[Eleveurs]Je me disais bien que c'était la faute à ...

Ouvert par agri72, 12 janvier 2012

Page 1 sur 1
Jeu 12 Jan 2012 14:16 #1

vous les forumeurs que je dors moins :










 

Veiller devant l'écran nuit gravement au sommeil


jeudi 12 janvier 2012













Trop de télévision ou d'ordinateur en soirée malmène la sécrétion d'une hormone qui aide à dormir. Les instances médicales s'inquiètent du manque de sommeil des Français.



Somnoler au cours de la journée arrive à un Français sur cinq, au moins trois fois par semaine, et même après une bonne nuit. L'Institut national du sommeil et de la vigilance a aussi mis en évidence que le temps de sommeil diminue constamment, de cinq minutes par an. Les académies de médecine et de pharmacie, qui se sont émues conjointement du problème, estiment que « nous avons perdu une heure de sommeil en cinquante ans ».


Explications ? Outre les temps de trajet quotidiens, les nuits trop courtes - un tiers des Français ne dorment que six heures - et les horaires de travail, les spécialistes accusent un phénomène grandissant : l'« électronisation » des soirées. Comprendre : le temps plus long et tardif passé devant sa télé, ou, pire, son ordinateur.


Horloge interne


La télé a élu domicile dans la chambre de la moitié des Français. « Certains vont s'endormir devant, constate l'Institut du sommeil, consommant une part de sommeil nécessaire à la nuit à venir. » Mais c'est surtout la lumière produite par les écrans, et pas seulement la bonne vieille télé, qui pose problème.


« Quand on se trouve à dix centimètres d'un écran d'ordinateur ou d'Iphone, très lumineux, l'intensité est forte », explique le Dr Sylvie Esnault, de l'unité du sommeil de l'hôpital de Brest. Suffisamment pour « retarder la sécrétion de mélatonine ».


Cette hormone dite « du sommeil », « est secrétée vers 3 ou 4 h du matin quand on a été correctement éclairé dans la journée et au moment propice ». Rester collé à l'écran le soir retarde sa production.


Le médecin affine l'explication : « Dans le cerveau, une horloge interne située dans l'hypothalamus règle l'alternance entre veille et sommeil. Elle détermine génétiquement la quantité de sommeil dont chacun a besoin pour être bien vigilant, et ses rythmes », c'est-à-dire le fait d'être plutôt du soir ou du matin.


Mais cette horloge interne, pour bien fonctionner sur 24 heures, « doit être synchronisée par des éléments extérieurs », le principal étant l'alternance entre la lumière du jour et le noir de la nuit. Des informations lumineuses envoyées tard à l'hypothalamus - via le nerf optique - perturbent la synchronisation de l'horloge.


Conclusion : pour bien dormir, « on s'éclaire bien le jour et on limite les expositions lumineuses à partir d'une certaine heure », résume Sylvie Esnault.



Claire THÉVENOUX.

 







Jeu 12 Jan 2012 19:59 #2

Sinon dans le ouest france d'aujourd'hui il y a aussi cet article, facebook :


« Dans la famille, on a tous une utilisation différente de Facebook »


jeudi 12 janvier 2012







 




 

 

 

 



+ RÉAGISSEZ. Selon vous, qu'est-ce qui a changé dans nos vies, en cinq ans ?+ NOTRE SÉRIE. 2007-2012. D'une présidentielle a l'autre : ce qui a changé



 



À Bruz (Ille-et-Vilaine), la famille Oger vit entre portables, tablettes et smartphones. Fabien et Nathalie, gérants d'une agence immobilière à Rennes, et leurs trois garçons, Pierre-Antoine, Jules et Ugo (17, 14 et 11 ans) ont chacun leur utilisation du réseau social.  


Sa tablette sur les genoux, lové dans un canapé, Pierre-Antoine est sur Facebook. « Au départ, comme tous les jeunes, j'avais plein d'amis. Pas loin de 400 ! Puis je me suis rendu compte que je ne leur adressais même pas la parole dans la vraie vie. J'ai fait le ménage. J'en ai enlevé 300... »


Ses doigts glissent sur quelques photos ou commentaires. Le déballage des vies privées l'inquiète un peu. « Beaucoup ne se rendent pas compte de la portée de ce qu'ils balancent. Je ne m'en sers quasiment plus que pour les discussions instantanées avec mes potes. »


Sa mère se réjouit de cette maturité numérique « Je suis vigilante à l'utilisation qu'en font mes deux plus jeunes. J'ai exigé d'être leur ' amie ' pour avoir accès à leur page. On l'a paramétrée ensemble pour qu'ils ne soient pas en contact avec des inconnus. » Chez les Oger, pas d'interdits mais du suivi. « Même si ce n'est pas simple, reconnaît Nathalie. On avait mis un contrôle parental pour bloquer certains sites. Mais les ados sont très forts pour contourner les règles... »


En contact avec leur tribu


Facebook permet aussi à Nathalie de rester en contact avec ceux de sa famille qui vivent à l'étranger. « C'est plus simple de conserver le lien, d'envoyer un petit coucou à Mayotte. »


Jules et Ugo ont une utilisation assez limitée des réseaux sociaux. Pour y accéder, comme beaucoup de moins de 13 ans, Ugo a d'ailleurs triché sur son âge... Facebook a remplacé la messagerie instantanée MSN. À la maison, ils restent en contact avec leur tribu. Sans ruiner leurs parents en téléphone...


Fabien, le père, est l'homme des réseaux sociaux professionnels. Pour développer son agence immobilière Era, il navigue entre Viadéo, Linkedln mais aussi Facebook où il anime une page dédiée à son enseigne. « Cela me permet de nous faire connaître, d'entrer en contact avec d'éventuels clients. »


Et Twitter ? « Au début, je ne voyais pas trop l'intérêt d'écrire de messages si courts, confie Pierre-Antoine. Et puis, durant le Printemps arabe, j'ai suivi quelques personnes qui twittaient de là-bas. C'était passionnant. »



Philippe LEMOINE.

 


 

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut