Pour les fans des abeilles !

Ouvert par trouspinette, 18 septembre 2012

Mer 23 Oct 2019 16:28 #381
Et la véritable publication de l'INRA que Terres-Inovia l’inter-profession de la filière s'attache á démonter très longuement est lá: ( conclusion induite... les abeilles c'est bien mais l'agronomie productiviste aux pesticides de l'UIPP c'est forcément mieux)
http://www.cnrs.fr/fr/la-pollinisation-par-les-abeilles-accroit-la-rentabilite-des-cultures-de-colza
Des chercheurs de l’Inra et du CNRS viennent de montrer pour la première fois que la pollinisation par les abeilles surpassait l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans le rendement et la rentabilité du colza. L'équipe de recherche a analysé quatre années de données collectées dans des parcelles d’agriculteurs d’une plaine agricole des Deux-Sèvres (Nouvelle Aquitaine). Cette étude est parue dans Proceedings of the Royal Society London B le 9 octobre 2019.

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rspb.2019.1550
Abstrait
L'agriculture basée sur la nature qui réduit la dépendance aux intrants chimiques nécessite l'utilisation de principes écologiques pour des agro-écosystèmes durables, visant à équilibrer l'écologie, l'économie et la justice sociale. Il est de plus en plus évident que les cultures dépendantes des pollinisateurs avec une forte densité d'insectes, en particulier d'abeilles, peuvent produire de meilleurs rendements. Cependant, les effets d'interaction entre la pollinisation par les insectes et les intrants agricoles sur les rendements des cultures et l'économie de la ferme restent à établir afin de réconcilier production alimentaire et conservation de la biodiversité. Nous avons quantifié les effets individuels et combinés des pesticides, de la pollinisation par les insectes et de la qualité du sol sur le colza ( Brassica napusL.) le rendement et la marge brute, sur un total de 294 champs cultivés ayant fait l'objet d'une enquête entre 2013 et 2016. Nous montrons que le rendement et les marges brutes sont supérieurs (15 à 40%) dans les champs à abondance de pollinisateurs plus importants que dans les champs à abondance réduite de pollinisateurs . Cet effet est toutefois fortement réduit par l'utilisation de pesticides. On peut obtenir de meilleurs rendements soit en augmentant les produits agrochimiques, soit en augmentant l'abondance des abeilles, mais le rendement économique des cultures n'a été que augmenté par ces derniers, car les pesticides n'augmentaient pas les rendements tandis que leurs coûts réduisaient les marges brutes.
Mer 23 Oct 2019 19:29 #382
Miloux11 a écrit:
Et la véritable publication de l'INRA
>>>Pour le fun:
Miloux11 avez vous donc la non "véritable publication"(sic) ?

que Terres-Inovia l’inter-profession de la filière s'attache á démonter très longuement est lá: ( conclusion induite... les abeilles c'est bien mais l'agronomie productiviste aux pesticides de l'UIPP c'est forcément mieux)
>>>Écrire toujours n'importe quoi par défaut permanent afin de satisfaire de plus en plus bêtement votre phobie de l'industrie phyto en mode rosado-rouge-verdâtre fait toujours de vous un personnage pas très sérieux mais indéniablement très rigolo.
En espérant que pour une fois vous êtes enfin cohérent.
Nouveau test:
Miloux11 achetez vous vos produits phytos a un distributeur se fournissant chez des industries/membres de l'UIPP ?

http://www.cnrs.fr/fr/la-pollinisation-par-les-abeilles-accroit-la-rentabilite-des-cultures-de-colza
Des chercheurs de l’Inra et du CNRS viennent de montrer pour la première fois que la pollinisation par les abeilles surpassait l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans le rendement et la rentabilité du colza. L'équipe de recherche a analysé quatre années de données collectées dans des parcelles d’agriculteurs d’une plaine agricole des Deux-Sèvres (Nouvelle Aquitaine). Cette étude est parue dans Proceedings of the Royal Society London B le 9 octobre 2019.

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rspb.2019.1550
Abstrait
L'agriculture basée sur la nature qui réduit la dépendance aux intrants chimiques nécessite l'utilisation de principes écologiques pour des agro-écosystèmes durables, visant à équilibrer l'écologie, l'économie et la justice sociale. Il est de plus en plus évident que les cultures dépendantes des pollinisateurs avec une forte densité d'insectes, en particulier d'abeilles, peuvent produire de meilleurs rendements. Cependant, les effets d'interaction entre la pollinisation par les insectes et les intrants agricoles sur les rendements des cultures et l'économie de la ferme restent à établir afin de réconcilier production alimentaire et conservation de la biodiversité. Nous avons quantifié les effets individuels et combinés des pesticides, de la pollinisation par les insectes et de la qualité du sol sur le colza ( Brassica napusL.) le rendement et la marge brute, sur un total de 294 champs cultivés ayant fait l'objet d'une enquête entre 2013 et 2016. Nous montrons que le rendement et les marges brutes sont supérieurs (15 à 40%) dans les champs à abondance de pollinisateurs plus importants que dans les champs à abondance réduite de pollinisateurs . Cet effet est toutefois fortement réduit par l'utilisation de pesticides. On peut obtenir de meilleurs rendements soit en augmentant les produits agrochimiques, soit en augmentant l'abondance des abeilles, mais le rendement économique des cultures n'a été que augmenté par ces derniers, car les pesticides n'augmentaient pas les rendements tandis que leurs coûts réduisaient les marges brutes.

>>> Terres Innovia a énormément de recul concernant la culture du colza et a donc une très grande expérience du terrain/du concret.Aussi à juste raison fait forcément l'analyse du contenu de cette publication abordant son domaine d'expertise VS la réalité des faits constatés sur le terrain au fil des campagnes et cela à l'aide d'éléments concrets/réels.
Pas autre chose Miloux11.
[url]https://www.terresinovia.fr/documents/20126/0/ColzaAbellesRentabiliténoteTerresInovia.pdf/471c2f4c-7035-6c95-fe90-cd512431cb10?t=1571318163354[/url]

À la prochaine fois.
Ven 8 Nov 2019 20:21 #385
Cette info n'intéresse surtout pas les grands médias et forcément surtout pas les rigolos marchands de peur en quête de boucs-émissaires qui vont bien dans l'air du temps.
http://alerte-environnement.fr/2019/11/06/mortalite-des-abeilles-les-phytos-dans-lagriculture-accuses-a-tort/
https://angers.maville.com/actu/actudet_-maine-et-loire.-de-la-cire-trafiquee-a-tue-des-milliers-d-abeilles_fil-3889147_actu.Htm
Lun 2 Déc 2019 20:20 #388
Jeu 23 Jan 2020 13:36 #392

Hatidze une macédonienne, est la dernière chasseuse d'abeilles d'Europe, parcourant les montagnes à la recherche de nids, soignant ses ruches. Elle ne prend jamais plus de la moitié du miel, laissant la seconde aux abeilles. Lorsqu'une famille nomades arrive dans son village, Hatidze mettra tout en œuvre pour assurer la survie des abeilles menacées par l'avidité du nouveau venu opportuniste qui ne sait pas resister á la pression productiviste des marchands cupides.
Jeu 23 Jan 2020 14:04 #393
trouspinette a écrit:


Regrettable que Gil Riviére Wekstein ignare agronomique notoire se consacrant lui méme ''agronome(s) sachant depuis bien longtemps'' mieux que les scientifiques du CNRS oublie de citer explicitement les sources qu'il prétend démonter, et ne sache pas la différence entre '' suggérer'' et ''promettre ''
http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-10/1910_Rendements%20et%20revenus%20du%20colza.pdf
Cette nouvelle étude suggère que l'agroécologie, en promouvant les solutions fondées sur la nature pour la production agricole, peut-être un modèle agricole alternatif « gagnant-gagnant » assurant production agricole,
revenu aux agriculteurs et protection de l’environnement.

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rspb.2019.1550

La pollinisation des abeilles surpasse les pesticides pour la production et la rentabilité des oléagineux
Abstrait
L'agriculture basée sur la nature qui réduit la dépendance aux intrants chimiques nécessite l'utilisation de principes écologiques pour des agro-écosystèmes durables, visant à équilibrer l'écologie, l'économie et la justice sociale. Il est de plus en plus évident que les services de pollinisation dépendant des pollinisateurs et à forte teneur en insectes, en particulier les abeilles, peuvent donner des rendements plus élevés. Cependant, les effets d'interaction entre la pollinisation des insectes et les intrants agricoles sur les rendements des cultures et l'économie agricole restent à établir pour concilier la production alimentaire et la conservation de la biodiversité. Nous avons quantifié les effets individuels et combinés des pesticides, de la pollinisation par les insectes et de la qualité du sol sur le colza ( Brassica napusL.) rendement et marge brute, sur un total de 294 champs d'agriculteurs enquêtés entre 2013 et 2016. Nous montrons que le rendement et les marges brutes sont plus élevés (15–40%) dans les champs avec une abondance de pollinisateurs plus élevée que dans les champs avec une abondance de pollinisateurs réduite. . Cet effet est cependant fortement réduit par l'utilisation de pesticides. Des rendements plus élevés peuvent être obtenus en augmentant les produits agrochimiques ou en augmentant l'abondance des abeilles, mais les rendements économiques des cultures n'ont été augmentés que par ce dernier, car les pesticides n'ont pas augmenté les rendements tandis que leurs coûts ont réduit les marges brutes.
Jeu 23 Jan 2020 20:22 #394
Miloux11 a écrit:
trouspinette a écrit:


Regrettable que Gil Riviére Wekstein ignare agronomique notoire se consacrant lui méme ''agronome(s)
>>>C'est regrettable mais je n'ai jamais rien lu dans le contenu de vos interventions quelque chose pouvant 1 seule seconde le rendre envieux.

sachant depuis bien longtemps'' mieux que les scientifiques du CNRS oublie de citer explicitement les sources qu'il prétend démonter, et ne sache pas la différence entre '' suggérer'' et ''promettre ''
http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-10/1910_Rendements%20et%20revenus%20du%20colza.pdf
Cette nouvelle étude suggère que l'agroécologie, en promouvant les solutions fondées sur la nature pour la production agricole, peut-être un modèle agricole alternatif « gagnant-gagnant » assurant production agricole,
revenu aux agriculteurs et protection de l’environnement.

https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rspb.2019.1550

La pollinisation des abeilles surpasse les pesticides pour la production et la rentabilité des oléagineux
Abstrait
L'agriculture basée sur la nature qui réduit la dépendance aux intrants chimiques nécessite l'utilisation de principes écologiques pour des agro-écosystèmes durables, visant à équilibrer l'écologie, l'économie et la justice sociale. Il est de plus en plus évident que les services de pollinisation dépendant des pollinisateurs et à forte teneur en insectes, en particulier les abeilles, peuvent donner des rendements plus élevés. Cependant, les effets d'interaction entre la pollinisation des insectes et les intrants agricoles sur les rendements des cultures et l'économie agricole restent à établir pour concilier la production alimentaire et la conservation de la biodiversité. Nous avons quantifié les effets individuels et combinés des pesticides, de la pollinisation par les insectes et de la qualité du sol sur le colza ( Brassica napusL.) rendement et marge brute, sur un total de 294 champs d'agriculteurs enquêtés entre 2013 et 2016. Nous montrons que le rendement et les marges brutes sont plus élevés (15–40%) dans les champs avec une abondance de pollinisateurs plus élevée que dans les champs avec une abondance de pollinisateurs réduite. . Cet effet est cependant fortement réduit par l'utilisation de pesticides. Des rendements plus élevés peuvent être obtenus en augmentant les produits agrochimiques ou en augmentant l'abondance des abeilles, mais les rendements économiques des cultures n'ont été augmentés que par ce dernier, car les pesticides n'ont pas augmenté les rendements tandis que leurs coûts ont réduit les marges brutes.

>>>C'est rigolo mais dans votre cas pas surprenant.
En réalité y a aussi ceci:
"Les abeilles peuvent-elles remplacer les pesticides ? Telles sont les conclusions suggérées par une étude du CNRS. Décryptage de Philippe Stoop"
Par contre être scientifique (CNRS ou autres) ne signifie pas obligatoirement "un gage/une garantie de probité".
Donc cela signifie qu'il faut prendre du recule quant à une suggestion (conclusion d'une étude) et à ce qu'elle peut promettre au champ/concrètement.
Bien sûr libre à vous de ne pas partager le décryptage de cette étude effectué paer monsieur Stoop et reproduit dans le billet de monsieur Wekstein.D'ailleurs et cela est une évidence afin de soutenir la cause de la mouvance anti-agriculture Conv/OGM mais pas que cela vous est strictement interdit.(lol).
Donc afin d'en être certain il va falloir reproduire de nombreuses fois cette étude (qui a une conclusion qui suggère). Effectuée par d'autres personnes afin de vérifier la conclusion/suggestion qui selon vous n'est pas une promesse prématurée au champ.
N'est-ce pas Miloux11 ?

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut