Avenir PAC

Ouvert par @lm, 12 octobre 2011

Mer 12 Oct 2011 18:49 #1

Pompé sur le site de la Comission Européenne ( ec.europa.eu/news/agriculture/111012_fr.htm )


Pour une PAC plus juste, plus écologique et plus efficace - 12/10/2011


La réforme de la politique agricole commune envisagée par la Commission européenne vise à assurer l'approvisionnement alimentaire, à préserver l'environnement et à garantir le développement durable des zones rurales.



Les changements qui devraient intervenir après 2013 ont pour but d'aider les agriculteurs à s'adapter à l'évolution des besoins du marché et de garantir un approvisionnement alimentaire durable.


Ces propositions entendent exploiter au mieux les fonds disponibles en encourageant les agriculteurs à se montrer plus compétitifs, ce qui permettrait aux consommateurs de bénéficier d'une alimentation de qualité au prix le plus juste.


Les mesures sont les suivantes:



  • rendre les aides plus justes, plus simples et plus ciblées: l'aide de base sera réservée aux agriculteurs en activité et plafonnée à 300 000 euros par exploitation et par an, et elle sera distribuée de façon plus équitable entre les agriculteurs, les régions et les États membres;



  • aider les agriculteurs à réagir à la volatilité des prix et de la demande, notamment en accélérant les interventions en cas de crise;



  • réserver 30 % des paiements directs pour les pratiques écologiques: diversification des cultures, maintien de pâturages permanents et préservation des zones naturelles et des paysages;



  • cibler davantage la recherche et l'innovation: doubler le budget de recherche-développement, soutenir des projets de recherche pertinents pour les agriculteurs et accélérer la mise en pratique des travaux scientifiques;



  • renforcer la position des agriculteurs en soutenant les organisations de producteurs et en développant les circuits courts entre producteurs et consommateurs (moins d'intermédiaires);



  • encourager les démarches agro-environnementales, afin que la lutte contre le changement climatique et l'utilisation efficace des ressources soient des priorités dans les zones rurales;



  • rajeunir la profession en proposant une aide aux agriculteurs de moins de quarante ans, pendant les cinq premières années de leur activité;



  • stimuler l'emploi rural et l'esprit d'entreprise, par exemple en octroyant un financement allant jusqu'à 70 000 euros sur une période de cinq ans pour des projets de dimension modeste;



  • éviter la désertification en soutenant davantage les agriculteurs établis dans des zones présentant des handicaps naturels;



  • réduire les formalités administratives en simplifiant les mécanismes, notamment pour les petits agriculteurs, qui recevraient un paiement forfaitaire annuel allant de 500 à 1 000 euros par exploitation.


Grâce aux réformes précédentes, la proportion du budget de l'UE consacrée à la PAC est passée de 75 % à 41 %. Ces nouvelles propositions permettraient d'utiliser les fonds disponibles d'une façon plus ciblée et plus efficace.


Elles devraient entrer en vigueur en 2014, après approbation par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne (qui réunit les ministres nationaux).


En savoir plus sur l'avenir de la PAC


En savoir plus sur l'agriculture et le développement rural


An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Mer 12 Oct 2011 19:15 #2

[quote=@lm]



Pompé sur le site de la Comission Européenne ( ec.europa.eu/news/agriculture/111012_fr.htm )


Pour une PAC plus juste, plus écologique et plus efficace - 12/10/2011


La réforme de la politique agricole commune envisagée par la Commission européenne vise à assurer l'approvisionnement alimentaire, à préserver l'environnement et à garantir le développement durable des zones rurales.



Les changements qui devraient intervenir après 2013 ont pour but d'aider les agriculteurs à s'adapter à l'évolution des besoins du marché et de garantir un approvisionnement alimentaire durable.


Ces propositions entendent exploiter au mieux les fonds disponibles en encourageant les agriculteurs à se montrer plus compétitifs, ce qui permettrait aux consommateurs de bénéficier d'une alimentation de qualité au prix le plus juste.


Les mesures sont les suivantes:



  • rendre les aides plus justes, plus simples et plus ciblées: l'aide de base sera réservée aux agriculteurs en activité et plafonnée à 300 000 euros par exploitation et par an, et elle sera distribuée de façon plus équitable entre les agriculteurs, les régions et les États membres;



  • aider les agriculteurs à réagir à la volatilité des prix et de la demande, notamment en accélérant les interventions en cas de crise;



  • réserver 30 % des paiements directs pour les pratiques écologiques: diversification des cultures, maintien de pâturages permanents et préservation des zones naturelles et des paysages;



  • cibler davantage la recherche et l'innovation: doubler le budget de recherche-développement, soutenir des projets de recherche pertinents pour les agriculteurs et accélérer la mise en pratique des travaux scientifiques;



  • renforcer la position des agriculteurs en soutenant les organisations de producteurs et en développant les circuits courts entre producteurs et consommateurs (moins d'intermédiaires);



  • encourager les démarches agro-environnementales, afin que la lutte contre le changement climatique et l'utilisation efficace des ressources soient des priorités dans les zones rurales;



  • rajeunir la profession en proposant une aide aux agriculteurs de moins de quarante ans, pendant les cinq premières années de leur activité;



  • stimuler l'emploi rural et l'esprit d'entreprise, par exemple en octroyant un financement allant jusqu'à 70 000 euros sur une période de cinq ans pour des projets de dimension modeste;



  • éviter la désertification en soutenant davantage les agriculteurs établis dans des zones présentant des handicaps naturels;



  • réduire les formalités administratives en simplifiant les mécanismes, notamment pour les petits agriculteurs, qui recevraient un paiement forfaitaire annuel allant de 500 à 1 000 euros par exploitation.


Grâce aux réformes précédentes, la proportion du budget de l'UE consacrée à la PAC est passée de 75 % à 41 %. Ces nouvelles propositions permettraient d'utiliser les fonds disponibles d'une façon plus ciblée et plus efficace.


Elles devraient entrer en vigueur en 2014, après approbation par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne (qui réunit les ministres nationaux).


En savoir plus sur l'avenir de la PAC


En savoir plus sur l'agriculture et le développement rural



[/quote]

Mer 12 Oct 2011 22:51 #3

je vous avais bien dit que se serait un vert tirant sur le jaune ! Ils vont tout nous piquer , ils n'en ont pas assez encore !


 


 


Pac 2014



Les propositions de la Commission signent « le sacrifice de l’élevage bovin viande » (FNB)


Publié le mercredi 12 octobre 2011 - 19h13








































Alors que la Commission européenne vient de présenter les projets de réforme de la Pac post-2013, la FNB (Fédération nationale bovine) estime que « pour les éleveurs de viande bovine, ces projets sont totalement inacceptables ».


 


« Malgré les déclarations d'intentions de la Commission et des pouvoirs publics, aucune réponse porteuse d'avenir n'est apportée. [...] Au final, les éleveurs, avec amertume et incompréhension, ne peuvent que constater l'impasse qui continue d'être faite par la Commission sur les mécanismes de régulation du marché et de gestion des aléas économiques en secteur viande bovine », indique la FNB.


 


« Les seuils d'intervention demeurent à des niveaux ridiculement bas. Le mécanisme de stabilisation du revenu est inadapté pour un secteur en crise de revenu depuis quatre ans. »


 


D'autre part, la FNB « dénonce le projet de suppression de la PMTVA. Cette suppression, si elle devait être confirmée, serait un acte économique et politique particulièrement négatif pour l'élevage. Ce serait valider une stratégie perdante, contraire à l'acte de production, et à l'opposé de la logique payante qui, depuis trente ans d'instauration de la PMTVA, a permis à la France de tenir la place de numéro un en Europe. Le projet actuel ne prévoit qu'un hypothétique recouplage dans des conditions qui ne garantissent ni le maintien des crédits communautaires, ni des crédits nationaux associés ».


 


« S'ajoutent à ce tableau la suppression des zones ICHN sur une large part de territoires occupés par le troupeau allaitant, la remise en cause annoncée de la PHAE, et des contraintes environnementales qui handicapent toute capacité d'adaptation des exploitations », ajoute la FNB.


 


Au-delà de la nécessité de préserver le budget de la Pac, « les éleveurs demandent dès maintenant un engagement du président de la République, attaché à la ruralité comme il l'a rappelé hier dans la Creuse, à infirmer ces propositions de la Commission, qui en l'état signeraient le sacrifice de l'élevage bovin viande », indique la FNB.


 



 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mer 12 Oct 2011 23:30 #4

[quote=mono44]


je vous avais bien dit que se serait un vert tirant sur le jaune ! Ils vont tout nous piquer , ils n'en ont pas assez encore !


 


 


 


[/quote]


Tu n'as pas l'impression de voir un remake du dossier lait 2003 ?


La volonté de verdir  la PAC et de distribuer les aides avec plus d'équité est partagée par tous les Etats-membres comme l'était l'abandon des quotas et tutti quanti il y a 10 ans.


Dénoncer la suppression des dispositifs qui auraient encore moins de légitimité dans le nouveau contexte de pac reverdie et allégée, c'est pour le moins contre-productif. Cela soigne l'image du conservatisme syndical et lustre sa carapace corporatiste.


Comme si i'élevage allaitant n'avait pas une grosse carte à jouer dans la redistribution des "aides", avec ses aspects structure, extensif, zones fragiles, sécurité alimentaire... sans faire d'angélisme pour autant.


 


Ce n'est pas un problème de chapelle, mais tout simplement de stratégie et d'image de marque. Je ne suis pas certain que la démagogie et le corporatisme sortent gagnants de cette empoignade contre une réforme inéluctable.


Mais le temps perdu à s'accrocher aux lambeaux de la pac du siècle dernier sera également perdu pour imaginer des dispositifs équitables pour les éleveurs et leurs régions d'élevage. 


Et nous nous retrouverons sans doute avec des ministres sortant des solutions-miracles pour la viande comme la contractualisation pour le lait.


Il faut répéter le scénario combien de fois pour qu'"ils" comprennent ?   

Mer 12 Oct 2011 23:37 #5

je vais être franche chatodin , ce que je considère de plus terrible dans cette histoire c'est de voir nos syndicats adopter une défense complètement archaïque depuis des années et complètement stérile. Dans archaïque je vois bien sur cette bataille de corporation , cette bataille inter syndicale .Pendant toutes ces années ils ont fait perdre à l'agriculture un temps précieux qu'on ne rattrapera jamais . Devant ça je n'ai qu'une envie , les étrangler ! 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Jeu 13 Oct 2011 08:09 #6

Sur la PMTVA il y a une tres grosse différence entre la FNB et la CR puisque la FNB reste sur une position couplée qui permet de garantir la fourniture en matière 1ère aux outils industriels alors que la CR pense que les éleveurs ne produiront que si c'est rentable. Ainsi avec la ligne de la CR, les abatteurs seront "obligés" de mieux rémunérer pour etre sur d'avoir de la viande française .


 


Encore une fois on retombe sur le vrai clivage entre la fnsea et la CR qui est de savoir si le revenu de la filière agro-alimentaire doit passer avant le revenu des producteurs .


 


Perso si la viande était mieux payée, j'aurais toujours un lot de boeufs au lieu de vendre les males à 8 jours.


 


Jean-fran, tu passes moins souvent sur le forum mais il me semble que le découplage de la PMTVA n'est pas pour te déplaire  

Jeu 13 Oct 2011 09:42 #8

Une convergence des paiements est aussi préconisée par la Commission au sein même des Etats membres. Leur niveau par hectare devra être uniforme à l'échelle nationale ou régionale à l'horizon 2019. Le délai prévu pour cette convergence est « trop court compte tenu de l'historique français en la matière », estime le président de la FNSEA. De plus, 40 % de l'alignement devrait être opéré dès 2014, ce qui, selon lui, « n'est pas possible, pas tenable 



du courage xavier...

Jeu 13 Oct 2011 11:30 #9

[quote=sylvain 57 ]


Sur la PMTVA il y a une tres grosse différence entre la FNB et la CR puisque la FNB reste sur une position couplée qui permet de garantir la fourniture en matière 1ère aux outils industriels alors que la CR pense que les éleveurs ne produiront que si c'est rentable. Ainsi avec la ligne de la CR, les abatteurs seront "obligés" de mieux rémunérer pour etre sur d'avoir de la viande française .


 


Encore une fois on retombe sur le vrai clivage entre la fnsea et la CR qui est de savoir si le revenu de la filière agro-alimentaire doit passer avant le revenu des producteurs .


 


Perso si la viande était mieux payée, j'aurais toujours un lot de boeufs au lieu de vendre les males à 8 jours.


 


Jean-fran, tu passes moins souvent sur le forum mais il me semble que le découplage de la PMTVA n'est pas pour te déplaire  


[/quote]


A non sylvain vous n'allez pas nous la resservir à la sauce subjonctif en prétendant que les indus n'auront pas d'autre choix que de payer plus cher .Ca fait trop longtemps qu'on entend se discourt !! des actes des faits , il y a urgence ! Vos divergences syndicales sont les armes qui massacres !


 


 


Pas possible ? Pas tenable ?


 


La situation actuelle pour les éleveurs est-elle tenable ,


 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Mar 18 Oct 2011 23:35 #10

Communiqué de Presse Via Campesina - 23 août 2011



La souveraineté alimentaire, une réponse européenne à la crise ! Krems – Autriche– 22nd août 2011



Après cinq jours d’échanges intenses et constructifs, le Forum européen Nyeleni 2011 pour la souveraineté alimentaire s’est terminé hier par l’adoption de la Déclaration Européenne pour la Souveraineté Alimentaire.



Plus de 400 délégués de 34 pays d’Europe se sont engagés à renforcer leur capacité collective pour exercer un contrôle citoyen sur notre système alimentaire et dénoncer celui imposé par l’agro-business. Ce faisant, ils ont élargi et renforcé le mouvement européen pour la souveraineté alimentaire.



Durant ces journées, plus de 120 organisations et individus, représentant la société civile et les mouvements sociaux, ont discuté de l’impact des politiques européennes et globales actuelles. Le Forum a montré l’importance de la contribution des jeunes, des femmes et des producteurs, dont les préoccupations sont souvent sous-estimées. Cette diversité et la richesse du partage d’expériences ont permis au forum Nyeleni Europe 2011 de construire une plate-forme commune et de définir comment atteindre la souveraineté alimentaire en Europe. Un plan d’action a été établi, basé sur des procédures démocratiques et participatives.



Comme le souligne la Déclaration, “nous sommes convaincus que le changement de notre système alimentaire est un premier pas vers un plus grand changement de nos sociétés”. Les délégués se sont clairement engagés pour reprendre en mains le système alimentaire :



- En oeuvrant pour un modèle de production et de consommation alimentaire durable, tant sur le plan écologique que sur celui de la justice sociale, basé sur une activité agricole non-industrielle et des modes de transformation et de distribution alternatifs.

- En décentralisant le système de distribution alimentaire et en reliant plus fortement les producteurs aux consommateurs.

- En améliorant les conditions de travail et le statut social des travailleurs de l’agriculture et de la chaîne alimentaire.

- En démocratisant la prise de décision quant à l’usage des biens communs et du patrimoine de l’humanité : terre, eau, air, savoirs traditionnels, semences et espèces animales.

- En veillant à ce que les politiques publiques à tous les niveaux garantissent la vitalité des zones rurales, des prix équitables pour les producteurs et de la nourriture saine et exempte d’OGM pour tous.



En ces temps de volatilité politique et de crise sociale et économique, les délégués du forum NYELENI ont réaffirmé que leur vision commune met l’accent sur le droit des peuples à définir leurs propres politiques agricoles et alimentaires, sans porter préjudice aux autres humains et aux ressources naturelles, rappelant ainsi ce que signifie la Souveraineté alimentaire.



C’est pourquoi nous demandons la souveraineté alimentaire dès maintenant.



Le Comité de Pilotage du Forum européen Nyeleni 2011 pour la souveraineté alimentaire



**** Le texte complet de la déclaration est disponible sur le site du forum Nyeleni 2011 : www.nyelenieurope.net

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Jeu 10 Nov 2011 22:21 #11

Les Bretons s'inquiètent de la pac à venir ... en fait tout le monde s'inquiète mais à qui va aller la redistribution des aides:


Sur le Ouest france


Aides agricoles de la PAC : inquiétude des éleveurs bretons


Politique européenne mercredi 09 novembre 2011







 

 

 

 

 

 

 

 



Les agriculteurs bretons ont expliqué mercredi leur inquiétude face aux projets de règlements de la PAC, applicables en 2014. Les propositions adoptées en l’état pourraient avoir des « conséquences dramatiques » sur le secteur de l’élevage en Bretagne, première région de production en France.



 


Conditionnement accru pour le versement de la PAC


La Commission européenne a proposé le 12 octobre de conditionner une partie des aides au respect de l’environnement et de rendre la politique agricole commune (PAC) plus équitable en plafonnant les subventions. Elles seraient dégressives à partir de 150 000 € sans pouvoir dépasser les 300 000 €. Ses propositions visent également à rééquilibrer progressivement les subventions au profit de l’agriculture extensive.


 


Une perte importante des aides directes pour la Bretagne


La chambre régionale d’agriculture de Bretagne, appuyée par les syndicats agricoles majoritaires, exprime les inquiétudes de la profession : « les propositions formulées pourraient avoir des conséquences dramatiques pour le secteur de l’élevage ». La raison évoquée ? « Les propositions européennes si elles sont adoptées en l’état, conduiront à une perte importante des aides directes pour la Bretagne de l’ordre de 20 %» écrivent les signataires.


 


L’agriculture bretonne compte près de 35 000 exploitations et 68 000 actifs, sans inclure les emplois induits.



 

Sam 28 Juil 2012 14:01 #13

[quote=@lm]


Un article "bidon" de plus, aux yeux des "consciences" 72 :


[/quote]


on dirait que t'es vexé ... 

Sam 28 Juil 2012 14:18 #14

[quote=etienne.f]


 


on dirait que t'es vexé ... 


[/quote]


Des arguments sur la forme plutôt que sur le fond,serait-ce trop te demander??

Sam 15 Sep 2012 08:03 #16

www.youtube.com/watch


L'expertise de J. Carles momagri.


Si l'idée est séduisante, il n'en demeure pas moins que ce n'est qu'un transfert de budget au profit de la "filière".


Une main sur le coeur, l'autre au portefeuille.

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Sam 15 Sep 2012 10:37 #17

et la viande elle compte pour du beurre ?


 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état
Sam 15 Sep 2012 11:00 #18

[quote=mono44]


et la viande elle compte pour du beurre ?


 


[/quote]http://eca.europa.eu/portal/pls/portal/docs/1/16184739.PDF


 


z'ont pensé à toi

Sam 15 Sep 2012 12:09 #20

[quote=laitier35]


http://eca.europa.eu/portal/pls/portal/docs/1/16184739.PDF


 


z'ont pensé à toi


[/quote]


eca.europa.eu/portal/pls/portal/docs/1/16184739.PDF

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut