L agriculture a t elle encore un avenir ?

Ouvert par ceres, 06 juillet 2016

Sam 21 Oct 2017 10:18 #241


:pouce GL
Sam 21 Oct 2017 14:23 #242
bha , la conclusion , c'est qu' avec le capitalisme et le modernisme, on est pas prét d'arriver au plein emploi .........
aura t on une agri intensive , et basique , pour nourrir la classe moyenne et sans emploi , et une autre moins intensive de qualité , pour bobo ??
"La situation économique de notre pays ne nous permet pas de gaspiller le savoir-faire de ses paysans et encore moins de les mépriser en les conduisant vers une impasse économique nourrie par des fantasmes irrationnels. "
Dim 22 Oct 2017 09:20 #243
Après avoir vu cette vidéo, comment peut-on avoir envie d aller toujours plus loin dans la connerie ?on peut peut-être s'en sortir avec une production locale, une niche de qualité . Mais en ce qui me concerne, je me vois mal réunir des capitaux, prendre des risques inconsidérés pour travailler 500/600 ha et un jour m apercevoir que je suis malgré tout trop petit et tout perdre. Chez nous c est peut-être un peu différent qu'au US,les grosses fermes vont se constituer par les banques et Les coop quand ils vont récupérer les sommes énorme que les agri ont chez eux :gene
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Dim 22 Oct 2017 09:20 #244
Après avoir vu cette vidéo, comment peut-on avoir envie d aller toujours plus loin dans la connerie ?on peut peut-être s'en sortir avec une production locale, une niche de qualité . Mais en ce qui me concerne, je me vois mal réunir des capitaux, prendre des risques inconsidérés pour travailler 500/600 ha et un jour m apercevoir que je suis malgré tout trop petit et tout perdre. Chez nous c est peut-être un peu différent qu'au US,les grosses fermes vont se constituer par les banques et Les coop quand ils vont récupérer les sommes énorme que les agri ont chez eux :gene
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Lun 23 Oct 2017 06:22 #245
laiturgie a écrit:
bha , la conclusion , c'est qu' avec le capitalisme et le modernisme, on est pas prét d'arriver au plein emploi .........
aura t on une agri intensive , et basique , pour nourrir la classe moyenne et sans emploi , et une autre moins intensive de qualité , pour bobo ??

c est déja le cas,sauf que ce n est pas forcément pour les bobos.
Jeu 26 Oct 2017 09:07 #246
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Mer 8 Nov 2017 21:06 #247
:pouce

Mer 8 Nov 2017 22:21 #248
et ??????
Mer 8 Nov 2017 23:19 #249
rebelle a écrit:
et ??????

Et vu la force de l'inertie, tu as la réponse à l'intitulé du post.
Jeu 9 Nov 2017 00:03 #250
tous des cantonniers grands espaces / cantonniers espaces alimentaires

plus de servitudes aux banques ou autres servitudes choisis
mais sujets aux aléas des opinions publiques
Jeu 9 Nov 2017 10:34 #251
rebelle a écrit:
et ??????


Et plusieurs choses:
- pas de langue de bois (rien que ça, un peu de sincérité, ça fait du bien),
- rappel historique (trop souvent passé sous silence en ce moment),
- un député qui se fait l'écho des agriculteurs (de tous les agriculteurs, hein, pas seulement de la conf' vu son positionnement),
- un constat pragmatique, réaliste, pas partisan (c'est assez rare à l'assemblée),
- une demande au gouvernement de clarifier l'orientation du secteur agricole (qui e semble louable).

Et bien sûr, sa vision des choses: protectionnisme pour le secteur agricole face à la mondialisation, et régulation (y compris des prix agricoles).

entre2o a écrit:
tous des cantonniers grands espaces / cantonniers espaces alimentaires

plus de servitudes aux banques ou autres servitudes choisis
mais sujets aux aléas des opinions publiques


Tu as mal dû suivre le propos de Ruffin. Le premier objectif, c'est l'autosuffisance alimentaire. La finalité, c'est que les exploitants puissent vivre dignement. Sans écarter les attentes sociétales. Pas juste des contraintes stupides, mais de la protection et des garanties.
Tu laisses sous entendre que le cap que souhaite Ruffin, c'est d'abord de contenter l'opinion publique. C'est passer sous silence l'ancrage territoriale du gars, et de sa volonté de proximité avec les citoyens (oui, les citoyens, pas seulement ses électeurs). Il est récemment retourné sur une ferme qu'il avait visité lors de sa campagne, où les exploitants sont syndiqués FNSEA, justement pour essayer de construire des propositions qui soient concrètes, et qui partent d'une concertation avec les agriculteurs.

Bref, qu'on soit d'accord ou pas avec les opinions de Ruffin, je pense qu'il faut éviter de lui appliquer les jugements à l'emporte-pièce (qui collent parfois très bien à nos élus), et ne pas perdre de vue qu'il s'attache avant tout à écouter, et à représenter les citoyens (y compris agriculteurs) plutôt qu'à taper dans le clientélisme à court terme.

Note au passage que son équipe semble très à l'écoute, et que si tu as des critiques constructives, ou des propositions à lui soumettre, la démarche est totalement possible.
Jeu 9 Nov 2017 10:53 #252
Hazta le constat de Ruffin et ses quelques pistes de progrès sont en effet très aiguisés.
Il n'en demeure pas moins que finalement la politique de l'enclosure act est encore de mise, c'est aussi le fond du propos de 2ddg.
Jeu 9 Nov 2017 17:20 #253
L'enclosure act? C'est pas la fin des prés communaux, ça? C'est quoi le rapport? Je ne te suis pas bien...

Après, mon avis, c'est que quand on tient un type comme Ruffin, vaut mieux encourager les bonnes initiatives que de dire que ça sert à rien. S'il y avait plus de députés comme lui (tout bord confondu), on aurait peut-être le début d'un commencement de changement plein de bon sens.
Jeu 9 Nov 2017 20:25 #254
Hazta a écrit:
L'enclosure act? C'est pas la fin des prés communaux, ça? C'est quoi le rapport? Je ne te suis pas bien...



T'inquiète moi aussi il y a peu je ne connaissais pas.

C'est juste un tournant dans l'histoire avec la révolution industrielle, une certaine idée de la modernité avec un traitement de la paysannerie jamais infléchi.

https://www.citeco.fr/10000-ans-histoir ... ritannique
Jeu 9 Nov 2017 23:45 #255
Hazta a écrit:
entre2o a écrit:
tous des cantonniers grands espaces / cantonniers espaces alimentaires

plus de servitudes aux banques ou autres servitudes choisis
mais sujets aux aléas des opinions publiques


Tu as mal dû suivre le propos de Ruffin. Le premier objectif, c'est l'autosuffisance alimentaire. La finalité, c'est que les exploitants puissent vivre dignement. Sans écarter les attentes sociétales. Pas juste des contraintes stupides, mais de la protection et des garanties.
Tu laisses sous entendre que le cap que souhaite Ruffin, c'est d'abord de contenter l'opinion publique. C'est passer sous silence l'ancrage territoriale du gars, et de sa volonté de proximité avec les citoyens (oui, les citoyens, pas seulement ses électeurs). Il est récemment retourné sur une ferme qu'il avait visité lors de sa campagne, où les exploitants sont syndiqués FNSEA, justement pour essayer de construire des propositions qui soient concrètes, et qui partent d'une concertation avec les agriculteurs.

Bref, qu'on soit d'accord ou pas avec les opinions de Ruffin, je pense qu'il faut éviter de lui appliquer les jugements à l'emporte-pièce (qui collent parfois très bien à nos élus), et ne pas perdre de vue qu'il s'attache avant tout à écouter, et à représenter les citoyens (y compris agriculteurs) plutôt qu'à taper dans le clientélisme à court terme.

Note au passage que son équipe semble très à l'écoute, et que si tu as des critiques constructives, ou des propositions à lui soumettre, la démarche est totalement possible.

je ne laisse sous entendre rien
un peu plus démago
et j'aurais dit "et on se fait payer en euro , en francs ou en écus ? "

tant qu'on est dans l'Europe et dans la mondialisation général ,
affirmé !
comment faire pour réaliser ces doux rêves ?
Viens faire un tour chez nous , juste à coté , sur la ZAD ...

Un peu de concret fera plus crédible que de n 'afficher que ces idéaux inspirés venezuéliens
Ven 10 Nov 2017 09:04 #256
Hazta a écrit:
Tu laisses sous entendre que le cap que souhaite Ruffin, c'est d'abord de contenter l'opinion publique. C'est passer sous silence l'ancrage territoriale du gars, et de sa volonté de proximité avec les citoyens (oui, les citoyens, pas seulement ses électeurs). Il est récemment retourné sur une ferme qu'il avait visité lors de sa campagne, où les exploitants sont syndiqués FNSEA, justement pour essayer de construire des propositions qui soient concrètes, et qui partent d'une concertation avec les agriculteurs. .


- la FNSEA (ceux vers qui on irait jamais mais il va bien falloir),



Bon ,il va bien falloir , mais pour construire quelque chose :eusa_think .... :eusa_whistle
Ven 10 Nov 2017 10:51 #257
titian a écrit:
T'inquiète moi aussi il y a peu je ne connaissais pas.

C'est juste un tournant dans l'histoire avec la révolution industrielle, une certaine idée de la modernité avec un traitement de la paysannerie jamais infléchi.

https://www.citeco.fr/10000-ans-histoir ... ritannique


Je connaissais l'enclosure act (surement entendu parlé ici, d'ailleurs). Mais je vois mal en quoi ça s'applique aujourd'hui...

entre2o a écrit:
Un peu de concret fera plus crédible que de n 'afficher que ces idéaux inspirés venezuéliens


Tu es totalement dans l'erreur concernant Ruffin. Ce n'est pas un Insoumis au sens Melenchonien du terme.
C'est un homme qui vient justement du terrain, de la base. Qui a d'abord fédéré les militants et sympathisants de gauche de sa circonscription, indépendamment d'un quelconque parti. Il s'est présenté sous la bannière "Picardie Debout" avant tout. Après, oui, il appartient au groupe parlementaire de la France Insoumise, parce qu'à priori, c'est quand même ce qui est le plus proche de ses opinions. Mais tu remarqueras que les Insoumis ne sont jamais mis en avant dans sa communication. Il s'apparenterait plus à un franc-tireur qu'autre chose.
Bref, je t'invite à te débarrasser de cette étiquette que tu as collé sur Ruffin. Je ne vais pas te faire ici le récit de sa carrière, de son cheminement ou de ses engagements parce que ça serait trop long. De plus en plus de monde reconnait en lui le nouveau Coluche ou Balavoine pour la sincérité de son engagement, et sa volonté de porter une parole libre représentant le peuple. Mais si tu as besoin de plus de détails pour te faire changer d'avis (sur l'étiquette Ruffin, hein, pas sur tes opinions politiques), n'hésite pas à demander.

Du coup, lui reprocher de ne pas être dans le concret, et le présenter comme idéaliste vénézuelien, c'est à minima hors-sujet. C'est même un dénigrement bête et méchant (pour ne pas dire diffamant) d'un type qui fait de son mieux (et qui avoue volontiers ses faiblesses et ses erreurs).
C'est quand même incroyable que quand un député va sur une exploitation pour échanger avec des agriculteurs, et essaie de défendre votre cause à l'assemblée, tu lui reproches d'être un idéaliste démagogue coupé des réalités. Et le gouvernement en place avec sa majorité, lui, il fait quoi pour vous? C'est sûr, il n'y a ni idéal, ni actes... C'est plus simple. Juste un gigantesque gâchis...

2ddg a écrit:
- la FNSEA (ceux vers qui on irait jamais mais il va bien falloir),

Bon ,il va bien falloir , mais pour construire quelque chose :eusa_think .... :eusa_whistle


C'est une vidéo courte, à destination des critiques qu'il a reçues suite, à ce message:

Agriculteurs: Alors, vous êtes sortis des difficultés ?

Jeudi matin, j'intervenais à la tribune de l'Assemblée: "Agriculture: pour un nouveau contrat social", et l'après-midi, je me rendais dans une ferme, au Mesge, un village de ma circo, chez Isabelle Marlot.

Je l'avais croisée durant ma campagne, à une rencontre avec la FNSEA et les Jeunes agriculteurs. Ils avaient installé une table sous un hangar, avec un thermos de café, et ils auditionnaient tous les candidats, de la droite, d'En Marche!, du PS, et moi, sauf le FN qui n'avait pas fait le déplacement.
A un moment, elle avait lâché : "En ce moment, c'est dur, très dur. On serre les fesses. Il faut encore que j'aille négocier avec ma banque..."

Une fois élu, je me suis dit: "J'aimerais bien la revoir: qu'est-ce qu'elle est devenue? Est-ce que ses soucis s'arrangent?" D'où mon passage aujourd'hui, même si ça a trainé, à cause de mon agenda, du sien, des rendez-vous pris puis annulés...
Son frère est là, un barbu, Pascal. Et sa fille Marion.
A trois, ils sont associés du GAEC, qui fait des céréales et du lait.
Ils n'habitent pas à côté de leur ferme, du coup, on prend le café dans un genre de caravane, ou d'Algeco.
Alors, vous êtes sortis des difficultés?
"Nan nan nan, cette année, les prix et les rendements ont été catastrophiques. On se demande où on va aller. On va être obligés d'aller voir la banque pour un emprunt..."

Je raconterai cette rencontre mieux, plus tard.
Mais juste sur la démarche.
C'est essentiel, pour moi, de lier Paris et notre coin, que les discours s'ancrent sur le terrain.
Que je ne vive pas dans un monde de papiers...


Encore une fois, ce n'est surement pas la panacée (ne soyons pas dupe). Mais combien de députés font l'effort : d'abord de s'intéresser à des personnes qui ne partagent pas leur approche, et ensuite de retourner sur le terrain pour assurer un suivi post-électoral?
Je ne sais pas ce qu'il ressortira de cette rencontre (et des autres), ni comment ça forgera l'opinion de Ruffin. J'attends le compte-rendu détaillé avec impatience. Peut-être que ça sera décevant...

En tout cas, je trouve qu'on devrait plus saluer l'initiative qu'autre chose. Ruffin, que beaucoup se plaisent à montrer du doigt comme un clown d'extrême-gauche, fait plus pour une concertation trans-partisane passant outre les clivages, que n'importe quel centriste dans ce pays.
Ven 10 Nov 2017 12:37 #258
Hazta a écrit:

Je connaissais l'enclosure act (surement entendu parlé ici, d'ailleurs). Mais je vois mal en quoi ça s'applique aujourd'hui...



Sa philosophie s'applique toujours aujourd'hui, quoique on en dise moins de paysans est toujours perçu comme un progrès.
Ven 10 Nov 2017 20:19 #260
Les agris victimes de la méthode Macron ?


Dans Challenges du 26 octobre, Nicolas Domenach s’intéresse à « la gouvernance Macron », « le président manager » au « réformisme autoritaire ». Le journaliste égrène les problèmes de méthode du « bougre », comme l’appelle un Normalien, dont sont aujourd’hui victimes les agriculteurs (ils ne sont sans doute pas les seuls) : « exercice hypercentralisé du pouvoir », « le président prend toute la lumière »… Résultat, des décisions prises dans un cercle restreint de conseillers déconnectés de la réalité. « Il inspire tout, il suit tout » et chacun, au gouvernement, le reconnaît comme « le plus intelligent ». Résultat, une dramatique absence d’écoute de la réalité du terrain. « La consigne [vient] de Macron lui-même : ‘On ne recule pas. Jamais' » pour ne pas être assimilé « aux faiblards toujours sur le reculoir » comme Chirac, Sarkozy ou encore Hollande, rapporte Nicolas Domenach. Résultat : une incapacité à/l’impossibilité de trouver un compromis. Enfin, on apprend dans le papier que le chef de l’État « dit et répète » à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire pas « solaire » ni irradiant pour deux sous : « J’ai besoin de toi, il faut que tu m’aides. Je découvre l’écologie ». Bref, Macron ne connaît rien à l’écologie et à l’agriculture mais il a l’air fasciné devant « la compétence et la constance » (sic) de Nicolas Hulot. Résultat : une vision manichéenne des dossiers non maîtrisés. Et des agris pas mieux lotis qu’avant.
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut