[Eleveurs]Lorsque le bio dérappe

Ouvert par bocaorne, 13 janvier 2012

Lun 16 Jan 2012 16:55 #21

Digounet écrit : Mais pour ce qui est du vrai problème des OGM tel que la dissémination des gènes il n'a qu'une conviction et désolé une conviction c'est pas trés scientifique


Voilà pour les études scientifiques .Résultats du projet européen SIGMEA sur la coexistence entre cultures OGM et non-OGM


Le projet européen SIGMEA « Sustainable Introduction of Genetically Modified Crops into European Agriculture », dont l’INRA assure la coordination scientifique, a présenté ses principaux résultats sur la coexistence entre cultures OGM et non-OGM lors de la conférence GMCC07* qui s’est tenue à Séville les 20 et 21 novembre. Lancé en 2004, pour éclairer les pouvoirs publics sur les impacts des OGM en agriculture, SIGMEA rassemblait 44 partenaires de 12 pays, parmi lesquels 5 laboratoires de l’INRA, implantés dans les centres de Dijon, Jouy-en-Josas et Versailles-Grignon.


 


Des connaissances sur le flux de gènes partagées

Plus d’une centaine de jeux de données issues d'expérimentations a été rassemblée ou produite par le programme SIGMEA. Les flux de gènes au travers du pollen sur des distances de quelques dizaines de mètres sont maintenant bien connus pour des espèces comme le maïs ou le colza. Ces données ont permis d'améliorer des modèles prédictifs de la dispersion de pollen en tenant compte des paysages, du climat et des pratiques agricoles. Elles ont aussi permis d’identifier et de quantifier des dispersions à longue distance (plusieurs centaines de mètres) pour le maïs et le rôle majeur de la persistance des repousses de colza dans le temps


Les différents résultats obtenus par SIGMEA montrent que les probabilités sont graduées suivant le contexte cultural et suivant les caractéristiques de l’OGM envisagé. Pour le maïs, dans certaines situations, il peut suffire d’organiser la récolte séparément (à condition d’un accord entre agriculteurs) pour satisfaire des seuils inférieurs au seuil réglementaire de 0,9%. Sinon, des mesures comme des décalages de semis ou des distances d’isolement sont efficaces mais elles ne sont pas toujours faciles à appliquer. En cas de très grande densité de maïs ou pour des espèces comme le colza, la séparation géographique entre cultures OGM et cultures conventionnelles est la solution raisonnable.


 

 


Gouvernement du Québec,2011       DISPERSION DE GÈNES



Du pollen et des gènes



Comme tous les êtres vivants, les végétaux doivent se reproduire pour assurer leur descendance. Par exemple, les plantes à fleurs libèrent du pollen : la semence mâle qui renferme le matériel génétique de la plante. Emporté par le vent ou par les insectes, le pollen peut rencontrer éventuellement le stigmate – partie femelle – d’une fleur d'une variété sexuellement compatible et ainsi féconder l’ovule pour produire une graine. Par cet événement, appelé pollinisation croisée, les gènes d’une plante peuvent se retrouver dans une plante d'une espèce apparentée. Ce transfert d’information génétique, aussi appelé flux de gènes, s’observe chez de nombreuses plantes à fleurs, particulièrement entre les variétés d’une même espèce comme le canola et la moutarde sauvage.


C’est ce transfert potentiel d’information génétique qui soulève des questions par rapport à la coexistence des cultures traditionnelles, biologiques et génétiquement modifiées




Du pollen et des gènes d’OGM



Le pollen des plantes GM voyage lui aussi. Ces plantes peuvent donc échanger leurs gènes avec des espèces domestiquées ou avec des espèces sauvages sexuellement apparentées. La nouvelle génération de plantes, issue de la pollinisation, peut alors présenter certains caractères non désirés, comme la résistance à un herbicide.



Le flux de gènes présente donc un risque potentiel associé aux grandes cultures d’OGM. Mais la « pollution génétique pas systématiquement lieu parce qu’une plante GM produit du pollen. Certaines conditions sont nécessaires : n’a



  • le pollen de la plante GM doit être transporté par le vent ou par les insectes;

  • le pollen doit se déplacer sur une certaine distance;

  • des champs de culture non GM doivent côtoyer des champs de culture GM le pollen doit rester viable assez longtemps;

  • des espèces cultivées ou des espèces sauvages sexuellement apparentées doivent se trouver à proximité des plants GM.


Ainsi, le flux de gènes varie en importance selon le type de culture GM Le maïs GM semble peu contribuer au phénomène de pollution génétique au Québec. . Tout comme au Québec, il n’y a pas d’espèces de maïs sauvage aux États-Unis ou au Canada apparenté au maïs GM


On ne trouve pas non plus de soja sauvage au Québec ni au Canada. En outre, la plupart du temps, les plants de soja s’autofécondent, c’est-à-dire qu’une plante se reproduit par elle-même. Dans ce cas, il n’y a pas de transfert de gènes vers une autre plante. Le flux de gènes dans les champs de soja GM reste tout de même probable, mais peu élevé

Lun 16 Jan 2012 18:08 #22

Excuse-moi, bocaorne, car je ne te convaincrai probablement pas, d'autant que, comme beaucoup, je n'arrive pas à me prononcer dans une dialectique "pour ou contre".


Confier la coordination scientifique d'un projet d'étude sur la dissémination des gènes à l'INRA, c'est techniquement tout à fait justifié.


Mais ce dossier soulève des points d'incertitude, d'évaluation du risque qui justifient de le faire traiter par des personnes et des organismes non susceptibles d'être soumis à des conflits d'intérêt. En particulier sur des opportunités de chantiers de recherche et sur l'accès au financement de ces programmes. Et l'INRA est au coeur de ces problèmes depuis 30 ans, avec la diminution de la part publique dans le financement de ses activités.


Le techniquement devient incompatible avec l'objectivement.


Une seule parade : faire travailler ensemble des scientifiques à avis divergents...Vaste programme, mais je ne vois pas comment les uns ou les autres pourraient être crédibles sans cette contrainte incontournable.


 


Les modèles de dispersion du pollen qui avaient été présentés (par l'INRA) il y a une dizaine d'années montraient peu de "contamination" sur les premières années mais une possible croissance exponentielle après quelques années. Le maïs et le soja ne sont sans doute pas les plantes les plus sensibles à cette dispersion. Mais on est au moins dans la zone du "possible" et plus dans celle du risque.


Je ne suis pas certain que les conclusions que tu présente répondent aux questions et aux inquiétudes initiales d'une partie de la population, même "scientifique".


Quant au discours scientiste de Fotis Kafatos, à ta place, je le remballerais vite fait,  car ce genre de prêche ne risque pas d'améliorer la crédibilité des scientifiques d'un iota. Je pense qu'il existe des documents associant l'intérêt du doute et celui de la recherche qui servirait plus ton argumentation.

Lun 16 Jan 2012 18:22 #23

pourquoi continues tu d'amalgamer par ton titre le bio en general et une frange d'extremiste qui se trouvent etre aussi agriculteur bio.... aurais tu qq problemes vis a vis de l'agriculture biologique?


concernant les ogm tout n'est pas que science et ce dans tous les sujets et fort heureusement


la science n'etant qu'une verité immediate en fonction des connaissances actuelles , la science etant faite pour etre contredite il y a toutes les raisons d'etre prudent ce qui ne veut pas dire totalement hermetique


apres pour les ogm il faudrait passer l'avis politique , puis l'avis du peuple continue donc de gesticuler


 


 

Lun 16 Jan 2012 19:44 #25

Bravo P.V 53 pour cette “ Victoire”  mais on a que les victoires que l’on mérite . Si tu as bien lu, ce n’est pas un abandon, c’est un repli  vers des pays ou  on respecte la recherche scientifique. Les européens  préfèrent  se plier au dictat des ONG irresponsables, il faudra un jour en assumer les conséquences


 


Voilà ce que dit BASF Le siège du groupe spécialisé dans les biotechnologies passera de Limburgerhof, en Allemagne, à Raleigh, en Caroline du Nord.( USA)


Nous sommes convaincus que la biotechnologie végétale est une technologie clé pour le 21e siècle. Cependant, il y a encore un manque d'acceptation de cette technologie dans de nombreuses parties de l'Europe - de la majorité des consommateurs, les agriculteurs et les politiciens. Par conséquent, il n'a pas lieu de continuer à investir dans des produits exclusivement pour la culture dans ce marché", a déclaré le Dr. Stefan Marcinowski, membre du conseil d'administration de BASF, responsable de la biotechnologie végétale.


 


Cette décision libérera de la main d’œuvre pour « Les emplois verts » si chers à nos écolos….


En Europe, 140 postes seront supprimés. "Nos employés ont fait un excellent travail au cours des dernières années. Nous regrettons que nous perdons ces emplois de haute qualité en Allemagne et en Suède ",


 


Greenpeace estime via son compte Twitter que cette annonce est une victoire . C’est curieux que ces Activistes soient aussi « inactifs » en Amérique du Nord comme du Sud ? ? ….


 

Lun 16 Jan 2012 23:14 #26

j avais bien saisi


basf et monsanto oeuvrent pour un monde meilleur


bocaorne repand la bonne nouvelle


bonne année 2012  quand meme!!

Lun 16 Jan 2012 23:55 #27

[quote=pv 53]


j avais bien saisi


basf et monsanto oeuvrent pour un monde meilleur


bocaorne repand la bonne nouvelle


bonne année 2012  quand meme!!


[/quote]


 



 


Non mais sans déconné Bacaorne tu est qui dans la vrai vie? tu est pas agriculteur c'est pas possible


 


Car je vois pas sinon comment tu peux défendre ça bec et oncle et en citant des messages de tes copains pro-ogm a chaque post !

Mar 17 Jan 2012 09:21 #28

[quote=dingounet]


 


 



 


Non mais sans déconné Bacaorne tu est qui dans la vrai vie? tu est pas agriculteur c'est pas possible


 


Car je vois pas sinon comment tu peux défendre ça bec et oncle et en citant des messages de tes copains pro-ogm a chaque post !


[/quote]


+1


Laisse  tomber, il  ne  le  diras  pas, bocaorne  est  comme  obélix, il  est  né  dans  une  éprouvette  de  laboratoire  de  Monsanto........


C'est  comme  terminator, il a  été  programmé  pour  annnoncer  la  bonne  nouvelle  sur  les  ogm.......

Mar 17 Jan 2012 09:25 #29

A chacun, sa potion magique.


An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Mar 17 Jan 2012 10:04 #30
Bocaorne est, comme dirait l'autre, contaminé....
Mar 17 Jan 2012 11:13 #31

[quote=bocaorne]


Bravo P.V 53 pour cette “ Victoire”  mais on a que les victoires que l’on mérite . Si tu as bien lu, ce n’est pas un abandon, c’est un repli  vers des pays ou  on respecte la recherche scientifique. Les européens  préfèrent  se plier au dictat des ONG irresponsables, il faudra un jour en assumer les conséquences


 


Voilà ce que dit BASF Le siège du groupe spécialisé dans les biotechnologies passera de Limburgerhof, en Allemagne, à Raleigh, en Caroline du Nord.( USA)


Nous sommes convaincus que la biotechnologie végétale est une technologie clé pour le 21e siècle. Cependant, il y a encore un manque d'acceptation de cette technologie dans de nombreuses parties de l'Europe - de la majorité des consommateurs, les agriculteurs et les politiciens. Par conséquent, il n'a pas lieu de continuer à investir dans des produits exclusivement pour la culture dans ce marché", a déclaré le Dr. Stefan Marcinowski, membre du conseil d'administration de BASF, responsable de la biotechnologie végétale.


 


Cette décision libérera de la main d’œuvre pour « Les emplois verts » si chers à nos écolos….


En Europe, 140 postes seront supprimés. "Nos employés ont fait un excellent travail au cours des dernières années. Nous regrettons que nous perdons ces emplois de haute qualité en Allemagne et en Suède ",


 


Greenpeace estime via son compte Twitter que cette annonce est une victoire . C’est curieux que ces Activistes soient aussi « inactifs » en Amérique du Nord comme du Sud ? ? ….


 


[/quote]


fais tu partie de la charette basf qui nous quitte pour rejoindre des cieux plus hospitaliers???


il y a un manque d'acceptation de la majorité des consommateurs, les agrciulteurs, les politiciens....dont acte


tout n'est pas que science...... heureusement


 

Mar 17 Jan 2012 11:29 #32

Tout ceci me fait froid dans le dos: cet article parle d'un groupe extremiste bio avec sous entendu  de nazisme. Partisante du bio et contre l'extreme droite, je trouve dommage ce genre d'amalgame qui pour sur, peut faire du tord au bio.


C'est comme partout, il y a des extremes mais ils ne faut pas prendre ces extremes comme etant la norme du groupe!!


Par contre, c'est vrai qu'etre au courant de ce type de dérive est intéréssant et permet de se preparer ; donc merci Boacaorne meme si je ne partage pas du tout tes convictions sur les ogm.

Mar 17 Jan 2012 13:50 #33

[quote=mamanpoule]


Tout ceci me fait froid dans le dos: cet article parle d'un groupe extremiste bio avec sous entendu  de nazisme. Partisante du bio et contre l'extreme droite, je trouve dommage ce genre d'amalgame qui pour sur, peut faire du tord au bio.


C'est comme partout, il y a des extremes mais ils ne faut pas prendre ces extremes comme etant la norme du groupe!!


Par contre, c'est vrai qu'etre au courant de ce type de dérive est intéréssant et permet de se preparer ; donc merci Boacaorne meme si je ne partage pas du tout tes convictions sur les ogm.


[/quote]


mamanpoule( rigolo  comme  pseudo), attention  a  l'article, qui  pour  moi  reste  de  la  propagande pure  et  dure!


Je  ne  vois  vraiment  pas  comment on  peut  faire  une  relation  entre  ceux  qui  mangent  bio  avec  une  appartenance  politique  !!!!!


 

Mar 17 Jan 2012 14:19 #34

 en plus ils nous peignent de toutes les couleurs de vert fonçé au rouge vif

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 18 Jan 2012 15:50 #35

Le dialogue continue mais je constate qu’il y a plus d’ anathèmes et d’ironies douteuses que de véritables arguments ou propositions   Parlons donc uniquement des Bio-Brun


J’espérais que vous auriez pu faire le distingo entre le message et le messager. Je ne  crois absolument pas que la majorité des agriculteurs qui pratiquent l’agriculture dite «  biologique »  épouse une philosophie d’extrême droite.  Mais il était utile que ceux qui ignoraient cette dérive allemande en soient informé .Et quand Dairy écrit: Je  ne  vois  vraiment  pas  comment on  peut  faire  une  relation  entre  ceux  qui  mangent  bio  avec  une  appartenance  politique  !!!!!   il faut un esprit un peu pervers pour découvrir cette conclusion dans mon post.


Le mode d’alimentation ou les choix du mode de production  ne peuvent bien sûr être attribués a une appartenance politique .Actuellement les partis politiques  dits écolo qui promeuvent l’agriculture biologique  et veulent se l’approprier ont plutôt une sensibilité de gauche  . Pourtant en étudiant l’historique du mouvement le journaliste Gil Rivière-Wekstein révèle que « dans les années trente , le courant agrarien antimoderniste se faisait le défenseur d’une agriculture « saine et naturelle »  Ce retour à l’authenticité, et aux valeurs traditionnelles est aujourd’hui au cœur du projet politique de l’agriculture biologique .Or pendant plus de 50 ans, ce message a été formulé par des personnalités plutôt conservatrices, voir totalement réactionnaires  comme les écrivain Jean Giono , Henri Pourrat, Alexis Carrel  Etc ….. . Raoul Lemaire initiateur de la méthode Lemaire- Leboucher qui fondât en 1931 l’une des premières « Maison de produits naturels » était proche d’Henri Dorgès  dont la carrière se porte ensuite, avec une partie de ses troupes paysannes au service du Maréchal Pétain ( La terre ne ment pas) et de Pierre Poujade, et c’est son collaborateur Georges Racineux qui fondât en 1972  l’Union française d’agriculture biologique (Ufab). Fidèle à son ancrage à droite il participe jusque dans les années quatre vingt aux journées Chouannes . »


C’est sur de ce danger de retour aux sources que je souhaitais vous alerter en indiquant cette résurgence  en Allemagne des Bios-bruns qui deviennent visibles . Mais c’était sans compter sur « l’esprit Munichois » qui anime nombre des mes contradicteurs


Ma position sur l’agriculture dite biologique. Il y dans l'agriculture comme dans de nombreuses activités des écoles différentes. Certains pensent que l'agriculture devrait  être la seule activité économique qui n'a pas le droit d'évoluer, et quelle doit rester telle que nous l'a légué nos ancêtres. Ils semblent ne pas tenir compte de l'évolution démographique de la nation, de la disparition chaque année de plus de 100.000 hectares de terres agricoles pour les besoins d'urbanisation, de construction de voies de communication, d'aérodromes etc ... Ils pratiquent une agriculture qu'ils souhaiteraient imposer à tous.  Elle est basée sur certains principes de bon sens, qui sont d'ailleurs repris quelquefois dans d'autres schémas. Mais c'est unanimement reconnu, cette agriculture serait incapable d'assurer régulièrement la sécurité et les besoins alimentaires de la population en quantité et en qualité . Si ces praticiens, peuvent afficher parfois des résultats économiques honorables, c'est uniquement du à une valorisation de leurs produits dans des niches commerciales auprès d'une clientèle aisée.


Lorsque l’on interroge Léon Gueguen , Directeur de Recherches honoraire de l’Inra, ancien directeur du Laboratoire de nutrition et sécurité alimentaire du Centre de recherches de Jouy-en-Josas, membre de l’Académie d’agriculture de France :


L’agriculture biologique est-elle respectueuse de l’environnement ? il répond spontanément : Indéniablement oui, et cela devrait être la seule allégation revendiquée et il poursuit


Il est vrai que l’agriculture biologique a contribué à la prise de conscience des problèmes d’environnement en agriculture (même avant que ces problèmes ne deviennent préoccupants) mais il ne faudrait pas faire l’amalgame entre agriculture biologique, qui demeure dogmatique sur bien des points, et agriculture raisonnée ou durable qui repose sur des bases plus scientifiques (et raisonnables).


L’agriculture biologique, qui renonce aux engrais minéraux élaborés, ne peut être un système durable qu’à l’échelle d’un faible pourcentage des surfaces cultivées en France. En effet, la fertilité des sols “Bio” ne peut être entretenue à long terme que par l’apport d’éléments fertilisants provenant d’ailleurs, notamment des récoltes d’exploitations conventionnelles


Au niveau d’un grand territoire, les engrais minéraux restent indispensables et les pays en développement qui en sont privés le savent fort bien ! L’agriculture Bio ne peut s’en passer que parce que d’autres, ailleurs, les utilisent.A voir sur   www.naturavox.fr/.../Non-L-Agriculture-biologiq


 


Quand au choix des consommateurs, ceux-ci ont légitimement le droit de choisir de consommer Bio , Hallal, Cachère, ou Végétarien, chacun agit suivant ses croyances et sa conscience. Par contre je refuse  que le  législateur intervienne dans ces choix !  et décide de m’imposer un mode d’alimentation, c’est pourtant ce à quoi nous assistons avec l’obligation de repas bio dans les cantines scolaires et les restaurants collectifs .  D’autres communautés  bientôt évoqueront cette jurisprudence pour revendiquer les mêmes « droits » et c’est déjà l’objet d’une exigence des végétariens .


 

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut