L agriculture a t elle encore un avenir ?

Ouvert par ceres, 06 juillet 2016

Jeu 7 Juil 2016 14:55 #21
Jeu 7 Juil 2016 15:15 #22
Il manque juste la réponse du Ministre de l'agriculture ou -------------------------celle du porte parole du gouvernement qui a l'air de s'ennuyer
Jeu 7 Juil 2016 15:19 #23
2 formes d agriculture resteront,le volume hypersubventionné,et le local au plus proche des consommateurs
Jeu 7 Juil 2016 15:39 #24
Une évidence = 2 contraintes :
le volume en concurrence avec le moins cher pour faire tourner notre agro alimentaire
le local en concurrence avec le bon vouloir du consommateur
Jeu 7 Juil 2016 15:44 #25
non, le local en concurrence avec son voisin qui fait la meme chose que lui.
Jeu 7 Juil 2016 19:03 #26
Par contre je ne crois pas à la cohabitation de ces deux agricultures . La pression fiscale , normes ou autre sera au maxi pour expulser les petits "gêneurs ".
L'entente entre associés restant toujours compliquée , là aussi je ne crois pas trop au modèle , grosses structures à plusieurs . Investisseurs ? Sans rentabilité ça ne fera pas de vieux os
Je pense que la vérité se situe entre tout ça . Il ne faut pas regarder l'avenir avec les yeux d'aujourd'hui , la vision sera obligatoirement trouble
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Jeu 7 Juil 2016 19:14 #27
pourquoi veut tu qu il cohabite,ce sera 2 métiers différents comme le boucher de quartier face a la grande surface,ou le restaurant de village face au mac do,
Jeu 7 Juil 2016 20:29 #28
Mono a raison
Les financiers ne produiront pas du lait a 200 euros !!!!
La terre pour louer les intéressent, c'est un placement sans risque et qui rapportent.
Jeu 7 Juil 2016 20:57 #29
Mono a raison, personne n'a tout les éléments pour faire de la prospective.
Par contre Claude, le dumping sur le cour terme, y a rien de mieux pour la captation des outils de production.
Jeu 7 Juil 2016 21:15 #30
claudetexier a écrit:
Mono a raison
Les financiers ne produiront pas du lait a 200 euros !!!!
La terre pour louer les intéressent, c'est un placement sans risque et qui rapportent.

oui comme dans certains pays les financiers possèdent les outils de production,retour vers le temps des seigneurs,si on n'y pas déjà.
Faut pas se leurrer les 200 250 E c'est assimilé à moins que rien,le producteur donne sa production
Jeu 7 Juil 2016 22:30 #32
pauvpaysan a écrit:
pourquoi veut tu qu il cohabite,ce sera 2 métiers différents comme le boucher de quartier face a la grande surface,ou le restaurant de village face au mac do,


par ici tu n'as déjà plus de boucherie , tu trouves l'éleveur qui découpe lui même sa viande , qui vend sur les marchés et a son magasin à la ferme . C'est vrai , il ne faut pas que tout le monde le fasse sinon tout le monde se fait concurence et personne n'en vit Mais il y a un avenir en agriculture , il ne s'agit pas de chiffons délocalisables en chine ou en inde , il s'agit du bien le plus précieux qu'un pays puisse avoir , son indépendance alimentaire .Le modèle qu'il faudra s'imposera de lui même
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Lun 1 Aoû 2016 21:50 #33
Pour Urs Schneider, coopérer vaut mieux que s’affronter
L’Union suisse des arts et métiers (USAM) se plaint que les paysans soient favorisés à bien des égards et que l’agriculture et les PME ne luttent pas à «armes égales». Certains médias colportent le mythe d’une agriculture privilégiée. On pointe par exemple du doigt les offres d’agrotourisme ou la commercialisation de produits à la ferme.

Selon l’USAM, les exploitations agricoles sont privilégiées du fait des bas prix du terrain dans les zones agricoles, mais aussi parce qu’elles peuvent engager du personnel à des salaires moins élevés et ne sont pas soumises à des horaires d’ouverture. Si l’on y regarde de plus près, force est de constater que ces critiques sont injustifiées.

La Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires a conclu dans une étude que les différences en matière de législation et de réglementation qui avantagent l’agriculture par rapport aux PME sont, globalement, ténues. Voire inexistantes dans de nombreux domaines.

Par ailleurs, on observe que les avantages de la branche agricole sont souvent contrebalancés par des inconvénients. De fait, qui dit terrain à bon prix dit aussi longues distances et situation géographique peu avantageuse. Vendre ses produits implique, pour de petites quantités, de lourdes charges de travail. Enfin, les travaux sur des bâtiments existants s’accompagnent de contraintes importantes. S’agissant de la TVA, l’agriculteur est imposé à partir d’un chiffre d’affaires annuel de 100 000 francs, à l’instar d’une PME. Quant aux exigences relatives au droit des denrées alimentaires, elles sont tout à fait identiques, comme l’USAM a pu le constater elle‐même.

Ce qui est particulièrement déconcertant, c’est que l’USAM a choisi de réagir par la confrontation. Elle devrait pourtant savoir que l’agriculture offre un partenariat important aux entreprises, surtout dans l’espace rural. Peu de secteurs réinjectent leurs revenus dans l’économie locale ou régionale comme le fait l’agriculture. La critique omet de préciser qu’agriculteurs et PME collaborent très bien localement et que les familles paysannes maintiennent la valeur ajoutée dans la région en investissant et en passant commande auprès des entreprises.

L’agriculture met largement à contribution les entreprises d’électricité, de construction et de constructions en bois. Les producteurs agricoles achètent des prestations et des machines, tout en fournissant leurs produits aux bouchers, boulangers, transformateurs de lait ou commerçants : en somme, ils sont des partenaires commerciaux essentiels pour de nombreuses PME.

Loin d’être une concurrence, les diverses offres d’agrotourisme viennent compléter celles des hôtels et des restaurants et renforcent l’attrait de la région. Les touristes qu’elles attirent se rendent aussi dans les cafés-restaurants ou font des achats, ce qui a un effet positif sur la valeur ajoutée. Il n’est pas rare non plus qu’ils reviennent dans une région qui leur a plu et y choisissent d’autres offres.

Rappelons enfin que l’agriculture contribue à décentraliser l’occupation du territoire et enrichit la vie sociale au sein de l’espace rural. Les associations permettent aux entrepreneurs et aux paysans de nouer des liens étroits et amicaux. La bonne collaboration précitée transparaît aussi dans de très nombreux projets communs à l’échelle cantonale et régionale. Coopérer vaut mieux que s’affronter: au fond, la confrontation ne profite à personne.
Urs Schneider, directeur adjoint de l’Union Suisse des Paysans, Brugg, 29 juillet 2016


Retour

Depuis le temps que je le dis :eusa_whistle
Mar 2 Aoû 2016 14:15 #34
tacyst a écrit:

Depuis le temps que je le dis :eusa_whistle



Oui mais pas le seul et surtout après un certains barbus à queue de cheval de l'Aveyron, pas plus écouté, non plus :byet
Mar 2 Aoû 2016 20:35 #35
titian a écrit:
tacyst a écrit:

Depuis le temps que je le dis :eusa_whistle



Oui mais pas le seul et surtout après un certains barbus à queue de cheval de l'Aveyron, pas plus écouté, non plus :byet


Ben pas compris de qui tu parles :dubitatif , dans mon"Qui est ce" il en reste encore des personnages :eusa_think
Mon propos était juste de dire que l'agriculture restait un des derniers acteurs économique local et ce n'est pas rien, comme ce genre de problème
https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/colombier-fontaine-futur-desert-medical-une-petition-est-lancee-1470073682
Après, je ne cherche à convaincre personne, il y a des gens plus doués que moi pour ça, particulièrement sur ce forum. :flower
Revenu de l'agricole depuis longtemps, c'est juste un métier alimentaire ,enfin pas trop en ce moment :pascon
Mar 2 Aoû 2016 22:38 #36
Pas bien grave, j'ai bien compris que tu a loupé quelques épisodes.

Mer 3 Aoû 2016 07:38 #37
Bah ! Il était pas né à cette époque le tacyst :eusa_whistle :D , et comme il en parle il n'a dû avoir que des échos en provenance du côté obscur :D , il comprendra peut-être plus tard , trop tard :D
Mer 3 Aoû 2016 09:42 #38
Image
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mer 3 Aoû 2016 13:45 #39
une grosse ferme dans un certain departement ou sont arrivees les premieres holsteins en france se voit paye le lait 420 euros tonnes sous peine de fermer ses portes .
Mer 3 Aoû 2016 13:51 #40
l equipe ALPI 2009 THE BEST le gratin de l agriculture francaise en terme d intelligeance et de vision du metier .
je pense que beaucoup ne les ont pas ecoute car la verite faisait peur et qu il vallait mieux etre bercer d une chanson douce d illusions on s endort tres rapidement sans penser au lendemain .

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut