L agriculture a t elle encore un avenir ?

Ouvert par ceres, 06 juillet 2016

Mer 6 Juil 2016 15:15 #1
A priori on ne devrait pas se poser cette question. Pourtant dans ce monde mondialisé il y a de quoi s interroger. Il y a qq décennies, l Europe agricole avait un poids et permettait à celui qui investissait de gagner sa vie et de préparer son futur. Aujourd'hui tout a été organisé pour qu'une région du monde compense quand une région est déficitaire en produits. Les marges ont filles entre les doigts des producteurs pour atterrir sur les comptes des grands groupes. C'est un peu comme si l acte de production était essentiel pour alimenter un secteur économique mais secondaire dans le rentabilité. On est arrivé comme dans le btp ou le transport routier, à avoir une rémunération du travail ou du capital quasi queue de cerises. Imaginons qu'on vend nos fermes, on place le capital à n importe quelle banque. Sans sueur et sans stress on aurait au moins un meilleur rendement. .... D ou mon interrogation
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Mer 6 Juil 2016 16:06 #2
Tu penses tout haut ce que nous sommes beaucoup à penser tout bas.

Je pense que j'arrive au bout du processus de dégoût du métier.

J'ai le meilleur troupeau du département en index morpho, fertilité et santé mamelle et pourtant il n'y a pas moyen de vendre la moindre vache.
Les marchands sont saturés avec les genisses des éleveurs qui ont arrêté le lait l'année dernière ou qui sont en train d'arrêter.

Bien travailler et même très bien travailler ne suffit plus.
Nous sommes les larbins de l'agro-industrie.
Je ne suis pas allé à Colmar avec mes enfants, je préfère qu'ils se trouvent d'autres centres d'intérêts, il y a tellement de choses à faire quand on n'est plus coincé par des vaches à la maison.

Les ordures qui ont conduit les agriculteurs français dans cette ornière, pardon ce gouffre, ne méritent pas que l'on continue à les servir.
Mes enfants feront sans doute autre chose, quand à moi je vais me consoler en essayant de dégommer des collabos à chaque fois que je le peux.
Je n'ai pas de permis de chasse mais il parait que la chasse est libre contre les parasites.
Mer 6 Juil 2016 17:31 #3
la chasse est libre mais les produits sont strictement règlementés -----et contrôlés
Mer 6 Juil 2016 18:30 #4
oh je pense......
Mer 6 Juil 2016 18:45 #5
bien sur que l'agriculture a un avenir mais pas de la manière que vous l'avez tous appris . C'est comme le bac , il n'a plus de valeur . Il faut savoir prendre du recul .
L'époque est décourageante j'en conviens , mais en 35 ans de profession ce n'est pas la première fois non plus, que cela se produit . Il faut travailler comme on le sent , en sortant des sentiers battus , en sortant des normes quitte à passer pour un imbécile . Savoir sortir des critères , passer outre , la rentabilité de chaque exploitation est différentes donc tous leurs critères techniques et économiques ne sont que généraux pas forcément adaptés à tous le monde .
Je trouve sur ce forum qu'il y en a encore beaucoup trop qui se fixent comme objectif de ressembler à tout le monde ou d'atteindre des objectifs officiels , beaucoup de questionnements bêtes et puis pour " les juges" , surtout passer outre
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Jeu 7 Juil 2016 09:52 #6
L'agriculture a t'elle encore un avenir ?
Dans l'hexagone pas vraiment, hormis quelques niches bien sentis avec toujours plus d'aliénation au travail je vois pas...
En Europe qui abandonne totalement ce pan de l'économie, l'avenir est à l'Est financiariser à bloc avec moult main d'œuvre corvéable à merci.
Jeu 7 Juil 2016 10:51 #7
titian a écrit:
L'agriculture a t'elle encore un avenir ?
Dans l'hexagone pas vraiment, hormis quelques niches bien sentis avec toujours plus d'aliénation au travail je vois pas...
En Europe qui abandonne totalement ce pan de l'économie, l'avenir est à l'Est financiariser à bloc avec moult main d'œuvre corvéable à merci.


... et moult capitaux occidentaux !!! Comme le disait le grand philosophe Ribéry, la routourne tourne ...
Jeu 7 Juil 2016 11:35 #8
Bien sur que l'agriculture a de l'avenir!!!
Évidemment, pas notre système français!!! Il est mort depuis des décennies!!! Mais tout le monde ferme les yeux.
2 systèmes possibles:
Libéralisation comme l'Europe de l'économie et du contexte agricole.
Protectionnisme et rétablissement des frontières pour redonner vie a notre système français
Dans les 2 cas de figures, l'agriculture française sera forte mais pas entre les 2 comme les politiques syndicats et bureaucrates veulent nous faire croire.
Jeu 7 Juil 2016 12:07 #9
Claude, tu penches plutôt pour quelle formule ? Parce que si c est ta première solution ( et je crois que c est ce qui est choisi) très peu pour moi. Si c est bosser pour 3 fois rien je préfère laisser ce plaisir à ceux qui y croient. Mieux vaut être à la DDE à 1500€ sans responsabilité :eusa_whistle. La production agricole a un avenir, une rémunération correcte c est moins certain. :itsnot. Le petit truc qui fait toute la différence c est que je bosse pour ma pomme et pas pour le plaisir
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Jeu 7 Juil 2016 13:07 #10
claude ,l'agriculture n'a surtout pas d'avenir dans l'ultra libéralisme surtout avec le niveau de charges actuellement.
Le nivellement par le bas au profit de qui? d'une minorité
L'exemple du grand pactolis qui ammasse pendant que les producteurs crevent est assez edifiant
Jeu 7 Juil 2016 13:09 #11
Aujourd'hui, aucune n'ait choisi.
Nous avons seulement des bas prix que toute la filière souhaite pour écrémer les concurrents. Je parle de tous les maillons de la filière.
Pour le reste, le système français est l'inverse du libéralisme
Lequel je soutiens? les 2, si les français veulent conserver le système actuel des prix garanti, pourquoi pas.
Au contraire, si les français veulent une agriculture entreprenante avec des agriculteurs puissants, pourquoi pas!!!
En tout cas aujourd'hui, nous sommes entre les 2, personne veut prendre de risque, tout le monde a peur du lendemain.
Et pourtant les 2 systèmes sont cohérents et ont de l'avenir.
Aujourd'hui, on enrichit fortement les autres maillons de la filière: exemple, roulier, avril lactalis vital concept nos grandes coopératives et leur dirigeants, etc
Tous les grands groupes deviennent plus puissants en période de crise, il rachète au quotidien toutes les petites et moyennes entreprises frappées par la crise.
La différence entre un pays libéral et la France, les agriculteurs pesent davantage sur la filière.
Dans les pays protectionnistes, les grands groupes sont moins puissants. Voir n'existent pas!!!
Et la France, toujours le cul entre 2 chaises!!!!
Jeu 7 Juil 2016 13:21 #12
steph 72 a écrit:
claude ,l'agriculture n'a surtout pas d'avenir dans l'ultra libéralisme surtout avec le niveau de charges actuellement.
Le nivellement par le bas au profit de qui? d'une minorité
L'exemple du grand pactolis qui ammasse pendant que les producteurs crevent est assez edifiant

L'ultra libéralisme n'existe pas en France, pardon juste pour les prix payés aux agriculteurs.
Comme je dis depuis des années, je ne suis pas plus pour un système libéral ou proteccionistes, je suis pour un système ou les agriculteurs sont forts, pas comme aujourd'hui.
On parle souvent de lactalis. avril et Ldc sont 100 fois pire, ils ont aucun concurrents de poids et profitent du proteccionisme de notre filiere.
La fnsea veut rien changer. Ldc et avril s'entendent très bien et demain tout les grands groupes (prive et coopératif)de notre belle filière seront maître du jeu, et nous des pauvres pions
Jeu 7 Juil 2016 13:26 #13
Claude, tes voeux devraient être exaucé car l Europe n a plus de volonté, de stratégie à long terme et encore moins d argent pour une PAC. Donc on va vers un libéralisme. Et tantpis pour le laitier du plateau de langres qui devras se mesurer à un breton, ou un scandinave... Adieu l aménagement de tous les territoires :eusa_silenced. L agriculture est reconnue pour plein de choses et surtout pour s être adaptée aux mutations... Ce coup ci ça va être brutal, ça va laisser du monde au bord de la route... Celui qui aime les défis n a qu'à se lancer.... Moi tout compte fait, je préfère la DDE :hihi
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Jeu 7 Juil 2016 13:44 #14
l'avenir de l'agriculture française , pour moi , ce n'est ni la mondialisation , ni le protectionnisme a outrance , il est dans la recherche de valorisation du produit par notre plus grand atout : la multitude de saveurs et la qualité des produits (pour la multitude des saveurs , il y a longtemps que pactolis l'a compris , pour la qualité y a a redire )
vouloir jouer la concurrence sur les marchés de la poudre et du beurre (anciennement appelés " marchés de retrait " ) est suicidaire
la France a une bonne réputation de qualité , et on va s'en servir pour vendre de la poudre de lait au prix mondial :eusa_wall, la vente d'un camembert en chine doit rapporter autant qu'une tonne de poudre
Jeu 7 Juil 2016 14:09 #15
claudetexier a écrit:
Aujourd'hui, aucune n'ait choisi.
Nous avons seulement des bas prix que toute la filière souhaite pour écrémer les concurrents. Je parle de tous les maillons de la filière.
Pour le reste, le système français est l'inverse du libéralisme
Lequel je soutiens? les 2, si les français veulent conserver le système actuel des prix garanti, pourquoi pas.
Au contraire, si les français veulent une agriculture entreprenante avec des agriculteurs puissants, pourquoi pas!!!
En tout cas aujourd'hui, nous sommes entre les 2, personne veut prendre de risque, tout le monde a peur du lendemain.
Et pourtant les 2 systèmes sont cohérents et ont de l'avenir.
Aujourd'hui, on enrichit fortement les autres maillons de la filière: exemple, roulier, avril lactalis vital concept nos grandes coopératives et leur dirigeants, etc
Tous les grands groupes deviennent plus puissants en période de crise, il rachète au quotidien toutes les petites et moyennes entreprises frappées par la crise.
La différence entre un pays libéral et la France, les agriculteurs pesent davantage sur la filière.
Dans les pays protectionnistes, les grands groupes sont moins puissants. Voir n'existent pas!!!
Et la France, toujours le cul entre 2 chaises!!!!

Ou t'as vu qu'on a des prix garantis,justement l'agriculteur a toujours eu le meme prix par contre on pourrait pas en dire autant pour les mecanos,eta,contole laitier,gds.....
Eux ils vivent sur une autre planete,ils ont des couts ils les répercutent ,l'agri il doit se demerder avec le prix qu'on lui donne
On pourrait autant dire autant des coops prix de vente le plus bas et appros souvent plus cher,double discours ,le libéralisme pour les agri et la marge assurés pour eux.
Alors pourquoi l'agri devrait prendre des risques,il y en deja assez avec la meteo
Jeu 7 Juil 2016 14:25 #16
Cérès, je crois vraiment comme beaucoup, que tu comprend pas ce que c'est le libéralisme.
Et c'est exactement le discours de la fnsea pour protéger notre belle filière qui enrichit les uns et appauvris les autres.
Libéralisme ou protectionnisme, c'est pas ça le problème!!! Et perso je suis plus pour les frontières et la souveraineté de la France que pour libéralisme. Je peux m'adapter aux 2.


Padel
C'est aussi le discours fnsea ou dirais je filière, enrichir tous les maillons et appauvrir les agriculteurs.
Pourquoi changer? C'est ce qui marche aujourd'hui

Stéph
Tu dis exactement la même chose que je pense, je propose 2 solutions pour avoir des agriculteurs forts.
Le libéralisme existe juste pour les prix agricoles, la fnsea adore!!!!!
Jeu 7 Juil 2016 14:26 #17
"L'Europe a 500 millions d'habitants et doit assurer son indépendance alimentaire, ce qui veut dire, d'abord, garder ses agriculteurs dans ses campagnes"
Mercedes Bresso député européenne, économiste et présidente de l'intergroupe parlementaire Rumra (Zones rurales, de montagnes et isolées)
Le Sillon ,juin 2016
Jeu 7 Juil 2016 14:42 #18
J en conviens Claude je n y connais rien en économie. J'ai fais une école de commerce... Mais je ne suis pas allé jusqu'au final car je voulais M installer :hihi et une ferme se présentait...alors j'ai loupé quelques notions
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Jeu 7 Juil 2016 14:42 #19
claudetexier a écrit:

Padel
C'est aussi le discours fnsea ou dirais je filière, enrichir tous les maillons et appauvrir les agriculteurs.
Pourquoi changer? C'est ce qui marche aujourd'hui


ne me parle pas de discours fnsea , ils disent une chose et préparent son contraire :itsnot , mais si on veut un meilleur prix , ça ne passera surement pas par faire de la poudre :idea: , aprés , la redistribution des dividendes est un autre sujet , qui , je te l'accorde mérite également toute notre attention :idea: , le constat que je fais , depuis de nombreuses années , est que nos coops , qui devraient êtres le moteur de la valorisation pour l’adhérent , sont parties dans une politique du volume au détriment de la rentabilité , le chiffre d'affaires plutot que le résultat ( je voulais dire bénéfice , mais le bénéfice n'existe pas pour une coop )
Jeu 7 Juil 2016 14:48 #20
claudetexier a écrit:
Le libéralisme existe juste pour les prix agricoles, la fnsea adore!!!!!


Là je comprend mieux, c'est tout à fait cela, il y en a qui sont pour le libéralisme, ou du moins avec leur pré carré et tant qu'ils peuvent bouffer les autres...

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut