Recherches sur l'amélioration des plantes cultivées.

Ouvert par trouspinette, 29 mars 2015

Mer 21 Juin 2017 19:25 #363
Une bonne piste (l'ARN i ou interférence ARN) pour lutter contre la chrysomèle du maïs et contourner les résistances aux Cry.
Cette technique consiste à insérer un gène dans l'ADN du maïs par transgenèse (l'événement s'appelle CRW III).
Celui-ci va coder une protéine très spécifique.Quand la larve va ingérer celle-ci en s'attaquant aux racines cette protéine va interférer sur l'ARN chargée de transmettre les informations pour élaborer une protéine cible spécifique de la chrysomèle donc indispensable pour que larve de chrysomèle puisse vivre.
Cette technique est très sélective car seul l'ARN/protéine spécifique à la chrysomèle est affecté.
https://www.epa.gov/newsreleases/epa-registers-innovative-tool-control-corn-rootworm
Mar 1 Aoû 2017 13:38 #366
Une piste pour donner une pérennité à certaines plantes cultivées annuelles.
https://geneticliteracyproject.org/2017/07/31/can-genetic-modification-turn-turn-annual-crops-perennials/

..................

Une piste pour du maïs résistant à l'helminthosporiose.
https://news.ncsu.edu/2017/07/balint-kurti-corn-gene/

....................

Du riz tolérant à des m a herbicides normalement non sélectives afin de contourner les résistances aux herbicides habituellement utilisés.
https://www.agweb.com/article/new-rice-varieties-offer-options-to-combat-herbicide-resistant-weeds-naa-ashley-davenport/
Mar 5 Sep 2017 19:24 #374
Mer 13 Sep 2017 19:49 #376
"Les Pays-Bas estiment que les nouvelles techniques de sélection/amélioration végétale ne devraient pas être soumises à la législation sur les OGM"
http://www.euractiv.com/section/agriculture-food/news/amsterdam-wants-to-revive-talks-on-new-plant-breeding-techniques/

...................

Une bonne piste pour lutter contre les maladies virales du manioc.
http://www.iita.org/news-item/scientists-breakthrough-identifying-genetic-markers-cassava/
https://link.springer.com/article/10.1007/s00122-017-2943-z
Ven 29 Sep 2017 18:30 #380
Tiens... depuis qu'on pourrait y mettre des OGM, le problème du gluten et sa médiatisation qui faisait encore récemment ricaner la Trouspi&Co deviendrait-il un sujet d’intérêt et un filon á exploiter ? :dubitatif

source:https://www.newscientist.com/article/2148596-genetically-modified-wheat-used-to-make-coeliac-friendly-bread/
... les souches sélectionnées au catalogue de blés (modernes) produisent effectivement des formes de gluten qui déclenchent une réaction immunitaire dangereuse chez 1 personne sur 100. :blesse
Le gluten est le terme général pour toutes les protéines du blé et des céréales apparentées . Au cours de la cuisson, ces protéines se lient pour former des chaînes élastiques, ce qui maintient les pains et les gâteaux ensemble à mesure qu'ils augmentent. Pour satisfaire les impératifs techniques d'industrialisation des procédés de meunerie et de panification aux levures chimiques les sélections de blés se sont focalisées depuis plusieurs décennies sur la sur-pondération de ces protéines gliadines qui n'ont aucun intérêt nutritionnel mais servent de colle de plus en plus puissante pour panifier plus vite des produits de la boulangerie, de fast-food plus gonflés d'air et de la pâtisserie industrielle largement majoritaire sur les rayons de la GD. ... déclenchant chez prés de 1% des personnes ont une réaction auto-immune appelée maladie cœliaque . Leurs systèmes immunitaires répondent de manière inflammatoire á la colle de gluten, ce qui endommage la muqueuse intestinale et peut entraîner diarrhées, des vomissements, malnutrition même, voire des lésions cérébrales et des cancers intestinaux. :malade
Toutes les protéines de gluten ne déclenchent pas cette réponse: le principal coupable est un groupe appelé gliadins. :gene

En plus des malades cœliaques et de conséquences épidémiologiques graves diagnostiquées chez 1% de la population, ce qui est énorme , un grand nombre de personnes présentent divers degrés d'intolérance et de symptômes plus ou moins préoccupants et persistants liés au gluten.

Devant le développement de cette pandémie, des agriculteurs et professionnels de la meunerie et de la boulangerie se sont penchés depuis longtemps sur le problème et ont montrés que les variétés anciennes avec des méthodes de panification en ''fermentation longues'' au levain permettaient et permettent toujours de produire des pains et pâtisseries bien moins agressifs pour les muqueuses des consommateurs, et qui sont par ailleurs excellents d'un point de vu gustatif dans la plus pure tradition. :faim

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut