[Eleveurs]St Valentin.

Ouvert par @lm, 11 février 2012

Page 1 sur 1
Sam 11 Fév 2012 14:40 #2

Sam 11 Fév 2012 14:44 #3

[quote=Dairy]



[/quote]


An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Dim 12 Fév 2012 12:06 #4

Ceci vous inspirera, peut-être, plus, .....................................................


 


docs.google.com/present/edit


Complété le 12/02/2012 à 11:12 :

docs.google.com/present/edit


Version complète.

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mar 14 Fév 2012 13:36 #5


Oh les pauvres malheureux .... de sorties qu'une fois par année....


   

Mar 14 Fév 2012 13:43 #6

Chez  wit, c'est  récréation 365  jours  par  an.........

Mar 14 Fév 2012 13:47 #7

[quote=Dairy]


Chez  wit, c'est  récréation 365  jours  par  an.........


[/quote]


  


Dairy....tu devrais savoir que...quelque jours d'abstinence par ans c'est bon pour la santée...


Mar 14 Fév 2012 18:56 #8

Spécial Dairy


 


Saint-Valentin: Nos bons conseils pour ne pas rester seul(e)


0 contributions


Créé le 14/02/2012 à 17h22 -- Mis à jour le 14/02/2012 à 17h22
















SOCIÉTÉ - Il ne vous reste que quelques heures pour trouver l'âme sœur. «20 Minutes» peut vous aider...

Vous
êtes seul(e) et le fait de penser à cette Saint-Valentin vous déprime?
Il n'est peut-être pas (encore) trop tard pour passer la soirée en
couple. Certes, il ne va pas falloir traîner, mais c’est faisable. Voilà
comment.


La drague sur Internet

Il existe une multitude de sites de rencontre sur Internet. Le problème, c'est qu'avant de récolter les fruits de son inscription (souvent payante), il faut être patient. La solution pour forcer le destin avant ce mardi soir, ce serait peut-être de sortir vos gros sabots de dragueur virtuel. Pas classe, mais pourtant largement répandue, cette technique a notamment été étudiée en Auvergne, par un journaliste de La Montagne.


La soirée de la dernière chance


Si vous n’avez pas pu anticiper l'événement en courant les soirées pré-Saint-Valentin (comme ici à Nantes), il vous reste une chance. Les soirées sans amoureux se développent en effet, notamment à Lille. Certains sites de rencontre sur Internet se servent également du filon, en proposant eux-aussi des soirées pour célibataires.


Foncer à Saint-Valentin


Et si le meilleur moyen de réussir sa Saint-Valentin, c'était d'y aller, à Saint-Valentin? Tous les ans, cette petite commune d’Indre voit en effet débouler des amoureux venus de tous les horizons. Une telle concentration de bons sentiments au mètre carré pourrait bien vous permettre de rencontrer votre moitié.


Partir à l'étranger


C’est pratique, la Saint-Valentin est célébrée dans de nombreux pays. Alors pourquoi ne pas foncer à l'aéroport le plus proche? Ainsi, Times Square, à New York, devrait grouiller de monde. Et si vous optez pour Thaïlande -et que vous arrivez là-bas à temps-, le ministère de la Santé y distribue gratuitement 60 millions de préservatifs à cette occasion. Ça pourrait vous être utile. En revanche, évitez l’Ouzbékistan, vous pourriez être déçu.


La drague au bureau


Finalement, le lieu de travail pourrait bien s’avérer être un lieu stratégique. C’est peut-être le moment de proposer un verre à votre collègue, que vous croisez depuis des mois à la machine à café sans oser lui parler. Ou alors, pourquoi ne pas tenter la déclaration par mail, en prenant soin de ne pas envoyer votre missive à l’ensemble du personnel?


Le plan de secours


Et si malgré tous ces bons conseils, vous deviez vous retrouver seul(e), pas de panique. D'abord, parce qu'il vous reste un an avant la prochaine Saint-Valentin pour trouver l'amour. Ensuite, parce que cette soirée en solitaire peut quand même s'avérer sympathique. Avec notamment, pour les fans de football, une rencontre de Champion's League à suivre en live-comme-à-la-maison, par ici. Et pour les autres, l'occasion de passer la soirée avec le Dr House ou Toussaint Louverture. C'est toujours ça de pris.


>> Vous êtes seul(e) pour la Saint-Valentin, partagez vos bons plans de soirée dans les commentaires


Mathieu Gruel

 




An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mar 14 Fév 2012 19:42 #9

bb_510x700.jpg

Mar 14 Fév 2012 22:06 #10

Pour Electre : www.hommepansement.com/

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mer 15 Fév 2012 14:16 #11

Que la Saint-Valentin est triste à l'ère de Facebook


Point de vue | LEMONDE | 14.02.12 | 13h01   •  Mis à jour le 14.02.12 | 14h30


par Renaud Homez, étudiant en droit à l'Université catholique de Louvain (Belgique), 23 ans




 




Que dire sur l'amour qui n'a pas encore été dit ? Tout semble l'avoir été, du plus insignifiant au plus subtil. Les livres d'amour pullulent, du roman à l'eau de rose à l'essai philosophique le plus rigoureux.


C'est resté, à travers les âges, l'une des préoccupations majeures de l'homme. L'art en a fait sa source d'inspiration et sa quête absolue.


A quoi cela sert-il de toujours rabâcher le même sujet ? "Parlez-moi d'amour et j'vous fous mon poing sur la gueule", disait Brassens. Qu'il me soit permis tout de même, en cette période de Saint-Valentin, d'évoquer cette grande affaire de l'amour.


Je prendrai le point de vue d'un jeune homme ordinaire de 23 ans à qui l'amour n'a jamais réussi et qui se compte déjà parmi les déçus de l'amour. Car de ce que j'ai pu en observer, ma génération - celle qu'on appelle stupidement la "génération Y" (en référence aux écouteurs que nous porterions en permanence autour du cou) - est devenue incapable d'amour.


Pourtant, cette génération avait des raisons de croire en l'amour. Des preuves existaient. Nos parents et grands-parents, pour la plupart, s'étaient mariés et n'avaient pas divorcé. Dans les rues, on voyait parfois des gens s'enlacer sur des bancs publics.


A moins d'une extraordinaire hypocrisie, tout cela paraissait sincère. Adolescents, les chagrins les plus vifs naissaient d'une histoire amoureuse. C'était une époque où la pureté de nos jeunes esprits rendait l'amour possible. Il était inévitable qu'un jour ou l'autre on rencontrerait l'âme soeur et que la vie à ses côtés serait belle et pleine de promesses.


Mais la vie tient rarement ses promesses. Elle est un processus de démolition, comme disait Scott Fitzgerald, qui s'y connaissait. Les ruptures amoureuses, rares ou nombreuses, cassèrent déjà ce beau mythe de l'amour éternel.


Cela dit, on se relevait à chaque fois, le coeur recouvrant un peu de chaleur et se remettant à battre, parce que l'espoir n'était pas tout à fait perdu.


Puis, un jour, ma génération s'est aperçue que l'amour ne serait plus possible. Je vous parle d'un temps que les plus de 30 ans ne peuvent pas connaître. C'est un temps où l'individualisme égoïste et la recherche de plaisir effréné ont tout foutu en l'air. Par peur et donc manque de courage, nous avons tous renoncé à l'amour. Nous l'avons remplacé par la recherche du plaisir, envers et contre tout. Car le plaisir a ceci de pratique qu'il ne s'accompagne pas de sentiments, et que toute souffrance est éradiquée.


Notre environnement a bien sûr favorisé cette conception hédoniste de l'amour. L'accroissement des divorces, la marchandisation de l'amour, la banalisation des relations sexuelles, les réseaux sociaux, les sites de rencontres... tout cela nous a convaincus que croire en l'amour était un écueil dans lequel il ne fallait pas tomber.


On ne mesure pas assez l'importance (récente) de Facebook dans l'effondrement des sentiments amoureux. C'est devenu la plateforme officielle des unions et désunions. Pour décider de la viabilité d'une relation, Facebook constitue un passage obligé. Il suffit d'avoir le nom de la personne convoitée et de cliquer sur son "mur".


On peut y voir des photos, des caractéristiques personnelles, des amis en commun, autant de signes qui décideront purement et simplement de la suite à donner à la rencontre. Facebook est désormais la plus grande agence matrimoniale du monde. Ce réseau social permet aux personnes de savoir tout de l'autre avant même de l'avoir rencontré. Et participe de l'illusion que toute personne est interchangeable. Il est un formidable accélérateur et destructeur de relations humaines. L'amour n'y a pas gagné.


Aujourd'hui, les jeunes, filles ou garçons, dans leur grande majorité, accumulent les conquêtes, avec pour seule ambition de "prendre leur pied". Dans les soirées, tout le monde sort avec tout le monde. C'est socialement très bien vu de "se taper des mecs ou des gonzesses", par dizaines. Plus besoin de séduction non plus, l'alcool faisant le plus gros du travail. L'histoire ne dure pas plus d'une soirée, car il n'est pas question de se prendre la tête.


On pourra me taxer de cynisme, mais les choses en sont là. La génération qui est la mienne va droit dans le mur, oubliant l'essentiel : l'amour, ce n'est pas des papillons dans le ventre, c'est une affection durable, un engagement sincère. On me qualifiera de ringard, eh bien j'assume. Puisse cette Saint-Valentin ne pas devenir le symbole de cette infernale déliquescence de l'amour.



http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/14/que-la-saint-valentin-est-triste-a-l-ere-de-facebook_1643168_3232.html

Mer 15 Fév 2012 18:55 #12

Bientot ouverture de la chasse


TF1 prépare sa riposte à L'Amour est dans le pré... avec un bus !



TF1 prépare sa riposte à L'Amour est dans le pré... avec un bus !


Partie à la recherche d'une émission pouvant rivaliser avec L'amour est dans le pré, TF1 a fait l'acquisition de Babes on the bus, un format norvégien dans lequel des citadines vont chercher l'amour à la campagne.





Tout l'été, les dirigeants de TF1 devaient, chaque mardi matin, s'étouffer avec leur café en découvrant les audiences de L'amour est dans le pré sur M6. Le même rituel se répétait chaque semaine : l'émission qui sent bon le foin, le purin et l'amour véritable se plaçait en tête des audiences avec en moyenne 5.9 millions de téléspectateurs. Pire, ce succès d'audience s'accompagne d'un bilan financier très positif avec 30.5 millions d'euros gagnés pour 4h26 de publicité. Face à ce constat, la Une se devait de réagir et trouver un programme similaire capable de devenir sa nouvelle poule aux oeufs d'or. La chaîne privée semble l'avoir trouvé.



>>> Audiences : Record historique pour L'Amour est dans le pré



Selon la lettre Média +, TF1 a acquis les droits de Babes on the bus une télé-réalité distribuée par Nordisc World AS en Norvège. Le principe de ce programme ? Envoyer des jolies citadines qui rêvent de vivre à la campagne dans des villages paumés afin de rencontrer des célibataires. Pour ce faire, les belles demoiselles parcourent le pays pendant dix semaines en bus. À chaque étape de leur voyage, les villageois font tout pour les convaincre de rester et des datings sont organisés. À la fin de la semaine, elles doivent décider si elles préfèrent rester dans le village ou retourner dans le bus chercher l'amour dans d'autres contrées lointaines.


  Il n'y a  pas que les indus et GMS qui pompent les paysans


 

Page 1 sur 1
Suivre le sujet Répondre au sujet

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

AccueilAutres discussionsLe bistrot
Revenir en haut