Recherches sur l'amélioration de la culture des plantes

Ouvert par Miloux11, 06 mars 2016

Sam 13 Oct 2018 09:42 #81
PLANTES BIO-INDICATRICES ET VIE DES SOLS EN VITICULTURE - Gerard Ducerf oct 2015
Comment diagnostiquer la situation de son sol par l'observation analytique des plantes, identifier les problèmes de blocages et trouver de quelle façon y remédier.
Ven 19 Oct 2018 13:17 #82
Image
Terr'Eau Bio d'Occitanie est un programme régional de rencontres professionnelles gratuites pour tous les agriculteurs, sur diverses filières et divers sujets technico-économiques, qui se déroulent principalement sur des fermes bio d’Occitanie.
Ces rencontres s’adresse à tous les agriculteurs et professionnels de l’agriculture qui souhaitent venir découvrir et échanger sur des pratiques agricoles alternatives et souvent innovantes.
Le Programme est lá: cultures sous couverts permanents, engrais verts, fertilisation organique
http://terreaubio-occitanie.fr/#programme
Sam 27 Oct 2018 14:32 #83
https://mrmondialisation.org/lagriculture-biologique-resiste-mieux-aux-pathogenes-que-le-conventionnel/
Étude publiée dans ''NATURE'' : l’agriculture Bio résiste mieux aux pathogènes que le conventionnel sous pesticides
Alors que la France consomme de plus en plus de pesticides d’année en année, une étude internationale à laquelle s’est associé l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) démontre que l’agriculture biologique diversifiée résiste mieux que l’agriculture conventionnelle aux attaques de pathogènes. Ces nouvelles données chamboulent quelques perceptions erronées concernant le « bio ». Explications.
https://www.nature.com/articles/s41893-018-0102-4.epdf
Dim 28 Oct 2018 18:00 #84
https://www.doc-developpement-durable.org/file/Agriculture/sensibilisation-formation/Agriculture%20biologique%20peut%20alimenter%20le%20monde.pdf

Une étude complète et approfondie fait le point sur les suppositions selon lesquelles
l'agriculture biologique ne pourrait pas assurer l'alimentation mondiale, parce qu'elle
aboutirait à de trop faibles rendements utiliserait plus de surface et que les fertilisants
organiques ne seraient pas suffisamment disponibles.

Deux objections sont habituellement avancées par les détracteurs de l’agriculture biologique,
proclamant que celle-ci n’assure que de faibles rendements et qu’il n'y a pas assez de
fertilisants organiques pour assurer des rendements substantiels.
Une équipe de chercheurs scientifiques dirigés par Catherine Badgley de l' Université
du Michigan Ann Harbor, aux Etats-Unis, a maintenant réfuté ces idées largement
répandues, mais fausses, au sujet d'agriculture biologique. Cette dernière donne des
rendements qui sont en gros comparables à l'agriculture conventionnelle dans les pays
développés, d’une part, et des rendements beaucoup plus élevés dans les pays en voie
de développement, d’autre part ; par ailleurs, des quantités plus que suffisantes d'azote
peuvent être fournies par la fixation symbiotique dans le sol en employant simplement
des engrais verts.
Hors les problèmes de couverture des besoins alimentaires se posent essentiellement
dans ces pays en voie de développement et non dans les régions déjá favorisées.


source:http://www.i-sis.org.uk/organicagriculturefeedtheworld.php
Dim 28 Oct 2018 18:52 #85
Franchement milou tu en as pas marre de balancer des liens souvent à la c**, façon trouspimachin et chosephyto...
Comme si le problème de l'agriculture était là, il me semble pourtant noter une constante, de par la planète tout les vrais paysans crèvent, et attention à ne pas se laisser berner par les façades masquant la captation financière en cour.
Lun 29 Oct 2018 09:38 #86
Franchement ?.. non, ces liens ''á la con'' sont des publications scientifiques de ''Nature'' ou SIS, tu peux argumenter si tu ne partages pas l' interprétations de leurs études mais ce n'est pas de la propagande délirante d'assos bidons, de lobbies á la botte ou de rêveurs déjantés.
Si LE problème de l'Agriculture n'est pas ici dans ce topic, ce n'est surement pas toi qui ignore que l'agronomie et la conservation des sols feront partie des solutions que les vrais paysans devront mettre en oeuvre pour ne pas crever, en retrouvant une dignité, en retissant du lien avec une société qui a besoin de retrouver des racines.

La colère qui monte et le ras le bol de se faire prendre pour des con-ventionnels, con-sommateurs, con-citoyens par tous les bords sont certainement légitimes, mais faut pas se tromper de bouc émissaire en rejetant LE problème sur les collègues qui cherchent humblement des solutions alternatives, qui doivent aller bien au delà d'un cahier des charges Bio tel qu'il est défini actuellement, et de l'encadrement conventionnel de l'agrochimie.
A mon avis jouer les fantassins pour l'industrie agrochimique conventionnelle qui te pousse en première ligne pour ne surtout pas remettre en question un système qui la engraissée, c'est se tromper de bataille.
Lun 29 Oct 2018 10:19 #87
Écoute je vais te la faire simple ma réponse, les publications de tes liens j'en prends et j'en laisse.
Toutes les études scientifiques ne demandent souvent qu'à être contredite par d'autres scientifiques.
Ce qui m'a fait sortir de mais gons c'est de lire que les rdt en AB sont quasiment similaires à ceux du conventionnel, je côtoie suffisamment de bio... Et c'est toujours la même escroquerie souvent appliqué sur un plan économique, le fameux 1/4 supérieur, en gros l'élite bio par rapport à la moyenne des conventionnels peut-être.
Pour ta dernière remarque, attention on est malheureusement toujours l'idiot utile de quelqu'un, réfléchi aussi à ça pour toi.
topic-270518-20
Sur ce désolé je suis calmer.
Mar 30 Oct 2018 11:46 #88
titian a écrit:
Écoute je vais te la faire simple ...réfléchi aussi à ça pour toi.
topic-270518-20 'Le cancer de l'agriculture'
Sur ce désolé je suis calmer.

Pour faire simple aussi, je crois que tu confonds lá LE symptôme :eusa_wall qui nous démange tous avec LE vrai problème :aie qui est lá topic-270510 'Une trés trés belle initiative' et expliqué techniquement :readtopic-267423-20 'COOP/ Patrimoine agricole, le casse du siècle'

Et á mon avis avant de se calmer, faudrait qu'on prenne le taureau par les cornes.
Mar 30 Oct 2018 14:32 #89
T'inquiète avant de se décider et d'avoir le courage de prendre le taureau par les cornes, les sus cités on une sacré avance sur les bouseux de base.
Et quand une poignée se réveillent avec 2 ans de retard à l'allumage ça fait même pas grand bruit.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/1 ... germe.html
Mar 25 Déc 2018 23:46 #90
Microfermes en permaculture, croyance ou réalité ? explication claire par Charles Hervé Gruyer et sa ferme expérimentale
Mer 26 Déc 2018 00:07 #91
Franchement milou c'est Noël, mais laisse la ferme Bec Hellouin là où elle est !
Avec toute la fertilité importé même si elle est organique, le mythe de la ferme autonome et ultra productive en permaculture en prend un sacré coup.
Mer 26 Déc 2018 16:05 #92
Si tu veux parler de mythe, en terme de productivité la monoculture extensive ne se distingue que par le volume de production par tractoriste, ce qui est sans fondement d'un point de vue économique sur productivité et rendement. ( moins d'emplois moins de nourriture produite par unité de surface, moins d'efficacité énergétique moins de rendement éco, moins de résilience )

Toutes les études qui ont été approfondies sur le sujet démontrent que plus l'exploitation est grande, plus elle est inefficace et que la polyculture vivrière pratiquée á petite échelle et de très loin la plus productive.
Un système de ferme intégrée à petite échelle, dans lequel un fermier produit des grains, des fruits, des légumes, des produits animaux, (œufs, lait) est largement plus productif que tous les modèles de monoculture sur grandes parcelles, que ce soit en termes de tonnage, de calories ou de revenues.

Selon une étude dirigée aux États-Unis en 2002, la plus petite catégorie de fermes, celles avec une taille de moins de 1 hectare, génère des revenus 10 à 50 fois plus élevés par unité de surface que pour la catégorie des fermes Américaines les plus grandes.
Plus précisément, les fermes avec une superficie inférieure à 15 hectares sont plus de 10 fois plus rentables (par unité de surface toujours) que les fermes les plus grandes qui aux mains de multinationales accaparent la très grande majorité des terres arables sur la planète (80%).
http://www.grezentransition.be/IMG/pdf/LA_PERMACULTURE_-_UN_INTERET_ECONOMIQUE.pdf
http://ageconsearch.umn.edu/bitstream/20918/1/spgill01.pdf%20
http://web.worldbank.org/archive/website01066/WEB/IMAGES/11351332.PDF
Mer 26 Déc 2018 20:14 #93
Rien de bien surprenant milou.
Y a bien un truc qu'il conviendrait de vulgariser largement ces temps ci !
C'est l'intérêt de la polyculture élevage sur un plan durable, avec des herbivores on recarbonne facilement les sols quelques soit le mode d'agriculture choisi. Dis autrement on gagne en fertilité.
Jeu 28 Fév 2019 09:40 #95
« L’agroécologie scientifique peut-elle nourrir le monde durablement ? »
https://grainesdemane.fr/marc-dufumier-lagroecologie/
Marc Dufumier, professeur émérite d’agronomie à AgroParisTech, encourage le développement d’une agroécologie scientifique qui prône un usage intensif des ressources naturelles renouvelables grâce à une fine connaissance du fonctionnement des agroécosystèmes.

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/face-au-malaise-agricole-evolution-ou-revolution
Face au malaise agricole : évolution ou révolution ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-recherche-montre-en-main/la-recherche-montre-en-main-du-mercredi-27-fevrier-2019
Expérimentations de pratiques agroécologiques réalisées par les agriculteurs : Proposition d’un cadre d’analyse à partir du cas des grandes cultures et du maraîchage diversifié.
Maxime Catalogna, ancien doctorant à l’Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, en thèse CIFRE, financée par le Département de la Drôme et il était rattaché à l'Unité de Recherche Ecodéveloppement de l'INRA d'Avignon.
Lun 4 Mar 2019 22:02 #96
Paillage, semi-direct sous couvert vivant en Bio
Le « paysan-chercheur » Félix Noblia ré-invente l’agriculture sans pesticides et sans labour
https://reporterre.net/Le-paysan-chercheur-Felix-Noblia-invente-l-agriculture-sans-pesticides-et-sans
Félix Noblia parvient à se passer de produits phytosanitaires en jouant sur les temporalités : le paillage étouffe les mauvaises herbes jusqu’à ce que la taille des plantes issues de ses semis soit suffisante pour concurrencer toute autre pousse.
Lun 4 Mar 2019 22:29 #97
Juste quelques libertés avec la réalité et ce qu'il est possible de réaliser en SDCV dans la durée.
Jeu 2 Mai 2019 20:44 #98
Colloque international sur le développement durable
Baie-Saint-Paul 2016 Inspirer le monde!
Dim 19 Mai 2019 09:55 #99
https://theconversation.com/les-sciences-participatives-et-la-demarche-scientifique-85198

Ces dernières années ont été marquées par des évolutions, avec notamment la très forte croissance des publications scientifiques dans le champ des sciences et recherches participatives ; nous entendons par là « les formes de production de connaissances scientifiques auxquelles participent des acteurs de la société civile, à titre individuel ou collectif, de façon active et délibérée ».

Même si elles recouvrent des pratiques très variées, ces approches induisent un rapprochement entre les scientifiques et les citoyens. C'est le cas pour les projets s'appuyant sur la collecte massive de données par des amateurs, encore appelé crowdsourcing, et de manière encore plus intense pour des projets fondés sur une démarche de co-construction entre scientifiques et citoyens.

... la mise en œuvre de telles démarches nécessite un savoir-faire spécifique, notamment pour assurer dans la durée la mobilisation de l'ensemble des acteurs impliqués – ayant parfois des intérêts divergents.

Ces démarches impliquent de la part de chaque protagoniste une posture d'ouverture et d'écoute réelle. Car c'est l'assemblage pertinent des savoirs de chacun qui peut créer des plus-values originales, aussi bien scientifiques qu'opérationnels.
Jeu 20 Juin 2019 19:05 #100
MYCOPHYTO : Une start up de la symbiose agronomique, par la multiplication des champignon et mycorhization des plants.
http://www.inra.fr/Entreprises-Monde-agricole/Resultats-innovation-transfert/Toutes-les-actualites/3-questions-a-la-startup-Mycophyto
La startup propose d’utiliser les synergies plantes – champignons. Comment cela fonctionne-t-il ?

Lorsque nous apportons des intrants (pesticides et engrais), nous tuons les champignons. Or, c’est en partie grâce à eux que la plante se développe ! En utilisant les champignons mycorhiziens, nous augmentons de 100 à 1000 fois la surface d’échange entre les plantes et les champignons. Et si nous arrivons à sélectionner la meilleure association possible, nous maximisons la production, en stimulant et protégeant les plantes. Nous procédons de la manière suivante : nous faisons un prélèvement des sols, puis des analyses (isolement, souches de champignons mycorhiziens indigènes…) puis nous les produisons et multiplions en grande quantité. Enfin, nous les inoculons dans des plants de tomates. Comme, la plupart du temps, la production des tomates se fait hors sol, nous effectuons des modélisations en serre. Le résultat ? 15 % de fruits en plus sur chaque pied, de meilleures qualités nutritives ; et trois semaines de récoltes supplémentaires !

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut