LA FNSEA NOUS FAIT RIRE !

Ouvert par Debutant, 15 décembre 2014

Mer 17 Déc 2014 12:59 #21
pop56 a écrit:
padel50 a écrit:
steph 72 a écrit:
Le revenu par actif producteur de lait est le meme q'en 2011,avec moins d'actifs et un prix plus élevé .

+ 1
c'est toujours beau d'annoncer une hausse du revenu , mais c'est encore plus facile quand on part de très bas , si le revenu est d'1 € l'an dernier et qu'il est de 3 € cette année , on peut annoncer fièrement une hausse de 300 % :itsnot


heusement que c'est une bonne nouvelle l'augmentation du revenu des laitiers, mais au vue des commentaires ca donne plus envie d'allez se pendre que de prendre la vie du bon coté :eusa_wall
Vous en avez pas marre de voir tout en noir :dubitatif

autrement on pourrait peutetre demander a mettre en place un fond de solidarité avec les céréaliers comme on l'avait demander pour la crise de 2009? :gene

Le revenu des céréaliers etaient de combien quand les cours etaient élevés,bien loin des 30 000;
Et quand on ramene ça au lait produit on se rend compte que ça ne fait pas beaucoup
Mer 17 Déc 2014 14:32 #22
pop56 a écrit:
padel50 a écrit:
steph 72 a écrit:
Le revenu par actif producteur de lait est le meme q'en 2011,avec moins d'actifs et un prix plus élevé .

+ 1
c'est toujours beau d'annoncer une hausse du revenu , mais c'est encore plus facile quand on part de très bas , si le revenu est d'1 € l'an dernier et qu'il est de 3 € cette année , on peut annoncer fièrement une hausse de 300 % :itsnot


heusement que c'est une bonne nouvelle l'augmentation du revenu des laitiers, mais au vue des commentaires ca donne plus envie d'allez se pendre que de prendre la vie du bon coté :eusa_wall
Vous en avez pas marre de voir tout en noir :dubitatif

autrement on pourrait peutetre demander a mettre en place un fond de solidarité avec les céréaliers comme on l'avait demander pour la crise de 2009? :gene

ah bon , tu te satisfais du faible revenu des producteurs de lait parce qu'il y a une petite augmentation cette année , tu ne serais pas du genre a accepter de prendre des coups de pied au cul toute l'année du moment que tu as droit a un carambar a noël ?
j'ai fait une capture d'ecran de http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/revenus-agricoles-2014-tous-les-chiffres-202-106351.html pour bien voir la moyenne des revenus depuis 10 ans
Image
bin franchement , si avec ça tu est satisfait , c'est que tu semble te contenter de peu , moi pas , j'estime que la rémunération de mon travail , de mes responsabilités , des contraintes , de mes investissements , etc, ne me conviens pas :eusa_snooty
Ven 19 Déc 2014 10:09 #23
Concernant les revenus, je me demande comment il est possible de calculer le revenu des céréaliers sur 2014 alors que beaucoup ne commencent qu'à livrer.

A ce sujet, début 2015 devrait voir une égalité parfaite entre lait et céréales puisque le blé et le lait seront à 200 € /T
Ok je parle du prix B de Sodiaal mais ça me fait drole de savoir qu'il ne me reste qu'une benne de blé que je vais livrer en janvier et qu'elle me sera payé plus à la tonne que les 2 derniers tanks du mois qui seront en quota B .

il faut garder le moral alors je vais positiver en disant qu'au moins les laitiers n'ont pas à se déplacer pour livrer puisque le laitier vient jusque devant la porte de notre laiterie alors que les céréaliers sont obligés d'accrocher leurs triples essieux pour aller livrer au port de Metz.

Bon c'était une pointe d'humour, personne ne m'interdit de vendre mes vaches et de ne faire que des céréales.
Je commence à le savoir à force de l'entendre.
C'est pour ça que je poste moins car un laitier doit faire le boulot, prendre ce qu'on lui donne et surtout fermer sa gueu***le !!!!

Au fait le laitier vient de me déposer mon cadeau de Noël, un carton avec 3 fromages comprenant un rustique, une tomme fruitée et un munster.
Avant on en avait 5 mais je suppose que maintenant il faut que l'on partage avec les petits chinois.

Signé : un producteur vraiment ingrat avec sa laiterie
Ven 19 Déc 2014 10:16 #24
Pour pop 56, le fond de solidarité avec les céréaliers est déjà en place.
Je veux bien leur préter ma tarière pour qu'ils puissent refaire des parcs :hihi
Ven 19 Déc 2014 10:24 #25
sylvain 57 a écrit:
Concernant les revenus, je me demande comment il est possible de calculer le revenu des céréaliers sur 2014 alors que beaucoup ne commencent qu'à livrer.

A ce sujet, début 2015 devrait voir une égalité parfaite entre lait et céréales puisque le blé et le lait seront à 200 € /T
Ok je parle du prix B de Sodiaal mais ça me fait drole de savoir qu'il ne me reste qu'une benne de blé que je vais livrer en janvier et qu'elle me sera payé plus à la tonne que les 2 derniers tanks du mois qui seront en quota B .

il faut garder le moral alors je vais positiver en disant qu'au moins les laitiers n'ont pas à se déplacer pour livrer puisque le laitier vient jusque devant la porte de notre laiterie alors que les céréaliers sont obligés d'accrocher leurs triples essieux pour aller livrer au port de Metz.

Bon c'était une pointe d'humour, personne ne m'interdit de vendre mes vaches et de ne faire que des céréales.
Je commence à le savoir à force de l'entendre.
C'est pour ça que je poste moins car un laitier doit faire le boulot, prendre ce qu'on lui donne et surtout fermer sa gueu***le !!!!

Au fait le laitier vient de me déposer mon cadeau de Noël, un carton avec 3 fromages comprenant un rustique, une tomme fruitée et un munster.
Avant on en avait 5 mais je suppose que maintenant il faut que l'on partage avec les petits chinois.

Signé : un producteur vraiment ingrat avec sa laiterie

rassure toi il y a pire ailleurs, chez lactalis pas de colis pour noel, on doit l'acheter nous le plateau d efromages, et en plus il serait plus cher qu'en grande surface...
Le pére noel est radin dans la Mayenne....il doit avoir des origines auvergnates!!!!
Ven 19 Déc 2014 10:45 #26
Dairy a écrit:
sylvain 57 a écrit:
Concernant les revenus, je me demande comment il est possible de calculer le revenu des céréaliers sur 2014 alors que beaucoup ne commencent qu'à livrer.

A ce sujet, début 2015 devrait voir une égalité parfaite entre lait et céréales puisque le blé et le lait seront à 200 € /T
Ok je parle du prix B de Sodiaal mais ça me fait drole de savoir qu'il ne me reste qu'une benne de blé que je vais livrer en janvier et qu'elle me sera payé plus à la tonne que les 2 derniers tanks du mois qui seront en quota B .

il faut garder le moral alors je vais positiver en disant qu'au moins les laitiers n'ont pas à se déplacer pour livrer puisque le laitier vient jusque devant la porte de notre laiterie alors que les céréaliers sont obligés d'accrocher leurs triples essieux pour aller livrer au port de Metz.

Bon c'était une pointe d'humour, personne ne m'interdit de vendre mes vaches et de ne faire que des céréales.
Je commence à le savoir à force de l'entendre.
C'est pour ça que je poste moins car un laitier doit faire le boulot, prendre ce qu'on lui donne et surtout fermer sa gueu***le !!!!

Au fait le laitier vient de me déposer mon cadeau de Noël, un carton avec 3 fromages comprenant un rustique, une tomme fruitée et un munster.
Avant on en avait 5 mais je suppose que maintenant il faut que l'on partage avec les petits chinois.

Signé : un producteur vraiment ingrat avec sa laiterie

rassure toi il y a pire ailleurs, chez lactalis pas de colis pour noel, on doit l'acheter nous le plateau d efromages, et en plus il serait plus cher qu'en grande surface...
Le pére noel est radin dans la Mayenne....il doit avoir des origines auvergnates!!!!


je suis producteur SODIAAL en mayenne

pas de cadeau du laitier........

et les tanks des fetes de fin d année a 222 roros

:flower
Ven 19 Déc 2014 10:54 #27
Ici, sodiaal aussi, ille-et-vilaine, pas de cadeau non plus. Il y a sans doute eu une "promo" de leur produits de noël, mais avec des prix ridicules, alors ces feuilles servent aussitot pour allumer la chéminée... Par contre je n'ai pas demandé de quota supplémentaire, ni même le 1% gratuit, et j'ai joué avec les volumes A et B d'une façon que les degâts sont moins importants. Je ne comprend pas comment les producteurs peuvent encore être motivés pour acheter du quota supplémentaires.
Ven 19 Déc 2014 13:56 #28
Pas de cadeaux de fin d'année chez LSDH :ouf
Mais une laiterie réglo toute l'année :eusa_angel
C'est 1000000 de fois mieux qu'un plateau de fromage au pied du tank :dingue
Sans compter qu'avec mes quatre greffiers dératisateurs peu de chances de retrouver une miette le lendemain :mdr
Ven 19 Déc 2014 14:03 #29
tu as l'honneur de fournir pour fairefrance, alors! Quelle chance
Ven 19 Déc 2014 14:12 #30
Tout est bon à prendre, surtout ce qu'il faut éviter, quand on le peut, c'est de travailler avec une laiterie qui vise comme marché leclerc ou les chintoks!
Ven 19 Déc 2014 14:18 #31
effectivement, pas faux
Ven 19 Déc 2014 14:20 #32
rivarol a écrit:
Tout est bon à prendre, surtout ce qu'il faut éviter, quand on le peut, c'est de travailler avec une laiterie qui vise comme marché leclerc ou les chintoks!

on choisit plus sa laiterie de nos jours......
on fait avec, et on essaie de s'adapter.....
Ven 19 Déc 2014 14:42 #33
sur?
Dim 21 Déc 2014 09:35 #34
Image

L’impasse du syndicalisme agricole

Publié le : samedi 20 décembre
Mots-clés : Agriculture; France; Religion; Syndicats
Commentaires : 6
Source : E&R Midi-Pyrénées
Image

Le monde agricole est divisé en deux grands courants, qui s’affrontent de manière aussi stérile et illusoire que les partis de droite et de gauche en politique. Cette confrontation trouve sa plus belle expression dans la lutte idéologique à laquelle se livrent deux principaux syndicats agricoles, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et la Confédération paysanne.

Classée à droite, la FNSEA majoritaire domine, au point même de prétendre représenter tous les agriculteurs, de droite comme de gauche, mais regroupe en fait les exploitants dits « productivistes », le plus souvent installés en conventionnel (non-biologique), avec des exploitations de moyenne, grande, voire très grande taille, de grosses machines, mais aussi de gros emprunts au Crédit agricole. Ils sont ouverts, voire favorables, à l’agriculture industrielle, touchent d’importantes subventions et détiennent la quasi-totalité des présidences de chambres d’agriculture départementales [1].

Classée à gauche, la Confédération paysanne, dont José Bové est le représentant le plus médiatique, défend une agriculture plus traditionnelle, avec des exploitations de petite taille, des paysans plus nombreux, un plus grand respect de l’environnement.

Chacune de ces deux visions semble légitime et présenter des avantages et des inconvénients, mais aucune ne propose une voie crédible et satisfaisante : on retrouve le modèle républicain démocratique qui divise le peuple, absorbe les contestations dans des mouvements d’opposition sous contrôle, et laisse ainsi les mains libres à l’oligarchie en place.

Récemment, la FNSEA a fait entendre sa colère en organisant une grande manifestation dans plusieurs villes de France contre l’accumulation de règles et de contrôles [2]. En ligne de mire, cette nouvelle directive nitrates, la cinquième, imposée par Ségolène Royal sous la pression de Bruxelles, et qui contraint 4 000 communes supplémentaires à restreindre leur utilisation d’engrais azotés, fumier compris. Pour des agriculteurs surendettés qui voient leurs charges augmenter et les prix baisser constamment, mettre moins d’engrais signifie moins de rendement, et donc plus de mal à rembourser les emprunts. En cette période de crise, ça ne passe pas.

Certes, on peut penser a priori que réduire les nitrates est une bonne chose car cela polluera moins. Pourtant, des raisons existent pour se montrer plus compréhensif à l’égard de nos paysans En effet, si l’agriculture est à ce point dépendante des engrais de synthèses aujourd’hui, ce ne sont pas les agriculteurs qui ont provoqué directement cette évolution : ils se sont adaptés à la modernisation imposée par l’industrie agro-chimio-pharmaceutique à partir des années soixante, que l’on a appelée la Révolution verte. On s’est mis alors à pratiquer la monoculture intensive, beaucoup plus exigeante en eau et en engrais. Sauf qu’aujourd’hui, après leur avoir dit : « Utilisez nos engrais chimiques, vous produirez plus ! », on leur dit : « Vous polluez, c’est à vous d’assumer ! » C’est l’engrenage infernal dans lequel sont pris tous ceux qui suivent le système, et la FNSEA est le syndicat du système. Un responsable syndical ariégeois constatait même, dépité : « On s’adapte à toutes les règles qu’ils nous imposent mais ce n’est jamais fini, il y en a toujours de nouvelles. On ne peut jamais dire : ça y est, maintenant je vais pouvoir travailler sereinement. »

Ceci explique la rancœur des paysans contre ceux qu’ils nomment les « nuisibles » : les technocrates et les écologistes, qui ignorent le bon sens paysan mais leur dictent leur conduite. Ainsi pouvait-on lire sur certaines pancartes : « Laissez-nous travailler ! », ou encore, plus trivialement : « Arrêtez de nous emmerder ! » Ils auraient dû rajouter, pour être complets : « Mais continuez quand même à nous verser les subventions ! » Car en effet, le malaise est là : difficile de s’opposer au système quand il vous tient par le porte-monnaie.

Cela dit, les opposants à la FNSEA, et ils sont nombreux, même en dehors du monde agricole, proposent-ils des alternatives concrètes ? Évoquons rapidement ces écolos guerriers, anarcho-libertaires et autres militants anticapitalistes, tels ceux qui s’opposent au projet du barrage de Sivens dans le Tarn – projet que la FNSEA défend farouchement. Le RSA ou les allocations chômage leur permettent de sillonner la France et le monde d’une ZAD – zone à défendre – à une autre, toujours en quête d’un combat à mener. De fait, leur état de nomades subventionnés les délégitime fortement pour s’exprimer à la place des producteurs locaux réellement concernés [3]. D’autant qu’ils ne proposent pas de véritable alternative, satisfaits qu’ils sont de leur positionnement « antisystème » et de leur anticapitalisme primaire, ce qui est un peu léger comme projet.

Quant à la Confédération paysanne et à tous les tenants d’une agriculture familiale et traditionnelle, ils oublient tout simplement qu’il n’existe pas de « civilisation paysanne » sans religion. Toutes les sociétés paysannes encore préservées aujourd’hui, dans les pays peu touchés par le progrès occidental, ont conservé ce « sens du sacré » dans leur rapport à la terre nourricière. En France, c’est le christianisme qui a façonné nos villages, communautés de paysans qui pratiquaient l’entraide et dont le travail des champs ne dégradait pas l’environnement. L’homme faisait partie de la Création et adorait le Créateur [4]. De fait, le modèle de paysannerie laïque proposé par le syndicat de José Bové et ses acolytes est sans fondement idéologique sérieux, et a donc peu de chance de transformer la société.

Cela explique sans doute leur attitude bien plus souvent dénonciatrice que constructive. Au mieux, ils font simplement de la résistance, en défendant tel ou tel petit producteur, mais sans empêcher finalement la progression du rouleau-compresseur ultra-libéral. Leur idéalisme ne change pas le monde mais provoque plutôt des querelles idéologiques incessantes et stériles. La Confédération paysanne est d’ailleurs en régression aux élections des Chambres d’agriculture. Il faut donc admettre qu’aucun changement radical ne viendra du syndicalisme agricole actuel, au service malgré lui du « diviser pour régner ». Peut-être faudrait-il alors chercher des solutions en s’inspirant d’époques plus anciennes, quand les syndicats n’existaient pas et quand le monde paysan était plus uni.

Lucien Valo pour E&R Ariège


http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-impasse-du-syndicalisme-agricole-29808.html ....... avec les commentaires.
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Dim 21 Déc 2014 09:50 #35
Un peu léger comme analyse. Mais il y a un point avec lequel je suis d'accord, c'est que les paysans se laissent globalement manipuler par une oligarchie...
Dim 21 Déc 2014 10:24 #36
gerard a écrit:
Un peu léger comme analyse. Mais il y a un point avec lequel je suis d'accord, c'est que les paysans se laissent globalement manipuler par une oligarchie...


Image
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Dim 21 Déc 2014 11:43 #37
gerard a écrit:
Un peu léger comme analyse. Mais il y a un point avec lequel je suis d'accord, c'est que les paysans se laissent globalement manipuler par une oligarchie...

+ 1
Dim 21 Déc 2014 12:41 #38
gerard a écrit:
Un peu léger comme analyse. Mais il y a un point avec lequel je suis d'accord, c'est que les paysans se laissent globalement manipuler par une oligarchie...


+1 aussi et c'est d'autant plus léger comme analyse, que cette dernière prétend cloisonnée le "masse" des paysans à l'image de leur propre oligarchie... CQFD

:eusa_hand Par contre il y a quelques points intéressants, le vrai paysans cherche du "sens" à son travail, et les syndicats sous leurs forme actuelles, que je qualifierai de verticale, sont inutiles, et parfois pire à actions scélérates.
Dim 21 Déc 2014 13:08 #39
Le christianisme,jusqu'a la révolution, c'était avant tout le clergé avec la dime et les autres impots à verser a la noblesse .Aprés la révolution ,le pouvoir est revenu aux mains des bourgeois qui détenaient l'argent et une grande partie des biens , dont du foncier. En deux mots ,un pauvre naissait pauvre et le restait,le contraire pour un riche.Les choses ont vraiment évoluées ds nos campagnes dans les trente glorieuses,pas du fait de l'entraide mais effectivement grace a la mécanisation nécesaire pour remplacer les bras partis en ville.Les plus audacieux ,travailleurs ont effectivement réussis,de leur ferme misérable ,ils sont passes à de belles strusures et c'est tant mieux , l'ascienseur social a fonctionné! lL'entraide n'y est pour rien.
Avant c'était pas mieux,il y a eu des périodes fastes,j'en ai profité,j'ai conscience que l'avenir est trés difficile a envisager,nos grands modéles politiques communismes, capitalisme ne sont pas la solution.Peut'etre faudrait'il trouver un nouveau sens?? 0 notre vie ,travail,cela concerne toute la sociétée.
Pour info je ne suis pas syndiqué et ne suis pas géné par la présence de plusieurs syndicats,j'aime pas la pensée unique Il est bien d'avoir des contre choix
Dim 21 Déc 2014 13:52 #40
l'agriculture est diverse, tant en mode de production, qu'en transformation et en commercialisation..... l'important n'est-il pas que chacun y trouve sa place et son compte?.....
si le travail n'a jamais été simple , la liberalisation et la mise en concurrence des uns avec les autres n'est certainement pas la pour améliorer la visibilité de nos exploitations et donc la gestion que l'on en a .
Il ne faudrait cependant pas confondre une posture a un moment donné prise par la fd pour unique ..... mais simplement la pour mettre en avant un problème donné....
Sur le cas de sivens c'est a mon sens d'abord le fait que l'on respecte l'aboutissement d'un projet de 15 ans .... au dela des productions que ce projet va permettre de pereniser et securiser ( animales et végétales)......

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut