Vos lectures de l'été

Ouvert par Nathalie2009, 14 août 2009

Mar 18 Aoû 2009 09:27 #21

[quote=WESTVAR]


Le problème que j'ais c'est que j'ai pas trop le temp d'aller chercher de nouveau livres , alors je relis les classiques que j'avais survolé quand j'était jeune (il n'y as pas si longtemp) : l'iliade , l'odyssée (Bon , ulysse , il n'y as rien pour toi , je te rassure), les chouans , germinal , notre dame de paris etc.. dans l'ordre de mes préférences .




Complété le 17/08/2009 à 14:26 :


Pour compenser la balance littéraire ,  je lis aussi les bd de mes enfants , j'adore Kid Paddle  .


[/quote]


Tu m'impressionnes, l'Iliade et L'Odyssée c'est dur dur, perso je n'y suis pas arrivé pourtant, en lecture, je suis du genre obstiné. 

Mar 18 Aoû 2009 12:36 #22

Ben , moi , c'est bibliothèque verte , alors ça va  . Non , le plaisante , mais je pense pour des livres comme ça le traducteur doit y ètre pour beaucoup  .

Mar 18 Aoû 2009 19:37 #23

moi je lis rahan pour me detendre et parallelement l'eveil au point zero de gregg braden,une explication scientific de ce qui se passe actuellement sur la terre,le rechauffement,le magnetisme ect....on apprend plein de trucs

Ven 21 Aoû 2009 17:17 #24

un tres bon livre que je suis en train de finir :


VILLAGES  de john updike (au seuil)  tres grand ecrivain americain-


 


quant au livre , ben , peut etre que tous les couples devraient lire ca - un peu dur pour les males


et l'espece humaine en prend un petit coup -bon ,la perfection --n'est ce pas !!!!


ulysse 32


 


Complété le 21/08/2009 à 17:27 :

Villages est le roman de la modernité.


 


pour en savoir plus tout de meme ,audela de ses propres impressions + ou - subjectives , vaut mieux passer par la case google -j'ai parle en mal des males , mais je crois que les femmes , tout en ayant une approche differente (de la vie et de ses details ) ont tout autant de defaut ou de perversions -mais pourrait on vivre sans perversion ? ulysse


 


L’évolution du capitalisme, symbole de cette modernité, est décrite avec le cynisme d’un homme qui l’a vu grandir. « En cette époque matérialiste, il fallait faire confiance à la matière », « Le capitalisme ne nous demande qu’une chose : consommer », déclare un des personnages. Ce constat de « l’american way of life » est fidèle à une réalité qui apparaît cliché sans être fausse. Le retour en arrière d’Owen, l’exploration de ses rêves et la peinture de son quotidien nourrissent le style lent et fleuri de John Updike. Les descriptions précises et le vocabulaire fourni de l’auteur s’allient à une prose crue mais émouvante qui échappent à la marchandisation. Erotique et humaine, la littérature a toujours valu plus que des simples billets de monnaie. Les images féminines reposent sur une ambigüité : le décor est planté de manière précise, mais l’auteur laisse le soin au lecteur d’en imaginer les contours. Il décrit la folie de vivre qui contraste avec cette tempérance des villages, lieux paisibles qui échappent encore à la modernité. Haskells Crossing, Middle Falls et Willow se marient à Phyllis, Vanessa et Faye, ses nombreuses conquêtes, décrites avec un érotisme scabreux. Ses femmes échappent au temps.


 


C’est cette cruauté qui relie le sexe à la mort, pulsions humaines inéluctables ; et le village à la sagesse. Comme dans la construction d’un roman à 14 chapitres, et non 13, l’auteur veut nous signifier qu’il est lui aussi devenu sage et conservateur. Sans pour autant devenir puritain. Ses rapports avec Julia, la narration d’une vie ente fulgurance et habitude donne au roman l’image d’un apprentissage qui aboutit à l’apaisement. La vieillesse d’Owen rejoint le questionnement philosophique de John. Et l’attente de la mort, dans une émotion retenue, rappelle Hugo qui écrivait : « La mélancolie c’est le bonheur d’être triste. »


“Un matin, lors de cette dernière heure volée, il rêve que, dans une maison qu’il ne connaît pas (elle a l’aspect miteux d’un quelconque établissement public, pension de famille ou hôpital), des fonctionnaires sans visage le guident vers une pièce où, sur un grand lit comme le leur – deux lits d’une personne accolés –, un homme assez jeune, au vu de son corps blond et lisse aux fesses rebondies, est étendu sur sa femme comme s’il voulait la ranimer ou (ce qui est très différent) la dissimuler”



Ven 17 Aoû 2018 09:26 #25
https://www.franceinter.fr/livres/le-tour-de-la-france-par-deux-enfants-d-aujourd-hui-portrait-d-une-france-qui-disparait

https://www.parismatch.com/Culture/Livres/Le-tour-de-la-France-par-deux-enfants-d-aujourd-hui-la-glande-vadrouille-1534886

https://www.amazon.fr/tour-France-deux-enfants-daujourdhui/dp/2849905720
le Tour de la France par deux enfants, version 2017 !
Une épopée sur les routes de France et celles de l'enfance, un récit de voyage palpitant et enjoué qui réenchante le territoire et ses habitants.
Pierre et Philibert sont deux amis d'enfance, majeurs mais pas tout à fait vaccinés, que l'envie de décamper pousse à faire le tour de France en posant leurs pas dans ceux des frères Volden, les héros
Ven 17 Aoû 2018 18:29 #26
perso je viens de finir "le pays de retz à l'heure allemande " l'histoire de la poche de saint nazaire en pays de retz .Comment les gens ont vécus , résistés , les heures sombres , les attaques et enfin comment S'est passé la rédition à la mort d'hitler .Très intéressant d'autant quand on connait les lieux et les gens

Je viens d'entamer " le pain noir " , j'avais vu le film quand j'étais petite
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" Albert Einstein
mes vaches sont là pour me nourrir, pas pour engraisser l'état

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut