Le Glyphosate cancérogène probable.

Ouvert par trouspinette, 21 mars 2015

Mer 7 Fév 2018 20:08 #404
Lun 19 Fév 2018 13:56 #407
Au sujet de la saga anti-glyphosate/Monsanto.
http://seppi.over-blog.com/2018/02/commission-speciale-glyphosate-le-combat-continue-le-scandale-d-un-parti-socialiste-irresponsable.html

...................

Une analyse du poids de la preuve scientifique concernant le glyphosate par Hervé Le Bars.
"Le glyphosate est-il cancérogène ?"
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2945

........................

"L'industrie du thé du Sri Lanka appelle le gouvernement à lever l'interdiction arbitraire de l'utilisation du glyphosate"
http://www.dailymirror.lk/article/Tea-industry-stakeholders-unite-to-call-for-lifting-of-glyphosate-ban--145850.html
Mar 20 Fév 2018 16:51 #408
trouspinette a écrit:
...................
Une analyse du poids de la preuve scientifique concernant le glyphosate par Hervé Le Bars.
"Le glyphosate est-il cancérogène ?"
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2945........................
Cette affaire devait être éclaircie.
L’analyse est exigeante mais nécessaire à qui veut se faire une opinion fondée sur les faits.
pour conclure :Au terme de notre analyse, nous arrivons à la conclusion qu’après plus de quarante ans de recherche scientifique active, aucun indice convaincant de cancérogénicité du glyphosate pour l’Homme ne s’est manifesté à des doses compatibles avec une exposition humaine réaliste.


L'analyse et les faits présentés lá par Hervé Le Bars, se cantonnent sur deux postulats dogmatiques, et se résume complaisamment á flouter l'impact planétaire (macro) de la Bio-Ingénierie RR derrière le flot données
(micros) toxicologiques des agences sanitaires.
Dogme N#1 : C'est la dose qui fait le poison
Dogme N#2 : les ''Bonnes Pratiques Agricoles'' et la ''Réglementation" suffiraient á contrôler la dose
Ont sait depuis longtemps que le dogme N#1 n'a rien d'universel, négligeant les effets d'accumulations , les effets croisés , de cocktail et endocriniens, plus le fait que le glyphosate n'est jamais utilisé sans de nombreux formulants toxiques.
Par ailleurs pour le N#2, les ''Bonnes Pratiques Agricoles" reflet utopique de la notion de '' Bonnes Pratiques de Laboratoires'' restent des vœux-pieux hors sol quand on considéré la réalité de l’environnement incontrôlable au champs qui n'a rien á voir avec un environnement clôt de labo, et en regard du problème de l'apparition de résistances.
Avec 1 million de tonnes répandues annuellement sur la planète ( plus de 0,5kg par hectare cultivé) ça nous fait 1/4 kg de glypho/MA par tête de terrien, si on prend une durée de vie 5 ans de la molécule et de ses métabolites ça nous fait un bain chronique de plus d'1kg pour chacun.
Dans l'étude publié basée sur les données de l' U.S. Department of Agriculture, il est montré que l'usage du Roundup plus autres herbicides continue inexorablement de monter avec la généralisation des OGM RR sans générer aucune amélioration á moyen /long terme des rendements.
Tendances de l'utilisation des herbicides au glyphosate aux États-Unis et dans le mondehttps://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5044953/#CR64
Facteurs entraînant l'utilisation à la hausse
Plusieurs facteurs ont contribué à l'augmentation de l'utilisation du glyphosate depuis l'introduction commerciale en 1974. En termes de superficie traitée, le facteur dominant a été la commercialisation des cultures OGM RR. Non seulement le glyphosate a été pulvérisé sur plus d'hectares plantés en cultures RR, mais il a également été appliqué de manière plus intensive, c'est-à-dire plus d'applications par hectare dans une campagne donnée et des taux d'application uniques plus élevés.
Autres facteurs... Il s'agit notamment de l'augmentation constante du nombre de cultures homologuées résistantes au glyphosate, de l'adoption de systèmes de culture sans labour, de la baisse du prix de la matière active et de nouvelles utilisation comme un dessiccant pour accélérer la récolte des petites céréales, des haricots comestibles et d'autres cultures)

.. la hausse de l'utilisation du glyphosate a contribué et continuera de contribuer aux augmentations progressives des charges environnementales et des expositions humaines au glyphosate, son principal métabolite, l'acide aminométhylphosphonique (AMPA) et divers surfactants et adjuvants utilisés dans la formulation d'herbicides à base de glyphosate. .
Étant modérément persistant et mobile, les concentrations dans les eaux de surface et souterraines augmenteront probablement au fur et à mesure, ce qui augmentera la multiplicité des voies potentielles d'exposition animale et humaine.
La fréquence et les concentrations de glyphosate et de résidus dans divers aliments augmentent, et des évaluations plus fines du risque alimentaire devraient être effectuées. Des estimations raisonnablement précises des résidus et des expositions alimentaires dans les zones dépourvues de données sur les résidus peuvent être obtenues à partir des connaissances acquises à partir des évaluations des risques menées dans les zones où l'utilisation du glyphosate et les données de résidus sont exactes (USA)
Mar 20 Fév 2018 21:13 #409
Miloux11 a écrit:
trouspinette a écrit:
...................
Une analyse du poids de la preuve scientifique concernant le glyphosate par Hervé Le Bars.
"Le glyphosate est-il cancérogène ?"
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2945........................
Cette affaire devait être éclaircie.
L’analyse est exigeante mais nécessaire à qui veut se faire une opinion fondée sur les faits.
pour conclure :Au terme de notre analyse, nous arrivons à la conclusion qu’après plus de quarante ans de recherche scientifique active, aucun indice convaincant de cancérogénicité du glyphosate pour l’Homme ne s’est manifesté à des doses compatibles avec une exposition humaine réaliste.


L'analyse et les faits présentés lá par Hervé Le Bars, se cantonnent sur deux postulats dogmatiques, et se résume complaisamment á flouter l'impact planétaire (macro) de la Bio-Ingénierie RR derrière le flot données
(micros) toxicologiques des agences sanitaires.
>>>Il est question de la réalité scientifique concernant le glyphosate.Pas autre chose.

Dogme N#1 : C'est la dose qui fait le poison
>>>Oui en effet.

Dogme N#2 : les ''Bonnes Pratiques Agricoles'' et la ''Réglementation" suffiraient á contrôler la dose
>>>Les agriculteurs Conv Pro n'utilisent pas les P P pour jeter de l'argent par la fenêtre.Ils utilisent une dose appropriée et ne sont pas des demeurés.
Bref, les intrants ne sont pas donnés.


Ont sait depuis longtemps que le dogme N#1 n'a rien d'universel, négligeant les effets d'accumulations , les effets croisés , de cocktail et endocriniens, plus le fait que le glyphosate n'est jamais utilisé sans de nombreux formulants toxiques.
>>> Le glyphosate ne s'accumule pas dans l(organisme.Et les surfactants ne pénètrent pas dans les plantes cultivées.

Par ailleurs pour le N#2, les ''Bonnes Pratiques Agricoles" reflet utopique de la notion de '' Bonnes Pratiques de Laboratoires'' restent des vœux-pieux hors sol quand on considéré la réalité de l’environnement incontrôlable au champs qui n'a rien á voir avec un environnement clôt de labo, et en regard du problème de l'apparition de résistances.
>>>Nous sommes en 2018.
Encore une fois les agriculteurs Conv Pro ne sont pas des demeurés.
Les résistances sont un problème connu depuis longtemps et surtout une spécificité du glyphosate.

Avec 1 million de tonnes répandues annuellement sur la planète ( plus de 0,5kg par hectare cultivé) ça nous fait 1/4 kg de glypho/MA par tête de terrien, si on prend une durée de vie 5 ans de la molécule et de ses métabolites ça nous fait un bain chronique de plus d'1kg pour chacun.
>>>Contrairement au cuivre des produits cupriques le glyphosate est lui biodégradable par voie biologique (les micro-organismes).
Autrement la durée de vie du glyphosate et de l'AMPA n sont pas de 5 ans.Bref, plus cela est gros mieux cela s'avale !
La demie vie du glyphosate ou le temps nécessaire à la dispairtion de 50% dr la m a est de mémoire d'environ 2 mois grand max.

Dans l'étude publié basée sur les données de l' U.S. Department of Agriculture, il est montré que l'usage du Roundup plus autres herbicides continue inexorablement de monter avec la généralisation des OGM RR sans générer aucune amélioration á moyen /long terme des rendements.
Tendances de l'utilisation des herbicides au glyphosate aux États-Unis et dans le mondehttps://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5044953/#CR64

>>>C'est très simple.
Si les PGM n'apportaient pas un plus aux agriculteurs, il y a bien longtemps que ceux-ci ne les cultiveraient plus.Encore une fois les prendre pour des imbéciles en permanence n'est pas une démarche sérieuse.

Facteurs entraînant l'utilisation à la hausse

Plusieurs facteurs ont contribué à l'augmentation de l'utilisation du glyphosate depuis l'introduction commerciale en 1974. En termes de superficie traitée, le facteur dominant a été la commercialisation des cultures OGM RR.
>>>C'est évident.

Non seulement le glyphosate a été pulvérisé sur plus d'hectares plantés en cultures RR, mais il a également été appliqué de manière plus intensive, c'est-à-dire plus d'applications par hectare dans une campagne donnée et des taux d'application uniques plus élevés.
>>>La dose est fonction des adventices prrésentes et de leurs stade végétatif.
Encore une fois les agriculteurs Conv des USA, et d'ailleurs ne sont pas des demeurés.

Autres facteurs... Il s'agit notamment de l'augmentation constante du nombre de cultures homologuées résistantes au glyphosate, de l'adoption de systèmes de culture sans labour, de la baisse du prix de la matière active
>>>Oui le glyphosate a beaucoup d'avantage.

et de nouvelles utilisation comme un dessiccant pour accélérer la récolte des petites céréales, des haricots comestibles et d'autres cultures)
>>>Ces utilisations ne sont pas systématiques et donc marginales par nécessité.Elles sont liées là où elles se pratiques à la plupart du temps aux conditions climatiques avant la récolte.Cela ne signifie pas qu'il y a un danger pour le consommateur.

.. la hausse de l'utilisation du glyphosate a contribué et continuera de contribuer aux augmentations progressives des charges environnementales
>>>Désolé mais cette matière active a un profil environnemental très satisfaisant.


et des expositions humaines au glyphosate, son principal métabolite, l'acide aminométhylphosphonique (AMPA)
>>>Cette matière active a aussi un proofil toxicologique très satisfaisant.Pas de souci.

et divers surfactants et adjuvants utilisés dans la formulation d'herbicides à base de glyphosate.
>>>Les surfactants et adjuvants si quantifiés (?) sont largement en dessous des LMR qui elles, représentent un très, très confortable matelas sécuritaire pour les consommateurs.Aucun danger.
De plus ceux-ci ne pénètrent pas dans la plante et ne représentent donc pas un danger pour les consommateurs.
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2590

.
Étant modérément persistant et mobile, les concentrations dans les eaux de surface et souterraines augmenteront probablement au fur et à mesure, ce qui augmentera la multiplicité des voies potentielles d'exposition animale et humaine.
>>>Probablement que la peur infondée n'est pas une bonne conseillère.
Trouver des fifrelins de traces de glyphosate ne signifie pas danger.

La fréquence et les concentrations de glyphosate et de résidus dans divers aliments augmentent,
>>>Peu importe si celles-ci ne dépassent pas la LMR très très sécuritaire.

et des évaluations plus fines du risque alimentaire devraient être effectuées.
>>>Aucun risque alimentaire si vous détectez des fifrelins de traces de glyphosate.
D'ailleurs l'ONG Génération Future qui pour pouvoir exister est spécialisée dans la destruction de l'agriculture Conv, le "comment faire peur aux consommateurs et l'orienter fallacieusement vers les produits "bio"" en fait la parfaite démonstration.
http://www.coordinationrurale.fr/rappor ... sensation/
Le glyphosate est rapidement éliminé par les voies naturelles, il est non métabolisable par l'organisme et ne s'accumule pas dans l'organisme humain et animal.

Des estimations raisonnablement précises des résidus et des expositions alimentaires dans les zones dépourvues de données sur les résidus peuvent être obtenues à partir des connaissances acquises à partir des évaluations des risques menées dans les zones où l'utilisation du glyphosate et les données de résidus sont exactes (USA)
>>>Oui faire peur avec le glyphosate est de plus en plus ridicule et il faut être en effet raisonnable aux USA et ailleurs.
Pour rappel:
Le glyphosate n'est pas cancérigène, pas mutagène (Non P E) et il est biodégradable.
Mar 20 Fév 2018 21:17 #410
Mar 20 Fév 2018 21:57 #411
trouspinette a écrit:
...
>>> Le glyphosate ne s'accumule pas dans l(organisme.Et les surfactants ne pénètrent pas dans les plantes cultivées.
>>>...'il y a un danger pour le consommateur.

et des expositions humaines au glyphosate, son principal métabolite, l'acide aminométhylphosphonique (AMPA)
>>>Cette matière active a aussi un proofil toxicologique très satisfaisant.Pas de souci.
>>>Les surfactants et adjuvants si quantifiés (?) sont largement en dessous des LMR qui elles, représentent un très, très confortable matelas sécuritaire pour les consommateurs.Aucun danger.
De plus ceux-ci ne pénètrent pas dans la plante et ne représentent donc pas un danger pour les consommateurs.
>>>Trouver des fifrelins de traces de glyphosate ne signifie pas danger.
La fréquence et les concentrations de glyphosate et de résidus dans divers aliments augmentent,
>>>Peu importe si celles-ci ne dépassent pas la LMR très très sécuritaire.
>>>Aucun risque alimentaire si vous détectez des fifrelins de traces de glyphosate.
>>>Oui faire peur avec le glyphosate est de plus en plus ridicule et il faut être en effet raisonnable aux USA et ailleurs.
Pour rappel:
Le glyphosate n'est pas cancérigène, pas mutagène (Non P E) et il est biodégradable.[/i]

Les ''surfactants'' dont le principe même est l'effet cocktail sont donc lá juste pour le fun :malade
Le glypho sans le cocktail est quasiment inopérant aux doses homologuées et d'ailleurs pour rappel:
Par les mails relevés dans le procès en cours, on voit de source interne á Monsanto noir sur blanc en novembre 2003, le toxicologues chef de service explique à un de ses pairs : « Vous ne pouvez pas dire que Roundup n’est pas cancérogène, car nous n’avons pas fait les tests nécessaires pour le dire. »

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5044953/#CR27
L'ensemble des études toxicologiques à l'appui de l'EPA et de la CRFD actuelles du glyphosate, et donc de toutes les utilisations contemporaines de cet herbicide, remonte au début des années 1970 jusqu'au milieu des années 1980 [82]. Des études récentes suggèrent que le glyphosate sous sa forme pure et certains produits à usage final formulés au glyphosate pourraient déclencher des changements épigénétiques par des mécanismes endocriniens [54, 73, 75, 76, 79, 81, 83].
Des preuves provenant de plusieurs études suggèrent que le rein, et secondairement le foie, est à risque de dégénérescence chronique déclenchée par le glyphosate ou le glyphosate [55, 71, 72, 84, 85]. Des études sur le métabolisme chez les animaux de ferme, les rats et les souris et les lapins ont été menées dans les années 1970 et 1980 et montrent que dans les études sur l'alimentation animale, les concentrations de glyphosate dans le rein dépassent habituellement de trois à dix fois celles du foie. le foie dépasse largement les taux dans les autres tissus [86].
La tendance apparente du glyphosate à se concentrer dans les reins, couplée à l'action chélatante du glyphosate, a conduit certains scientifiques à émettre l'hypothèse que le glyphosate peut se lier aux métaux dans l'eau potable, créant des complexes métalliques-glyphosate qui ne passent pas normalement par les reins. 71, 72]. Pour cette raison, ou pour d'autres raisons non encore identifiées, le risque de maladie rénale chronique peut être accru chez les humains et les animaux exposés à une forte exposition au glyphosate
Mer 21 Fév 2018 20:35 #412
Miloux11 a écrit:
trouspinette a écrit:
...
>>> Le glyphosate ne s'accumule pas dans l(organisme.Et les surfactants ne pénètrent pas dans les plantes cultivées.
>>>...'il y a un danger pour le consommateur.

et des expositions humaines au glyphosate, son principal métabolite, l'acide aminométhylphosphonique (AMPA)
>>>Cette matière active a aussi un proofil toxicologique très satisfaisant.Pas de souci.
>>>Les surfactants et adjuvants si quantifiés (?) sont largement en dessous des LMR qui elles, représentent un très, très confortable matelas sécuritaire pour les consommateurs.Aucun danger.
De plus ceux-ci ne pénètrent pas dans la plante et ne représentent donc pas un danger pour les consommateurs.
>>>Trouver des fifrelins de traces de glyphosate ne signifie pas danger.
La fréquence et les concentrations de glyphosate et de résidus dans divers aliments augmentent,
>>>Peu importe si celles-ci ne dépassent pas la LMR très très sécuritaire.
>>>Aucun risque alimentaire si vous détectez des fifrelins de traces de glyphosate.
>>>Oui faire peur avec le glyphosate est de plus en plus ridicule et il faut être en effet raisonnable aux USA et ailleurs.
Pour rappel:
Le glyphosate n'est pas cancérigène, pas mutagène (Non P E) et il est biodégradable.[/i]

Les ''surfactants'' dont le principe même est l'effet cocktail sont donc lá juste pour le fun :malade
>>>En préambule:
https://www.thepacker.com/article/usda- ... -consumers
Non mais ils sont évalués eux aussi quant à leur destination/utilisation avant autorisation.Aucun souci.
https://www.anses.fr/fr/content/retrait ... ate-et-poe

Le glypho sans le cocktail est quasiment inopérant aux doses homologuées et d'ailleurs pour rappel:
Par les mails relevés dans le procès en cours, on voit de source interne á Monsanto noir sur blanc en novembre 2003, le toxicologues chef de service explique à un de ses pairs : « Vous ne pouvez pas dire que Roundup n’est pas cancérogène, car nous n’avons pas fait les tests nécessaires pour le dire. »
>>>Nous sommes en 2018 et depuis il y a eu des évaluation.Elles sont abordées dans ce topic.
https://www.iarc.fr/fr/media-centre/iar ... ccordion-2

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5044953/#CR27
L'ensemble des études toxicologiques à l'appui de l'EPA et de la CRFD actuelles du glyphosate, et donc de toutes les utilisations contemporaines de cet herbicide, remonte au début des années 1970 jusqu'au milieu des années 1980 [82]. Des études récentes suggèrent que le glyphosate sous sa forme pure et certains produits à usage final formulés au glyphosate pourraient déclencher des changements épigénétiques par des mécanismes endocriniens [54, 73, 75, 76, 79, 81, 83].
Des preuves provenant de plusieurs études suggèrent que le rein, et secondairement le foie, est à risque de dégénérescence chronique déclenchée par le glyphosate ou le glyphosate [55, 71, 72, 84, 85]. Des études sur le métabolisme chez les animaux de ferme, les rats et les souris et les lapins ont été menées dans les années 1970 et 1980 et montrent que dans les études sur l'alimentation animale, les concentrations de glyphosate dans le rein dépassent habituellement de trois à dix fois celles du foie. le foie dépasse largement les taux dans les autres tissus [86].
>>>Même si monsieur Benbrook (https://geneticliteracyproject.org/glp-facts/charles-benbrook-former-washington-state-adjunct-consultant-organic-industry/) fait référence à monsieur Séralini (par ex;55) le glyphosate ne va pas devenir cancérigène et un P E par enchantement idéologique.
Monsieur Benbrook n'est pas à son coup d'essai dans sa tentative de diabolisation du glyphosate/PGM.
http://weedcontrolfreaks.com/2012/10/do ... icide-use/

La tendance apparente du glyphosate à se concentrer dans les reins, couplée à l'action chélatante du glyphosate, a conduit certains scientifiques à émettre l'hypothèse que le glyphosate peut se lier aux métaux dans l'eau potable, créant des complexes métalliques-glyphosate qui ne passent pas normalement par les reins. 71, 72]. Pour cette raison, ou pour d'autres raisons non encore identifiées, le risque de maladie rénale chronique peut être accru chez les humains et les animaux exposés à une forte exposition au glyphosate
>>>Concernant le hoax glyphosate et maladie rénale ( CKDu) au Sri Lanka:
https://bmcnephrol.biomedcentral.com/ar ... 369-14-180
https://www.jstage.jst.go.jp/article/jo ... A/_article

Le glyphosate est excrété en totalité et vous pouvez en retrouver dans les urines sans effet délétère à l'encontre des reins.
https://link.springer.com/article/10.1007/s00003-014-0927-3/fulltext.html
http://www.bfr.bund.de/en/questions_and_answers_on_residues_of_plant_protection_products_in_food-60852.html
Et aussi:
https://www.canada.ca/fr/sante-canada/s ... 01.html#a5
Pour ceux intéressés:
http://www.bfr.bund.de/en/a-z_index/gly ... 93962.html

Et pour le fun:
http://menace-theoriste.fr/pesticides-peur-raison/
http://www.forumphyto.fr/2017/09/30/gly ... les-antis/
http://www.forumphyto.fr/2017/04/10/fla ... vril-2017/
http://seppi.over-blog.com/2017/04/glyp ... tures.html
http://www.forumphyto.fr/2016/06/23/pou ... lyphosate/
http://www.bunkerd.fr/chiffres-rassuran ... s-futures/

Le thriller Glyphosate pour les nuls.
http://www.forumphyto.fr/2017/11/06/le- ... -les-nuls/

Au sujet de la mouvance anti-agriculture Conv/OGM et monsieur Benbrook.
https://geneticliteracyproject.org/2015/10/13/foia-organic-industry-chuck-benbrook-orchestrated-anti-gmo-independent-research-marketing/
http://www.science20.com/science_20/the ... ity-156906
http://www.science20.com/science_20/the_dying_gasp_of_chuck_benbrooks_credibility-156906
https://www.acsh.org/news/2015/07/17/junk-science-ask-a-lawyer

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut