Entremont encore

Ouvert par @lm, 28 juillet 2009

Mar 28 Juil 2009 07:27 #1

On n'a plus qu'a compter sur nous mêmes.


www.letelegramme.com/ig/generales/economie/entremont-pas-de-cession-avant-2010-28-07-2009-486467.php


Complété le 28/07/2009 à 11:30 :

Reprise partielle de l'interview du Télégramme de Ch Mazuray dans Plein Champ :

















Reprise


 
 

Pas d'épilogue avant début 2010 pour Entremont




(d'après AFP - 28/07/09)
 






















 







Le président d'Entremont Alliance, Christian Mazuray, pense que l'avenir de son entreprise ne sera pas tranché avant début 2010.





 

 


 


« Il y a actuellement trois hypothèses possibles : Sodiaal s'est déclaré, Lactalis doit faire une proposition en septembre, mais il y a aussi la possibilité de continuer seul. Il n'est pas exclu que notre actionnaire majoritaire, la compagnie financière Albert Frère, injecte de l'argent », déclare Christian Mazuray dans un entretien au Télégramme daté d'aujourd'hui.



« Quoi qu'il en soit, le dossier de l'avenir d'Entremont Alliance ne trouvera pas son épilogue avant début 2010 », ajoute M. Mazuray. « L'entreprise qui veut reprendre Entremont Alliance doit savoir qu'elle devra assumer des pertes pendant douze mois », précise-t-il.















220 euros les 1.000 litres


 


Les difficultés d'Entremont Alliance l'amènent à payer moins cher que les autres industriels laitiers le prix du lait acheté aux producteurs, ce qui suscite la colère de ces derniers.



Le président d'Entremont Alliance estime que le prix du lait payé par son entreprise se situera « à un niveau de l'ordre de 220 euros les 1.000 litres dans les neuf mois qui viennent, car il n'y aura pas d'amélioration du marché avant juillet 2010, dans le meilleur des cas ».



« 25 à 30% des entreprises ne paient plus le prix recommandé par l'accord interprofessionnel », qui prévoit un prix moyen du lait en 2009 entre 262 et 280 euros pour 1.000 litres, a-t-il encore déclaré au quotidien.



 









 

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mar 28 Juil 2009 08:26 #2

On  est  dans  la  merde!!!!!!!!!!!


La  rentrée  sera  chaude: Entremont entrainera  les  autres  dans  son  sillon.......

Mar 28 Juil 2009 10:21 #3

je pense qu'entremont abuse vraiment, il faudra employer la maniere très forte


c'est des voleurs, dans certains pays les voleurs avaient les mains coupés...

Mar 28 Juil 2009 11:12 #4

[quote=Dairy]


On  est  dans  la  merde!!!!!!!!!!!


La  rentrée  sera  chaude: Entremont entrainera  les  autres  dans  son  sillon.......


[/quote]


 


Pas besoin  , Bongrain a déjà annoncé que le prix du lait payé aux producteurs en France est trop élevé , ça se comprend , quand nos voisins sont a 180€ c'est sûr qu'ils ne peuvent pas être compétitifs  moralité : on va tous dans le mur , eux et nous , il est grand temps de tous se poser les bonnes questions , et ce à tous les niveaux    .


 

Mar 28 Juil 2009 12:23 #5

 ce n'est pas entremont qui entraîne tout le monde vers le bas ; il nous sert juste de miroir au marché européen, parti dans une spirale du moins disant ... 220 € /1000 litres, qui peut tenir et pendant combien de temps ???


Si cela nous sert à nous fédérer et ouvrir les yeux  !!!!! Quelle alternative à la grève du lait ?? regarder les voisins tomber à terre ??? Se demander à quand notre tour ????


 

Mar 28 Juil 2009 15:13 #6

[quote=2ddg


 


Pas besoin  , Bongrain a déjà annoncé que le prix du lait payé aux producteurs en France est trop élevé , ça se comprend , quand nos voisins sont a 180€ c'est sûr qu'ils ne peuvent pas être compétitifs  moralité : on va tous dans le mur , eux et nous , il est grand temps de tous se poser les bonnes questions , et ce à tous les niveaux    .


 


[/quote]


Tu pose les questions , la réponse  c'est la gréve  .  Et plus les indus vont en faire pàlus ils vont ce prendre une bonne gréve .

Mar 28 Juil 2009 16:40 #7

Il y aurait comme un malaise chez bebert :


Entremont prépare une alliance


AFP

28/07/2009 | Mise à jour : 13:59
| Commentaires 3 | Ajouter à ma sélection


Le groupe laitier Entremont Alliance et son actionnaire unique Unifem souhaitent bien conclure "avant la fin du mois d'août" un accord de principe pour "arrimer" le groupe en difficulté à l'un de ses rivaux Lactalis ou Sodiaal, a indiqué aujourd'hui un communiqué d'Entremont.



Ce communiqué, publié "suite à la parution de divers articles" et "pour couper court à des interprétations inexactes", fait suite notamment à une interview de Christian Mazuray, le président du groupe, publiée aujourd'hui dans le Télégramme.



Dans cette interview, celui-ci souligne que le dossier Entremont "ne trouvera pas son épilogue avant début 2010", et qu'il n'y a pas actuellement "d'offre tangible" pour ce qui est de l'avenir du groupe. "Il y a actuellement trois hypothèses possibles: Sodiaal s'est déclaré, Lactalis doit faire une proposition en septembre. Mais il y a aussi la possibilité de continuer seul" avec une injection d'argent par l'actionnaire Albert Frère, explique Christian Mazuray.



Entremont, qui compte 6.000 producteurs de lait, absorbe notamment 30% de la production laitière bretonne, et emploie environ 4.180 personnes. Entremont appartient à la holding Unifem, qui est détenue à 63,5% par le financier belge Albert Frère et à 33,5% par la coopérative bretonne Unicopa.







 



An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mar 28 Juil 2009 19:44 #8

Si j'ai bien compris,,ils souhaitent conclure un accord de principe, du genre accord bidon pour nous  rassurer,bidon sauf peut être en ce qui concerne les prix, d'ou les 220 euros.


Tres drôle :"interprétation inexacte"


Masuray aurait il trop parlé?


Ca sent pas bon du tout du tout 

Mar 28 Juil 2009 21:45 #9

ça pue chez entremont mazuray nous fait un appel du pied  parce qu'il est persuadé ,que seul  l'EMB et les producteurs avec une gréve massive peuvent changer la politique laitiere .la crise est européenne  et la solution est européenne. n'en déplaise a la fnpl.

Mer 29 Juil 2009 07:27 #10

La sémantique ............. pas rassurante du tout pour les "apporteurs".


Entremont.Un actionnaire qui veut rassurer





29 juillet 2009 -





Pas facile de communiquer en période de crise et en cours de négociation avec d'éventuels repreneurs. Entremont en a fait l'expérience, hier. Dans une interview publiée dans nos colonnes, le président du groupe laitier, Christian Mazuray, affirmait que le dossier Entremont «ne trouverait pas d'épilogue avant début 2010» et qu'il n'y avait pas, pour le moment, d'«offre tangible» pour la reprise de l'entreprise. Hier, Entremont et son actionnaire Albert Frère ont tenu à préciser qu'ils souhaitaient conclure «avant la fin du mois d'août» un accord de principe pour «arrimer» le groupe à Lactalis ou à Sodiaal. En tout état de cause, il faudra attendre le début de 2010 pour qu'une éventuelle cession soit finalisée.

An douar zo re gozh evit ober goap anezhañ.
Image
Image
Mer 29 Juil 2009 09:08 #11

Le terme "arrimer"  


 


Si c'est Sodiaal, je connais déjà les discours des prochaines AG.


" Nous vous payons moins que les autres mais nous avons stabilisé la filière beurre/ poudre en France avec la reprise d'Entremont . Vos trésoreries sont peut-etre à sec mais vous avez l'honneur de faire partie d'un grand groupe industriel qui est incontournable dans la filière laitière française et qui a meme, n'ayons pas peur des mots, vocation à devenir un leader au niveau européen."


 

Mer 29 Juil 2009 09:41 #12

cette nouvelle alliance-comme le precedent a tellement bien fonctionnner..- arrangera tout le monde ..


La petite PME de Laval /sodiaal pour augmenter les volumes destinees au produit indus pour rentrer l'ensemble du lait collecter a encore moins chére- augmentation de la flexibilité -


Et en attendant avec l'image de l'entreprise en detresse , Entremont  payera le prix voulu , c'est a dire au plus bas!!  


les autres suivront comme lactalis a mis en garde ses producteurs en moi de juin !! 


tout l'energie emploie devant les grandes surfaces aurait du etre investit  devant les transformateurs 


Tout ces magouilles avec le consentement du gouvernement  , qui connait que le mot pouvoir d'achat ! -et pas celle des agri's-


Si la greve aurait ete la reponse ....mais helas.....  

Jeu 30 Juil 2009 18:32 #13

j'ai une question en rapport avec le fait que les indus ne pourraient soi-disant pas nous payer plus.


est-ce qu'entremont est dans  cette situation parce qu'ils ont trop payes les eleveurs ?


a l'inverse, est-ce que danone fait des benefices parce qu'il paye ses fournisseurs a ras des paquerettes ?

Lun 3 Aoû 2009 16:36 #14

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/guingamp/ville/entremont-les-producteurs-de-lait-inquiets-31-07-2009-490685.php


EXTRAIT


Entremont. Les producteurs de lait inquiets





31 juillet 2009





La tension était palpable, mercredi soir, à Moustéru, lors de la réunion organisée par la FDSEA, à l'intention des producteurs, apporteurs de lait à Entremont. Le syndicat agricole a tenté de les rassurer.



Qu'est-ce qui a été fait? Qu'est-ce qui sera fait demain? Nous sommes là pour répondre à vos questions», lance une productrice de Moustéru, représentante FDSEA, en guise de préambule. Les interrogations fusent immédiatement. Dans la salle pleine de près de 200 producteurs de lait inquiets, la tension est palpable.



«Rien depuis fin juin...»


 


 

Lun 3 Aoû 2009 23:14 #15

Bizarre non, Oui j'ai dit bizarre ,l'association  des producteurs de lait  d'entremont  qui se devait etre assyndicale n'est menee que par les enfants de la vielle fee!


Ne serait elle pas un soin palliatif pour sa maman en service de gerontologie!


Meme le ministre bruno le maire vient au pays du president  de cette assoce ^pour le feliciter" de sa conduite exemplaire "du comment faire pour mieux entuber ses collegues"

Mer 5 Aoû 2009 00:08 #17

Un extrait du blog de cette assos


En ce qui concerne le paiement des livraisons de lait, alors que le souhait de l’AEBEA était d’obtenir un engagement de rémunération à hauteur de l’environnement, et que l’entreprise prévoyait un paiement à hauteur de 219 €/1000 litres ; le Ministre de l’Agriculture a réussi a arracher de l’entreprise un 245 €/1000 litres pour juillet et août, grâce à une remise de fond de l’actionnaire principal. 


Pour l’Association des éleveurs de Bretagne apporteurs de lait à Entremont Alliance, cela ne fait aucun doute, la somme de 245 € n’est pas suffisante pour faire fonctionner les entreprises laitières sans pertes. Mais les dirigeants rappellent que l’objectif de l’association est de protéger les intérêts de Tous ceux qui livrent à Entremont Alliance et affirment que ce compromis difficile, apporte quelque peu, une garantie de prix aux producteurs, pour les deux prochains mois. 


 


Toujours la meme méthode, on propose l'apocalypse (219 €) et les imbéciles heureux se lèvent pour applaudir à 245. Eh oui ça aurait pu etre pire     


Il faut etre culotté pour faire gober aux laitiers les moins bien payés de France qu'ils vont gagné 26€ de plus en été .


 


La seule vérité qui soit absolumment indiscutable dans la bible est cette phrase: " Heureux les simples d'esprits . . . "

Mer 5 Aoû 2009 08:29 #18

tu es pitoyable sylvain57 


 


toujours la meme methode, on propose la greve du lait et les imbéciles heureux se lévent pour applaudir. et oui, ça va faire un lait a 400 euros 


 


il faut etre culotté pour faire gober aux laitiers les moins bien payés de france que la greve du lait va leur faire gagné de l'argent, 155€ de plus en été


 


La seule vérité qui soit absolumment indiscutable dans la bible est cette phrase: " Heureux les simples d'esprits . . . "


 


tu as vu... ca marche tres bien dans les deux sens  ( mais je prefaire le mien quand meme. je reste les pieds sur terre)


 

Mer 5 Aoû 2009 08:48 #19

Au  de  la  des  gueguerres  syndicales  qui  n'apportent  pas  grand  chose.........je  ne  comprend  pas  que  nos  dirigeants, l'interpro  ne  décident  tout  simplement  une  baisse  des  quotas????


On  nous  raconte  que   la  crise  du  lait  est  une  "crise  de  la  demande", et  on  se  contente  de  geler  les  1%  d'atrribution  des  pecno  de  Bruxelles.


En  2007, conjoncturellement on a   accordé  des  prets  de  15  et  20% pour  répondre  a la  demande, et  nous  l'avons  fait.


 


Pour  moi,  la  solution  la  plus  sage   serait  de  baisser  les  quotas  pour  la  campagne e n  cour.


 


La  contractualisation  ne  résoudra  rien: nos  entreprises  françaises  s'aligneront  sur  les  entreprises  euroipeennes, la  contractualisation  renforcera  le  poid  des  transformateurs, et  progressivement  on  glissera  vers  l'intégration.


L'Europe  ne  veut  plus  des  fermes  familiales, on  ira  vers  des  ateliers  de  100,200,   voir  1000  vaches  comme  le  projet  qui  est e n  train  de  se  faire  dans  la  Somme.......


l'Europe  sera  contente: dans  ces  élevages,  tout  sera  normalisé,  écrit, tracé:  le  corn  machin  qui  vient  de  je  ne  sais  pas  ou, le  soja  frelaté  d'amérique  du  sud, les  déchets  de  la  restauration  collective, il  y  aura  des  petites  brosses  avec  un  dispositif  d'insecticides  pour  le  "bien  etre  des  vaches".............


Pour  "imiter"  le  lait  produit a  l'herbe,  on  rajoutera  du  lin  ogm  canadien  qui  aura  traversé  l'océan  atlantique, ainsi  le  consommateur  sera  rassuré  de  boire  du  lait  riche  en  oméga  3......


 


terminé  les  vaches  au  paturage, les  vaches  ne  suaront  plus  le  gout  d'un  bon  foin  (  ca  sera  remplacé  par  des  brosses  qui  seront  mis  dans  le  rumen  pour  faire  ruminer  (  si  si  j'ai  lu  un  article  la  dessus  au  USA!!!).


Les  pecnocrates  de  Bruxelles  sont  des  incompétents, j'attend  avec  impatience  la  fin  total  des  subventions, histoire que  ces  fonctionnaires    réoriente  leurs  carieres.comme  les  milliers  de  paysans  qui  se  feront  bouffer  par  des  fonds  spéculatifs  d'investissement.


En  atendant, tout  cela,  je  vais  ramasser  mes  ballots  de  paille.pour  le  bien  etre d e  mes  vaches  qui  ne s e  couche  pas  sur  des  logettes  a  tapis...........

Mer 5 Aoû 2009 10:29 #20

Dairy, tu auras encore tous les producteurs de l'arc alpin qui continuront de produire à l'herbe avec du pâturage le Comté,, Morbier,  etc. Tous ceux, en France et dans l'Europe qui ont contractualisé au travers d'une AOC dans laquelle le cahier des charges a un peu d'exigence sur les pratiques professionnelles.


C'est bien sûr que si les producteurs n'ont envie d'aucune exigence avec eux-même,  ça devient compliqué de tirer les prix vers le haut, surtout quand le marché est en surchauffe. Trop de lait ça veut dire moins de vaches ou moins de production par vache. Ce qui manque dans ce concert de libéralisme à venir, fin des quotas, liberté aux laiteries de choisir les producteurs avec qui travailler, ultrafiltration pour un ramassage vers 3//4 jours, etc c'est d'avoir une autorité qui tranche la question. Et quand celle-ci s'exprime, la Fée empêche cette autorité d'exister. Exemple avec l'amende de Bruxelles. Enfin l'autorité, à l'échelon de la France est complice de ce syndicat. Là c'est nette. Donc il faut savoir, si  être européen c'est que pour le meilleur (le pognon) et non pour le pire (les règles), alors il est difficile de faire un travail en commun.


Même si je ne suis pas partisan de l'APLI, on ne peut pas leur repprocher la démarche d'un travail européen à eux au moins.

Partager cette discussion sur les réseaux sociaux

Revenir en haut