Accueil   Grandes cultures   Forum Grandes Cultures  

[OGM]De nouvelles générations d'OGM

Ouvert par bocaorne, 06 avril 2012

Ven 6 Avr 2012 20:51

Indépendamment  des multiples controverses la recherche avance pour apporter des solutions 


Une nouvelle génération d’OGM prend mieux en compte les préoccupations écologiques


Mercredi, 04 Avril  2012


Le journal britannique « Independent » vient d’utiliser cette qualification pour les essais extérieurs d’un blé en Grande-Bretagne effectués par « Rothamsted Research Institut». Ce blé dissuade les pucerons grâce à un signal biochimique. Les pucerons utilisent des phéromones pour s’avertir mutuellement en cas de stress. Les scientifiques ont, grâce au génie génétique, muni ce blé de la possibilité d’émettre cette odeur. Il s’agit maintenant de vérifier comment ce concept fonctionne dans la nature. Les autorités britanniques ont autorisé les essais pour 2012 et 2013 en Hertfordshire.


En Irlande des essais extérieurs de pommes de terre appartenant à cette nouvelle génération d’OGM sont autorisés dans la région de Carlow. Ces pommes de terre sont dites « cisgènes » et ne contiennent que des éléments de gènes provenant de la même catégorie végétale. Ces pommes de terre ont été mises au point par l’Université de Wageningen aux Pays-Bas. Dans le cas de l’essai irlandais effectué par l’Institut de recherches Teagasc, des éléments de gène de pommes de terre sauvages ont été utilisées pour obtenir une résistance au phytophtora infestans. On sait que cette pourriture était à l’origine de la grande famine irlandaise des années 1840. Actuellement il faut parfois traiter plus de douze fois par an pour lutter contre cette maladie fongique. Cette recherche est subventionnée par l’UE à travers le projet AMIGA auquel participent 15 pays.


En Suède, l’Université Agronomique Suédoise met au point des prototypes de plantes qui peuvent mieux absorber et transformer l’azote. Les scientifiques suédois ont choisi au départ une orge qui a été muni de deux gènes qui doivent permettre cette meilleure absorption-transformation. Cette ligne d’orges est en essais extérieurs du côté de Kristianstad, et le sera plus tard dans d’autres sites. Une meilleure utilisation de l’azote est un point clé pour une agriculture durable. L’azote excédentaire percole en nitrate dans les eaux, notamment en cas d’apport excédentaire par les lisiers.

Sam 7 Avr 2012 14:44

[quote=bocaorne]


Une nouvelle génération d'OGM  prend mieux en compte les préocupations écologiques


[/quote]


 


 Boca, sous entendrais tu que les Bt et RR ne sont pas écologiques et ne permettent pas de moins utiliser de pesticides...


 


 On nous aurait mentit...je suis consterné !!!


 


 Prochain topic tu vas nous dire qu'ils ne sont pas là pour supprimer la fin dans le monde !

Sam 7 Avr 2012 15:06

Je ne pense pas que c’est ce qu’il dit. Il y a une catégorie de gens que cherche toujours plus loin. Il y a la catégorie que pense que la solution d se trouve dans le bon vieux temps.


Le bon vieux temps n’est pas un frein pour ceux qui cherche. Et il ne faut pas tenir compte des préoccupations de ceux qui cherchent vivre sans chercher.


 

Dim 8 Avr 2012 09:02

Dans toute innovation il y a souvent des bons et des mauvais cotés...ce qui me gène c'est la différence entre ce qu'on nous a dit des bons cotés des OGM pesticides de première génération, et ce qu'on en retire dans les faits.


 


En phytopharmacie, en pharmacie, on cherche pour trouver quelque chose qu'on pourrait vendre, puis on fait ce qu'il faut pour le vendre vu les capitaux investis...on est bien loin des préocuppations écologiques ou autres intérets pour la société.


 

Dim 8 Avr 2012 10:54

 Mac le givré écrit : Boca, sous entendrais tu que les Bt et RR ne sont pas écologiques et ne permettent pas de moins utiliser de pesticides...


 


Je penses que Mac le givré sait lire couramment, mais il a des difficultés a comprendre et analyser ce qu’il lit .


Diminution d’utilisation de pesticides ? Dans son livre  « Agriculture durable et Nouvelle révolution verte » Gérad Kafadarof nous dit : « La société indépendante PG EconomicsLts spécialisée en agriculture a calculé qu’en dix ans de 1996 à 2005 la réduction de la consommation de pesticide due aux cultures de plantes Bt est évaluée à 224.000 tonnes de matière active, soit 15 % des pesticides utilisés sur les cultures concernées. Ce bénéfice significatif pour l’environnement correspond à plus de trois fois la consommation française de pesticide de synthèse »   insignifiant peut-être ?


 


Bien sur que les PMG ont une démarche écologique.  Les plantes Bt en ne ciblant  que les Lépidoptères phytophages qui s’attaquent a la plante cultivée, permettent  de préserver les insectes auxiliaires, ce que ne permet pas les traitements insecticides en plein qu’ils soient de synthèses ou biologiques.


 


Maintenant, dire que la nouvelle génération de PGM  prend mieux en compte les préoccupations écologiques, c’est évident,  la technique mise au point sur ce blé n’a pas pour objectif de détruire les insectes parasites, mais de les dissuader de l’attaquer . Ainsi il y a une préservation totale de la faune, et des prédateurs naturels . Aucune autre méthode de lutte contre les insectes phytophages ne peut être plus écologique .


 


Comment réduire l'impact sanitaire des pesticides ? Le  rapport parlementaire en avril 2010  proposait notamment de recourir aux biotechnologies végétales. 


 


« Réduire plus encore le recours aux pesticides est sans conteste le plus sûr moyen de limiter les risques d'exposition. Mais, à l'agriculture biologique, qui utilise elle aussi des produits dangereux pour la santé (comme la roténone) ou l'environnement (comme le sulfate de cuivre) et qui n'est pas en mesure de répondre aux défis alimentaires du futur, les deux parlementaires  Claude Gatignol et Jean Claude Etienne préfèrent l'agriculture raisonnée, plus économe en engrais et en pesticides que l'agriculture conventionnelle. Ils recommandent également de «favoriser les recherches en biotechnologies végétales permettant de créer des variétés de plantes résistantes aux ravageurs de cultures». Autrement dit, les OGM que la France et l'Europe s'évertuent à clouer au pilori depuis dix ans »

Lun 9 Avr 2012 21:03

Cette nouvelle génération de PGM devrait intéresser les agriculteurs adeptes du "bio".


 


Mais malheureusement encore une fois, l'entêtement pathologique de certains qui ont fait du "bio" une idéologie farfelue, feront tout pour refuser et entraver le développement de celle-ci.


Et là si cela est le cas, ce comportement sera totalement aberrant !

Mar 10 Avr 2012 01:17

 Ces nouveaux OGM interessent surtout les semenciers...


 


 Par éxemple les résistances aux mildiou sur pomme de terre éxistent depuis longtemps et sont à l'étude, pas besoin d'OGM pour cela.


http://www.rennes.inra.fr/apbv/equipes/resistance_aux_bioagresseurs/pomme_de_terre_mildiou


 


 


 Mais cela constitue pour les OGM un nouveau sujet de pub, il y a toujours des crédules pour y croire, 2 viennent tout juste de s'exprimer.


 


 

Mar 10 Avr 2012 11:10

Mac le Givré écrit : Mais cela constitue pour les OGM un nouveau sujet de pub, il y a toujours des crédules pour y croire, 2 viennent tout juste de s'exprimer.


 


Il faudra bien un jour que tu te sortes un petit peu pour observer ce qui ce passe ailleurs que dans ta parcelle


Les crédules qui croient à la trangénèse ?  Ils sont 16,7 millions d’agriculteurs dans 29 pays . et ils cultivent 160 millions d’ha . Par comparaison l’agriculture Biologique occupe 37 millions d’ha dans le monde et pratiqué par 1,8 millions de producteurs  .. Il y a quand même une nette différence d’échelle en faveur d’une agriculture diabolisée par une minorité d’activistes


Les OGM représentent ainsi la technologie la plus rapidement adoptée et développée dans l'agriculture moderne. Les premiers plants datent de 1996.


Dans le camp des crédules tu peux aussi ajouter  Axel Khan, Président de l'université Paris Descartes - Interview sur France Inter le 21 décembre 2011 il affirme «  Cette méthode de création de nouvelles variétés mérite-t-elle d’être utilisée pour répondre aux défis qui se posent, y compris dans le cadre d’une coopération solidaire ? Le scientifique que je suis peut vous assurer que oui. Les défis sont d’une telle ampleur que je trouverais bien imprudent de faire l’impasse a priori sur une telle source d’innovation reposant sur l’amélioration des variétés par transfert de gènes.


Il y a aussi Laurent Guerreiro, responsable du pôle biotechnologies d’Arvalis-Institut du végétal « Malgré le maintien d’un bon progrès génétique, les rendements en blé tendre stagnent voire diminuent dans certaines régions de production. En cause : des variétés encore trop sensibles aux aléas climatiques qui se multiplient. Pour Laurent Guerreiro, responsable du pôle biotechnologies d’Arvalis-Institut du végétal, « les rendements pourront repartir à la hausse grâce à de nouvelles variétés issues de la génomique ». Mais pour profiter d’innovations significatives, plus tolérantes au stress hydrique notamment, les producteurs devront encore patienter entre cinq à dix ans. »


 


Dernière info aussi :  Le groupe BASF prévoit de cultiver pour essai « sur une surface totale de moins d'un hectare » en Allemagne, Suède et Pays-Bas ses pommes de terre transgéniques   Modena et Fortuna, qui attendent des autorisations de commercialisation de l'Union européenne,


 


Tu constateras que nous les crédules sommes en excellente compagnie et la liste est non exhaustive

Mar 10 Avr 2012 20:49

Les semenciers seront toujours des vilaines personnes qui vendront honteusement leurs semences GM et non GM.


C'est dingue et affligeant de voire cela n'est-ce pas ?


 


 


Mac le givré vous qui n'êtes pas crédule, vous êtes vous posé la question fondamentale qui est:


Pourquoi cette variété résistante aux mildiou qui existe depuis longtemps n'a pas percé ?


 


 


 

Mer 11 Avr 2012 13:57

[quote=trouspinette]


 


Mac le givré vous qui n'êtes pas crédule, vous êtes vous posé la question fondamentale qui est:


Pourquoi cette variété résistante aux mildiou qui existe depuis longtemps n'a pas percé ?


 


[/quote]


 


 Parce qu'il y a des fongicides autorisés et que l'on trouve logique de faire une couverture pesticide hebdomadaire pour protéger les cultures.


 


 Si il n'y avait pas les fongicides


-les recherches appliquées aux résistances seraient plus appuyées et les variétés résistantes plus interessantes.


-Les quelques défaut de celles actuelles bien minimes en regard des problèmes de mildiou


 


 Comme on peut bombarder comme on veut on choisit  les variétés sur d'autres critères et on bombarde contre le mildiou...


 


 

Mer 11 Avr 2012 18:35


Mac le Givré écrit ; Parce qu'il y a des fongicides autorisés et que l'on trouve logique de faire une couverture pesticide hebdomadaire pour protéger les cultures.


Il semble que c’est évidemment en agriculture dite biologique que ces pratiques sont les plus courantes ! ….. Voici les conseils de lutte contre le mildiou  en culture de pomme de terre «  bio » que l’on trouve couramment


« Un premier traitement cuprique préventif doit être fait dès qu’un foyer est signalé dans une région. Le cuivre étant préventif, il doit impérativement être pulvérisé avant toute infection (mais aussi avant les pluies). Pour réussir, le traitement doit couvrir régulièrement toute la surface supérieure et inférieure des feuilles. La couche de cuivre doit être renouvelée dès que 30 mm d’eau sont tombés depuis le dernier traitement ou si de nombreuses nouvelles feuilles se sont formées depuis lors (après 7 à 10 jours


En production biologique certifiée.  Il arrive que la fréquence d’application de produits de cuivre soit assez élevée et qu’elle dépasse le nombre de 9 à 15 pulvérisations de fongicides classiques relevé dans certains endroits. Ce qui soulève la question d’une possible toxicité du cuivre accumulé dans le sol— une préoccupation certaine en production durable. »


Evidemment, si l’on pouvait trouver  une variété résistante aux divers maladies , très productive, de bonne valeur gustative, se tenant bien à la cuisson, ne pompant pas en excès l’huile de friture , l’inventeur de ce produit pourrait prétendre à devenir Commandeur du mérite agricole .
Mer 11 Avr 2012 20:14

 Eh oui Boca, la recherche fonctionne au ralenti car la patate bio est anecdotique tandis que la conventionelle est bien protégée contre le mildiou par de très nombreux fongicides, mais l'INRA quoique n'y consacrant pas beaucoup d'énergie pour cette raison nous prouve que les résistances éxistent.


 


Voici l'avis d'un centre de recherche ...


http://www.carah.be/Avertissement/PommeDeTerre/pdf/ARTICLES/Le%20mildiou%20de%20la%20pomme%20de%20terre%20_%20strat%C3%A9gie%20de%20lutte%20(2).pdf



"Pour combattre le mildiou, nous disposons des ressources de la résistance variétale, dans les limites


des contraintes commerciales. L’emploi répété de produits fongicides est la solution la plus


employée en pratique"



 


Pourquoi chercher des résistances lorsqu'on a une solution chimique qui fonctionne ???


 


 Mais tu sais on fait pareil dans les salades, on fait ce que veut le commerce quitte à passer une fois par semaine. Et quand on perd des salades à cause du mildiou c'est qu'on a pas bien traité, on remet la même en matraquant encore plus...


 En salade c'est quand même un peu plus chaud, on est obligé de tenir compte des DAR à cause des LMR...alors on matraque encore plus fort au début !!!

Mer 11 Avr 2012 20:19

[quote=Mac le givré]


 


 


 Parce qu'il y a des fongicides autorisés et que l'on trouve logique de faire une couverture pesticide hebdomadaire pour protéger les cultures.


 


 Si il n'y avait pas les fongicides


-les recherches appliquées aux résistances seraient plus appuyées et les variétés résistantes plus interessantes.


-Les quelques défaut de celles actuelles bien minimes en regard des problèmes de mildiou


 


 Comme on peut bombarder comme on veut on choisit  les variétés sur d'autres critères et on bombarde contre le mildiou...


 


 


[/quote]


 


 


 


Si c'est cela votre réponse, elle est pathétique mais dans la veine du fonctionnement simpliste des anti patentés.


Ou avez vous eu la flemme de chercher pourquoi ! ?


 


 


Croyez vous que les producteurs de pomme de terre ne seraient pas très intéressés par une variété digne d'intér^et, avec laquelle ils n'est pas nécessaire d'utiliser des traitements anti-mildiou.


 


Vous connaissez le coût de ces traitemrnts ?


 


Vous les prenez pour des demeurés ?


 


 


 


Allez, je vous laisse chercher à nouveau pourquoi cette variété éventuellement digne d'intérêt pour le jardinage ne l'est pas en grande culture.


 


 


Autrement savez vous le temps qu'il faut pour obtenir une variété de pomme de terre ?


 


Insérer un gène d'intérêt(ou plusieurs) permettant à une variété de PdT d'être résistante aux mildiou, est beaucoup, beaucoup plus rapide.

Jeu 12 Avr 2012 00:26

Non les agris ne sont pas des demeurés, ils produisent simplement dans le cadre qu'on leur fixe, avec les règles qu'on leur fixe :


 


Impératif de rendement, qualités impératives, et protection sans aucune limitation des passages.


 


Dans ce contexte on cherche du rendement, de la qualité et la résistance mildiou est accessoire.


 


Oui je connais bien le cout des traitements, je travaille dans ce domaine et les passages phytos sont peu couteux en comparaison de pertes de rendements en cas de dérapage, et de l'investisement fait dans la mise en culture, la semence...


Ce qui coute encore beucoup plus, c'est quand tu vends pas ta marchandise parce que t'as pas fait la bonne variété ...alors vaut mieux traiter un peu plus !


 


 


Et la recherche suit derrière, on se fiche de la résistance mildiou, d'autres critères sont prioritaires.

Jeu 12 Avr 2012 21:27

Cette pomme de terre obtenue par cisgénèse (relisez le message de bocaorne) ne peut pas être refusée gratuitement si elle satisfait aux exigences technico-économiques pour les raisons que vous évoquez.


Car là en l'occurrence, ne dite pas que l'on se fiche de la résistance aux mildiou !


 


Sinon, votre discours est exclusivement idéologique !


 


 


 


Pour en revenir à la variété "Coquine".


Avez vous enfin une piste technico-économique pour expliquer son absence de succès en grande culture ?


Par contre s'il vous plait, ne nous ressortez pas une fausse raison de militant aigri qui est à des kimomètres du factuel !

Ven 13 Avr 2012 00:18

[quote=trouspinette]


Cette pomme de terre obtenue par cisgénèse (relisez le message de bocaorne) ne peut pas être refusée gratuitement si elle satisfait aux exigences technico-économiques pour les raisons que vous évoquez.


Car là en l'occurrence, ne dite pas que l'on se fiche de la résistance aux mildiou !


 


Sinon, votre discours est exclusivement idéologique !


 


 


 


Pour en revenir à la variété "Coquine".


Avez vous enfin une piste technico-économique pour expliquer son absence de succès en grande culture ?


Par contre s'il vous plait, ne nous ressortez pas une fausse raison de militant aigri qui est à des kimomètres du factuel !


[/quote]


 On s'en fiche pas, on s'en passe.


 


 Qui pourrait donc être aigri de l'attitude de méfiance du consommateur européen envers les OGM ???


 


 Aigrie c'est souvent féminin tu sais trouspi ...

Ven 13 Avr 2012 20:54

Regard sur la science   Pour info à Mac le givré


 


Lu sur «  Science & pseudo-sciences »  Avril 2012


 


Petite histoire de maïs .


Pierre Pagesse , agriculteur et président de Limagrain était au Maroc avec une délégation de cultivateurs pour tenter de convaincre les éleveurs marocains d’acheter du maïs français . Les éleveurs en question lui préfèrent en effet d’autres maïs et, en particulier, celui qui est récolté en Espagne . Après quelques échanges de politesses, les Marocains ont posé une vrai question à leurs yeux : le maïs français est-il transgénique ? Les Français de répondre avec vivacité, sûrs de marquer un bon point dans la négociation : «  non notre maïs est conventionnel » Réponse des Marocains : c’est pour cela que nous n’en voulons pas .


Décryptage : Le maïs espagnol est en majorité Bt, pour la plus grande satisfaction des agriculteurs. Le maïs Bt contient en moyenne moins de toxine cancérigène, en particulier de fumosine, que le maïs conventionnel et surtout que le maïs Bio . Ces toxines perturbent la croissance des animaux et les cultivateurs marocains ont fait leur choix en conséquence

Ven 13 Avr 2012 21:51

Mac le givré mais comment faites vous pour comprendre que "l'on s'en passe" de la résistance aux mildiou avec cette PdT ?


Méthode Coué idéologique ?


 


 


Sans blague, vous avez décidé de façon péremptoire qu'être "aigri" est propre à la gent féminime ?


 


C'est aussi la méthode coué ?

Dim 15 Avr 2012 16:27

[quote=trouspinette]


Vilmorin va développer un blé GM qui va permettre de diminuer les apports en intrants azotés.


A quand la symboise racines du blé - azotobacter pour l'alimentaion azotée à partir de l'azote de l'air, comme les légumineuses??


Daniel


 


 


 


 

Partager cette discussion
Accueil   Grandes cultures   Forum Grandes Cultures  
Revenir en haut