le cancérologue qui défend la consommation de vin

Ouvert par PR, 02 novembre 2014

Page 1 sur 1
Dim 2 Nov 2014 18:23 #1
C'est rare et cela mérite d'être souligné et comprendre pourquoi le vin est si décrié ....son explication est plausible ...;
je vous laisse le loisir de décripter ses arguments ....

La lettre du Professeur Joyeux
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Wordpress Partagez sur Google + Partagez sur Youtube La Lettre du Professeur Joyeux est un service d'information indépendant sur la santé, spécialisé dans la prévention des maladies auprès du grand public et des familles. Rendez-vous ici pour vous inscrire gratuitement (vous pouvez vous désinscrire en vous rendant ici).

Annonce spéciale :
2 journées avec le professeur Joyeux, vendredi 5 et Samedi 6 décembre à Montpellier

- De l’apiculture à l’apithérapie et ;

- la nutrition-prévention contre le cancer et les maladies auto-immunes.

Vous êtes invité à 2 journées exceptionnelles avec le professeur Joyeux et de nombreux praticiens, scientifiques et patients pour explorer les complémentarités entre médecines douces et médecine moderne. PLUS D’INFORMATIONS ICI.


Le vin consommé avec modération est bon pour votre santé

Deux anecdotes instructives

En février 2009, j’apprends par la radio que le président de l’Inca (Institut national du cancer) diffuse sur les ondes que « le vin est cancérigène parce qu’il contient de l’alcool ». Il sera même l’invité du soir de la grande émission surFrance Inter pour répéter « le plus petit verre de vin représenterait un risque de cancer ».

Connaissant bien ce collègue, ancien directeur du centre anticancéreux de Marseille qui a quitté depuis plusieurs années le terrain des malades, et ancien membre avec lui du Grenelle de l’environnement, je joins France Inter en demandant à être intégré à l’émission comme contradicteur principal, armé d’arguments scientifiques sérieux.

Vous devez imaginer comme moi que le journaliste responsable professionnel – qui se doit de donner à ses auditeurs l’information complète, afin qu’ils en retirent la juste opinion –, allait répondre favorablement puisqu’il sait parfaitement que je ne suis pas d’accord avec le président de l’Inca. Eh bien non ! Il a laissé passer un tissu de sottises sur le sujet et à aucun moment je n’ai pu entrer dans la discussion sur les ondes.

Vous comprenez pourquoi je demande, avec nombre de mes collègues silencieux, que l’on crée un Conseil de l’ordre et une Charte éthique pour les journalistes afin que l’information ne soit pas en permanence orientée à la solde des lobbies qui trompent les consommateurs.

Toutes les grandes professions - médecins, avocats, notaires, infirmiers…- ont un conseil de l’Ordre et celle qui nous informe ou déforme du matin au soir n’a ni règles éthiques ni le moindre contrôle.

Quels lobbies trompent les consommateurs me direz-vous ?

Évidemment celui des boissons sucrées et dites toniques, je les nomme : coca, sodas, Redbull [1] et de très nombreux jus de fruits inutiles. Car il faut consommer les fruits frais entiers pour en tirer le meilleur pour sa santé, en particulier les fibres. Quant à savoir si l’émission était sponsorisée par ces lobbies que l’on retrouve dans toutes les compétitions sportives, évidemment, ce serait difficile à démontrer. Les lobbies connaissent les lois et sont des experts en contournement.

Jamais ne sera dite la “vérité santé” sur ces boissons qui envahissent de plus en plus les tables des Français comme celles des Américains : ces boissons conduisent directement à l’obésité et au diabète du fait des addictions au goût sucré des vrais comme des faux sucres, et de là directement aux alcools forts.

Dix ans plus tôt j’étais au Brésil, participant d’un Congrès international sur la nutrition. Je suis invité en direct sur une émission de la plus grande chaîne de télévision Brésilienne, Globo, la ”Une” de chez nous. Avant d’entrer sur le plateau, on me fait savoir discrètement que je ne dois pas parler de Coca-cola. Je ne dis rien mais j’enregistre. L’émission d’une bonne demi-heure se passe très bien, je suis parfaitement interviewé. Sentant arriver la fin de mon temps de parole, j’en viens aux boissons, je valorise le verre de bon vin à la fin du repas que j’oppose aux boissons sucrées qui abîment la santé, et à la seconde où je cite Coca-cola, je suis coupé.

Je demande la raison de cette coupure. La réponse dont je ne me doutais pas m’est donnée : « L’émission est sponsorisée par Coca-cola. »

Voilà comment on fabrique ”l’opinion publique” : par la manipulation !

Annonce spéciale de Jean-Marc Dupuis de Santé Nature Innovation :
Libérez-vous des industries qui s'en prennent à votre santé

Les alertes sur votre santé se multiplient mais les moyens de vous protéger aussi ! Tous les mois la rédaction d'Alternatif Bien-Être fait le tour des dernières avancées de la science en santé naturelle. Vous êtes prévienus des médicaments, aliments et habitudes à éviter et vous apprenez à les remplacer par des alternatives saines, simples et pratiques.

Rendez-vous ici pour en savoir plus.


Comment on trompe les consommateurs en assimilant vins et alcools forts

Affirmer que le vin c’est de l’alcool, c’est tromper gravement mais à demi le consommateur. Il est vrai que le vin contient de l’alcool mais beaucoup moins que les alcools forts, et curieusement on oublie de citer tout ce que le vin contient par ailleurs qui peut être utile à la santé.

La tromperie consiste à mettre au même niveau les 7 à 10 cl environ d’alcool – l’éthanol présent dans une canette de bière de 250 ml à 5 % ; un verre de vin de 125 ml entre 10 et 12° et 30 ml d’alcool fort, tels que whisky, anisette, gin, vodka. Cette quantité fait monter le taux d’alcool dans le sang de 0,20 g à 0,25 g/l en moyenne. En France, depuis 1995, le taux légal maximal est de 0,5 g d'alcool par litre de sang (ou 0,25 mg par litre d'air expiré).

En général, le consommateur d’alcool fort ne prend pas les 30 ml mais le double ou le triple. Généralement, il est aussi un consommateur de vin et/ou de bière qui a tendance à boire plus que nécessaire. On parle d’alcoolisme mondain, d’addiction inconsciente. Son activité physique est loin de celle des bûcherons d’autrefois, d’autant qu’il peut passer 3h50 par jour ou plus, assis passivement devant la télévision.

Mais les perroquets spécialisés dans la lutte contre les méfaits de l’alcoolisme ajoutent en plus qu'« il n’y a pas de dose protectrice » et « les petites doses répétées sont les plus nocives », ou encore que « toute consommation quotidienne de vin est déconseillée ».

Pas un mot sur la dangerosité des alcools forts ou sur la bière qui inondent nos panneaux publicitaires aux grandes fêtes et dès que l’été pointe son nez.

Il ne faut pas s’étonner que de tels conseils ne soient pas suivis d’effets quand on lit la brochure à destination des professionnels de la santé construite à partir d’études internationales : « Halte au petit verre de vin quotidien, aux trop nombreux steaks ou côtelettes, à la charcuterie ad libitum et vive l’allaitement maternel. ». La dernière recommandation est la plus juste. Quant au steak ou à la charcuterie une fois par semaine elle ne fait pas de mal.

Ce ne sont pas des statistiques – de méta-analyses [2] plus ou moins trafiquées – que l’on attend, mais des arguments pour convaincre le grand public. Ils existent et doivent être énoncés avec assurance.

Il est vrai qu’une meilleure alimentation peut diminuer le nombre de patients atteints de cancers et les rechutes. Elle doit être présentée non pas sous forme d’interdits que l’on s’empresse d’enfreindre, mais positivement, comme “Manger Mieux et Meilleur”. Nous l’appelons la méthode des trois “M” [3]et dans cette méthode, le verre de vin a toute sa place, mais ni la bière ni les alcools forts.

Evidemment est indispensable une bonne quantité d’eau, et de la bonne : 3 verres par repas, (pas nécessairement en bouteille) d’une eau filtrée par osmose inverse (c’est le système le moins coûteux à long terme)

Informer d’abord les jeunes : pourquoi les alcools forts sont mauvais pour la santé et pourquoi il faut apprendre à boire intelligemment du vin

Vous remarquerez d’abord l’énorme disproportion entre les publicités très bien présentées à destination des jeunes et de leurs fêtes. Toutes poussent à consommer ces boissons toniques, dites énergisantes. Elles sont hyper dangereuses du fait de leur apport excessif en sucres et produits stimulant excessivement le système nerveux, caféine et taurine. En 2011, l'association Familles de France (www.familles-de-France) que je présidais, avait communiqué sur leur nocivité.

En parallèle de ces boissons énergisantes qui vous fatiguent plus qu’autre chose et minent votre santé à terme, vous retrouvez les publicités des alcools forts.

Ainsi les premières addictions, celles aux boissons “toniques” conduisent à la consommation des secondes. En effet, l’alcool n’est qu’un sucre fermenté [4] très concentré dans les alcools forts. La fermentation transforme 4 calories glucidiques en 7 calories alcooliques !

Nous ajoutons à ces addictions le lactoolisme [5]qui commence à être reconnu, quand on consomme trop de lait et de produits laitiers. Ils inondent le tube digestif et l’organisme d’un excès de calcium – 3 à 4 fois trop – et aussi de lactose à forte dose, sucre authentique dont le goût sucrant est faible, ce qui fait que l’on n’est pas conscient de consommer trop de sucres. Lait de vache, yaourts, fromages, crèmes glacées y contribuent largement. Nous complétons avec le pain blanc, référence parmi les aliments hyperglycémiants qui fera l’objet d’une autre lettre.

Si l’organisme n’a pas vraiment besoin de ces calories ou ne les brûle pas, elles sont stockées sous forme de gras dans le foie d’abord (foie gras ou stéatose hépatique), puis les muscles, sous la peau et chez les femmes dans les seins et la périphérie des hanches, chez les hommes dans le bassin et la ceinture abdominale.

Comme pour le tabac, la dépendance est plus grave chez les femmes que chez les hommes. En effet, à consommation égale, le corps féminin est plus rapidement fragilisé du fait de ses capacités respiratoires et hépatiques qui sont le tiers à la moitié inférieures de celles des hommes.

Ainsi faut-il réduire de manière drastique toutes les publicités qui poussent à consommer ces boissons tonico-toxiques et proposer en priorité une consommation d’eau, seule boisson désaltérante, et une moindre consommation de vin intelligente et modérée qui soit agréable et orientée vers la santé. Les jeunes en sont capables si on leur fait passer les bons messages.

L’obsession alcoolique doit cesser. Elle doit être centrée d’abord sur les excès de sucres (produits sucrés et sucres cachés dont ceux par excès de cuisson), qui conduisent directement aux alcools forts. Il faut promouvoir le sport actif et la réduction des activités statiques, consommations de télé, jeux vidéo et autres addictions inconscientes. Une saine activité physique, voilà l’avenir [6] à tous les âges de la vie.

Dans une prochaine lettre, je vous expliquerai ce qui est bon dans le vin, quand on le consomme de façon modérée.

Professeur Henri Joyeux
Dim 2 Nov 2014 20:31 #2
PR a écrit:

Dix ans plus tôt j’étais au Brésil, participant d’un Congrès international sur la nutrition. Je suis invité en direct sur une émission de la plus grande chaîne de télévision Brésilienne, Globo, la ”Une” de chez nous. Avant d’entrer sur le plateau, on me fait savoir discrètement que je ne dois pas parler de Coca-cola. Je ne dis rien mais j’enregistre. L’émission d’une bonne demi-heure se passe très bien, je suis parfaitement interviewé. Sentant arriver la fin de mon temps de parole, j’en viens aux boissons, je valorise le verre de bon vin à la fin du repas que j’oppose aux boissons sucrées qui abîment la santé, et à la seconde où je cite Coca-cola, je suis coupé.

Je demande la raison de cette coupure. La réponse dont je ne me doutais pas m’est donnée : « L’émission est sponsorisée par Coca-cola. »


Professeur Henri Joyeux


Hé voilà, pourquoi une grosse partie des émissions TV nous racontes n'importe quoi.
Tout est filtrée, on dit seulement ce que le sponsor veut entendre. :itsnot
Buvez du vin en hiver parce qu’il fait froid,
et en été parce qu’il fait chaud.
Henri-Georges Bohn
Dim 2 Nov 2014 21:57 #3
Aujourd'hui , tout n'est que mascarade ! La télé , les infos , la politique, la santé , la nutrition , l'ecologie....à chaque thèse , sa contre-thèse immédiate .
Tout est nocif , dangereux , désastreux ... et on a jamais vécu aussi bien , aussi vieux ....
Moi , tout ça , je m'en fous absolument !!!.... de toute façon , j'ai tout faux ...mais j'ai qu'une vie ! et je veux en profiter ! :eusa_snooty

Maintenant , cet article souligne trés bien la trés faible influence( euphémisme) du monde viticole français ( et surtout de ses représentants tres "gay friendly" :mdr ) ...une aberration , étant le 1er pays producteur au monde ...On devrait être "les rois du monde" ...une fierté nationale ... Mais non , vite demandons pardon et autoflagellons nous !!
Ma foi ! Electoralement parlant , nous ne représentons plus rien !

Et puis tout le monde est tellement d'accord avec cette mondialisation ...haaa on ne peut pas lutter !!...on la veut? ...hé bé , on l'aura !
Le " du pain et des jeux " est toujours d'actualité ...mais version " du coca et de la télé-réalité" , bien lobotomisant !!
Comment asservir les peuples ? En les abrutissant .... avec de l'addiction ...en les faisant en permanence culpabiliser !
Cette société s'ennuie profondement !!....et ça y va en antidépresseur !!

Qu'ils nous foutent la paix une fois pour toute ! Qu'ils nous laissent vivre !!!
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Lun 3 Nov 2014 08:41 #4
ca c'est bien vrai pour les emissions tv !
quand je vois les quelques reportages sur la viticulture, avec les feves qu'ils nous racontent la on les retiens et on s'en apercoit car on es du metier mais si c'est pareil dans tout reportages dont on ne connait pas les metiers ben ils nous en font avaler des vertes et des pas mures :blase
Mer 5 Nov 2014 23:06 #5
suite sur les bienfaits du vin toujours selon ce cancerologue :

Ce qui est bon dans le vin : le French paradox

Les vins ont plus de mille constituants. Nous verrons les plus importants.

L’eau d’abord, qui constitue 85 à 90 % d’un litre de vin. Cela permet de comprendre qu’il n’est pas logique de mélanger le vin et l’eau, sauf le nuage de vin chez l’enfant au-delà de 10 ans, en lui expliquant pourquoi tant qu’il est petit.

L’apport calorique reste faible car un verre de vin n’apporte pas plus de calories qu’une pomme, soit 50 calories.

Chez l’adulte, notre collègue le Pr Serge Renaud (1927-2012) a été le premier à découvrir le French paradox [1], en démontrant que la mortalité cardio-vasculaire est relativement plus basse en France alors que « le régime alimentaire contient beaucoup trop de graisses saturées (viandes rouges et charcuterie) et que les concentrations sanguines en cholestérol sont similaires à celles que l’on trouve aux USA ou en Angleterre. »

Serge Renaud et ses collaborateurs ont montré que la cause de ce paradoxe était à rechercher dans la consommation de vin. Dans une publication ultérieure, ils ont démontré, sur une cohorte de 36 000 personnes, qu’une consommation modérée de vin était associée à une nette diminution de la mortalité par hypertension.

Pour la collaboratrice de Serge Renaud, le Dr Dominique Lanzmann-Petithory, gériatre, docteur en épidémiologie de la nutrition, « l’effet négatif de l’alcool contenu dans le vin, bien réel – quand il est consommé en excès – est plus que compensé par l’effet positif des nutriments contenus dans le vin. » Ne traduisez pas buvant n’importe comment et sans limites !

Le polyphénol le plus connu, le Resvératrol, est un puissant antioxydant, antivieillisement présent dans la peau du raisin et ensuite dans le vin rouge

Il est présent dans le vin rouge aux taux de 6 à 60 mg par bouteille selon les crus. Chez la souris, ce polyphénol est actif à la dose de 2,5 mg/kg/jour contre le diabète de type II [2]. Pour obtenir un effet équivalent chez l’homme, une dose de 15 mg de Resvératrol par jour devrait être suffisante, ce qui correspond à consommer un verre de vin à chaque repas, soit 250 ml au total par jour.

Le Resvératrol, déjà dans la peau du raisin, est beaucoup plus présent dans les vins rouges (2 mg/l) que dans les blancs (0,2 mg/l). Son pouvoir antioxydant est 20 fois supérieur à celui de la vitamine E, il réduit le mauvais cholestérol (LDL), inhibe l’agrégation des plaquettes avec un effet plus temporaire que l’aspirine comme fluidifiant du sang.

A propos du cancer du sein : où sont les risques ?

Le vin aurait des effets anticancer in vitro sur des tumeurs expérimentales, et même anti-œstrogénique, mais in vivo certaines études épidémiologiques ont montré qu’un seul verre de vin augmenterait les risques de cancer du sein.

En réalité, il faudrait ne pas oublier d’interroger d'abord les femmes à propos de leurs consommations hormonales qui sont directement et principalement en cause. Là encore, les lobbies des hormones sont encore trop puissants. Ils savent parfaitement minimiser ou réduire à minima des risques majeurs.

Les femmes, dans les dossiers médicaux, sont curieusement très peu interrogées quant à leur consommation hormonale. S’il est noté à l’heure du diagnostic qu’elles prennent ou pas d’hormones, jamais n’est notée la quantité d’hormones consommées au total. Elle dépasse de plus en plus souvent 10 à 15 ans et les doses sont considérables pour des organes très hormonosensibles.

On peut considérer le Resvératrol comme un pesticide naturel produit par le raisin pour se protéger contre bactéries et champignons (mildiou) et aussi sous l’effet du stress. Nous verrons le même phénomène du pesticide naturel avec l’huile d’olive qui contient d’autant plus de polyphénols que l’olivier est stressé par le manque d’eau et la forte chaleur. nque d’eau et la forte chaleur.

La ”Rutine” est un autre polyphénol

Il participe à la contraction de la musculature lisse des côlons et du rectum et ainsi à l’avancée des matières avant leur évacuation. Pas cher et plus agréable que les traitements modernes de la constipation. Du temps du Cardinal de Richelieu, le verre de Médoc était sa tisane !

La Quercétine est un polyphénol antioxydant de la famille des flavonoïdes. C’est un des composants actifs de l’ail. On en retrouve également dans les câpres, les choux (de toutes sortes), les baies, le raisin, les haricots verts, le thé, les oignons (rouges), les pommes et le sarrasin. Le vin rouge contient quelques dizaines de mg/l, suivant les cépages et la macération. La quercétine comme complément alimentaire est efficace dans le traitement de la prostatite chronique, par son rôle anti-inflammatoire et antioxydant.

Deux sortes de constituants anti-alcool participent à la métabolisation de l'alcool : la thiamine ou vitamine B1, et les autres vitamines du groupe B d'autre part, qui modulent les effets de l'alcool. Dans les cas de sevrage alcoolique et en particulier de delirium tremens, on ajoute aux traitements la vitamine B1, et en plus la B6 et la PP (B3) qui, lorsqu’elle manque, donne des troubles de la mémoire.

L’étonnant taux des acides aminés essentiels

Il est intéressant enfin de signaler son apport en acides aminés essentiels, à des taux très proches de ceux observés dans le sang humain. Je fais remarquer que les 4 éléments C (carbone), H (hydrogène), O (oxygène) et N pour l'azote, symbolisent biologiquement la vie humaine. Ils sont présents dans les acides aminés essentiels spécifiques de l'homme qui sont les chaînons constitutifs des protéines vitales. Ces acides aminés essentiels – que l’on ne peut pas se procurer autrement que par l’alimentation – sont au nombre de 8 et curieusement aux mêmes taux dans un litre de vin rouge que dans un litre de sang humain. « YHWH, Dieu n'a pas trouvé de plus auguste matière pour la transformer en son sang », remarqua l'écrivain Huysmans (1848-1907) dans son livre L'Oblat.

Taux des 8 acides aminés essentiels (mg/l) dans le vin et le sang humain :


Les 8 acides
aminés essentiels
VIN rouge à 12°
SANG humain
Thréonine
16,4
9-36
Valine
21,7
19-42
Méthionine
6,2
2-10
Tryptophane
14,6
4-30
Phénylalanine
25,5
7-40
Isoleucine
12,4
7-42
Leucine
32,2
10-52
Lysine
51,7
14-58


La minéralité des vins donne les arômes, les touches olfactives et gustatives

Je rappelle l’importance du maintien et de l’entretien du goût et de l’odorat qui, lorsqu’ils faiblissent, sont les premiers signes des maladies neurodégénératives, Parkinson et Alzheimer en premier. On retrouve l’intérêt du verre de bon vin pour éviter ces maladies.

Les minéraux (jusqu’à 5 g par litre) : Le calcium pour les os (80 mg/l) ; le potassium (jusqu’à 1 g/l, plus dans les rouges que dans les blancs [3]) pour le cœur ; le magnésium (60 à 150 mg/l) pour les muscles ; le sodium (10 à 40 mg/l) plus concentré dans les vignobles de bords de mer.

Les oligo-éléments : Les vins issus de l’agriculture conventionnelle (AC) ont un contenu en fer (10 à 20 mg/l) légèrement supérieur (écart de 23 %) à celui des vins issus de l’agriculture biologique (AB), mais ils contiennent moins de cuivre (écart de 74 %) que les vins AC. Il faut ajouter comme cofacteurs de réactions enzymatiques : silice-soufre-manganèse-zinc-chrome (avec le vieillissement du vin) et iode des bords de mer.



Les effets du vin dans notre organisme

Les conséquences immunitaires de 500 ml de vin par jour (5 verres de vin) [4] à 12° pendant deux semaines

Le test a été réalisé par une équipe allemande de Karlsruhe chez 24 hommes âgés en moyenne de 30,6 ± 1,4 ans et pesant 79,7 ± 1,4 kg consommant pendant deux semaines jusqu’à 500 ml de vin par jour. Les auteurs ont recherché les conséquences sur le système immunitaire avec les paramètres suivants (pour les spécialistes) : activité phagocytaire de globules blancs neutrophiles et monocytes - production de TNF alpha - inteleukine 2 et 4 - TGF bêta - prolifération lymphocytaire - activité des natural Killers (NK) et pourcentage des lymphocytes apoptotiques. Ils n’ont pas trouvé de perturbations significatives, et concluent évidemment qu’on ne peut extrapoler ces résultats sur des périodes plus longues.

Comme apéritif, les vins doux peuvent ouvrir l’appétit, créant une certaine salivation avec la sécrétion de ptyaline ou amylase, on dit que l’eau vient à la bouche. Cette enzyme transforme l'amidon en dextrine, en maltose et glucose. C’est pour cette raison qu’il est bon d’ajouter à l’apéritif quelques végétaux, comme des petits légumes à croquer.

Le vin consommé en milieu ou en fin de repas facilite la digestion des repas gras

Le vin surtout rouge est diurétique et antiseptique urinaire. Il a des vertus antibiotiques en particulier contre les colibacilles, qui peuvent venir dans le système urinaire par le cycle entéro-rénal en particulier chez les personnes constipées chroniques.

Le vin par son polyphénol la “rutine” facilite la contraction intestinale et ainsi peut éviter la constipation, si l’on associe à l’alimentation les fibres des fruits, légumes et légumineuses cuites al dente.

Le vin agit sur la sphère mentale, ce que résume François Rabelais : « Le jus de la vigne clarifie l’esprit et l’entendement, chasse tristesse, donne joie et liesse. »

Ainsi, avec le vin consommé modérément, pas plus d’un verre à chaque repas, les papilles se régalent, l’estomac s’allège, le cerveau se libère, le cœur se renforce, le foie se protège, les articulations se fortifient, les reins et la vessie s’inondent, les côlons et le rectum se libèrent de leurs déchets. Quelle économie pour la santé !

« Ce n’est pas juste exprimer son goût et dire que c’est plus ou moins bon. C’est aussi écouter une histoire, un chant secret, parfois rustique, parfois élégant, toujours authentique, celui qui a aidé la vigne à bien construire son raisin. C’est elle la musicienne ; vous, les vignerons, ne pouvez être que chefs d’orchestre » Nicolas Joly [5].

Régalez-vous donc. Mais attention, dans ma prochaine lettre, je ferai le point sur les dangers de l'excès d'alcool, qu'il ne faut pas nier ni sous-estimer.

Professeur Henri Joyeux

Publicités :

Pas vu à la TV : Retrouvez toute l'actualité de la santé naturelle, indépendante et sans concession grâce à Alternatif Bien-Être, journal de référence de la santé naturelle, à découvrir ici (lien cliquable).

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu'il faut l'associer à de l'huile pour l'assimiler ? Découvrez Les Dossiers de Santé & Nutrition dans cette vidéo.


Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre du Professeur Joyeux et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici


Pour être sûr de bien recevoir La Lettre du Professeur Joyeux sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.


Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.


Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction "transférer ce message" dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l'un des réseaux sociaux suivants :

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Pinterest Partagez sur Google + Partagez sur LinkedIn

Sources :

[1] En 1991, il est invité aux USA sur la plus grande chaîne, CBS News, pendant une heure. Il expose sa découverte du French Paradox : « les Français ont des risques statistiques de maladie cardio-vasculaire 3,5 fois inférieurs aux Américains grâce à leur consommation modérée de un à trois verres de vin rouge par jour, riche en antioxydant, en dépit d'une consommation équivalente de graisses saturées ». Ces déclarations ont un grand impact en Amérique du Nord et en Asie et stimulent la communauté scientifique internationale pour des recherches supplémentaires sur ce sujet. Les exportations de vin français quadruplent aux États-Unis.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre du Professeur Joyeux est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). Pour toute question, merci d'adresser un message à contact@santenatureinnovation.com
Jeu 6 Nov 2014 08:27 #6
Intéressant PR.
Jeu 6 Nov 2014 22:59 #7
PR a écrit:

Ainsi, avec le vin consommé modérément, pas plus d’un verre à chaque repas, les papilles se régalent, l’estomac s’allège, le cerveau se libère, le cœur se renforce, le foie se protège, les articulations se fortifient, les reins et la vessie s’inondent, les côlons et le rectum se libèrent de leurs déchets. Quelle économie pour la santé !

Professeur Henri Joyeux


:pouce

Hé pardi, ça devrait être rembourser par la sécu. un chti canon, et tu viens vieux.
Dans ma famille, une tante, 100 ans, un verre de rouge à chaque repas, elle pète la santé,
si bien que l'on lui dit très souvent "vous nous enterrerez tous "
Une autre arrière grand mère dans la famille, elle est morte à 95 ans, chaque repas le grand verre de vin "verre à wiskie" et pur hein !
Et une véritable cheminée, gauloise sans filtre, d'un mégot elle en éclairait une autre. Incroyable.
Elle est morte suite à une chute, col du fémur cassé.
Hospitalisé, interdit de vin et de cigarettes, elle en ai morte en 3 semaines !!! la médecine la tué. :x
Buvez du vin en hiver parce qu’il fait froid,
et en été parce qu’il fait chaud.
Henri-Georges Bohn
Ven 7 Nov 2014 20:22 #8
Moi , j'aime ces histoires ...comme les tiennes viticool ! ;)

C'est bien , l'analyse chimique ; puisqu'il faut ça aujourd'hui pour convaincre les gens :eusa_think ...
Les gens sont devenus des " crénissous " ( comme on dit chez moi ) ... ça a peur de tout !

Mais moi des analyses , à vrai dire , j'en ai pas grand chose à faire ...c'est mon tempérament .
L"important c'est de se faire plaisir ...on a qu'une vie !!
Trop salé ; trop sucré ; trop grillé ,trop de vin , trop de café, trop si et mi , hé c'est toujours trop...je m'en cague mais alors !!
Faut pas trop manger de charcuterie , de fromage , éviter les grillades c'est cancérigène ...hé bé envoie !! C'est surtout ça que j'aime :D
Haaa le "tofu" c'est bon pour la santé .... :mdr ...Ô pauvre , évite moi ça ; même mon chien n'en voudrait pas !! :mdr
Par contre les légumes , si t'y tombe dedans un morceau de graisse de canard ....tu peux avoir la main lourde :sill ....les vitamines , tu les donnes à qui tu veux ...m'en fous !
La table , c'est "le " plaisir de tous les jours ! La diététique est banni de chez moi !
Et je le dis avec conviction : " J'aime le graillou !!!" :mdr
" Le véritable exil n'est pas d'être arraché à son pays . C'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer "
Edgar Quinet
Ven 7 Nov 2014 22:09 #9
Si tu écoutes tout le monde, il ne faudrait plus rien manger. Et puis n'importe comment on crèvera un jour, alors, autant crever gras et l'estomac plein. On fait un jolie mort ! :mdr
Buvez du vin en hiver parce qu’il fait froid,
et en été parce qu’il fait chaud.
Henri-Georges Bohn

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut