Le Glyphosate cancérogène probable.

Ouvert par trouspinette, 21 mars 2015

Mer 7 Juin 2017 13:05 #241
@lm, excellent article.

.................................

mimi49 a écrit:
Pour revenir au sujet.....
>>>Désolé pour ce HS/cette erreur.Ce billet n'était pas destiné à ce topic mais à celui-ci:
topic-262430-300

L'apparition d'espèces résistante ne serait-il pas un motif d'interdiction importation de semence des dit pays pour éviter l'apparition chez nous de la problématique?......
>>>Pour essayer de faire simple;
Pour comprendre cela, il y a un fait biologique incontournable qu'il ne faut jamais oublier.
La variabilité génétique fait que chez toutes les plantes de toutes espèces il y a naturellement des mutations génétiques pouvant alors, modifier la structure des protéines codées par ces gènes naturellement mutés.Bref, ces individus dit résistants sont de la même espèce.Par exemple un vulpin dit résistant est toujours un vulpin.
La "problématique" d'avoir des individus résistants (plus précisément résistants à un mode d'action herbicide) présents dans une population d'adventices chez nous "en France" est comme partout dans le monde un constat biologique connu depuis très longtemps.De plus il n'y a pas qu'un seul mécanisme de résistance, il y a des résistances correspondant à un mécanisme initié par le mode d'action de l'herbicide utilisé (la résistance par mutation de cible---la résistance par détoxication).
Ces individus dits résistants sont toujours "récessifs"/Très très faible fréquence d'observation au champ.Aussi, ceux-ci deviennent majoritairement présents suite à une pression de sélection herbicide (mode d'action) et aussi en fonction des pratiques culturales de l'agriculteur (celles-ci sont liées).Cela parce que la population sensible est elle, de fait en très forte diminution suite aux applications de l'herbicide.À force et dans le pire des cas, sont présents au champ que "des résistants".
Concernant la résistance par mutation de cible:
La cible visée par la m a a subi une mutation naturelle.Cette résistance concerne tous les herbicides ayant le même mode d'action.
Au fil des applications avec un produit ayant le même mode d’action il y a donc à force une sélection des non sensibles ( les résistants).Les graines de ces individus résistants vont contribuer à entretenir cette présence au fil des générations.
Concernant la résistance par détoxication:
Les m a sont dégradées et donc inactives car l'adventice produit des enzymes permettant cette dégradation.Ceci peut concerner plusieurs m a de la même famille chimique et aussi des m a de familles chimiques différentes.Les graines produites vont contribuer a entretenir les générations au fil du temps.
Ceci étant, devons nous pour cela demander une interdiction des exportations des semences françaises ? Bien sûr que non !
Et celles des autres pays idem.
Normalement en travaillant bien.
La multiplication de semences ne se fait pas dans des parcelles ayant cette problématique et la récolte dans ces parcelles dédiées doit se faire avec une moissonneuse batteuse préalablement très bien nettoyée. Les multiplicateurs rt les semenciers bien équipés (stations de semences) font le maximum pour éviter la présence de graines d'adventices (résistantes ou pas) dans leurs semences.

Je ne voudrais pas apparaître comme un protectionniste mais quand même , ils nous ont fait concurrence, avec des moyens que nous n'avions pas..... et n'ont pas su gérer cette technologie de façon"durable".........
>>>Si je vous comprenfs bien sur: "concurrence"!(sic) (?) "des moyens"(sic) (?) "gérer cette technologie de façon"durable""(sic) (?).
Les semenciers ne sont pas du tout responsables de ce que je vous ai expliqué juste au-dessus.

Pour vous aider à bien comprendre tout ça:
http://www.omafra.gov.on.ca/french/crop ... 01-024.htm
http://www.spe.inra.fr/Toutes-les-actua ... herbicides
http://www.hracglobal.com/
http://mots-agronomie.inra.fr/mots-agro ... -_Annexe_1
http://mots-agronomie.inra.fr/mots-agro ... herbicides
https://www.arvalis-infos.fr/resistance ... ticle.html


Ven 9 Juin 2017 12:55 #242
"L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) de Suisse vient de mettre à jour sa fiche sur le glyphosate le 6 juin 2017. Je relai le contenu de cette fiche en intégralité."
http://amgar.blog.processalimentaire.com/contaminant-chimique/glyphosate-sans-risque-pour-la-sante-humaine-selon-loffice-federal-de-la-securite-alimentaire-et-des-affaires-veterinaires-de-suisse/
https://www.blv.admin.ch/blv/fr/home/lebensmittel-und-ernaehrung/lebensmittelsicherheit/stoffe-im-fokus/glyphosat.html#
Mer 14 Juin 2017 13:00 #243
Jeu 15 Juin 2017 23:08 #245
On va enrubanner du glyphosate grâce à Solidwork ?
Sam 8 Juil 2017 15:00 #252
http://www.alerte-medecins-pesticides.fr/wp-content/uploads/2017/02/2016-10-02-19h14-texte-de-Paul-Bousquet-Round-Up-Effets-Sanitaires.pdf

Le glyphosate est cancérogène et génotoxique
Le CIRC, Centre international de Recherche sur le Cancer, a classé le 20 mars 2015 le glyphosate en
2A : cancérogène probable (preuves limitées chez l’homme et suffisantes chez l’animal).
IARCS monographs, vol 112 : evaluation of five organophosphates insecticides and herbicides
Ce classement est lié à plusieurs études épidémiologiques montrant un lien entre l’exposition
professionnelle au glyphosate et le lymphome non Hodgkinien
De Roos et al. 2003b ; Hardell and Ericksson 1999 ; Hardell et al. 2002 ; McDuffie et al. 2001. Références complètes dispos
Ainsi qu’avec le myélome multiple.
De Roos A.J., Blair A., Rusiecki J.A. et al. (2005) Cancer Incidence among Glyphosate-Exposed Pesticide Applicators in the
Agricultural Health Study. Environmental Health Perspectives.113(1): 49-54.
Mais aussi grâce à une étude menée sur les communautés villageoises des hauts plateaux
colombiens : après les épandages, les taux de lymphocytes anormaux augmentaient chez les sujets
analysés.
Il est à noter que le CIRC ne rend ses avis qu’à partir d’études publiées et scientifiquement validées,
et que ses experts sont sélectionnés sur l’absence stricte de conflits d’intérêts.
L’avis du BfR (Institut allemand d’évaluation du risque), chargé par l’EFSA (European Food Safety
Authority) de réévaluer les effets du glyphosate au niveau européen, et qui s’appuie sur les résumés
d’études réalisées par l’industrie, c'est-à-dire confidentielles, est différent. Contrairement au CIRC, le
BfR a écarté des études épidémiologiques, sur la foi de certains critères…qui ne s’appliquent qu’à la
qualité des études toxicologiques ! Comprenne qui pourra. Le fait que quatre de ses douze experts
soient salariés par des sociétés agrochimiques ou sous contrat avec elles n’est pas étranger à
l’opacité et à la singularité de ses évaluations.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut