[Eleveurs]Lorsque le bio dérappe

Ouvert par bocaorne, 13 janvier 2012

Ven 13 Jan 2012 15:57 #1

Lorsque le bio dérappe  Lu sur SOCOPAG  Agence de presse


Les Bios-Bruns deviennent visibles   Vendredi, 13 Janvier 2012


Des militants bios d’extrême droite s'installent en nombre dans le Mecklenburg-Vorpommern.


. Dans la région  de Güstrow-Teterowvoit , dans le Land de Mecklembourg Poméranie, on voit affluer et s'implanter  de plus en plus d’agriculteurs bios d’extrême droite, les « Braune Ökologen » ! Ils pratiquent l’agriculture biologique, luttent contre les OGM, pour la protection des animaux, et participent à des manifestations anti-nucléaires. La télévision NDR Nordeutscher Rundfunk indique après diverses enquêtes que dans ce Land se développent de plus en plus des centres d’attraction pour migrants bios d’extrême droite. Il y aurait également d’autres implantations de ce type de groupes dans les régions de Grimmen et de Ludwigslust. Ces extrémistes de droite veulent une agriculture germanique, conforme à la nature et à la vie des espèces, relève Richard Scherer du conseil paroissial  du secteur de Reinshagen. Ils viennent précisément ici, car ils savent que c’est un espace quasi-vide du point de vue des structures économiques, culturelles et sociales déclare Scherer au NDR. Il se pourrait aussi que ces choix d’implantations aient un rapport avec le mouvement  d’implantation national-populaire des « Artamanen » qui s’était  développé en 1920 du côté de Koppelow. Ces extrémistes dit-il, se comportent tout d’abord de manière discrète, on ne peut pas les identifier immédiatement, et ils ne sont pas forcément adhérents de la NPD, le mouvement néo-nazi. Mais dès que l’on s’oppose à eux, il faut s’attendre à des réactions massives. Le maire de Lalendorf dans la circonscription de Rostock, Rheinhard Knaake a reçu des menaces de mort  pour avoir révélé les motivations de familles d’implantation

Ven 13 Jan 2012 21:09 #2

...c'est lourd...

Ven 13 Jan 2012 22:55 #3

le problème c'est que ton post est pas crédible


Tu critique les extemistes du bio et tu viens en t'affichant 100% OGM avec les banderoles qui vont bien avec, donc d'un coté tu est aussi un extrémiste toi aussi


 


Ou alors tu est payé par monsanto pour faire du lobby ^^, j'espère pour toi au moins tu gagne des tunes

Sam 14 Jan 2012 11:43 #4

Ah! un ogm qu'a muté, il est arrivé jusqu'au bistro

Sam 14 Jan 2012 15:31 #5

Dingounet écrit  le problème c'est que ton post est pas crédible


Tu critique les extemistes du bio et tu viens en t'affichant 100% OGM avec les banderoles qui vont bien avec, donc d'un coté tu est aussi un extrémiste toi aussi


Ou alors tu est payé par monsanto pour faire du lobby ^^, j'espère pour toi au moins tu gagne des tunes


Lorsqu’une information dérange, il est plus confortable de la  nier (  ton post est pas crédible)  plutôt que d’analyser ce qui  conduit à cette situation . Je n’ai pas inventé les faits,  je donne l’origine et  tu pourras vérifier .Si tu avais eu le courage de chercher à t’informer au lieu de pratiquer la politique de l’autruche, tu aurais pu, en lisant le livre  de Gil Rivière-Weksten «  Bio fausses promesses et vrai marketing » découvrir page 221 que les liens entre l’écologie et l’extrême droite ne sont pas récents. Il cite notamment Jacques Julliard éditorialiste au Nouvel Observateur  que l’on ne peut soupçonner de complaisance avec les lobbys, qui, « s’il ne s’oppose pas à une écologie rationnelle, à un nouveau pacte entre l’homme, la nature et l’animal » met en revanche en garde contre « la réintroduction en contrebande d’une philosophie irrationnelle anti-industrialiste, réactionnaire, à relents fascistes ».


 


Je ne critique pas les « extrémistes du bio » je livre une information que chacun  peu trouver grave ou anodine selon son degré d’intégration dans le système .


 


J’affiche ma confiance dans la recherche scientifique pour créer de nouvelles variétés qui permettront de s’affranchir de certaines contraintes . La trangénèse   représente un des outils, mais  ce n’est pas exclusif il y d’autres nombreuses voies . 


 


Pour conclure tu me sors l’argument a deux balles qui confirme ton inculture, ta méconnaissance  total du sujet


Il n’est pas nécessaire d’avoir un intérêt pour être  passionné par les avancées scientifiques , et si tu l’ignores , si Monsanto occupe une position de leader  sur cette technologie,  grâce en France aux faucheurs volontaires ! …il  n’est pas le seul y a de nombreuses autres firmes de par le monde qui travaillent  avec succès sur la transgénèse


 


@ Laitier 35    Ta remarque est justifiée, c’est par erreur que je me trouve sur le «  Bistrot » je fréquente pas habituellement

Sam 14 Jan 2012 20:23 #6

bocaorne, tu  cherches  quoi  en  mettant  ton  article  a deux  euros????


les  OGm  c'est  de  la  mer  de  en  tube, point  barre.


Pas  besoin d 'etre scientifique  pour  dire  cela, juste  le  bon  sens  paysan.......


Et  vu  tes  commentaires  tu  n'as  rien  d'un  agriculteur  et  encore  moins  d'un  éleveur!!!!!!!

Sam 14 Jan 2012 21:16 #7

[quote=Dairy]


bocaorne, tu  cherches  quoi  en  mettant  ton  article  a deux  euros????


les  OGm  c'est  de  la  mer  de  en  tube, point  barre.


Pas  besoin d 'etre scientifique  pour  dire  cela, juste  le  bon  sens  paysan.......


Et  vu  tes  commentaires  tu  n'as  rien  d'un  agriculteur  et  encore  moins  d'un  éleveur!!!!!!!


[/quote]


 



 


Ecoute le fait que je sorte mon argument c'est que c'est le 1er de tes post que je vois et bizarrement tu tape sur du BIO, si tu as lu quelqu'un de mes post j'aime pas les extrèmes y compris ceux du BIO mais toi par ta position 100% OGM genre lobbyste de monsanto je te classe parmi les extrémes aussi, désolé


 


On peut défendre un interet futur des OGM tout en restant prudent, et sans en faire la pub ou alors c'est qu'on est vraiment payé par les OGM ....


 


En tout cas comme Dairy, les OGM ça cert à rien et puis on a pas bessoin de ça pour mettre une nouvelle merde sur notre bonne veille terre et t'inquiète pas je peux t'expliquer tout ça de façon plus rationelle ça c'est juste la conclusion ^^

Sam 14 Jan 2012 21:55 #8

Dairy  ton verdict  qui révèle une parfaite méconnaissance du sujet m’inspire une citation de Romain Rolland : "Une discussion est impossible avec quelqu’un qui prétend ne pas chercher la vérité, mais déjà la posséder".


 


Dingounet : C’est toujours très confortable de placer du coté des martyrs. Je ne vois pas en quoi retransmettre une information d’une agence de presse qui dénonce certain comportements puisse être considéré comme « taper sur le bio »


Tu as tout a fait le droit d’avoir un avis sur la transgénèse  et sans te contrarier, je pense que je connais déjà tous les arguments  « rationnels » mais si tu en as de récents je suis preneur . Cependant vis à vis des anti OGM aucune des preuves scientifiques que l’on peut leur fournir ne trouveront de crédit auprès d’eux. C’est ce que relève Olivier Godard ( directeur de recherche au CNRS) dans  le dernier livre «  Les OGM à l’épreuve des arguments » (nov 2011)  sous la tutelle  de Sylvie Berthier et Valérie Péan d’Agrobioscience : « Quand des instances scientifiques d’expertise aboutissent à des rapports ou à des avis, un certain nombre d’acteurs de la société ,ONG, riverains… etc  considèrent de toute façon, que l’expertise n’est pas bonne : soit parce que les experts sont vendus aux lobbies industriels ou aux gens du pouvoir, soit parce qu’ils ne sont pas issus des bonnes disciplines. Les accusateurs demandent alors à recourir à une expertise dite indépendante , voir « citoyenne », c’est à dire l’expertise qui leur convient et reprend leurs thèses.

Sam 14 Jan 2012 22:19 #9

ogm kangourou les bios ? De l'extrême gauche ils passent à l'extrême droite ?


 


Bon ben j'ai toujours été de droite mais bio que depuis 13 ans sans ogm !!!

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Sam 14 Jan 2012 22:32 #10

Monsieur Bocaorne essaie une nouvelle approche pour faire la promo des OGM. C'est sont droit, mais s'il pouvait changer de disque et parler de choses et d'autres sans tout ramener à ses chers OGM, nous en serions ravis. Qu'il sache que ses mandants sont bien conscients qu'il fait son job au mieux possible!


 


Je me permets d'anticiper un peu ses prochains posts:


Pourquoi la France perd son triple A --> à cause des OGM non autorisés.


Pourquoi les poules n'ont pas de dent --->


Pourquoi, j'ai la tête qui tourne après 12 bières? ---->


Pourquoi le petit chaperon rouge est rouge --->


et encore, je vous épargne les 36 pages habituelles de copier-coller d'expertises orientées.


Bonne nuit à tous.


 

Sam 14 Jan 2012 22:43 #11

Moi j'ai juste une question de base mais fondamentale qui me trottent dans la tête ....


 


Pourquoi veut'on mettre des OGM dans l'agriculture et qui le veut?


Pour nourrir le monde? les OGM ne réduiront pas le problèmes seul des prix adaptés a TOUS les agriculteurs du monde le peuvent celà.


 


L'espèce humaine qui a traversé bien des siècles sombres mais aussi de lumières est t'elle arrivé à un point ou elle n'est plus capable techniquement de progresser dans un domaine au combien symbolique puisque c'est là que s'on n'est ses lettres de noblesse il y'a plus de 10 000ans, l'agriculture là ou le cerveau humain a réelement montré tous son génie, a travers une succesion de tache pour récolter un produit finie, et on voudrait nous faire croire que 10 000ans aprés l'évolution de l'agriculture ne peut plus passé que par les OGM, alors que paradoxalement il n'a jamais eu autant d'agriculteurs diplomé dans le monde et que ce chiffra va en croissant depuis une vingtaine d'année et que d'içi encore 20ans  toute une génération d'aagriculteurts du nord seront diplomés, et celà continuent à progresser dans les pays du Sud, alors désolé de ne pas croire que les OGM sont les seuls moyens pour nourrir la planète je continue a avoir foi en l'Homme je crois que l'agriculture ne nous a pas encore dévoilé tous ses secrets et avec les moyens technique et l'accroisement des connaissances nous sommes capables de relever ce défi, du moins je veux y croire !!!


 


Un proverbe amérindien disait "la terre ne nous appertient pas elle à nos enfants et nous devont la leur rentre" voulont nous vraiment là leur rentre en ayant laché des gènes qui se baladent partout et sèment la pagaille, certes le risquent est faible au yeux des scientifiques pro-ogm mais pouvont nous prendre ce risque? qui risqueraient l'existence des ses enfants et surtout pour quoi en échange? ce là pété avec des maïs a 160qtx qui se vendront 120€/tonne et oui OGM ou pas OGM il y'aura toujours là lois de l'offre et de la demande! alors mes amis je vous posent réelement la question qu'avons nous a gagner avec les OGM?


N'est il pas plus glorifiant d'avoir un joli mais parce qu'on c'est apliqué a tous les stades parce qu'on a un savoir faire que l'on pourrat transmettre à nos enfants plutot que d'avoir à lui dire : "tiens voila la carte de monsanto tu est obligé de leur achéte le mais et il est censé se débrouillé tout seul, et si tu as des mauvaise résistante rapelle les ils te vendront un herbicide spécial, enfin si ils en ont un. et avec ça tu devrais avoir un maîs a 160qtx c'est bien mieux que ton grand père qui fesait que 140qtx"


Quand à la grande chevauché épique de nourrir le mondede la part de monsanto et de bill gates pour nourrir le monde désolé je n'y crois pas. Il y'a bien d'autre moyen d'y parvenir. Je ne veux pas croire que nous sommes au bout de la technique agricole, je veux encore croire que les générations futures pourront mieux faire que les anciennes, je veux croire que l'agriculture qui est une histoire de rève sans fin ou dés que l'on sème on rève déja à la récolte prochaine ne prendra pas fin d'içi tôt.


 


Je sais que mes propos sont utopiques mais je pense qu'il vaut mieux etres utopiques que résignè


 


 

Sam 14 Jan 2012 22:53 #12

ce n'est pas utopique , c'est du bon sens . Si pour nourrir le monde il faut faire disparaitre les paysans des pays à nourrir et faire disparaitre la moitié d'entre nous .Quel intérêt ?


 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Sam 14 Jan 2012 22:58 #13

[quote=bocaorne]


Dairy  ton verdict  qui révèle une parfaite méconnaissance du sujet m’inspire une citation de Romain Rolland : "Une discussion est impossible avec quelqu’un qui prétend ne pas chercher la vérité, mais déjà la posséder".


 


[/quote]


Ca  c'est  bien  vrai!!!!!!!!!



Je  te  retourne  ta  citation espece  de  sorcier  sortie  tout  droit  d'une  éprouvette  de  monsanto!!!!!!!!!


Tréve  de  plaisanterie, lis  donc  cela...


  http://www.i-sis.org.uk/GMcropsfailed.php


GM Crops Failed


"GM crops have higher yields, improved performances, and greatly reduce the use of agrochemicals. Farmers like them because they increase income." Lim Li Ching and Jonathan Matthews debunk these myths, documenting failures of GM crops around the world.


Lower yields


Thousands of controlled trials have shown significantly decreased yields with GM crops.


A study based on 8,200 trials of soya varieties in US universities in 1998 [1] reports yield drags between top RR varieties and top conventional varieties averaging 6.7%. In some areas, best conventional varieties produced yields on average 10% higher than RR varieties sold by the same seed companies.


In May 2000, results of a two-year study by Nebraska University’s Institute of Agriculture and Natural Resources showed RR soya yielded 6% less than their closest non-GM relatives and 11% less than high-yielding non-GM varieties [2]. The yield penalty was attributed to the gene insertion process.


Similar yield drags have been reported since 1997



  • In 1997, the University of Purdue found that transgenic soya varieties yielded on average 12-20% less than unmodified varieties grown at the same locations [3].

  • Research published in 1998 by the University of Arkansas and Cyanamid revealed reduced profit levels and lower yields for GM soya and cotton compared with unmodified varieties [3].

  • The University of Wisconsin found GM soya yields from the 1998 harvest lower than non-modified varieties in over 80% of cases in trials across nine US states [4].

  • In Iowa, a 1999 survey of reported an average RR-soybean yield reduction of 4% in over 365 fields [5].

  • A review of 40 trials of soya varieties in the north central region of the US by in 1999 found a mean 4% yield drag in RR soya [6].

  • In the UK, reports of crop trials from the National Institute of Agricultural Botany show yields from GM winter oilseed rape and sugar beet 5-8% less than high-yielding conventional varieties [7].


In summary, yield losses, not yield gains, are more commonly associated with transgenic crops compared to best available conventionally-bred cultivars and hybrids [8].


Yield drag in soya is associated with problems in root development, nodulation and nitrogen fixation, particularly in drought or infertile conditions, as the bacterial symbiont responsible for nitrogen fixation is sensitive to both Roundup and drought [9]. Furthermore, there is a metabolic cost to expressing herbicide-resistance or the Bt-endotoxin. For example, levels of proteins responsible for plant defence responses are depressed following Roundup application. Although these are eventually restored to normal, pathogens quickly infect the plants in sub-optimal growing conditions. This forces a diversion of energy to repair damage, resulting in an essentially irreversible tax on yields.


University of Minnesota economist Vernon W. Ruttan sums up: "Thus far, biotechnology has not raised the yield potential of crops" [10].


Yet, an indication of distorted perceptions was shown through an opinion poll of 800 farmers, most of whom (53%) chose RR varieties because of perceived higher yields than non-GM varieties. When actual data from their farms were analysed, exactly the opposite was found [5]. "It is interesting to note... that increasing crop yields was cited by over half the farmers as the reason for planting GM soya, yet yields were actually lower".


Bt resistance and more pesticides


The other big claim for GM crops is reductions in pesticide use. In reality, herbicide tolerant and Bt-transgenic varieties of GM crops are trapping farmers into more reliance on pesticides.  


Recently, hundreds of hectares of GM cotton fields in Bulukumba, South Sulawesi, were destroyed by pests [11]. Officials said that there was "nothing to worry about", and a spokesperson from Monsanto (the GM Bollgard cotton seed supplier) asserted that "they are just larva which eat the leaves, but will not disrupt cotton production". But local farmers complained, pointing out that the supplier had claimed the cotton variety was resistant to all kinds of pests.


What happens when GM crops fail to deliver on their promise of pest resistance? Farmers in Australia are now being advised to spray additional insecticide on Monsanto’s GM Bt cotton, INGARD, "under conditions of reduced INGARD plant efficacy" [12]. The latest official guidance [13] makes it clear that Bt cotton is in some circumstances failing to control the principal target pest it was introduced for, Helicoverpa armigera.


Even when GM crops express pest resistance, there is little evidence of reduced pesticide use. This is borne out by data on transgenic cotton - although to date one fourth of American cotton is produced with genetically engineered Bt varieties, no significant reductions in the overall use of insecticides were achieved [14]. In fact, those insecticides that could be replaced by Bt cotton make up a minor proportion of the insecticides used.


Similarly, with Bt corn, there is no independent evidence of a reduction in overall pesticide applications despite industry claims. Nor is there economic advantage in using Bt corn except in areas with very high pest infestation. Insecticide use on US Bt corn has in fact slightly increased, with insecticide targeting European corn borer rising from about 4% of acres treated in 1995 to about 5% in 2000 [15].


Herbicide use shows a similar picture. Although the cultivation areas of herbicide-tolerant cotton in the US have doubled annually over the past few years, herbicide use has shown little reduction. More revealingly, the sales of total herbicides that can be used with GM cotton have risen drastically since the introduction of herbicide-tolerant cotton [14].


While the Roundup Ready soybean system simplifies weed management, it entails 2-5 times more herbicide use than other weed management systems [1]. Tolerance to Roundup is emerging in several key weed species, contributing to increased chemical use. Unbiased field-level comparisons, drawing on official USDA data, show that RR soybeans require more herbicides than conventional soybeans, despite claims to the contrary [9, 15]. In 1998, total herbicide use on RR soybeans was 30% greater on average than on conventional varieties in six US states [9].


Analysis thus shows that RR soybean systems are ‘…not likely to reduce herbicide use or reliance. Claims otherwise are based on incomplete information or analytically flawed comparisons that do not tell the whole story’ [1]. And as for RR corn, USDA data suggest that in 2000, the average RR corn acre was treated with about 30% more herbicide than the average non-GM corn acre [15].


Worryingly, research from the University of Alberta has revealed the rapid creation of multiple herbicide resistant canola plants in Canada as a result of pollen flow over significant distances [16]. Cross-hybridizations occurred between a glyphosate-resistant variety and either glufosinate- or imidazolinone-resistant varieties. The evidence pointed to resistant gene movement via pollen flow from one field to another. Unusually, this occurred rapidly and multiple times, such that, through random crossing, certain plants showed triple resistance [17]. One of the triple-resistant plants was found over 550 m from the pollen sources, greatly exceeding the 100-m buffer mandated for seed producers.


Reduced profits


The greater expense of GM seeds and increased herbicide costs can already hit farmers’ pockets. Add to these the costs of yield drag and technology fees, and it is bad news for profitability. For example, the added costs for soya producers can be more than 12% of gross income per acre [1].


The Leopold Center for Sustainable Agriculture, Iowa State University, interviewed 800 Iowa farmers in 1998 to determine if growing GM crops was more profitable [5]. Random surveys of 62 continuous cornfields, 315 rotated cornfields, and 365 soya fields concluded that the difference in profitability was non-significant for both crops. Thus, the farmers who raised GM crops did not gain any competitive edge.


The first farm-level economic analysis of Bt corn, in demonstrating less net profit, lower corn prices, and lost corn exports, questions whether planting GM corn is worth the cost [18]. From 1996-2001, American farmers paid at least $659 million in price premiums to plant Bt corn, while boosting their harvest by only 276 million bushels - worth $567 million in economic gain. The bottom line for farmers is a net loss of $92 million - about $1.31 per acre. Furthermore, the US has foregone about 350 million bushels of corn export sales to the European Union since 1996/97 because the EU doesn't want GMOs. This is thus part of a triple negative for farmers - lost corn exports, lower corn prices and less net profit from Bt corn.


Furthermore, while transgenic cotton varieties may make pest control easier, they are not always worth the added expense when it comes to yield and fibre quality. Research by the University of Arkansas shows that many conventionals are the highest yielding varieties [19]. Comparing the economics of a Bollgard/Roundup Ready variety with a conventional variety, "in a year when insect pressure was low… the farmer spent about $10 an acre less for insect control with the conventional variety than he did with the more expensive stacked gene variety".


And can we put a price tag on the environment? Research points to the popularity of GM crops with many North American farmers because of their "convenience". A University of Nebraska report shows that farmers are using the technology to needlessly destroy weeds to get a "weed-free" field [2]. The study demonstrates not only reduced profits, but also destruction of biodiversity.


Lessons from the South


We would do well to draw on the experiences of farmers in the South. The viability of non-GM alternatives has been demonstrated in a review of 208 projects/initiatives from 52 countries, adopted by 8.98 million farmers on 29 million hectares of land in Asia, Africa, and Latin America [20]. Using a range of sustainable agriculture technologies - none of which involved GM – farmers have achieved yield increases of 50-100% for rainfed agriculture, and 5-10% for irrigated crops.


Low-tech innovations by Southern farmers have boosted production [21]. For example, in East Africa, corn faces two major pests – stem borer and Striga, a parasitic plant. By planting a local weed (napier grass) that the stem borer prefers, pests are lured away from the corn into a honey trap – the grass produces a sticky substance that kills stem borer larvae. By planting another weed, Desmodium, between rows of corn, Striga won’t grow, as it is adverse to Desmodium. Pesticides are replaced by natural predators, and fertilisers by natural dung, crop wastes and plants that fix nitrogen from the air.


Further, going organic, entailing a restriction in the use of synthetic fertilisers and pesticides while excluding GM technology, could be more beneficial for the economies of developing countries. The FAO has recently urged poor nations to boost exports of organic produce to take advantage of booming markets in developed countries [22].


Sustainable agriculture and organic farming are not a panacea. They however offer alternative approaches to GM technology that have been demonstrated to provide increased yields and more income, while remaining environmentally friendly. No myths about this.



  1. Benbrook, C.M. (1999) ‘Evidence of the magnitude and consequences of the Roundup Ready soybean yield drag from university-based varietal trials in 1998’, Ag BioTech InfoNet Technical Paper Number 1, www.biotech-info.net/RR_yield_drag_98.pdf

  2. University of Nebraska (2000) ‘Research shows Roundup Ready soybeans yield less’, IANR News Service,www.biotech-info.net/Roundup_soybeans_yield_less.html

  3. See Griffiths, M. (1999) ‘The emperor’s transgenic clothes’, Are GMO lemmings in the US leading all of us over the biotechnology cliff? www.btinternet.com/~nlpwessex/Documents/gmlemmings.htm

  4. See www.btinternet.com/~nlpwessex/Documents/wisconsinRRsoyatrials98.htm

  5. Duffy, M. (1999) ‘1998 crop survey shows equal returns for GMO, non-GMO crops’, www.leopold.iastate.edu/news/9-22-99gmorel.html

  6. Oplinger, E.S., M.J. Martinka, and K.A. Schmitz (1999) ‘Performance of transgenetic soybeans - Northern US’, presented to the ASTA Meetings, Chicago, cited in [8].

  7. Reported in Farmers Weekly (UK), 4th December 1998.

  8. Clark, E.A. (1999) ‘10 reasons why farmers should think twice before growing GE crops’, www.plant.uoguelph.ca/faculty/eclark/10reasons.htm

  9. Benbrook, C.M. (2001) ‘Troubled times amid commercial success for Roundup Ready soybeans: glyphosate efficacy is slipping and unstable transgene expression erodes plant defenses and yields’, Ag BioTech InfoNet Technical Paper Number 4, www.biotech-info.net/troubledtimes.html

  10. 'Economist: Biotech has not made impact yet', Farm Progress, 21 November 2000.

  11. See the Jakarta Post.com, ‘Pests attack genetically modified cotton’, 29 June 2001, www.thejakartapost.com/yesterdaydetail.asp?fileid=20010629.A06

  12. See www.biotech-info.net/Aussie_bt_cotton_problems.html

  13. ‘Resistance management plan for INGARD® Cotton 2001-2002’, Transgenic and Insect Management Strategy (TIMS) Committee of the Australian Cotton Growers Research Association, www.cotton.pi.csiro.au/Publicat/Pest/IRMS/irms0102.htm

  14. See Thalmann, P. & V. Kung (2000) ‘No reduction of pesticides use with genetically engineered cotton’, for WWF International, www.biotech-info.net/WWF_inter_update.pdf; and Thalmann, P. & V. Kung (2000) ‘Transgenic cotton: Are there benefits for conservation? A case study of GMOs in agriculture, with special emphasis on freshwater’, www.panda.org/resources/publications/water/cotton/transgenic.html

  15. Benbrook, C.M. (2001) ‘Do GM crops mean less pesticide use?’ Pesticide Outlook, October 2001.

  16. Hall, L.M., J. Huffman, and K. Topinka (2000), ‘Pollen flow between herbicide tolerant canola (Brassica napus), Weed Science Society of America Abstracts 40: 48, http://www.mindfully.org/GE/Multiple-Resistant-Volunteers.htm

  17. Westwood, J. (2001) ‘Cross-pollination leads to triple herbicide resistance’, ISB News Report [extract only] March 2001, covering Agricultural and Environmental Biotechnology Developments, www.biotech-info.net/cross_pollination2.html

  18. See Benbrook, C.M. (2001) 'When does it pay to plant Bt corn: farm-level economic impacts of Bt corn, 1996-2001', www.gefoodalert.org/library/admin/uploadedfiles/When_Does_It_Pay_To_Plant_Bt_Corn.pdf or http://www.biotech-info.net/Bt_corn_FF_final.pdf; press release from the Institute of Agriculture and Trade Policy (IATP), http://www.gefoodalert.org/library/admin/uploadedfiles/Benbrook_Bt_Press_Release.doc

  19. See ‘Conventional vs. transgenic cotton’, edited by AgWeb.com Editors, 12/3/2001,

    www.agweb.com/news_show_news_article.asp?articleID=81926&newscat=GN

  20. Pretty, J. and R. Hine (2001) ‘Reducing food poverty with sustainable agriculture: a summary of new evidence’, Occasional Paper 2001-2, Centre for Environment and Society, University of Essex, www2.essex.ac.uk/ces/ResearchProgrammes/CESOccasionalPapers/SAFErepSUBHEADS.htm

  21. Pearce, F. (2001) ‘An ordinary miracle’, New Scientist, Vol. 169, Issue 2276, p. 16, 3 February 2001.

  22. Brough, D. (2001) ‘FAO urges poor nations to boost organic food sales’, Reuters, 4 December 2001, www.planetark.org/dailynewsstory.cfm/newsid/13562/story.htm

Sam 14 Jan 2012 23:08 #14

[quote=mono44]


ce n'est pas utopique , c'est du bon sens . Si pour nourrir le monde il faut faire disparaitre les paysans des pays à nourrir et faire disparaitre la moitié d'entre nous .Quel intérêt ?


 


[/quote]


 


+1

Dim 15 Jan 2012 01:17 #15

[quote=bocaorne]


Dairy  ton verdict  qui révèle une parfaite méconnaissance du sujet m’inspire une citation de Romain Rolland : "Une discussion est impossible avec quelqu’un qui prétend ne pas chercher la vérité, mais déjà la posséder".


 


Dingounet : C’est toujours très confortable de placer du coté des martyrs. Je ne vois pas en quoi retransmettre une information d’une agence de presse qui dénonce certain comportements puisse être considéré comme « taper sur le bio »


Tu as tout a fait le droit d’avoir un avis sur la transgénèse  et sans te contrarier, je pense que je connais déjà tous les arguments  « rationnels » mais si tu en as de récents je suis preneur . Cependant vis à vis des anti OGM aucune des preuves scientifiques que l’on peut leur fournir ne trouveront de crédit auprès d’eux. C’est ce que relève Olivier Godard ( directeur de recherche au CNRS) dans  le dernier livre «  Les OGM à l’épreuve des arguments » (nov 2011)  sous la tutelle  de Sylvie Berthier et Valérie Péan d’Agrobioscience : « Quand des instances scientifiques d’expertise aboutissent à des rapports ou à des avis, un certain nombre d’acteurs de la société ,ONG, riverains… etc  considèrent de toute façon, que l’expertise n’est pas bonne : soit parce que les experts sont vendus aux lobbies industriels ou aux gens du pouvoir, soit parce qu’ils ne sont pas issus des bonnes disciplines. Les accusateurs demandent alors à recourir à une expertise dite indépendante , voir « citoyenne », c’est à dire l’expertise qui leur convient et reprend leurs thèses.


[/quote]


Du Grand Bocaorne !


Arrêtez de le mal traiter. Il adore ça 

Dim 15 Jan 2012 12:06 #16

ha, ce discours populiste...., si j'osais je dirais extrémiste.


mais non, les ogm se sont pas dangereux pour l'espéce humaine, en tout cas à ce jour aucune étude n'est capable de le prouver.


et si l'on en croit les courbes démogaphiques, l'espèce humaine est loin d'être en danger, il faudra juste s'habituer à sa modification phénotypique.


par contre, les ogm représentent , à mon sens, un danger pour la nature, mais de ça tout le monde s'en tape.


des ogm, au sein d'une même espèce, moi je n'y vois aucun inconvénient, mais un chien qui fait miaou, maiou, et qui monte aux arbres, ça ne me fait pas réver.

Dim 15 Jan 2012 12:21 #17

 dans son message bocaorne ne parlait pas d'ogm.


Il parlait d'un mouvement écologiste extrème


Perso je ne connaissais pas du tout. Et cela ne discrédite pas pour autant le mouvement écologique, enfin à mon sens. Il faut savoir faire la part des choses


Quant aux OGM il y a déjà plusieurs sujets de créés pour en débattre !!

Lun 16 Jan 2012 15:37 #18

Jlaudesatard écrit :Et cela ne discrédite pas pour autant le mouvement écologique, enfin à mon sens. Il faut savoir faire la part des choses


Merci à  jlaudesatard  qui est un des rares à avoir comprit le sens de l’information que je souhaitais  livrer à votre réflexion


Pour Peccadille – dingounet – dairy – chatodin  qui ont préféré disserter hors sujet sur les cultures de PGM . Je me dois de répondre .J’ai lu attentivement les professions de foi de chacun, et dehors des arguments peu constructifs de quelques uns : Dairy sorcier  sortie  tout  droit  d'une  éprouvette  de  monsanto Dingounet  tu est payé par monsanto pour faire du lobby   Peccadille  ses mandants sont bien conscients qu'il fait son job au mieux possible   etc… je n’ai pas trouvé autre chose que ce qui se dit habituellement sur les blogs, anti-OGM  et qui ont été expliqué et démenti par nombre d’études scientifiques sérieuses .


Je ne puise pas mes sources  comme Dairy sur des références en anglais. Une mauvaise traduction  provoque souvent  une interprétation erronée . Parmi les multiples témoignages de scientifiques français je vous cite aujourd’hui des passages de l’interview de Pierre Feillet  Directeur de recherche émérite à l’Institut national de la recherche agronomique, peu soupçonnable de conflits d’intérêts


Alimentation : Qu’y aura-t-il dans l’assiette des Français dans 20 ans ? il brosse plusieurs scénario je vous cite que le  quatrième scénario qui donne la priorité à la protection du cadre de vie et de l’environnement.Il pronostique : Les pratiques agricoles deviennent plus raisonnables avec une diminution des apports d’engrais et de produits phytosanitaires


 


Malheureusement, les espoirs mis dans l’agriculture bio sont déçus en raison de son coût et de son incapacité à nourrir la population dans son ensemble. Par contre, et de manière un peu provocante dans le contexte actuel des OGM, j’émets l’hypothèse que les OGM deviennent les plus sûrs alliés de ceux qui se battent pour protéger l’environnement


Il est probable que les aliments et la façon de se nourrir en France en 2030 résulteront des pressions contradictoires . Les Français ne supportent plus qu’on leur impose comment se nourrir et ont obtenu que « manger » reste un acte éminemment social fondé sur le plaisir de la table et le partage.. Ma conviction, c’est que le contenu de notre assiette changera peu, mais que les techniques de production, de fabrication, d’achats et de préparation des aliments évolueront profondément. L’idée centrale, c’est finalement que de nouvelles techniques seront utilisées tout en conservant ce que nous avons l’habitude de manger. Question d’équilibre, donc, entre la passion (des plaisirs de l’assiette) et la raison (d’un système alimentaire bénéficiant des progrès de la science).


Pour ce qui est de l’approvisionnement en semences, il n’est pas très honnête d’affirmer qu’avec les OGM, les agriculteurs devront dorénavant acheter tous les ans leurs nouvelles semences. C’est en effet déjà le cas, et depuis de nombreuses années, pour les espèces cultivées sous forme d’hybride, comme le maïs ou la betterave. Le débat sur le respect de la biodiversité dépasse, et de très loin, la seule question des OGM. Je suis même convaincu que celle-ci ne devrait y entrer que pour une part extrêmement mineure.


La multiplication et la rapidité des transports intercontinentaux, l’urbanisation de la société, l’évolution du climat, le défrichement des forêts, la destruction des milieux naturels sont des paramètres infiniment plus importants dont il doit être tenu compte. Tous les regards se fixent sur les OGM, en considérant que la culture de ces nouveaux végétaux " artificialiserait " définitivement notre alimentation. Mais ce n’est pas nouveau. Plus rien de naturel n’existe dans notre alimentation, en ce sens que tout a été, un jour ou un autre, transformé par la main de l’homme. Les Landes étaient des marécages avant de devenir une étendue couverte de pins. Le bon sauvage de Jean-Jacques Rousseau est un mythe. Qu’on s’en réjouisse ou qu’on le condamne, l’homme a déjà profondément modifié son environnement. C’est un fait qu’il faut bien accepter. Tout en se donnant les moyens d’éviter une rupture des grands équilibres, dramatique pour notre humanité.


 


Les mouvements écologistes opposent souvent agriculture biologique et OGM. Ils n’ont pas tort si on se penche sur les règles qui fixent leur usage. D’un côté nous avons cette agriculture bio qui repose sur une exigence de moyens avec des modes de culture parfaitement définies, mais sans obligation de résultats. De l’autre côté, la culture des OGM obéissant également à des règles précises de cultures mais à laquelle on demande en plus, et c’est normal, des obligation de résultats. En fait, je suis persuadé qu’on peut marier les deux, et que les OGM pourraient être le meilleur atout de l’agriculture biologique en favorisant des économies d’engrais, de produits phytosanitaires, d’eau et d’énergie.


Question : Dans votre ouvrage, vous liez la peur des OGM à l’absence de bénéfice et de plaisir immédiat pour le consommateur…


En effet, pourquoi prendre un risque que je ne comprends pas bien, si je n’en tire aucun avantage. Prenons le cas de la circulation automobile qui fait un million de morts tous les ans dans le monde. Le bénéfice de son utilisation est si grand que personne n’envisage son interdiction ! Autre exemple : si on soupçonnait qu’un aliment a une influence négative sur le fonctionnement du cerveau, comme certains affirment que c’est le cas pour le téléphone portable, il ne resterait pas un jour de plus dans les grandes surfaces, alors que le téléphone portable est toujours en vente. Pour les OGM, la passion se mêle souvent à la raison, ce qui rend difficile un débat apaisé entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Le citoyen ne voit pas vraiment où se situe son profit, et les techniciens ne savent pas expliquer, d’où la réaction spontanée qui est de dire " je préfère m’en prémunir ".


Personnellement, je ne vois pas bien quels dangers pour la santé présentent les OGM autorisés à la culture et à la commercialisation. Cependant, c’est évidemment au consommateur de choisir ce qu’il veut manger. Par contre, il reste un dernier élément à prendre en ligne de compte : la population humaine mondiale va passer de 6 milliards d’individus aujourd’hui à 9 milliards en 2050 dont une bonne partie dans les pays en développement. Il ne faut pas laisser croire qu’on pourra nourrir tant de monde avec une agriculture qui serait 100% biologique. C’est d’ailleurs ce que vient de réaffirmer le directeur général de la FAO (décembre 2007). La génétique moderne et la biologie moléculaire ont permis de créer de nouveaux outils de créations de végétaux plus performants. Il serait grave de s’en passer.

Lun 16 Jan 2012 15:46 #19

tu répond a coté de la plaque personne n'a parlé de la dangerosité des OGM poue la santé humaine et toi tu ce que tu nous sort c'est un éminent chercheur qui nous dit qu'il n'y a pas de risque.


 


Mais pour ce qui est du vrai problème des OGM tel que la dissémination des gènes il n'a qu'une conviction et désolé une conviction c'est pas trés scientifique


 


et pour les semences de ferme, il arrive a trouver péniblement deux plantes ou ça marche pas après c'est le dessert niveau argument.


 


Bref un joli discours pro ogm qui prend une jolie page dans une revue et qui explique que les ogm sont sans dangé sur l'homme trés bien mais ça on le sait déja. Mais sur les question de fonds rien du tout ...

Lun 16 Jan 2012 16:12 #20


Fotis Kafatos, Président du Conseil scientifique du Conseil européen de la Recherche, Directeur  général du laboratoire européen de biologie moléculaire à Heidelberg en Allemagne, Membre associé étranger de l'Académie des sciences (France), Membre de la National Academy of sciences (États-Unis)


Les principes de l'activité scientifique sont universels. La science n'accepte pas les convictions qui ne reposent pas sur des démonstrations. Elle refuse les préférences personnelles ou les révélations. Elle soumet toutes les propositions au critère impitoyable de l'expérimentation, de la concordance avec les connaissances déjà acquises et de la logique. La science n'accepte pas l'idée que des OGM sont dangereux parce qu'ils pourraient transgresser des limites inviolables de la nature. La science reconnaît comme une réalité vérifiée que des gènes peuvent être transférés entre des espèces distinctes dans la nature. Elle a clairement établi que les organismes complexes peuvent intégrer et utiliser une information génétique nouvelle. Il est hors de question que la science, confrontée aux objections métaphysiques d'un mouvement politique bien organisé dans les pays prospères, puisse renoncer à une méthodologie riche en potentiels pour augmenter à la fois les rendements et la qualité de la nourriture, dans un monde qui va manquer de plus en plus de ressources.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut