Foncier.

Ouvert par @lm, 14 mars 2014

Sam 15 Mar 2014 22:32 #2
cela se pratique déjà en céréales ,la coop veut conserver le meme volume de surface ;aux agris sans successeur qui ne veut ni vendre ni louer mais percevoir la retraite la coop propose un prix fort de location et le fait travailler par un entrepreneur (en meche avec la coop) tout ça pour contrer les fermes importantes qui stockent et commercialisent directement en etant os  ;;;;;;le souçi cela empeche l'installation des jeunes et l'agrandissement des petites exploitations ;;;; peut etre un jour une reglementation sera mise en plaçe  mais il sera bien trop tard
Dim 16 Mar 2014 09:06 #3
Si on perd la nos champs on risque aussi d'y perdre notre âme
Dim 16 Mar 2014 09:21 #4
Pour moi , maîtriser son foncier est primordial et gage d avenir pour une ferme.c est moins clinquant que d avoir du beau matos ......mais c est sûrement un meilleur placement et une garantie
à 50 ans on attend plus rien de la vie mais on peut tout en espérer.
Dim 16 Mar 2014 10:08 #5
Si vous recherchez du foncier venez dans le sud toutes nos anciennes vignes sont des surfaces potentielles à l' époque des céréaliers de l'aude semaient du blé dur .Au moins on avait la satisfaction de les voir entretenues .C'est vrai que l'on est loin quand même.
Dim 16 Mar 2014 12:13 #6
les 2 tiers de la surface cultivée en France l'est en location 

Complété le 16/03/2014 à 11:14 :

Il y a plus de propriétaires que d'exploitants 
Lun 7 Avr 2014 08:44 #7




Haro sur le foncier







http://www.bastamag.net/L-accaparement-de-terre-et-la



" La course aux hectares agricoles gagne la France. Si l’arrivée de capitaux étrangers, russes dans le vin ou chinois pour le lait, a été médiatisée, d’autres phénomènes inquiètent. L’étalement urbain et la concentration sans précédent des terres cultivables aux mains de grosses exploitations participent à la disparition des paysans. Alors que l’opacité règne sur les transactions foncières, la logique financière se répand. Des holdings contrôleront-elles demain les campagnes françaises ? La loi d’avenir agricole examinée à partir du 8 avril au Sénat devrait permettre une plus grande régulation du marché foncier. Enquête.

....................... "
An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Lun 21 Avr 2014 22:01 #8




Accaparement

La moitié des terres en Europe est contrôlée par 3% de gros propriétaires

par Sophie Chapelle 18 avril 2014

 

Les phénomènes de concentration et d’accaparement des terres ne concernent pas que l’Afrique ou l’Asie. Les gros propriétaires terriens sont aussi très actifs au sein de l’Union européenne. C’est ce que montre une infographie publiée le 14 avril par l’organisation Transnational Institute basée à Amsterdam. Les données sont effarantes : 3 % des plus grandes exploitations agricoles contrôlent 50 % des terres dans l’Union européenne ! A l’instar de ce qui se joue en France (voir notre enquête), ces exploitations s’agrandissent au détriment des petites fermes. Entre 2003 et 2010, le nombre de fermes inférieures à 10 hectares (ha) a par exemple diminué d’un quart. Dans le même temps, les exploitations de plus de 50 ha se sont étendues sur 7 millions d’ha, soit la surface de l’Irlande !



Cette course aux hectares agricoles touche d’abord les pays d’Europe de l’Est. La Hongrie, la Roumanie et la Serbie sont les pays européens les plus convoités par les investisseurs étrangers. 500 000 hectares en Serbie, soit 15 % du foncier agricole, ont ainsi été accaparés par des sociétés commerciales, relève le Transnational Institute (voir également notre article sur la Roumanie). A ces phénomènes de concentration et de financiarisation des terres agricoles, se mêle le problème de l’artificialisation des terres. Entre 2005 et 2010, la surface agricole a perdu 227 200 hectares en France, soit la superficie du Luxembourg récupérée au profit du bétonnage et de zones commerciales. Mais dans ce domaine, c’est l’Allemagne qui caracole en tête.

Des subventions qui creusent les inégalités

Le Transnational Institute met aussi l’accent sur le rôle de la Politique agricole commune (PAC) qui incite à l’agrandissement des exploitations et à la concentration des terres. Depuis 1992, les soutiens apportés aux prix des produits agricoles ont été remplacés par des subventions à la production. Autrement dit, plus la surface d’une exploitation est importante, plus l’agriculteur reçoit des aides. Résultat, en 2011, 1,5 % des plus grandes exploitations agricoles ont perçu un tiers des subventions de la PAC. Ces inégalités dans l’attribution des aides sont aussi géographiques : l’Europe de l’Ouest, qui représente 44 % des fermes, a reçu 80 % des subventions – contre 20 % pour l’Europe de l’Est.



Qui sont les principaux bénéficiaires de ces aides ? Ce ne sont pas des agriculteurs mais des entreprises du secteur agroalimentaire. Depuis 1997, Friesland Campina, une coopérative néerlandaise de produits laitiers, a ainsi perçu 1,6 milliards d’euros de subventions ! L’entreprise française Saint Louis Sucre (filiale de l’allemand Südzucker) a bénéficié de 196 millions de subventions depuis 2004. Et au Royaume-Uni, la multinationale Nestlé à perçu 197 millions d’euros.

Cette infographie s’appuie sur les données d’un rapport de ECVC (Coordination européenne de la Via Campesina) et de l’Alliance Hands-Off The Land [1]. Ces organisations appellent les pouvoirs publics à « réduire la marchandisation de la terre et à promouvoir la gestion publique des territoires ». Elles demandent à ce que la priorité soit donnée aux petits agriculteurs qui promeuvent l’agriculture paysanne et la production alimentaire soutenable. Et proposent la création d’une banque de données permettant de suivre les transactions foncières des gouvernements et entreprises. Avec l’objectif, espèrent-elles, d’endiguer la disparition programmée des petits paysans.





http://www.bastamag.net/Concentration-fonciere-3-des-plus


An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Sam 30 Déc 2017 13:54 #10
Prix du foncier en Allemagne (suite de graph donc facile à lire)

Selon l'Office fédéral de la statistique, les prix des terres agricoles ont fortement augmenté et ont presque doublé depuis 2010. Le rapport de situation actuel de DBV 2017/18

En moyenne nationale, les acheteurs ont dû dépenser 22 300 euros par hectare en 2016, soit 14% de plus qu'en 2015. L'écart de prix entre les marchés fonciers de l'ouest et de l'est de l'Allemagne a également augmenté à nouveau


https://www.topagrar.com/news/Home-top-News-Situationsbericht-Preise-fuer-Agrarland-weiter-kraeftig-gestiegen-8956027.html
Mar 18 Déc 2018 13:59 #13
ils sont vachement en avance:
"Le collectif Terres communes a organisé un « pique-nique citoyen » dans la Chambre d’Agriculture, à l’antenne du pays de Retz, à Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique), lundi 17 décembre 2019."
Mar 18 Déc 2018 16:58 #14
j'arrive à la retraite,ma femme reprend la ferme en double emploi pendant 5 ans. mes enfants ne sont pas intérésssés, j'en fait quoi après? je la loue? une fois les impots fonciers payés il ne restera pas grand chose du fermage tant qu'il sera payé.pour améliorer ma "magnifique retraite" je vais vendre et le mieux possible. qu'on me donne une retraite décente et je pourrais peut etre faire un effort sur le foncier.j'ai déja eu des propositions d'agri en place qui n'attendent que ça. entre installer un jeune et ma retraite ,je veux bien faire le bon samaritain mais c'est compliqué
Mar 18 Déc 2018 18:06 #15
et tes enfants veulent pas les garder ? meme s ils ne seront pas agri?
Mar 18 Déc 2018 18:47 #16
ils n'en veulent pas. le métier ne les a jamais intéréssé. ils ne me l'on jamais dit ,mais je pense que d'avoir vu leur père bosser tous les jours ,sauf 1 semaine de vacance que j'ai tjrs pris .ça leur a surtout donné l'envie d'aller voir ailleurs . ce qu'ils ont fait et je n'en suis pas triste.
Mar 18 Déc 2018 20:05 #17
le problème c'est l'utilisation qui en est faite . le pays de retz n'est pas une terre à cultures mais une terre d'élevage . Sacrifier l'avenir de jeunes est aussi un problème . Ca va même bien au delà de ça , c'est l'avenir des petits pays qui est en jeu . Perso ça me fait mal au coeur de voir la terre partir comme ça , de voir ces kms de haies arrachées .... Le pays de retz perd son identité sans parler des routes , des habitations ...
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 19 Déc 2018 06:30 #18
ok le metier d agri ne les branche pas et ca peut se comprendre
mais ca te fait pas chier de tout voir disparaitre?
ya pas de moyens pour tes gosses de maitriser le foncier de ta ferme sans y travailler?
Mer 19 Déc 2018 10:05 #19
D'un autre côté, dans le Morbihan il n'y a peut être pas le même enjeux économique sur le foncier que sur la Côte Basque. :eusa_whistle
Mer 19 Déc 2018 10:49 #20
c est vrai que je ne connais la problematique du foncier que au pays basque
ici les gens qui arretent ne louent jamais leurs terres a un voisin ou pour installer un jeune sauf quelque exceptions! ils se debrouillent pour les garder libres et pour un jour toucher le pactole
ce sont des choses qui se preparent longtemps a l avance enfin normalement....
les annees passent ,les enfants grandissent,ils te semblent aimer l agriculture mais est ce une bonne chose de les orienter vers l agriculture vu le contexte actuel?

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut