je suis heureuse avec mes vaches

Ouvert par mono44, 04 octobre 2016

Sam 8 Oct 2016 16:14 #121
padel50 a écrit:
tacyst a écrit:
Dites moi si vous faites la même chose avec les vôtres :clap


ça t'arrive de poster des liens en français ? :interr
je ne parle que 2 langues :
le normand en 1 ere langue
le français en 2 eme ( et encore , j'ai du mal ) :gene


Non,
1) Principe @lm:"l'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crane" :sill
2)je me coltine du breton, de l'occitan, du béarnais, de l'espagnol et de l'english newzizi alors... :eusa_whistle
3)je ne suis pas le tunnelier du "tunnel franco-allemand" :itsnot
4)j'ai dit "regarder la vidéo et non c'est sympa ce qu'elles racontent :roll:
5)vu le niveau du forum parfois, on peut dire que je le réhausse :youpi

:angel
Dim 9 Oct 2016 16:33 #122
Bon, fallait quand même que je prenne le temps de répondre a ce sujet.

Je suis heureux avec mes vaches, très heureux, bien plus que je ne l'étais dans mon autre secteur d'activité, bosser avec du vivant, le contact avec mes bêtes ne peut être remplacé par aucun salaire.
Après bien sur le contexte économique et le salaire parfois anecdotique qu'on touche est très frustrant mais je pense qu'il faut dissocier les deux.

Quand je lis Petit Mayenne :
Mais au contraire, il y a beaucoup des personnes qui se levent le matin pedant 4 fois, n'aiment pas qu'ils font pedant 36 heures, mais ils ont une vie perfet pedant le reste du semaine.


Je ne peux pas etre d'accord. Se lever tout les matins pour faire un boulot insupportable n'est pas enviable même si le salaire à coté est supérieur a ce qu'on touche en tant que paysan.

L'élevage est avant toute chose un métier de passion pour moi, même si l'on ne doit pas accepter de travailler a n'importe quel prix. Pour ma part un grand nombre de dérive dans le milieu agricole vient du fait que l'on c'est éloigné de ce rapport si particulier que nous avons avec ce métier. Le jour ou on arrivera a se mettre en tête que c'est ni le nombre de vaches, ni le nombre d'hectare, ni le rendement, ni la moyenne d'étable qui rende heureux. Mais c'est de se sentir bien chez soit en s'abrogeant du regards des autres !

Et j’espère que le jour ou j'en aurais marre des vaches, j'arriverai a trouver une porte de sortie avant de devoir allé traire tout les jours a contre cœur ...
Dim 9 Oct 2016 16:52 #123
Leadersheep a écrit:
Bon, fallait quand même que je prenne le temps de répondre a ce sujet.

Je suis heureux avec mes vaches, très heureux, bien plus que je ne l'étais dans mon autre secteur d'activité, bosser avec du vivant, le contact avec mes bêtes ne peut être remplacé par aucun salaire.
Après bien sur le contexte économique et le salaire parfois anecdotique qu'on touche est très frustrant mais je pense qu'il faut dissocier les deux.

Quand je lis Petit Mayenne :
Mais au contraire, il y a beaucoup des personnes qui se levent le matin pedant 4 fois, n'aiment pas qu'ils font pedant 36 heures, mais ils ont une vie perfet pedant le reste du semaine.


Je ne peux pas etre d'accord. Se lever tout les matins pour faire un boulot insupportable n'est pas enviable même si le salaire à coté est supérieur a ce qu'on touche en tant que paysan.

L'élevage est avant toute chose un métier de passion pour moi, même si l'on ne doit pas accepter de travailler a n'importe quel prix. Pour ma part un grand nombre de dérive dans le milieu agricole vient du fait que l'on c'est éloigné de ce rapport si particulier que nous avons avec ce métier. Le jour ou on arrivera a se mettre en tête que c'est ni le nombre de vaches, ni le nombre d'hectare, ni le rendement, ni la moyenne d'étable qui rende heureux. Mais c'est de se sentir bien chez soit en s'abrogeant du regards des autres !

Et j’espère que le jour ou j'en aurais marre des vaches, j'arriverai a trouver une porte de sortie avant de devoir allé traire tout les jours a contre cœur ...


+1000

Il faut garder l'esprit campagnard , assumer sa plouc attitude , sa ruralité ... s'occuper de ses bêtes et du reste et arrêter de consommer bêtement :-)
Dim 9 Oct 2016 18:55 #124
"Je ne peux pas etre d'accord. Se lever tout les matins pour faire un boulot insupportable n'est pas enviable même si le salaire à coté est supérieur a ce qu'on touche en tant que paysan"

Qui avait le reve quand on etait jeune de devenir fonctioniere, travail au bureau, vendre des assurances, .etc.? Personne mais plus que le moitie des citoyens ont des metiers comme ca. Le surprotection d'emploié, le bien payment, les tres peu d'heures de travail, et une manque des responsabilités, ca fait beaucoup sont tres content avec leur enmploi.

" Le jour ou on arrivera a se mettre en tête que c'est ni le nombre de vaches, ni le nombre d'hectare, ni le rendement, ni la moyenne d'étable qui rende heureux."

Cette phrase compte pour un numbre des agriculteurs, mais de moins en moins. Depuis le paysan est devenu maintenant "entrepreneur agricole".

"L'élevage est avant toute chose un métier de passion pour moi, même si l'on ne doit pas accepter de travailler a n'importe quel prix. Et j’espère que le jour ou j'en aurais marre des vaches, j'arriverai a trouver une porte de sortie avant de devoir allé traire tout les jours a contre cœur ..."

Avec les revenus agricolles de maintenant, et notre non-pouvoir dans le filiere, le stress entre "le passion" et "devoir alle traire" est vite passer de l'une cote au l'autre.
Beaucoup dit que je suis pessimiste, je pense je suis que réaliste. Une grande difference.
Il vaut mieux marcher seul, qu'avec d'autres dans la mauvaise direction.
Les mutinationals et la politique s'ententent comme larrons en foire.
Dim 9 Oct 2016 19:02 #125
Par passion je me vois bien dire à mes enfants que je continue la production de lait et que tant pis pour eux, après 3 années d études supérieures je ne pourrai pas payer les 3 années restantes :gene
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Dim 9 Oct 2016 19:08 #126
Je vais répéter ce que j'ai déja dis, mais j'ai trés souvent le sentiment que ceux qui ont pris la décision d'arreter la production laitiere cherche a justifier leur choix, comme si c'était presque génant de dire cela?

je sais pas si je me trompe??

Et trés souvent j'entend le meem discour "que la vie e st merveilleuse depuis que l'on a plus les vaches".
Dim 9 Oct 2016 19:09 #127
Un paysan heureux en temps de crise
Gérard Le Puill
Jeudi, 10 Mars, 2011
L'Humanité

Éric Favre est producteur de lait depuis une quinzaine d’années, à Blain, en Loire-Atlantique. Son livre (1) raconte le parcours singulier d’un jeune citadin devenu ingénieur agronome après des études de sciences, d’informatique et de biologie. Ce qui lui permettra de trouver un emploi comme conseiller agricole à la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. La vocation de l’exploitant naîtra progressivement auprès des paysans que le technicien est chargé de conseiller. Ses idées en faveur d’une agriculture économe en capitaux comme en intrants chimiques ne passeront pas toujours auprès de ses interlocuteurs. Elles seront encore moins appréciées de certains responsables de coopératives d’approvisionnement soucieux de vendre un maximum d’engrais, de semences et de matériels en tous genres. Partageant la vie d’une enseignante, Éric Favre se lance en 1995 après avoir trouvé une ferme de 39 hectares, dont 37 en location, avec un quota annuel de 167 000 litres de lait. Mais il doit acheter les bâtiments d’élevage à l’ancienne. Ce qui le conduira à choisir le plein air intégral pour ses vaches laitières, hiver comme été. Quinze ans plus tard, ce handicap financier de départ donne tout son intérêt à l’expérience de cet homme de la ville qui gagne correctement sa vie sur une ferme laitière conduite de manière écologique. L’herbe pâturée et le foin sont la nourriture quasi exclusive des vaches. Attentif à ses voisins, il n’a pas toujours rencontré la même ouverture d’esprit dans le milieu, comme le suggèrent quelques anecdotes. À contre-courant des idées reçues au moment où l’Europe veut supprimer les quotas laitiers, son livre nous montre que la production laitière peut se passer du surinvestissement en bâtiments d’élevage, en gros matériel et en achat de soja.
Dim 9 Oct 2016 19:27 #128
Dairy a écrit:
Je vais répéter ce que j'ai déja dis, mais j'ai trés souvent le sentiment que ceux qui ont pris la décision d'arreter la production laitiere cherche a justifier leur choix, comme si c'était presque génant de dire cela?

je sais pas si je me trompe??

Et trés souvent j'entend le meem discour "que la vie e st merveilleuse depuis que l'on a plus les vaches".



Cette remarque est complète sur ton compte, et pour moi, je peut t'assurer le traite me manque toutes les jours.
Et si ce n'etait pas les contrats fou, avec on a fait l'eleveur un esclave du laiterie, je serais toujours eleveur laitier. Et je pense les OP's ont une grande responsabilité concernant cette materie.
Et heureusement j'ai toujours une grande partie de mon vaches, avec elles la vie reste merveilleuse.
Beaucoup dit que je suis pessimiste, je pense je suis que réaliste. Une grande difference.
Il vaut mieux marcher seul, qu'avec d'autres dans la mauvaise direction.
Les mutinationals et la politique s'ententent comme larrons en foire.
Dim 9 Oct 2016 19:35 #129
Dairy a écrit:
Je vais répéter ce que j'ai déja dis, mais j'ai trés souvent le sentiment que ceux qui ont pris la décision d'arreter la production laitiere cherche a justifier leur choix, comme si c'était presque génant de dire cela?

je sais pas si je me trompe??

Et trés souvent j'entend le meem discour "que la vie e st merveilleuse depuis que l'on a plus les vaches".
tu penses ce que tu veux mais indéniablement tu as une étape de retard. J'ai fais presque 30 ans de passion lait et aujourd'hui un autre boulot en plus de la ferme en céréales. Même si tu as bossé en extérieur avant ton installation. Il n y a pas photo. Tu peux être heureux sans vache. En terme de liberté, de t éclater en tant que chef d entreprise et de revenu.. Mais tu te trompes je ne cherche pas à convaincre qui quonque.. Mon intérêt égoïste serait qu'il y ai toujours du lait pour mes produits laitiers dont je suis gros consommateur et puis mes céréales qui finissent en fourragère.
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Dim 9 Oct 2016 19:38 #130
ceres a écrit:
Par passion je me vois bien dire à mes enfants que je continue la production de lait et que tant pis pour eux, après 3 années d études supérieures je ne pourrai pas payer les 3 années restantes :gene



Ou ai je dis que par passion on ne devait pas gagner d'argent ? Ce que j'essaye de dire c'est que dans un métier aussi dur que l'élevage, le salaire ne peut pas être la seule motivation !! Et que comme dis petit Mayenne, ceux qui recherche peu d'heure de travail, pas de responsabilité et des horaires fixes ne sont pas fait pour être éleveur ....


C'est a chacun de placer son curseur entre le salaire, la quantité de travail et la passion ... ya pas que les vaches dans la vie mais on peut aussi être heureux avec :D

Mes parents, 3 enfants, 3 ingénieurs, tous par l'école publique, mais bon c'est sur derrière ya pas de tracteur tout neuf dans la cours ni de voiture qui brille et il n'y a qu'une modeste maison....
Encore une fois libre a chacun de faire ses choix. Et si le contexte ne nous convient plus il est normal de changer de métier ou de changer son métier !
Dim 9 Oct 2016 20:22 #131
Ça dépend des écoles :eusa_silenced
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Dim 9 Oct 2016 20:42 #132
Une école d ingénieur en aéronautique ou même avec une bourse il manquerai quelques milliers d € annuel.
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Dim 9 Oct 2016 20:54 #133
le fils de cousin smicards est aujourd'hui ingénieur en avion via l'armée
Honnêtement cette histoire d'étude , je trouve qu'il faut bien sur les payer mais pas en abuser . J'ai toujours dit à mes enfants un bac +2 après à vous de faire votre propre chemin
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Dim 9 Oct 2016 21:06 #134
Dairy a écrit:
Je vais répéter ce que j'ai déja dis, mais j'ai trés souvent le sentiment que ceux qui ont pris la décision d'arreter la production laitiere cherche a justifier leur choix, comme si c'était presque génant de dire cela?

je sais pas si je me trompe??

Et trés souvent j'entend le meem discour "que la vie e st merveilleuse depuis que l'on a plus les vaches".

on verra sans 10 ans si tu tiens le meme genre de discours
Lun 10 Oct 2016 00:17 #135
steph 72 a écrit:
Dairy a écrit:
Je vais répéter ce que j'ai déja dis, mais j'ai trés souvent le sentiment que ceux qui ont pris la décision d'arreter la production laitiere cherche a justifier leur choix, comme si c'était presque génant de dire cela?

je sais pas si je me trompe??

Et trés souvent j'entend le meem discour "que la vie e st merveilleuse depuis que l'on a plus les vaches".


eh ben oui cet après midi on a vu un éleveur comédien sur tf1 qui a arrête le lait pour transformer sa stabu en salle de spectacle . il en était très ému !!!!!

moi je n ai pas pleuré après ma dernière traite et je ne regrette absolument pas !!!!!!
après 35 ans de traite le regard change et les priorités de la vie aussi .........
Lun 10 Oct 2016 07:47 #136
Oui , Mono l'a bien dit :"je suis heureuse avec mes vaches" .. sans préciser ... juste à les regarder , sans astreinte .. ;)

J'ai un paquet de collègues qui ont arrêté pour diverses raisons et je n'en ai encore pas trouvé un(e) seul(e) qui regrette
cet état de fait , l'amour du métier ayant été dépassé par la dérive de la politique agricole .

Comme disait , à quelque chose près , un Belge dans le film "Il a plu sur la grande terre" , trayeur c'est comme curé , une fois que tu as arrêté tu ne reviens jamais .
Lun 10 Oct 2016 08:33 #137
Suggestion petit papa Noël : Image

http://www.delachauxetniestle.com/ouvrage/les-vaches-ont-une-histoire/9782603024416

En 1856 se tient une exposition agricole universelle au cours de laquelle Nadar Jeune (dit Tournachon) photographie des animaux. Ce qui constitue les premiers documents photographiques donnant à voir des bovins. Sur la base de ces clichés sont réalisées de superbes lithographies par des artistes aussi connus que Rosa Bonheur. Mais aussi des dessins d'époque de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Dans la seconde partie de ce magnifique ouvrage, ces documents sont reproduits et replacés dans leur contexte historique. Quant à la première partie, son approche est historique. Elle explique ainsi la formation des races et l'influence des bovins britanniques sur le cheptel français (phénomène de "Durhamisation") dans une période d'anglomanie prononcée. Dans ce monde en pleine effervescence à la fois scientifique, économique, industrielle, les races bovines se forgent, se modèlent et finalement se diversifient. Au final, cette somme est une source d'information et de savoir sur la naissance des races bovines dans un pays qui, comme la France, est demeuré dans le peloton de têtes des éleveurs de bovins.
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Lun 10 Oct 2016 14:13 #138
2ddg a écrit:
Oui , Mono l'a bien dit :"je suis heureuse avec mes vaches" .. sans préciser ... juste à les regarder , sans astreinte .. ;)

J'ai un paquet de collègues qui ont arrêté pour diverses raisons et je n'en ai encore pas trouvé un(e) seul(e) qui regrette
cet état de fait , l'amour du métier ayant été dépassé par la dérive de la politique agricole .

Comme disait , à quelque chose près , un Belge dans le film "Il a plu sur la grande terre" , trayeur c'est comme curé , une fois que tu as arrêté tu ne reviens jamais .


des astreintes il y en a toujours , elles sont juste maléables .
On devait, fin aout , début septembre aller faire un petit tour à pau voir des personnes de notre connaissance et en même temps faire un petit coucou à ossau, mais la météo qui nous oblige à abreuver et à affourager ne nous l' a pas permis .Ce n'est que partie remise à l'an prochain
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Lun 10 Oct 2016 14:37 #139
mono44 a écrit:
2ddg a écrit:
Oui , Mono l'a bien dit :"je suis heureuse avec mes vaches" .. sans préciser ... juste à les regarder , sans astreinte .. ;)

J'ai un paquet de collègues qui ont arrêté pour diverses raisons et je n'en ai encore pas trouvé un(e) seul(e) qui regrette
cet état de fait , l'amour du métier ayant été dépassé par la dérive de la politique agricole .

Comme disait , à quelque chose près , un Belge dans le film "Il a plu sur la grande terre" , trayeur c'est comme curé , une fois que tu as arrêté tu ne reviens jamais .


des astreintes il y en a toujours , elles sont juste maléables .
On devait, fin aout , début septembre aller faire un petit tour à pau voir des personnes de notre connaissance et en même temps faire un petit coucou à ossau, mais la météo qui nous oblige à abreuver et à affourager ne nous l' a pas permis .Ce n'est que partie remise à l'an prochain


:pouce
Lun 10 Oct 2016 16:55 #140
j'ai été heureux avec mes vaches ,jusqu'au moment ou une d'elles m'a balancé. à contre coeur parce que mon physique ne voulait plus des vaches j'ai pris la décision d'arréter de traire ,j'ai été surpris dès le lendemain ,moi qui me levait tous les matins à 6h30 sans réveil,de me réveiller à 8h 15.ce jour je viens de vendre mes dernières génisses.il me reste quelques vaches qui vont terminer le silo et après basta.l'astreinte m'était devenu insurportable .bon courage à tous ceux qui restent dans le métier

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut