COOP/Patrimoine Agricole le HOLDingUP du siécle

Ouvert par Miloux11, 12 août 2016

Ven 14 Fév 2020 22:24 #121
A TRAVERS LES NOUVELLES ATTRIBUTIONS DU HCCA, CA COMMENCE A BOUGER SOUS LA CONTRAINTE
Ce que Dominique Chargé et Coop de France a essayé á tout prix de bloquer dans les ordonnances ... á suivre

https://www.hcca.coop/Documents%20partages/Rapport%20Activit%C3%A9%20HCCA%202019.pdf?Mobile=1
Dans son discours de clôture des EGAAlim , le Président de la République a citét la coopération agricole et le HCCA.
Il a notamment évoqué la rénovation de la gouvernance du Haut Conseil de la coopération agricole (HCCA)
et a invité les coopératives à faire preuve de plus de transparence dans la redistribution de leurs gains aux producteurs.

Nouveaux modèles de statuts des coopératives agricoles
Les nouveaux modèles prévoiront notamment l’introduction de la raison d’être et de la notion d’entreprise à mission, la définition d’une date d’échéance unique, plus d’information à l’associé coopérateur, un départ en
cours d’engagement facilité en cas de changement de production, un remboursement du capital social facilité,
une présentation argumentée de la répartition des résultats et la mise à jour des articles des dispositions concernant la Révision et le contrôle du HCCA.

Révision coopérative ( Garante du modéle cooperatif )
Pour mémoire, la Révision se définit comme un contrôle destiné à vérifier la conformité de l’organisation et du
fonctionnement des coopératives agricoles aux principes et aux règles de la coopération et à l’intérêt des adhérents.

Un guide sur les bonnes pratiques de gouvernance
Le HCCA a pour mission d’élaborer un guide sur les bonnes pratiques de gouvernance des sociétés coopératives
agricoles et de leurs unions, dont les chapitres obligatoires sont, conformément à l’article R528-15 du code rural et de la pêche maritime : le fonctionnement des organes chargés de l’administration de la coopérative ; le fonctionnement des comités spécialisés ; les conditions d’exercice de la mission des administrateurs, notamment leur indemnisation et les formations recommandées ; l’organisation de l’assemblée générale ; l’animation territoriale et la participation des adhérents à la vie de la coopérative, et plus particulièrement dans les coopératives à sections ; le renouvellement des générations et la représentation des femmes au sein des organes chargés de l’administration.


Mais pour que les coopératives agricoles reviennent aux agriculteurs, que la valeurs exfiltrée dans les holdings revienne chez les adhérents, que les rémunérations soient sous contrôle des adhérents patrons il faut impérativement suivre ces mesures indispensables mais pas suffisantes. Dans les Assemblées Générales comme au quotidien et ne plus rien lâcher sur les conseils d'administrations, exiger les infos obligatoires et la transparence imposée par la loi, faire jouer les recours de grès ou de force.
Mer 19 Fév 2020 10:10 #122
Sachant que se sont les adhérents coopérateurs qui financent la croissance externe des groupes coopératifs.
Par ailleurs que ces groupes coopératifs échafaudent des montages complexes de financement de type LBO, notamment par l'intervention de leur propre filiales financières, qu'elles agissent comme intermédiaires entre les sociétaires adhérents et des établissement financiers et de conseils particulièrement en l'occurence sur des outils d'optimisation fiscale qu'on retrouve dans les fonds de placement spéculatif.
Il existe des lois imposant une obligation d'information et de vérification pour les intermédiaires financiers qui doivent s'assurer de la réelle compréhension des implications et risques pris par l'investisseur qui s'engage dans un ou des produits financiers á forte complexité.
https://blog.osezvosdroits.com/les-obligations-du-banquier/
L'obligation de loyauté
Elle va de pair avec l’obligation d’information. Travailler en transparence, c’est apporter toutes les informations indispensables et nécessaires, à l’entendement du client. Les juges ont tout bonnement imposé l’obligation d’information aux banquiers. Le législateur rejoint les juges sur ce point. La loi fixe donc l’obligation d’information du banquier, pour diverses opérations bancaires. Pour ce qui est notamment, des conditions générales de banque, à l’ouverture des comptes, des conditions générales tarifaires applicables, des opérations relatives à la gestion d’un compte de dépôt, ainsi que l’obligation générale d’information précontractuelle, au profit des consommateurs (articles R312-1 et L312-1-1 du code monétaire et financier).


Dans le cas des financements des fusion/acquisition des coopératives, les droits des sociétaires adhérents qui sont les véritables investisseurs payeurs et qui assument le risque, ces droits sont complètement bafoués si on en juge par le niveau d'information qui sont totalement absentes dans les faits.
Les coopérateurs agriculteurs seraient-ils des citoyens sans droits ?
Jeu 20 Fév 2020 15:41 #123
Les producteurs agricoles sont saignés á blanc pour offrir á crédit á INVIVO la croissance externe de la mondialisation ... et Thierry Blandiniéres aprés leur avoir expliqué que l'alimentation animale était le pilier de la croissance nous vend tout ca .
Tiens petite question á 1,535 milliard d’euros en numéraire, ou sont passé les fruits de cette vente mirifique et qui sont les actionnaires masqués invités au festin ?
Réponse : chez la nouvelle danseuse de T.Blandiniére, VINADEIS qui a l'avantage de faire des marges bien plus alléchantes. Avec la création du nouveau pilier vin ont rapidement suivi les LBO sur Baarsma Wine Hollande et Cordier -Mestrezat Bordeaux
Image
https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/07/03/big-bang-au-sein-de-la-cooperative-agricole-invivo_5325039_3234.html
InVivo, plus grande coopérative française, a annoncé être entré en négociation exclusive avec le géant du négoce américain Archer Daniels Midland (ADM) pour la cession de Neovia, sa filiale de nutrition animale. En signant cette vente, il abandonne un des quatre piliers de son activité et près d’un tiers de son chiffre d’affaires.

Pourtant, Thierry Blandinières en avait fait un de ses axes de développement stratégiques depuis son arrivée à la tête d’InVivo, en tant que directeur général, en 2013. Neovia a multiplié les acquisitions à l’international et s’est renforcé sur les marchés de l’aquaculture et de la nourriture pour chiens et chats. Résultat, la filiale, dont le siège est à Saint-Nolff (Morbihan), pesait 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2017 et emploie 8 200 salariés.


Le capitaine Thierry á juste oublié d'inviter quelques un des 300 000 coopérateurs patrons de cette belle ''Forme la plus aboutie d'organisation de producteurs'' pour fêter ca au champagne á St Barth sur le INVIVO DREAM YACHT CHARTER amarré entre celui de Jeff Besos et de Zuckerberg. Ben oui, quand on est patron d'une multinationale comme les autres faut se fondre dans la masse quand méme.
Dans les campagnes française on attend la distribution des American-Express sur le compte aux îles Caiman mais ca ne saurait tarder, le club sandwich-hollandais étant très fermé et ca fait beaucoup de cartes á imprimer et il nous faudra patienter un peu.
Jeu 20 Fév 2020 16:28 #124
Pour les patrons qui rament dans la cale, le capitaine de la première '' forme la plus aboutie d'organisation de producteurs'' vous explique le principe de base : ''Un pour tous, tous pour MOI''
2015 le plan a 10 ans

2019 Mission impossible, mais possible en famille
Sam 7 Mar 2020 13:38 #125
BILAN DES HOLDing UP de 2019, un grand millésime pour le racket financier organisé de la production des agriculteurs.

Les 10 plus grosses coopératives agricoles trustent maintenant prés de 90% du total des 85Milliards €( 40% de l'agroalimentaire France ), on notera que le chiffre d'affaire ( déclaré en France ) reste cantonné en dessous de 100Md€ la part exfiltrés dans les holdings au benelux et offshore n'étant jamais mentionnée.

Le rouleau compresseur de la financiarisation poursuit sont oeuvre implacable de captation hors du champ des réglementations financières et anti-trust qui ne concerne opportunément pas le secteur coopératif.
Aux commandes de l'ingénierie financiére Coop2France ... pardon maintenant LA COOPERATION AGRICOLE puisque plus rien de l'économie solidaire ne doit subsister en dehors de son système financier mondialisé pour exfiltrer les profits dans le club offshore de quelques coopératchiks .
https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/les-cooperatives-agricoles-francaises-restent-loin-de-leurs-concurrentes-du-nord-de-leurope-1157172
Par Marie-Josée Cougard Publié le 17 déc. 2019
Les coopératives agricoles ont le pied sur l'accélérateur. Après une baisse d'activité en 2017, et une tendance à la déconsolidation l'an dernier, elles ont, au contraire, multiplié les mouvements de concentration en 2019. Le Haut Conseil de la Coopération agricole (HCCA) n'en compte pas moins de 67 en onze mois, dont plus de la moitié (36) avec des entreprises privées.


Et si les fusion de coopératives en groupe mondialisé ne suffisait pas, on fusionne les les organisations de coopérative pour mieux :réaffirmer la force du modèle ... et entendent ainsi peser davantage au sein de leur environnement professionnel et institutionnel. ...développer sa visibilité d’acteur coopératif engagé dans un commerce équitable et durable


https://www.lacooperationagricole.coop/fr/coop-de-france-et-la-confederation-des-cooperatives-vinicoles-de-france-ccvf-annoncent-leur-fusion-0
Coop de France et la Confédération des Coopératives Vinicoles de France (CCVF) annoncent leur fusion
La CCVF, qui prolonge l’action de 13 fédérations régionales et départementales, va ainsi devenir la section « Coop de France Vignerons-Coopérateurs ». Elle conservera son autonomie, renforcera sa représentation au sein des instances de Coop de France et développera sa visibilité d’acteur coopératif engagé dans un commerce équitable et durable du vin.

De son côté, Coop de France poursuit le mouvement d’unification de la famille coopérative opéré l’année dernière avec l’accueil des Métiers du lait, assurant la consolidation de son réseau dans toutes les filières agricoles et agroalimentaires, et sur l’ensemble des territoires.
Mar 10 Mar 2020 14:11 #126
CCVF ....Le modèle coopératif vinicole défend sa spécificité
https://www.reussir.fr/vigne/le-modele-cooperatif-vinicole-defend-sa-specificite
« De par leurs statuts et leurs actions, les coopératives constituent depuis longtemps l’une des formes les plus abouties d’entreprises à mission élargie »,
Un vieux modèle adapté...
(La) ... réaffirmation de la singularité du modèle (coopératchik) correspond au plus optimiste des quatre scénarios élaborés par l’étude "Prospective coopération vinicole française à l’horizon 2035". Ce rapport, réalisé par FranceAgriMer (sous la présidence du Secrétaire National de la FNSEA J. Despey) en 2017/2018 à la demande de la Confédération des coopératives vinicoles de France (CCVF), imagine le scénario d'une "coopération rayonnante s’affirmant au plan mondial comme porteuse d’un modèle économique et social de force égale au système capitaliste ». La coopérative y est aussi une « instance de régulation quantitative et qualitative de la production ». Des réseaux collaboratifs multiterritoriaux entre des coopératives se nouent comme une alternative à la concentration. :interr

Un environnement réglementaire incertain
Mais ce scénario idéal peut-il advenir ? Les coopératchiks s’inquiètent de certains points de la loi Egalim pouvant entamer la spécificité du modèle coopératif. Lors du congrès, Michel Prugue, le président de Coop de France, a mis en garde le gouvernement contre un risque de « détricotage du statut coopératif ». Dans la ligne de mire les ordonnances en préparation sur le prix abusivement bas où le contrat coopératif serait assimilé à un contrat commercial, ou encore la séparation capitalistique de la vente et du conseil sur les produits phytosanitaires.

Également porteuse d’interrogations, celle demandant aux coopératives de renforcer la lisibilité et la transparence des informations contenues dans les documents transmis aux associés. Ce texte pourrait aussi simplifier les conditions de départ d’un associé coopérateur dans le cadre notamment d’un changement de mode de production. Une disposition jugée contradictoire avec le principe de projet collectif. « Il ne faut pas abandonner l’ADN du mouvement coopératif. Les outils sont là, dans les statuts. Ce sont les bonnes pratiques qu’il faut développer. Il faut que les gens s’en saisissent pour que le modèle aille plus loin », plaide Anne Haller. « Le principe d’une bonne gouvernance repose sur la confiance avec une obligation de transparence évidente », estime pour sa part Pierre Philippe, des Vignerons de Buzet.

Des initiatives pour dynamiser la gouvernance
...
« les jeunes arrivants sont repérés et intégrés dans le conseil d’administration. Une formation leur est obligatoirement proposée même s’ils sont libres de l’accepter ou pas », décrit Antoine Müller, le directeur général. Coop de France propose les formations Sénèque ( á l'ESSEC) pour former les nouveaux arrivants au sein de la coopérative au monde de l’entreprise.

on en déduira logiquement que maintenant l''ADN de l'économie sociale et solidaire ca s'attrape á l'ESSEC, les OGM ont du passer par la sans doute pour apprendre á contourner les incertitudes réglementaires de l'environement (sic) et optimiser la création de valeur financière par le contrôle du sourcing.
Ven 13 Mar 2020 13:49 #127
Suite aux ordonnances Egalim les Coops doivent mettre leurs statuts en conformité , notamment informations sur les filiales et holdings du groupe :

Arrêté du 20 février 2020 portant homologation des modèles de statuts des unions de sociétés coopératives agricoles
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041623465
Article 9 Droit à l'information des associés coopérateurs

1° L'associé coopérateur reçoit, lors de son adhésion, une information sur les valeurs et les principes coopératifs, ainsi que sur le fonctionnement de l'union et les modalités de rémunération qu'elle pratique. Outre cette information, l'associé-coopérateur se voit remettre une liste des dirigeants, ainsi que des référents qu'il peut contacter pour faciliter son intégration.
2° Outre les informations mises à sa disposition dans le cadre des dispositions des articles 35 et 57, tout associé coopérateur a le droit d'obtenir, à toute époque, communication des statuts et du règlement intérieur et des documents suivants concernant les trois derniers exercices clos :

- les comptes annuels, le cas échéant, les comptes consolidés ou combinés, la liste des administrateurs ;
- les rapports aux associés coopérateurs du conseil d'administration et des commissaires aux comptes soumis à l'assemblée ;
- les procès-verbaux d'assemblées générales ordinaires et extraordinaires ;
- la liste des filiales et sociétés localisées en France et à l'étranger contrôlées par l'union, la liste des administrateurs des organes d'administration des dites filiales et sociétés, ainsi que, le cas échéant, les rapports des commissaires aux comptes qui ont été soumis aux assemblées générales de chaque filiale.

La communication de ces documents s'effectue soit par envoi postal à l'adresse indiquée par l'associé coopérateur, soit au siège social ou au lieu de direction administrative de l'union. Le droit pour l'associé coopérateur de prendre connaissance emporte celui de prendre copie à ses frais.
[Cet envoi peut être fait par un moyen électronique sous réserve de l'accord écrit préalable de l'associé coopérateur indiquant son adresse électronique.]
Le conseil d'administration communique aux associés coopérateurs, dans le mois qui suit l'assemblée générale ordinaire, une information sur la rémunération définitive globale des apports incluant les acomptes, les compléments de prix et les ristournes. Cette rémunération peut être présentée par unité de mesure.
Par ailleurs, le conseil d'administration met à disposition de chaque associé coopérateur un document récapitulant son engagement. Ce document est mis à disposition lors de l'adhésion de l'associé coopérateur, ainsi qu'à chacune de ses modifications et, en tout cas, à l'issue de chaque assemblée générale ordinaire selon les modalités déterminées dans le règlement intérieur. Il précise le capital social souscrit, la durée d'engagement, la date d'échéance, les modalités de retrait, les quantités et les caractéristiques des produits à livrer ainsi les modalités de paiement et de détermination du prix de ces derniers telles que prévues par le règlement intérieur.
Jeu 26 Mar 2020 11:44 #128
Oú sont passés les budgets pour acheter les masques ? Les respirateurs? les lits d’hôpitaux ? La recherche ? Les fondamentaux du socle de l'enseignement de nos enfants? Notre outil de production?
Ou est passée la valeur ajoutée des agriculteurs qui ne peuvent plus investir dans leurs fermes ou leurs terres pour maintenir l'autonomie alimentaire et la sécurité de la subsistance de base des Français?
:gene
Le système financiarisé des coops ( la forme financière la plus aboutie d'organisation de la spoliation des producteurs) á la sauce Coop de France, ne paye pas d’impôt, ne rémunère pas le capital de ses adhérents, exfiltre la majeure partie de la valeur dans les paradis fiscaux par ses montages financiers AD HOC pour alimenter les comptes offshores d'une poignée de prédateurs avides et insatiables .

Le résultat est lá et il faudra un jour commencer á rendre des comptes.

Et il n'y a pas que le virus, les masques et les téléphone portable qui viennent de Chine

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/agriculture/isr-rse/les-terres-agricoles-francaises-sont-rachetees-par-des-investisseurs-et-c-est-un-gros-probleme-pour-la-biodiversite-et-les-producteurs-146514.html
L'ACCAPAREMENT DES TERRES AGRICOLES FRANÇAISES PAR DES INVESTISSEURS ÉTRANGERS MET EN DANGER NOTRE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Des terres agricoles françaises sous pavillon chinois. C'est un des symboles de la financiarisation et de l'accaparement des surfaces agricoles dans l'Hexagone. Résultat, les prix flambent et les exploitations sont de plus en plus grosses, mettant en péril notre sécurité alimentaire. Agriculteurs et experts tirent la sonnette d'alarme.
Lun 30 Mar 2020 13:48 #129
L'opportunisme n'a parfois pas de complexes ni de limites, COOP de FRANCE nous prépare depuis des années le grand plan social agriculture ( voir AG de Coop de France 2018 *) financé par le contribuable pour mieux avancer dans son remembrement industrialisé de l'agriculture française en continuant d’alimenter l'exfiltration de la valeur agricole dans le système financier dont elle est le chef d'orchestre.

Donc profitant de la crise, COOP de FRANCE avance sur son projet de plan social pour éliminer les faibles au moment ou la France á besoin de ses agriculteurs pour retrouver un minimum d'autonomie alimentaire et de résilience. :gene

Coop de France Occitanie (M. Ludovic Roux) : (demande au gouvernement dans la cellule de crise COVID19 mise en place pour gérer une situation critique) :
...
- prévoir d’ores et déjà une enveloppe sociale pour aider les plus fragiles à quitter le métier dignement , si possible les agriculteurs en fin de parcours.


*AG Coopde France 2018 voir lá:http://forum.terre-net.fr/topic-267423-80
Sam 3 Oct 2020 19:35 #130
Si il n'est jamais invité au festin des dividendes au Benelux le coopérateur est par contre toujours invité á éponger les pertes en cas de défaillance ... meme 40 ans après son arret d'activité on est allé chercher l’un d’entre eux, qui n’avait plus utilisé les services de la coopérative depuis près de 40 ans et n’était plus convoqué aux assemblées générales mais n'avait pas remplis le formulaire A32xxx alniéa B, :aie et oublié de lire les statuts en détails.
https://demarchesadministratives.fr/actualites/societe-cooperative-agricole-la-qualite-dassocie-ne-se-perd-pas-avec-le-temps
Tant qu’il ne s’est pas retiré de la société, l’associé demeure financièrement responsable du passif en cas de faillite.

Ainsi, la Cour de cassation a tranché. Les arguments formés par l’agriculteur n’ont pas été retenus et celui-ci a été condamné à verser la somme complémentaire de 4 116 euros au titre de sa responsabilité d’associé coopérateur.


Alors joyeux coopérateurs qui étes garants des multinationales de la coopération endettées par Milliards sur les LBO de la croissance mondiale mirobolante réfléchissez á ce qui se passe quand le chateau de cartes vas s'éffondrer. :eusa_wall
Mar 6 Oct 2020 10:58 #131
Miloux11 a écrit:
http://forum.terre-net.fr/topic-271432#p929247L'État profond n'est ni de droite ni de gauche : juste opportuniste en faisant main basse sur la démocratie et au service d'un accaparement insatiable
....
Décodage des raisons de l'endettement massif par le covid-plan de sauvegarde

á 4:00 H.Juvin
''...c'est quelque chose de totalement inouï, en quelque sorte on peu dire que toute doctrine poussée á l'extréme aboutit á son inverse, c'est exactement ce qui est en train de se passer. Le néolibéralisme poussé á l'extréme, aboutit á la socialisation totale de l'économie ''

titian a écrit:
Intéressant le biais "soviétisation".
Finalement je pense que ça fait un moment que l'on a tout identifier avec un petit exemple sous le nez.
Les coopératives : Dépossession démocratique par la complexification aidé par une suradministration omnipotente, privatisation de la plus value.
:pouce
Le systéme de racket financier des COOP-multinationale est l'archétype ultime de cet éta-profond, et COOP2France
c'est le politburo d'un système néolibéral poussée á son extrême qui aboutit á l'asservissement total collectiviste des producteurs agriculteurs qui l'on créé.
https://www.reussir.fr/grandes-cultures/assemblee-generale-de-la-cgb-les-cooperatives-betteravieres-sur-le-gril
... l’obstruction des représentants des coopératives dans le processus de reconnaissance officielle des organisations de producteurs (OP). « Nous avons souhaité créer des OP pour discuter avec Saint Louis Sucre, et ce que les planteurs reprochent aux coops, c’est de s’être opposées à leur mise en place.. », a rappelé Franck Sanders, « Les coops sont les organisations de producteurs les plus abouties par nature, a répondu Dominique Chargé, président de la Coopération agricole (nouveau nom de Coop de France). Il n’y a pas de sujet à recréer un État dans l’État, et ce serait dangereux. » On comprendra ... «...Il n’y a pas de sujet à recréer un État dans l’État-Profond, et ce serait dangereux. »

''Pas de sujet'' , circulez y a rien á voir, la représentation et la défense des producteurs le ''controle du sourcing'' s'en occupe lui méme.

https://www.agriculture-strategies.eu/2019/05/2641/
Mar 6 Oct 2020 13:23 #132
Milou nous ( les producteurs de lait ) avons déjà eu cette réponse il y a 10 ans, du même sbire sorti de HEC.
En prime la captation des droits à produire ( quand est il des betteraviers ??? ), ils le voulaient aussi mais n'ont pas étaient jusqu'à attaqué tout à fait le droit à ne pas produire.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut