Accueil   Grandes cultures   Forum Grandes Cultures  

Réduire l'utilisation des produits phyto.

Ouvert par trouspinette, 19 novembre 2015

Sam 26 Déc 2015 20:59
On peut rêver, mais garder les pied sur terre .....
Si le procédé est intéressant pour la gestion des vivaces,pour le reste j'ai comme un doute..... Et on parle même pas du coût......
Sam 26 Déc 2015 23:37
L'idée est bonne, voir avec un drone qui "suit" devant ?
Dim 5 Juin 2016 09:28
Par rapport au titre : une formation sur le bas volume, c'est déjà pas mal pour mettre le pied à l'étriller.
Jeu 30 Juin 2016 21:39
Le FiBL depuis 40 ans au service de l'agriculture biologique
Quelque 5000 personnes ont pu voir dimanche dernier ce que l’Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL fait à Frick. Tous les sens ont été sollicités sur les places qui entourent la ferme, la cave et le centre de recherches pour découvrir quelles solutions le FiBL étudie pour assurer une production alimentaire saine et respectueuse de l’environnement.

Dimanche dernier, quelque 5000 personnes ont pu découvrir ce qu’est la recherche bio lors de la journée portes ouvertes de l’Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL). Cette foule de visiteurs a pu s’égailler sur le vaste domaine du FiBL.

En plein milieu du vignoble et du domaine agricole du FiBL, les agricultrices et agriculteurs bio des environs ont présenté leurs produits au marché paysan, les restaurateurs bio leur art culinaire dans la tente des fêtes, les chercheuses et les chercheurs toute l’étendue de leur travail dans les 13 stands d’information. Par exemple comment on peut faire cuire du thé en consumant des plaquettes de bois pour en faire du charbon végétal qui peut ensuite être épandu dans les jardins pour faire du bien aux plantes tout en retirant du CO2 de l’atmosphère pour le maintenir durablement dans le sol.

Par exemple: diminuer le soja dans les aliments pour animaux
Le FiBL montre aussi quelles possibilités il y a pour que la Suisse ne doive plus importer 89 pourcents de ses aliments pour animaux sous forme de soja pour lequel on détruit des forêts vierges et utilise beaucoup de carburants. Le FiBL travaille dans ce domaine sur un type de sélection qui produise des animaux qui ont besoin de moins d’aliments concentrés. Sans compter que des matières premières du pays comme la farine de luzerne ou la farine grossière de pois représentent de bonnes possibilités pour diminuer les importations de soja. Et à l’avenir on produira même des protéines à base de larves de mouche soldat noire nourries avec des déchets alimentaires.

"Le FiBL étudie depuis 40 ans des méthodes qui permettent d’améliorer la fertilité des sols, d’augmenter la diversité des espèces de plantes présentes sur les domaines agricoles ou encore d’améliorer la santé des troupeaux d’animaux", dit Martin Ott, le président du Conseil de fondation du FiBL. "Nous sommes heureux de pouvoir montrer aujourd’hui à la population ce que la recherche et l’agriculture biologiques font pour les consommatrices et les consommateurs.
FiBL, 26 juin 2016


Retour
Mar 11 Oct 2016 21:49
mmmmm , muesli !
Mer 7 Déc 2016 14:47
Un tiers de certains légumes d'Asie contiennent trop de pesticides
Des contrôles de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), en collaboration avec l'Administration fédérale des douanes et les autorités cantonales, menés aux frontières entre 2012 et 2105, montrent qu'un tiers de certains légumes frais et épices arrivant d'Asie ont une teneur en pesticides trop élevée.

Quelque 900 échantillons ont été analysés, dont 273 ne répondaient pas aux normes légales. Le Vietnam et le Cambodge présentent les taux de contestation les plus élevés: 53% des échantillons analysés n'étaient pas conformes, lit-on dans un rapport de l'OSAV. Les aliments testés en provenance d'Inde, de Malaisie, de Thaïlande ou de Chine étaient non conformes dans respectivement 34%, 30%, 25% et 20% des cas. "Les bonnes pratiques de fabrication ne sont parfois pas respectées dans les pays asiatiques: on y utilise par exemple des substances actives qui ne sont plus autorisées ni en Suisse, ni en Europe, et pour lesquelles le plafond est donc fixé à un niveau très bas", écrit l'OSAV dans un communiqué.

De plus, certains importateurs ne respectent pas suffisamment l'obligation légale d'autocontrôle. L'OSAV annonce avoir pris des mesures pour améliorer la situation. Dorénavant, les importateurs dont les produits ont été contestés plusieurs fois doivent notifier aux autorités cantonales les marchandises dès leur arrivée en Suisse. Celles-ci "seront considérées comme séquestrées" jusqu'à ce que les analyses montrent qu'elles sont conformes à la loi. Les importateurs doivent en outre renforcer l'autocontrôle.
ATS/AGIR, 5 décembre 2016


Retour
Mer 7 Déc 2016 20:31
Votre article aborde les dérives concernant les LMR de produits provenant d'Asie par rapport à la réglementation de la Suisse et non pas une réduction de l'utilisation des P P.
Mer 26 Avr 2017 18:17
et aussi ...moyen physique de faire rougir les poivro.ns sans éthylène
Image
Partager cette discussion
Accueil   Grandes cultures   Forum Grandes Cultures  
Revenir en haut