L agriculture a t elle encore un avenir ?

Ouvert par ceres, 06 juillet 2016

Lun 1 Juil 2019 14:27 #402
Cet economiste est plutot libéral on l'a compris;
Sur un marché déprimé comme la viande ,1% de volume en plus peut faire baisser le prix de 10%,
Notre acheteur monopolistique Bigard ne va pas se géner de se servir de l'arrivee de cette viande moins chere pour faire biasser les prix§
Mr le super economiste a oublié le brexit qui va perturber les echanges ,la viande irlandaise va se faire concurrencer et venir encore plus chez nous;
La signature du ceta ( encore de la viande supplémentaire)
La signature avec les usa;
Donc la commission a bien décidé de signer l'arret de mort de l'elevage et pour les compensations on risque d'etre bien déçus parce que la pac va diminuer les soutiens aux agriculteurs;
Mar 2 Juil 2019 14:04 #404
le jeune résume bien ce qui se passe depuis déjà un bout de temps. trahison de tous nos décideurs .
Mar 2 Juil 2019 23:17 #405
Accord avec le Mercosur: pas à n’importe quel prix


L’Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort demande au Conseil fédéral de tenir compte des intérêts du secteur agroalimentaire et des consommateurs suisses. Il ne s’agit pas de suivre l’Union européenne et de conclure à n’importe quel prix un accord de libre-échange avec le Mercosur.

Après plus de 20 ans de négociations, l’Union européenne et les pays du Mercosur ont conclu vendredi 28 juin un traité de libre-échange, rappelle l'Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort (ASSAF) dans un communiqué publié mardi 2 juillet. La Suisse, par le biais de l'Association européenne de libre-échange tente également de parvenir un accord.

De puissants concurrents
L’ASSAF explique que les exportations vers les pays du Mercosur ne représentent que 1,5% du total des exportations suisses. Les pays du Mercosur, en particulier le Brésil et l’Argentine, sont des puissances agroalimentaires mondiales.

Le Brésil est le premier exportateur mondial de viande de volaille, de sucre et de soja. L’agriculture et le secteur agroalimentaire suisse ne peuvent pas rivaliser avec de tels concurrents au bénéfice de structures bien plus grandes et d’un niveau d’exigences en matière de protection des animaux et de l’environnement beaucoup plus bas, selon l'ASSAF.

L’association rappelle que ce ne sont pas uniquement les 52'000 exploitations agricoles suisses qui sont en jeu, mais également le secteur la transformation. La progression des importations alimentaires se fera avec des produits partiellement transformés ce qui touche également des places de travail dans ce domaine. Pour l'ASSAF, un accord avec le Mercosur ne permettra pas à l’agriculture et au secteur agroalimentaire suisse de baisser ses coûts de production.

Protection des produits
L’ASSAF demande au Conseil fédéral d’accorder de l’importance aux indications géographiques protégées. L’Union européenne a réussi à assurer la protection de certaines indications géographiques dans l’accord conclu avec le Mercosur. La Suisse doit impérativement faire de même pour ses 37 AOP et IGP. D’autre part, il s’agit d’être particulièrement vigilent en ce qui concerne les produits sensibles, notamment la viande de bœuf, le poulet, les céréales, les oléagineux et le sucre.

Impacts sur l'environnement
Au vu de la forte volonté populaire d’une transition vers une économie plus durable, limitant ses impacts sur l’environnement, il se pose la question si des traités de libre-échange, comme celui que viennent de conclure l’UE et le Mercosur, sont encore d’actualité.

Un accord de libre échange qui augmentera sensiblement les transports ainsi que les surfaces de soja et les pâturages, au détriment de la forêt tropicale, favorise le réchauffement climatique. L’ASSAF rappelle que l’article 104a de notre Constitution prévoit que les relations commerciales transfrontalières doivent contribuer au développement durable. Si l’accord entre l’association européenne de libre-échange dont la Suisse fait partie et le Mercosur ne satisfait pas à ces conditions, il s’agira de s’y opposer, affirme l'ASSAF.
SP, le 2 juillet 2019.

Retour
Mer 3 Juil 2019 09:07 #406
"Le Mercosur est une trahison des agriculteurs allemands!"
L'Union des agriculteurs allemands et Bauernbund Brandenburg invitent les députés à rejeter l'accord Mercosur.

01/07/2019
par Alfons Deter


Les critiques craignent que les produits agricoles sud-américains inondent l'UE de normes plus simples (Source: pixabay.de / Alexander Kliem)

12
afficher


La Brandenburg Farmers Association a qualifié l'accord de libre-échange entre l'UE et le groupe sud-américain du Mercosur de "trahison des agriculteurs allemands" et a appelé tous les membres du Bundestag à refuser la ratification du traité.

"Toute personne qui exige de plus en plus de la production agricole dans ce pays et en même temps une masse de boue bon marché provenant de l'étranger, a perdu toute crédibilité politique", a critiqué Lutz Wercham, membre du conseil d'administration de Bauernbund, et un vice-président, l'un des fondateurs du parti n'est plus possible, du point de vue de la profession, de nouvelles élections apparaissent alors que le moindre mal. "

Wercham a rendu hommage aux Verts, qui ont été le seul parti à exprimer leur opposition à l'accord. Wercham a regretté que sa porte-parole du commerce, Katharina Dröge, ait cité la forêt tropicale et les travailleurs agricoles sud-américains exploités exclusivement comme typique des relations étrangement inconnues du pays avec l'agriculture nationale. "Si, en conséquence, nos fermes gérées de manière durable sont protégées contre la concurrence déloyale, nous nous réunirons quand même. "

Le syndicat des agriculteurs ne rejette pas fondamentalement le libre-échange, a souligné Wercham. Les produits agricoles que nous pouvons également produire nous-mêmes, tels que le blé, le sucre ou le bœuf, ne sont susceptibles d'être importés que s'ils sont produits dans les pays d'origine selon les mêmes normes écologiques et sociales élevées qu'en Allemagne, a déclaré l'agriculteur âgé de 32 ans: "Ce sont les usines agricoles Miles loin sur le Rio de la Plata. "

Rukwied: L'avenir des entreprises familiales en danger

Semaine verte (Source: DBV)

Le président de DBV, Joachim Rukwied, a également vivement critiqué l'accord: "Il est inacceptable que la Commission européenne signe cet accord totalement déséquilibré. Cet accord commercial est à deux vitesses. Cela met en péril l'avenir de nombreuses exploitations familiales soumises à des normes européennes élevées. " Des exigences inégales en matière de protection de l'environnement et du climat, d'utilisation d'antibiotiques et de la lutte antiparasitaire, ainsi que de l'absence de protection adéquate du marché européen entraîneraient une distorsion spectaculaire de la concurrence - en particulier pour le bœuf, la volaille et le sucre.
Les objectifs de développement durable du gouvernement fédéral seraient également contrecarrés. Le paysan président, Rukwied, a appelé les chefs d'État et de gouvernement et le Parlement européen à protéger les normes européennes en matière d'agriculture et d'alimentation et à œuvrer pour un résultat équilibré. "L'agriculture ne doit pas être sacrifiée au profit de l'industrie automobile", a déclaré Rukwied.
Mer 3 Juil 2019 21:48 #408
Dites , je n'en ai pas vu intervenir sur la page facebook de l'élysée !
Ne vous inquiétez pas , ça ne mord pas !!
Je l'ai fait deux fois et ça va , je suis encore chez moi . Ils ne m'ont pas encore enfermé
Alors vous attendez quoi pour dire que vous n'êtes pas content ?
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 3 Juil 2019 22:40 #409
tacyst a écrit:
Marché du tracteur neuf?
Tout va bien, merci pour lui!

https://youtu.be/iLfjSdCYe9M
sans compter tout le matériel de fenaison qui s est vendu cette hiver en grande partie subventionné à 40 % .....tout va bien
Mer 3 Juil 2019 22:42 #410
mono44 a écrit:
Dites , je n'en ai pas vu intervenir sur la page facebook de l'élysée !
Ne vous inquiétez pas , ça ne mord pas !!
Je l'ai fait deux fois et ça va , je suis encore chez moi . Ils ne m'ont pas encore enfermé
Alors vous attendez quoi pour dire que vous n'êtes pas content ?
Jeu 4 Juil 2019 15:01 #411
c'est sure que eux non pas écrit leur crotte de lettre .Ils ne savaient ni lire , ni écrire !

https://www.youtube.com/watch?v=gORakkGSdOY
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Jeu 18 Juil 2019 17:00 #412
https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-16-juillet-2019

A la veille du débat parlementaire sur l’accord commercial entre le Canada et l’Union européenne, le Téléphone Sonne s’attèle au CETA.

Approuvé en février 2017 par le Parlement Européen après plus de sept ans de négociations, entré en vigueur de manière partielle et provisoire depuis près de deux ans. Voilà où se trouve aujourd’hui l’accord économique et commercial avec le Canada, le CETA.

Pour être totalement reconnu, il s’apprête à franchir une nouvelle étape : la validation par les 38 assemblées nationales et régionales de l’Union européenne. Il doit donc être examiné à l’Assemblée nationale puis au Sénat.


Un accord de libre-échange qui concerne au total 510 millions d’Européens et 35 millions de Canadiens et qui supprime les droits de douanes sur presque la totalité des produits échangés entre les deux zones. Avec ses avantages et ses inconvénients.

D’un côté, une reconnaissance pour 143 produits européens d’origine géographique protégée, dont 42 français. De quoi sans doute rassurer les amateurs de camembert de Normandie ou de pruneaux d’Agen.

De l’autre, une agriculture canadienne accédant plus facilement au vieux continent et qui inquiète avec son arrivée massive de bœufs dopés aux antibiotiques.

Alors que les défenseurs du CETA lui vantent un effet très positif en France, pointant des exportations vers le Canada en hausse, agriculteurs comme écologistes, mais aussi l’ensemble des partis d’opposition et plus de soixante-dix organisations, s’en font les plus fervents détracteurs.

Ce traité de plus de 2300 pages ne fait donc pas l’unanimité et suscite des interrogations.

Les normes sociales et environnementales européennes seront-elles appliquées aux importations ? S’il y a fraudes pourra-t-on les bloquer ? Que penser des tribunaux d’arbitrage qui pourraient permettre aux multinationales de contester la décision d’un gouvernement ?

Vos témoignages et vos questions au 01 45 24 7000 (à partir de 18h) et par courriel à telsonne@radiofrance.com

Intervenez aussi sur l'application France Inter et sur Twitter avec #TelSonne.

Nos invités :
Aurore Lalucq, Eurodéputée Place Publique, Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D), économiste et Co-directrice de l'institut Veblen.

Jacques Maire, Député LREM des Hauts-de-Seine et rapporteur du projet de loi autorisant la ratification du CETA.

Les invités
Aurore LalucqEurodéputée Place Publique, Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D), économiste et Co-directrice de l'institut Veblen
Jacques MaireDéputé LREM des Hauts-de-Seine
Jeu 18 Juil 2019 19:11 #413
L'avenir est tracé …..
http://www.web-agri.fr/actualite-agrico ... 50411.html

Les mecs se croient entrepreneurs mais en fait ne font que ce que les indus veulent qu'ils fassent et les dirigent pour , produire beaucoup ou disons ..toujours plus …. avec peu de marge ...
Jeu 18 Juil 2019 19:39 #414
http://amitie-entre-les-peuples.org/Agriculture-capitaliste-ou
...Cet argument - à savoir que le développement du capitalisme a bien résolu la question agraire dans les centres du système - a toujours exercé une attraction puissante, y compris dans le marxisme historique. En témoigne l’ouvrage célèbre de Kautsky (« la question agraire »), antérieur à la première guerre mondiale et bible de la sociale-démocratie dans ce domaine. Ce point de vue a été hérité par le léninisme et mis en œuvre - avec les résultats douteux qu’on connaît - à travers les politiques de « modernisation » de l’agriculture collectivisée de l’époque stalinienne. En fait le capitalisme, parce qu’il est indissociable de l’impérialisme, s’il a bien « résolu » (à sa manière) la question agraire dans les centres du système, a créé une nouvelle question agraire dans ses périphéries d’une ampleur gigantesque et qu’il est incapable de résoudre (sauf à détruire par le génocide la moitié de l’humanité).

https://blogs.mediapart.fr/dimitris-fasfalis/blog/260217/faim-de-progres-ii-la-grande-transformation-capitaliste-de-lagriculture
Au terme de ces évolutions, les années 1970 et 1980 ont vu le retour des famines de masse: « à l'heure du dîner, toutes les chaînes de télévision occidentale allaient diffuser son image classique d'un enfant exotique famélique. » (Hobsbawm, 1994, p. 344) Le maintien à un niveau de masse de la faim (1 milliard d'hommes en souffrent depuis les années 1973-74) rend caduques les explications ethnocentriques qui reposent sur les ravages de la corruption et des guerres dans les pays du Tiers-monde. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le rappelle d'ailleurs dans son introduction au Rapport 2010 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement : le monde possède déjà les ressources et les connaissances pour les atteindre en pratique. Pourquoi alors un milliard d'êtres humains continuent-ils à souffrir de la faim? La réponse pourrait tenir en une phrase : la nature marchande des produits agricoles et des surfaces cultivées empêchent la satisfaction des besoins alimentaires de l'humanité. Nous tenterons de démontrer cette idée à travers l'exemple de la famine de 1973-74 au Sahel et dans le sous-continent indien.

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/la-fin-du-modele-unique-pour-l-agriculture-francaise-769641.html
La fin du modèle unique pour l’agriculture française ?
Émergence d’un capitalisme agraire, transition numérique et nouvelles exigences des consommateurs : autant de problématiques qui mettent à mal une vision homogène des réalités agricoles. Par Xavier Hollandts, Kedge Business School et Bertrand Valiorgue, Université Clermont Auvergne
Mar 23 Juil 2019 17:15 #415
L'humour pas drôle du jour !

Vous êtes ringard si vous n'aimez pas la petite gretta ,encore moins à l'assemblée dans une pièce à l'ombre et climatisée , et vous êtes encore plus ringard si vous n'appréciez pas la signature du CETA .

Ben ouais voilà ,ceux qui ont applaudi , glorifié , brandi la petite gretta comme un trophée ont signé le CETA . 73 abstentionnistes qui aurait pût tout faire basculer . Comment être abstentionniste à ce niveau ?

La manipulation est tellement visible comment encore donner du crédit à tous ces écolos ? Tout ça juste pour gagner des jeunes voies crédules et naïves aux prochaines élections ,
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 24 Juil 2019 18:10 #416
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Ven 26 Juil 2019 19:22 #417

il y a de quoi reflechir .Ils font partie des agro les plus techniques et les plus productifs et pourtant ils doivent avoir un autre travail pour avoir un salaire .Et c est vraiement le reve s il faut bosser plus de 50 ans pour pouvoir avoir une retraite :gene si c est ca l avenir
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Mer 31 Juil 2019 21:20 #418


Mer 31 Juil 2019 22:04 #419
Ce n est pas cette ferme qui avait été mise en redressement ?
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut