L'escalade d'engagement anti-agriculture conventionnelle

Ouvert par trouspinette, 23 mai 2016

Mar 26 Sep 2017 13:33 #701
Le seul spécialiste de la mauvaise foi sur ce genre de fil c'est vous.
Faire du HS et écrire n'importe quoi par dépit et frustration ne remplacent pas 1 seule seconde votre habituelle absence d'argument rationnel et factuel afin de justifier votre allégation arbitraire; madame Miller fait selon vous de la désinformation.

Nouveau test:
Alors concrètement Miloux11.
Miloux 11 pouvez vous fournir des éléments de preuve rationnels et factuels comme quoi et selon vous, madame Miller fait de la désinformation et donc, allègue des mensonges et des contrevérités concernant les dépenses en com dédiées aux allégations mensongères de ce business du "bio" aux USA afin d'enfumer le consommateur et influencer fallacieusement l'opinion publique ?
Jeu 7 Déc 2017 13:46 #702
Non le glyphosate n'est pas, n'a jamais été un P E.

Afin de justifier son commerce dans le "bio" Bioocop a besoin de mentir aux consommateurs.
Aussi c'est encore amusant de constater que pitoyablement un homme politique a l'intention d'être volontairement enfumé afin d'espérer éventuellement un soutien.
https://twitter.com/benoithamon/status/935483927179005953
Mer 24 Jan 2018 21:11 #704
Chacun sa route, chacun son chemin..
Je pense que tout le monde à conscience de la problématique des pesticides, herbicides, pollution, etc...
Seulement c'est a chacun sa démarche à son, on est qui pour remettre en question les choix de vies de ses voisins ? Tout le monde a raison chez soi.

Je suis moi même engagé anti-agriculture conventionnelle, si on peut dire. Je fais de l 'agriculture paysanne plutôt. Je limite mon utilisation de soufre et cuivre, et je plante des arbres :gene J'aime le principe des auxiliaire et de la prophylaxie.

Je pense que le véritable problème est plutôt de trouver comment chacun peu subvenir à ses besoins ? Sans avoir à faire une course à la productivité illimité, ni habité dans des grottes.

On a tous les mains dans la terre conventionnel ou bio, il ne faut pas se laisser diviser et avancé vers un futur ou les agriculteurs pourront vivre enfin de leur travail, sans s'endetter de façon abusive et systématique. (conventionnelle OU bio)

N.B : je vous invite quant même à lire ceci : http://www.senat.fr/rap/r12-042-2/r12-042-241.html :eusa_wall
Et cela : http://www.liberation.fr/planete/2017/1 ... ni_1604382 :malade
Jeu 25 Jan 2018 20:03 #705
Carmas a écrit:
Chacun sa route, chacun son chemin..
Je pense que tout le monde à conscience de la problématique des pesticides, herbicides, pollution, etc...
>>>Bien sûr mais tout le monde n'a pas conscience de l'utilité des "pesticides" afin d'assurer quand ceux-ci sont nécessaires un potentiel de récolte et que celle-ci soit saine donc commercialisable.À l'évidence ceux-ci font partie intégrante de la durabilité/la viabilité des exploitations (Conv et "bio").
Pour info, les herbicides font partie du terme générique "pesticide".

Seulement c'est a chacun sa démarche à son, on est qui pour remettre en question les choix de vies de ses voisins ? Tout le monde a raison chez soi.
>>>C'est pourquoi les actions et démarches fallacieuses anti agriculture Conv comme celles contenues dans les liens de ce topic doivent être dénoncées.

Je suis moi même engagé anti-agriculture conventionnelle, si on peut dire.
>>>Vous êtes ou vous n'êtes pas.D'ailleurs, pourquoi être anti plutôt que de ne pas vouloir partager un itinéraire Conv mais tout simplement vouloir choisir librement un itinéraire différent ?
Aussi à la lecture du contenu de vos propos:
"Seulement c'est a chacun sa démarche à son, on est qui pour remettre en question les choix de vies de ses voisins ?"(sic)
"On a tous les mains dans la terre conventionnel ou bio, il ne faut pas se laisser diviser"(sic)
Que signifie alors être un "engagé anti-agriculture Conv"(sic) ?

Je fais de l 'agriculture paysanne plutôt. Je limite mon utilisation de soufre et cuivre, et je plante des arbres :gene J'aime le principe des auxiliaire et de la prophylaxie.
>>>C'est tout à fait respectable et le principal est que vous en soyez satisfait.Aussi cela ne nécessite pas chez vous le besoin d'alléguer des âneries, des contrevérités et des mensonges afin de justifier le bien fondé de votre itinéraire choisi librement.
Autrement, à part limiter l'utilisation des produits chimiques, planter des arbres, utiliser des auxiliaires et faire de la prophylaxie comme aussi peuvent le faire/font des agriculteurs Conv.
C'est quoi "faire de l'agriculture paysane" ?

Je pense que le véritable problème est plutôt de trouver comment chacun peu subvenir à ses besoins ? Sans avoir à faire une course à la productivité illimité, ni habité dans des grottes.
>>>Oui bien sûr.

On a tous les mains dans la terre conventionnel ou bio, il ne faut pas se laisser diviser
>>>Le contenu des liens de ce topic démontre que ce n'est malheureusement pas le souhait de certains.Bien au contraire !

et avancé vers un futur ou les agriculteurs pourront vivre enfin de leur travail, sans s'endetter de façon abusive et systématique. (conventionnelle OU bio)
>>>C'est bien sûr et j'espère le souhait de tout le monde.

N.B : je vous invite quant même à lire ceci : http://www.senat.fr/rap/r12-042-2/r12-042-241.html :eusa_wall
Et cela : http://www.liberation.fr/planete/2017/1 ... ni_1604382 :malade
>>>Pas de souci, je connais le contenu de ces liens.
Vous pouvez aussi lire ceci:
http://www.forumphyto.fr/2017/11/20/le- ... -abeilles/
http://seppi.over-blog.com/2017/03/un-p ... e-proteste
http://agriculture.gouv.fr/sites/minagr ... uceron.pdf
Ven 26 Jan 2018 09:23 #706
trouspinette a écrit:
Carmas a écrit:
Chacun sa route, chacun son chemin..
Je pense que tout le monde à conscience de la problématique des pesticides, herbicides, pollution, etc...
>>>Bien sûr mais tout le monde n'a pas conscience de l'utilité des "pesticides" afin d'assurer quand ceux-ci sont nécessaires un potentiel de récolte et que celle-ci soit saine donc commercialisable.À l'évidence ceux-ci font partie intégrante de la durabilité/la viabilité des exploitations (Conv et "bio").
Pour info, les herbicides font partie du terme générique "pesticide".

Seulement c'est a chacun sa démarche à son, on est qui pour remettre en question les choix de vies de ses voisins ? Tout le monde a raison chez soi.
>>>C'est pourquoi les actions et démarches fallacieuses anti agriculture Conv comme celles contenues dans les liens de ce topic doivent être dénoncées.

Je suis moi même engagé anti-agriculture conventionnelle, si on peut dire.
>>>Vous êtes ou vous n'êtes pas.D'ailleurs, pourquoi être anti plutôt que de ne pas vouloir partager un itinéraire Conv mais tout simplement vouloir choisir librement un itinéraire différent ?
Aussi à la lecture du contenu de vos propos:
"Seulement c'est a chacun sa démarche à son, on est qui pour remettre en question les choix de vies de ses voisins ?"(sic)
"On a tous les mains dans la terre conventionnel ou bio, il ne faut pas se laisser diviser"(sic)
Que signifie alors être un "engagé anti-agriculture Conv"(sic) ?


> Pour moi être engagé anti agriculture conventionnelle veut dire qu'il n'y aura pas une goutte d'herbicides, ni de pesticides de synthèse chez moi. Pas plus d'amendements/engrais chimique (ou minérale). Sa veut aussi dire que je respecte les petit animaux chez moi, que j'aimerai mettre en place une technique culture avec un labour limite voir inexistant (je suis un grand rêveur, mais je m'en donne les moyens :faim )
CA veut aussi dire que à chaque fois que j'en est l'opportunité de défendrai mes propos et je me cacherai pas pour faire du bio. Que je refuse de me laissé entrainé dans un système de production qui ne me correspond pas, et qui, (de mon point de vue) n'est pas comptable avec le fonctionnement de la nature elle même.

[quote=]Je fais de l 'agriculture paysanne plutôt. Je limite mon utilisation de soufre et cuivre, et je plante des arbres :gene J'aime le principe des auxiliaire et de la prophylaxie.
>>>C'est tout à fait respectable et le principal est que vous en soyez satisfait.Aussi cela ne nécessite pas chez vous le besoin d'alléguer des âneries, des contrevérités et des mensonges afin de justifier le bien fondé de votre itinéraire choisi librement.
Autrement, à part limiter l'utilisation des produits chimiques, planter des arbres, utiliser des auxiliaires et faire de la prophylaxie comme aussi peuvent le faire/font des agriculteurs Conv.
C'est quoi "faire de l'agriculture paysane" ?


> De mon point de vue (chacun parle pour soi et n'engage que soi), sa veut dire que j'essaye de faire de bon sens. C'est à dire que j'ai conscience que toutes les années se suivent mais ne se ressemblent pas, et je diversifie ma production afin d'éviter d'être coincée et obligé de passé des produits de choc.
Je fais de la vigne (pour sa que je suis ici quand même :pouce ), de l'huile d'olive et un peu de miel.
Le tout très proche les uns des autres, dans une cultures ou chaque choses à sa place, mais tous ensemble. (mes oliviers entourent mes vignes, et mes abeilles sont à 50mètres de mes vignes dans un petit bosquet).
Sa veut aussi dire que je limite mon endettement, que j'essaye d'être propriétaire chez moi et que je n'attend rien de technocrates bruxellois ou parisien. Je demande aucune aidé (si les dégrevement de cotisations cette année ..). Je suis agriculteurs, pas sécrétaire et passé 1 quart de mes journées à remplir des papiers pour des subventions... Je préfèrerai qu'ils valorisent nos produits....
Grossière être paysan pour moi c'est regardé l'heure en levant la queue de la vache.

[quote=]Je pense que le véritable problème est plutôt de trouver comment chacun peu subvenir à ses besoins ? Sans avoir à faire une course à la productivité illimité, ni habité dans des grottes.
>>>Oui bien sûr.

On a tous les mains dans la terre conventionnel ou bio, il ne faut pas se laisser diviser
>>>Le contenu des liens de ce topic démontre que ce n'est malheureusement pas le souhait de certains.Bien au contraire !

et avancé vers un futur ou les agriculteurs pourront vivre enfin de leur travail, sans s'endetter de façon abusive et systématique. (conventionnelle OU bio)
>>>C'est bien sûr et j'espère le souhait de tout le monde.[/quote]

> Malheureusement avec la mécanisation à outrance et la désertification des milieux ruraux, combien d'agriculteurs continue de travaillé à la main plutôt qu'a la machine ?
Pour la vigne de la plantation à la récolte on à tout mécanisé (encore qu'il faille mettre les fils et les piqués)
Je ne juge pas, et lancé dans une certaine dynamique, sa devient vite ingérable si l'on est seul et qu'on travail à la main. (Les journées ne durent que 24h ..)

[quote=]N.B : je vous invite quant même à lire ceci : http://www.senat.fr/rap/r12-042-2/r12-042-241.html :eusa_wall
Et cela : http://www.liberation.fr/planete/2017/1 ... ni_1604382 :malade
>>>Pas de souci, je connais le contenu de ces liens.
Vous pouvez aussi lire ceci:
http://www.forumphyto.fr/2017/11/20/le- ... -abeilles/
http://seppi.over-blog.com/2017/03/un-p ... e-proteste
http://agriculture.gouv.fr/sites/minagr ... uceron.pdf
[/quote][/quote]

:eusa_wall Je ne savais pas merci pour les liens !


P.S ; Tu peux me tutoyer je suis pas pet sec :hihi :bisoums
Mer 31 Jan 2018 13:43 #707
Désolé je vous avais oublié.


Carmas a écrit:
> Pour moi être engagé anti agriculture conventionnelle veut dire qu'il n'y aura pas une goutte d'herbicides, ni de pesticides de synthèse chez moi.
>>>Cet engagement correspond au cahier des charges de l'agriculture "bio" en tant qu'itinéraire/votre choix d'exploitant mais pas à une démarche anti-agriculture Conv telle que les liens de ce topic abordent.

Pas plus d'amendements/engrais chimique (ou minérale).
>>>Les fertilisants organiques autorisés en "bio" possèdent eux aussi des éléments chimiques identiques aux engrais de synthèse.Seule l'origine de ces éléments chimiques est différente.Et bien sûr ceux-ci ("bio" et Conv) sont indispensables.

Sa veut aussi dire que je respecte les petit animaux chez moi,
>>>Cela n'est pas un engagement anti-agriculture Conv.


que j'aimerai mettre en place une technique culture avec un labour limite voir inexistant (je suis un grand rêveur, mais je m'en donne les moyens :faim )
>>>À la vue de votre production cela me semble être possible (?).
"Je fais de la vigne (pour sa que je suis ici quand même :pouce ), de l'huile d'olive et un peu de miel."(sic)
Je suis totalement ignare en viticulture et concernant les oliviers c'est pire.

CA veut aussi dire que à chaque fois que j'en est l'opportunité de défendrai mes propos et je me cacherai pas pour faire du bio.
>>>Tant que vos propos ne contiennent pas d'âneries, mensonges et des contrevérités destinés à diaboliser de façon gratuite et arbitraire l'agriculture Conv c'est tout à fait respectable.Encore une fois et pour l'instant, je n'ai pas lu dans le contenu de vos propos des allégations mensongères anti agriculture Conv destinées à vouloir justifier le bien fondé de votre libre choix d'être en "bio".

Que je refuse de me laissé entrainé dans un système de production qui ne me correspond pas,
>>>C'est votre libre choix et il est respectable.

et qui, (de mon point de vue) n'est pas comptable avec le fonctionnement de la nature elle même.
>>>Ce n'est pas un point de vue mais un constat d'évidence ou du bon sens.Vos interventions dans vos parcelles n'ont rien d'un fonctionnement naturel.Pratiquer l'agriculture ("bio" et Conv) est tout sauf une activité professionnelle naturelle.

> De mon point de vue (chacun parle pour soi et n'engage que soi), sa veut dire que j'essaye de faire de bon sens. C'est à dire que j'ai conscience que toutes les années se suivent mais ne se ressemblent pas, et je diversifie ma production afin d'éviter d'être coincée et obligé de passé des produits de choc.
Je fais de la vigne (pour sa que je suis ici quand même :pouce ), de l'huile d'olive et un peu de miel.
Le tout très proche les uns des autres, dans une cultures ou chaque choses à sa place, mais tous ensemble. (mes oliviers entourent mes vignes, et mes abeilles sont à 50mètres de mes vignes dans un petit bosquet).
Sa veut aussi dire que je limite mon endettement, que j'essaye d'être propriétaire chez moi et que je n'attend rien de technocrates bruxellois ou parisien. Je demande aucune aidé (si les dégrevement de cotisations cette année ..). Je suis agriculteurs, pas sécrétaire et passé 1 quart de mes journées à remplir des papiers pour des subventions... Je préfèrerai qu'ils valorisent nos produits....
Grossière être paysan pour moi c'est regardé l'heure en levant la queue de la vache.
>>>Les agriculteurs Conv disent la même chose.


> Malheureusement avec la mécanisation à outrance et la désertification des milieux ruraux, combien d'agriculteurs continue de travaillé à la main plutôt qu'a la machine ?
Pour la vigne de la plantation à la récolte on à tout mécanisé (encore qu'il faille mettre les fils et les piqués)
Je ne juge pas, et lancé dans une certaine dynamique, sa devient vite ingérable si l'on est seul et qu'on travail à la main. (Les journées ne durent que 24h ..)
>>>Chacun doit faire en fonction de sa situation et de ses aspirations.

P.S ; Tu peux me tutoyer je suis pas pet sec :hihi :bisoums
>>>Oui bien sûr mais je préfère "vous" mais si vous, vous préférez le "tu", pas de souci.
Jeu 8 Fév 2018 11:02 #708
De l'agriculture ''conventionnelle'' théorisée par les ingénieurs des mines, á la résurrection des Terroirs

https://www.canal-u.tv/producteurs/canal_uved/mutations_des_terroirs_viticoles_du_sud_ouest_europeen
MUTATIONS DES TERROIRS VITICOLES DU SUD-OUEST EUROPÉEN
Le grand public découvre aujourd’hui la fragilité de la plupart des économies viticoles, mais depuis 1997 le monde viticole traverse une crise sévère qui a profondément perturbé les vignobles européens. En effet, partout dans le monde, il y a une résorption du vignoble de masse au profit des vins de meilleure qualité mais plus chers. D’où la nécessité de ces vieux vignobles de masse (La Mancha en Espagne ou le Languedoc-Roussillon en France) de se reconvertir ou de se spécialiser davantage. D'autres régions, d'autres territoires, d'autres vignobles ont également connu ou connaissent des changements parfois très importants.

L'ensemble des films de cette collection constitue une série d'études de cas : sauvetage d'un micro vignoble montagnard en Cantabrie ; résurrection d'un terroir viticole unique dans le Priorat ; vignoble en sursis dans la Axarquía de Málaga ; maintien, adaptation et excellence dans le vignoble de Porto ; mutation à grande échelle dans le plus vaste vignoble du monde, La Mancha; vignoble d'altitude dans la Contraviesa des Sierras de Grenade. À travers tous ces documentaires, les paysages viticoles sont révélateurs de l'évolution des pratiques culturales et des modes de conduites en faveur de l'environnement. Mais ces films nous parlent aussi de la dimension sociale et humaine de ces vignobles et, au-delà d'un affichage environnemental, se cachent des motivations économiques, bien souvent indispensables à la survie des exploitations dans le contexte économique actuel.
Jeu 8 Fév 2018 13:54 #709
Question à un Pro/des Pros.
Pouvez vous expliquer pourquoi la "résurection d'un terroir" serait unr bonne/louable volonté qui ne concerne pas la viticulture Conv et serait donc, la démonstration décrétée d'une escalade d'engagement anti-agriculture Conv (c'est le thème de ce topic) ?
Jeu 8 Fév 2018 22:54 #710
Les mots ont un sens
conventionnel1 ------ (adjectif)
1. Qui résulte d'une convention, d'une décision.
ex;: valeur conventionnelle de la monnaie.
2. Conforme aux conventions sociales ; peu naturel, peu sincère.
Des idées très conventionnelles

=====================================================
Je sais ce qu'est un terroir, un vin d'appellation , un vin Bio ou Biody je ne vois toujours pas ce qu'est un vin conventionnel.

La viticulture n'est conventionnelle que par la décision d'une filière industrialisée (peu naturelle et peu sincère), pour s'assurer á bon compte une source de matière première standardisée.
Votre invention de l’escalade anti-conventionnelle et de son ennemi le grand méchant Bio ne concerne que la défense de votre petit pré carré corporatiste menacé d’obsolescence.
Ven 9 Fév 2018 14:16 #711
Miloux11 a écrit:
Les mots ont un sens
conventionnel1 ------ (adjectif)
1. Qui résulte d'une convention, d'une décision.
ex;: valeur conventionnelle de la monnaie.
2. Conforme aux conventions sociales ; peu naturel, peu sincère.
Des idées très conventionnelles

>>>Au sujet de la nature même de ce forum qui traitre de sujets concernant l'agriculture avec un grand "A" cela à un sens évident pour toutes les personnes concernées de près ou de loin par l'agriculture.Sauf pour vous bien sûr.
Concernant la pratique de l'agriculture entre autres productions comme la viticulture et qui fait consencus/sens professionnel afin de les distinguer.
Qui résulte d'une convention, d'une décision d'utiliser dans un itinéraire des intrants de synthèse contrairement à un itinéraire dit "bio" qui lui n'utilise pas d'intrants de synthèse.
Pas autre chose Miloux11.

Pour le fun;
Les mots ont un sens:
"bio"
Ce terme d'origine grecque signifie "vie".
Les agriculteurs Conv comme les agriculteurs "bio" travaillent tous avec les mêmes espèces cultivées "vivantes" afin que celles-ci selon l'itinéraire ("bio" et Conv) choisi librement produisent une récolte saine et impérativement commercialisable.
Bref, ce divertissement toujours par défaut et faute de mieux ne répond pas à ma question.

=====================================================
Je sais ce qu'est un terroir, un vin d'appellation ,
>>>En agriculture depuis que les 2 itinéraires sont pratiqués et bien distingués(c'est juste au-dessus) vous avez:
Un terroir qui peut être exploité en Conv ou en "bio". Miloux11, oui ou non ?
Un vin d'appellation peut provenir d'une exploitation viticole en Conv ou en "bio". Miloux11, oui ou non ?

un vin Bio ou Biody je ne vois toujours pas ce qu'est un vin conventionnel.
>>>Alors à nouveau puisque malheureusement cela est nécessaire.
Un vin "bio" est un vin produit par un vigneron qui pour l'élaborer utilise du raisin provenant de vignes exploitérs par un viticulteur n'utilisant pas d'intrants de synthèse (interdit par un cahier des charges que s'impose l'agriculture "bio") qui que vous le vouliez ou non, sont aussi des intrants qui relèvent d'une production industrielle.
À contrario, un viticulteur Conv lui peut utiliser des intrants de synthèse.
Ainsi vous devez normalement arriver à pouvoir faire le très facile distinguo entre ce qui est dit "bio" et Conv.

La viticulture n'est conventionnelle que par la décision d'une filière industrialisée (peu naturelle et peu sincère), pour s'assurer á bon compte une source de matière première standardisée.
>>>Si vous voulez mais dans ce cas là c'est comme l'agriculture "bio" (peu naturelle et peu sincère) et elle aussi avec une fillière industrialisée.
Sans oublier les faits/les évidences qui sont:
L'agriculture n'est surtout pas une activité naturelle et la nature ne pratique pas l'agriculture.
Bref, vos propos ressemblent encore fortement à un slogan idéologique primaire teinté rosâtre.Ceux-ci n'ont jamais nourri grand monde longtemps.

Votre invention de l’escalade anti-conventionnelle
>>>>>>Toujours par défaut écrire n'importe quoi et votre propension à mentir faute de mieux n'est pas une démarche sérieuse Miloux11.
Ce n'est pas "anti-conventionnelle" mais anti-agriculture Conv.
Ce n'est pas une invention car tous les faits contenus dans les liens de ce topic sont factuels et bien sûr, tous vérifiables.
Nouveau test:
Pouvez vous m'indiquer le contenu d'un lien relevant d'une invention(sic) ?

et de son ennemi le grand méchant Bio
>>>Heureusement, les vrais "bio" ne sont pas méchants, sont rationnels et j'en connais.
C'est impressionnant tellement vous êtes une personne fanatisée refusant de reconnaitre les faits/les évidences.
Miloux11 pour être honnête et rationnel vous devez écrire ceci:
"et de son ennemi le grand méchant Bio se devant d'être uniquement idéologique qui pour diaboliser l'agriculture Conv utilise la menace, les mensonges et les contrevérités comme justificatifs du bien fondé d'être en "bio" et de faire du business de produits "bio"".
D'ailleurs un jour ou l'autre, cette façon totalement idiote au possible de justifier le "bio" en diabolisant de façon gratuite et arbitraire l'agriculture Conv portera préjudice à la filière du "bio" en général.
C'est simple, le vrai "bio" a un ennemi intérieur qui est ce ridicule "bio" pitoyablement uniquement idéologique.

ne concerne que la défense de votre petit pré carré corporatiste menacé d’obsolescence.
>>>Nouveau test:
Pouvez vous m'indiquer quel est mon décrété selon vous "votre petit pré carré corporatiste menacé d'obsolescence"(sic) ?

Autrement à part un discours uniquement idéologique et comme vous êtes (encore) incapable de répondre à ma question.

Pour les vrais Pros.
Pouvez vous expliquer pourquoi la "résurection d'un terroir" serait une bonne/louable volonté qui ne concerne pas la viticulture Conv ?
Et serait donc, la démonstration décrétée d'une escalade d'engagement anti-agriculture Conv (c'est le thème de ce topic) ?
Ven 9 Fév 2018 19:51 #713
Il faut quand mème constater qu' il y a un marché pour les "vignobles de masse", quoi que l'on en dise.
Jeter le bébé avec l'eau du bain c'est oublier toutes ces années ou finalement, avec des prix de vente moyen, les viticulteurs ont réussit à en vivre dignement malgré Monsatan et la fameuse filière industrialisé.
C'est bien simple de frapper sur le conventionnel, sur la filière, sur les GMS sans se poser les vrais questions : pourquoi ce qui marchait il y a seulement 3 ans ne marche plus aujourd'hui dans certaines régions ? Pourquoi ce marché c'est retrouvé inondé de vin étranger? Pourquoi malgré une petite récolte historique les cours n'ont pas montés en conséquence ?
Je ne comprend pas pourquoi faudrait il encore que la France abandonne un marché ? Pour laisser la place à nos voisins européens ou aux vins du nouveau monde ? Et nous se masturber en tentant la résurrection de ce qui ne fonctionnait plus ?
Il ne faut pas oublier que d'autres secteurs, notamment industriels, ont tentés la mème voie qualitative il y a des années, pour devenir quoi maintenant ? Une qualité à peine au dessus de la moyenne à prix trop cher !
Et c'est ce qui va se passer si on continu avec ces réveurs, parce que c'est bien beau de vendre du rève, il y a bien un moment ou ce vin il va falloir le vendre, le boire et il faudra qu'il vaille son prix, et c'est pas gagné ! :dingue
Ven 9 Fév 2018 21:41 #714
trouspinette a écrit:
Autrement à part un discours uniquement idéologique et comme vous êtes (encore) incapable de répondre à ma question.

Pour les vrais Pros.
Pouvez vous expliquer pourquoi la "résurection d'un terroir" serait une bonne/louable volonté qui ne concerne pas la viticulture Conv ?
Et serait donc, la démonstration décrétée d'une escalade d'engagement anti-agriculture Conv (c'est le thème de ce topic) ?
:interr
Pour le vrai Pro de la question Pro-fessorale...
Même avec la meilleure volonté, j'ai beau la tourner dans tous les sens, je n'y trouve pas de sens á votre question de Pro.
Sam 10 Fév 2018 10:33 #715
WESTVAR a écrit:
Il faut quand mème constater qu' il y a un marché pour les "vignobles de masse", quoi que l'on en dise.
...
Et c'est ce qui va se passer si on continu avec ces réveurs, parce que c'est bien beau de vendre du rève, il y a bien un moment ou ce vin il va falloir le vendre, le boire et il faudra qu'il vaille son prix, et c'est pas gagné ! :dingue


Notre marché de masse pour le vin, c'est un volume lié á deux facteurs basiques 1/ la conso par tête; 2/ la surface de population qui le boit.
Pour le 1/ si ce n'est plus un aliment de base quotidien comme au bon vieux temps il faut bien trouver des ressorts de consommation avec des arguments sur le gout ( qualité), la valeur (santé), du symbolique ( rêve) pour motiver l'achat et justifier le prix.
Pour le 2/ quand on á fait le tour des marché de niche il n''y á guère que l'export qui puisse faire levier.

Donc au final c'est bien sur l'étiquette que que se joue l'équation décisionnelle du consommateur á savoir si le flacon vaut son prix.
Si tu laisses la GD faire l'assemblage et l'étiquette avec ses propres marques distributeur elle se servira évidement toujours en premier et largement sur la marge. Toi quand tu vends de la matière première ( du minerai en vrac ) ton seul client c'est bien Mr Gédé qui n'a effectivement pas d'états d’âme et ta seule variable d'ajustement le coût de production au kilo.
Pas besoin d'être grand-clerc, pour savoir que quand Mr Gédé le décidera (et c'est pas loin) tu te mettras au Bio ou même á la Biody pour lui faire plaisir, en confirmant par la même occasion la prédiction bien entendue '' quand on se mettra tous au Bio, les prix s'aligneront au taquet'', forcément auto-réalisatrice.
Regardez le reportage ( plus haut) sur la Mancha qui fait 2x plus d'hectos sur 2x la surface du Languedoc Roussillon.
https://www.canal-u.tv/video/canal_uved/la_mancha_le_plus_vaste_vignoble_du_monde.14058
A en croire les dernières réunions de secteurs et les récentes AG c'est bien ce modèle qui fait bander notre bon syndicat et les directeurs de nos bonnes coops, en nous laissant la ''branlette'' pour consolation, et quelques dégrèvement de taxes héroïquement conquis á coups de pneus brulés devant les préfectures.
Lun 12 Fév 2018 13:35 #716
Miloux11 a écrit:
trouspinette a écrit:
Autrement à part un discours uniquement idéologique et comme vous êtes (encore) incapable de répondre à ma question.

Pour les vrais Pros.
Pouvez vous expliquer pourquoi la "résurection d'un terroir" serait une bonne/louable volonté qui ne concerne pas la viticulture Conv ?
Et serait donc, la démonstration décrétée d'une escalade d'engagement anti-agriculture Conv (c'est le thème de ce topic) ?
:interr
Pour le vrai Pro de la question Pro-fessorale...
Même avec la meilleure volonté,
>>>Avec votre posture idéologique dans l'excalade d'engagement anti-agriculture Conv vous ne pouvez pas/plus (interdit) avoir de "meilleure volonté"(sic).Il faut faire avec.

j'ai beau la tourner dans tous les sens, je n'y trouve pas de sens á votre question de Pro.
>>>Mince, c'est en effet bêta !
D'abord pour vous aider à être dans le bon sens/discernement.
Ce n'est pas une question posée par un Pro "votre question de Pro et Pro-fessorale"(sic) car je ne suis pas un Pro.Je suis ignare.
C'est par contre ma question d'ignare donc de non Pro et je la pose aux vrais Pros de la viticulture.Nuance !

Alors, avec la meilleure volonté je vais essayer de faire le plus simple possible.
Voici la question pour les vrais Pros initiée par ce HS orienté abordant la "resurection d'un terroir" que vous Miloux11 avez posté le Jeu 8 Fév 2018 11:02 VS le thème de ce topic bien défini/spécifique "l'escalade d'engagement anti-agriculture Conv".
Pourquoi/pour quelle(s) raison(s) cette volonté très louable de "résurection d'un terroir" est/serait réservée/possible que si le viticulteur/vigneron est impérativement en "bio" ?
Ou si vous préférez:
Pourquoi/pour quelle(s) raison(s) la très louable "resurection d'un terroir" n'est pas/ne serait donc pas possible si le viticulteur/vigneron est en Conv ?

En remerciant à l'avance ceux qui peuvent me donner une éventuelle réponse/explication.

Et pour vous Miloux11 cette question qui est fondamentale et très, très facile.
Miloux11 pouvez vous expliquer quel rapport a ce thème HS la "résurection d'un terroir" avec ce topic qui lui, concerne/aborde le thème bien défini/spécifique "l'escalade d'engagement anti-agriculture Conv" ?
Lun 12 Fév 2018 15:25 #718
Bon pour vous être agréable et rester dans LE sujet entre fans d'escalade , voici un nouveau sommet á gravir avec les compliments de votre très cher G.Séralini en Premier de Cordée.
https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/quand-les-pesticides-ont-de-la-bouteille
Image
A l’usage de tous les amateurs de bons vins, Jérôme Douzelet et Gilles-Eric Séralini ont concocté un petit guide, Le goût des pesticides dans le vin, une étude étonnante et détonante qui montre comment notre cerveau peut garder en mémoire non pas seulement le vrai goût du vin, celui dont les vertus et les bienfaits naturels pour la santé sont loués, mais celui aussi des pesticides dont ils sont désormais composés et dont les effets sur la santé sont des plus inquiétants.
Un livre d’utilité publique, comme le présente les auteurs, Jérôme Douzelet, chef cuisinier du Mas de Rivet, à Barjac (ds le Gard), Président de Spark-Vie, et Gilles-Eric Séralini, Professeur de biologie moléculaire et toxicologie à l’université de Caen, spécialiste des OGM et des pesticides. Honoré du prix international du lanceur d’alerte 2015 et du prix Théo Colborn 2016 pour la santé environnementale aux Etats - Unis.

Jérôme Douzelet:
'' Les vignerons sont les premières victimes de ce système. La vigne française est une des plus grosses consommatrices de pesticides dans le monde.
Quelques traits communs à tous les pesticides présent dans le vin : assèchement au niveau de l'ensemble de la bouche, sensation brûlante et piquante sur la langue qui rend difficile la perception des multiples arômes.''
Gilles-Eric Séralini:
''Il y a deux toxicités : celle à court terme provocant malaises et maux de têtes, et celle à long terme développant maladies chroniques telles que cancer, maladies de la reproduction, maladies immunitaires ...
Le glyphosate ne constitue que 40% du Round Up, on y trouve aussi des poisons cachés : dérivé de pétrole brûlé, graisses animales et arsenic.
Un vin traité aux pesticides sera moins cher qu'un vin bio alors qu'il revient très cher à la société et à l'environnement. Ce système ne tient pas la route.''
Lun 12 Fév 2018 20:09 #719
Miloux11 a écrit:
WESTVAR a écrit:
Il faut quand mème constater qu' il y a un marché pour les "vignobles de masse", quoi que l'on en dise.
...
Et c'est ce qui va se passer si on continu avec ces réveurs, parce que c'est bien beau de vendre du rève, il y a bien un moment ou ce vin il va falloir le vendre, le boire et il faudra qu'il vaille son prix, et c'est pas gagné ! :dingue


Notre marché de masse pour le vin, c'est un volume lié á deux facteurs basiques 1/ la conso par tête; 2/ la surface de population qui le boit.
Pour le 1/ si ce n'est plus un aliment de base quotidien comme au bon vieux temps il faut bien trouver des ressorts de consommation avec des arguments sur le gout ( qualité), la valeur (santé), du symbolique ( rêve) pour motiver l'achat et justifier le prix.
Pour le 2/ quand on á fait le tour des marché de niche il n''y á guère que l'export qui puisse faire levier.

Donc au final c'est bien sur l'étiquette que que se joue l'équation décisionnelle du consommateur á savoir si le flacon vaut son prix.
Si tu laisses la GD faire l'assemblage et l'étiquette avec ses propres marques distributeur elle se servira évidement toujours en premier et largement sur la marge. Toi quand tu vends de la matière première ( du minerai en vrac ) ton seul client c'est bien Mr Gédé qui n'a effectivement pas d'états d’âme et ta seule variable d'ajustement le coût de production au kilo.
Pas besoin d'être grand-clerc, pour savoir que quand Mr Gédé le décidera (et c'est pas loin) tu te mettras au Bio ou même á la Biody pour lui faire plaisir, en confirmant par la même occasion la prédiction bien entendue '' quand on se mettra tous au Bio, les prix s'aligneront au taquet'', forcément auto-réalisatrice.
Regardez le reportage ( plus haut) sur la Mancha qui fait 2x plus d'hectos sur 2x la surface du Languedoc Roussillon.
https://www.canal-u.tv/video/canal_uved/la_mancha_le_plus_vaste_vignoble_du_monde.14058
A en croire les dernières réunions de secteurs et les récentes AG c'est bien ce modèle qui fait bander notre bon syndicat et les directeurs de nos bonnes coops, en nous laissant la ''branlette'' pour consolation, et quelques dégrèvement de taxes héroïquement conquis á coups de pneus brulés devant les préfectures.

Et si je comprend bien ton raisonnement il faut laisser ce marché à ceux qui savent très bien en profiter : les Espagnols ! :dingue
Alors qu'avec un poil de protectionnisme et une plus grande clarté au niveau de l'étiquette il serait aisé d'avoir un prix décent pour le producteur local.
Mais bon, je te laisse expliquer aux gros producteurs d'IGP du forum qu'il faut qu'ils se reconvertissent dans la confiture de mures de ronces :blase
Lun 12 Fév 2018 20:11 #720
Miloux11 a écrit:
Bon pour vous être agréable et rester dans LE sujet entre fans d'escalade , voici un nouveau sommet á gravir avec les compliments de votre très cher G.Séralini en Premier de Cordée.
https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/quand-les-pesticides-ont-de-la-bouteille
Image
A l’usage de tous les amateurs de bons vins, Jérôme Douzelet et Gilles-Eric Séralini ont concocté un petit guide, Le goût des pesticides dans le vin, une étude étonnante et détonante qui montre comment notre cerveau peut garder en mémoire non pas seulement le vrai goût du vin, celui dont les vertus et les bienfaits naturels pour la santé sont loués, mais celui aussi des pesticides dont ils sont désormais composés et dont les effets sur la santé sont des plus inquiétants.
Un livre d’utilité publique, comme le présente les auteurs, Jérôme Douzelet, chef cuisinier du Mas de Rivet, à Barjac (ds le Gard), Président de Spark-Vie, et Gilles-Eric Séralini, Professeur de biologie moléculaire et toxicologie à l’université de Caen, spécialiste des OGM et des pesticides. Honoré du prix international du lanceur d’alerte 2015 et du prix Théo Colborn 2016 pour la santé environnementale aux Etats - Unis.

Jérôme Douzelet:
'' Les vignerons sont les premières victimes de ce système. La vigne française est une des plus grosses consommatrices de pesticides dans le monde.
Quelques traits communs à tous les pesticides présent dans le vin : assèchement au niveau de l'ensemble de la bouche, sensation brûlante et piquante sur la langue qui rend difficile la perception des multiples arômes.''
Gilles-Eric Séralini:
''Il y a deux toxicités : celle à court terme provocant malaises et maux de têtes, et celle à long terme développant maladies chroniques telles que cancer, maladies de la reproduction, maladies immunitaires ...
Le glyphosate ne constitue que 40% du Round Up, on y trouve aussi des poisons cachés : dérivé de pétrole brûlé, graisses animales et arsenic.
Un vin traité aux pesticides sera moins cher qu'un vin bio alors qu'il revient très cher à la société et à l'environnement. Ce système ne tient pas la route.''

Il ne faut jamais avoir eu de bulletin d'analyse de résidus dans les mains pour sortir de telles co**ries ! :eusa_wall

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut