Le Vrai Prix Du Lait

Ouvert par gwendal raoul, 07 août 2016

Sam 17 Juin 2017 10:29 #661
rebelle a écrit:
bon j ai du bafouiller le comparatif avec le lait allemand c est dans l actualité du magasin , ce n est pas un commentaire de m"sieur chargé
il y a un tableau récapitulatif du prix sur douze mois de différentes laiteries d europe
super a 42/34

danemark 298,8
pays bas 322,70
belgique milcobel289,8
danone normandie 325,55
grande bretagne 274,6
savencia 310,18
lactalis306,53
eurial302,14
sodiaal301,6
allemagne est274,7
irlandedairygold255
dmk allemagne nord256,1
irlande kerry agribusiness256
glanbia irlande 240,5
:sleep


maintenant que tu es réveillé notes que depuis le début de l'année les prix au producteurs sont supérieurs aux notre en Europe
dans "l'éleveur laitier" tu trouves même (prix de base ramené 38-32) juin 2017 343 € (sans ristourne) soit quelques 30 de plus que Lactalis par exemple
il nous faut ré-amarrer les wagons indus et distributeurs doivent s'y mettre
c'est l'objet des pressions actuelles
Sam 17 Juin 2017 10:36 #662
tacyst a écrit:
Le prix payé par le transformateur à ses producteurs est fonction de ses divers débouchés qui ne sont pas tous dans les GMS.
Je ne suis pas sur que la stratégie actuelle qui consiste à ostraciser la transformation en la faisant passer pour le grand méchant loup de l'histoire et qui voit les GMS jouées sans arrêt la carte de la vertu soit efficace à moyen/long terme.
C'est du court terme qui vise à revaloriser (un peu) le prix du lait mais à long terme on peut s'interroger sur une possible détérioration du tissu de la transformation qui, coincé dans l'étau producteurs/GMS pourrait voir les plus fragiles disparaître, avec pourquoi pas une main mise des GMS dessus et les plus solides se détourner du marché hexagonal devenu trop compliqué.
On pourrait très bien y voir les prémices d'un scénario "à l'anglaise" qui serait préjudiciable pour les producteurs.

Le prix du lait payé aux producteurs doit résulter d'indicateurs clairement établis qui permettront aux O.P et aux coopérateurs d'estimer si oui ou non le transformateur fait le maximum.
Et non d'un volume conséquents d'indicateurs variés qui ,aujourd'hui, sont continuellement interprétés pour leur faire dire ce que l'on veut.
Ces indicateurs ne seraient en rien une atteinte à la libre concurrence, toutes les activités économiques en utilisent.

Il appartient aux transformateurs à s'organiser pour faire passer les hausses qu'ils ont besoin auprès des GMS.
Ce travail n'est pas celui des producteurs et il passe sans doute par une nette modification/suppression de la LME.
En tout état de cause c'est leur problème

Les producteurs ne sont pas là pour mettre en difficultés leurs transformateurs, ce n'est pas dans leur intérêt mais juste prendre toute la hausse afin de pouvoir payer leurs créanciers, investir et approvisionner une épargne de précaution; et limiter l'impact de la baisse.
Alors que le transformateur cherche toujours à écrêter la hausse et appuyer la baisse.

En tout état de cause ,aujourd'hui, la stratégie long terme de l'élevage laitier français reste à établir


Et si quelqu'un peut m'expliquer comment des négociateurs peuvent parler d'un "prix à 340€ au quel il ne faut pas oublier de rajouter les ventes de l'atelier lait et la Pac" :itsnot
Le prix du lait ne peut être mélanger à d'autres considérations :itsnot
Je ne vois pas comment on peut partir en négo avec une telle approche :eusa_wall :eusa_wall

tu es vraiment déconcertant, hors le dernier paragraphe je suppose que ce sont les propos de ton ARC
concernant le dernier , tous les autres "produits de l'atelier lait"( viande....PAC ....) étant considérés fixes (ce qui n'est qu' une facilité de présentation) on prend le prix du lait comme moteur des résultats de l'exploitation , sujet ici débattu
Sam 17 Juin 2017 11:53 #663
xavier courboin a écrit:

... depuis le début de l'année les prix au producteurs sont supérieurs aux notre en Europe
dans "l'éleveur laitier" tu trouves même (prix de base ramené 38-32) juin 2017 343 € (sans ristourne) soit quelques 30 de plus que Lactalis par exemple...


Je suis en train de me demander si le prix actuel versus nord de l'Europe, n'est pas finalement aussi indispensable à la simple survie de ces exploitations plus endettées.
Sans remonté du prix et volatilité les financiers auraient aussi certainement commençaient à tousser.
La majorité des Français beaucoup moins endettés, elle, n'a pas besoin autant pour continuer à ramer... :fatigue
Sam 17 Juin 2017 12:55 #664
on le dit !
une réalité tout de même le beurre à plus de 5300 € , la crème a plus de 6000 , la poudre qui passe les 2000...
la question qu'en revient-il au producteur , comme un p'tit effet moteur sur les PGC accompagné et pour un juste retour de la différence (les charges fixes des indus étant déjà couvertes dans les négos-pas de vente à perte) dans notre escarcelle
Sam 17 Juin 2017 13:03 #665
@Tacyst, tu écris:
"Et si quelqu'un peut m'expliquer comment des négociateurs peuvent parler d'un "prix à 340€ au quel il ne faut pas oublier de rajouter les ventes de l'atelier lait et la Pac" :itsnot
Le prix du lait ne peut être mélanger à d'autres considérations :itsnot
Je ne vois pas comment on peut partir en négo avec une telle approche :eusa_wall :eusa_wall"

Et si j'en crois une précédente version de ton post, tu m'attribues "prix à 340€ au quel il ne faut pas oublier de rajouter les ventes de l'atelier lait et la Pac" :itsnot.

Remise en contexte:

En 140 caractères, les propos exacts "Ne pas oublier qu'un atelier lait c aussi des ventes de réformes, de veaux, des aides pac...340 n'est pas assez, mais un cliquet sur la roue"

En réponse à une discussion dont le point de départ est la revendication de la CR d'un prix du lait de 450 eur tout en dénonçant l'avancée, insuffisante certes, des 340 eur:


Image


La CR reprend les données du rapport de l'Observatoire de la formation des Prix et des Marges, dont surtout

Image


Le trait rouge gras représente les recettes laitières + aides PAC (440 eur pour 1000 litres en 2016).
Le trait rouge fin représente les recettes laitières sans aides (352 eur pour 1000 litres en 2016).

Dans cette approche, on exclue justement les produits hors lait de l'atelier lait (veaux et réformes.

On a donc un prix de vente du lait de 352 eur les 1000 litres en 2016 (je ne sais pas comment l'Obs trouve ce montant, pour moi beaucoup trop élevé), donc en prenant un supplément TPC/TQC de 20 eur en moyenne, un prix de base 38/32 de 332 eur, encore une fois beaucoup trop élevé pour moi.

Le graphe donne un coût de production de 364 eur en 2016, et la rémunération permise en moyenne est de 76 eur les 1000 litres qui doivent couvrir le travail de l'exploitant (et la MSA j'imagine), le coût du capital et du foncier en propre.

A présent, admettons que l'on passe à un prix de base de 450 eur, soit 118 eur de plus que dans l'exemple précédent, on a un prix payé TPC/TQC de 470 eur, et des recettes laitières de 558 eur pour mille litres avec une rémunération permise de 76+118 = 194 eur les mille litres.


Soit pour 1 UTH à 250kl, 48 500 eur (ou 4040 eur par mois) de rémunération couvrant travail/capital/foncier en propre

Pour 300 kl, 58200 eur.

Et ce sans compter la vente des réformes et des veaux...


Je ne suis pas contre, du tout, mais le message actuel je crois, et c'est pourquoi je suis allé à 2 manifestations la semaine dernière, c'est l'URGENCE. 340 eur payé par nos coops en juillet, août, septembre, c'est juste pour soigner un peu l'immédiat, replacer le curseur du prix du lait un cran plus haut. Que la CR veuille se projeter dans un avenir presque idéal, pourquoi pas, mais il faut aussi remédier à l'URGENCE.

Et je rappelle qu'on ne négocie pas un prix du lait avec sa coop, par définition. On perçoit un prix, puis le cas échéant une ristourne si bénéfice. Là encore le message était celui de l'exigence vis à vis des clients de la coop, que celle-ci puisse dire à la gms "Nous payons le lait un peu plus équitablement, enclenchez un mécanisme un peu plus vertueux".

Les "négociateurs" auraient peut-être du réclamer juste une avance sur ristourne, le prix de base serait resté à 310 eur. Cela n'aurait rien changé pour les coopérateurs, mais le paysage du prix du lait en France n'aurait pas bougé d'un poil...
Vini, Vidi, Pactoli
Sam 17 Juin 2017 13:11 #666
le prix du lait départ exploitation, doit être fixé par plusieurs indicateurs liés à l'exploitation d'une exploitation !
tels que , le coùt d'une reprise par un jeune , les couts de production ( semences , fertilisation , énergie électrique et carburant , recolte , ect ..et biensur , la REMUNERATION de l'exploitant)

POINT BARRE !!!! :!: :idea:
"La situation économique de notre pays ne nous permet pas de gaspiller le savoir-faire de ses paysans et encore moins de les mépriser en les conduisant vers une impasse économique nourrie par des fantasmes irrationnels. "
Sam 17 Juin 2017 13:23 #667
@Gwendal,
C'est sur que c'est plus explicite qu'en 140 caractères
Et le coaching serait plus intéressant en 36 qu'en 72 qui n'est pour moi qu'un syndicalo-politique en devenir mais pas un coureur de "fond" ceci étant juste mon avis
Vous ne contrez pas non plus la com' Sodiaal à 25 millions qui passe comme une lettre à la poste dans les médias (soit un simple+5€/t)

@Xavier,
La fin de mon propos était destiné à Gwendal comme expliqué précédemment
Je ne vois pas en quoi exigé des indicateurs pour fixer le prix du lait est déconcertant plutôt qu'un système obscur du "doigt mouillé" du temps qu'il fait ; attendu que le prix payé varie peu en fonction du prix des P.I, beurre/poudre ... ce que me semble assez traduire le raclage de fond de tiroir du "B beurre /poudre" vu les cotations actuelles
Et je ne cautionnerai jamais un rapprochement avec les Papin, Bompard, Mel d'aucune sorte sur qui il faut marcher et du pied gauche car ça porte bonheur (d'après J.Chirac). Ces gens qui se sont empressés de sucer le cul à quelques végans pour interdire les oeufs de poules en cage alors que les producteurs venaient à peine de répondre à grand frais aux nouvelles normes U.E en la matière et ceci sans se soucier des conséquences. Ces gens ne mériteront jamais mon respect, ce ne sont que des affairistes stupides qui ne se posent pas au tant de questions sur l'huile de palme ou les conditions de travail dans le sud-est asiatique. Des affairistes qui ont saccagés le commerce et qui saccagent aujourd'hui l'agriculture.
L'ennemi de mon ennemi n'est pas mon ami
Le maintien d'un tissu transformation stable me semble un pré requis et l'attitude des Ermitage, Triballat, Milleret, une preuve d'un travail intelligent "producteurs/transformateur qui devrait irradié la filière
Sam 17 Juin 2017 13:27 #668
Le maintien d'un tissu transformation stable me semble un pré requis et l'attitude des Ermitage, Triballat, Milleret, une preuve d'un travail intelligent "producteurs/transformateur qui devrait irradié la filière
là on est d'accord , par le respect aussi du fournisseur -producteur , ce qui ne me semble pas vraiment ou vraiment pas le cas de ton collecteur actuel , me trompe-je ? :gene
Sam 17 Juin 2017 14:34 #669
Gwendal
Est ce que nos fournisseurs font attention aux marges de leurs clients,je ne pense pas,il suivent leur couts de production .
Alors pour moi le prix devrait etre à 400 e au minimum.
Pour recombler les trous de trésoreris occasionnés par plus de 2 ans de crise.
De donner des perspectives aux jeunes,et de rendre le métier plus attractif
Et pour arriver à 100 e de rémunération des 1000 l ( pour éventuellement aussi l'embauche d'un salarié...)
Sam 17 Juin 2017 16:34 #670
steph 72 a écrit:
Est ce que nos fournisseurs font attention aux marges de leurs clients,je ne pense pas,il suivent leur couts de production .


la difference, c'est qu'eux, contrairement aux agriculteurs, établissent leurs factures.
Sam 17 Juin 2017 16:52 #671
ça on le sait déja
Sam 17 Juin 2017 17:35 #672
gwendal raoul a écrit:

Et si j'en crois une précédente version de ton post, tu m'attribues "prix à 340€ au quel il ne faut pas oublier de rajouter les ventes de l'atelier lait et la Pac" :itsnot.

Remise en contexte:

En 140 caractères, les propos exacts "Ne pas oublier qu'un atelier lait c aussi des ventes de réformes, de veaux, des aides pac...340 n'est pas assez, mais un cliquet sur la roue"

En réponse à une discussion dont le point de départ est la revendication de la CR d'un prix du lait de 450 eur tout en dénonçant l'avancée, insuffisante certes, des 340 eur:


Image


La CR reprend les données du rapport de l'Observatoire de la formation des Prix et des Marges, dont surtout

Image


Le trait rouge gras représente les recettes laitières + aides PAC (440 eur pour 1000 litres en 2016).
Le trait rouge fin représente les recettes laitières sans aides (352 eur pour 1000 litres en 2016).

Dans cette approche, on exclue justement les produits hors lait de l'atelier lait (veaux et réformes.

On a donc un prix de vente du lait de 352 eur les 1000 litres en 2016 (je ne sais pas comment l'Obs trouve ce montant, pour moi beaucoup trop élevé), donc en prenant un supplément TPC/TQC de 20 eur en moyenne, un prix de base 38/32 de 332 eur, encore une fois beaucoup trop élevé pour moi.

Le graphe donne un coût de production de 364 eur en 2016, et la rémunération permise en moyenne est de 76 eur les 1000 litres qui doivent couvrir le travail de l'exploitant (et la MSA j'imagine), le coût du capital et du foncier en propre.

A présent, admettons que l'on passe à un prix de base de 450 eur, soit 118 eur de plus que dans l'exemple précédent, on a un prix payé TPC/TQC de 470 eur, et des recettes laitières de 558 eur pour mille litres avec une rémunération permise de 76+118 = 194 eur les mille litres.


Soit pour 1 UTH à 250kl, 48 500 eur (ou 4040 eur par mois) de rémunération couvrant travail/capital/foncier en propre

Pour 300 kl, 58200 eur.

Et ce sans compter la vente des réformes et des veaux...


Je ne suis pas contre, du tout, mais le message actuel je crois, et c'est pourquoi je suis allé à 2 manifestations la semaine dernière, c'est l'URGENCE. 340 eur payé par nos coops en juillet, août, septembre, c'est juste pour soigner un peu l'immédiat, replacer le curseur du prix du lait un cran plus haut. Que la CR veuille se projeter dans un avenir presque idéal, pourquoi pas, mais il faut aussi remédier à l'URGENCE.

Et je rappelle qu'on ne négocie pas un prix du lait avec sa coop, par définition. On perçoit un prix, puis le cas échéant une ristourne si bénéfice. Là encore le message était celui de l'exigence vis à vis des clients de la coop, que celle-ci puisse dire à la gms "Nous payons le lait un peu plus équitablement, enclenchez un mécanisme un peu plus vertueux".

Les "négociateurs" auraient peut-être du réclamer juste une avance sur ristourne, le prix de base serait resté à 310 eur. Cela n'aurait rien changé pour les coopérateurs, mais le paysage du prix du lait en France n'aurait pas bougé d'un poil...


je crois avoir enlever tout le propos de Tacyst pour commenter le propos de gwendal

je te l'avoue, il manque un adjectif qui change complètement le calcul
ainsi que le slogan de la CR

mais je suppose que l'erreur était volontaire de ta part de façon à avoir un résultat stratosphérique

sans doute est-ce plus facile pour toi de critiquer les 450 que de défendre les 340 euros
dont je le rappelle se traduise pour l'instant à un 320 de base sur l'année couvrant à peine la rémunération de 15 à 20 % des producteurs, pendant que les autres creusent encore des trous

sans doute aussi plus facile d'aller chercher un prix de 340 permis par le marché en contrepartie d'une hausse moins forte après,....mais c'est sans doute une histoire de com à vendre à pas cher.......normal pour être compétitif faut pas être cher

c'est quand le grand pardon, à Sainte Anne d'Auray......je pense qu'il y en a quelques uns prêt à verser quelques sous pour y envoyer la FD du 56
Sam 17 Juin 2017 17:45 #673
C'est quoi l'adjectif manquant dans le slogan CR, que je n'ai pas enlevé d'ailleurs, puisque j'ai repris le diapo tel quel?

Ma ligne est simplement pas d'agression frontale entre prod, du réalisme dans l'immédiat pour se permettre de l'idéalisme d'ici 6 mois...
Vini, Vidi, Pactoli
Sam 17 Juin 2017 20:04 #674
laitier35 a raison,tout ce cinéma pour obtenir 320 e sur l'année ( et encore!)
Et les 340 e vu la sécheresse qui se profile ça sera bien insuffisant.
En porc ,le marché réagit et le prix remonte,en lait le marché s'améliore mais les intermédiaires captent les hausses.
Sam 17 Juin 2017 23:02 #675
xavier courboin a écrit:
Le maintien d'un tissu transformation stable me semble un pré requis et l'attitude des Ermitage, Triballat, Milleret, une preuve d'un travail intelligent "producteurs/transformateur qui devrait irradié la filière
là on est d'accord , par le respect aussi du fournisseur -producteur , ce qui ne me semble pas vraiment ou vraiment pas le cas de ton collecteur actuel , me trompe-je ? :gene


Bon, j'ai promis à Gwendal ;) que je me détendrais :cache
Donc
1)Tu ne réponds pas au mail que Géronimo dit avoir reçu (et je n'ai pas de raison de ne pas le croire :interr ) et qui donne une mauvaise impression de l'ensemble et qui donc est préjudiciable au travail effectué par les syndicats (pour une fois main dans la main)
2) tu ne réponds pas sur les indicateurs de prix (bon d'accord, j'ai peut-être tout faux)
3) tu ne réponds pas sur l'attitude scélérate des GMS vis à vis des producteurs d’œufs de poules en cage
4) Concernant Emmanuel (fort jolie dans son fauteuil en rotin, ah ben non, c'est pas la même :dingue , même si je connais des producteurs à qui IL fait le même effet :eusa_eh )
Dairy et Mimi 49 seraient mieux placés que moi pour te répondre car ils ont déjà vu la bête de plus près.
Mais je ne lui connais pas de propos désobligeant vis à vis des producteurs, ni même idée de sa pensée profonde. Je pense qu'il est plutôt dans une attitude "j'avance et vous me suivez point barre"
Une partie de sa conduite s'explique peut-être (sans s'excuser) par le fait qu'il n'était pas l'héritier désigné (hasard de la vie), :eusa_think
Ce qui est connu (ou dit comme) c'est son aversion pour la Bourse, je ne pense pas que l'on puisse lui en faire grief :dubitatif
Je ne pense pas que le monde soit blanc ou noir, donc on peut lui reconnaître de faire prospérer son outil avec de nombreux investissements (sur notre dos sans doute) et de faire marger (à au moins 1.2 selon tes collègues de manière non officieuse, vu que tout est secret défonce)
Et sur ces derniers points, la Sodiaal pourrait en prendre de la graine, elle qui se vend par bouts aux chinois, le tout en margeant à 0.2 (officiel celui là car vous l'avez calculé)
Ceci n'excuse en rien son attitude mais nuance un peu le propos
Et Il est bien aidé par une posture un peu "souple" des responsables de ses O.P
Dim 18 Juin 2017 09:07 #676
A propos de Sodiaal, à Montauban il y a des Espagnols qui viennent dépoter pour alimenter les tours de séchage bio chinoise.
Partenariat ???? :dingue
Dim 18 Juin 2017 10:31 #677
jeronimo63 a écrit:
voila l'email de sodiaal y a 10 jours
Prix du lait Juillet-Aout 2017



Juillet 2017
Volume A = 310 €/1000 L dont flex (inconnue à date)
Volume B = pas connu à date

Aout 2017
Volume A = 340 €/1000 L dont flex (inconnue à date)
Pas de prix B, 100 % du volume en A

La tendance pour septembre et octobre 2017 serait à 340 €/1000 L (à valider en conseil de région de septembre).


ou est la grande victoire syndical se prix de 340 y a des moi que les conseiller sodiaal nous le promette grace a la saisonnalité,la fede a juste fait un peu de pub avec ces manif :flower
y en aurait t'il d'autre qui pourrez indiquez leur prix A sodiaal en France sur le début d'année pour nous c'est:
janvier 310
fevrier 310
mars 290
avril 290
mai 290
juin 300


Prix Sodiaal Bretagne Ouest
janvier 312
fevrier 312
mars 305
avril 300
mai 300
juin 310

Puis annoncé, avant manifs,

juillet 310 août 330 septembre 330. Soit un prix de base moyen à date septembre de 312 eur A 340 en juillet aout septembre on passe à 317 eur, soit +5 eur de moyenne après manifs.

Jeronimo et le massif central est donc moins payé en début d'année et plus à partir de l'été. Saisonnalité de région.

Donc rien d'anormal, le prix de Jeronimo "après manifs", si tout cela est confirmé bien sûr, devrait donc passer au dessus de 340 après juillet.

Bien insuffisant bien sûr, surtout à prolonger fortement sur le T4, personne ne dit le contraire. Et si la valo beurre poudre approche ou dépasse les 400 eur en fin d'année, le prix A le doit aussi!

Mais au 15 juin 2017, on ne peut pas demander à Sodiaal de payer 450, ni même 400, sauf à être en faillite fin de trimestre (à la louche, 450 vs 340 chez Sodiaal, ce sont 140 millions d'euros par trimeste...). Et pour un coopérateur, la faillite de la coop c'est la double peine! Car perte des parts sociales, participation à la liquidation en plus de la faillite quasi inévitable de son exploitation...

Donc exigence continue, de plus en plus progressive, afin que les coops répercutent la hausse de prix du lait indispensable d'ici fin 2017 sur leurs tarifs GMS/RHF.

C'est long, mais je pense sincèrement que ces faits montrent qu'une simple revendication à 450 n'est pas possible à l'instant T, donc pas forcément judicieuse ni constructive. Dire cela n'est pas insulter la CR, ni la rabaisser, ni même la critiquer en bloc (ça c'est pour le syndicalo-sensible laitier35, qui n'est pas coopérateur d'ailleurs, je crois).
Vini, Vidi, Pactoli
Dim 18 Juin 2017 10:52 #678
Juste que les producteurs ont besoin d'un prix plus elevé que les 340,il y va l'avenir de beaucoup d'exploitations.
Quand ils proposent du b à 200 e ils se posent moins la question de savoir si ça va mettre le producteur en difficultés.
Dim 18 Juin 2017 11:30 #679
gwendal raoul a écrit:


Jeronimo et le massif central est donc moins payé en début d'année et plus à partir de l'été. Saisonnalité de région.

Donc rien d'anormal, le prix de Jeronimo "après manifs", si tout cela est confirmé bien sûr, devrait donc passer au dessus de 340 après juillet.



Au dessus de 340€, possible, mais attention, ça sent déjà l'embrouille avec la saisonalité à venir.
De toute façon avec la terrible sécheresse qui se profile et les fortes chaleurs, vont pas être ici non plus inondé de volumes à transformer, à un poil mieux payer.
Dim 18 Juin 2017 22:10 #680
titian a écrit:
gwendal raoul a écrit:


Jeronimo et le massif central est donc moins payé en début d'année et plus à partir de l'été. Saisonnalité de région.

Donc rien d'anormal, le prix de Jeronimo "après manifs", si tout cela est confirmé bien sûr, devrait donc passer au dessus de 340 après juillet.



Au dessus de 340€, possible, mais attention, ça sent déjà l'embrouille avec la saisonalité à venir.
De toute façon avec la terrible sécheresse qui se profile et les fortes chaleurs, vont pas être ici non plus inondé de volumes à transformer, à un poil mieux payer.


Idem pour nous avec cette pu**** de saisonnalité qui n'a plus lieu d'être puisque nous sommes lissés à l'année pour les livraisons :itsnot et idem pour la remarque pertinente de titian , nous passons ( météo) en ce moment en mode "cuisson" :hot , trop tôt , hiver sec , printemps sec .............

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut