COOP/Patrimoine Agricole le HOLDingUP du siécle

Ouvert par Miloux11, 12 août 2016

Sam 12 Jan 2019 14:30 #61
Pendant que les Coopératchiks font de l'évasion de valeur ajouté pour ne pas payer les adhérents, les opérateurs privés ne sont pas en reste pour frauder le fisc en utilisant les mèmes instruments financiers hébergés dans les mèmes paradis fiscaux. Il y a comme un air de consanguinité dans la caste des gestionnaires financiers qui pompent la substance vitale de l'agriculture par tous les bouts.
Lactalis : la Confédération paysanne transmet des éléments au Parquet national financier
https://www.confederationpaysanne.fr/rp_article.php?id=8304
Le 22 février dernier, la Confédération paysanne manifestait devant le tribunal de Laval pour réclamer la publication des comptes de Lactalis et l'ouverture d'une enquête judiciaire sur les filiales du groupe, suite aux révélations de la presse sur sa filiale luxembourgeoise Nethuns. Face à l'inaction des pouvoirs publics, la Confédération paysanne a poursuivi un travail d'enquête qui a mis à jour un système d'évasion fiscale dont nous transmettons les éléments ce jour au Parquet national financier (PNF). Nous allons également mobiliser tous les moyens légaux pour exiger la publication des comptes de BSA France, la structure centrale du groupe Lactalis.

Lactalis s'appuie sur le mode de facturation à posteriori des livraisons de lait, imposé aux éleveurs-euses, et le délai de paiement correspondant pour créer des dettes et des créances fictives. Selon les éléments en notre possession, Lactalis a mis en place un système de refacturation intra-groupe particulièrement complexe ainsi qu'un système d'achat fictif d'actions.

Ainsi les 2/3 de la dette de BSA International, qui détient la filiale luxembourgeoise, sont composés de facturation intra-groupe. Entre 2015 et 2016, les capitaux propres de Nethuns ont été multipliés par 2225, passant de 993 893 euros à 2 milliards 225 millions 410 mille 839 euros, et ce en plein crise du lait ! Si on ramène ces profits à l'ensemble de la collecte laitière de Lactalis dans le monde, cela aurait permis un supplément de 12 centimes d'euro le litre durant la crise laitière, sur tous les litres de lait collectés par Lactalis.

Ce siphonnage de la valeur créée par les producteurs et productrices, par un jeu de créances de dettes fictives et d'achat d'actions, nous interroge aussi quant à sa sincérité au regard des règles fiscales, autant de sujets qui relèvent directementdes compétences du PNF.
Dim 20 Jan 2019 11:30 #62
Au mois de mai COOP2FRANCE par son président s'était empressé de s'opposer au volet Gouvernance Coopérative des ordonnances EGALIM, et annoncé l'organisation de sa contre attaque défensive ' Le grand débat coopératif' lancé á grands frais pour un point d'orgue le 19 décembre á son grand congrès des COOPs.
Aprés une participation confidentielle étayées de contributions téléguidées on pouvait s'attendre á ce que l'éléphant accouche d'une souris microscopique , mais l'accouchement dure et toujours rien on attend la césarienne peut être pour savoir á quoi ressemblait le bébé, silence radio ...
https://www.lacooperationagricole.coop/en/node/593
Michel PRUGUE a tout d’abord rappelé que la relation entre les associés coopérateurs et leur coopérative n’étaient pas de nature commerciale, mais relevait d’une relation spécifique au travers de laquelle les agriculteurs sont à la fois propriétaires de la coopérative, clients par le regroupement des achats et fournisseurs en déléguant la commercialisation de leur production. Le Président de Coop de France a également indiqué que l’ordonnance portant sur le statut coopératif, inscrite à l’article 8-1 1° du projet de loi, allait venir compléter un corpus législatif déjà extrêmement important et d’ores et déjà très précis. Pour Michel PRUGUE, les points soulevés par l’ordonnance relèvent plus de la pratique que de la loi. C’est pour cette raison que Coop de France demande la suppression de cet alinéa et a lancé en mars dernier un Grand Débat Coopératif afin de permettre aux associés coopérateurs et salariés des 2500 coopératives agricoles françaises de s’exprimer.
https://www.lacooperationagricole.coop/fr/le-grand-debat-cooperatif-cest-quoi

On remarquera la doctrine COOP2FR très intéressante inventée par M.Prugue de l'associé coopérateur devenu '' fournisseur ayant délégué la commercialisation de sa production'' et de la dissociation du coopérateur opportunément écartelé en trois morceaux: 1 propriétaire de parts du capital ,2 acheteur , 3 fournisseur.
C'est bien lá que réside le cœur du MEGA problème on dissocie et on traite chaque tier séparément comme poste comptable pour maximiser la capitalisation par une gestion financière orthodoxe purement libérale.
1- Rémunération du capital éliminée selon le principe de la non distribution du profit aux associés ccopératifs
2- Augmentation de la marge en aval sur le coopérateur acheteur d'intrants et associé assujetti
3- Réduction unilatérale des coûts sur la matière première du fournisseur associé subordonné

Espérons que le Ministère, dans ses consultations en cours sur l'Ordonnance relative á la gouvernance des coopératives, ne céde pas au lobby coopératif des filiéroculteurs en accouchant de leur souris fantôme.
Jeu 24 Jan 2019 19:05 #63
http://aude.confederationpaysanne.fr/rp_article.php?id=8554
Le 18.01.2019
Alors qu'une nouvelle réunion sur l'ordonnance relative à la gouvernance des coopératives se déroule aujourd'hui au Ministère de l'Agriculture, les rapports de force entre paysan-ne-s et l'industrie agroalimentaires reste totalement déséquilibrés et la question de la représentation des producteurs au cœur du processus de fixation des prix reste entière et brulante. Si les pouvoirs publics se défaussent sur des organisations interprofessionnelles de filières accaparées par des stratégies de croissance à outrance et de course à l'exportation, ils cautionneront alors l'étranglement de la rémunération des produits agricoles par une gestion des couts purement financières

...
...en Languedoc Roussillon la branche viticole VINADEIS du groupe coopératif tentaculaire INVIVO, a absorbé 17 000 ha de vignoble avec 11 caves coopératives 45 domaines, et parallèlement opéré une intégration verticale de la fourniture des intrants jusqu'à la distribution et ses marques délocalisées dans sa filiale au Benelux. Omniprésent dans la filière, à tous les échelons intermédiaires de la viticulture, la vinification, le négoce et le conditionnement, le groupe est dans une position dominante où on ne peut que déplorer la subordination des viticulteurs et leur effacement dans l'arbitrage d'une gestion financières opaque. Celle ci dicte la répartition et la localisation de la valeur comme des profits dans un monde où la compétition et la capitalisation sont érigées en dogme.

Pour que ca change ... VOTEZ !
Sam 26 Jan 2019 11:45 #65
Tir de barrage de COOP de France '' TOUCHE PAS A MA COOP'' ... championne de l'optimisation financière avec délocalisation des benefs dans des Holdings au Benelux; les profits sur les 100 Milliards de l'agrobusiness .
Coop de France qui défendait encore récemment le droit des coopératives á être des entreprises financières comme les autres dans la course á la mondialisation et l'exploitation du minerai agricole, nous explique maintenant que de les soumettre á un minimum de principe de transparence et d'envisager des arbitrages extérieurs au microcosme signerait la fin de la coopération? :dingue

Quand le président fraîchement élu de COOP de France dans son costard de banquier tout neuf, grand défenseur de l’agrobusiness financiarisé et mondialisé (sic), monte au créneau pour ne surtout rien changer au modèle


Démanteler les holdings dont la seule fonction est la délocalisation des profits et les LBO outils financiers d'optimisation/évasion fiscale qui n'ont rien á faire dans une gestion coopérative solidaire, ca n'est pas attaquer les fondements de la coopération. Mais on comprend le malaise si les coopérateurs prétendent récupérer leurs économies planquées à l’insu de leur plein gré dans des paradis fiscaux ... certains profiteurs sentiraient- ils les limites de l’impunité et le vent tourner?
Sam 26 Jan 2019 22:37 #66
Étrange changement de discours, il y a a peine 2 ans Dominique Chargé alors Président de la Fédération nationale des coopératives laitières et du groupe Laïta nous expliquait dans une interview Les Echos que les producteurs doivent absolument sortir de l'asservissement aux entreprises:
Q : :interr Que peuvent faire les éleveurs ?
D.C: :chant ''Chaque année, 5 % des producteurs de lait arrêtent. Cette année, ils seront 10 % à partir. Et cette hémorragie va continuer. On ne peut pas juste se contenter de tabler sur le retour d'une meilleure conjoncture sans se préoccuper de la prochaine crise. Si on veut garder des éleveurs, il faut changer le pilotage de la valeur ajoutée du lait. Cela veut dire que les producteurs doivent prendre leur destin en main et les organisations actuelles de producteurs doivent devenir des organisations commerciales. Les producteurs se retrouvent seuls à gérer leur relation avec les industriels. Ils doivent unir leur force.''

source :https://www.lesechos.fr/20/09/2016/LesEchos/22280-080-ECH_dominique-charge-----les-producteurs-doivent-sortir-de-l-asservissement-aux-entreprises--.htm
Lun 28 Jan 2019 14:33 #67
Ca ne s'invente pas, quand le Président du Syndicat des Coops verrouillées par le syndicat unique des filiéroloculteurs nous dénonce les attaques inacceptables contre son modelé économique á 85 milliards d'euros ca donne ca , un monument de sentiment d'impunités autiste de la caste des coopératchiks financiers:

La doctrine de Coop2Fr expliquée par son Président Dominique Chargé : Source sur le site de Coop de France

Le Status et la survie des coops seraient sous la menace d’une disposition du code du commerce
''En effet, Coop de France estime que le modèle coopératif est menacé par la version actuelle de cette ordonnance qui fait introduire dans le code rural une légifération du code du commerce concernant l’engagement de la responsabilité de l’entreprise (de la coopérative dans le projet de texte de l’ordonnance) face au fait de fixer une rémunération des apports abusivement basse, au regard des indicateurs prévus ou de tout autre indicateur public disponible, avec les contrôles, sanctions et pénalités qui y sont liés. Si une coopérative se trouve accusée d’une telle pratique, l’amende susceptible d’en découler peut être portée à 5 % de son CA hors taxe, tout en étant plafonnée à 5 M€.''

Mais il nous faut des capitaines d'industrie sans état d'ámes pour affronter la mondialisation Dominique serat-il á l'agrobusiness ce que Carlos fut á l'automobile?
Ven 1 Fév 2019 09:30 #68
Quand les fossoyeurs de ''150 ans de l'histoire syndicale et mutualiste agricole'', sacrifiés sur l'autel de la croissance financiarisée et la course á la mondialisation s'érigent en défenseurs ultime du corbillard.

Boris Calmette, héraut de cette farce dans L'INDEPENDANT du MIDI :
https://www.lindependant.fr/2019/01/31/agriculture-une-ordonnance-de-la-loi-egalim-seme-la-panique-dans-les-cooperatives,7987112.php
''En appliquant à l'ensemble des agriculteurs, dont les coopérateurs, l'ordonnance relative aux prix abusivement bas, le gouvernement "nie la relation de l'associé/coopérateur et sa coopérative pour en faire une simple relation commerciale", s'insurge Boris Calmette.''

Un point qui sera certainement à l'ordre du jour de la visite de Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, lundi prochain dans l'Aude.
Sam 2 Fév 2019 11:36 #69
Qu'est ce qu'il y a vraiment dans ces ordonnances de la loi EGALIM / Coopératives? qui fait si peur aux coopératchiks de Coop2Fr
https://www.letelegramme.fr/economie/loi-egalim-les-cooperatives-agricoles-sur-le-gril-25-01-2019-12192479.php
Le gouvernement a mis sur la table, il y a quelques jours, une nouvelle version des ordonnances issues de la loi Egalim qui régit les relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire. L’une d’entre elles vise à réformer le droit de la coopération agricole de façon à appliquer cette loi aux coopératives et à soumettre les agriculteurs coopérateurs à des règles à effet similaire de celles qui régissent les relations entre un producteur non-coopérateur et son industriel.
Un certain nombre de dispositions prévoient également d’améliorer la gouvernance des coopératives et d’associer davantage les agriculteurs aux décisions et de rendre leur fonctionnement plus transparent. Par exemple, le règlement intérieur devra inscrire les modalités de paiement et de détermination du prix, alors qu’elles relèvent actuellement du seul conseil d’administration.

Mais le texte va plus loin, en ce sens que le contrat coopératif, qui lie l’agriculteur à sa coopérative, serait complètement banalisé et assimilé à un contrat commercial, inscrit dans le code rural. La notion des prix abusivement bas s’appliquerait au contrat d’apport coopératif ainsi que les sanctions prévues. « Cela n’a aucun sens », a réagi immédiatement Dominique Chargé, le président de Coop de France.


© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/economie/lo ... 4krGppV.99
Mar 5 Fév 2019 23:32 #70
Et pour ceux qui auraient encore un doute sur la mission de Coop de France et de quel microcosme il s'agit ...
QUEL CV POUR LA NOUVELLE DIRECTION GÉNÉRALE DE COOP DE FRANCE ?

Image
Valérie Ohannessian
Directrice générale de Coop de France
https://www.lsa-conso.fr/annuaire-professionnels-grande-consommation/ohannessian-valerie/290146
ETAPES DE CARRIÈRE
1989-90 : responsable marketing chez Software AG.
1990-93 : responsable chez Andersen Consulting.
1993-98 : directrice des affaires publiques de la Fédération française des sociétés d'assurance.
1998-2001 : directrice de la marque et des relations avec les consommateurs de Groupama Gan.
2001-07 :directrice générale adjointe de Fédération Bancaire Française.
2007-18 :gérante et directrice de la publication de Revue Banque.
Depuis 2018 : directrice générale de Coop de France


https://www.dailymotion.com/video/x1ihxod

Dormez braves gens, á coop2Fr coté financier on assure
Mer 6 Fév 2019 10:23 #71
Jeu 7 Fév 2019 10:27 #72
Contraindre le ruissellement de la marge vers les agriculteurs, oui .... mais celle de la Grande Distribution .
La marge des coops et leurs pratiques abusives étant bien évidemment un sujet intouchable qui pourrait mettre en péril le systéme coop2france :interr
Sachant que le ruissellement en question va forcement devoir passer par le filtre du niveau coopérative, je n'ose meme pas imaginer le jus qui pourrait en sortir sur les acomptes. Je penses méme qu'avec le principe d'osmose inverse le flux du ruissellement final a toutes les chances d’être négatif :dingue

Dominique Chargé :
https://twitter.com/CoopdeFrance/status/1093420797144850432
Table ronde au @Senat sur les effets de la loi #Egalim sur les négociations commerciales : @ChargeDom, président de @CoopdeFrance regrette qu'il n'y ait "absolument pas de contrainte pour organiser le ruissellement de la marge vers les agriculteurs" https://www.notretemps.com/droit/alimen ... 02,i188395 … #AFP
Dim 10 Fév 2019 15:35 #73
Pendant que les coops montent des filiales financières avec les excédents opulents de leurs holdings délocalisées, et rachètent tranquillement le fonciers en commençant par le haut de gamme, pour les rares Jeunes Agriculteurs encore candidats au parcours du combattant ca reste un défi de trouver des financements.
N'y aurait-il pas comme un hiatus dans la filière??

https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/un-defi-pour-les-jeunes-agriculteurs-202-135704.html
Un défi pour les jeunes agriculteurs ven. 2 mars 2018 à 18:05 • AFP
Le foncier agricole français a beau être l'un des moins chers en Europe, y accéder reste un défi pour les agriculteurs au moment de s'installer, surtout s'ils ne viennent pas du milieu agricole, ce qui encourage le développement de nouvelles solutions de financement.
Mer 20 Fév 2019 20:05 #74
A l’initiative louable et courageuse de Pierre Louault, sénateur du groupe Union centriste, le Sénat organisait un débat, mardi 15 janvier 2019 sur la gouvernance des grands groupes coopératifs agricoles. :eusa_clap
https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/politique-syndicalisme/article/gouvernance-des-cooperatives-vers-une-reforme-en-demi-teinte-205-144722.html
En attendant la présentation, cette semaine en Conseil d’État, de l’ordonnance relative à la coopération agricole, un débat au Sénat a fait ressortir plusieurs pistes de réforme pour la gouvernance des coopératives. Mais le ministre de l’agriculture Didier Guillaume semble vouloir défendre une réforme « a minima » des règles actuelles pour ne pas trop déstabiliser des coopératives chahutées par l’environnement concurrentiel.
Ven 22 Fév 2019 12:22 #75
https://www.pleinchamp.com/actualites-generales/actualites/coop-de-france-lance-un-guide-de-gouvernance
Coop de France sort un ''guide sur la gouvernance coopérative'' sous les feux croisés (loi EGA, crise à la grande cooéprative sucrière Terreos, etc.).
Coop de France essaie de prendre les devants pour éviter qu'on lui mette des contraintes. Contre attaque de com abondamment médiatisée avec en coulisses le gros lobby de la finance délocalisée et la FNSEA pour édulcorer l'application du projet d'ordonnance sur la coopération qui devrait donner aux adhérents des voies d'entrée dans la gouvernance et reprendre le contrôle des rémunérations ou de la répartition des profits délocalisés vers les filiales .
Ven 22 Fév 2019 20:55 #76
Bon , si le Grand Chef de COOP2FRANCE le dit faut le prendre au mot !

TOUS AUX Assemblées Générales , la démocratie étant de retour on va pouvoir causer des rémunérations des apports et du partage des dividendes des filiales avec les arriérés oubliés depuis des années !

Coop de France publie un guide des bonnes pratiques de gouvernance au sein des coopératives.
https://www.vitisphere.com/actualite-89065-Le-guide-pour-un-fonctionnement-democratique.htm
« Le modèle coopératif est d’abord un modèle démocratique où le conseil d’administration a un mandat de gestion et où l’assemblée générale valide la stratégie et les résultats », rappelle Dominique Chargé nouveau président de Coop de France.

Ce document parait au moment où le gouvernement prépare une ordonnance pour améliorer la transparence au sein des coopératives et l’information des associés-coopérateurs. Une ordonnance dont Coop de France rejette vigoureusement une disposition : celle autorisant les coopérateurs à attaquer leur coopérative pour pratiquer des prix abusivement bas. .... CQFD :interr

Comme il ne suffisait pas en France d'élire des spécialistes de la démocratie tous sortis de la méme ENA, en matiére d'agriculture on fait encore mieux ... COOP2France nous envoi tous les administrateurs ''élus '' apprendre la démocratie participative dans la méme école á l'ESSEC. :eusa_doh
Sam 23 Fév 2019 11:30 #77
Pour avoir des Conseils d'Administration bien á la botte, tous les administrateurs ( intronisés aux forceps par la FNSEA) sont formés á la finance mondialisée et formatés á l'ESSEC avec un reprogrammation des cerveaux mitonnée par COOP2France pour intégrer les coopératchiks dans le microcosme de la gestion financière orthodoxe qui règne sans partage sur l'économie sauvage mondialisée.
Comme ca tout ce beau monde parle le mémé language, pour faire tourner les rouages bien huilés de la captation des profits des filières multi-nationalisées dans les holdings á la sauce LBO.
Consanguinité, homogénéité absence de diversité sont une garantie de la stabilité et du système qui broie nos agriculteurs en ''créant de la valeur financière'' par l'écrasement des coûts du ''minerai'' agricole.
Au programme : :gene
https://www.lacooperationagricole.coop/fr/file/2516/download?token=vL4KpSCN
SÉNÈQUE 2019 GOUVERNANCE COOPÉRATIVE AGRICOLE
''Avec COOP de France, l’ESSEC Business School a créé le programme Sénèque destiné à former les dirigeants élus des coopératives agricoles.
Dans un environnement toujours plus complexe, il est non seulement nécessaire de maîtriser les problématiques et techniques propres au monde agricole mais également les concepts et les outils du management. Grâce à l’expertise du corps professoral permanent de l’ESSEC et de professionnels de haut niveau, l’ESSEC Executive Education propose aux dirigeants élus de développer leurs capacités managériales et leur vision stratégique. Rejoindre le programme Sénèque, c’est se préparer à anticiper les enjeux de l’avenir !''
''Pour que les 2 500 coopératives continuent à créer de la valeur, développer leur puissance économique et agir pour le bien commun, il est essentiel que les hommes et les femmes de notre mouvement se forment. S’appuyer sur une solide formation comme Sénèque, c’est se donner les moyens d’acquérir de nouvelles compétences et de conduire une stratégie tout en préservant notre modèle d’organisation unique. Toujours en phase avec l’actualité, Sénèque propose des modules pour mieux comprendre les attentes sociétales ou encore l’innovation et le digital. Les précédentes promotions témoignent de la présence d’intervenants attractifs et de partage d’expériences concrètes, recommandant ce parcours de formation dynamique.''


Alors, concrètement que vont ils y apprendre nos bons administrateurs formatés depuis des années :eusa_doh
Interview du formateur en chef: Janvier 2011
http://www.lafranceagricole.fr/videos/cooperatives-alliances-internationales-il-faut-changer-de-dimension-industrielle-rene-mauget-essec-1,0,15960966.html

Le consensus mou des conseils d’administration c'est bien, mais il faut aussi s'occuper des Directeurs Opérationnels
alors pour que tout cela ronronne á la baguette les Dirigeant Salariés sont aussi envoyés en formation á la même école , recadrés par l'ESSEC avec club privé DIRCA des cooperatchicks pour cultiver l'entre-sois et les renvois d'ascenseurs: ARISTÉE - :idea: le programme pour les managers des coops agricoles et de l'agroalimentaire
http://actualites-agricoles.coopdefrance.coop/images/files/2017/AA-2017-05-19/DOC%20ARISTEE%202018.pdf
Lun 25 Mar 2019 18:19 #78
La gouvernance des coopératives revue par COOP de France, le guide des bonnes pratiques version 2019:
https://www.dropbox.com/s/3oqa0xvw3zhxxh7/20190219_CdF_Guide-Gouvernance.pdf?dl=1
« Le projet coopératif apparait plus que jamais être à même de répondre aux aspirations de la société et des agriculteurs : c’est aussi pour cette raison qu’il génère autant d’attentes. Nous avons un devoir de résilience mais aussi de vigilance dans nos pratiques. Ce guide, conçu comme un outil de progrès, permettra l’évolution de notre modèle de gouvernance » conclut Dominique Chargé
Sam 4 Mai 2019 10:26 #79
Pourquoi se fatiguer á valoriser les productions de sa coop quand on peut s'acheter de la croissance externe á crédit gratuitement?
Les charmes discrets du LBO dans les coopératives agricoles ou comment la finance internationale organise le siphonnage systématique de la valeur produite par les agriculteurs piégés au sein de ''groupes coopératifs'' géants financiers aux rouages obscurs, spécialistes de l'exploitation de cette zone de non-droit ad-hoc et qui n'ont de coopérative que le nom planqués derrière la non-distribution des profits aux coopérateurs, et la dispense d’impôt sur les Stés.
Avec en première ligne les mercenaires de la Finance á Effet de Levier : LBO France et Credit Agricole Private Equity
https://www.bastamag.net/Agrobusiness-et-speculation
Financements publics et crédits d’impôts
L’évolution de ce secteur et la constitution de ce vaste empire répondent bien à un choix politique, porté par des élus de droite comme de gauche. Subventions, taux d’intérêts réduits ou exonération d’impôts accompagnent la dérégulation. Exemple ? Les coopératives agricoles ne sont pas soumises à l’impôt sur les sociétés (qui prélève entre 15 à 30% sur les bénéfices). Mais elles ont droit au crédit d’impôt compétitivité-emploi (normalement réservé aux entreprises qui paient l’impôt sur les sociétés). Résultat : une économie de 100 millions d’euros pour les coopératives en 2013. Ce dernier avantage a été négocié par l’Alliance des coopératives agricoles (Acooa), organe de lobbying dont le président, Philippe Mangin, est par ailleurs président de... InVivo. Autre évolution : les établissements financiers (comme Unigrains) sont autorisés à entrer au capital des coopératives, jusqu’alors contrôlées par les parts sociales des agriculteurs.

« Juridiquement, les coopératives sont toujours la propriété des agriculteurs, détaille Michel Abhervé, professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée, spécialiste en économie sociale et solidaire. Cependant deux phénomènes expliquent que les agriculteurs se sentent dépossédés. D’une part, la taille grandissante des coopératives, qui fait qu’il est difficile de garder l’état d’esprit de départ. Et d’autre part la confiscation du pouvoir par la technostructure. » « Les agriculteurs ne comprennent pas grand chose à la complexité de la gestion de ces grosses entreprises, reprend Jacques Commère. Et bien souvent, lorsque le conseil d’administration se réunit, et bien ils disent oui. »


Pour rappel des épisodes précédents:
C'est sans compter que la croissance externe par ''LBO'' dans le cadre d'une coopérative ça consiste á offrir á la coop''gratuitement'' une Sté ( très chère, au dessus de sa valeur) payée avec un crédit ( remboursement sur les apports des producteurs) á terme très risqué ( avec une forte exposition aux variations de taux directeurs) une entreprise logée dans une Holding (de préférence á l’étranger) alors que les statuts de la coopérative interdisent la distribution des profits aux adhérents qui la payent mais pas aux actionnaires externes ''invités'' á qui on a distribué des actions quasi gratuites.
Le montage juridique complexe qui va avec étant par ailleurs rémunéré très confortablement au % á des mercenaires financier. Que du bonheur!

http://www.collectif-lbo.org/IMG/pdf/note_cgt.pdf
https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/06/03/cofigeo-proprietaire-de-zapetti-et-la-cooperative-arterris-reprennent-william-saurin_5138431_3234.html
https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/05/18/lbo-france-et-d-aucy-s-allient-dans-l-espoir-d-acheter-william-saurin_5129822_3234.html
https://capitalfinance.lesechos.fr/deals/sortie/pomalliance-va-etre-rachete-par-la-cooperative-cap-seine-104451
https://www.lsa-conso.fr/lur-berri-s-empare-de-labeyrie,127827
https://www.agefi.fr/financements-marches/actualites/quotidien/20140620/labeyrie-128798
https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-economie/20130218.RUE3346/viande-de-cheval-comment-la-cooperative-basque-a-derive.html
http://www.lamartineconseil.com/fr/blog/unigrains-et-idia-apportent-4-m-pour-la-diversification-docealia-259.html
Sam 4 Mai 2019 11:32 #80
Image
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut