COOP/Patrimoine Agricole le HOLDingUP du siécle

Ouvert par Miloux11, 12 août 2016

Ven 12 Aoû 2016 11:40 #1
Tout sur ce que le Conseil d'Administration et les Commissaires aux Comptes de votre COOP ont négligemment oublié de vous signaler depuis des années en A.G avant le vote expéditif á mains levées.
Ven 12 Aoû 2016 11:56 #2
En préambule, pour ceux qui se demandent comme moi, qui sont les heureux possesseurs de la richesse coopérative? Quand on remet les compteurs á zéro que ce passe t il en théorie pour une COOP?

Liquidation d'une société coopérative

La liquidation est l’ensemble des opérations qui permettent de réaliser les éléments d’actif et d’acquitter le passif social. Elle est effectuée au nom de la société dont la personnalité morale survit pour les besoins de la liquidation.

Ainsi, en cas de dissolution anticipée, de même qu’à l’expiration de la durée contractuelle de la société, l’assemblée générale règle le mode de liquidation. Elle nomme un ou plusieurs liquidateurs qui peuvent être choisis parmi les administrateurs ou les membres du directoire ou du conseil de surveillance.

Dans le cas où la liquidation des sociétés fait apparaître des pertes excédant le montant du capital social, ces pertes sont, tant à l’égard des créanciers qu’à l’égard des associés coopérateurs eux-mêmes, réparties entre les associés coopérateurs proportionnellement au nombre de parts de capital appartenant à chacun d’eux ou qu’ils auraient dû souscrire.
L’associé coopérateur n’est toutefois soumis qu’à la seule obligation de libérer le solde des parts qu’il a souscrites ou aurait dû souscrire et de verser en complément une somme égale au plus au montant de ces parts.


Dans le cas où la liquidation des sociétés fait apparaître un solde excédants le montant du capital social
( cas de figure normal pour toute entreprise qui n'est pas en faillite)

En cas de dissolution d’une société coopérative, l’excédent de l’actif net sur le capital social est dévolu soit :
– à d’autres coopératives,
– à des œuvres d’intérêt général agricole
.

Cette dévolution est déclarée au près du Haut Conseil de la coopération agricole.


En cas de solde positif ( ce qui doit être la règle plutôt que l'exception) la distribution aux coopérants porteurs des parts est aussi plafonnée á 2x la valeur de la part. Ce qui a pour conséquence que l'excédent de l'actif net / capital social ne peut être distribué que pour une toute petite partie. Les coopérateurs sont donc déposédés de ce qu'ils ont créé et financé en trimant leur vie durant. Conclusion tes parts de coops ne valent quasiment rien pour toi mais sont très profitables pour continuer á gonfler le cash flow des coop ou ''oeuvres d'intérêt général''. Oeuvres qui á n'en pas douter.... se préoccupent au plus juste de la situation des agriculteurs en grandes difficultés et á la retraite.

La réponse á ''qui est l'heureux possesseur de la richesse des COOPs" est donc :
Le Haut Conseil de la coopération agricole, ses oeuvres sociales ... ou la nébuleuse impersonnelle tentaculaire et mondialisée DES COOPS en globalité, mais de personne en particulier. Ce qui est sur, c'est que ce n'est pas le coopérateur.
Des oeuvres sociales et leur actions généreuses auprès des agriculteurs vous en connaissez beaucoup vous ?
Ven 12 Aoû 2016 12:32 #3
Tout va très bien nous disent les Commissaires aux Comptes, les résultats sont toujours bons il faut réinvestir pour être encore plus performant avec les financements aidées á l'agriculture il ne faut pas s'en priver, on augmente les réserves légales qui deviennent énormes puisque on a des faveurs fiscales pour les agriculteurs en coop, comme on a des moyens on prend le contrôle de filiales á l'étranger pour mondialiser se développer encore, générer de la marge, de l'autofinancement et faire fructifier le fond de commerce.
Bon il faut quand même cotiser pour les retraites honorables des salariés, prévoir leur capital de départ, les mutuelles et avantages sociaux en vigueur, voire même les intéressements bien mérités sur le résultat. Tout ca va de soit quand on est riche et prospère comme une coop. ( et non, non, pas pour les coopérateurs qui apportent leur prod et le capital mais seulement pour les salariés qui eux ne risquent rien dans leur fauteuil de Direction)
Evidemment compte tenu de la mondialisation et en bon gestionnaire il est bien entendu qu'on ne peut pas rémunérer les apports de matières premières des coopérateurs en dehors du cour mondialisé aligné sur le Bengladesh sans mettre cette belle mécanique en danger ou fâcher les centrales d'achats de la Grande Distribution.
Belle mécanique vertueuse et économe qui met en réserve ou réinvestit dans l'outil de production toute la valeur produite par les fourmis coopérantes en leur serrant la ceinture au quotidien puisque on est pas des cigales quand même; depuis des générations c'est bien comme ca que fonctionnent les lignées de paysans.
Ven 12 Aoû 2016 12:46 #4
Heureusement que la Coopérative a été crée par nos pères qui ont fusionné leurs outils de production + fond de commerce pour les mettre en commun plus fort, plus grand, plus influent sur notre destin. Patrimoine qu''ils nous ont transmis en toute quiétude pour un bel avenir solidaire .
Ven 12 Aoû 2016 13:14 #5
De la théorie ? Tiens avec l'aide de quelques statistiques que nos syndicats gardent certainement sous le coude on pourrait faire un petit calcul théorique ...
Si tu fais l'estimation financières de l'actif aux bilans de la totalité des COOP-Agricoles de Frances et leurs filiales et que tu divises par le nombre d'agriculteurs ca fait combien de'' capital mis en reserve'' par tête?
Comparé juste pour le fun avec le fond de réserve des maigres retraites des agriculteurs, ca donne quoi?

:eusa_think ... les 800 000 000 Francs ( 130 Millions d'Euros quand méme ) crois tu que ce sont les coopérateurs d'AGRICHER qui s'en sont bien gavés ?
https://www.lesechos.fr/15/05/1996/LesEchos/17148-081-ECH_agri-cher-mis-en-redressement-judiciaire.htm
Ven 12 Aoû 2016 19:55 #6
Avez-vous bien suivi les assemblées annuelles ?
Qu'un OS achète , cette année , du blé étranger est logique :
- il faut honorer les contrats de blé meunier en cours -( en principe un OS a vendu avant récolte 40 % d'une récolte normale aux normes ) ----la qualité récoltée ne le permet pas , donc en mélangeant finement du blé étranger à 82 de PS ( voir + ) on pourra respecter ses engagements et éviter de lourdes pénalités
Sam 13 Aoû 2016 08:47 #7
Le rapport entre les fonds de reserve et les retraites.

Le système coopératif qui aligne la rémunération des apports sur le ''prix marché'' au lieu de les rémunérer au maximum de la valeur ajoutée, équivaut á transférer de fait la valeur produite par les agriculteurs vers les reserves et capital de la coop ( valeur qui devient ainsi non distribuable)
Toute la valeur ajouté de la production se trouvant engrangée dans la coop, c'est tout simplement une spoliation des coopérateurs et une déviance scandaleuse du système.
De plus puisque la rentabilité de la production agricole se retrouve de fait au taqué, la conséquence directe est que la valeur du foncier donc les terres de coopérateur se trouve tirée vers le bas pour achever de le dépouiller de son capital foncier.
Essayer donc pour financer votre retraite de vendre vos parts de coop et votre terre , ca ne vaut plus que des clopinettes.
La coop n'hésitera même pas á vous demander des pénalités si vous sortez avant votre échéance d'engagement.
En résumé ce système coopératif déviant, en quelques dizaines d'années a complétement siphonné le patrimoine foncier des agriculteurs sans aucune contrepartie.
Je ne sais pas ce que vous en penser mais il ya peut être mieux á faire pour les mendiants de la PAC dépouillés par les coop que se suicider. Il y a urgence d'engager des ''actions collectives'' et de retrouver ou est planqué le magot.
Sam 13 Aoû 2016 09:29 #8
On m'a dit que le salaire du directeur d'une coop située entre l'Alsace et la Lorraine était indexé sur la SAU des coopérateurs :pouce
Sam 13 Aoû 2016 11:41 #9
- M - a écrit:
Que les coop profitent de la camelotte en faisant la "culbute" c'est pas nouveau, les administrateurs sont fautifs...
Par contre concernant la baisse du prix des terres.... où ça ? Essayez d'acheter une ferme, vous verrez que le prix des terres ne diminuent pas quel que soit le prix des productions... il n'y a que les fermages qui peuvent baisser...
Les coop ne siphonnent pas le patrimoine foncier, elles siphonnent le revenu et s'accaparent les marges, ce n'est pas du foncier.


En s'accaparant les marges elle sèchent bien la trésorerie et le résultat des exploitants, et indirectement font fondre leur cash flow et leur capital puisque ils peuvent plus amortir, c'est un jeux de vases communicants.
On pourrait qualifier ca de la technique de l'araignée:
1- Capture dans le filet
2- Liquefaction de la substance
3- Assimilation
4- Recyclage

Sur le prix des terres, faut pas confondre le fait que les agriculteurs moyen n'ont plus les moyens d'acheter et le prix du foncier qui est en France bien en dessous des moyennes Européenne je crois.
Quand tu vois le prix que des groupes financiers chinois sont disposés á payer pour des milliers d'hectares das le Berry, et qui paraissent mirobolants on a peut être perdu toutes les références concrètes de ce que devrait être la valeur du foncier dans une filière non corrompue par ce système délirant avec la PAC en cerise sur le gateau ....
Mar 6 Sep 2016 21:57 #10
http://forum.terre-net.fr/topic-267538#p874862
sylvain 57 a écrit:
....... Où vont les bénéfices réalisés par la plus grosse coop laitière ?

Est-ce que tout est englouti dans une politique expansionniste visant à dépasser l'horizon afin d'atteindre la fameuse taille critique ?
Pourquoi ne pas redistribuer un peu mieux les bénéfices vers les producteurs ?

J'espère que nous arriverons à avoir un début de réponse.


C'est bien la question ou vont donc les bénef ? coop laitière ou autre d'ailleurs
Mer 7 Sep 2016 07:44 #11
- M - a écrit:
Vous mélangez bien des choses, valeurs des terres, revenus, trésorerie... tout ça ne découlent pas des mêmes causes et n'a pas les même conséquences...
Les Chinois ont acheté des fermes en faillite en payant les dettes... C'est en quelque sorte une augmentation "artificielle" du prix de l'ensemble. (car on ne connait pas l'ensemble des éléments du dossier).
Par ailleurs même si ces prix sont élevés pour la région, nos prix fonciers en France sont globalement ridicules par rapport à d'autres pays européens (surtout au Nord de l'Europe) Il est donc logique (mais pas normal) que les européens et extra européens se régalent en venant acheter chez nous.

Les début de la PAC ont probablement fait augmenter le prix des terres, ce n'est plus le cas aujourd'hui vu la valeur ridicule résiduelle!!! (divisé par 2,5 en 25ans...)

.


Pas du tout je ne mélange rien, je rapproche. Si vous ne voyez pas le lien entre la mise au taquet des prix aux producteur (voir de la production á perte) et l'écroulement de la valeur des terre, revenus et trésorerie c'est de l'aveuglement, il n'y a même pas besoin d'un comptable pour analyser ca.
Nos prix fonciers en France sont globalement ridicules, parce que le systéme Francais des coops siphonnent la valeur ( en complicité avec l'agro-industrie et la GD) en voulant se faire plus grosses que le boeuf. Compte tenu que les coops trustent majoritairement le marché, que vous soyez dedans ou pas vous subissez les conséquences comme les autres de leur abus de position dominante.
La mondialisation, le consommateur, la PAC et les discours sur la crise ne sont que de l'enfumage par rapport au problème de fond qu'est le fonctionnement vicié des Coops.
Mer 7 Sep 2016 09:59 #12
Ca n'a rien de contradictoire , le ''a prix d'or'' était bien entre guillemet et pour cause, quand les prix des terres en France sont ridiculement bas comme vous le constatez vous même ( notamment si on les compare aux références européennes) le prix payé par les chinois qui ne sont pas des philanthropes n'a en fait rien d'extraordinaire.
Ce qui est extraordinaire c'est qu'on refuse de voir l'évidence en se laissant bercer par les discours lénifiants de la ''filière'' sur la crise, la mondialisation, et les soit disant ''privilèges fiscaux'' et ''dégrévements'' distribués comme des miettes aux agriculteurs pour la charité.

La valeur d'une terre comme de n'importe quel actif productif, est directement reliée au potentiel de retour sur investissement et donc de la production de valeur que l'acheteur peut exploiter.
Si la valeur d'exploitation est nulle ou négative il ne reste que le résiduel lié au sol valeur refuge inamovible ou sa valeur constructible pour les plus ''chanceux''.
Que la PAC et les aides charitables avec leurs usines a gaz administratives viennent polluer votre compréhension ne change rien de cet élément basique de bon sens qui n'aurait jamais du être perdu de vue.
Mer 7 Sep 2016 11:28 #13
- M - a écrit:
Les coop ne siphonnent pas le patrimoine foncier, elles siphonnent le revenu et s'accaparent les marges, ce n'est pas du foncier.


Un petit élément pour mettre de la nuance dans la première partie, mais +1 pour le reste.

http://www.agrapresse.fr/les-coop-rativ ... 711-3.html
Mer 7 Sep 2016 11:57 #14
Nuance Titian qui démontre s'il le fallait, qu' on arrive bien au bout de cette logique. Les COOPs n'ont pas légalement le droit de récupérer le foncier mais c'est ce quelles demandent quand même maintenant sous couvert '' d'aider á l'accession des JA''.
Avec les immenses réserves constitués par le labeur des coopérateurs et dont elles ne savent plus que faire, elles vont donc racheter sous forme de GFA leur foncier plus ou moins directement á vil prix pour les ''donner en fermage'' á de jeunes esclaves JA qui vont continuer á alimenter la filière en matière première quasi gratuite.
Complétement subordonnés, au mieux ils vont finir á terme avec un petit salaire d'ouvrier agricole que les GFA-COOP finirons par leur allouer quand le citron aura rendu sa dernière goute de jus.

C'EST UN COMBLE !!! UN COMMUNISME DE COOPERATCHIK PUR ET DUR , UN SCANDALE ET UN DESASTRE ANNONCE.
Mer 7 Sep 2016 12:09 #15
@Miloux11
Merci de penser à moi :byec :sill
Mais là je n'y suis pour rien, il faut t'adresser à TITIAN :eusa_whistle
Par contre chez moi, les clips prennent les DAUB des éleveurs pour être sur de revoir leur pognon.
Et il me semble qu'un rapport parlementaire c'est étonné de la très bonne santé financière des coops alors que les agris en bavent :dubitatif
Mer 7 Sep 2016 13:01 #16
Si je comprends bien on va sauver des esclaves en leur piquant leur foncier. Quid de la prochaine crise ? Leur maison ? Ou le patrimoine de leur caution ? Tout ça pour finir avec une retraite de misère. C est ça l avenir ? Très peu pour moi
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Mer 7 Sep 2016 13:26 #17
au vu de ce que j'ai entendu en off de la réunion coop d'hier , les jeunes y sont préparés , ça ne les choquent pas , bien au contraire " le coût du foncier est un gros frein a l'installation , la solution est dans les investisseurs extérieurs " j'ai eu beau leur dire qu'ils payeraient un fermage a la place d'un remboursement de prêt pour finir propriétaire de rien , rien de grave , c'est l’économie moderne , il faut vivre avec son temps :byet
Mer 7 Sep 2016 13:54 #18
padel50 a écrit:
au vu de ce que j'ai entendu en off de la réunion coop d'hier , les jeunes y sont préparés , ça ne les choquent pas , bien au contraire " le coût du foncier est un gros frein a l'installation , la solution est dans les investisseurs extérieurs " j'ai eu beau leur dire qu'ils payeraient un fermage a la place d'un remboursement de prêt pour finir propriétaire de rien , rien de grave , c'est l’économie moderne , il faut vivre avec son temps :byet

Expliqué par les cooperachik, qui ne font que répercuter les directives des assises des Coop de France ca semble même généreux et solidaire. Ce qu'on ne leur dit pas c'est que c'est eux qui vont prendre les aléas des récoltes, les emprunts pour moderniser, augmenter les rendements avec des charges qui augmentes pour des prix toujours plus serrés pour faire plaisir á la filière. Jusqu'á ce qu'il n'y ai plus rien á sucer. On ne change pas un système qui a fait ses preuves et engraissé aussi bien ceux qui le perpétuent.
Mer 7 Sep 2016 14:16 #19
si tu savais a quel point je suis sortit ecoeuré de cette réunion :facepalm , il faut dire que les jeunes coopérateurs sont bien pris en charge par ma coop : un plan jeunes leur offres des avantages financiers ( sur les achats a la coop ) moyennant une adhésion a un groupe de formation coop , et un plan de gestion économique contrôlé par la coop :facepalm
Mer 7 Sep 2016 14:22 #20
Communiqué des coop de France á l'occasion de la prise de fonction de son nouveau président.
La France compte 2.700 coopératives agricoles, qui représentent en tout 40 % de l'agroalimentaire français, dont 15 grands groupes, 152 entreprises de taille intermédiaire (ETI) et une majorité de PME/TPE. Elles emploient plus de 165.000 salariés.

Les coopératives agricoles, ont réalisé 85,1 milliards de chiffre d'affaires global contre 84,8 milliards en 2014.

Coop de France a également dévoilé son projet stratégique pour les cinq prochaines années, mettant en avant la recherche de la compétitivité et de la création de valeur. La fédération veut également consolider son pôle agroalimentaire
.


Dans la ''STRATEGIE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE DES ENTREPRISES COOPERATIVE'' pour 2020
la juste rémunération, les retraites, le patrimoine et le bien-étre des coopérants accessoirement agriculteurs est un non-sujet.
http://www.terre-net.fr/ulf/TNM_Biblio/fiche_115526/CDF_-_Plan_strategique_2020.pdf
Au nom des belles valeurs de la coopération, et de la propriété collective, l'objectif c'est la ''DEFENSE DE LA COMPETITIVITË DES ENTREPRISES COOP'' la prospérité des coopérateurs on s'en fout comme de sa première AG á la belle époque.

Ca n'est absolument plus de la propriété collective, c'est de l'expropriation collectiviste

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut