COOP/Patrimoine Agricole le HOLDingUP du siécle

Ouvert par Miloux11, 12 août 2016

Mer 19 Déc 2018 20:07 #61
Mélange des genres sans complexes sur les conflits d’intérêts, dans le Languedoc Roussillon Vinadeis n'est pas seulement le premier collecteur/vinificateur de vin mais aussi de loin le premier négociant de vrac.

InVivo Wine en 2015 á racheté, la société de négoce de vin en vrac Vignobles du soleil International, basée dans le Gard, qui vendait 410 000 hectolitres (pour 35 millions d’euros de CA). En y ajoutant les 420 000 hectolitres de vrac de ses coopératives commercialisé par Vinadeis, (InVivo Wine) se positionne comme le « premier metteur en marché français dans le négoce de vin en vrac ».
C'est donc bien Vinadeis qui établis par ses propres transfers internes entre ses Coop et son Distributeur ‘’maison’’ Baarsma en Hollande via son négoce ''maison'' aussi, le pseudo ''prix marché'' qui l'arrange enregistré á la DRAAF et qui sert de base de calcul pour les rémunérations des apports aux coopératives.

Quand une Coopérative comme celle lá, non assujettie á l'IS , utilise au Benelux les outils financiers ''d'évasion-optimisation fiscale'' les plus pointus ( LBO du Distributeur Baarsma et délocalisation de ses marques) ce n'est pas pour échapper á l’impôt sur les sociétés et dé-fiscaliser .... c'est pour rogner les rémunérations des coopérateurs en dé-localisant la valeur ajoutée vers sa holding en Hollande.

Les viticulteurs ne sont á aucun moment en position de négocier leur production, á 0,50 euro/ bouteille le compte d'exploitation des coopérateurs en France est siphonné pour alimenter la capitalisation á crédit de Baarsma par ''effet de levier''.
Et ce capital alors ''non distribuable'' aux porteurs de parts de coop, va être investit dans l'achat de Domaines haut de gamme et leurs nouvelles marques pour continuer á alimenter la pompe de la croissance mirifique de ce joyaux de la filière.
Sam 22 Déc 2018 12:09 #62
Le ''débat'' que Coop de France avait organisé pour mieux l'étouffer semble s'envenimer
https://www.usinenouvelle.com/article/au-congres-coop-de-france-la-gouvernance-des-cooperatives-fait-debat-apres-la-crise-chez-tereos.N784259
La goutte qui fait déborder le vase ?
Dans les allées du Palais des congrès, il y a fort à parier que la crise interne que vit actuellement Tereos sera sur toutes les lèvres. Depuis le mois de juillet, certains membres de la coopérative betteravière critiquent ouvertement la stratégie d’internationalisation et de diversification du groupe. Des commentaires qui se sont soldés par l’exclusion de trois membres. "C’est du jamais vu en France" s’étonne Xavier Hollandts, professeur à la Kedge Business et spécialiste de la gouvernance des coopératives agricoles. "C’est totalement en contradiction avec les valeurs même de la coopérative", rajoute le spécialiste. ...Mais si le sujet déchaîne tant les passions du monde rural, c’est que "la crise Tereos pourrait être annonciatrice de tensions dans les autres coopératives agricoles",.

"A l'heure actuelle, il n'y a aucun organe pour réguler les coopératives agricoles", regrette Xavier Hollandts rappelant que la seule instance aujourd'hui en place, le Haut Conseil de la Coopération Agricole, n'a pas de pouvoirs de sanction. "Quand on connaît le poids de certaines coopératives sur le monde rural dans certaines régions, il est important que leur gouvernance soit encadrée", rajoute le spécialiste.
Dim 23 Déc 2018 14:27 #63
A 450 000 mains levées quand on veut on peut , ce n'est pas très compliqué et porteur d'immenses conséquences pour retrouver la dignité de nos métiers métiers dans l'agriculture.

Trois propositions pour réformer la gouvernance des coopératives agricoles
https://www.sudouest.fr/2018/11/14/trois-propositions-pour-reformer-la-gouvernance-des-cooperatives-agricoles-5565591-10275.php
- Pacte d’orientation coopérateurs en AG : Missions, Territoires, Rentabilité, Croissance, Dividendes
- Comités spécialisés dans les C.A: Rémunérations/nominations, Audit, Filiales, Social
- Controle/Implication dans la gouvernance des filiales et holding
Lun 24 Déc 2018 10:37 #64
Un petit cadeau de Noel pour les sangsues du système financiarisée des coopératives.
Comment optimiser les éconocroques évadées au Luxembourg, en se préparant une retraite dorée.
FAUT-IL OUVRIR UN CONTRAT D’ASSURANCE-VIE AU LUXEMBOURG AVANT DE S’EXPATRIER POUR LA RETRAITE ET Y PLACER SON ÉPARGNE ?
https://www.bienprevoir.fr/actualite-financiere/portugal-thailande-maroc-luxembourg-retraites-expatriees-est-il-reellement-attractif-de-sexpatrier-pour-la-retraite/?utm_source=Lexpress&utm_medium=Discovery&utm_campaign=201811_retraitesexpat_lexp

Une bonne retraite carambouille ca se prépare á l'avance par des voyages d'études et vacances de reconnaissance, dis moi ou ton Conseil d'Administration prend les siennes je te dirait qui il est.
Jeu 3 Jan 2019 11:28 #65
Avec les Voeux de Nouvelle Année , les bilans et résolutions, bientôt les A.G alors pour ceux qui préféraient comprendre avant de lever la main pour approuver l'évasion de leur rémunération au Benelux , petite piqûre de rappel des épisodes précédents:
HOLDING le réservoir á pactole financier
https://www.paradisfiscaux20.com/optimisation-fiscale-creation-societe-holding.htm
LBO la pompe financiére ( Rachat de Filiale par Effets de Leviers)
http://www.cession-entreprise.com/conseils/l-acquisition-de-parts-sociales-via-une-holding-la-pratique-du-lbo-9.html
Prix de TRANSFER, Le tuyau, instrument financier d'évasion fiscale mais qui marchent aussi parfaitement pour l'évaporation des acomptes/récoltes
https://www.paradisfiscaux20.com/optimisation-fiscale-prix-de-transfert.htm
Le MARCHÉ selon la DRAAF, alibi fumeux du ''marché''qui se contente d'enregistrer des prix de transfer AD-HOC
http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/Marche-vrac-des-vins-de-la-region

Si ta coopérative avec ou sans holding te paye au prix de la DRAAF c'est que ton vrac est siphonné quand méme par le négoce incestueux logé dans ce système usine á gaz, et c'est toi qui finance aussi les acquisitions des chateaux de http://baarsmawines.com/ et autres https://www.lucpirlet.com/fr/ dont tu ne verras jamais la couleur.
Il y a des chances pour que les commissaires aux comptes, le DAF et le Président du CA aient un petit peut de mal á expliquer ca simplement, clairement en AG.
Question á poser en AG , en quoi ce ''machin'' outil de la grande délinquance financière, est-il devenu indispensable á l'économie solidaire coopérative?
Jeu 3 Jan 2019 13:31 #66
Pour comprendre le LBO :eusa_doh

Ven 4 Jan 2019 22:39 #67
tacyst a écrit:
Pour comprendre le LBO :eusa_doh ]

Belle illustration de la financiarisation débridée, mais plus simplement en résumé ca consiste surtout á organiser l'évasion et planquer des revenus hors de portée de ceux qui pourraient de plein droit en demander des comptes.

Ca coûte très très cher en commissions, intérêts, dessous de tables divers qui engraissent les sangsues pour ne pas payer ses impôts á la collectivité ou distribuer équitablement aux producteurs les revenus qui leurs sont dus.
Sam 12 Jan 2019 14:30 #68
Pendant que les Coopératchiks font de l'évasion de valeur ajouté pour ne pas payer les adhérents, les opérateurs privés ne sont pas en reste pour frauder le fisc en utilisant les mémé instruments financiers hébergés dans les mémes paradis fiscaux. Il y a comme un air de consanguinité dans la caste des gestionnaires financiers qui pompent la substance vitale de l'agriculture par tous les bouts.
Lactalis : la Confédération paysanne transmet des éléments au Parquet national financier
https://www.confederationpaysanne.fr/rp_article.php?id=8304
Le 22 février dernier, la Confédération paysanne manifestait devant le tribunal de Laval pour réclamer la publication des comptes de Lactalis et l'ouverture d'une enquête judiciaire sur les filiales du groupe, suite aux révélations de la presse sur sa filiale luxembourgeoise Nethuns. Face à l'inaction des pouvoirs publics, la Confédération paysanne a poursuivi un travail d'enquête qui a mis à jour un système d'évasion fiscale dont nous transmettons les éléments ce jour au Parquet national financier (PNF). Nous allons également mobiliser tous les moyens légaux pour exiger la publication des comptes de BSA France, la structure centrale du groupe Lactalis.

Lactalis s'appuie sur le mode de facturation à posteriori des livraisons de lait, imposé aux éleveurs-euses, et le délai de paiement correspondant pour créer des dettes et des créances fictives. Selon les éléments en notre possession, Lactalis a mis en place un système de refacturation intra-groupe particulièrement complexe ainsi qu'un système d'achat fictif d'actions.

Ainsi les 2/3 de la dette de BSA International, qui détient la filiale luxembourgeoise, sont composés de facturation intra-groupe. Entre 2015 et 2016, les capitaux propres de Nethuns ont été multipliés par 2225, passant de 993 893 euros à 2 milliards 225 millions 410 mille 839 euros, et ce en plein crise du lait ! Si on ramène ces profits à l'ensemble de la collecte laitière de Lactalis dans le monde, cela aurait permis un supplément de 12 centimes d'euro le litre durant la crise laitière, sur tous les litres de lait collectés par Lactalis.

Ce siphonnage de la valeur créée par les producteurs et productrices, par un jeu de créances de dettes fictives et d'achat d'actions, nous interroge aussi quant à sa sincérité au regard des règles fiscales, autant de sujets qui relèvent directement
des compétences du PNF.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut