne )
je sais toutes les banques sont aussi assureurs de nos jours et je ne suis pas sûr que eux confondent , mais ce n'est pas le sujet ici
  • J'aime
  • 2
Dim 4 Juin 2017 18:44
mimi49 a écrit:
Donc tu valide le fait de ne pas aborder le volet financiers....
encore que la thematique epargne de precaution entrerait bien dans la logique de ton grand père. ...
et dans la mienne..

t'est c** ou tu le fais exprès ? :eusa_wall
arrête de fréquenter cricri , pour elle il y a longtemps que j'ai posé le diagnostique :dingue , mais je ne pensais pas que ça pouvait être contagieux a ce point :freeze
tu ne comprend pas que , depuis des années , les efforts des producteurs sont systématiquement confisqués par votre sacro sainte filière :itsnot , quoi que tu fasse pour sécuriser ton exploitation ne sera que prétexte pour faire baisser les prix de tes produits :itsnot :itsnot :itsnot :itsnot
  • J'aime
  • 4
Dim 4 Juin 2017 18:46
par définition depuis la création le paysan est résilient il s'est toujours adapté.
Nos suceurs de sang le savent que trop : ils tirent sur la corde jusqu'à ce qu'elle casse, et aprés on refait un nœud et on retire ainsi de suite...
Le résilient s'en remet alors à ces pédas ( les locaux comprendront) qui le tiennent... :chant
  • J'aime
  • 1
Dim 4 Juin 2017 20:34
padel50 a écrit:
mimi49 a écrit:
Donc tu valide le fait de ne pas aborder le volet financiers....
encore que la thematique epargne de precaution entrerait bien dans la logique de ton grand père. ...
et dans la mienne..

t'est c** ou tu le fais exprès ? :eusa_wall
arrête de fréquenter cricri , pour elle il y a longtemps que j'ai posé le diagnostique :dingue , mais je ne pensais pas que ça pouvait être contagieux a ce point :freeze
tu ne comprend pas que , depuis des années , les efforts des producteurs sont systématiquement confisqués par votre sacro sainte filière :itsnot , quoi que tu fasse pour sécuriser ton exploitation ne sera que prétexte pour faire baisser les prix de tes produits :itsnot :itsnot :itsnot :itsnot


le paysan est la variable d'ajustement . La tête dans le guidon on le persuade que c'est parce qu'il ne s'adapte pas qu'il a de mauvais résultats et le pire c'est que souvent il le croit

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... m=672.html
  • J'aime
  • 1
Dim 4 Juin 2017 21:15
Pour appuyer les propos de Xavier et Padel:

1. L'assurance Prix.

C'est tout simplement idiot de proposer cette solution aujourd'hui comme possible sortie de crise. Et comme ceux qui le propose ne sont pas idiots, c'est une tromperie éhontée pour nous faire miroiter des lendemains garantis, pour nous endormir et nous soumettre une peu plus.

a. On n'assure pas une filière entière, et on n'assure pas une certitude. Une compagnie assure un ensemble d'individu pour la survenue de risques individuels. Si jamais il y a catastrophe naturelle touchant un grand nombre d'assurés, il faut une déclaration de catastrophe naturelle, et si cette catastrophe se répète, la prime aussi, et en proportion très importante.

b. Assurer la filière lait pour un prix garanti, c'est comme proposer aux smicards une assurance pour un revenu garanti à 2000 eur, ou aux titulaires du RSA un revenu garanti à 1500 eur. Cela n'a pas de sens.

c. Le prix du lait, quand il est bas, est bas pour tout le monde. Le risque n'est donc pas individuel mais collectif. L'ensemble des producteurs, en bloc, n'a donc aucun intérêt à souscrire collectivement à une telle assurance, car cela leur coûtera plus cher (la compagnie d'assurance prend sa marge) que d'assumer le risque eux-même dans leur ensemble.

De plus, quel niveau assurer? Le prix actuel de 310 eur est déjà très insuffisant. Quel intérêt de s'assurer actuellement pour un prix garanti de 280 eur au prix probable de 10 ou 15 eur les mille (ça c'est les analystes de compagnies d'assurance qui le détermineront)? Alors que l'avenir de se prix dépend essentiellement de notre capacité collective à se mobiliser pour en obtenir un décent.

Actuellement, la certitude c'est que le prix du lait est collé en moyenne à 300 eur ou moins depuis 3 ans. Quelle compagnie d'assurance digne de ce nom proposerait de nous assurer pour un prix de 340, ou même 330 eur? A quel prix astronomique surtout :dingue ?

Notre meilleure, notre seule assurance, c'est notre capacité collective à aller chercher ce prix. Dire autre chose est mensonger.

2. L'épargne de précaution

Évoquer cette épargne de précaution en 2017, c'est tout simplement se foutre de notre gueule! Alors que la plupart d'entre nous a fini de piocher dans cette fameuse épargne quand elle existait, que d'autres ont entasser dettes et reports et que les plus favorisés sont contents de simplement tirer un revenu pour vivre, certainement pas pour épargner!

Vouloir systématiser cette épargne de précaution quand, surtout si, elle deviendra possible, c'est l'institutionaliser, lui donner une existence vérifiable et vérifiée, donc donner une excuse, voire une raison manifeste de plus, à nos acheteur de nous obliger à repiocher dedans à la première occasion.

C'est vraiment nous prendre collectivement pour des ânes qui n'ont même pas la présence d'esprit de mettre un peu de côté quand ils le peuvent pour des temps plus durs.

Si le pouvoir public souhaite rendre une partie de cette épargne défiscalisable, tant mieux.

Mais ce n'est certainement pas à la filière et à ses sbires de nous proposer, de nous imposer, un tel leurre!

3. Contrat à terme

a. le lait sorti de ferme n'est pas stockable b. le risque prix est encore une fois collectif c. les prix actuels sont notoirement insuffisants

Donc il faudrait trouver un gogo sur le marché à terme pour nous (à nous tous, tous les producteurs français) vendre des contrats successifs, année après année, pour nous assurer un prix au dessus du prix de marché :dingue ! A quel prix extravagant?

4. Assurance marge

La solution Farm Bill américaine n'est efficace que pour des crises très courte, de moins d'un an, la prime des contrats étant renégociée chaque année. 3 ans de crise est le coût devient prohibitif.

Surtout très très largement subventionné par le gouvernement fédéral, donc en réalité juste une aide en grande partie publique en cas de crise à ceux qui y ont souscrit.

Notre assurance revenu, c'est 1. trouver les solutions pour arracher enfin ce fameux prix équitable 2. continuer à gérer du mieux possible NOS exploitations (il y en a qui sont un peu trop enclins à nous déposséder de l'indépendance de notre cerveau, de nos moyens de production).
Vini, Vidi, Pactoli
  • J'aime
  • 1
Lun 5 Juin 2017 08:53
Mais je ne conteste en rien le propos et l'objectif de prix equitable.... contrairement a ce que vous voulez me faire endosser ...... et a nombre de mes collegues.
vous avez l'art de vouloir créer des divisions la ou il n'y en a pas......
la seule question est quel niveau? Et sur quel bases....?
Parce qu'allez chercher du prix pour donner de la valeur de rentabilité et ainsi gongler les prix de session.......
J'ai bien reperer quelques retraité en devenir qui n'attendent que cela et qui pousse en bouchon en jardinant pour aller encore quelques années. ....
Lun 5 Juin 2017 09:04
Mimi49 dit

"la seule question est quel niveau? Et sur quel bases....?
Parce qu'allez chercher du prix pour donner de la valeur de rentabilité et ainsi gongler les prix de session......."

Tu as absolument raison mimi, AUCUN chef d'entreprise (terme avec lequel on adore se pommader en symposium-lavage de fondement) ne recherche la rentabilité maximale, car en effet une entreprise profitable vaut plus, et ça c'est dangereux pour nous! Ah bon? :dingue

Mais une entreprise qui dégage du cash permet de rembourse le prix d'acquisition bougre de mimi! Ça permet aussi simplement de vivre!

Tu prêches à la fois compétitivité et rentabilité basse? As tu bien saisi les conséquences absurdes de cela?
Vini, Vidi, Pactoli
  • J'aime
  • 2
Lun 5 Juin 2017 09:14
Parce qu'allez chercher du prix pour donner de la valeur de rentabilité et ainsi gongler les prix de session.......

eh ben si c est ça ce que cricri raconte en haut lieu ,on est pas sorti de l'auberge !!!!!!!!!!
vous prenez le problème a l'envers ................à toujours tirer vers le bas , un moment on touche le fond


d'abord il faut un prix qui permette a tous de vivre de leur travail et si les revenus sont meilleurs pour les actifs les retraités en profiteront aussi un peu en vendant .........

j'ai participe a une formation sur la transmission il y a quelques temps et le formateur avait répondu a des parents qui avaient peur de vendre trop cher a leur fils : " si vous sous estimez votre outil de travail vous lui donnez le message que vous n'avez pas confiance en lui et qu'il ne pourra pas réussir si vous ne lui faites pas de cadeau "
Lun 5 Juin 2017 10:05
mimi49 a écrit:
Mais je ne conteste en rien le propos et l'objectif de prix equitable.... contrairement a ce que vous voulez me faire endosser ...... et a nombre de mes collegues.
vous avez l'art de vouloir créer des divisions la ou il n'y en a pas......
la seule question est quel niveau? Et sur quel bases....?
Parce qu'allez chercher du prix pour donner de la valeur de rentabilité et ainsi gongler les prix de session.......
J'ai bien reperer quelques retraité en devenir qui n'attendent que cela et qui pousse en bouchon en jardinant pour aller encore quelques années. ....

Mais si le jeune a la possibilité d'avoir un prix qui lui permette de rembourser sa reprise. Ce qui est loin d'etre le cas en ce moment.
Et le retraité avoir un complément de sa maigre retraite
Lun 5 Juin 2017 10:53
mimi49 a écrit:
Donc tu valide le fait de ne pas aborder le volet financiers....
encore que la thematique epargne de precaution entrerait bien dans la logique de ton grand père. ...
et dans la mienne..

Ben oui,epargne de precaution quand t'as 3 ans de crise,faut deja payer les dettes founisseurs avant!!
Vous etes completement deconnectés
Lun 5 Juin 2017 13:02
sur d autres forums des éleveurs laitiers se targuent d avoir investi en 2016 des sommes importantes et le tout en autofinancement :byec

un concessionnaire de machine à traire dit que bcp de projet sont redémarrés et vont se réaliser cette année
genre 2x20, roto ,robot
son carnet de commande est bien garni
Lun 5 Juin 2017 13:19
rebelle a écrit:
sur d autres forums des éleveurs laitiers se targuent d avoir investi en 2016 des sommes importantes et le tout en autofinancement :byec

un concessionnaire de machine à traire dit que bcp de projet sont redémarrés et vont se réaliser cette année
genre 2x20, roto ,robot
son carnet de commande est bien garni


la raison, a mon avis......débordé de travail......par augmentation de production ou diminution de la main d'oeuvre
Lun 5 Juin 2017 13:27
C'est dans le brouillard que tu gagne des places......
c'est plus risqué, mais c'est souvent d'un bien meilleur rapport......
pendant que certains pleurent d'autres pedalent a vive allure......
la nature humaine reprend ses droits.....
Lun 5 Juin 2017 19:47
personnellement je pense qu'une assurance prix ne serait pas si bete que ca.
une assurance individuelle du type assurance indemnités journalieres en cas d'accident.
je prends un exemple
j'estime mon point d'equilibre a 330 euros. je considere que je peux tolerer un prix inferieur pendant une année mais qu'au dela ce n'est pas tenable.
je prends donc une assurance pour combler mon deficit de prix qui s'enclenche au bout d'un an.

l'assurance coutera plus ou moins cher suivant les valeurs qu'on met.

plutot que d'acheter la ferraille pour creer des amorts et payer moins de msa il serait peut etre plus judicieux de payer une assurance
Lun 5 Juin 2017 20:59
mimi49 a écrit:
C'est dans le brouillard que tu gagne des places......
c'est plus risqué, mais c'est souvent d'un bien meilleur rapport......
pendant que certains pleurent d'autres pedalent a vive allure......
la nature humaine reprend ses droits.....


Qu'ils continuent à pédaler comme des malades ! :dingue et surtout ..sans se poser de questions :dingue

http://www.terre-net.fr/actualite-agric ... uxFildInfo
"L’utopie, c’est de croire que l’on peut continuer ainsi !"
Un agriculteur ne pèse rien face à la machine industrielle multinationale qui s’est déployée en amont et à l’aval. Nous avons conforté l’individualisation là où il aurait fallu plus de collectif et de solidarité.
Partager cette discussion
Accueil   Autres discussions   Le bistrot  
Revenir en haut