Sujet de reflexion.

Ouvert par trouspinette, 24 février 2013

Lun 8 Jan 2018 18:17 #363

Le modèle européen des COV menacé
Grâce aux brevets, les semenciers ont ainsi pu verrouiller aux USA la recherche. Ils ont aussi renforcé le lien de dépendance des agriculteurs à leur égard, en recourant si besoin à des poursuites judiciaires. Entre 1997 et 2010, Monsanto a ainsi intenté 144 procès et a négocié 700 arbitrages pour atteinte à la propriété intellectuelle, indique l’association Inf’OGM. Protégées par les brevets, les variétés OGM se sont ainsi répandues à grande vitesse dans les pays où elles ont été autorisées, du moins les rares variétés répondant à un intérêt économique des agriculteurs. Inexistants dans les années 1990, les OGM représentent aujourd’hui 89 % du maïs et 94 % du soja plantés aux Etats-Unis.
l’Europe n’a pas basculé dans le régime des brevets pour protéger les graines mises au point par les semenciers, mais elle a conservé son propre système, comparable à l’ex-Plant Patent Act américain : le certificat d’obtention végétale (COV)
Ce régime est cependant en train d’être sérieusement remis en cause par les récentes décisions de la grande chambre de recours de l’Office européen des brevets (OEB). En mars 2015, cette institution a validé un brevet accordé à l’entreprise britannique Plant Bioscience Limited (PBL), valable sur l’ensemble de l’Union européenne.
Une uniformisation dangereuse
La concentration du marché des semences et la course aux brevets et aux royalties sont deux mouvements qui vont de pair. Ils représentent une grave menace pour la sécurité alimentaire. La focalisation de la recherche sur une poignée d’espèces hybrides à hautes productivité a en effet pour conséquence de réduire le nombre de plantes cultivées. "Au lieu de déterminer quelle plante convenait à quel climat et à quel terroir, les semenciers ont modifié les plantes afin qu’elles s’adaptent aux mêmes engrais et aux mêmes pesticides dans les mêmes régions. Aujourd’hui, la même variété de maïs peut être cultivée du sud-ouest de la France jusqu’en Roumanie", s’inquiète Guy Kastler.
Le risque de cette homogénéisation, dont seules profitent les grandes firmes semencières, est d’accroître l’érosion de la biodiversité cultivée au niveau mondial. Et donc de réduire d’autant les capacités de l’agriculture à s’adapter aux changements climatiques et à répondre aux futurs besoins alimentaires.

https://www.alternatives-economiques.fr/les-brevets-piegent-les-semences/2016/06/01-00005411
http://information.tv5monde.com/info/europe-le-vivant-est-desormais-brevetable-29257
Mar 9 Jan 2018 18:36 #364
On comprend que la Trouspi&Co s’inquiète d'amortir sa technologie obsolète; tente de s’approprier le patrimoine du vivant en se dépêchant de breveter des gènes quelle n'a jamais inventés pour protéger son ''prêt á planter'' monopolistiques et ses profits.
Aujourd'hui la génomique est á la portée de petites structures locales qui pour quelques milliers d'euros peuvent s'équiper de séquenceurs génomique de la taille d'une boite d'allumette relié á un ordinateur portable. Des services agronomiques de proximité seront bientôt capables de proposer de l'optimisation basée sur de la technologie génétique sur mesure au niveau de l'exploitation dans une optique qualitative, de rentabilité et en respectant la diversité et les synergies avec les biotopes.
un podcast intéressant pour info:
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-lundi-20-novembre-2017
Il y a 40 ans, l’équipe de Frederick Sanger en Grande Bretagne séquençait pour la première fois de l’histoire le génome d’un organisme vivant, un virus bactériophage. 40 ans plus tard, non seulement il suffit de quelques minutes pour séquencer le génome d’un être humain, mais l’on peut, grâce à l’accroissement de la puissance de calcul des ordinateurs, séquencer un métagénome dans une goutte d’eau de mer ou déterminer le pourcentage d’ADN Néandertal dans un individu Homo Sapiens, ou encore faire du travail de dentelle sur les gènes et même sur l’ARN avec les ciseaux CRISPR Cas9 ou Cas13.
Ven 12 Jan 2018 20:41 #365
Miloux11 a écrit:
On comprend que la Trouspi&Co
>>>Que doit faire un adepte toujours aigri, fanatisé de la mouvance anti-agriculture Conv/OGM se caractérisant par une absence récurrente d'argument rationnel et trainant comme un boulet un blocage ad hominem qui le ronge en permanence.
C'est simple, toujours par défaut comme Miloux11 trouver un puéril caca mou ad hominem, faire des tentatives d'amalgame ou du HS échappatoire, faire éventuellement mumuse avec le pseudo de son interlocuteur et comme un gamin frustré et dépité toujours affabuler en le qualifiant arbitrairement de quelque chose "la Trouspi&Co" (sic).
Pathétique !

s’inquiète d'amortir sa technologie obsolète; tente de s’approprier le patrimoine du vivant en se dépêchant de breveter des gènes quelle n'a jamais inventés pour protéger son ''prêt á planter'' monopolistiques et ses profits.
>>>Écrire encore n'importe quoi pour satisfaire uniquement votre blocage ad hominem qui vous ronge en permanence n'est pas une démarche comportementale sérieuse.
Aussi, venant de "on" qui est toujours totalement incapable de justifier son opposition à un outil d'amélioration (la transgenèse) des plantes cultivées, le contenu de vos écrits est comme d'habitude/toujours complétement farfelu.
Pour le fun et vous suivre dans le farfelu.
Nouveau test:
Miloux11/on, pouvez vous indiquer ce que je tente de m'approprier concernant le "patrimoine du vivant"(sic) et quels gènes je me dépêche de breveter(sic) pour protéger mon "prêt à planter"(sic) ?

Aujourd'hui la génomique est á la portée de petites structures locales qui pour quelques milliers d'euros peuvent s'équiper de séquenceurs génomique de la taille d'une boite d'allumette relié á un ordinateur portable. Des services agronomiques de proximité seront bientôt capables de proposer de l'optimisation basée sur de la technologie génétique sur mesure au niveau de l'exploitation dans une optique qualitative, de rentabilité et en respectant la diversité et les synergies avec les biotopes.
>>>Aujourd'hui cela ne change rien à l'utilité d'avoir à disposition différents outils d'amélioration des plantes cultivées.Désolé pour vous mais la transgenèse en est un et n'est pas encore "obsolète"(sic)

un podcast intéressant pour info:
https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-lundi-20-novembre-2017
Il y a 40 ans, l’équipe de Frederick Sanger en Grande Bretagne séquençait pour la première fois de l’histoire le génome d’un organisme vivant, un virus bactériophage. 40 ans plus tard, non seulement il suffit de quelques minutes pour séquencer le génome d’un être humain, mais l’on peut, grâce à l’accroissement de la puissance de calcul des ordinateurs, séquencer un métagénome dans une goutte d’eau de mer ou déterminer le pourcentage d’ADN Néandertal dans un individu Homo Sapiens, ou encore faire du travail de dentelle sur les gènes et même sur l’ARN avec les ciseaux CRISPR Cas9 ou Cas13.

>>>C'est très bien de voir que vous n'êtes pas opposé à l'outil "édition du génome" afin d'améliorer les plantes cultivées.
La mouvance anti-OGM a trouvé un nouveau prétexte/nouvelle cible afin de satisfaire ses phobies et lubies idéologiques et donc de pouvoir exister.
http://www.eurovia.org/fr/action-face-a ... ysan-ne-s/

Pour continuer dans l'info et comme vous semblez (?) vous, ne pas être oppoé à cette technique (je suis toujours optimiste) qui est différentte de la transgenèse.
http://www.emergtoplifesci.org/content/ ... 9.full.pdf
https://zageno.com/l/cm-v-o-gene-editin ... as9-doudna
Concernant les brevets:
http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/article- ... 58140.html


Autrement, comme le journaliste militant (interdit de vérifier leurs sources) vous avez sans état d'âme encore avalé un hoax archi connu contenu dand cet article.
http://information.tv5monde.com/info/eu ... able-29257
Concernant la réalité des faits de l'histoire de l'agriculteur canadien monsieur Percy Schmeiser:
rhttp://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2017/07 ... erite.html
https://scc-csc.lexum.com/scc-csc/scc-c ... 7/index.do http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/article- ... 52680.html
http://www.monsantoglobal.com/global/fr ... eiser.aspx
Mar 16 Jan 2018 14:04 #366
"#StopTheStupid – les faits scientifiques ne sont pas négociables – la démocratie n'est pas le gouvernement de la bêtise"
http://seppi.over-blog.com/2018/01/stopthestupid-les-faits-scientifiques-ne-sont-pas-negociables-la-democratie-n-est-pas-le-gouvernement-de-la-betise.html

...........................

"Pourquoi le bio à grande échelle exige du non-bio à grande échelle"
http://seppi.over-blog.com/2018/01/pourquoi-le-bio-a-grande-echelle-exige-du-non-bio-a-grande-echelle.html

..............................

"Lutter contre la désinformation scientifique (Académie d’Agriculture)"
http://www.forumphyto.fr/2018/01/15/lutter-contre-la-desinformation-scientifique-academie-dagriculture/
Mar 6 Fév 2018 22:44 #373
L’agronomie , la chimie ... et demain ?
Contrairement à la situation « historique », les attentes des citoyens et des consommateurs tendent à opposer l’agronomie et la chimie, ce dont témoignent les conclusions du Grenelle de l’environnement en 2007. Cette tension n’intègre malheureusement pas la diversité des enjeux. Il est aujourd’hui souhaitable et nécessaire que les innovations de la chimie contribuent à une nouvelle « révolution verte », qui sera celle d’une intelligence écologique partagée,… ce qui
n’est pas encore prêt à passer dans les faits. De lourds enjeux planétaires reposent en grande partie sur les épaules des chimistes, ainsi que sur une coopération transdisciplinaire qui s’avère plus que jamais incontournable.

http://www.mediachimie.org/sites/default/files/chimie_alimentation_217.pdf
Sam 10 Mar 2018 21:00 #379
Quelle réponse ?
En définitive, l’agribashing ne doit pas être un prétexte pour « rentrer dans le lard des écolos » ... La réponse à l’agribashing ne doit pas être, en effet, un « bashing agri », c’est-à-dire un dénigrement systématique par les agriculteurs des opposants, du bio, des ONG, des écologistes, des néo-ruraux, des citadins, des technocrates ou de la grande distribution. La riposte factuelle, au sens de ''précision des faits'', est nécessaire face aux « attaques », mais une contre-attaque agressive face aux « écolos » est à la fois peine perdue et sans aucun doute perdue d’avance tant ceux-ci sont aguerris dans l’instrumentalisation des peurs du public et de son indignation.
La véritable ligne de front doit être plutôt du côté des citoyens-consommateurs. C’est à eux que les agriculteurs doivent s’adresser en priorité en proposant un nouveau pacte ou contrat de confiance fondé notamment sur l’ouverture, la transparence, la proximité et l’honnêteté. L’agribashing doit être transformé de ce point de vue par les agriculteurs en un levier pour retisser des liens avec les consommateurs et recréer une relation de confiance avec eux en tenant compte autant que possible des attentes sociétales.
Il ne faut donc pas se tromper de « combat » en lien avec l’agribashing. « Rentrer dans le lard des écolos » est un combat d’arrière-garde. Le véritable combat auquel le monde agricole doit s’atteler est tout simplement celui qui vise à tout faire pour améliorer l’acceptabilité sociale de l’agriculture. Si ce combat n’est pas mené, le risque est grand que l’agribashing se poursuive et même qu’il s’intensifie et que le « veto populaire », qui a déjà eu la peau des OGM en France, conduise tôt ou tard à l’abandon des pesticides et pourquoi pas à terme à celui de l’élevage.
https://www.academie-agriculture.fr/sites/default/files/agenda/odoxapourgroupama-imagedesagriculteursenfranceeteneuropevf.pdf
Lun 12 Mar 2018 19:48 #380
Miloux11 a écrit:
Quelle réponse ?
En définitive, l’agribashing ne doit pas être un prétexte pour « rentrer dans le lard des écolos » ...
>>>Tout à fait d'accord.
En définitive l'écologie est une science.Pas autre chose.
Ausssi concernant l'agriculture, il est donc normal de dénoncer ceux qui en font un support idéologique ou (et) politique plus ou moins lié à du business.Donc sans aucune rationalité ou fondement scientifique.

La réponse à l’agribashing ne doit pas être, en effet, un « bashing agri », c’est-à-dire un dénigrement systématique par les agriculteurs des opposants, du bio, des ONG,
>>>Bien sûr et pour cela Il est donc tout à fait souhaitable de dénoncer les âneries, les mensonges et contrevérités des marchands de peur diabolisant toujours faute de mieux et par défaut l'agriculture Conv et ceux qui la pratiquent.

des écologistes,
>>>Si par exemple ils ressemblent à Générations Futures c'est un formidable gag.

des néo-ruraux, des citadins, des technocrates ou de la grande distribution.
>>>Libre à eux de se renseigner correctement et d'avoir à minima un peu d'esprit critique comme par exemple sur la notion de risque VS danger.

La riposte factuelle, au sens de ''précision des faits'', est nécessaire face aux « attaques », mais une contre-attaque agressive face aux « écolos » est à la fois peine perdue et sans aucun doute perdue d’avance tant ceux-ci sont aguerris dans l’instrumentalisation des peurs du public et de son indignation.
>>>Je suis d'accord, la réalité des faits et le poids des preuves scientifique sont indispensables afin de mettre en évidence les lamentables postures fanatisées des pseudo-écologistes.

La véritable ligne de front doit être plutôt du côté des citoyens-consommateurs.
>>>Pas facile pour eux quand de la part du "bio" idéologique ils sont continuellement soumis à un enfumage/à un dénigrement/à la diabolisation de l'agriculture Conv et de ceux qui la pratiquent.
http://www.forumphyto.fr/2016/09/23/bio ... nigrement/

C’est à eux que les agriculteurs doivent s’adresser en priorité en proposant un nouveau pacte ou contrat de confiance fondé notamment sur l’ouverture, la transparence, la proximité et l’honnêteté. L’agribashing doit être transformé de ce point de vue par les agriculteurs en un levier pour retisser des liens avec les consommateurs et recréer une relation de confiance avec eux en tenant compte autant que possible des attentes sociétales.
>>>Tout à fait d'accord avec ça.
D'ailleurs il est souhaitable (je suis toujours optimiste) qu'un jour des agriculteurs "bio" honnêtes vont enfin condammner l'utilisation gratuite et arbitraire de mensonges et contrevérités par les agriculteurs et le business "bio" uniquement idéologiques. C'est à dire, condamner cette pitoyable diabolisation arbitraire de l'agriculture Conv et de ceux qui la pratiquent.

Il ne faut donc pas se tromper de « combat » en lien avec l’agribashing. « Rentrer dans le lard des écolos » est un combat d’arrière-garde.
>>> L'écologie est une science et concernant l'agriculture surtout pas un prétexe à comment faire peur ou (et) à de l'enfumage généralisé du citoyen/consommateur.Aussi, il est donc normal et indispensable de dénoncer ceux qui se présentantt comme étant des "écolos" en font un support ou un paravent qui se veut uniquement idéologique ou (et) du "politico-émotif qui va/fait bien".Donc sans aucune rationalité ou fondement scientifique.
La saga anti-glyphosate est un bon exemple de cette mouvance qui se présente comme étant "écolo".Un gag !

Le véritable combat auquel le monde agricole doit s’atteler est tout simplement celui qui vise à tout faire pour améliorer l’acceptabilité sociale de l’agriculture.
>>>En effet mettre en évidence la réalité des faits du monde agricole devrrait commencer dès le plus jeune âge, à l'école primaire.

Si ce combat n’est pas mené, le risque est grand que l’agribashing se poursuive et même qu’il s’intensifie et que le « veto populaire », qui a déjà eu la peau des OGM en France, conduise tôt ou tard à l’abandon des pesticides et pourquoi pas à terme à celui de l’élevage.
https://www.academie-agriculture.fr/sites/default/files/agenda/odoxapourgroupama-imagedesagriculteursenfranceeteneuropevf.pdf
>>>C'est pour cela qu'il faut dénoncer le plus souvent possible les flopées d'âneries, mensonges et contrevérités alléguées par les marchands de peur spécialisés dans la diabolisation arbitraire systématique de l'agriculture Conv/les OGM (a déjà eu la peau des OGM.C'est édifiant !) et de ceux qui la pratiquent.
https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/b ... tor=CS3-67

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut