prairie

Ouvert par vosg, 18 mai 2015

Ven 22 Mai 2015 16:07 #21
et le fait de passer un decompacteur "classsique" a eu un effet benefique sur t aprairie?
je dis ca car j ai une dizaine d ha humides et le jonc se develloppe!!!quelle merde!!
vu le prix c ets clair que pour s en servie deux fois par an vaut mieux la louer ou faire appel a une eta
les gars du 64 vous en connaissez,?yo :pouce
Jeu 1 Déc 2016 13:43 #24
L'exploitation intensive nivelle les écosystèmes
Une agriculture intensive ne se contente pas de décimer la biodiversité localement mais aussi à l'échelle supra-régionale. Des prairies homogènes unifiées remplacent les espaces fleuris et variés. Au final, les espèces qui survivent sont partout les mêmes.

C'est le résultat d'une étude de l'Université technique de Munich et de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). L'équipe, réunie autour de Martin Gossner, s'est penchée sur les conséquences qu'une exploitation agricole plus ou moins intensive a sur la biodiversité.

Les chercheurs ont analysé plus de 4000 espèces vivantes sur plus de 150 parcelles de terrain agricole en Allemagne. Pour la première fois, ils ont pris en compte autant les animaux que les organismes au sol, bactéries, champignons et myriapodes.

Recul général
Avec une exploitation intensive, la diversité de toutes ces espèces a reculé partout, même sur des prairies séparées entre elles, indiquent les chercheurs dans la revue spécialisée Nature. Le paysage est devenu plus monotone.

Les résultats montrent aussi qu'une exploitation modérée ou intensive, deux ou quatre fauches par an ne font que peu de différence. "A l'échelle supra-régionale, une exploitation modérée des prairies réduit déjà les communautés d'espèces à quelques généralistes peu exigeants", indique l'étude publiée mercredi.

Une intensification supplémentaire ne renforce qu'à peine ce nivellement. Cette uniformisation est illustrée par l'exemple de la bugrane rampante et de la miride, écrit le WSL. La miride pompe la sève de la bugrane. Lorsque la bugrane est remplacée par des graminées courantes, la miride disparaît à son tour.

Impact sur le sol et les nuisibles
Au lieu des prairies fleuries, les espaces deviennent plus pauvres, et peuplés d'insectes qui n'ont pas trop d'exigences en terme de plantes nourricières et de conditions environnementales. La raison principale de cette homogénéisation biotique réside dans l'intensification de la fauche.

Des prairies exploitées de manière extensive seraient indispensables pour la protection de la biodiversité, explique Martin Gossner. La perte de diversité des espèces a en revanche des conséquences sur la lutte contre les nuisibles et sur la formation des sols, des aspects qui profitent directement à l'homme.

En Suisse, les exploitations agricoles fonctionnent plutôt de manière extensive. La politique agricole fédérale encourage du reste depuis des années une telle forme de production, notamment via les paiements directs.
ATS, 1er décembre 2016



Retour
Jeu 1 Déc 2016 15:34 #25
c est vrai que c est tellement beau une envolée de graines de chardon , que ce serait bien dommage de ne pas les laisser prospérer :byet
Jeu 1 Déc 2016 15:45 #26
si l'europe veut préserver les prairies , qu'ils arrêtent leur obligation de retourner les prairies temporaires avant 5 ans , c'est fou le nombre d'agris qui labourent a coté de leur stabu pour éviter que ces prairies temporaires ne redeviennent permanentes , ça va être mon cas si rien ne change :dingue , je ne veux pas perdre la possibilité de faire des céréales si j’arrête le lait :dingue
Mar 11 Avr 2017 21:12 #28
Afin d'être "intellectuellement honnête"(à défaut de mieux), je me dois de renier l'ensemble des propos que j'ai pu tenir à l'encontre de Dairy, Jean François, Gérard (et tous les autres si j'en oublie) au sujet de la conduite herbagère.
Et ce même si le débat reste ouvert sur certains points que si sont ici plus une question d'idéologie (point que Dairy avait soulevé en son temps)
Voilà
Mar 11 Avr 2017 21:44 #29
tacyst a écrit:
Afin d'être "intellectuellement honnête"(à défaut de mieux), je me dois de renier l'ensemble des propos que j'ai pu tenir à l'encontre de Dairy, Jean François, Gérard (et tous les autres si j'en oublie) au sujet de la conduite herbagère.
Et ce même si le débat reste ouvert sur certains points que si sont ici plus une question d'idéologie (point que Dairy avait soulevé en son temps)
Voilà
un petit coup de moins bien ce soir :interr :eusa_hand
Mer 19 Avr 2017 16:24 #30
cette année ça va être comme l année passée celui qui a du maïs en stock va bien s en sortir
à 11 heures ce matin 6° en plaine avec un vent de nord est soutenu
ma surface en herbe pour le foin et ensilage va diminuer de 40% par rapport à 2016
et la production par vls depuis quelques jours baisse fortement .......c est la fin ..........ou la faim :pascon
Mer 19 Avr 2017 17:11 #32
Il est encore trop tôt pour dire que l année herbe est fichue. S'il ne pleut pas il n y aurait pas de maïs non plus.. :gene. Il n y a rien de perdu on peut encore avoir une année correcte.. A condition d'avoir de la flotte bien repartie
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Mer 19 Avr 2017 20:27 #33
une parcelle prévue pour faire de l'enrubannage réintroduit dans le circuit de paturage :malade
Presque 1 mois pour revenir à la 1ere parcelle,et très peu de repousses..
12 mm tombés en un mois ,autant dire que si on n' a pas d'eau en mai les recoltes de foin vont prendre une claque.
On avait pas besoin de ce temps merdique,on avait déjà assez avec la crise.
Mer 19 Avr 2017 20:32 #34
ceres,quand on regarde quel temps il a fait après noel(12 jours suivant) qui annonce soi disant les tendances pour l'année.
On risque d'avoir une année seche je crains.
Jeu 20 Avr 2017 15:06 #35
ici , toutes les parcelles sont prêtes pour les semis , mais pas envie ni les moyens de mettre en route l'irrigation dés les semis, on va attendre une pluviométrie sérieuse ...
si çà continue on va passer direct à la fenaison !! avant que çà grille sur pied !!!
Jeu 20 Avr 2017 19:03 #36
chez nous une nuit a -8,une autre a -7,plus la sécheresse on fonce vers encore une belle année,les années se suivent mais ne se ressemble pas
Jeu 20 Avr 2017 22:12 #37
jeronimo63 a écrit:
chez nous une nuit a -8,une autre a -7,plus la sécheresse on fonce vers encore une belle année,les années se suivent mais ne se ressemble pas
nous c était -4 la nuit passée , ce qui a été paturé au début avril n a pas repoussé
les engrais ne sont pas fondus depuis un mois :blase
encore 15 jours comme ça et je n aurais plus d herbe pour les vls

ah le paturage une belle utopie
Jeu 20 Avr 2017 22:37 #38
parce que tu crois que le maïs va pousser ?
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Ven 21 Avr 2017 13:15 #39
Il ne reste que 10 cm de neige au sol. Bientôt le pâturage :0
lac St-Jean, Québec :)
Ven 21 Avr 2017 18:12 #40
2 matin consecutifs a -5c° j'avais semé du meteil pour ensiler avant le maïs. Je ne sais meme pas si ca vaudrat le coup de le faucher.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut